banniere
 
  Nouvelles:
APPEL À CANDIDATURES : Proposez-vous pour être Administrateur de LGJ ! Plus d'informations ici : http://lgj.forum-rpg.net/index.php?topic=20663.0

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 4
  Imprimer  
Auteur Sujet: L'avertissement [Abigahëlle]  (Lu 8578 fois)
Yehaël
Avatar
-

Messages: 118



Voir le profil
FicheChalant
« le: Juin 15, 2013, 02:32:36 »

Les Cieux... T’en souviens-tu ? Cet endroit infini ? Ces immenses tours d’argent s’étendant au milieu des nuages ? Cette impression de liberté absolue ? Ce bonheur naturel que tu ressentais, même maintenant, en t’y rendant, cette impression de sérénité et d’amour, de paix éternelle, de félicité... Tu as beaucoup voyagé, n’est-ce pas, et tu as vu beaucoup de choses... Mais rien qui ne puisse égaler la richesse des Cieux, rien qui ne puisse égaler sa splendeur, rien qui ne puisse se comparer à la beauté de cet endroit. C’était ta terre natale, c’était un lieu de félicité et d’amour, et tu aurais aimé qu’il le soit toujours... Qu’il conserve toujours sa pureté... Mais la souillure et la corruption ne sont pas le privilège des démons. Les Cieux ont été souillés bien des fois, n’est-ce pas ? Tu le sais depuis que les Anges se sont entretués, et que Lucifer et Azazel, avec d’autres Anges, ont choisi de devenir des Déchus, des Anges noirs, des renégats et des traîtres. Tu t’en souviens encore, mais tu sais que la trahison ne s’est pas arrêtée à eux. Oh non. Il y a eu d’autres personnes... Dont une... Et, alors que son nom te revient, tu te revois...


« Je ne pense pas être la personne la plus qualifiée pour ça... »

Il ne t’avait rien répondu. Pas sur le coup. Il te connaissait, et savait que ton inquiétude n’était pas simplement l’expression d’une sorte de crainte. Tu n’étais tout simplement pas une diplomate. Tu ne l’avais jamais été. Tu étais Yehaël, l’Ange de la Pureté, créature intransigeante, qui était liée à la Pureté, et à tout ce que cette dernière représentait. La fermeté. La rigueur morale. On ne pouvait pas négocier avec toi, c’était bien connu.

« Remettrais-tu en doute la décision du Conseil ? » t’avait-il alors demandé, en penchant lentement la tête.

Ses quatre ailes dans son dos indiquaient qu’il était un Archange, l’un de ces Anges supérieurs qui étaient supposés être des parangons de respect et d’obéissance. Et, depuis un certain temps, il y avait une Archange qui ennuyait le Conseil. Abigahëlle. Ce dernier s’était réuni pour se prononcer à son sujet, estimant que les agissements d’Abigahëlle dans les plans inférieurs étaient indignes des Anges, a fortiori d’une Archange. Les cinq principaux Archanges, représentant les cinq vertus cardinales des Cieux, s’étaient réunis, et avaient délibéré. Une conclusion importante, puisqu’elle portait sur le sort d’une Archange. Et, contrairement aux tribunaux humains, il n’y avait pas de juridiction de second degré. La décision du Conseil des Archanges devait être parfaite, ne pouvant être théoriquement révisée que dans des cas rarissimes, ce qui n’était encore jamais arrivée en pratique. On pouvait ainsi attendre des années avant qu’un délibéré ne soit rendu, vu que les Archanges étudiaient toutes les possibilités.

L’Archange Abigahëlle te répugnait. À dire vrai, tu avais du mal à la comprendre. Elle ne respectait aucune règle, n’en faisait qu’à sa tête, et, si les Anges n’étaient en soi pas opposés à la sexualité, elle faisait preuve d’une telle lubricité que, pour eux, il y avait une véritable débauche, ce qui, en soi, était répréhensible. Mais, outre ça, on la soupçonnait d’avoir des idées séditieuses, de ne pas respecter les vertus cardinales qui définissaient toute la relation des Anges avec les autres espèces : le libre-arbitre. Un Ange ne pouvait pas imposer sa volonté sur les autres espèces, simplement les guider, ce que les Anges estimaient, pour la plupart, avoir faits. Il y avait, sur ce point, une ancienne décision du Conseil, qui était formelle. Ce qui avait trahi Lucifer, c’était tout simplement qu’il n’avait pas accepté le libre-arbitre, et avait tenté d’imposer ses propres normes sur celles des autres. Tu le savais, mais, au fond de toi, tu avais toujours un peu de mal à t’en convaincre. Les démons ne se privaient pas pour influer sur la vie des gens, alors même que les pactes anciens interdisaient formellement toute forme d’intervention qui ne soit pas sollicitée.

« Bien sûr que non, rétorquas-tu. J’émets juste des réserves sur ma capacité à la raisonner... »

L’Archange hocha silencieusement la tête. Vous vous teniez alors sur une sorte de balcon, de l’une des tours du Royaume des Anges, voyant devant vous, outre des tours, deux bandes de nuages, en haut et en bas. Des rayons solaires fendaient ceux du haut, formant une sorte de magnifique éclairage. C’était vraiment un endroit magnifique.

« Tu ne devrais pas, répliqua l’Archange. Tu es l’une des Anges les plus âgées qui existe, Yehaël. »

Ça, tu ne pouvais pas le nier. Quand un Ange mourait, son âme, si elle survivait, se réincarnait tôt ou tard dans le corps d’un autre Ange. Mais toi... Toi, tu étais la Pureté, et personne n’avait encore jamais réussi à te tuer... Et, à cet instant, tu pensais que ça n’arriverait jamais... Tu n’en es plus aussi sûre, maintenant, n’est-ce pas ?

« Le Conseil a décidé de te confier cette responsabilité, car tu es l’une de celles qui se rappellent le plus la trahison de Lucifer... Tu étais proche de lui, tu étais sa disciple. »

Tu ne dis rien. C’était la vérité.

« Il vaut mieux que ce soit une Ange, et non l’un des Archanges. Nous ne voulons pas prendre de sanctions envers Abigahëlle, et c’est pour ça que le Conseila décidé de surseoir à statuer. Mais, d’un autre côté, nous ne pouvons pas non plus faire comme s’il ne se passait rien.
 -  Ah oui ? »

Le ton était un peu railleur, ce qui n’échappa pas à l’Archange.

« Je sais ce que tu penses, Yehaël... Que nous n’agissons pas, que nous laissons les démons se répandre... Mais il y a des règles, des règles qu’il faut respecter ! Car, si on ne suit pas les règles...
 -  Je ne suis pas un chérubin, je connais la leçon ! »

L’Archange ne dit rien, et tu te mis à soupirer.

« Abigahëlle est en plein doute. Elle ne croit plus en nos vertus, et ne croit plus en la rédemption. Tu dois l’aider, Yehaël. Elle est une sœur. »

La trahison des Déchus était encore douloureuse aux Cieux. Lentement, tu hochas la tête.

« Très bien. Je ferais le nécessaire.
 -  Et je te remercie pour cela. »

Tu ne dis rien, et te contentas de t’envoler, rejoignant Abigahëlle.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Abigahëlle
Avatar
-

Messages: 297


l'Archange Antéchrist


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Juin 16, 2013, 03:20:06 »

"Ma bouche était une huche et il y grandissait des mensonges.
J'ai brûlée toutes les bonnes choses dans l'œil d'Eden
  Nous sommes trop stupides pour courir trop mort pour mourir.
                                             
J'aurais dû lui dire alors
 Qu'elle était la seule chose
 Que je ne pourrais jamais aimer dans ce monde mourant
 Mais le simple mot amour lui-même
 Est déjà mort et à disparu.
           Vous avez enlevés l'ange !
 Je devrais moi aussi  me tuer pour faire payer tout le monde
."


Abigahelle était assise dans son fauteuil Voltaire en ébène et velours rouge.

L'Archange était plongée dans ses pensées philosophiques, à coté d'elle ce trouver un grand verre d'absinthe, une pile de livres ainsi qu'un cendrier où ce consumait lentement une cigarette rattacher à une extension en ébène.
La gigantesque pièce ou trônait Abigahelle était bercée par une douce mélodie provenant d'un magnifique phonographe or et noir, une mélodie pur et mélancolique comme l'Archange les affectionner. 

Le palais d'Abigahelle avait cette particularité d'avoir était construit en marbre noir, le rendant facilement reconnaissable dans le blanc pur des cieux.
L'intérieur de ce somptueux endroit était décorer de plusieurs tentures bordeaux et rouge, le mobilier lui était soi en ébène soi en marbre noir, les croix était toutes inversées. Les quinzaines de  pièces que compter le palais était toutes illuminées par une multitude de grands candélabres ainsi que par de gigantesques lustres noirs au bout des quels pendez d'innombrables rubis.

Ce havre de paix était le seul endroit au paradis où  Abigahelle se sentait bien, un cocon moelleux et luxueux où "L'antéchrist" pouvait à souhait lire, boire, fumer et copuler avec bon nombre d'humains et d'anges.

La belle avait aussi un énorme drapeau marquer de son emblème : la lettre grecque Oméga traverser  d'une croix inverser.
l'Archange avait à son service cinq anges de rangs inférieurs qui s'occupés du palais et d'Abigahelle.


Abigahelle prit le verre d'absinthe, bue  quelques gorgées, avant de le reposer et de prendre sa cigarette.

C'est alors qu'une petite ange au cheveux blonds entra timidement dans la pièce.

D... Dame Abigahelle Je... je... que...quelqu'un v...

Putain hatchielle arrête d'être aussi cucu ! exprime toi donc convenablement ou je serais encore obliger de te punir ! *tire une latte sur sa cigarette puis rejette la fumer en regardant la petite ange d'un regard froid*

Je..Je v... vous de... demande pardon Dame Abigahelle, ce...cela ne se reproduira plus ! Répondit la petite anges en baissant la tête.

Bon, abrège et dit moi qu'est ce qui t'amène ici petite conne !

Il... i... i.. Il y... a que... quel...

Bordel tu vas accouché oui !

Qu...quelqu'un v... vous... de... deman... man..

*Grand soupir*
Abigahelle prit alors une inspiration tout en fermant les yeux. Calmement elle se saisie d'un gros bouquins non loin de là.
Hatchielle, ma douce petite Hatchielle, dit moi ? qu'est ce que tu ne comprend pas dans..."EXPRIME TOI DONC CONVENABLEMENT" !!!!!!

Puis d'un bon elle se releva et lança l'ouvrage à la figure de l'ange.

TIEN ! cela t'apprendra "peux être" à savoir parler en présence de ton supérieur, sale petite suceuse !

L'impact fit tombé Hatchielle qui se recroquevilla alors sur elle même toute en sanglotant.

P... p... pardon madame je... je...

Abigahelle avança alors vers la petite créature en larme et tremblotante de peur.

Sombre merde que tu es, regarde toi... tu  me dégoute ! Dit elle en crachant au visage d'Hatchielle.

Et ca se crois supérieur aux hommes et aux démons AH ! , laisse moi rire !Tu me répugne sombre petite salope !  Donnant cette fois-ci un violent coup de pied dans le ventre de l'Ange.

Suite à ça Abigahelle toisa longuement la petite ange en pleure tout en fumant sa cigarette.
Puis lui adressa un petit sourire sadique.

Je pense que le seule moyen "efficace" pour t'apprendre à parler, c'est de te donner des cours de "langues". Aller petite chienne, mais toi à genoux !

La petite Ange se releva faiblement en tentant vainement de calmer c'est sanglots, elle était tellement apeurée qu'elle n'osée plus prononcer un seul mot.

Abigahelle fit descendre son string tout en relevant sa mini jupe de cuir.
Puis dans un geste violent elle attrapa les cheveux d'Hatchielle, histoire de lui faire plus mal encore.
Elle colla ensuite son intimité contre le visage de l'Ange.

Aller ! lèche ! et tu sera peut être, je dit bien PEUT ETRE ! pas punie.

Hatchielle lécha alors Abigahelle en pleurant à chaudes larmes.
Abigahelle quant à elle recrachée volontairement sa fumée au visage de la pauvre petite.

Tu les aimes mes piercings, hein salope ! Dit elle en frottant son intimité contre la bouche de son esclave.

Tout à coup Abigahelle regarda sa cigarette d'un air amuser.
Oh ! regarde ! ma cigarette est fini ! Tu as de bien jolies joues Hatchielle, cela serait bien dommage que quelqu'un te les abimes.

Abigahelle approcha alors le reste de sa cigarette du visage d'Hatchielle, puis fini par lui écraser violement contre la joue.
La petite poussa un grand gémissement bien vite étouffer par les soins d'Abigahelle.
Ta gueule et subit ! Tu n'avais qu'à m'écoutée depuis le début !

C'est alors qu'une voie claire et autoritaire traversa la pièce.

ARRETE CA IMMEDIATEMENT ABIGAHELLE !!!!

Au moment ou Abigahelle tourna la tête pour voir d'où pouvez provenir cette affront une Ange entra dans la pièce d'un air sérieux et déterminer.

Abigahelle  rejeta alors aussitôt sa petite esclave d'un grand coup de pied, releva son string pour enfin faire face à l'ange.

Tien, mais qui voila ? Ne serait ce donc pas L'ange de la pureté ?

 
   
« Dernière édition: Juin 16, 2013, 06:47:10 par Abigahëlle » Journalisée


Fiche d'Abigahelle
Thème d'Abigahelle
Requiem for a savior

Merci à Stephen Connor pour ce Kit :3

Si vous voulez RP avec ce compte, merci de contacter mon compte principale.

DC de Lucrezia.H.Nietzshe
Yehaël
Avatar
-

Messages: 118



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Juin 16, 2013, 07:06:01 »

Il n’avait jamais été bien difficile de trouver le repaire d’Abigahëlle, et tu savais déjà où la trouver. Dans le palais noir, qui était planté en plein milieu du Royaume, comme une offense perpétuelle envers les Anges. Qu’un Archange ait un palais était déjà en soi quelque chose de choquant. Seuls les humains pouvaient se vanter d’avoir des constructions matérielles. Les Anges prônaient la supériorité de l’esprit, des besoins moraux et intellectuels, sur les besoins matériels. Pour vous, ce genre de besoins n’avaient de sens que pour répondre aux conditions élémentaires de survie, mais l’Homme était justement doté d’une intelligence supérieure à celle des animaux, pour avoir de plus grandes ambitions que simplement manger, et se reproduire. Tout dans cet Archange te répugnait, et le fait qu’elle soit Archange était déjà, en soi, une erreur. Tzariel, l’Archange à qui tu venais juste de parler, t’avait dit qu’Abigahëlle ressemblait à Lucifer... Mais elle n’avait rien à voir avec lui. Tzariel se fourvoyait, et son avis sur Lucifer était biaisé par les légendes qui l’entouraient, celles qui faisaient de lui le maître des Enfers, un individu dont la vie était entièrement vouée à la débauche et au maléfice. Mais toi, toi, tu savais qui étais le Porteur de Lumière.

Il était d’une force morale inébranlable, incapable de la moindre forme de concession, et voyait la faiblesse comme quelque chose à éradiquer. Il pensait les Anges bénis, élus, et voyait l’humanité comme un cancer à exterminer. Tout Ange qi prenait en pitié les humains faisait pour lui preuve de complaisance, et méritait qu’on coupe ses ailes. Tu ne cherchais pas à lui trouver des circonstances atténuantes. Lucifer et ses semblables avaient trahi les Anges. Cet acte était condamnable, mais comprendre, ce n’était pas pardonner. Abigahëlle, elle, était une Ange qui ne respectait rien. Beaucoup des anges qui travaillaient pour elle se plaignaient de leur sort, et les agissements d’Abigahëlle dans les plans inférieurs étaient particulièrement infamants. Que Tzariel te désigne pour t’occuper d’elle te semblait toujours bizarre. Tu ne voyais pas quelles circonstances atténuantes lui trouver. Rien que son surnom, l’[|i]Antéchrist[/i], était une provocation directe envers les Cieux.

Tu te rapprochais de son palais, naturellement ouvert aux visiteurs, et te posas sur un balcon, ne tardant pas à la voir... En train de brutaliser une petite Ange, Hatchielle. Elle forçait Hatchielle à lécher son intimité, en la narguant, la faisant pleurer. Tu serrais les poings nerveusement. Un tel comportement était indigne d’un Ange ! A fortiori d’un Archange ! Abigahêlle fumait, et écrasa son mégot sur la joue d’Hatchielle. Quand tu étais en colère, et ça, tu le savais, le rouge te montait magnifiquement aux joues, alors que tu serrais les poings, tandis que les plumes de tes ailes se hérissaient dans ton dos. Tu te mis à descendre en contrebas, en lui donnant un ordre formel :

« Arrêta ça immédiatement, Abigahëlle ! »

Tu te mis face à elle, tandis qu’elle repoussait Hatchielle d’un coup de pied. La petite Ange pleurait en rampant, et tu la pris dans tes bras. Elle était encore une chérubine, soit une Ange en formation. Ses ailes n’étaient pas encore totalement déployées, car ses plumes n’avaient pas encore poussé.

« Tiens, mais qui voila ? Ne serait-ce donc pas L'ange de la pureté ? » te demandas-t-elle sur un ton narquois.

De ton côté, tu t’étais agenouillée, pour écarter du doigt les cendres sur le visage d’Hatchielle.

« Sors d’ici, Hatchielle... Je dois m’entretenir avec elle...
 -  Je... Peur... »

La pauvre n’arrivait pas à parler, et croisa ton regard, y lisant une forte assurance. Elle entreprit alors de se relever, séchant ses larmes, et se mit à courir, ne pouvant pas encore voler. De ton côté, tu te relevas, en serrant les poings, puis regarda l’Archange.

« Le Conseil des Archanges a délibéré sur ton cas, Abigahëlle. Il a été décidé de surseoir à statuer, le temps que je mène une enquête te concernant. »

C’était un résumé rapide des faits. Tu la regardas, avant de continuer à parler :

« Avoir des esclaves, te faire appeler l’Antéchrist, ne te suffit pas ? Tu brutalises tes propres sœurs, maintenant ? Combien de commandements comptes-tu violer avant que les Archanges ne se décident à te couper les ailes ? »

Couper les ailes d’un Ange constituait la plus lourde sanction dont le Conseil disposait, car elle revenait à transformer un Ange en simple humain. Seuls les Déchus avaient eu les ailes coupées, ce châtiment étant réservé aux cas extrêmes, dont l’âme était tellement corrompue qu’ils ne méritaient plus de devenir des Anges. En coupant leurs ailes, on tuait l’Ange, qui se réincarnait alors dans le corps d’un humain. C’était une sanction qui commençait peu à peu à se rapprocher d’Abigahëlle, et ses exactions à l’encontre de la petite Hatchielle ne l’aideraient pas.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Abigahëlle
Avatar
-

Messages: 297


l'Archange Antéchrist


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Juin 17, 2013, 03:28:47 »



 « Sors d’ici, Hatchielle... Je dois m’entretenir avec elle..."

 Puis elle expliqua à Abigahelle la raison de sa venue en cet lieux.

 « Avoir des esclaves, te faire appeler l’Antéchrist, ne te suffit pas ? Tu brutalises tes propres sœurs, maintenant ? Combien de commandements comptes-tu violer avant que les Archanges ne se décident à te couper les ailes ? »

Abigahelle lui adressa alors un petit sourire, puis sur un ton amusé elle lui répondit :
Autant qu'il en faudra pour que vous compreniez enfin...

Suite à ça l'Archange regarda longuement l'Ange de son air le plus noir, un silence pesant s'installa alors entre les deux êtres.
 Puis Abigahelle entama les "négociations".

 Pffffff vous êtes bien tous des putains d'hypocrites ! Avant de regarder la paille qui est dans l'œil de ton voisin regarde donc la poutre qui est dans ton œil ! dit elle sur un ton odieux et supérieur.

Abigahelle savait pertinemment qu'elle ne représentait en aucuns cas un exemple de pureté et de bienséance, Le monde l'avait créer ainsi, aujourd'hui il devais vivre avec cette cicatrice.
Même si quelque part, intérieurement, Abigahelle haïssait ce qu'elle représentée.
La plupart des anges au paradis ignorés totalement ce que ressentez réellement abigahelle, la méprisant et la jugeant sans cesse, égaux à eux mêmes, toujours à vouloir maitriser, contrôler, asservir en prêchant de fausses paroles de "bonté".

 L'Archange tourna les talons, en direction de la table où était disposé son verre d'absinthe, elle le remplie, s'en saisie puis se retourna vers Yehaël en lui lançant un regard cinglant au passage.

 Je ne pense pas que tu es eu la chance de tomber aux enfers, hein ? alors ta gueule !
 Quand tu auras remonter le monde sous-terrain tout en entier en traversant tous les cercles de cet lieux maudits tu pourras te l'as ramener, en attendant ferme la ! Fermez la, tous ! Faites taire vos putains de grands clap-merde !
 J'ai vue des choses qui dépasse l'entendement, j'ai entendue des vérités que vous autres cacher aux yeux du monde,
 J'ai était profondément briser, mais tu vois ! Je suis revenue, plus forte, plus réaliste, plus grande que n'importe quelle putain de loi en ce monde !
 Toi ! sombre merde que tu es, tu te crois mieux que moi alors que tu ressent encore de la compassions envers l'autre con de Lucifer, franchement tu es pathétique !


Abigahelle n'était pas du genre à avoir peur du conseille, mais l'hypothèse d'une sanctions aussi lourde ne pouvait la laisser insensible. Même ci d'un point de vue purement physique abigahelle pouvait régénérer ses ailes, chose que le conseille et le paradis tout entier ignorer.
A dire vraie c'est plus l'aspect "symbolique" de cette sanction qui la déranger, être bannie reviendrez à devenir comme Lucifer et Azazël surement les deux anges les plus égoïstes que ce foutu "bordel de bien" est connus.

Abigahelle bue quelques gorgées, avant de reprendre sur un ton moins sec.
Que sais tu réellement de moi ? Crois tu vraiment que le conseille te dit tous ?

Puis d'un coup elle lança violement son verre en direction de l'Ange, celui-ci la frôlant pour ensuite s'écraser contre le mur derrière elle.
« Dernière édition: Juin 24, 2013, 10:12:11 par Abigahëlle » Journalisée


Fiche d'Abigahelle
Thème d'Abigahelle
Requiem for a savior

Merci à Stephen Connor pour ce Kit :3

Si vous voulez RP avec ce compte, merci de contacter mon compte principale.

DC de Lucrezia.H.Nietzshe
Yehaël
Avatar
-

Messages: 118



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Juin 20, 2013, 10:44:19 »

Silencieuse, tu écoutais, essayant d’arracher de ton esprit la vision d’Abigahëlle en train de brutaliser Hatchielle. De tels actes étaient inacceptables au sein des Cieux, au sein d’un peuple qui avait pour mission d’inspirer les autres peuples, d’être des envoyés divins sans défaut. Bien sûr, tu savais que les anges étaient faillibles, et les Déchus l’avaient prouvé, mais tu savais aussi qu’on attendait beaucoup de vous... Et tu trouvais cela normal. N’étiez-vous pas des anges, après tout ? Le peuple de l’élite ? Elle te parlait, te vomissait à la figure sa haine, et tu restais les bras croisés, en l’observant. Elle était agressive et véhémente, t’insultait, mais ce n’est pas comme si tu t’attendais à quelque chose. Toi-même, tu étais bien connue pour ton impulsivité et ton agressivité, mais, en voyant cette femme, tu réalisais qu’il y avait tout de même une belle différence entre les deux. Tu ne manquais jamais de respect sans raison. Tu étais exigeante, mais juste.

Elle essayait de te blesser, en te disant que tu éprouvais de la compassion pour Lucifer, ce qui te fit lentement froncer les sourcils. C’était un coup bas. Les Anges savaient que, jadis, tu avais été proche de Lucifer, et tu savais, même si on ne te l’avait dit, que, pendant longtemps, les Archanges avaient craint que tes plumes ne deviennent noires, à l’image des Déchus. Mais il n’en avait rien été, tes plumes étaient toujours d’un blanc pur et magique, qui signifiaient clairement que tu n’avais pas été rejetée par les Saints Commandements, et que l’accès aux Cieux t’était toujours offert. Un verre te frôla la joue, laissant une légère trace de sang. Tu n’avais pas bougé d’un centimètre.

« Tu as fini ton numéro ? »

Il n’y eut aucune réponse, et tu enchaînas rapidement.

« Contrairement à ce que tu sembles croire, j’ai déjà visité les Enfers... J’ai vu mes propres frères et mes propres sœurs s’entretuer, j’ai vu des marées de cadavres massacrés par les démons, j’ai vu des forêts entières recouverts de cadavres... Des nourrissons, des enfants, des familles entières... J’ai vu un bébé à qui on avait tranché les deux bras, en enfouissant sa tête dans le ventre explosé de sa mère. »

De telles horreurs, tu aurais pu en réciter pendant des heures et des heures. Abigahëlle ne devait surtout pas oublier qu’elle ne s’adressait pas à une petite Angelotte d’un siècle, mais à une guerrière qui, après tout, vivait depuis des dizaines et des dizaines de milliers d’années.

« Ne viens pas jouer la victime devant moi, Abigahëlle. Ne viens pas me dire, à moi, que nous ignorons tout de ce qui se passe en contrebas. N’aie pas le culot de me prendre pour un ange qui a ses premières montées de lait. Cette crasse, je la connais, et, tu sais quoi ? Ceux qui invoquent la souffrance des autres pour justifier leur propre ignominie ne sont que des lâches. Tu te cherches des excuses pour justifier ton comportement, comme tous les bourreaux et les assassins, qui accusent les autres pour se trouver des circonstances atténuantes. »

Le ton était incisif. Cette femme t’excédait, ses airs supérieurs t’irritaient. Elle croyait tout savoir à ce monde, et pensait que toi, tu en ignorais tout. Mais tu passais bien plus de temps dans les plans inférieurs que dans les Cieux, et tu avais vu toute la bassesse humaine. Tu avais vu le désespoir, tu avais vu la petitesse de certaines actions, tu avais vu le Mal à l’œuvre, que ce soit dans sa grandeur funeste, ou dans ses petits détails quotidiens... Mais tu mentirais, si tu disais que tu n’avais vu que ça... Et le mensonge, quoi qu’on en dise, était un funeste péché, que l’Avatar de la Pureté se refusait à effectuer.

« J’ai été envoyée pour te comprendre, Abigahëlle, afin que les Archanges ne soient pas contraints de devoir prononcer des sanctions. Tu te crois supérieure aux autres, tu te crois tributaire d’un savoir qui échappe à ceux qui nous guident depuis l’aube des temps. Tu me reproches d’éprouver de la compassion pour un renégat, mais, plus je te vois, et plus je vois en toi quelqu’un qui emprunte le même chemin que Lucifer. »

C’était dit, et tu le pensais sincèrement. Tu l’avais bien dit à Tzariel : tu n’avais jamais été douée pour la diplomatie.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Abigahëlle
Avatar
-

Messages: 297


l'Archange Antéchrist


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Juin 24, 2013, 01:16:32 »

Abigahelle cracher son venin au visage de l'ange, qui quant à elle rester impassible et froide face au attaque de l'Archange.
 Après qu'abigahelle ai lancée son verre à travers la pièce, Yehael reprit la discussion d'un ton cinglant.

  « Contrairement à ce que tu sembles croire, j’ai déjà visité les Enfers... J’ai vu mes propres frères et mes propres sœurs s’entretuer, j’ai vu des marées de cadavres massacrés par les démons, j’ai vu des forêts entières recouverts de cadavres... Des nourrissons, des enfants, des familles entières... J’ai vu un bébé à qui on avait tranché les deux bras, en enfouissant sa tête dans le ventre explosé de sa mère. »


 Abigahelle émie un léger sourire en coin tout en fermant ses paupières.

 "Pfff !!! "

 L'ange fronça les sourcil une nouvelle fois, puis répondit sur un ton incisif et tranchant.

 « Ne viens pas jouer la victime devant moi, Abigahëlle. Ne viens pas me dire, à moi, que nous ignorons tout de ce qui se passe en contrebas. N’aie pas le culot de me prendre pour un ange qui a ses premières montées de lait. Cette crasse, je la connais, et, tu sais quoi ? Ceux qui invoquent la souffrance des autres pour justifier leur propre ignominie ne sont que des lâches. Tu te cherches des excuses pour justifier ton comportement, comme tous les bourreaux et les assassins, qui accusent les autres pour se trouver des circonstances atténuantes. »

 Vlam ! Tel un éclair dans le brouillard les mots de Yehael brisèrent violement la glace, transformant le sourire mesquin d'abigahelle en une expression noir et haineuse.
 Si il y à bien une chose qu'Abigahelle déteste, ses qu'on lui foute dans la gueule cette partie de son âme sombre, grinçante et nihiliste.
 Partie don elle connaissait l'existence, partie qu'elle haïssais, l'Archange noyer dans sa propre haine était au fur et à mesure du temps devenue la parfaite réincarnation de ce qu'elle détester.

 Elle fronça les sourcils, puis...elle se tut.
 Oui, Abigahelle ne dit rien, elle se contenta juste de lançait un regard à yehael.

 Yehael reprit alors de plus belle.

 « J’ai été envoyée pour te comprendre, Abigahëlle, afin que les Archanges ne soient pas contraints de devoir prononcer des sanctions. Tu te crois supérieure aux autres, tu te crois tributaire d’un savoir qui échappe à ceux qui nous guident depuis l’aube des temps. Tu me reproches d’éprouver de la compassion pour un renégat, mais, plus je te vois, et plus je vois en toi quelqu’un qui emprunte le même chemin que Lucifer. »

 l'Archange tourna la tête, son regard était fuyant, ce que venait de lui dire Yehael lui rappela alors une phrase que lui avait dit un être d'une très grande pureté d'esprit, un être vivant une existence de paria, mais un être vide de toute colère et de toute haine. Cette être c'était Galadriha plus communément appeler la "tentatrice" ou encore le "serpent". Galadriha avait était juger pour un acte qu'elle croyez bon, celui d'offrir à l'homme le savoir, chose qui la conduisit directement aux enfers.

 "N'oublie jamais Abigahelle, la haine ne t'apportera que déchéance et tourments, ne devient pas comme ce monde, ne devient pas une déchus...
 N'en veut pas aux autres anges d'avoir fait de moi une paria, n'en veut pas aux anges d'avoir fait de la terre un enfer, ne leurs en veut pas d'avoir bannis les hommes, apprend toi à aimer, plutôt qu'à haïr...
 Ce monde à beaucoup trop saigner, les anges en sont en partis la cause certes, mais n'oublis pas que la haine est un cercle... Je t'en prit ne t'y enfonce pas plus encore...il n'y à pas d'homme plus bon ou plus mauvais qu'un autre, il y à juste des mentalités qui sont nourris par la haine..."


 Abigahelle se remise alors à parler.

 Tu parle de respect et de pureté, mais que pense tu réellement de l'humanité ?
 Pense tu que se monde est bien ainsi ?
 ...J'ai par moment honte de se que je suis devenue a force de haine et de colère, mais je ne peut me résoudre à laisser ce monde ainsi.
 Lucifer était égoïste et s'est son orgueil qui l'à fait chuter, son idéologie pourrissante et nombriliste ne peut être synonyme d'espoir.
 Les anges ont l'air d'en avoir rien à foutre que les hommes se défoncent à grand coup de cross et de cruauté...
 Le jour ou la terre disparaitra dans un nuage d'atomes tu pleurera que les enfers et le paradis ne puissent acceptés tout le monde.
 Je ne vous apprend rien, je ne fais qu'un constat.
 Le christ se disait être le "sauveur", mais comment peut on sauver en suçant et en souriant !
 La haine est sombre et corrosive, mais elle à le mérite de faire bouger les choses...
 Tu vois, toi aussi tu capable de haïr, la preuve, je le vois dans ton regard.
 Je ne te demande pas d'être en accords avec moi, juste de comprendre, n'est ce pas ce que tu voulais ?
 L'humanité doit se relevé si elle veut survire, j'amènerais le grand bouleversement prévue, donnant ainsi à l'humanité la force de se soulever et de détruire tous ce qui la bride, les gouvernements brulent les peuples, les rendant vides de toute raison et de toute liberté, les médias véhicules la dogme puante des gouvernements et les religions donnent une raison de plus aux hommes de s'entretuer...Tu ne peut ignorer cela.
 Est ce que je doit comprendre que le "libre arbitre" est synonyme d'une ignorance voulu ?



 Abigahelle sortie alors une cigarette longue, l'alluma puis reprit la discussion.

 Et en ce qui concerne Hatchielle, sache que derrière ses airs de petite martyre se cache une chérubine tendant vers le sadomasochisme, je doit dire que sa capacité à pleurer sur commande ma tout de suite séduit...Quoi ? tu penser qu'elle n'était pas consentante !? dit en lançant un petit sourire à yehael.

Journalisée


Fiche d'Abigahelle
Thème d'Abigahelle
Requiem for a savior

Merci à Stephen Connor pour ce Kit :3

Si vous voulez RP avec ce compte, merci de contacter mon compte principale.

DC de Lucrezia.H.Nietzshe
Yehaël
Avatar
-

Messages: 118



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Juin 30, 2013, 11:19:04 »

Elle ne tarda pas à te répondre. Durant ta longue réplique, elle avait maintenu un silence circonspect, semblant te fusiller du regard. Tu n’en avais cure. Cette femme avait beau être une Archange, elle ne t’impressionnait pas. Elle finit par te répondre, et tu te mis à l’écouter, te demandant toujours quoi faire d’elle. Son comportement déshonorait totalement la prestance des Anges. Elle n’avait rien de la grâce des Archanges, et te sortait un discours vaseux et évasif sur l’humanité. Tu l’interprétas comme une manière de légitimer la violence, te rappelant, dans une certaine mesure, l’approche de Lucifer.

Son discours, elle le termina en sortant une cigarette, fumant dessus, en retournant parler de cette pauvre Hatchielle, affirmant qu’elle était consentante. Pour le coup, tu sentis ta colère venir. Quand tu étais réellement en colère, tes pupilles viraient au rouge, abandonnant leur belle couleur bleue. Mais ce n’était pas encore le cas, et tu savais encore te contrôler.

« Con-sen-tante ? répétas-tu, en articulant soigneusement chaque mot. Sur Terre, j’ai vu le cas d’un père qui, pendant des années, avait violé sa fille. La pauvre n’avait que 13 ans quand il a commencé à la prendre, à l’inviter dans son lit, pour abuser sexuellement d’elle. Et, quand on lui demandait de s’expliquer, de se justifier, il affirmait qu’il n’avait rien à se reprocher, et qu’elle avait été consentante. »

Tu te mis à marcher, tes ailes remuant très légèrement. Tu étais au bord de la crise de nerfs devant la bêtise chronique de cette femme. Son arrogance insupportable, son mépris des normes… Non, elle n’avait rien d’angélique, elle n’avait rien de sacré. Sa philosophie était aussi méprisable que ses actes, et, même s’il ne t’appartenait pas de la juger, car elle était théoriquement ta supérieure, tu ne pouvais t’empêcher de le faire. Après tout, tu étais la rigoureuse Ange de la Pureté, celle pour qui aucune excuse n’était tolérable sans action.

« Quelle valeur peut avoir le consentement d’une enfant face à son père ? D’un chérubin face à un Archange ? » lâchas-tu, sans véritablement espérer de réponses.

Et la manière dont elle te le disait… Combien de fois la pauvre Hatchielle avait-elle du subir les sévices de cette femme ? Cette idée te faisait frémir. Si Hatchielle s’était exprimée devant le Conseil, tu te disais surtout que ce dernier n’aurait pas prononcé un sursis à statuer, mais serait directement intervenu. C’était une chose que tu avais du mal à admettre : que les victimes refusent de porter plainte, par peur des représailles du bourreau.

« Quant au reste… Es-tu en train de dire que ce que tu recherches à faire est semer le chaos, répandre la destruction ? Au nom de quoi ? Les Anges apportent l’harmonie et la construction, pas le déséquilibre et la désolation. »

Tu continuas à marcher, lentement, tes pas faisant comme de discrets échos sur le sol.

« Il ne nous appartient pas de juger l’humanité sur une vision incomplète des choses. La manipulation des gouvernements ? Leur dogme puant ? De quoi me parles-tu ? C’est d’ingérence dont il s’agit. Nous sommes là pour contrer les démons, pour lutter contre leur influence grandissante, pas pour nous immiscer dans des questions politiques et sociétales où nous ne sommes pas compétents. Nulle créature n’est parfaite, mais les humains sont loin d’avoir atteint notre sérénité, et notre félicité. »

Cette fois, tu étais lancée, et, tout en parlant, tu te rapprochais d’Abigahëlle, ta voix gagnant progressivement en intensité :

« J’ai vu l’humanité depuis le commencement. J’ai vu cet état paradisiaque que tu décris, une situation où nul ne gouverne. J’ai vu ce que les États ont amené, j’ai vu leur indispensable nécessité. L’être humain est une créature faite de violence et d’amour. L’État est là pour le brimer, pour restreindre les libertés. Revois le Credo ! Ceux qui prônent la liberté absolue, l’absence de toute contrainte supérieure pesant sur la vie des individus, ce sont les démons. La liberté est une valeur qui doit avant tout être défendue contre elle-même. Tu juges l’humanité avec les critères des Anges. »

Tu t’étais rapprochée, très près d’elle, et tes doigts se posèrent sur son torse, au-dessus de ses seins, alors que tu martelais, sûre de toi :

« Ton mode de raisonnement est celui de Lucifer et des Déchus, ceux qui voient en le libre-arbitre un aveu de faiblesse, et qui entendent imposer sur les autres une conception unilatérale de ce qu’il faut faire, ou ne pas faire. »

Tu t’écartas lentement, en la dévisageant du regarde, de ce regard acéré et déterminé qui t’allait si bien. Yehäel, Ange de la Pureté. Aucune transaction n’était possible face à toi. Et ce qu’Abigahëlle avait fait à Hatchielle, et probablement à d’autres chérubins, ne resteraient pas méconnus. D’une manière ou d’une autre, cette femme paiera pour les affronts qu’elle a fait subir à ses sœurs et à ses frères. Rien en ce monde, absolument rien, ne justifiait qu’on puisse faire du mal à de simples enfants.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Abigahëlle
Avatar
-

Messages: 297


l'Archange Antéchrist


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Juillet 15, 2013, 12:45:50 »

Abigahelle venait à peine de finie son discourt que l'ange toujours affubler d'un regard affuté et cinglant veina une énième fois violement la réprimander.

 La colère se voyer au fond de ses yeux, ceux-ci habituellement bleu ce teintèrent d'un rouge vif.
 Puis d'un pas déterminer elle vint se rapprocher de l'Archange tout en continuant son discourt.
 Elle lui reprocher les actes précédemment, elle ne chercher en rien à la comprendre revenant chaque fois lui mettre dans la gueule ses "ressemblance" avec les déchus.
 Mais Abigahelle n'était pas comme eux, nan elle valait mieux qu'eux !


 Abigahelle commencer à vraiment en avoir marre de cette conversation qui ne faisait que tournées en rond.
 Pour preuve, elle roula des yeux en poussant un léger soupir.

 le ton de l'Ange devins de plus en plus cinglant elle se rapprocha très prêt d'Abigahelle puis du bout de ses long doigts fins elle se mise à tapoter sur sa poitrine avant de se retirer avec toujours le même regard emplis de colère.

C'est bon là ? ta fini de m'emmerder avec tes conneries, bordel tes venue foutre quoi ici à part me gueuler dessus !
 Regarde toi ! tu te mets en colère, comment diable peut tu espérer comprendre mon idéologie si ton esprit est embrumer par la haine... enfin de compte pour le coup tu vaut pas mieux que moi...


 Abigahelle lui tourna alors le dos avant d'aller s'affaler dans son fauteuil et de reprendre la discussion.

Bon, écoute... j'admet avoir une philosophie quelque peut... "agressive" mais tu aborde cela d'une façon bien trop réductive, à croire que tu fait exprès de ne rien comprendre Bordel , tu es pas si conne que ça... nan ?

 Abigahelle laissa à nouveau échapper un grand soupir avant de reprendre.

Je suis... en ce moment même entrain d'essayer de canaliser toute l'agressivité que j'éprouve à ton égard...
 Vois tu, j'ai pas envie de me battre contre toi...enfin ci ! Ci, j'ai envie de te foutre une branlée monumentale, mais je me dit que ci je fait ça, ça n'arrangera en rien ta vision de ma personne... N'ais je pas raisons...hm ?

 Nous sommes des êtres... plus ou moins civilisés, de se fait je pense que le dialogue serait préférable n'est ca pas ?
 Je conçoit parfaitement le fait que je puisse te répugnait mais bon, si tu en vient à te mettre en colère, comment pourrions nous espérer nous comprendre ?


 Abigahelle enleva par la suite sa veste militaire d'un noir de geai avant de la balancer au sol.
 elle ne porter quasiment rien sous cette veste, seulement un t-shirt avec de large résilles, mettant ainsi en évidence son opulente poitrine ornée de magnifique piercings.
 Elle croisa les jambe puis se saisit d'un verre de cristal se trouvant sous la petite table à ses coté.
 Elle le remplit d'absinthe tout en fumant sur sa cigarette.

 Bon reprenons, le conseille... t'as demander de converser avec moi, n'est ce pas ?
 Donc...


Cet alors qu'une jeune chérubine fit son entrer dans la pièce.

Dame abigahelle...

Oui, que veut tu Einrielle ?

C'est Hatchielle, elle tient à vous présentez ses excuses...

*soupir* Dit lui qu'elle n'a pas à s'excuser.

Bien madame. Y a t-il quelque chose que je puisse faire pour vous ?

Nan c'est bon Einrielle, tu peut disposer.

Bien madame...votre veste, doit je la ramasser ?

Je la ramasserait moi même.
 

bien...


Elle fit une belle révérence à Abigahelle soulignée d'un petit sourire avant de repartir, ignorant totalement Yehael.

   
Abigahelle croisa et décroisa les jambe avant de reprendre la parole

Dit moi, tu ne serais pas mieux assise ? Peut être désir tu boire quelque chose, de l'Absinthe, du vin ?






 
Journalisée


Fiche d'Abigahelle
Thème d'Abigahelle
Requiem for a savior

Merci à Stephen Connor pour ce Kit :3

Si vous voulez RP avec ce compte, merci de contacter mon compte principale.

DC de Lucrezia.H.Nietzshe
Yehaël
Avatar
-

Messages: 118



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Juillet 16, 2013, 11:17:59 »

Abigahëlle s’énervait, tu le sentais. Cette Archange arrogante t’horripilait, et il était probable que ça se sentait... Mais, après tout, tu n’avais jamais été connue pour être une Ange douce et agréable. Tu partais toujours au quart de tour, faisant preuve d’une impulsivité qui trahissait ton honnêteté. Tu étais la Pureté, et la pureté se devait d’être honnête, d’être aussi transparente et lisse que le cristal. Elle te menaçait, mais, plus tu l’écoutais, et plus tu avais le sentiment que, des deux, tu étais la plus calme. Ta colère, tu savais la maîtriser, elle faisait partie de toi, et elle ne prenait jamais le contrôle. Tes pupilles rouges trahissaient surtout ton irritation vis-à-vis de cette femme qui se permettait de jouer avec les règles. Les normes n’existaient pas pour rien. Elles étaient les garants de la société contre les individus, mais aussi des individus contre eux-mêmes. Tu étais convaincue que la liberté était un cadeau à double tranchant, ce à quoi tous les hommes aspiraient, mais quelque chose qu’il fallait sévèrement encadrer.

Votre conversation fut interrompue par la présence d’une autre chérubine aux ordres de l’Archange. Tu restais les bras croisés, insensible à son corps nu, à sa grosse poitrine, à ses piercings. Cette femme te répugnait. Elle déshonorait les Cieux, elle faisait honte à la sainteté et à la grâce éternelle des Anges. Vous étiez les guides et les protecteurs des espèces inférieures, des faibles et des démunis qui avaient besoin de votre protection, de votre soutien. L’Archange Abigahëlle alla ensuite s’asseoir sur un fauteuil, te proposant de l’alcool.

« Je suis bien debout, Abigahëlle. »

Quant au vin... Le vin n’était pas, en soi, quelque chose de condamnable, mais il fallait se méfier des abus. Ceci dit, tu ne buvais pas vraiment d’alcool. L’eau te suffisait amplement, tant qu’elle était propre, et potable. Décroisant les bras, tu observais cette femme. Plus cette conversation avançait, et plus tu sentais que les choses ne finiraient pas très bien. Le Conseil des Anges ne prenait jamais une décision à la légère, et on ne lui couperait pas les ailes à la suite de cet entretien. Cependant, les Archanges savaient qu’ils pouvaient compter sur toi. Tu étais l’une des plus vieilles Anges du Paradis, après tout.

« Je ne suis pas venue là pour me battre, Abigahëlle. Les Cieux ont déjà connu des batailles entre Anges, et je n’ai pas envie qu’elles se renouvellent. »

Une manière de lui rappeler que tu avais assisté à la révolte des Déchus, que tu avais vu le chaos de ces derniers, que tu avais vu les tours d’albâtre être pulvérisées, les nuages se teinter de rouge, tandis que le ciel se recouvrait des plumes tranchées et pliées de tes amis et camarades. De telles images te hantaient encore, car elles avaient traduit ton impuissance, ton incapacité à protéger les tiens.

« Je suis venue t’avertir, Abigahëlle, que, malgré la patience du Conseil, ton comportement ne peut plus durer. L’Archange Tyraël a refusé de prendre une sanction à ton égard, en considérant que ce ne serait pas justice. Mais d’autres Archanges, comme Imperius, étaient partants pour te sanctionner. »

Imperius était le Grand Archange du Conseil, représentant la plus importante des vertus cardinales : celle du Courage, de la Bravoure. C’était un Archange particulièrement exigeant, encore plus que toi, et qui était considéré comme le plus puissant guerrier des Cieux... Soit, dans le fond, le plus puissant guerrier de l’Univers. Tyraël était l’Archange de la Justice, le garde-fou du Conseil, dont les décisions, importantes, permettaient au Conseil de rester fidèle aux Commandements saints.

« On m’a désigné pour te porter ce message, Abigahêlle, et je ne suis pas venue ici pour me battre, répétas-tu. Tu as le droit de parler devant le Conseil, de te défendre, d’exprimer ton point de vue, et même de désigner un autre Ange érudit pour t’aider, et assurer ta défense. »

Un procès n’était pas un règlement de comptes. Il y avait des règles procédurales fondamentales que les Anges respectaient soigneusement. Les Anges érudits étaient les théoriciens, des êtres qui lisaient et étudiaient beaucoup, et, dans les procès, assuraient généralement le rôle d’avocats.

« Je tiens néanmoins à te signaler que je n’aime pas me faire insulter, ni me faire menacer. Il n’est pas dans notre intérêt respectif d’en venir aux mains. Nous sommes une espèce civilisée et raisonnable. »

C’était d’autant plus vrai que tu savais qu’elle ne pourrait rien faire contre toi. Depuis des centaines de milliers d’années, tu te battais. Tu étais une guerrière, et c’était bien pour ça que tu n’étais jamais devenue une Archange. Tu n’avais pas cette sagacité et cette clairvoyance d’esprit qui convenait aux Archanges. Ceci dit, tu ne pensais pas qu’Abigahëlle l’avait, et, pourtant, elle était une Archange. C’était quelque chose que tu avais mal à expliquer. Peut-être avait-elle jadis été différente ? Quelque chose l’avait indéniablement changé, avait fait d’elle une femme aigrie et agressive, qui ne supportait pas qu’on s’oppose à elle. Cependant, tu n’étais pas une petite chérubine timide et facilement impressionnable. Tu représentais la Pureté, et tu avais pourfendu des milliers de démons au cours de ton existence. Son petit numéro ne t’impressionnait pas.

Tu n’avais pas envie de te battre, mais, si elle t’agressait, tu saurais lui répondre.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Abigahëlle
Avatar
-

Messages: 297


l'Archange Antéchrist


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Juillet 18, 2013, 08:15:24 »

Abigaelle écouta attentivement les mots de yehael, elle n'était pas stupide et au fur et à mesure que le temps s'écouler l'Archange sembler se calmer.
Par la suite elle tapota quelque peut sur sa cigarette avant boire dans son verre toute en continuant d'écouter l'ange avec attention.
Cet alors qu'une phrase interpella quelque peut Abigahelle.

« Je suis venue t’avertir, Abigahëlle, que, malgré la patience du Conseil, ton comportement ne peut plus durer. L’Archange Tyraël a refusé de prendre une sanction à ton égard, en considérant que ce ne serait pas justice. Mais d’autres Archanges, comme Imperius, étaient partants pour te sanctionner. »

Impérius...hmmpfff encore lui ! Cela m'aurait étonnée qu'il ne veuille pas me sanctionner celui la. dit elle sur un petit ton amusé et sans animosité.

Impérius horripilé Abigahelle, pourtant les deux Archanges ayant un caractère quasi-similaire, cela eu pour effet de créer à plusieurs reprise de grands éclats de voix au seins du conseil.
Elle lui reprochée son étroitesse d'esprit vis à vis d'elle, l'empêchant ainsi d'aborder les choses sous un angles plus positif.
 
Et que pense Auriel de tous ceci ? hm ?
Ecoute, je veux bien m'expliquer devant le conseil, mais seulement devant Auriel et tyriel, au moins avec eux je suis sur qu'un dialogue est possible.


Abigahelle fuma une dernière fois sur sa cigarette avant de venir l'écraser dans un cendrier en marbre noir se trouvant à coter d'elle.

Bon, je suis prête à... faire certains efforts, à me calmer quelque peut, mais sache que je ne changerais en rien mes idéo, même ci ceux-ci te paressent odieux et immoraux, je tient à se que tu sache qu'au fond il y une part de justice et bien fondé, faisons fit des mots dit précédemment et tachons de reprendre dans le calme.

Quand je dit "détruire" je parle seulement des partie gangréner de se monde, un peut comme une sorte...d'amputation, de la quelle renaitra un monde propre et pur.

Abigahelle bue quelque gorgées dans son verre avant de reprendre sur un ton sans aucune animosité.

Tu m'as connue autrefois Yehael, se temps ou j'était ignorante et pur, ma chute ma transformée, mais crois tu réellement que je sois à se point si proche des déchus, regarde moi dans les yeux, je ne cherche pas à détruire le paradis, ni même l'humanité, je cherche juste à recréer un équilibre.
Si le conseil ma désigné Archange alors que je suis plus jeune que toi c'est qu'au fond il y à bien une raison.




   
« Dernière édition: Juillet 18, 2013, 08:24:42 par Abigahëlle » Journalisée


Fiche d'Abigahelle
Thème d'Abigahelle
Requiem for a savior

Merci à Stephen Connor pour ce Kit :3

Si vous voulez RP avec ce compte, merci de contacter mon compte principale.

DC de Lucrezia.H.Nietzshe
Yehaël
Avatar
-

Messages: 118



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Juillet 19, 2013, 08:15:00 »

Qu’elle n’aime pas Imperius ne te surprenait pas vraiment. De tous, il était le plus exigeant, encore plus que toi. Toute forme de lâcheté ou de paresse l’horripilait, et il était le partisan d’une vision guerrière des choses. C’était sous l’impulsion d’Imperius que le Conseil des Archanges avait, il y a des millénaires, voté pour savoir s’il fallait éradiquer l’humanité toute entière. Pour autant, malgré sa rudesse et sa sévérité, Imperius était toujours resté fidèle au Conseil, à ses décisions, et n’avait jamais trahi. Il était pour toi un exemple, un modèle, celui vers lequel tu t’étais rabattue quand Lucifer avait décidé de vous trahir, de ne pas suivre l’autorité sacrée du Conseil, et de préférer suivre sa propre voie. Abigahëlle, quant à elle, semblait réaliser toute la stupidité qu’il y avait à te défier, ou à s’opposer au Conseil. Aux Cieux, le Conseil des Archanges représentait l’autorité suprême, le Gardien des Vertus Cardinales. Ses décisions mettaient du temps à venir, et nécessitaient l’unanimité des membres composant le Conseil, afin de s’assurer que chaque décision prise par les Cieux respecte bien les cinq Vertus. Les anges eux-mêmes, après tout, n’étaient pas infaillibles, ce que les Déchus avaient bien montré.

« Si le conseil ma désigné Archange alors que je suis plus jeune que toi c'est qu'au fond il y à bien une raison. »

Tes sourcils se froncèrent lentement. Était-ce là une nouvelle forme de provocation ? Le processus d’élévation d’un Ange en Archange ne fonctionnait pas uniquement sur simple décision du Conseil. C’était aussi quelque chose de personnel, de volontaire, lié à l’Attribut de l’Ange. Dans ton cas, il s’agissait de la Pureté, et, si tu n’étais pas Archange, ce n’était pas en raison de la volonté du Conseil. Les Archanges te l’avaient expliqué. C’est parce que, au fond de toi, tu estimais ne pas encore être prête pour ce poste. Le Conseil, en réalité, face à un processus d’élévation, ne faisait qu’avaliser ce dernier. De la même manière que les ailes du chérubin poussaient pour l’élever en Ange, l’élévation en Archange était un phénomène naturel... Plus ou moins.

Mais tu n’étais pas là pour parler de ton cas personnel, qui, de toute manière, ne regardait pas Abigahëlle.

« Lucifer et les Déchus n’ont jamais cherché à détruire les Cieux non plus, nuanças-tu. Ils ont commencé à le devenir en tournant le dos au Conseil, mais leurs intentions étaient louables. Ils voulaient supprimer les démons, éduquer plus fermement les humains, supprimer leur liberté d’action, en considérant que des espèces inférieures ne pouvaient que prendre le mauvais choix, et se laisseraient tenter par les démons. Ils voulaient... Purifier ce qui existait. »

Le temps avait coulé depuis, et, avec le temps, les légendes avaient supplanté aux faits bruts. Les Anges eux-mêmes n’étaient pas exempts de ce phénomène. Mais Lucifer ne voulait pas détruire les Cieux, ni tuer les Anges. Il voulait supprimer le Conseil, car il avait estimé que ce dernier était inapte, lent, et n’avait aucune raison d’être. Il ne cherchait pas l’éradication des Anges, mais leur élévation totale.

« Qu’on puisse critiquer les décisions du Conseil est une chose, Abigahëlle, mais garde-toi de ne pas les appliquer. Pour le reste... Auriel et Tyraël accepteront sûrement de parler ne privé avec toi, mais une audience devant le Conseil se fait devant tout le Conseil. Tu as le droit de craindre Imperius, mais ce n’est pas lui qui représente la Justice, et sa décision ne lie pas le Conseil. »

Elle pouvait certes exercer une influence, mais il existait bien des cas où seulement un Archange s’était opposé au Conseil, et l’unanimité était requise pour n’importe quelle décision émanant du Conseil. Appliquer une décision du Conseil qui n’aurait pas reçu l’approbation de tous les Archanges la composant signifierait la destruction de l’unité des Cieux, et, en définitive, la fin des Anges. Il était donc impensable qu’une telle chose arrive.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Abigahëlle
Avatar
-

Messages: 297


l'Archange Antéchrist


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #11 le: Juillet 24, 2013, 07:26:21 »

Le ton avait baissé entre les deux anges, Abigahelle écouter tranquillement ce que lui disait Yehael tout en continuant de boire son verre d'absinthe. Yehael de son coté s'était elle aussi quelque peut calmée, même si une certaine froideur émanait toujours d'elle vis à vis d'Abigahelle.

 L'Ange de la pureté expliqua encore une fois à Abigahelle l'histoires des déchus, les principes de ceux-ci, l'Archange leva légèrement les yeux au plafond, cette discussions, même si elle la concernait, commencer à vraiment l'ennuyer.
 Une fois le discours de Yehael fini, Abigahelle lâcha, sans vraiment le vouloir, un petit bâillement, avant de s'étirer sur son fauteuil.

  Bien, bien, bien... j'irais m'entretenir devant Auriel et Tyriel, en ce qui concerne l'audience devant le conseil je verrais cela... plus tard.
 Mais dit moi, pour l'heure ne voudrais tu pas... me suivre dans un endroit un poil différent ? ma chambre par exemple.

Depuis quelque temps déjà abigahelle avait une petite idée qui lui trottait dans la tête, le fait de se faire à se point remettre les idées en place, avait eu comme effet de sérieusement agacer l'Archange, mais d'un autre coté, cela l'avait aussi quelque peut excitée, ce regard dominateur, ces paroles sèche et dur, tant de choses qu'Abigahelle aimer voir chez une autre femme.

Elle se leva avec lascivité de son fauteuil pour ensuite marcher j'jusqu'à yehael. Une fois arrivée à son niveau elle posa sa mains droite sur le corps de l'ange avant de lui lancer un regard teinté d'une certaine lubricité, elle laissa par ailleurs glisser sa main sur le sein gauche de l'ange, avant de finir sa course au niveau du doux visage de celle-ci. Puis elle vint approcher ses lèvres de celle de l'Ange, avant d'y un déposer un léger baiser.



Journalisée


Fiche d'Abigahelle
Thème d'Abigahelle
Requiem for a savior

Merci à Stephen Connor pour ce Kit :3

Si vous voulez RP avec ce compte, merci de contacter mon compte principale.

DC de Lucrezia.H.Nietzshe
Yehaël
Avatar
-

Messages: 118



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Juillet 25, 2013, 12:51:02 »

L’arrogance était le lot commun des habitants des Cieux. C’était votre plus grande faille, n’est-ce pas ? Pourquoi y avait-il eu un schisme si violent entre les Anges ? Une fracture qui vous avait empêché d’annihiler pour de bon ces créatures abominables peuplant les dimensions infernales ? Cette question était fréquemment posée par tous les chérubins, par tous les jeunes anges qui ne comprenaient pas comment l’espèce la plus noble qui puisse être avait pu peiner tant face à des créatures aussi ridicules et désorganisés que les démons. Mais toi, tu le savais, car tu ne te leurrais pas, car tu avais goûté à cette tentation... Tu l’avais caressé du bout de tes blanches plumes... Vous étiez l’incarnation de l’Idéal, mais pas de la perfection...

Et ça, vous aviez trop tendance à l’oublier. Tu le savais très bien, et ce que tu voyais en Abigahëlle n’était pas une exception. Une Ange arrogante, comme Lucifer avait pu l’être, ayant l’arrogance de croire qu’il pouvait se permettre d’outrepasser l’autorité du Conseil, voyant en eux des êtres ramollis, se protégeant derrière leurs lois et leurs décisions comme de vieux gérontocrates incapables d’affronter la réalité de la vie. Tu l’avais pensé, toi aussi, ne cherche pas à le nier. Vous l’aviez tous pensé, car vous pensiez tous qu’un Ange ne peut pas faillir. Messagers du Dieu Céleste, porteurs des divins Commandements, vous étiez la plus puissante espèce de la Création. Aviez-vous besoin d’un ridicule Conseil pour vous dire ce qu’il convenait de faire ou de ne pas faire ? Abigahëlle était dans ce cheminement, mais tu savais que le Conseil ne tolérerait pas d’autres Déchus. La trahison de Lucifer, d’Azazel, et des autres Anges ayant décidé de les suivre, était encore une plaie non refermée, qui continuait à vous démanger.

Le dédain manifeste dont Abigahëlle te faisait preuve, en bâillant, ou en décidant de remettre à « plus tard » son audience devant le Conseil, t’agaçait profondément... Mais pouvais-tu espérer mieux ? Au moins, avait-elle décidé d’abandonner son envie de t’affronter, même si tu pensais que ça n’avait été que de l’intimidation... Une chose que les Anges ne devraient avoir jamais à faire. Cependant, intimider quelqu’un comme toi, c’était comme essayer de pisser contre le vent en pensant percer la tempête. Elle ne te faisait pas peur. Ou, du moins, pas autant que d’autres choses sur cet univers.

Tu n’avais plus rien à faire ici. Il était temps pour toi de repartir, d’aller faire ton rapport au Conseil, puis de t’occuper de choses plus importantes que faire la coursière. Cependant, Abigahëlle, dans sa tenue moulante noire et avec ses longs gants, n’en avait pas encore fini avec toi.

« Mais dit moi, pour l'heure ne voudrais tu pas... me suivre dans un endroit un poil différent ? ma chambre par exemple. »

Sa chambre... Tu n’étais pas assez idiote pour ne pas comprendre l’allusion. Le rapport entre le sexe et les Anges faisait toujours défaut, particulièrement chez les espèces inférieures, qui, comme à leur habitude, avaient tellement interprété les messages initiaux qu’ils en avaient été dénaturés. En disant aux hommes qu’il était nécessaire de s’éveiller à la spiritualité, de voir au-delà que leurs simples désirs matérialistes et égoïstes, vous aviez donné aux hommes des arguments théologiques pour fonder des régimes autoritaires reposant sur l’usage biaisé de la religion, des régimes où la religion justifiait le fanatisme et le meurtre, en invoquant le Paradis, et en prétendant qu’il n’était pas criminel de tuer quelqu’un qui ne croyait pas comme vous. Il en avait été de même pour le sexe. En disant aux hommes qu’il fallait tempérer leurs goûts sexuels, vous aviez créé des mouvements rigoristes prêchant l’absolue chasteté, vous aviez créé des infrastructures où le principe était de ne subir aucune attirance sexuelle. C’était totalement stupide. Si la Création avait estimé nécessaire qu’un homme doive coucher avec une femme pour procréer, et que cela engendre du plaisir, alors c’est que le sexe, fatalement, ne pouvait pas être, en tant que tel, être impur. Vous cherchiez juste à leur dire d’éviter les déviances, de ne pas avoir de relations incestueuses, de ne pas sombrer dans la luxure, en ce que la luxure était un appétit sexuel monstrueux. Si les Anges n’interagissaient quasiment plus avec les espèces inférieures, et si le Conseil déconseillait fortement d’aller les aider, sauf en cas d’attaque démoniaque, ce n’était pas pour rien. La plus noble des actions pouvait avoir de regrettables conséquences.

Il en résultait que, dans l’imaginaire populaire, les Anges étaient des êtres asexués, nullement intéressés par le sexe. C’était faux, c’était juste que les Anges savaient se retenir... Pour la plupart. Abigahëlle se rapprocha de toi, et tu te mis à flancher. Tu n’oubliais pas ce qu’elle avait fait à Hatchielle, tu n’oubliais pas les humiliations qu’elle infligeait à de jeunes anges, des choses écœurantes, qui te donnaient envie de vomir, mais son léger baiser était délicieux. Une douce caresse sur tes lèvres, qui te rappela que tu n’avais pas eu l’occasion, depuis longtemps, de toucher au corps d’une femme ou d’un homme. Ce n’était pas une question d’impureté, car tu ne voyais pas en quoi le sexe, librement consenti, pouvait être impur, c’était juste que tu étais rarement aux Cieux, et que les humains, gras et relativement laids, ne te tentaient pas.

Tes yeux se fermèrent durant ce bref échange, et tu les rouvris ensuite. Tes pupilles bleues observaient Abigahëlle, et tes mains caressaient ses hanches, glissant lentement dessus, sur sa peau chaude et douce... La douceur des Anges. Sa main gantée sur son sein avait légèrement durci ses derniers, mais tu ne cherchais pas à cacher ton désir.

« J’ai accompli ma mission, dis-tu alors. Ce n’est pas moi qui déciderais de ce qu’il convient de faire... »

Tu répondis alors à son baiser en l’embrassant.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Abigahëlle
Avatar
-

Messages: 297


l'Archange Antéchrist


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #13 le: Juillet 27, 2013, 11:35:40 »

Abigahelle fut quelque peut décontenancer devant la réactions de Yehael face à ses avances, Elle imaginait de la part de l'ange une certaine réticence à avoir des rapports avec elle, mais il n'en était vraisemblablement rien.
La réponse de "l'ange de la pureté" fut pour Abigahelle une mise en bouche des plus excise et cet avec plus d'ardeur encore qu'elle enlaça sa consœur pour lui rendre l'appareil. Par la suite elle approcha sa bouche de l'oreille droite de Yehael, afin de lui soufflet un doux murmure angélique.

Eh bien ma belle, voilà qui est bien plus divertissent tu ne trouve pas ? Si ont avaient commencées par ça, les négociations se serait bien mieux passer.

Les mains de l'Archange continuaient leurs caresses sur le corps de Yehael, effleurant avec délicatesse sa peau douce et parfaite, avant de prendre ses mains et de lui adresser un autre langoureux baisé.

Allons y Yehael, allons gouter à nos péchés respectifs.   

Suite à ces mots elle fit glisser sa mains contre son intimité humide pour ensuite porter ses doigts couverts de cyprine à la bouche de Yehael. Elle ramassa sa veste, la réenfila puis entraina par la suite Yehael hors de la grande salle. Une fois sortie de la salle en question, nos deux anges firent fasse à une grand corridor garnie de part et d'autres de portes en ébène.

Elles avancèrent le long de celui-ci avant d'arriver devant des portes bien plus imposantes que les autres.

Bon, voici ma chambre. dit elle avant d'entrouvrir les portes. j'espère que nos ébats en ses lieux te seront plus agréables que les mots dit auparavant, hm ?

Abigahelle poussa alors les deux portes d'un noir de geai, montrant ainsi à Yehael son "petit coin de paradis".
Il trônait au milieux de la pièce un grand lit à baldaquins couvert par une étoffe de fourrure noire de la quelle dépasser de somptueux draps rouge sang, encore une fois de grandes tenture bordeaux décorer les bords du lit, un œil observateur pourra également remarquer la présence de sangles en cuir au niveau des piliers de celui-ci.

La pièce compter aussi une grande étagère emplie de nombreux bouquins, une table de nuit en marbres sur la quelle était poser un cendrier ainsi qu'un grand verre de cristal, deux grands candélabres, des tentures (encore une fois), des croix inversées, un fauteuil voltaire, une commode contenant les habits d'Abigahelle ainsi que quelque accessoires. En parlant d'accessoires, un grand panneau était accroché juste à coter du lit d'Abigahelle, un grand fouet de cuir ainsi qu'un chat à neufs queues y était posé.

Bon ! par où commençons nous ? dit elle en s'asseyant sur son lit.


 
« Dernière édition: Juillet 30, 2013, 08:53:13 par Abigahëlle » Journalisée


Fiche d'Abigahelle
Thème d'Abigahelle
Requiem for a savior

Merci à Stephen Connor pour ce Kit :3

Si vous voulez RP avec ce compte, merci de contacter mon compte principale.

DC de Lucrezia.H.Nietzshe
Yehaël
Avatar
-

Messages: 118



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Juillet 28, 2013, 12:21:56 »

Ton geste pouvait surprendre. Toi, l’Ange de la Pureté, la redoutable Yehaël, celle dont tous les chérubins craignaient d’avoir comme formatrice, tant tu étais exigeante, et intransigeante... Et voilà qu’Abigahëlle, l’Archange renégate, celle dont le Conseil commençait à prendre des sanctions, te faisait des avances, que tu ne repoussais pas. Un humain n’aurait pas compris, mais, dans le fond, tu n’étais pas une humaine. Tu restais une Ange, et tu avais ton propre mode de raisonnement. Tu ne pouvais pas attendre d’un humain qu’il comprenne, ces gens étaient trop égoïstes, trop simplistes, et il y avait bien trop peu d’exceptions pour que ton jugement sur eux puisse s’en infléchir. Tu savais ce que tu faisais, et tu appréciais les mains de l’Archange. Elles étaient douces et chaudes, et tu sentais sa confiance en elle revenir. Elle te caressa les lèvres avec ses doigts humides, infectés par sa mouille, sans faire attention à ce que tu éprouvais, à ce que tu pouvais penser. Elle posait de pures questions formelles, te conduisant dans les profondeurs de son monstrueux palais. Il était beau et grand, oui, mais à la gloire d’une seule personne, à sa gloire. La propriété privée était un concept très humain, que tu n’acceptais que difficilement aux Cieux. La survie d’un peuple reposait sur sa capacité à souder ses membres entre eux.

Tu suivais Abigahëlle, dans une immense pièce avec un grand lit à baldaquin. Pour une femme qui n’aimait pas les humains, tu trouvais qu’elle avait des goûts luxueux très humains. Un Ange n’avait pas besoin de dormir sur un lit. Il lui suffisait de méditer en recourbant ses ailes sur son corps, ce que tu faisais quand tu avais besoin de te reposer. Un Ange n’avait pas autant besoin de dormir qu’un humain. Tout ça puait l’être humain, tout ça puait l’hypocrisie et le mensonge. Sur un panneau en bois contre le mur, tu pouvais voir une série de fouets, ces instruments de torture que la perversion humaine avait inventé pour en faire des objets de plaisir. De telles pratiques te répugnaient, étant pour toi de la luxure. L’Archange alla s’asseoir sur son lit, et tu regardais à droite et à gauche, sans qu’aucun geste extérieur ne vienne troubler ta sérénité.

Depuis des millénaires, tu avais appris à contrôler tes pulsions sexuelles. Le sexe te faisait toujours de l’effet, bien entendu, mais tu savais le gérer, tu savais tempérer tes pulsions, et ne pas les laisser s’exprimer. Lentement, tu t‘avançais vers elle.

« Nos péchés respectifs..., répétas-tu. C’est un curieux choix de mots, j’ignorais que le sexe était un péché... »

Tu la rejoignis, avant de subitement t’écarter, tendant ta main vers l’un des fouets.

« Le sexe, c’est l’union des corps, une union intime et privée. Librement consenti, un rapport sexuel n’est pas un vice, c’est la beauté naturelle qui s’exprime, l’osmose et le plaisir des sens. Tu dis ne pas être touchée par l’humanité... Tu dis qu’elle t’écœure, mais ce sont ses plaisirs que tu exprimes, c’est leur mode de vie que tu assimiles. Il n’y a pas de vignes qui poussent dans les nuages, pas d’alcool... Ce lit, ces meubles, ces possessions matérielles... »

Tu cessas de caresser le fouet, avant de retourner, et de lever le pied, le logeant entre les seins d’Abigahëlle, l’envoyant s’étaler sur le lit.

« Tu prétends détester l’humanité... Mais peut-être que, dans le fond, tu l’adores ? Peut-être que ce n’est pas l’humanité que tu détestes, mais toi-même, pour aimer ça ? »

En disant le « ça », tu déployas tes mains autour de toi. Cette pièce était un aveu à part entière. Lucifer n’aurait jamais eu ça. Il haïssait toutes les possessions matérielles. Il n’était pas un démon, il était l’Ange le plus parfait qui soit, tellement parfait qu’il en était une menace, qu’il n’en était plus un Ange. Elle ? Elle n’était rien de tout ça.

« Le sexe n’est pas impur, mais c’est ce que tu penses, et tu aimes ça... Tu es une humaine, Abigahëlle. Tu n’en as pas l’apparence, mais c’est ce que tu es. »

Ton pied se retira, et tu te retournas, estimant en avoir assez vu.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags: ange  fini  
Pages: [1] 2 3 4
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox