banniere
 
  Nouvelles:
Pour la promotion du forum, pensez à voter régulièrement pour nous si vous avez un peu de temps.
Merci ! ♥





Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2] 3
  Imprimer  
Auteur Sujet: Baignade au clair de lune [PV Silence]  (Lu 6165 fois)
Silence
Nichonawan, fierté de son maître ♥
Legion
-

Messages: 2671


♦ Persona Non Grata ♦


Voir le profil
Fiche
« Répondre #15 le: Juillet 11, 2013, 08:07:20 »

- Hey Kanako… Enfin Douleur… Notre Maître aime bien le sexe apparemment pourquoi tu te toucherais pas de nouveau comme tu l’as fait quand ont étaient dans l’eau. Pis je sais que tu as aimé quand je me suis serré contre toi… Tu as rougit c’était tellement mignon. Oui faut pas oublier que je suis à moitié chat je vois dans l’obscurité… Aller touche toi devant lui il faut faire plaisir à son Maître et je pense qu’il adorait ! Oui il adorait ton corps est juste magnifique tu sais…

- Toi, tu la fermes, pétasse ! Mais tu t'es vue avec tes nichons d'allumeuse ? Et Silence n'est pas mon maître, c'est... Disons mon père adoptif. Alors tu peux carrément aller te faire foutre.

Elle lui adressa un bras d'honneur et retourna se livrer à un pillage en règle. Silence souriait. Il ne la voyait pas du tout comme sa fille, mais puisque ça pouvait faire taire Chienne, il n'allait pas la contredire, bien que ces histoires de tripotage en solitaire l'intéressent beaucoup. Il se força tout de même à penser à autre chose.

- Maître vous pouvez également passer vos envies sur le Terranide à côté de vous. Il est comme moi et comme vous l’avez dit Maître on ne sert qu'à une chose être remplie de foutre ! Je pense qu'à votre bien mon Maître.

- Arrête de te foutre de ma gueule, tu veux. T'es complètement à ma merci, donc y a aucune raison que je cherche quelqu'un d'autre. En plus, Innocent est un mec... De plus, si il fait partie de ma guilde, c'est parce qu'il l'a rejointe pour me témoigner sa reconnaissance de lui avoir sauvé la vie... Il m'a juré obéissance quoi que je lui demande. Il me suffirait de lui dire de se suicider pour qu'il le fasse. Et si tu ne pensais qu'à mon bien, je pense que ça ferait un moment que tu arrêterais de l'ouvrir, que tu écarterais les cuisses pour me laisser me vider les couilles jusqu'à ce que t'en crèves d'épuisement.

Lassé, il eut soudain une idée pour la faire réagir. Il jeta un coup d'oeil autour de lui et dénicha ce qu'il cherchait : les vêtements de Kõya. Dans son autre main, il empoigna le couteau qu'il avait volé à l'hybride et s'approcha d'elle. Tout en la regardant, il découpa méthodiquement ses habits en petits morceaux, les rendant tout simplement importables. Souriant, il se délectait du désespoir qu'il pouvait lire dans ses yeux, même si une fois encore elle essayait de ne rien laisser paraître... C'était amusant de la dresser... Mais il ne l'avait pas encore brisée.
Journalisée

Kõya Breathless
Rédactrice en chef de La Gazette
Modérateur
-
*****
Messages: 1021



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune hybride chatte qui se trouve être une rebelle dans l'âme. Pas facile à dresser !
« Répondre #16 le: Juillet 12, 2013, 02:30:32 »

Kõya écouta la petite réplique de Douleur avec son bras d’honneur c’était si mignon... Pourtant avec ses  nichons d'allumeuse comme elle dit lui avait bien plus. Et ce n’était pas de sa faute si dame nature lui avait donné une poitrine si généreuse. C’est sur des seins comme cela attire autant les hommes que les femmes la preuve. Mais ça a son lot de problème comme des maux de dos par moment mais aussi plus tard dans plusieurs années… Qui aura des gants de toilette ?... Kõya. Les grosses poitrines c’est beaux quand c’est jeune mais après attention les dégâts. Enfin l’hybride ne put laisser échapper un petit ricanement. Et une autre question traversa son esprit comment Douleur fait telle pour comparer ce sauvage à son père adoptif… Enfin bon chacun son truc. Et voilà que l’autre repris la parole… Il disait que Kõya avait une grande gueule mais lui ce n’était pas mieux. L’hybride ne l’écoutait que d’une oreille. En parlant d’oreille la sienne allait mieux la douleur commençait à s’estomper ainsi qu’au niveau de sa poitrine. Puis l’homme prit les affaires de Kõya pour les déchirer avec son couteau. Oui ça la faisait chier… Ca ferait chier tout le monde faut dire. Qui aimerais être nue, attaché à un arbre, en pleine nuit, avec une bande de sauvage ? Mais bon en toute cas sa avait l’air de bien l’amuser.

Combien de temps c’était écoulé depuis le début des évènements aucune idée. Kõya qui voulait en finir vite, c’était raté le sauvage prenait son temps. Mais bon il ne devrait pas tarder à passer à autre chose maintenant. Une fois qu’ils auront compris qu’il n’y a vraiment rien à prendre dans son sac. La fatigue commençait vraiment à prendre le dessus sur Kõya le corps de l’hybride tremblait de tout son long ses larmes avaient arrêté de couler mais jusqu’à quand. Elle voulait que tout cela s’arrête. Soit elle mettait vraiment son côté révolté au placard soit elle continuait encore et encore de faire sa chiante… Kõya avait déjà subit plusieurs torture dans le même type la seule différence c’est que sa c’était passé relativement vite. Un de ses anciens propriétaire l’avait tabassé un soir en rentrant de son boulot au bout d’un moyen la neko ne sentait même plus les coups et avait perdu conscience. Et combien avait déjà abusé d’elle… Elle ne comptait plus mais comme dit plus haut tout c’était déroulé vite. Et là le plus dur était d’attendre et le doute commençait à s’installer en elle.

« Maitre… Non rien… »

Kõya aurait voulu lui dire un truc du genre si tu veux que j’écarte les cuisses tu ferrais déjà mieux de me détacher. Mais non la fatigue était là et elle ne trouva pas le courage. Dans sa tête tout commençait à être confus que faire… Que faire… Elle avait toujours prôné la libération, la rébellion pourtant rien n’allait en ce moment. Sa tête bascula sur le côté, ses oreilles étaient complètement couchées sur sa tête mais s’en donner une apparence d’agressivité et ses yeux se mirent à fixer le vide elle était comme déconnectée. Son corps tremblait de plus en plus réagissant seulement à l’air ambiant ses tétons étaient pointaient encore plus qu’avant et ses larmes ruisselaient sur son visage mais également le long de son cou et sur sa poitrine à présent. Elle commençait à s’aider peu être bien…
Journalisée

Silence
Nichonawan, fierté de son maître ♥
Legion
-

Messages: 2671


♦ Persona Non Grata ♦


Voir le profil
Fiche
« Répondre #17 le: Juillet 12, 2013, 09:03:18 »

Silence regardait encore la Terranide, se nourrissant du désespoir qui coulait en elle, l'envahissant petit à petit jusqu'à engloutir la moindre petite lueur d'espoir. Le mercenaire se sentait comme une immense tornade. Il arrivait, là où tout le monde était heureux, s'installait, dévastait absolument tout sur son passage, ne quittant les lieux qu'une fois que tout était fini, qu'il ne restait rien. C'était pareil avec la neko. Elle avait beau vouloir se rebeller, elle serait bientôt complètement sienne. Il avait fini par trouver son point faible : le temps. Plus le temps passait, et plus l'hybride semblait sur le point de craquer, tremblant de tous ses membres.

- Maître… Non rien…

Une preuve de plus s'il en fallait. Elle n'avait même plus la volonté de l'insulter, de l'amadouer ou même d'essayer d'être libérée. L'instant crucial arrivait à grands-pas, mais il était sûr qu'elle avait encore quelques ressources. Alors il devait la briser complètement. Il remarqua également que ses tétons étaient complètement tendus, sans doute sous l'effet de la basse température, mais ça allait lui servir. Alors que la tête de l'hybride basculait mollement sur le côté, il décida d'agir. Lentement, en détachant chaque geste les uns des autres, il retira son pantalon, puis son caleçon, avant d'empoigner son membre flasque de la main droite.

- Regarde-moi comme tu pointes... Ça te plait vraiment ? Rassures-toi, c'est bien loin d'être terminé. Douleur avait raison, un vrai corps d'allumeuse. Et bien dans ce cas je vais me branler un peu, ça te dérange ? Non bien sûr, tu as l'air tellement excitée, ça ne peut que te plaire... Je te permettrai même de recevoir ma précieuse semence où tu le désireras sur ton corps. Ne suis-je pas un bon maître ?

Et sur ce, il se mit à se masturber rapidement, faisant des va-et-vients féroces sur son membre qui ne tarda pas à se tendre sous ses assauts et surtout en contemplant la poitrine compressée de la Terranide, à laquelle il voudrait faire tant de choses... Mais chaque chose en son temps.
Journalisée

Kõya Breathless
Rédactrice en chef de La Gazette
Modérateur
-
*****
Messages: 1021



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune hybride chatte qui se trouve être une rebelle dans l'âme. Pas facile à dresser !
« Répondre #18 le: Juillet 12, 2013, 04:15:42 »

Kõya ne réagissait plus coller à son arbre. Mais d’un coup sa s’anima devant elle… Enfin le chef de la bande commença à se déshabiller l’hybride jeta un regard rapide… Damned qu’elle vision d’horreur, depuis combien de jour il c’était pas laver le bougre ? Son odorat était sensible comme ceux des chats, l’odeur lui monta directement au nez elle se mise à tousser avant de basculer la tête sur le côté. Et de voir ce sauvage s’agiter tel un puceau sur son membre n’arrangeait rien. La réaction de Kõya fut celle d’une humaine. Des relents arrivaient dans sa gorge elle faisait des petits bruits bizarres  et ce qui devait arriver arriva. L’hybride ouvrit sa bouche la tête toujours penchée sur le côté et elle se mit à vomir. Par chance tout alla s’écraser au sol directement et son corps fut épargné. Quoi que si elle se serait vomit dessus et ce qu’il aurait continué à se masturber ? Enfin trop tard Kõya cracha ensuite quelques morceaux et une odeur encore pus horrible apparut dans l’air.

L’hybride se rappela les paroles qu’il venait de prononcer à l’instant :  Regarde-moi comme tu pointes... Ça te plait vraiment ? Rassures-toi, c'est bien loin d'être terminé. Douleur avait raison, un vrai corps d'allumeuse. Et bien dans ce cas je vais me branler un peu, ça te dérange ? Non bien sûr, tu as l'air tellement excitée, ça ne peut que te plaire... Je te permettrai même de recevoir ma précieuse semence où tu le désireras sur ton corps. Ne suis-je pas un bon maître ? Au oui que sa lui plaisait tellement. Kõya n’avait pas pu contenir sa joie… Elle toussa encore un peu avant de redresser sa tête déconfite vers le sauvage. Elle voulu parler mais pour une fois elle ne dit rien on pouvait qu’entendre sa langue claquer contre son palet suite au goût vraiment immonde dans sa bouche.

Marre d’être là, accrocher à cet arbre, marre d’attendre sa sentence, marre… Marre… Marre. Kõya avança un coup la tête en avant, à force de bouger il y avait un peu de jeu dans la corde qui retenait sa gorge. Puis violemment elle projeta sa tête en arrière tapant l’arbre de toutes ses forces. Elle refit pareil 2 – 3 fois. Après cela elle était sonnée on pouvait bien le dire. Sa tête bascula un coup à droite un coup à gauche puis avec le peu de force qui lui restait elle se pencha sa tête en avant et resta dans cette position. La corde appuyait directement sur sa gorge. Kõya essayait de s’étouffer… Elle leva les yeux vers l’homme et lui adressa alors un petit sourire du genre tu m’auras pas connard…
Journalisée

Silence
Nichonawan, fierté de son maître ♥
Legion
-

Messages: 2671


♦ Persona Non Grata ♦


Voir le profil
Fiche
« Répondre #19 le: Juillet 13, 2013, 09:31:52 »

Alors que Silence commençait à s'amuser, l'hybride ne résista pas à ce qu'il lui faisait subir,  et finit par régurgiter son dernier repas, créant une belle flaque sur le sol. Tant mieux... S elle vomissait, elle aurait donc encore plus faim, et elle ne pourrait même plus se concentrer sur son attitude de petite rebelle. Elle finirait par demander sa queue en elle juste pour,voir droit à un repas. Mais en attendant, il regretta presque qu'elle soit attachée, autrement il lui aurait volontiers mis la tête dedans... Puis, pendant un moment qui lui parut très long, elle sembla réfléchir, totalement immobile, le regard perdu dans le vide... Il pensa qu'elle était en train de céder, jusqu'à ce qu'elle recommence à bouger. Lentement, elle pencha la tête en avant, puis frappa puissamment l'arbre avec, avant de recommencer à plusieurs reprises... Et bien, si il avait pu prévoir qu'elle s'auto-mutilerait sans raison...

Elle avait réussi à trouver la corde la moins bien nouée et à la déserrer assez pour pouvoir déplacer sa tête. Mais sa manoeuvre de suicide ne lui plut pas, loin de là. Tout en la fusillant du regard, il s'avança vers elle, marchant sans même s'en occuper dans la flaque malodorante. Il plaqua sa main gauche sur le visage de la Terranide, la poussant contre l'arbre, avant de saisir son poignard et de lui enfoncer dans l'autre oreille. La douleur devait être terrible. Mais elle l'avait bien cherché. Et ainsi, clouée à cet arbre, impossible de bouger sans risquer de perdre son oreille à jamais. Violent, mais redoutablement efficace.

Lentement, sa main descendit le long de son corps, atteignant son intimité compressée par la position de l'hybride. Il caressa longuement le contour de ses lèvres intimes, se souciant peu que ça lui plaise ou non. Il finit par prendre la parole, tentant de l'achever :

- Si tu recommences un coup comme ça, je te torture jusqu'à ce que chaque parcelle de ton corps soit tellement abîmée que tu n'auras plus aucune sensation, jusqu'à ce que tu sois totalement paralysée. Et le prochain coup de couteau, c'est bien profond dans ta chatte, ma petite Chienne... Alors je te déconseille de recommencer.

Sur ce, il lui pinça son petit bourgeon, histoire de rajouter encore une forte douleur. Cette fois, elle devait comprendre qu'il ne lui ferait plus de cadeau. Elle devait comprendre qu'il était le maître, et que sa propre vie ne tenait plus qu'à sa tolérance et sa bonne volonté.
Journalisée

Kõya Breathless
Rédactrice en chef de La Gazette
Modérateur
-
*****
Messages: 1021



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune hybride chatte qui se trouve être une rebelle dans l'âme. Pas facile à dresser !
« Répondre #20 le: Juillet 27, 2013, 01:25:41 »

Kõya se voyait déjà rejoindre les cieux. Amennn… Loin de cet être infâme, répugnant qui ne voulait que la faire souffrir et céder par la même occasion. Ses yeux commençaient à se révulser à cause de l’étranglement. Mais le sauvage arriva c’était sur qu’il n’allait pas aimer de toute façon. Il voulait baiser une ‘fille’ vivante pas morte. Il prit sa tête pour la plaquer contre l’arbre bizarrement Kõya ne sentie qu’une petite douleur et pareil quand il planta son oreille avec le poignard. La petite tentative de suicide qu’elle venait de faire l’avait bien sonné. La tête pousser sur l’arrière elle reprenait son souffre de la salive coulait sur le coin de sa bouche et ses yeux qui étaient levés vers le ciel semblait fixer un point extrêmement loin.

A peine plus tard elle sentie que son intimité était caressée, oui le sauvage continuait encore à s’amuser un peu. Kõya se mit alors à tousser sa gorge rouge par ce qu’elle venait de faire et elle entendit vaguement les paroles que son interlocuteur était entrain de prononcer. L’intérieur de son oreille commençait à se remplir de sang. L’hybride se racla un coup la gorge et descendit son regard vers le sauvage pour se mettre à parler. Sa voix était abîmée et beaucoup plus basse qu’avant.

« Après ce que tu viens de me faire… *Tousse* Je ne sens déjà presque plus rien… *Tousse* Je ne sentirais même pas ta bite en moi… *Tousse tousse* Sa serait comme baiser une morte ! »

Kõya voulu pousser un petit gloussement genre ah ah ah dans ton cul ! Mais elle s’étouffa à moitié avant de lever de nouveau les yeux au ciel et dans un murmure elle reprit la parole. « Ce n’est pas si facile avec moi… Vouloir me soumettre obligatoirement… *Tousse* Stupide !» Dans sa tête résonnait encore les coups qu’elle c’était auto infligé tout à l’heure et son oreille qui venait de se boucher faisait qu’accentuer le bruit rajoutant un petit bourdonnement de quoi devenir fou. Ou justement de se concentrer sur autre chose.

« Il serait plus simple pour toi de me détacher… Oui... »

Kõya se racla de nouveau la gorge regardant les dernières braises du feu s’éteindre.

« Tu me détache, me laisse me reposer pour la fin de la nuit… Et demain on fait un jeu ! Tu me laisses partir dans la forêt et deux minutes après moi tu pars. Si tu arrives à me rattraper je serais à toi ! Si tu me rattrape pas tant pis pour toi… »

L’hybride tenait toujours ses paroles donc s’il arrivait vraiment à la rattraper elle lui serait soumise. Elle ne voyait pas d’autre choix pour avoir une petite chance de s’échapper de là. Et il ne faut pas oublier que Kõya à des attributs de félin… Elle peut donc se déplacer avec souplesse, rapidement, sans faire de bruit, grimpée aux arbres et j’en passe. Bien sur elle n’aura pas récupérer en une moitié de nuit mais elle pourrait se cacher dans un buisson, un arbre et attendre quand tout cela s’arrête. Après cela elle ferma les yeux histoire de ne plus voir l’horrible sauvage…
Journalisée

Silence
Nichonawan, fierté de son maître ♥
Legion
-

Messages: 2671


♦ Persona Non Grata ♦


Voir le profil
Fiche
« Répondre #21 le: Juillet 29, 2013, 08:33:41 »

- Après ce que tu viens de me faire… *Tousse* Je ne sens déjà presque plus rien… *Tousse* Je ne sentirais même pas ta bite en moi… *Tousse tousse* Sa serait comme baiser une morte !

Tu ne ressens rien ? J'en ai absolument rien à foutre, mon joli sac à sperme. Moi, je ressentirais, et c'est l'essentiel. Je prendrais mon pied comme un dingue alors que toi tu prieras pour que ça finisse et que je t'achève !

Sa voix avait faiblit. Malgré le fait qu'elle tienne bon, elle ne pouvait pas ne pas craquer. Elle était entièrement en son pouvoir, une sensation qui grisait le mercenaire depuis toujours. La sensation profonde d'être le maître, de tenir l'autre dans la paume de sa main, et surtout de pouvoir choisir si l'on va le lancer en l'air pour qu'il s'envole, ou l'écraser d'un coup sec. C'est ce qui se passait en cet instant, avec celle qu'il avait baptisée "Chienne". Cette dernière, justement, était occupée à s'étrangler dans son propre sang, sous le regard amusé de celui qui tenait sa vie entre ses mains. Elle lui envoya encore quelques mots doux à la figure avant de se calmer un peu, du moins en apparence, et de reprendre la parole sur un ton plus doux :

- Il serait plus simple pour toi de me détacher… Oui... Tu me détaches, me laisses me reposer pour la fin de la nuit… Et demain on fait un jeu ! Tu me laisses partir dans la forêt et deux minutes après moi, tu pars. Si tu arrives à me rattraper, je serais à toi ! Si tu me rattrape pas, tant pis pour toi…

- Te détacher, hein...

L'idée était relativement tentante. Silence aimait jouer avec ses esclaves, de même qu'avec ses victimes. Mais il préférait quand c'était lui qui imposait les règles. C'est pourquoi il ne céderait pas à la demande de l'hybride. Pas tout à fait, en tout cas. De toute façon, ce jeu n'était qu'un sursis pour elle. Les compétences de traqueur de Silence étaient surdéveloppées, et si jamais, chose qui serait déjà exceptionnelle, elle lui échappait, il y avait encore tout le reste de la guilde. Elle n'avait aucune chance de s'en sortir. Mais, car il y a encore un mais, le mercenaire n'avait aucune envie de donner cette satisfaction à l'hybride, car depuis le début, elle n'avait fait que l'emmerder, alors il n'y avait aucune raison de lui donner une récompense. Alors, il fallait tourner ce nouveau jeu à son avantage.

- Très bien. Je relève le défi. Cependant, j'impose mes conditions. Si je te rattrape, tu es à moi pour le restant de tes jours, et je profiterais de toi sans vergogne jusqu'à ce que tu rendes l'âme. Ensuite, mes sens sont surdéveloppés. Ce n'est pas vraiment une condition, mais plutôt une mise en garde. Et enfin...

Il ricana. Cette dernière règle achèverait de montrer à la Terranide que c'était lui qui menait la danse. Et elle lui assurerait aussi de pouvoir la rattraper avec beaucoup plus de facilité. Il reprit, souriant de toutes ses dents :

- Le jeu commence tout de suite.

Il trancha net les liens qui la retenaient, de même que la corde inutile qui entourait sa poitrine, entaillant celle-ci par la même occasion avec un petit "Pardon...". Il lui désigna le lointain avec son bras libre. Elle avait donc deux minutes pour s'enfuir, avant que le prédateur ne prenne sa proie en chasse.
Journalisée

Kõya Breathless
Rédactrice en chef de La Gazette
Modérateur
-
*****
Messages: 1021



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune hybride chatte qui se trouve être une rebelle dans l'âme. Pas facile à dresser !
« Répondre #22 le: Août 15, 2013, 02:47:05 »

Kõya attendit la réponse du sauvage pourtant elle savait qu’il allait accepter de ‘’jouer’’ avec elle. Après un petit temps d’attend celui-ci accepta le défi lui donnant quelques complément d’information qu’elle aurait bien voulu ne pas avoir. Faut toujours qu’il en rajoute celui-là. Pis bon même si demain il arrivait à la rattraper, il ne serait pas toujours à côté d’elle et un jour elle pourrait bien fuir. Kõya avait déjà été forcé à faire beaucoup de chose par ses anciens maîtres alors un peu plus… C’est vrai que celui-là l’avait bien mal mené, mais toute chose à une fin. Si ce n’était pas demain sa sera bien un autre jour. L’hybride pensait déjà à passer une nuit ‘’tranquille’’ à essayer de récupérer contre l’autre brut ajouta. – Le jeu commence tout de suite.

Les yeux de Kõya s’écarquillèrent d’un coup défigurant son interlocuteur. Quel lâche vraiment…  Un couteau vint couper les liens qui la retenaient à l’arbre et également un morceau de peau au passage. L’hybride entendit bien son petit pardon et avec un petit sourire mesquin elle attrapa le poignard qui était enfoncé dans son oreille. « Je n’allais pas l’oublier celui-ci… » Kõya le retira de l’arbre et de la même occasion de son oreille un jet de sang en sortie. Mais le problème n’était pas là… Elle avait deux minutes pour prendre la fuite une fois sur ses jambes elle tituba mais il ne fallait pas faiblir maintenant. L’hybride aurait qu’une chance, c’était maintenant. L’adrénaline montait en elle. Oui l’adrénaline qui permet à des personnes de tenir encore debout même après un grave accident. Cette adrénaline qui permet aussi de soulever des poids extrêmement lourd. L’adrénaline qui inspire la survie.

Kõya regarda alors dans la forêt d’un geste vif elle planta le poignard dans l’épaule de l’homme avant de commencer à courir laissant à son tour échapper un petit ‘’Pardon’’… L’hybride s’enfonça alors dans le cœur de la forêt entièrement nue. Des ronces s’enfonçaient dans ses pieds, des branches claquaient contre son visage et à voix basse Kõya comptait… Elle comptait le temps qui lui restait pour se cacher… 30, 31, 32… Kõya s’arrêta alors pour ramasser par terre une branche recouverte de feuille afin d’effacer les traces de pas qu’elle laissait derrière elle et de reprendre sa petite course. 1 minute ! Il fallait accélérer le pas. L’hybride s’arrêta alors prêt d’une flaque de boue pour se rouler dedans en évitant de tremper ses mains et ses pieds au maximum. La boue allait servir à se cacher plus facilement dans l’ombre. 1minute34. Kõya leva alors les yeux au ciel pour trouver au plus prêt d’elle le plus grand sapin mais surtout le plus touffu. Chose faite. Elle s’approcha de celui-ci et posa ses mains non boueuses contre celui-ci, puis ses pieds. Le fait de ne pas mettre de boue sur les extrémités de son corps était plus pratique pour grimper après les arbres et surtout ne pas laisser de trace de boue sur celui-ci. 1minute47. Kõya montait telle un chat après l’arbre son cœur battait à 1000 à l’heure et elle n’avait pas l’impression de contrôler son corps. C’était la peur et son instinct de survie qui la faisait bouger ainsi. 2minutes. L’hybride venait juste d’arriver sur une branche stable où elle pouvait s’assoir cacher entre les branches du sapin.

La neko passa la boue qui était sur son corps sur les extrémités de son corps pour cacher les dernières parties et se mit à respirer le plus silencieusement possible. Posant une main sur sa bouche pour ne plus faire de bruit du tout. Le sauvage avait du se lancer à sa poursuite. Bien sur Kõya n’était pas allé bien loin du camp où elle mais elle avait prit soin de cacher sa position. La neko ferma les yeux l’adrénaline partait petit à petit emportant sa force avec. Mais elle était bien installer sur sa branche coller au tronc à califourchon.
Journalisée

Silence
Nichonawan, fierté de son maître ♥
Legion
-

Messages: 2671


♦ Persona Non Grata ♦


Voir le profil
Fiche
« Répondre #23 le: Août 16, 2013, 04:25:09 »

Silence vit avec amusement la Terranide vaciller lorsqu'il la libéra. Mais ensuite, elle sembla reprendre contenance. Elle fit volte-face vers lui et lui planta la dague dans l'épaule. Surpris, il tomba à genoux, sa main tentant de stopper le début d'hémorragie, alors que l'hybride filait à toute allure, lui laissant à son tour une fausse excuse. Il sourit. Cette chasse était décidément très divertissante. Bien que la douleur soit bien présente, il retira l'arme de son bras, et se précipita à la poursuite de Chienne. Il ne lui avait pas laissé le temps convenu, mais qu'importait, puisqu'elle l'avait blessé, et qu'elle allait le regretter...

Elle était cependant à une distance assez importante, et elle semblait prendre la précaution d'effacer ses traces. Il devait donc utiliser ses autres sens de pisteur, comme l'ouïe ou l'odorat. Premièrement, elle empestait une odeur qu'il connaissait bien : celle du sang qui coulait de son oreille. Malheureusement, comme il saignait lui aussi, cela n'était pas très fiable. Par contre, il pouvait entendre le bruit de ses pas. C'est alors qu'il entendit un bruit de clapotis retentissant. Une rivière ? Peut-être avait-elle tenté de se cacher sous l'eau ? Si c'était le cas, elle allait bien devoir remonter à la surface. Quelle imbécile... Il pressa le pas, et découvrit alors une petite mare de boue, dont le contenu se mouvait encore. Cela signifiait bien qu'elle avait plongé dedans. Sans doute por se constituer un camouflage. Pas si bête que ça, finalement...

Il s'arrêta donc, regardant autour de lui, cherchant un bruit qui pourrait le mettre sur la voie. Il ignorait qu'en fait l'hybride était juste au-dessus de lui, à grimper à l'arbre. Il fit quelques pas, cherchant à savoir où pouvait-elle bien s'être cachée... Quand il entendit le craquement d'une branche. Juste derrière lui. Sans même se retourner, il lança le couteau dans cette direction et entendit le bruit caractéristique d'une lame qui s'enfonce dans la chair... Il fit volte-face, et fondit sur sa proie en sautant par-dessus un buisson, avant de s'apercevoir qu'il s'agissait d'un vulgaire écureuil, qui était en train de se vider de son sang, les yeux clos et un trou béant dans l'abdomen. Furieux, le mercenaire arracha son arme des entrailles de l'animal, avant de repartir à la recherche de la Terranide.

À peine était-il revenu à côté de la mare de boue qu'il entendit un son. Beaucoup plus clair et cristallin qu'une branche qui tombe. Non, c'était le son d'une gouttelette qui tombe dans un liquide. Il jeta un oeil du côté de la mare, et vit très nettement, malgré l'obscurité, des ronds se former dedans lorsque une goutte écarlate en perça la surface. Il devinait que la Terranide perdait encore son sang. Il savait donc à présent qu'elle était en haut de cet arbre. Levant les yeux, souriant, il cria :

- Je sais où tu te caches, ma Chienne ! C'était malin, le coup de la boue, parce que je ne te vois pas. Mais tu ne peux pas m'échapper. Tu devras bien sortir de là à un moment, et là... Tu seras à moi.

Son plan était infaillible.
Journalisée

Kõya Breathless
Rédactrice en chef de La Gazette
Modérateur
-
*****
Messages: 1021



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune hybride chatte qui se trouve être une rebelle dans l'âme. Pas facile à dresser !
« Répondre #24 le: Août 20, 2013, 04:38:05 »

Kõya attendit tranquillement dans l’ombre et dans la boue que le sauvage arrive. Bizarrement il arriva bien vite, le salo avait du partir plutôt que le temps de l’accord. La jeune hybride regarda vers le bas pour voir ce qu’il était entrain de faire. Les branches des arbres cachaient quand même une grande partie de la scène mais Kõya voyait quand même l’homme s’agiter en bas. Surtout quand il sortie un couteau avant de le lancer. La neko fut surprise et tout son corps se crispa d’un coup pensant qu’elle allait encore recevoir une dague je ne sais où. Mais non le sauvage partie alors en courant dans une autre direction. Kõya poussa alors un tout petit soupire de soulagement pensant que l’homme n’allait pas revenir pour aller chercher ailleurs, mais se fut de courte durée. Le revoilà !

Décidemment il n’allait pas lâcher l’affaire. Kõya continua à le regarder. Il ne bougeait pas écoutant les alentours pour essayer de repérer sa trace. Quand d’un coup sa voix résonna dans la forêt le sang de Kõya ne fit qu’un tour.

- Je sais où tu te caches, ma Chienne ! C'était malin, le coup de la boue, parce que je ne te vois pas. Mais tu ne peux pas m'échapper. Tu devras bien sortir de là à un moment, et là... Tu seras à moi.

Le regard du sauvage se leva dans la direction de Kõya, enfin pas tout à fait. Il savait qu’elle était dans l’arbre mais pas où exactement. La première réaction de l’hybride fut : Merde ! Mais elle essaya de se calmer pour trouver un plan B. Le but du jeu était de l’attraper donc si elle se débrouillait bien elle pouvait encore s’échapper. La neko regarda partout autour d’elle, et elle remarqua qu’un peu plus haut qu’elle une branche de l’arbre qui se trouvait à côté du sien. Pourquoi ne pas encore monter un peu et passer d’arbres en arbres pour fausser les pistes.

Kõya se redressa alors se tenant aux branches qui se trouvaient à côté. Mais comparé à toute à l’heure sa tête tournait et elle manqua de glisser à cause de la boue qui se trouvait maintenant sur ses pieds. Elle n’avait plus la force de se hisser. Kõya se laissa donc retomber à califourchon sur sa branche d’arbre ne manquant pas de faire du bruit sur le coup. Elle se coucha alors un peu sur la branche pour garder l’équilibre.

« Tu ne peux même pas imaginer combien de temps je peux rester ici… Mais si tu as trop de peur de me rejoindre je comprends. Ton poids ferrais sur ment craquer les branches. Et qui sais ce que j’ai pu préparer au dessus pour t’attendre… »

Qui sais… Même Kõya ne le savait pas. A part lui lancer des pommes de pins elle ne voyait rien d’autre. Peu être qu’il allait vraiment attendre en bas de l’arbre qu’elle descende ou qu’il allait peu être monter. En tout cas s’il montait c’était finit. Elle n’aurait pas la force de se débattre encore plus et peu être même qu’elle se laisserait tomber avant qu’il arrive pour en finir une bonne fois pour toute…
Journalisée

Silence
Nichonawan, fierté de son maître ♥
Legion
-

Messages: 2671


♦ Persona Non Grata ♦


Voir le profil
Fiche
« Répondre #25 le: Août 22, 2013, 08:36:32 »

Silence ricana. La neko n'avait pas eu la présence d'esprit de rester immobile. Même en étant presque invisible, si elle commençait à bouger, le bruit et le mouvement des feuilles suffisait pour savoir avec précision où elle se trouvait. Alors qu'elle bougeait légèrement, il avait réussi à comprendre qu'elle avait voulu s'élever un peu plus, puis s'était ravisée. Peut-être la douleur et la fatigue l'avaient-elle rattrapée, cela il ne pouvait pas en être certain. Mais il savait au moins où elle était. À la verticale de lui, à quelques mètres au-dessus.

- Tu ne peux même pas imaginer combien de temps je peux rester ici… Mais si tu as trop de peur de me rejoindre je comprends. Ton poids ferait surement craquer les branches. Et qui sait ce que j’ai pu préparer au-dessus pour t’attendre…

La Terranide avait de la suite dans les idées, cela ne faisait aucun doute. Mais en revanche, ce qu'elle venait de dire sonnait diablement faux. Cela sentait le bluff à plein nez. Un nouveau craquement de branche attira son attention. Si l'hybride était en haut de l'arbre, ce ne pouvait pas être elle. Mais alors qui ? Il entendit alors le cri d'un faucon pèlerin. Rassuré, il se détendit. Surgissant de derrière un buisson, Douleur et Innocent apparurent en souriant.

- Tu l'as attrapée ?

- J'ai l'air de l'avoir eue ? Elle est en haut de l'arbre. C'est toi qui l'a trouvée, Douleur, alors descends-la de là.

Excuse bidon, Douleur n'avait rien à voir dans cette histoire. Mais il savait comment elle pouvait s'y prendre. Et le regard qu'elle lui lança lui fit penser qu'elle avait eut la même idée. Elle s'écarta alors et sortit sa gourde. Elle l'ouvrit et lança son contenu sur le tronc, avant de fermer les yeux, faisant appel à son pouvoir. Elle gela alors la totalité du tronc d'arbre. Fière d'elle et légèrement essoufflée, elle se tourna en souriant vers Silence. Impressionné mais ne voulant pas le laisser paraître, le mercenaire lui dit :

- C'est bien. Descends-là, maintenant.

Elle reprit alors sa concentration puis serra les poings dans un mouvement très théâtral. Le bloc de glace se brisa alors, le tronc avec. Durant un instant, le sommet de l'arbre sembla tomber au ralenti. Silence se demandait comme elle pourrait s'en sortir, cette fois...

Dans un nuage de poussière, l'arbre s'effondra sur le sol, et la neko roula à terre, prête à être enfin capturée...
Journalisée

Kõya Breathless
Rédactrice en chef de La Gazette
Modérateur
-
*****
Messages: 1021



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune hybride chatte qui se trouve être une rebelle dans l'âme. Pas facile à dresser !
« Répondre #26 le: Septembre 09, 2013, 06:39:28 »

Kõya attendait pour voir ce qui allait se passer. Mais apparemment le mercenaire ne voulait pas monter au sommet de l’arbre… L’hybride pouvait souffler un peu alors depuis qu’il était arrivé tout allait de travers. D’un coup les oreilles en arrière la féline entendit une voix qui lui était familière. C’est la voix de Douleur… La revoilà la garce. Enfin, il se tramait des choses en bas et sous la fatigue Kõya ne comprenait pas tout ce qui se passait…

Pour le moment il ne se passait toujours rien, elle jeta un coup d’œil vers le bas et remarqua que Douleur était entrain de faire des choses bizarres avec le tronc de l’arbre. Effectivement celui-ci éclata alors sans aucune raison apparente pour la neko. Puis l’arbre commença doucement à pencher vers le sol. Que faire… Que faire… Rien Kõya n’a plus la force de sauter d’arbres en arbres. Elle s’accrocha donc du mieux qu’elle le pouvait à sa branche d’arbre espérant que la chute n’allait pas trop être violente. Ou au moins l’achever sur le coup. Mais rien de tel l’hybride fut éjecter ou l’arbre percuta le sol. Le choc fut assez fort pour l’envoyer rouler vers les pieds de Silence et Douleur.

Kõya resta allonger sur le sol, recroquevillée sur elle-même morte de froid, de douleur, de fatigue… Elle était au bout physiquement. En tout cas les moustiques n’allaient pas venir la piquer grâce à ce son petit camouflage fait avec de la boue, même s’il ne servait plus à rien… A si ! Peu être à repousser le mercenaire car faut dire vraiment c’est pas du tout esthétique. Enfin l’hybride eu à peine la force de relever les yeux vers l’homme. D’une voix très affaiblie elle prit la parole.

« Tu as triché… Donc je ne serais pas totalement soumise à toi. Gros con de Maître ! »

Le mercenaire avait triché à plusieurs reprises il faut dire. Il était partie plutôt lors de la poursuite et il avait été aidé pour déloger la féline. C’était vraiment un bon à rien enfaite. Lui chef… Quequette ! Enfin comme la dit Kõya c’est vraie qu’elle avait perdu donc elle aurait du lui être soumise. Mais comme celui-ci à légèrement triché, elle ne lui serait pas totalement soumise. Quand elle aura reprit un peu du poil de la bête, elle se fera un plaisir de l’insulter encore et encore. Faisant tout de travers. Et qu’il ne vienne pas mettre son membre dans la bouche de force de la féline, sinon, elle se ferait couper en deux directement. Couic !

Pour le moment, il fallait déjà qu’il s’occupe un peu de l’hybride s’il voulait lui faire quelque chose. Car la neko avait perdu connaissance juste après ses paroles. Trop de fatigue, trop de coups. Kõya n’est pas toute puissance et elle était totalement à bout… Tellement qu’elle sombra…
Journalisée

Silence
Nichonawan, fierté de son maître ♥
Legion
-

Messages: 2671


♦ Persona Non Grata ♦


Voir le profil
Fiche
« Répondre #27 le: Septembre 23, 2013, 07:07:37 »

Lorsque Kõya reprit connaissance, elle put se rendre compte qu'elle était attachée à une barre métallique (ses pieds sont attachés aussi), que sa bouche était obstruée, et qu'elle faisait face à un mur à deux ou trois mètres devant elle. Juste derrière elle se trouvait le lit de Silence, et à sa gauche les couchettes de ses quelques esclaves. Esclaves qu'il était en train de fourrer joyeusement, s'amusant avec elles, toutes en même temps. Assez difficile de les satisfaire toutes en même temps, mais il s'en souciait peu, c'était lui qu'il fallait satisfaire. Le plaisir de ses esclaves ne lui importait pas. Alors que son membre labourait vigoureusement le vagin d'une première, deux de ses doigts pénétraient l'anus d'une seconde et sa langue venait titiller le clitoris d'une dernière. Après un moment, il finit par jouir en criant, puis déclara aux jeunes femmes qu'il en avait terminé. Elles se relevèrent et vinrent se replacer sur leurs couchettes, docilement. Certaines jetaient des coups d'oeil furtifs dans la direction de la Terranide.

Le mercenaire, toujours nu, vint alors se poster en face d'elle, triomphant. Dans cette position, elle était complètement bloquée, et bâillonnée. Elle ne pouvait donc pas déverser sur lui un flot d'insultes, de même qu'elle ne pouvait pas se débattre. L'hybride était donc enfin maîtrisée. En émettant un léger ricanement de victoire, il lui caressa la joue, plus que ravi. Il l'avait voulue, celle là. Elle l'avait fait courir, et il l'avait enfin attrapée. Il avait fait un effort pour l'attraper en suivant un minimum les règles stupides qu'elle lui avait imposée, et c'est bien connu : après l'effort, le réconfort. Il était donc temps qu'elle le réconforte. Ou bien, plus exactement, qu'il se réconforte avec elle.

- Tu m'as bien embêté, ma petite Chienne. Mais c'est fini. À présent, tu es à moi, et tu ne peux strictement rien faire pour t'échapper. Le seul moyen pour toi d'être libérée est d'être tellement bonne que je me déciderais à être gentleman. Alors si ça ne t'ennuie pas, je vais vérifier.

Il s'interrompit, puis sourit. Il venait d'avoir une meilleure idée.

- Mais avant, il faut te faire payer ta désobéissance. Les méchantes Chiennes qui ne sont pas sages méritent une pu-ni-tion...

Chaque syllabe de ce dernier mot avait été prononcée plus fort que la précédente. Il se dirigea vers l'armoire où il cachait ses jouets, et en sorti une plaque qui serait parfaite pour donner la fessée à sa Chienne. De plus, les lettres B.I.T.C.H. y étaient inscrites de façon à s'imprimer sur la peau. Il alla donc se placer derrière la Terranide. La peur devait la tétaniser, car derrière elle, il pouvait lui faire tout ce qu'il voulait, et elle ne pouvait pas le voir. Il prépara donc son coup, levant l'instrument au-dessus de sa tête. Et enfin, après un moment qui dût paraître interminable à l'hybride, il l'abattit avec violence sur l'une de ses grosses fesses arrondies. Presque simultanément, le son du bois sur la peau et le cri étouffé de la Chienne retentirent dans la chambre. Une esclave se retint de pousser une exclamation, une autre ricana. Silence, lui, regardait le derrière de Kõya. Lorsqu'il l'avait frappée, le simple fait de voir son joli cul rebondir sous le coup avait rendu à son membre toute sa vigueur, même s'il venait juste d'éjaculer dans la fente d'une de ses esclaves.

- Hmmm... Tu m'excites tellement, ma Chienne...

Il lâcha l'instrument de bois et posa ses mains sur ses fesses ; l'une d'entre elles était toute rouge et marquée du mot BITCH, soit salope en anglais. Chienne aurait mieux convenu, mais ce n'était pas mal non plus. Il s'accroupit et déposa un baiser tendre sur la fesse qui avait été épargnée jusqu'à présent. Elle avait vraiment un cul magnifique.
« Dernière édition: Septembre 23, 2013, 07:44:22 par Silence » Journalisée

Kõya Breathless
Rédactrice en chef de La Gazette
Modérateur
-
*****
Messages: 1021



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune hybride chatte qui se trouve être une rebelle dans l'âme. Pas facile à dresser !
« Répondre #28 le: Décembre 02, 2013, 11:29:39 »

Combien de temps Kõya resta dans les vapes elle n’en savait rien du tout. Elle se réveilla dans une pièce qui sentait l’humidité… Mais, aussi le sexe à outrance comme si elle n’avait jamais été aérée.  En bref, sa puait le phoque ! Quand elle ouvrit les yeux sa vision était encore flou mai devant elle, l’hybride voyait bien un simple mur, elle essaya de bouger un instant mais tout de suite elle remarqua que ses mains et ses jambes étaient attachés. Le bougre cette fois il avait prit des précautions pour ne pas qu’elle s’en aille. Et surtout pour ne pas qu’elle parle. Car la neko avait quelque chose dans la bouche qui l’empêchait de parler. C’est bizarre pourtant… Il n’aimait donc pas sa douce et tendre voix ?
Petit à petit elle se réveillait. Et entendait à côté d’elle des gémissements de plusieurs filles. Des gémissements de plaisir. Sérieusement l’autre con était en train de se taper des esclaves justes à côté d’elle ? Il prenait du bon temps alors qu’elle était attachée ? Après tout c’était un être sans cerveau qui ne marchait que avec a bite. Donc au fond d’elle, Kõya n’était pas non plus très surprise.  Surtout qu’elle l’avait bien fait courir avant il en avait donc grandement besoin.  Les yeux ouverts elle regardait devant elle se posant des questions sur son sort… Même si elle savait très bien ce qui allait finir par se passer… Plus ou moins rapidement.

D’un coup le mercenaire arriva devant elle, complètement nu. Décidément les visions d’horreurs n’allaient toujours pas s’arrêter. Un bruit inaudible sorti de sa bouche. Si elle n’aurait pas eu la bouche obstruée par quelque chose il s’en serait prit la gueule !! Enfin il lui sortie tout un bla bla comme quoi elle l’avait bien fait chier et que le seul moyen d’être libre était d’être gentil. Cours toujours mon grand ! Enfin dans cette position elle n’avait pas le choix d’être gentille comme elle ne pouvait strictement pas bouger.  Puis il parle de punition. Ou plutôt de PU-NI-TION ! Car il insista très bien sur ce mot. Kõya se doutait bien avant qu’il en parle qu’elle allait encore morfler. Il s’en alla et l’hybride entendit le bruit d’un placard, celle-ci tourna la tête et remarqua qu’il venait d’attraper une plaque en bois.

Elle ferma directement les yeux et laissa sa tête tomber en avant. Ses fesses allaient souffrir. Il se plaça ensuite derrière elle. Kõya garda les yeux fermés attendant que le coup arrive. Sa respiration augmentait, elle contracta les fesses comme pour amortir le coup. Les secondes étaient très longues le mercenaire savait se faire attendre nous allons dire… Enfin oui enfin, le coup arriva sur ses fesses. L’hybride poussa un cri étouffé. Elle entendit une des esclaves du mercenaire ricaner… Il y à quoi de drôle au juste ? Si elle avait été libre la neko lui aurait bien mit sa main dans la gueule à celle-là.

Et la petite phrase que sortie le mercenaire… Hum… Si seulement elle pouvait lui répondre et l’envoyer chier. Kõya remua tout son corps faisant trembler l’architecture où elle était attachée mais, rien n’y faisait c’était solide. La colère montait en elle. Quand d’un coup son corps se contracta quand elle sentie les mains du mercenaire sur ses fesses. Et encore plus en sentant les lèvres de celui-ci. L’hybride commença de nouveau à se tortiller pour exprimer son mécontentement à ces caresses et baiser que lui ‘’offrait’’ le mercenaire, alors que des grognements sortaient aussi de sa bouche bâillonner.

Vivement qu’il soit gentleman… Et qui lui enlève son bâillon pour qu’elle se défoule un peu… C’était tellement simple de profiter d’une personne comme ça. Avait-il peur de devoir lui courir encore après comme il l’avait fait dans la forêt ?... 

« Dernière édition: Janvier 08, 2014, 12:16:07 par Kõya Breathless » Journalisée

Silence
Nichonawan, fierté de son maître ♥
Legion
-

Messages: 2671


♦ Persona Non Grata ♦


Voir le profil
Fiche
« Répondre #29 le: Avril 11, 2014, 07:50:14 »

Silence ricana. La Terranide était entièrement en son pouvoir, et ce sentiment indescriptible du prédateur qui a enfin réussi à prendre sa proie au piège après une traque éprouvante l'envahissait entièrement. Il la voyait s'énerver sur lui, attachée à son poteau, la rage au ventre, elle ne pouvait rien faire, sinon supporter, et attendre que ça passe. Le mercenaire en revanche, voulait faire durer le plaisir, et en profiter au maximum. Premièrement, parce qu'elle l'avait bien emmerdé jusque là, et deuxièmement parce qu'il avait rarement la chance de tomber sur une beauté pareille. Ses mains toujours posées de part et d'autre du postérieur de Kõya, il finit par se relever, non sans ponctuer chacun de ses mouvements d'une claque sur ses fesses, le bruit de sa chair qui rebondit lui procurant d'intenses frissons sadiques.

Il se dirigea alors vers une grande armoire qu'il ouvrit d'un coup sec. Elle contenait tout un tas d'objets sexuels divers, de tailles, formes et usages multiples. Il se tourna vers ses quelques esclaves et, devant le regard presque implorant de certaines, il leur lança un petit appareil vibrant aux dimensions d'un oeuf et les laissa s'amuser avec. Il choisit ensuite pour sa nouvelle favorite un godemichet d'une bonne trentaine de centimètres. Une belle pièce. Encore plus grand que son propre sexe, qui n'était pourtant pas des plus chétifs. En effet, la nature l'avait plutôt gâté de ce côté là, et il lui en était reconnaissant... Il revint alors auprès de l'hybride qui, c'était ça qui l'amusait le plus, ne pouvait même pas savoir ce qu'il fabriquait derrière elle. La pauvre Terranide ne pouvait qu'essayer de deviner ce qui se tramait dans l'esprit tordu et pervers du mercenaire.

Il revint donc s'agenouiller juste derrière sa prisonnière, puis posa le doigt sur son clitoris avec ses doigts. C'était un homme, il ne pouvait donc pas s'imaginer à quel point cet endroit était sensible, mais ses esclaves et/ou conquêtes lui avaient appris au fil du temps que ça l'était terriblement ! Il se mit donc à le frotter, le chatouiller, le pincer, s'amusant tout en lui faisant à la fois du bien et très mal ! Lorsqu'il le malmenait, le tordant cruellement, il s'imaginait que ce devait être un peu comme recevoir un violent coup de pied dans les testicules. Ce qui fait extrêmement mal. Une fois qu'il fut lassé de ses cris de douleur, il la relâcha, et saisit le godemichet qu'il avait déposé à côté de lui. Il murmura sur un ton qui ne laissait rien présager de bon :

- Maintenant tu vas hurler, ma petite Chienne...

Il approcha l'énorme engin de sa vulve et contourna lentement ses lèvres intimes avec le bout de son imposant membre synthétique. Ensuite, d'un coup sec, il l'enfonça en elle jusqu'à la garde, sans la ménager, plissant les yeux, comme si cela lui aurait permit d'entendre moins fort l'horrible cri qui jaillit de la gorge de sa prisonnière. Ne lui laissant pas le temps de s'habituer à la présence de cet énorme corps étranger qui la pénétrait, il commença à faire des mouvements de va-et-vient de plus en plus rapides en elle, un sourire glacial gravé sur le masque qui lui servait de visage.
Journalisée


Tags: neko  viol  humiliation  sex_toy  fellation  gorge_profonde  torture  vaginal  anal  
Pages: 1 [2] 3
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox