banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3
  Imprimer  
Auteur Sujet: Baignade au clair de lune [PV Silence]  (Lu 6162 fois)
Kõya Breathless
Rédactrice en chef de La Gazette
Modérateur
-
*****
Messages: 1021



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune hybride chatte qui se trouve être une rebelle dans l'âme. Pas facile à dresser !
« le: Juin 26, 2013, 09:51:17 »

C’était le week-end est Kõya ne travaillait pas. Avec les sous qu’elle avait pu voler à son ancien maître elle pouvait louer un petit appartement afin être tranquille. Le soleil traversa les fenêtres de sa chambre pour venir réveiller la jeune hybride qui commença à s’attirer dans son lit. Elle leva la tête pour regarder le temps aucuns nuages à l’horizon parfait pour aller se faire une petite ballade et pourquoi pas un petit camping sauvage. Kõya se tira doucement de son lit pour aller prendre une douche. Une fois bien réveillée grâce à une douche bien froide pour faire circuler le sang, elle choisit les vêtements qu’elle allait mettre. Elle n’allait pas faire un défiler mais une ballade en forêt, elle choisit donc de porter un mini short noir qui arrivait au niveau de ses cuisses, une chemise à carreaux rouge et noir et une paire de chaussure de marche. Une fois tout cela enfilé elle prit un gros sac ou elle mit une carte des alentours, de quoi manger et boire, un briquet et des allumettes au cas ou, un petit duvet pour passer la nuit même s’il ne faisait pas trop froid le soir et surtout à ne pas oublier du papier toilette. Très important… Enfin après plus d’une heure de préparation Kõya partie de chez elle et se dirigea directement vers la forêt ses oreilles de chat dans le vent.

Elle passa la journée à marcher à son rythme dans la forêt. Prenant plusieurs pauses pour regarder le paysage qui l’entourait. C’était vraiment beau. Pendant le temps de midi la jeune hybride avait remarqué sur sa carte que se trouvait un lac pas très loin d’elle et avait décidé qu’elle irait monter son campement là bas le soir. Et que dire… La nuit tombait doucement Kõya sortie sa carte et se dirigea vers le lac. Une fois arrivée vers celui-ci la jeune fille dut surprise. Il était vraiment beau, l’eau était claire on avait envie de s’y baigner. La jeune hybride posa son sac dans l’herbe avant de faire un rapide tour des lieux. Il n’y avait qu’elle et dame nature. Avant de se reposer l’hybride monta son campement, elle commença par faire un cercle avec des cailloux et mit au centre des brindilles, du bois et pour finir une allumette et un joli feu s’alluma. Kõya en profita pour faire un stock de petites bûches. Elle sortie ensuite son duvet et de quoi manger pour le soir. Ah enfin tout était prêt pour passer une agréable soirée. La jeune hybride enleva alors ses chaussures pour se sentir à l’aise. Son regard était bercé par la couleur du lac et plus la nuit tombait plus il était magnifique. Le ciel et les étoiles se reflétaient dedans.  De temps en temps des bruits venaient casser le silence qui régnait. Mais on était dans une forêt quoi de plus normal… Kõya avala son repas, avant de se lever et d’aller prêt du lac pour commencer à tremper ses pieds. L’eau était bonne pas trop froide de quoi avoir envie d’y plonger un coup. Et elle n’allait pas se gêner. Elle retourna prêt du feu et regarda une dernière fois à l’horizon grâce à son côté chat Kõya pouvait voir dans la nuit. Et… Personne à l’horizon. La jeune fille sur que personne allait venir, commença à se déshabiller. Elle fit tomber sa chemise, son short et ses sous vêtements prêt du feu. Elle en profita aussi pour remettre une grosse bûche avant de courir dans l’eau telle une gamine.

Elle n’hésita pas à rentrer dans l’eau directement et à s’y assoir juste sa tête dépassait. C’était tellement bon qu’elle laissa échapper un gémissement de plaisir.  Elle regarda un instant le ciel avant d’aller nager un petit peu en faisant attention de ne pas trop s’éloigner du bord quand même elle restait dans la lumière de son feu de camp. En longeant le bord elle remarqua un petit rocher qui dépassait, Kõya alla s’y adosser. Le bas de son corps était sous l’eau tant dis que le haut était à l’air libre. Mais comme il n’y avait personne sa ne la dérangeait pas. Elle ferma les yeux et commença à rêver de liberté pour tout les nekos. Un jour elle monterait une grande révolution et les humains devront faire attention à leurs petits culs… Enfin Kõya se laissait aller à de la rêverie décrochant totalement de ce qui l’entourait…
« Dernière édition: Juin 27, 2013, 09:33:53 par Kõya Breathless » Journalisée

Silence
Nichonawan, fierté de son maître ♥
Legion
-

Messages: 2671


♦ Persona Non Grata ♦


Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Juin 27, 2013, 09:40:55 »

Douleur et Innocent marchaient côte à côte, sans réel but. Ils discutaient de choses et d'autres. Innocent faisait part à la jeune femme de son sentiment de total inutilité au sein de la guilde, alors que Douleur expliquait au jeune Terranide qu'elle se sentait au contraire utilisée, rabaissée au statut d'E.S.Per et de son pouvoir. Elle se sentait bien aux côtés de l'hybride, bien qu'il soit chétif et peu impressionnant du côté physique, il avait une sorte d'aura apaisante vis-à-vis de Douleur. Le campement des Griffes d'Ammoth se situait à quelques centaines de mètres de là, dissimulé à la vue des rares voyageurs par les techniques les plus élaborées de la guilde. Douleur était vêtue d'une tunique courte, adaptée pour des mouvements souples et rapides, et agrémentée de quelques pièces d'armure : épaulettes et jambières de métal et gantelets de cuir. Innocent lui, comme à son habitude, portait une sorte de petite robe vert émeraude au goût douteux.

La soirée était déjà bien avancée, et les mercenaires de la guilde étaient occupés à commenter les différentes missions qu'ils avaient menées à bien, et à faire les malins devant Venin, Chimère et Plume, les femmes des Griffes. Peu intéressée, Douleur s'était retirée pour profiter de l'air frais du soir et le Terranide l'avait suivie, n'ayant de toute façon rien d'intéressant à raconter aux autres. La douce brise et l'absence totale de nuages rendaient le climat très agréable, et la jeune femme s'assit bientôt le dos contre un arbre, profitant de la température plus qu'adéquate. Plus douillet, l'hybride frissonna et, avec un sourire, annonça à l'E.S.Per qu'il allait chercher un manteau pour éviter de prendre froid.

Douleur se releva et continua de marcher quelques minutes, au gré de son humeur, sans même savoir où elle allait. Elle finit par atteindre un petit lac aux eaux transparentes. Ravie, elle réalisa qu'un bain serait parfait pour apprécier pleinement ce moment en tête à tête avec la nature... Lentement, elle se dévêtit, tout en restant sur ses gardes ; se faire attaquer pendant qu'elle est trop occupée à se déshabiller serait vraiment stupide. Elle conserva comme toujours une petite lanière de cuir à sa cheville droite, dans laquelle elle glissa un poignard, car on est jamais trop prudent. Elle dissimula ses vêtements en prenant garde qu'aucun bout de métal ne puisse refléter le soleil si jamais elle restait jusqu'à l'aube, et se laissa doucement couler dans l'eau limpide...

Durant quelques instants qui lui semblèrent paradisiaques, elle se prélassa dans ce lac, avec pour seule compagnie les oiseaux forestiers qui passaient par là. Jusqu'au moment où un bruit se fit entendre. Ses sens aiguisés de mercenaire reconnurent le craquement d'une branche, le bruissement des feuilles d'un buisson bousculé par un être vivant. Et pas un oiseau. Douleur avisa un rocher qui dépassait du lac et alla lentement, silencieusement (chose difficile dans l'eau) se cacher derrière. L'être qui apparut était une jeune femme, une Terranide. Plus précisément, une neko. Après un bref regard autour d'elle, l'intruse se déshabilla, comme Douleur l'avait fait un peu plus tôt, mais de l'autre côté du lac. Un peu plus loin, la jeune femme remarqua que l'hybride avait allumé un feu et jeté ses vêtements non loin de là. Lorsque la neko entra dans l'eau, Douleur ressentit les vibrations de l'onde avec force. L'intruse était persuadée d'être seule. La jeune femme remarqua que, découpée dans la lueur projetée par le feu, la silhouette de la Terranide était extrêmement bien formée. Une poitrine rebondie et surdimensionnée, mais pourtant correctement maintenue en place... Des courbes élégantes...

L'inconnue nagea quelques instants, toujours sans se douter de rien, puis remarqua le rocher. Elle se précipita vers lui et vint s'y adosser. Elle était toute proche de Douleur alors, discrètement, celle-ci sortit de sa cachette et découvrit l'hybride dans toute sa beauté. En effet, la neko était sublime, mais heureusement, elle ferma les yeux. Elle murmura quelques mots puis sembla sombrer dans le sommeil. Douleur n'arrivait pas à détourner les yeux du spectacle qui s'offrait à elle. Sentant un excès de témérité, elle appuya un doigt sur le sein gauche de l'inconnue, jusqu'à l'enfoncer de deux bons centimètres. La Terranide ne broncha pas. Bouillonnant, Douleur ne put s'empêcher de penser que ses seins étaient beaucoup plus gros que les siens. C'est alors que son regard fut attiré par une autre partie de son anatomie. Elle avait beau être sous l'eau, l'intimité de la neko, glabre et plutôt accueillante, retint son regard quelques instants.

C'était un sentiment très étrange. Douleur n'avait jamais ressenti le moindre sentiment pour une femme, et elle savait qu'elle était privilégiée dans cette position. Si Silence ou une autre Griffe avait été à sa place, il aurait immédiatement profité de cette beauté endormie. Pas elle. Elle plongea la tête sous l'eau, contemplant avec plus de proximité cette intimité étrangère. Soudain, l'endormie fit un mouvement. Elle n'était pas réveillée, mais cela surprit assez Douleur pour la faire plonger complètement sous l'eau. Elle se déplaça en rasant le fond jusqu'à l'autre côté du rocher, regagnant sa cachette. Elle ressentit à ce moment-là quelque chose de très agréable dans son bas-ventre, et se rendit compte qu'elle mouillait. Gênée et pleine d'incompréhension, elle rougit devant ce sentiment nouveau et ne parvint pas à se retenir. Elle commença à caresser doucement ses lèvres intimes, chose nouvelle pour elle, malaxant son propre sein de l'autre main, stimulée par la présence si proche d'une inconnue endormie et complètement nue...
Journalisée

Kõya Breathless
Rédactrice en chef de La Gazette
Modérateur
-
*****
Messages: 1021



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune hybride chatte qui se trouve être une rebelle dans l'âme. Pas facile à dresser !
« Répondre #2 le: Juin 29, 2013, 12:57:43 »

Kõya était endormie ne sentent pas du tout qu’une personne était là. A ses côté entrain de lui toucher un de ses seins, pour ensuite la regarder avant de commencer à se caresser. Oui la jeune hybride était encore entrain de rêver de sa grande révolution envers les humains. Mais cela ne dura pas… Kõya se réveilla tranquillement, rester sens bouger dans l’eau sa donne froid mais à son réveille quelque chose n’allait pas. Il y avait un peu plus de remous cas son arrivé dans l’eau et elle entendait un léger bruit. L’hybride ne bougea pas ses oreilles penchées en arrière d’où venaient les bruits. Il y avait quelqu’un derrière le rocher. Elle ne fit aucun geste resta dans la même position pendant un instant. Si l’individu qui se trouvait derrière elle lui voulait du mal il l’aurait déjà fait depuis le temps…

Kõya prit une grande inspiration avant de se jeter sur le côté. Elle opta au passage pour le côté où il y avait de l’eau même si sa poitrine n’était pas tout à fait cachée au moins elle ne se retrouvait pas nu comme un verre sur la plage devant un inconnu. Elle alla crier pour demander l’identité de la personne mais quand elle vit que c’était une femme entrain de se caresser elle resta bloquée.  Kõya était bouche bée. Elle ne voyait qu’une femme entrain de se malaxer un sein mais vue les remous qui était dans l’eau elle faisait également autre chose. La jeune hybride fixa son regard tout d’abord le visage de la femme qui y avait en face d’elle avant que ses yeux furtivement aillent sur sa poitrine. Plus petit que la sienne certes mais très belle de ce qu’elle avait vue avec la lumière du feu.

Enfin l’hybride détourna quand même son regard avant de prendre la parole d’une voix plutôt gênée mais également plein de surprise. Car vue les circonstances il y avait de quoi. «Euh… Je suis dé… Désolé de vous avoir surprise entrain… Entrain de vous cares… Euh baigner on va dire…» Kõya laissa un petit silence avant de reprendre la parole aussitôt : «Non en faite ! Non  je ne suis pas désolé !! Pourquoi vous êtes ici d’abord ?... Et pourquoi vous faite cela à côté de moi ? Pis vous êtes qui ?». Tout était confus dans la tête de l’hybride et sa s’entait. Pis d’un coup elle se demanda mais pourquoi rester le dos tourné à cette jeune femme. Elle allait peu être se jeté sur elle pour lui faire du mal Kõya se retourna alors brusquement pour ne plus la quitter du regard. Bon même en la regardant si elle venait à se jeter sur elle l’hybride ne pourrait rien faire frêle comme elle était aucune technique de combat à son actif la seule chose qu’elle pourrait faire… L’assommer ou l’étouffer avec sa poitrine… Pitoyable il est vrai… En regardant mieux Kõya remarqua aussi que la femme qu’il y avait en face d’elle était mince peu être qu’elle n’avait rien à craindre. Mais maintenant il fallait attendre les réponses à toutes ces questions pour en savoir un peu plus sur son identité et le pourquoi du comment elle se tripotait. Mais bon… Surprendre une jeune femme entrain de se caresser comme cela sa ne laissait pas Kõya indifférente et juste d’y repenser elle se mordilla un coup la lèvre mais d’abord comme il a été dit… Il lui fallait des les réponses…
Journalisée

Silence
Nichonawan, fierté de son maître ♥
Legion
-

Messages: 2671


♦ Persona Non Grata ♦


Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Juillet 03, 2013, 03:27:46 »

Alors que Douleur était toujours occupée à se faire plaisir, l'inconnue s'était réveillée, et l'avait apparemment repérée. En effet, il ne fallut pas longtemps à la Terranide pour se jeter sur le côté et découvrir la jeune femme dans cette position compromettante. L'hybride était comme paralysée, la bouche grande ouverte. La Griffe, elle, n'en menait pas large. Elle balbutia quelques paroles tout à fait inaudibles et son regard fiévreux ne put se poser ailleurs que sur les seins de cette belle neko... Cette dernière détourna le regard, sans doute outrée et stupéfaite, et bredouilla :

-  Euh… Je suis dé… Désolée de vous avoir surprise en train… En train de vous cares… Euh, baigner on va dire...

Elle laissa un instant un silence pesant s'installer avant de reprendre avec plus de contenance :

- Non en fait ! Non,  je ne suis pas désolée !! Pourquoi vous êtes ici d’abord ? Et pourquoi vous faites cela à côté de moi ? Pis vous êtes qui ?

Douleur avait un peu de mal à reprendre un vrai contact avec la réalité, mais en tout cas, elle avait cessé de se tripoter, et avait instinctivement plongé le reste de son corps dans l'eau, laissant sa tête émerger. C'est à cet instant que la Terranide plongea ses grands yeux marrons dans le regard azuré de la mercenaire, lui faisant réellement reprendre consistance. Douleur entreprit donc de donner des réponses à la Terranide :

- Je m'appelle Kanako – inutile de lui donner son vrai nom – et j'ai passé une dure journée... Alors j'étais venue ici pour me relaxer un peu, et vous êtes arrivée ! J'ai eu peur, alors je me suis cachée. Et vous m'avez trouvée... Vous... Vous ne me voulez pas du mal ?

Douleur était musclée, mais très mince. Il ne lui était pas difficile de passer pour une pauvre jeune fille éplorée peureuse et pleurnicheuse. Même si la réalité était toute autre. Toujours en mimant la détresse, elle recula et commença à pleurer.

- Je vous en prie, ne me faites pas de mal !

Dans une manoeuvre qui semblait assez plausible pour mettre de la distance entre elles, la Griffe battit l'air de ses bras en fermant les yeux. Un claquement dans la nuit. Involontairement, du moins c'est ce que l'hybride croirait, elle venait de gifler l'un de ses énormes seins, le faisant rebondir de façon très agréable pour la mercenaire qui, après tout, était toujours très excitée. Comment allait réagir la belle et voluptueuse inconnue ?
Journalisée

Kõya Breathless
Rédactrice en chef de La Gazette
Modérateur
-
*****
Messages: 1021



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune hybride chatte qui se trouve être une rebelle dans l'âme. Pas facile à dresser !
« Répondre #4 le: Juillet 08, 2013, 07:34:01 »

La jeune fille qui se trouvait en face de Kõya avait l’air aussi mal à l’aise qu’elle. Il y a de quoi quand même… La neko attendit les réponses à ses questions et cela ne tarda pas à arriver quand son interlocutrice reprit le sens du temps tout c’était dérouler assez vite faut dire.

- Je m'appelle Kanako – inutile de lui donner son vrai nom – et j'ai passé une dure journée... Alors j'étais venue ici pour me relaxer un peu, et vous êtes arrivée ! J'ai eu peur, alors je me suis cachée. Et vous m'avez trouvée... Vous... Vous ne me voulez pas du mal ?

Bon c’était une excuse un peu bateau on va dire. Mais que dire après cette scène : ‘Tu étais trop bonne pendant que tu dormais j’ai voulu me faire un peu plaisir pendant ce temps ?’… Euh non… Kõya resta alors perplexe lors de la réponse de Kanako elle osa un sourcil et la regarda. Pourtant le comportement de la neko changea lorsque que la jeune fille se mit à pleurer. L’hybride se prit de compassion son histoire était peu être vraie au point de se mettre dans un telle était. Et Kanako n’avait pas l’air si méchante que ca. Enfin Kõya allait lui dire qu’il ne fallait pas pleurer pour cela mais, quand elle s’approcha la fille se mit à prendre de la distance en faisant de long mouvement avec ses bras quand une des mains arriva dans sa poitrine… Kõya écarquilla alors les yeux attrapant directement sa poitrine et caressa machinalement son sein endolorie. C’était vraiment une soirée qui sortait de l’ordinaire… La neko se recula tenant toujours sa poitrine pour ensuite prendre la parole essayant de rassurer Kanako et éviter de se faire frapper à nouveau.

« Ce n’est pas grave vous ne l’avez pas fait express… Mais calmer vous je n’ai pas envie de me prendre une autre gifle de votre part et je ne vais pas vous faire du mal. Regardez moi sa se voit je ne suis pas taillée pour me battre loin de là. Je ne vous ferez rien du tout rassurez vous ! Et bon pour toute à l’heure… Je vais faire comme si de rien n’était… Tout le monde à droit de se donner un peu de plaisir surtout après une dure journée. Je vais oublier. Enfaite je vais me présenter aussi je m’appelle Kõya ! »

Kõya avait essayé de rassurer la jeune fille comme elle le pouvait et elle espérait que sa avait marché au moins un minimum. Que pouvait faire la neko pour mettre Kanako à l’aise pour qu’elle se sente en sécurité. Elle la regarda un instant et eu une idée pour la rassurer. Enfin une idée est un bien grand mot Kõya s’approcha petit à petit un sourire affiché sur le visage les mains en dehors de l’eau pour lui montrer qu’elle ne lui voulait pas de mal et une fois assez de Kanako… L’hybride l’attrapa pour la serrer dans ses bras. Et voilà que Kõya lui faisait un gros câlin pour la rassurer, serrant alors son corps contre le sien. « Voilà tu n’as pas à avoir peur de moi ! »
Journalisée

Silence
Nichonawan, fierté de son maître ♥
Legion
-

Messages: 2671


♦ Persona Non Grata ♦


Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Juillet 09, 2013, 07:04:24 »

- Ce n’est pas grave vous ne l’avez pas fait exprès… Mais calmez-vous je n’ai pas envie de me prendre une autre gifle de votre part et je ne vais pas vous faire du mal. Regardez-moi ça se voit je ne suis pas taillée pour me battre loin de là. Je ne vous ferai rien du tout rassurez-vous ! Et bon pour tout à l’heure… Je vais faire comme si de rien n’était… Tout le monde à droit de se donner un peu de plaisir surtout après une dure journée. Je vais oublier. En fait je vais me présenter aussi je m’appelle Kõya !

Intriguée, Douleur risqua un oeil vers la Terranide. Dans cette obscurité, elle ne pouvait pas dire si la mercenaire ouvrait ou fermait les yeux de toute manière, donc pourquoi se priver ? Le rôle de la jeune femme effrayée semblait plutôt bien marcher avec elle, alors autant continuer à jouer les imbéciles. Elle murmura, dans un chuchotement presque inaudible :

- Tu ne vas pas me blesser ?

Mais la suite des événements devait la surprendre. En effet, "Kõya", n'écoutant que son bon coeur, se précipita sur elle. D'instinct, Douleur eut un mouvement de recul, mais l'hybride voulait en réalité seulement l'étreindre de toutes ses forces.

- Voilà, tu n'as pas à avoir peur de moi !

Bien que ce soit totalement invisible dans la faible clarté diffusée par le feu de Kõya, Douleur rougit. Dans cette position, leur poitrines respectives étaient pressées l'une contre l'autre. Et effectivement, celle de la neko était beaucoup plus imposante...

- Douleur ?

En entendant cette voix, la Terranide fit volte-face, effrayée, mais Douleur réagit plus vite. Passant ses bras devant Kõya, l'un à la gorge, et l'autre aux bras, elle immobilisa la neko.

- Tout va bien, Innocent... Elle est maîtrisée !

- Mais qui est-elle ? Serait-ce une Terranide ?

Leur échange semblait très banal, vu comme ça, sans compter le fait qu'entre eux se trouvait une Terranide-chat nue, à la poitrine comprimée par le bras qui l'entourait pour immobiliser ses bras. Quand elle réalisa dans quel position elle se trouvait, elle rougit à nouveau et relâcha Kõya, comme par réflexe. Celle-ci, ne comprenant rien, s'écarta d'un coup. Tous trois se retournèrent lorsqu'une nouvelle voix se fit entendre dans la nuit.

- Mais qu'avons-nous là ? Ce n'est pas très aimable à toi de vouloir garder une telle perle pour toi, Douleur.

Cette voix... Cette silhouette aux longs cheveux argentés, assis auprès du feu, à manger une savoureuse pomme... Comme pour s'excuser, Innocent s'expliqua à la jeune femme :

- C'est pas ma faute ! Quand je lui ai dit pourquoi je venais, et où tu étais, il a parlé de ce lac et a insisté pour venir... Même si c'était pour te mater...

Mais ce qu'on a là est bien plus alléchant encore... Amenez-là moi ici, que je vois mieux...

Innocent et Douleur prirent la Terranide chacun par un bras, n'écoutant même pas ses protestations, ne prêtant pas attention à ses tentatives d'évasion. Sur la berge, ils s'assirent en tirant sur ses bras, pour la forcer à s'allonger. Dans cette position, on eut dit qu'elle se prosternait devant son Dieu. Avec un ricanement dont lui seul avait le secret, le chef des Griffes  s'approcha d'elle et s'agenouilla à proximité, détaillant de son regard pervers chaque centimètre de son corps nu.

- Mettez-là sur le dos... Il y a bien plus à découvrir.

Soupirant, ils s'exécutèrent, dévoilant ainsi d'un seul coup l'intimité et la poitrine de Kõya. Avec un sifflement admiratif, Silence murmura :

Intéressant... Dis-moi qui tu es, ma belle...
Journalisée

Kõya Breathless
Rédactrice en chef de La Gazette
Modérateur
-
*****
Messages: 1021



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune hybride chatte qui se trouve être une rebelle dans l'âme. Pas facile à dresser !
« Répondre #6 le: Juillet 09, 2013, 08:23:04 »

Kõya ne lâchait pas Kanako l’hybride se sentait bien dans cette position. Sentir le corps de la jeune fille contre le sien lui faisait réellement plaisir. Posant sa tête sur son épaule la neko lui chuchota à l’oreille qu’elle n’allait pas la blesser qu’il ne fallait vraiment pas qu’elle s’inquiète. Mais d’un coup pendant cet agréable moment une voix résonna. Une voix masculine. Kõya se retourna pour voir se qu’il se passait mais Kanako l’attrapa directement pour l’immobiliser. La neko ne comprenait rien à ce qui était entrain de se passer. Quand elle alla prendre la parole pour demander des explications elle entendit l’humaine parler de maîtrisée. Kõya était perdu tout cela était un piège ? Kanako avait fait cela pour pouvoir capturé la neko avec un complice ? L’hybride tourna les yeux dans la direction de la voix masculine elle fronça un coup les sourcils ce n’était pas un homme… Lui aussi avait des attributs d’animaux. Kõya ne voyait pas tout à fait mais elle avait remarqué que sur sa tête lui aussi avait des oreilles. Mais d’un coup l’hybride sentie que l’étreinte des bras de Kanako se faisait moins forte jusqu’au point de la lâcher il ne fallait pas en demander plus et Kõya en profita pour s’écarter. Mais une nouvelle voix rompue le silence. Une voix grave qui n’inspirait pas une grande confiance. L’hybride se retourna directement pour voir à qui elle avait encore à faire. C’était fois c’était bien un homme qui se trouvait prêt du feu. Dans les paroles de celui-ci Kõya entendit le mot ‘Douleur’ le terranide l’avait déjà prononcé en arrivant… C’était quoi un nom de code ou quoi ? Mais quand l’hybride s’adressa à Kanako, Kõya compris qu’elle l’avait trompé dès le début en lui disant un faux prénom. L’hybride regrettait à ce moment d’être tombée dans un piège aussi naïf. Elle avait l’air pourtant si innocente pendant qu’elle était entrain de pleurer. La prochaine fois s’il elle arrive à sortir de la elle ne fera plus confiance aux petites filles pleurnichardes…

La voix de l’homme prêt du feu résonna encore il voulait voir Kõya de plus prêt. Kanako enfin Douleur maintenant et l’autre individu attrapèrent la neko part le bras pour l’emmener au bord du feu. Mais Kõya commença à se débattre elle n’allait quand même pas se laisser faire. Mine de, la pleurnicharde avait de la force. Elle bougeait dans tout les sens essayant de donner des coups de pied, penchant la tête en arrière pour crier à l’aide mais si elle savait déjà qu’au fin fond de la forêt personne n’allait venir l’aider… Mais c’était un réflexe, sous l’effet de la panique des larmes perlaient aux coins de ses yeux. Arriver sur la berge elle sentie directement le regard de cet homme se poser sur elle. Kõya voulait se cacher mettre ses mains pour protéger son intimité retrouver ses vêtements qui était au coin du feu mais impossible. Le terranide et Douleur la mirent de force à terre devant l’homme aux cheveux argentés. Même allongé Kõya se tortillait encore pour essayer de se libérer. Criant encore et encore elle se retrouva alors sur le dos en face d’elle l’homme qui devait être le chef la regardait sous toute les coutures. L’hybride essaya alors de lui donner des coups de pieds mais il était trop loin d’elle… Celui-ci lui demanda qui elle était… Depuis l’arrivé des deux hommes tout allaient de travers. Pourtant à part crier Kõya n’avait pas dit un mot essayant de faire le point petit à petit sur la situation mais c’était trop… Sous l’effet de la colère des larmes coulèrent le long de ses joues et la neko prit la parole ses sourcils étaient froncés, ses oreilles étaient complètement couchées sur sa tête et elle mettait en avant ses canines telle un animal sauvage.

« Qui je suis petite bite ? Qui je suis… Je suis ta mère enculé ! Etre à trois contre une c’est vraiment une attitude de tapette. Vous êtes des merdes. Toi la petite bite qui à l’air d’être leur chef. Ose t’approcher de moi et je t’arrache ce que tu as entre les jambes avec les dents. »

Kõya redressa alors la tête pour faire face à Douleur en la regardant dans les yeux elle lui adressa à son tour la parole.

« Et toi la pleurnicharde sa à l’air d’aller mieux d’un coup pourtant tu as arrêté de te toucher la chatte. T’es vraiment qu’une salope. – Kõya en profita pour lui cracher au visage – Tu ne mérite que sa de ma part. Je n’aurais pas du écouter t’es belles paroles. – Puis l’hybride se retourna pour regarder le teranide – Et toi au lieu de servir de larbin à l’autre tapette tu devrais suivre ton propre chemin et t’en prendre à quelqu’un de ton espèce tu fais aussi pitié qu’eux… »

Après cela Kõya se remise à crier la tête soulever elle regarda le chef elle plongea ses yeux dans les siens malgré la peur qui parcourait tout son corps il ne fallait pas perdre espoir. A un moment ils la lâcheront et c’est à ce moment qui faudra essayer de fuir. L’hybride se souvenait également que dans son sac pas trop loin d’elle se trouvait un couteau qu’elle avait prit avant d’aller se promener il pourrait également être utile si elle arrivait à l’attraper. Non les personnes qui se trouvaient avec elle en ce moment allait lui faire subir d’horribles choses comme c’était partie mais il ne fallait pas perdre espoir non…
Journalisée

Silence
Nichonawan, fierté de son maître ♥
Legion
-

Messages: 2671


♦ Persona Non Grata ♦


Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Juillet 09, 2013, 11:05:09 »

Se souciant peu du visage inondé de larmes de la Terranide, Silence ne prêtait attention qu'à ses paroles qui, si elles étaient blessantes, ne le touchaient que très peu.

- Qui je suis, petite bite ? Qui je suis… Je suis ta mère, enculé ! Être à trois contre une c’est vraiment une attitude de tapette. Vous êtes des merdes. Toi, la petite bite qui à l’air d’être leur chef. Ose t’approcher de moi et je t’arrache ce que tu as entre les jambes avec les dents.

Elle jeta un regard haineux envers Douleur et lui cracha au visage. La jeune femme tint bon et ne lâcha pas prise s'essuyant d'un mouvement des épaules, alors que la neko recommençait à s'égosiller :

- Et toi la pleurnicharde, ça a l’air d’aller mieux d’un coup pourtant tu as arrêté de te toucher la chatte. T’es vraiment qu’une salope. Tu ne mérite que ça de ma part. Je n’aurais pas du écouter t’es belles paroles. Et toi, au lieu de servir de larbin à l’autre tapette, tu devrais suivre ton propre chemin et t’en prendre à quelqu’un de ton espèce : Tu fais aussi pitié qu’eux…

Bien que Silence soit très intéressé par le passage où Douleur "se touche chatte", sachant que ce n'est pas dans son habitude, l'attitude de la Terranide ne lui plait pas beaucoup. Il fallait lui montrer qui était le chef, et vite. Mais comment lui faire adopter une attitude soumise... La mutilation ? Peut-être un peu extrême... Le viol ? Classique... Coupant court à ses réflexions, Innocent pris la parole :

- Le traiter de tapette est peut-être mal choisi. Dans votre situation, il y a de grandes chances pour que vous ayez le temps de barrer aussi "petite bite" de votre liste d'insulte.

C'était bien gentil de sa part, mais Silence devait la soumettre lui-même.

- Ah. Trois contre un, c'est pour les tapettes ? D'accord. Lâchez-là.

Mais avant même qu'ils aient obéi, le mercenaire était déjà devant elle. Lorsqu'ils obtempérèrent, Silence administra un formidable coup de poing au visage de l'hybride, un coup dont elle se souviendrait sans doute longtemps. Sonnée par l'impact, elle n'a pas le temps d'éviter Silence qui se jette sur elle, à la manière d'un flic dans Les Experts, et sort une cordelette dont il se sert pour attacher les mains de la neko dans son dos. Il fait immédiatement un noeud quasiment est indénouable, puis, satisfait, soulève la Terranide à bout de bras, la transporte jusqu'à un arbre avant de la ligoter complètement à celui-ci, une corde autour des chevilles, une autour du bassin, une autour de la gorge, et une, juste pour s'amuser, faisant le contour de ses seins, les faisant ressortir et diffusant certainement une certaine douleur dans tous ses nerfs.

- T'as vraiment une grande gueule, tu sais ça ?

Elle voulut répliquer, mais il la bâillonna soudainement avec sa main, l'empêchant de dire quoi que ce soit.

- À présent tu te tais. Tu as bien fait la fanfaronne, mais c'est terminé. Je vais être sympa et te prévenir de ce qui t'attends. Dans quelques instants, tu me suppliera pour que je te fourre ma "petite bite" comme jamais t'as prié pour avoir quelque chose. Et puisque t'as pas voulu me répondre, dès maintenant ton nom sera "Chienne". Enchanté, Chienne.

Avec un sourire satisfait, Silence relâcha ses muscles, certain à présent qu'elle était totalement impuissante. Il s'approcha d'elle et la gratifia soudainement d'une grosse lèche dans le cou, avant de lui mordiller la peau avec un air taquin. Afin d'annihiler dès cet instant tous ses espoirs, il fouilla un instant ses poches puis en ressortit un objet qu'il avait trouvé dans le sac de "Chienne". Un petit poignard, pour se défendre contre les bandits. Dans un souffle contre sa joue, il lui susurra :

- J'espère que tu ne comptais pas sur ça pour te protéger ? Hein ?
Journalisée

Kõya Breathless
Rédactrice en chef de La Gazette
Modérateur
-
*****
Messages: 1021



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune hybride chatte qui se trouve être une rebelle dans l'âme. Pas facile à dresser !
« Répondre #8 le: Juillet 10, 2013, 12:57:20 »

Kõya n’arrêtait pas de bouger dans tout les sens enfin comme elle le pouvait. Mais d’un coup le terranide prit la parole lui faisant la leçon comme quoi il ne fallait pas qu’elle utilise telle terme ou telle terme. Au point ou elle en était qu’elle les insultes ou pas son sort était belle est bien scellé donc bon autant en ‘’profiter’’… Mais à peine a-t-il finit de parler que le chef de la bande reprit la parole, apparemment la réflexion de la neko avait fait son petit effet et il n’avait pas du apprécier que sa soit un de ces serviteurs qui réprimande Kõya. Enfin le chef avait demandé qu’on lâche la neko celle-ci pensait qu’elle aurait une occasion pour essayer de filler… Mais à peine que Douleur et le terranide lâchèrent leurs étreintes que le chef de la bande se jeta sur Kõya. Enfin son poing se jeta sur elle. La neko se prit un magnifique coup de poing… Elle ne perdit pas conscience ça non elle avait déjà prit plus cher avec ses anciens propriétaires pourtant la neko fut quand même sonner un bon coup. Sa tête bascula à droite, à gauche, en arrière… Elle suivait les mouvements qu’on lui donnait. Ses yeux regardaient dans le vague, dans sa tête tout se bousculait. Même si elle aurait eu une occasion pour bouger l’hybride n’aurait pas pu.

D’un coup son corps se souleva et alla un heurter un arbre un peu plus loin. Un goût dans sa bouche la fit réagir… Le goût du sang le coup qu’elle venait de se prendre avait bien fait mal. Reprenant ses esprits elle remarqua que le chef de la bande était entrain de l’attacher après un arbre. Les cordes qui l’empêchaient de se mouvoir lui faisaient atrocement mal. C’était tellement serré. Pourtant elle essayait encore de se tortiller comme elle le pouvait. Une fois finit le chef lui adressa la parole… Kõya une grande gueule… NEIN ! Justement elle commença à ouvrit la bouche pour prendre la parole mais la main de l’homme l’empêcha de parler. Ce n’était que partie remise…  Il prit donc la parole ce qu’il venait de dire fit ricaner la neko. La peur fait parfois faire de drôle de chose. Il y a pas longtemps elle pleurait et maintenant elle arrivait à rire. Surtout au passage de petite bite et de chienne. Comme si Kõya allait le supplier et comme si elle n’allait ne pas répliquer au petite chienne.

Une fois qu’il eu finit de parler il s’approcha de la neko pour la lécher et la mordiller. Tout cela la répugnait au plus au point et pour finir en beauté il sortie de sa poche le couteau qu’elle avait dans son sac.  Il lui parla au coin de la joue… Son halène venait directement sur le visage de Kõya et d’un coup sec elle tourna la tête pour lui mettre un espèce de coup de boule. Mais à cause des liens qui la retenait la jeune neko se brula légèrement la gorge une belle marque rouge ne devrait pas tarder à apparaître. Et comme elle avait fait à Douleur il y avait pas longtemps elle cracha sur le chef de la bande. Un mélange de salive et de sang parti directement sur lui. Et enfin elle pu reprendre la parole...

« Moi me taire devant toi… La bonne blague ! Personne n’arriva à me soumettre et à me faire fermer ma grande gueule comme tu le dis si bien. Et jamais je te supplierais je préfère crever que de te supplier… Petite bite ! – Kõya pose directement son regard sur Douleur pour accentuer ses dires – Je t’ai répondu toute à l’heure… J’ai dis que j’étais ta mère ! Mais si ta mère est une chienne je comprends que tu sois comme ça ! »

Kõya baissa la tête pour pousser encore un ricanement pendant que des larmes coulaient en même temps sur son visage. Elle se mit alors à murmurer, la plus part des choses n’étaient pas compréhensible mais une phrase facilement reconnaissable revenait le plus souvent : « N’ai pas peur… N’ai pas peur… N’ai pas peur… » Comment Kõya allait être mangée, elle se le demandait. L’hybride se voyait encore recevoir plusieurs coups puis violé et laisser pour morte. Ces hommes enfin ce n’est même pas des hommes mais plutôt des sauvages savaient faire que cela. Mais bon combien de fois la neko avait été battu, abusé, menacé ? Elle ne comptait plus… Tout les maîtres qu’elle avait eu avait profité d’elle… Kõya redressa alors la tête pour s’adresser de nouveau à l’homme pour le provoquer. Pour en finir au plus vite...

« Alors tu comptes me faire quoi, me frapper jusqu’à me faire sauter les dents ? Me fourrer ta petite bite ?... Va y je t'attend... »

Kõya baissa de nouveau la tête attendant son sort…
Journalisée

Silence
Nichonawan, fierté de son maître ♥
Legion
-

Messages: 2671


♦ Persona Non Grata ♦


Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Juillet 10, 2013, 08:25:30 »

Elle lui cracha dessus. Quelle imagination, c'était la deuxième fois, déjà. Et elle ne comptait sans doute pas s'arrêter là, car elle reprit la parole avec force, même si sa voix trahissait la peur qu'elle ressentait. Une femme qui a peur peut être dominée aisément. Silence ne doutait pas de sa capacité à la soumettre, mais il se demandait tout de même combien de temps cela prendrait... Elle avait l'air plus coriace que d'autres.

- Moi me taire devant toi… La bonne blague ! Personne n’arriva à me soumettre et à me faire fermer ma grande gueule comme tu le dis si bien. Et jamais je te supplierais je préfère crever que de te supplier… Petite bite ! Je t’ai répondu tout à l’heure… J’ai dis que j’étais ta mère ! Mais si ta mère est une chienne je comprends que tu sois comme ça !

- Je ne pense pas que tu sois ma mère... Sinon, je pense que l'insulte "fils de pute" conviendrait mieux, tu ne crois pas ?

Silence lui décocha un sourire carnassier.

- Tu préfèrerais mourir, comme ça... Mais rassure-toi, c'est probablement ce qui va se passer, si tu n'est pas sage. Mais je n'hésiterais pas à bien prendre mon pied avec toi d'abord. Regardes-toi : tu es immobilisée, tu ne peux rien faire. Juste espérer que je sois indulgent. Et si ton caractère ne me plaît pas, je prendrais tout mon temps pour te torturer...

Chienne baissa les yeux avec un rire nerveux. Mais le mercenaire n'était pas dupe. Il voyait parfaitement les larmes qui coulaient sur le sol. Elle était terrorisée, et il l'aurait bientôt en son pouvoir. Elle se mit alors à murmurer des paroles inaudibles, qu'il ne comprit pas. Meut-être qu'elle priait son Dieu, ou un truc dans le même genre. Un rituel incantatoire, peut-être ? À cette pensée, il éclata de rire. Elle n'avait rien d'une magicienne, ni d'une guerrière. En l'état, c'était juste une esclave avec une paire de nibards énormes. La situation parfaite pour un homme tel que Silence, en somme. Mais avant de s'amuser avec elle, il devait s'arranger pour briser son esprit, la pousser à en vouloir plus, jusqu'à ce que ce soit elle qui en ait envie... Pour ça, il fallait d'abord la démolir.

- Alors tu comptes me faire quoi, me frapper jusqu’à me faire sauter les dents ? Me fourrer ta petite bite ?... Va y je t'attend...

- Ne vas pas gâcher tout le plaisir, tu veux ? Profite de l'instant présent...

Silence saisit ses deux globes de chair, les soupesa et émit un sifflement admiratif. C'était vraiment de la bonne qualité. Et naturels, en plus ! Un sourire sauvage déforma subitement ses traits et il pinça de toutes ses forces les tétons de la Terranide qui hurla de douleur.

- Alors, t'en penses quoi ? Ça fait mal, hein ? Rassures-toi, ce n'est que le début... Et si tu continues à jouer les rebelles, tu risques d'avoir mal encore longtemps !

D'abord le visage, avec le coup de poing de tout à l'heure... Maintenant ses mamelons... Il ne fallait pas trop l'abîmer, non plus !
Journalisée

Kõya Breathless
Rédactrice en chef de La Gazette
Modérateur
-
*****
Messages: 1021



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune hybride chatte qui se trouve être une rebelle dans l'âme. Pas facile à dresser !
« Répondre #10 le: Juillet 10, 2013, 10:55:26 »

Kõya l’écouta parler attend son sort. Apparemment il avait décidé de prendre son temps. Pendant qu’elle baissait la tête la jeune hybride vit qu’il était entrain d’approcher ces mains contre sa poitrine… Non c’était répugnant elle s’en doutait qu’il allait toucher mais ce n’était ni agréable ni doux ni rien du tout. Dans sa tête elle se voyait libre… Libre est entrain de lui planter un couteau directement dans le crâne. Mais avant de lui enfoncer son couteau elle le fera souffrir au oui… Elle lui couperait ce qu’il avait entre les jambes pour lui mettre ensuite dans la bouche… Lui arracher doucement les tétons.

En parlant de téton, l’homme attrapa ceux de Kõya est commença à les serrer enfin, la neko pensait que celui-ci allait lui arracher tellement il serrait fort. L’hybride se mit à hurler, elle redressa la tête vers le ciel criant à s’en déchirer les cordes vocales. Si elle n’aurait pas été attachée Kõya serrait tomber par terre. C’était vraiment une brute. Mais ce que l’hybride savait c’est qu’elle n’allait pas se soumettre pour si peu. Et d’un côté tant qu’elle était saucissonnée à l’arbre le chef de la bande ne pouvait que lui mettre des coups ou la torturer. Et oui il aurait été très difficile de la violer dans cette position. Une fois qu’il lui lâcha  c’est téton Kõya continua un instant à crier tout ce qu’elle voulait c’était attraper sa poitrine et la ‘frotter’ pour essayer d’estomper un peu la douleur. Mais ces liens l’empêchait alors elle criait pour évacuer la douleur. Dans des sanglots elle adressa la parole à l’homme…

« D’accord fils de pute. Tu te sens puissant car tu m’as attaché ? Bravo, bravo… Encore un comportement de lâche. Mais j’espère que tu prends bien ton pied à me faire ça. Profiter de l’instant présent… Va y je t’en pris comme tu vois je ne peux pas trop t’empêcher de faire quelque chose alors bon profite. Oui ça fait mal… Tu veux peu être que je te fasse pareil fils de pute que tu comprennes la sensation que j’ai éprouvé ? Détache moi un bras et je me ferrais un plaisir de te faire pareil… Enfin je connais un endroit un peu plus sensible chez les hommes qui te ferraient encore plus jongler. Alors t’es au courant détache moi, mais tiens ta bite à l’écart que sa soit avec les dents, les mains ou autre je te l’attraperai mais pas pour te faire plaisir… »

La grande gueule de Kõya la tuera un jour. Bon comparé à toute à l’heure elle était un peu moins vulgaire. Sa longue journée de marche, les rencontres les plus bizarre les unes que les autres, le coup au visage et tout ce qui suit. La fatigue commençait à se faire sentir, ses jambes commençaient à trembler. Malgré tout elle ne pensait pas à céder. Les paroles de l’homme tournaient en boucle dans sa tête… « Et si ton caractère ne me plaît pas, je prendrais tout mon temps pour te torturer... Et si tu continues à jouer les rebelles, tu risques d'avoir mal encore longtemps ! ». Ne pas céder mais manipuler. Donc si l’hybride se montrait plus aimable sa irait plus vite, elle serait également détacher de l’arbre avec une petite chance de s’échapper à travers bois…  Il ne faut pas faire un changement trop brutal non plus sa serait louche. Kõya pencha la tête en avant et se mit à pousser des petits gémissements de peur. Elle renifla et avala sa salive avant de murmurer comme tout à l’heure mais cette fois un peu plus fort pour que l’homme puisse l’entendre.

« Je veux que sa s’arrête s’il vous plaît je serais… Je vais essayer de faire des efforts… – Normalement les paroles qui seraient sortie de sa bouche aurait été : Je ne serais jamais soumise à un fil de pute comme toi – Je retire les paroles que j’ai dis toute à l’heure je suis une chienne… Ta... Votre chienne !-  Moi une chienne tu peux te foutre le doigt dans l’œil ce qu’il faut pas faire pour combler les envies d’un sauvage - Détachez moi… »

L’hybride redressa la tête mais ne fixa pas l’homme dans les yeux essayant de détourner son regard du sien comme pour montrer qu’elle avait bien compris qu’elle était faible. Même si le contraste entre les deux Kõya était fort elle espérait que sa allait marcher un minimum pour ensuite creuser encore…

Journalisée

Silence
Nichonawan, fierté de son maître ♥
Legion
-

Messages: 2671


♦ Persona Non Grata ♦


Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Juillet 11, 2013, 12:07:17 »

Le traitement que lui infligeait Silence ne semblait pas convenir à la belle Terranide. En effet, elle criait à s'en décrocher la mâchoire, comme si elle avait envie de réveiller toutes les personnes endormies sur Terra à cette heure-là. Des sanglots déformant sa voix et des larmes parsemant son visage, elle recommença à parler, n'ayant probablement pas compris que chaque mot qu'elle prononçait la rapprochait un peu plus de la mort.

- D’accord fils de pute. Tu te sens puissant car tu m’as attaché ? Bravo, bravo… Encore un comportement de lâche. Mais j’espère que tu prends bien ton pied à me faire ça. Profiter de l’instant présent… Va y je t’en pris comme tu vois je ne peux pas trop t’empêcher de faire quelque chose alors bon profite. Oui ça fait mal… Tu veux peut-être que je te fasse pareil fils de pute que tu comprennes la sensation que j’ai éprouvé ? Détache moi un bras et je me ferrais un plaisir de te faire pareil… Enfin je connais un endroit un peu plus sensible chez les hommes qui te ferraient encore plus jongler. Alors t’es au courant détache moi, mais tiens ta bite à l’écart que sa soit avec les dents, les mains ou autre je te l’attraperai mais pas pour te faire plaisir…

Silence lui jeta un regard mauvais et répondit :

- C'est bien. Continue de déverser ta rage dans des paroles inutiles. Tu crois que m'insulter arrangera ta situation ? C'est lâche ? Et alors ? L'important, c'est que je vais avoir ce que je veux, et que toi tu vas souffrir. Dans ces conditions, tu serais tout aussi lâche, à ma place. Tu veux m'abîmer ? Dans cette forêt se trouve le campement de ma guilde de mercenaires... Toute une horde d'hommes qui ne te laisseront rien faire... Tu n'as strictement aucune chance de te sortir de cette situation. Alors je te conseillerai plutôt de la fermer, et tu souffriras peut-être un peu moins...

Elle murmura, comme si elle ne l'avait pas écouté :

- Je veux que sa s’arrête s’il vous plaît je serais… Je vais essayer de faire des efforts… – Normalement les paroles qui seraient sortie de sa bouche aurait été : Je ne serais jamais soumise à un fil de pute comme toi – Je retire les paroles que j’ai dis toute à l’heure je suis une chienne… Ta... Votre chienne !-  Moi une chienne tu peux te foutre le doigt dans l’œil ce qu’il faut pas faire pour combler les envies d’un sauvage - Détachez moi…

À cette tirade, elle ajouta un air soudain soumis, qui ne collait pas, mais alors là pas du tout avec son attitude juste avant. Elle le prenait vraiment pour le dernier des attardés, celle-là.

- Tu n'as pas voulu m'écouter, c'est ton choix... Mais il ne faut pas se foutre de ma gueule non plus... Si tu veux jouer à ça, je crois que tu vas crier, ma Chienne !

Il se pencha vers le visage de l'hybride et mordit violemment dans une de ses oreilles de neko, probablement très sensibles, y laissant l'empreinte de sa dentition fournie.
Journalisée

Kõya Breathless
Rédactrice en chef de La Gazette
Modérateur
-
*****
Messages: 1021



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune hybride chatte qui se trouve être une rebelle dans l'âme. Pas facile à dresser !
« Répondre #12 le: Juillet 11, 2013, 03:13:56 »

Kõya attendit espérant que les paroles qu’elle venait de prononcer aller faire effet au prêt du sauvage. Mais apparemment celui-ci avait quand même un cerveau peu être pas très gros mais il en avait un. L’homme s’approcha de son visage puis remonta vivement pour lui mordre une oreille celle-ci partie en arrière directement mais elle fut retenue par la dentition de l’homme. Comme toute à l’heure pour les tétons, Kõya se mit à crier elle voulu bouger la tête mais celle-ci se retenu de peur de se faire arracher un morceau d’oreille. L’hybride eu l’impression qu’il n’allait jamais lâcher son oreille la douleur était si intense… C’était quoi le pire entre sa poitrine et son oreille elle n’aurait pas pu le dire les deux faisait si mal. Kõya battait son oreille dans tout les sens pour essayer de calmer la douleur. Son visage quand à lui était complètement humide les larmes ne faisaient que couler. Pendant qu’elle essayait de reprendre son souffle l’hybride prit quand même la parole.

« Non je suis vraiment désolé… Maître… »

Maître juste de prononcer ce mot Kõya avait faillit s’étouffer mais sa rendait plutôt pas mal vue qu’elle était entrain de pleurer. L’hybride jouait encore la carte de la fille désolé des paroles qu’elle avait prononcée juste avant. Elle voulait vraiment essayer de convaincre l’autre brute de la détacher pour avoir une porte de sortie. L’hybride se mit alors à pleurer encore plus fort poussant des gémissements.

« J’ai compris que je n’avais aucune chance… Que ce soir je serais votre chienne… »

Au damned Kõya n’en revenait vraiment pas des paroles qu’elle était entrain de dire. Bon il fallait se qu’il fallait. Mais pendant tout ce temps le feu avait perdu de sa vivacité ou se trouvait l’hybride et le sauvage il faisait presque nuit. La chaleur du feu était également partie et l’on pouvait entendre le vent souffler dans les arbres. Kõya qui n’avait pas eu le temps de se sécher toute à l’heure et qui avait pleuré n’était pas tout à fait sèche. Le vent lui fit dresser les poils mais également contre son gré pointer ses tétons. Quand elle sentie cela par pure reflexe elle voulu mettre ses mains devant sa poitrine mais impossible à cause des cordes. A que ces cordes étaient chiante elle se remit alors à se trémousser contre l’arbre du mieux qu’elle pouvait d’un coup elle s’arrêta…

« J’ai besoin d’aller au petit coin c’est possible ? »

Technique de merde… Qu’est ce qu’elle ne ferrait pas pour être de nouveau libre de ces mouvements. Elle se doutait déjà de la réponse de l’autre brute : Et ben va y ma chienne tu es contre un arbre tu peux pisser directement. Ou plus court : Va y pisse toi dessus que je rigole. Un truc dans le genre là il avait une cacahuète à la place du cerveau donc fallait pas trop lui en demander non plus. C’est qui est sur c’est que Kõya se retenait de le pas l’insulter comme elle le faisait toute à l’heure et elle espérait que sa petite manipe allait marcher à l’usure au moins…
Journalisée

Silence
Nichonawan, fierté de son maître ♥
Legion
-

Messages: 2671


♦ Persona Non Grata ♦


Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Juillet 11, 2013, 06:37:10 »

La Terranide hurla de toutes ses forces, plus encore que lorsqu'il lui tordait les tétons... Quand enfin, il la relâcha, il essuya sa bouche d'ou la salive perlait, regardant avec satisfaction. Elle pleurait aussi, comme si elle voulait expulser toute l'eau qui coulait dans son corps... Ses larmes s'accumulaient sur le sol, et elle s'étranglait, secouée de sanglots incontrôlables, une marque rougeoyante laissée par la morsure de Silence. Celui-ci était content de lui. Elle avait beau être incroyablement rebelle, il devait y avoir des limites à sa résistance à la douleur... Et Silence comptait bien les découvrir.

- Non je suis vraiment désolée… Maître…

Elle avait lutté contre ses propres pleurs et contre sa répugnance vis-à-vis de Silence pour lui dire un mot gentil... Simple tentative pour l'attendrir, probablement. Le mercenaire n'était pas né de la dernière pluie, et elle n'était pas sa première victime à tenter de l'amadouer pour le rendre moins violent. Avec un soupir agacé, le chef des Griffes d'Ammoth entendit l'hybride se mettre à pousser des gémissements plaintifs avant d'ouvrir une fois encore sa grande gueule, même si elle ne lui criait plus dessus, c'était tout aussi désagréable de voir à quel point elle le prenait pour un abruti.

- J’ai compris que je n’avais aucune chance… Que ce soir je serais votre chienne…

- Mais visiblement, tu n'as pas compris que dorénavant, ton existence se résume à ça... Tu es Chienne, tu n'es rien, qu'une putain de Terranide qui ne mérite qu'une chose, être remplie de foutre ! Vous ne servez à rien d'autre qu'à donner du plaisir aux autres races ! Vous êtes des êtres inférieurs, et rien que discuter avec toi me dégoûte...

Disant cela, il jeta un coup d'oeil derrière lui pour remarquer que Douleur et surtout Innocent étaient trop occupés à fouiller les affaires de la Terranide-chatte pour avoir entendu ce qu'il disait. C'est alors qu'il remarqua que ses tétons s'étaient tout érigés, pointant vers lui. Il sourit à nouveau, pensant que finalement, bien qu'elle n'en ait pas envie, elle avait l'air de plutôt aimer cela... Peut-être était-elle en réalité une masochiste qui n'attendait que d'être brutalisée de la sorte pour révéler son véritable potentiel... Pendant qu'il se faisait ces réflexions, elle se débattait, tentant en vain de déserrer les noeuds experts qu'avaient fait Silence. Tout ce qu'il en retint, c'était le plaisir de voir ainsi sa lourde poitrine rebondir à chacun de ses mouvements. Elle finit par tourner la tête vers lui et lui demander :

- J’ai besoin d’aller au petit coin c’est possible ?

Il écarquilla les yeux, halluciné de voir qu'elle était vraiment la dernière des cruches, pour croire qu'il était assez naïf pour faire une telle chose... Mais qu'est-ce qu'elle s'imaginait, qu'il allait dire "Oh, mais bien sûr, où avais-je la tête, j'ai oublié de laisser ma chienne faire ses besoins avant de l'attacher..." Il était très mécontent de l'attitude de son nouveau jouet. Il lui lança un regard noir et dit :

- Ne te gêne pas, fais comme chez toi...

Sur ce, il fit volte-face et alla rejoindre ses deux compagnons, un petit peu plus loin, qui se demandait ce qui pourrait se revendre à bon prix dans les affaires de la Terranide...
Journalisée

Kõya Breathless
Rédactrice en chef de La Gazette
Modérateur
-
*****
Messages: 1021



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune hybride chatte qui se trouve être une rebelle dans l'âme. Pas facile à dresser !
« Répondre #14 le: Juillet 11, 2013, 07:20:12 »

Et oui voilà encore un abruti qui pensait que les Terranides étaient des êtres inférieurs, qui ne possédait pas de sentiments. Qui ne pouvait pas aimer telle ou telle choses. Et l’âge de pierre est finit grand ? Kõya en était sur elle avait un cerveau plus développer sur le sien. Mais bon l’autre con ne lui avait pas refait de mal c’était déjà un bon début. Même si tout cela avait l’air de le faire chier au plus au point. L’hybride le prenait pour un abruti car c’était un abruti voilà tout… Même également car elle n’avait pas forcement d’autre chose. Attaché à un arbre les mains, les pieds liés et le corps il ne lui reste plus grand-chose à part sa bouche toujours en état de fonctionner et sa le chef de la bande l’avait déjà remarqué. Enfin comme à son habitude Kõya c’était retenu de pas l’envoyer chier à la réflexion qui  venait de faire. Au loin elle voyait Douleur et l’homme chat fouiller dans ses affaires. Ben il n’allait pas trouver grand-chose à part un peu de nourriture, de l’eau, des allumettes… Enfin le kit d’un petit randonneur.

Bon il n’était pas décidé non plus à la détacher pour aller aux toilettes… Et l’invitait même à se pisser dessus. Mais bien sur ! Kõya n’allait pas quand même s’uriner dessus l’autre sauvage serait trop content. Enfin s’il venait assez prêt d’elle en forçant un peu l’hybride pourrait peu être uriné sur lui. Pourquoi pas à méditer pour quand il reviendra. Enfin il était partie et resta accrocher à son arbre… Qu’elle magnifique soirée dit donc tout le monde en rêve.  Avec sa tête elle faisait des petits ronds. Et mourrait d’envie de l’insulter de tout son être mais elle se retenait malgré elle si c’était sa seule chance d’être décroché de cet arbre. Elle s’arrêta et fixa Douleur et le terranide un petit sourire au coin. L’hybride laissa échapper un petit sifflement pour attirer l’attention.

«  Hey Kanako… Enfin Douleur… Notre Maître aime bien le sexe apparemment pourquoi tu te toucherais pas de nouveau comme tu l’as fait quand ont étaient dans l’eau. Pis je sais que tu as aimé quand je me suis serré contre toi… Tu as rougit c’était tellement mignon. Oui faut pas oublier que je suis à moitié chat je vois dans l’obscurité… Aller touche toi devant lui il faut faire plaisir à son Maître et je pense qu’il adorait ! Oui il adorait ton corps est juste magnifique tu sais… »

Si l’autre brute pouvait passer ces envies sur quelqu’un d’autre avant Kõya pourquoi pas. Et faut dire que sa ferait tellement plaisir à l’hybride de voir cela. Puis elle reprit la parole.

« Maître vous pouvez également passer vos envies sur le terranide à côté de vous. Il est comme moi et comme vous l’avez dit Maître on ne sert cas une chose être remplie de foutre ! Je pense cas votre bien mon Maître. »

Si l’autre hybride n’était pas trop con il pourrait remarquer que son chef était dégouter des terranides. Et que son utilité dans la guilde ne servait à rien à par se faire prendre… L’homme l’avait dit lui-même. Donc une petite rébellion vite fait bien fait pourrait être également sympa au milieu de tout cela. Enfin Kõya était resté polit et continuait à appeler l’autre Maître. Même si ses paroles n’étaient pas forcement celles d’un esclave elle continuait son petit manège en espérant que sa allait réagir de l’autre côté.
Journalisée


Tags: neko  viol  humiliation  sex_toy  fellation  gorge_profonde  torture  vaginal  anal  
Pages: [1] 2 3
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox