banniere
 
  Nouvelles:
De nouvelles places sont ouvertes pour le poste de modérateurs, si vous êtes intéressés, merci de vous présenter ici.

Fin des postulats aujourd'hui, si vous êtes intéressés n'hésitez pas !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Une rencontre inatendu. (Belphy)  (Lu 2167 fois)
Evangeline et Echo
Avatar
-

Messages: 217


La Maitresse des Poupées


Voir le profil
FicheChalant
Description
Evangeline : La Maitresse des poupées, dirige la vallée indépendante d’Ancarla. 
Sorcière transformant les gens en poupée pour en faire ses serviteurs.

Echo : Servante principale d’Evangeline, elle lui ressemble  physiquement, mais en plus jeune. Ne montre aucune émotion et n’a pas d’âme.
« le: Avril 04, 2013, 12:24:34 »

Dans le village :

Quatre poupées bien habillées circulaient dans le village. Deux hommes et deux femmes. La Maitresse des poupées les avait envoyés pour régler deux trois petites choses. L'une d'elle, était la poupée d'un homme à l'allure noble. Suivant les ordres de la Maitresse, il se dirigea vers le centre du village où se tenait le marché. Il annonça alors aux habitants l'arrivée prochaine d'une grande cargaison de graine de culture offerte par la Maitresse des Poupées. Ainsi le village pourra profiter d'indépendance sans dépendre du commerce pour se nourrir. L'une des autres un autre homme lui habiller de façon plus discrète se trouvait dans la taverne et négocier une transaction pour leur maitresse. Les deux femmes de leur côté étaient richement habillé et discrètement armé, elle faisait un tour de patrouille dans le village et recevait les réclamations des villageois qui avaient le courage de dénoncer ce qui n'allait pas ou osé faire des demandes.

La Maitresse des Poupées avait beau s'être imposé comme maitresse de la vallée, elle en oubliait pas pour autant d'aider avec certaine limite son peuple. Ainsi elle avait financé la réparation du moulin et négocier des liaisons commerciales avec les pays voisins. Il y a peu encore, une bande de bandit avait voulu profiter de l'avantage géographique et du statu d'indépendance pour s'emparer du village, mais les poupées de la maitresse, les avaient vite repoussé et même pour certain éliminé.


Au Manoir des Poupées :

Devant l'entrée du manoir se trouvait une étrange créature. C'était un homme un petit peu gros, avec des grosses lunettes. Il ressemblait de très prêt à une chouette. En y regardant de prêt on pouvait même voir de vrais plumes sur son corps. L'homme sur les ordres D'Echo, il attendait sagement le retour des envoyer au village pour rédiger un rapport de tout ce qui s'y est passé. L'homme était un peu nerveux, car si jamais le rapport n'était pas rendu à temps, la Maitresse des Poupées risquerait de s'énerver. En plus la présence des deux poupées en armure avec leur Hallebarde n'arrangeait pas vraiment son état.

Derrière le manoir, à la rivière qui traversait le domaine, se trouvait un regroupement de personne. Entièrement nue dans l'eau on pouvait voir Evangeline et Echo qui se détendaient au bien fait de la nature. Une poupée jouait de la harpe, une femme élégante dans une longue robe blanche mais simple. Puis surveillant les alentour se trouvait trois autres femmes. Chacune d'elles étaient habillées de tenue sexy, un peu d'une façon fantasme amazone et avec une arme légère à leur disposition. En fait les poupées d'Evangeline avaient beau être des serviteurs ou des esclaves, don certaine n'avait même plus d'âme, elles conservaient une personnalité et certain était du genre voyeur. C'est pourquoi, Evangeline avait des filles qui surveillaient pendant son bain. Et volant au dessus de tous ce monde se trouvait La Folle la seule poupée qui n'avait pas une taille humaine et qui n'était au service d'Evangeline, protestait pour se baigner affirmant que l'eau était trop sèche pour elle.

Journalisée

Belphy Mueller
Humain(e)
-

Messages: 448


Gonna slice through problems


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Avril 05, 2013, 10:11:46 »

Elle était dans la ville quand elle vit ces quatre être si particuliers débarquer. Déjà quand elle était arrivée dans cette région reculée, les villageois semblaient l'avoir regarder comme si elle était un monstre et beaucoup s'était retirés, effrayés, quand ils virent qu'elle était couverte du sang de sa dernière victime. Un ursuthrope l'avait attaquée dans les forêts avoisinantes et elle n'avait rien trouver de mieux que de lui offrir son grand ballets de danse pour l'accompagner jusqu'aux terres sacrées, et la bête semblait avoir peut apprécier le cadeau d'au revoir, mais passons. Il y avait en tout cas certitude que ces personnes n'étaient pas habitués à la rencontre de voyageurs et autres chasseurs de prime, même plutôt chasseuse dans son cas, et ceci était sûrement le plus gros désavantages pour Belphégor qui se trouvait fort perdue depuis qu'elle avait quitter les sentiers battues de son petit monde, à savoir le grand, vaste et très agréable territoire de Tehkos. Sauf qu'il y avait une anomalie.

Car comme sus-dit, elle était dans le village à chercher un dirigeant quand elle avait vue ces trois êtres si particuliers venir dans la bourgade, et là où elle, forte de son apparence malheureusement, avait été vue comme une figure agressive et dangereuse, ces gens là étaient accueillies avec la plus grande des déférences, et nombreux étaient ceux qui autour de ces personnes se pressaient pour être au petit soin, ou leur demander quelque chose. Par chance dans cette cohue, Belphégor eut la chance de trouver des personnes moins craintives, ou peut-être plus courageuse de par la présence de ces personnes, surtout les deux femmes, dont Belphy avait remarquée le port d'arme de style tranchante. En tout cas elle attrapa en coup de vent une personne, tout ce qu'il y avait de plus modeste, mais qui semblait avoir compris son dialecte, et avec un grand sourire lui exposa son soucis, en espérant que celui-ci puisse lui offrir réponses à ses questions.

- Bonjour, pardon de vous déranger mais ... Vous ne pourriez pas me dire où trouver une cité de justice ? Ou des guides ? Je me suis entièrement perdue sur les routes et j'ai grande nécessité de quelqu'un pour m'indiquer les chemins.

- J'suis désolé je peux pas aider pour ça, j'en sais rien... maintenant si tu veux bien...

- Euh attends ! Qui sont ces gens que vous semblez tant apprécier ? Est-ce qu'ils pourraient m'aider afin que je retrouve mon chemin ?

- J'pense pas pour eux, mais quand j'y pense, tu peux toujours essayer auprès de leur maîtresse, notre maîtresse. Maintenant lâche moi, j'ai ... Je me doit de faire quelque chose.

Et son indicateur s'évanouit parmi la foule dense qui se massait autour des invités de marque. Se calmant, Belphégor essaye un vieux tour qui doit dater d'avant son amnésie et se focalise sur les quatre êtres afin de rechercher une empreinte énergétique. Résultat ? Zéro, nada, elle en sent pas la moindre once d'énergie provenant d'eux. Ce sont des mort-vivants ? Ou elle a juste foirer son essais de ressenti de l'énergie. Par contre elle est sûre d'avoir pressenti quelque chose vers .. le Nord ? L'Est ? Mince, elle a vraiment le pire des sens de l'orientation que peut avoir une chasseuse de prime. Pourtant elle commence par le suivre, ce sens erroné, et miraculeusement elle retrouve un semblant de chemin emprunté par ces êtres sans vie qu'elle a vue plus tôt, leurs traces de pas se trouvant encore fraîche dans la terre meuble. Par contre était-ce une bonne idée d'aller là-bas ? Après tout la personne qui manipulait ces poupées était peut-être plus que dangereuses, et y aller équivaudrait à se jeter dans la gueule du loup. Bon bah dans ce cas-là...:

- K'leir, Ter'er ? Vous en pensez quoi ?

- Tu sais que le couscous c'est délicieux ? J'en mangeais quand j'avais encore forme humaine. C'est riche, copieux, et je suis sur que ça donne un peu plus de forme ... N'y vois là aucun message caché ma chère Belphy.

- Moi je pense que le meilleur, entre l'ursuthrope et le dragon, c'est encore le Formien.

- Mais pourquoi je vous demande après tout ?

Tant pis, elle allait faire son choix par elle-même et va pour suivre la route. Après tout avec les deux armes auprès d'elle, elle ne manquait pas grand chose, à part voir son égo se faire proprement insulter par les deux armes qui passent leurs temps à s'en prendre à sa jolie poitrine toute mince. Posant les mains sur le hauts de son corps, elle regarde tout en marchant. Elle est vraiment si fine que ça ? C'est mignon pourtant non ? Et puis ce n'est pas comme si il n'y avait vraiment rien, il y a toujours un petit quelque chose, alors pourquoi ses deux armes passaient leurs temps à la charrier sur ses attributs mammaires enfin ? Enfin perdue dans ses pensées, elle en se rendit pas compte qu'elle parcourut la distance à toute vitesse, si bien qu'elle était auprès d'une grande maisonnée en moins de temps qu'il ne le faillent pour dire "petite poitrine". Et c'est là que le vie, mi-homme mi-hibou, gros et même plus, et s'attendait presque à ce que se soit un bec à la place de son nez crochu. Elle se tint tranquille et ne fit pas d'autre effort de politesse que celui-ci:

-Oh bonjour, excusez moi mais je cherche la maîtresse de ces lieux...

-Hey salut, t'es chouette tu sais ? J'ai un ami tu sais, il boue de te dire quelque chose !

- Oui, ma plume l'a écrite, mais c'est drôle, c'est comme un hululement, quand on le lit, ça s'envole, un vrai mot de rapace !

Belphégor frappa leurs manches vigoureusement en leurs chuchotant.

-Vos gueules !
Journalisée

Evangeline et Echo
Avatar
-

Messages: 217


La Maitresse des Poupées


Voir le profil
FicheChalant
Description
Evangeline : La Maitresse des poupées, dirige la vallée indépendante d’Ancarla. 
Sorcière transformant les gens en poupée pour en faire ses serviteurs.

Echo : Servante principale d’Evangeline, elle lui ressemble  physiquement, mais en plus jeune. Ne montre aucune émotion et n’a pas d’âme.
« Répondre #2 le: Avril 13, 2013, 11:33:34 »

Devant le manoir :

L’homme chouette regarda avec ses petits l’étrange personne qui se présenta devant lui. Et c’est avec surprise qu’il remarqua les deux armes parlantes à l’humour particulier. En temps normal et si cela ne l’avait pas visé, il aurait put apprécier ses commentaire plutôt bien trouvé. Mais il n’était plus se qu’il était. Il posa ses mains sur son visage révélant quelque plus sur le dessus.

-Mais qu’es que j’ai fait pour mériter tout ça ? Me voilà transformé en oiseau ridicule, je suis entouré de poupée vivante et maintenant je fais insulter par des coupes papier.

L’une des poupées qui montait la garde se tourna vers lui et lui donna un coup d’hallebarde dans le dos.

-Je te conseil de mesuré tes paroles, servir notre Maitresse et un honneur. Un gros tas comme toi, devrais s’estimé heureux au lieu de se plaindre. Vas donc préparé le rapport pour Mademoiselle Echo.

L’homme se mit a rouspété mais rentra rejoindre les poupées qui avait fait leur visite au village. Le second garde, un homme grand et fière dans une armure tout aussi élégante que pratique pour le combat. Il s’approcha de la voyageuse.

-Bonjour, je peu savoir se que vous souhaitez à notre Maitresse ?  Sans vouloir vous vexé, la manière de vos armes risque de ne pas lui plaire. Si vos intention sont pacifique je vous conseil de bien faire attention.

Le garde qui c’était occupé de l’homme chouette, se rapprocha a son tour, puis observa la fille qui se  présentait.

-Si la Maitresse ne les appréciera surement pas, je suis sûr que La Folle s’en amusera beaucoup. Je vais envoyer quelqu’un voir si elle disposé à vous recevoir.

L’homme rentra dans le manoir et envoya une servante, prévenir la maitresse. Pendant se temps le second garde resta à surveiller la jeune fille.

Derrière le manoir :

Evangeline et Echo profitaient toujours de leur moment de détente dans l’eau de la rivière. La servante envoyer par le garde arriva et put les approcher après autorisation. Elle expliquât alors la situation. Evangeline écouta intrigué.

-Hum, je suis curieuse. Installe là dans le salon et sert la le temps que je me prépare. Je vais la recevoir.

Evangeline sortie de l’eau et Echo la sécha et l’aida à se rhabillée. Pour se préparé elle prit tout son temps. Elle se sécha parfaitement, et remit sa somptueuse. Echo la recoiffa soigneusement avant de se préparé à son tour.

Pendant se temps la poupée servante dans sa tenue de soubrette, retourna à la porte pour rejoindre l’invité de la Maitresse des Poupée.


-Bonjour, Maitresse Evangeline accepte de vous recevoir. Si vous voulez bien me suivre.

Le salon du manoir :

La servante conduit l’invité jusqu’au salon. Une grande pièce richement décoré. Pratiquement tout se qui se trouvait dans la pièce avait de la valeur. Elle désigna un divan. L’invitant à prendre place d’un geste.


-La Maitresse vas vous rejoindre. Souhaitez vous quelque chose en attendant son arrivé ? Quelque chose à boire pour vous rafraichir peut être ?

Journalisée

Belphy Mueller
Humain(e)
-

Messages: 448


Gonna slice through problems


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Mai 17, 2013, 07:56:56 »

Les gardes l'avait fait rentrer assez facilement après une drôle de scène avec le maître de maison chouette. Chouette n'étant pas ici au service de maître de maison en tant qu'adjectif. En tout cas les deux rutilants gardes, qui ne devait point faire mine au niveau de l'affrontement tant au niveau de l'allure, semblaient être plutôt intrigués par sa présence, mais tandis que ses armes semblaient causer un certain malaise chez l'un, semblant surement avoir peur d'une quelconque réaction de leur maîtresse, l'autre garde appuya sur le fait qu'une certaine "folle" serait particulièrement heureuse de les rencontrer. Aussi elle venait pour la première fois de se trouver dans un hall d'entrée grâce à ces deux "papas" ce qui n'était pas commun étant donner le caractère de ces deux là ! Mais dans le fond tant mieux non ? Elle avait réussi à se faire assez bien voir par des inconnus pour obtenir un entretien, ce qui allait être d'une grande pour elle, jeune femme perdue loin de son pays et absolument pas assez connaisseuse du monde extérieur pour avoir les capacités de se repérer. Enfin bon elle était là, seule dans ce grand domaine à attendre le retour de quelqu'un désormais.

Et elle s'ennuyait un peu à vrai dire, aussi avait-elle commencée à toucher un peu à tout, soupesant cette grosse pendule accrochée au mur, ou bien cherchant à comprendre qu'elle était cette étrange plante qui se trouvait dans le coin de cette pièce et qui semblait tout aussi inquietante que singulière. Aussi avait-elle entamé son petit tour de la pièce avec sa curiosité de jeune fille qui n'avait jamais disparue malgré ses 16 années passées désormais, et il lui fallait toujours une volonté de fer pour s'empêcher de toucher à tout ce qu'elle découvrait. Bien sur elle avait aussi obtenue de sa mère cette passion pour les sciences, et au fur et à mesure que l'attente s'allongeait, c'était une foule de petites expériences qui se bousculaient dans sa tête, mais elle se contrôlé pour ne pas créer une catastrophe alors même que son hôte avait accepter de la faire entrée malgré son apparence plus que particulière. Elle se retint donc un maximum, et en vint même à avoir des tics d'anxiosité à cause de cela, jusqu'à ce qu'elle cède et essaye donc de voir la capacité cinétique d'un de ces vases en bord d'entrée. Par chance c'est juste avant qu'elle fasse cette horreur que la servante élève la voix.

-Bonjour, Maitresse Evangeline accepte de vous recevoir. Si vous voulez bien me suivre.

- IIIIIIIIIRRRRK !

Elle sursaute, le vase dans les mains, et se retourne vite pour sourire à la servante, en cachant son forfait dans son dos, espérant que ça passera inaperçu. Bien sur c'est tellement flagrant que n'importe qui aurait pu voir que ce pot était manquant sur son pylône, mais Belphy attendit que la servante se retourne pour vite replacer l'objet, puis pour la suivre, pensant qu'elle s'en était bien sortie ce coup-ci, ou que la servant avait un gros soucis de vision. Il lui faudrait des lunettes surement, mais elle voyait mal cette personne avec des lunettes, et d'ailleurs elle se demandait si cette servante était capable d'en faire même la demande. Elle semblait étrange, quasiment robotique quand elle y pensait. Est-ce qu'ici aussi il y avait des gens capables de créer des robots et des IA ? Ou même plutôt des androïdes, ou plus précisément des gynoïdes dans le cas de la servante ? Aaaah trop de choses se bousculaient à la fois dans sa tête, son hyperactivité commençait à ressortir, c'était pas une bonne idée, elle fallait qu'elle se calme avant qu'elle ne tire les armes pour tout découper. Du calme ! Pfouuuuh on respire tranquillement et on reprend normalement.

- Elle est mignonnes la servante, mais elle est à peine plus lottie que Belphy, je ne suis pas sure du coup que ce soit une bonne idée que de la reluquer.

- Bof, peut-être qu'il va falloir qu'on attende de voir la maîtresse, après tout elle doit être plus qu'attirante pour avoir autant de serviteurs non ? Enfin c'est ce que je crois !

- Moi, je crois juste qu'on devrait penser à Belphy, regarde l'état dans lequel elle est depuis qu'elle à vue la poitrine de la serveuse ! Je crois qu'elle a compris à quel point elle était plate ! Elle se met même à fantasmer sur les lunettes ! T'imagine !?

- Vos gueules !

 Et une nouvelle claque pour ces insolentes d'armes. Les voilà tous qui débouche dans une pièce richement décorée, et Belphy avec son instinct économique se met immédiatement à sourire. Elle tente de faire bonne figure face à la servante quand celle-ci l'installe, mais c'est trop difficile. Tout a tellement de valeur ici ! La maîtresse dont ils parlent tous doit être riche, très riche, et il n'y a rien de mieux dans ce petit monde que les gens qui ont beaucoup d'argent aux yeux de Belphégor. Bien sur ses armes paurraient faire encore une fois une belle remarque, mais elles ont encore le pommeau endolori par le coup de poing de la jeune chasseuse de têtes. ce qui les remet donc un peu en place et les amène à se taire jusqu'à ce que la souffrance légère disparaisse. S'installant dans un divan digne d'un monarque, heureuse, elle regarde autour d'elle les yeux brillants, contemplant le tout avec adoration, puis se retourne vers la servante, avec un visage ravi, quand elle l'entend élever la voix :

-La Maitresse vas vous rejoindre. Souhaitez vous quelque chose en attendant son arrivé ? Quelque chose à boire pour vous rafraichir peut être ?[/b]

- Oh euh de l'eau ce sera parfait pour moi, je ne bois pas grands-choses d'autres !

- Nous deux on veut voir tes petites fesses !

- Ouiiii ! À poil la servante !

- Fermez là !

Ce coup-ci elle les frappe l'une contre l'autre ! Aaah ça défoule ! Maintenant elle n'a plus qu'à attendre son hôte.
Journalisée

Evangeline et Echo
Avatar
-

Messages: 217


La Maitresse des Poupées


Voir le profil
FicheChalant
Description
Evangeline : La Maitresse des poupées, dirige la vallée indépendante d’Ancarla. 
Sorcière transformant les gens en poupée pour en faire ses serviteurs.

Echo : Servante principale d’Evangeline, elle lui ressemble  physiquement, mais en plus jeune. Ne montre aucune émotion et n’a pas d’âme.
« Répondre #4 le: Mai 24, 2013, 11:46:03 »

Le salon :

La servante écouta la demande de l'invité et de ses deux objets. De l'eau et se mettre nue.

-Seule ma maitresse peut m'ordonner ce genre de choses. Je vais chercher votre eau. Je vous conseille de surveillé votre langage face à la Maitresse.

La poupée se dirigea vers la porte et l'ouvrit voyant sans surprise qu'elle était déjà surveillée par des gardes. Tant qu'on ne connaissant pas les véritables intentions de cette fille, il ne valait mieux pas lui laisser l'axé à tout le manoir. Juste avant de refermer la porte derrière elle la servante se retourner vers le divan.

-Une dernière chose, évitez de déplacer les objets. Vos armes ne sont pas les seules qui doivent se méfier.

Sur cet avertissement la servante referma la porte pour partir cherché la boisson demandée pour la jeune fille. Il ne lui fallut que quelque minute pour revenir dans le salon, un plateau à la main contenant une cruche d'eau et un verre. Elle servi l'invité et resta à sa disposition le temps que la maitresse arrive. Après plusieurs longues minutes, la porte de la pièce s'ouvrit tenu par l'un des gardes qui surveillait la pièce. Evangeline entra suivi par Echo et survolé par La Folle. Tout de suite avant même qu'elle n'est dit quelque chose Echo s'avança dans la pièce et installa un fauteuil luxueux face au divan et Evangeline y prit place. Echo resta debout à côté d'elle droite et silencieuse. Evangeline se tourna vers la poupée servante.


- Apporte-moi du thé.

La poupée fit une révérence.

-Tout de suite Maitresse.

Écoutant sa maitresse, la poupée s'empressa à sortir de la pièce pour aller chercher le thé demandé. Evangeline se tourna vers la jeune fille la jugeant du regard. Son allure et surtout le sang sur elle, lui déplaisait un peu. Elle examina également les deux armes sur son côté, de se simple regard elle senti qu'elles n'étaient pas commune. Echo aussi devait le ressentir, après tout elle n'était pas très différente.

-Soyez la bienvenue chez moi. Je vois que ma servante n'a pas ut le bon sens de vous proposer de vous laver de ce sang. J'en suis désolé. Avant de partir vous pourrez vous laver et vous changez pour êtres plus alaise avant de reprendre la route.

Evangeline croisa les jambes et se pencha un peu en avant pour mieux l'observé. La Folle de son côté s'était envolé pour se coucher sur le chandelier au plafond, pour l'instant pas du tout intéresser par ce qui se passait.

-Je suis Evangeline et vous êtes venue me voir chez moi. J'ai rarement de telles visites. Dites moi ce que je peux faire pour vous ?
Journalisée

Belphy Mueller
Humain(e)
-

Messages: 448


Gonna slice through problems


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Mai 27, 2013, 09:09:07 »

-Seule ma maîtresse peut m'ordonner ce genre de choses. Je vais chercher votre eau. Je vous conseille de surveiller votre langage face à la Maîtresse. Une dernière chose, évitez de déplacer les objets. Vos armes ne sont pas les seules qui doivent se méfier.

La poupée servante l'avait laissée seule sur ces mots, et Belphy ne put s'empêche de rougir de ses tords, à savoir surtout celui de ne pas savoir se tenir en grande compagnie. Se mère, Dénève Mueller, éminente scientifique, avait bien essayer d'amener sa fille adoptive face aux grandes personnes du domaine politique et scientifique, mais elle était incapable de rester calme plus de deux minutes, et rester droite comme un i devant une dizaine de personne en attendant qu'un pauvre type vienne daigner vous adresser deux mots, non c'était impossible pour elle. Du coup elle se trouvait maintenant dans une position un peu gênante vis-à-vis de son hôte, les reproches sous-entendus de la servante étant assez claire pour qu'elle ne puisse pas se faire d'illusion si elle recommençait à agir de manière suspecte. Elle regarda ses armes avec un regard noir, espérant qu'elles comprennent qu'il n'allait pas être temps de faire de vannes mal-entendues, et s'installa dans une position confortable, tout en ne se relâchant pas contre le dossier du divan. Au moins elle se souvenait de cette règle apprise auprès de sa mère.

De manière un peu plus professionnelle, Belphy prit le temps d'observer les environs et d'analyser à peu près sa position dans le bâtiment et cette pièce. La présence de gardes à l'entrée laissait entendre qu'elle était en effet acceptée, mais qu'elle avait aussi tout à faire pour gagner la confiance de celle qui l'avait invitée sous son toit pour un moment. Cela ne devait pas être compliquée, Belphy avait du mal à se faire de véritables ennemis, mais il allait juste falloir qu'elle se tienne. Après elle n'avait pas eut beaucoup d'informations sur les différents occupants de cette maisonnée, mais rien qu'à voir l'homme chouette, les poupées servantes, et les gardes étranges, la chasseuse de prime pouvait déduire qu'il ne s'agissait pas là d'une simple propriétaire terrien qui se servait de ses richesses pour combler les villages alentours. La servante revenait pour lui offrir l'eau qu'elle avait demandée, elle lui sourit en remerciement et boit un peu, histoire de se désaltérer suite à sa petite marche au soleil. Ce n'est qu'après un long moment en solitaire et sans la moindre raillerie de la part des deux tronçonneuses qu'elle vit les portes s'ouvrir, un fauteuil être déplacé, et la maîtresse de maison s'installer devant elle :

- Apporte-moi du thé.

-Tout de suite Maitresse.

La femme qui venait d'arriver avait une certaine aura, une impression de "je-ne-sais-quoi" qui frappa la chasseuse de prime. Plus frêle qu'elle, elle semblait à la fois digne, autoritaire, et dangereuse. L'idée que ce petit voyage fut une mauvaise idée apparut enfin dans la tête de Belphégor, mais malgré tout elle ne pouvait plus partir. Et puis la personne en face d'elle avait réussi à attirer son attention, si ce n'était sa curiosité. En silence, elle avait pris le temps de la détailler tandis que la servante partait sous le regard perçant de sa maîtresse, et trouvait dans sa tenue noire de style soubrette gothique une étrange relation qui ne faisait que souligner la pâleur de sa peau. Elle était belle, cela était certain, mais elle devait posséder quelque chose de bien plus mortel que son minois pour avoir sous ses ordres tant d'êtres étranges. Était-elle mage ? Elle ne le savait pas encore. Sa servante n'était pas non plus en manque de charme, mais elle la jugeait comme le faisait sa maîtresse, donc il devait s'agir de sa seconde, sa chambellan. Enfin il y avait cet étrange personne qui s'était installée sur le chandelier et qui semblait s'ennuyer ferme. Étrangement la jeune fille eut bien plus d'appréhension quand à cette personne que les deux autres, mais elle n'en dit pas mot.

-Soyez la bienvenue chez moi. Je vois que ma servante n'a pas ut le bon sens de vous proposer de vous laver de ce sang. J'en suis désolé. Avant de partir vous pourrez vous laver et vous changez pour êtres plus alaise avant de reprendre la route. Je suis Evangeline et vous êtes venue me voir chez moi. J'ai rarement de telles visites. Dites moi ce que je peux faire pour vous ?

- Enchantée Dame Evangeline. Je me présente, Belphégor Mueller. Je suis une chasseuse de prime, et les derniers événements m'ont amener à agir sur ce qui semble être vos terres. Je vous avoues que j'ai eus plusieurs soucis en chemin, et ce sont les raisons qui me mènent à vous. Je cherche à rejoindre les territoires de Tehkos, dont je suis originaire, mais malheureusement je n'ai trouver ici ni caravane, ni moyen de rejoindre mon lieu natal, et encore moins de cartes pouvant me donner une direction. Ayant appris dans un village proche votre bonté j'ai eus l'audace de venir vous demander un peu d'aide, même si je ne m'attendais pas à être invitée à entrer. Je vous remercie d'ailleurs de votre hospitalité.

Elle était plutôt contente de la manière dont elle avait tournée les choses, et espérait que la femme y serait sensible. Elle ne savait pas trop ce qu'elle allait faire ensuite, mais la perspective de pouvoir se laver du sang séché sur sa peau lui était un véritable bonheur, et c'était sans compter l'idée que le dit bain soit chaud et relaxant. Bon bien sur elle ne pourra rien faire pour sa tenue maculée du sang des porcs qui avaient voulus la prendre en chasse mais ce n'était pas le plus important. Observant la servante venir à la fois rapidement et sans se précipité pour déposer la tasse de thé devant la dite Evangeline, Belphégor eut un sourire simple, peut-être inconvenant, mais normalement apprécié par ceux qui le voit. Mais la chasseuse de prime eut un petit frisson quand elle sentit la personnalité de ses armes courir à fleur de fer le long des aiguilles métalliques et tranchantes. Oh non elles allaient parler, et elle n'allait rien pouvoir faire pour les empêcher de dire quelque chose de gênant ou même de grossier. C'était une catastrophe ! Elle pria intérieurement que K'leir et Ter'er ne disent rien de trop insultant, et espéra que la femme ne lui en tiendrait pas vigueur.

- Je me présente, K'leir, amateur de poitrines opulentes et de belles demoiselles.

- Je suis Ter'er et comme mon confrère je me permet de penser qu'il n'y a pas ici une personne qui dépasse le bonnet B

- Quel malheur !


DUO D'ABRUTIS FINIS !
Journalisée

Evangeline et Echo
Avatar
-

Messages: 217


La Maitresse des Poupées


Voir le profil
FicheChalant
Description
Evangeline : La Maitresse des poupées, dirige la vallée indépendante d’Ancarla. 
Sorcière transformant les gens en poupée pour en faire ses serviteurs.

Echo : Servante principale d’Evangeline, elle lui ressemble  physiquement, mais en plus jeune. Ne montre aucune émotion et n’a pas d’âme.
« Répondre #6 le: Juin 01, 2013, 06:16:54 »

Confortablement installé dans son fauteuil avec Echo à ses côtés, Evangeline regarda curieuse et écouta ce qu'avait à dire son invité. Une chasseuse de prime ? En vue de tenue c'était plutôt quelque chose de cohérent, en tout cas pour une chasseuse de prime elle avait un minimum de langage et de politesse malgré son jeune âge. La présence d'une chasseuse de prime dans sa vallée n'était pas surprenant. Le côté indépendant de la vallée attirée pas mal de monde qui fuyait la justice, pensant que dans une petite région aussi reculer ils ne craindraient pas grand-chose. Malheureusement pour eux, Evangeline s'occupait avec ses poupées de la sécurité et plus d'une avait déjà supprimé de tel nuisible. Puis Evangeline s'était imposée au pouvoir sur ses terres et pour cette raison elle avait des ennemis qui cherchaient eux aussi à l'éliminer. Mais en général les assassins rentrés rarement en frappant chez leurs cibles.

La servante fit son retour, lui apportant sur un petit plateau le thé demandé dans une petite tasse qu'Evangeline prit en mains. Elle ne proposa rien à son invité sachant déjà que sa servante l'avait fait avant son arrivée. C'est alors que des voix inattendues s'élevèrent dans la pièce. Evangeline fut surprise de constater que c'était l'œuvre des armes de la jeune fille. Il vrais qu'elle avait ressenti qu'elles n'étaient pas banal, mais elle ne s'attendait pas à les entendre s'exprimer. Après la surprise de cette découverte, elle fronça les sourcils aux paroles sans vraiment d'intérêt avant de se mettre à rire.


-Je doute que vous avez ut l'occasion de croiser la totalité des personnes sous mes ordres. Sinon vous ne direz pas de telle chose.

Evangeline senti un poids sur son épaule, elle n'ut pas besoin de regarder ce que ça pouvait être. La Folle était la seul à avoir l'audace de s'installer d'elle-même ainsi sur elle. La petite poupée regardait les deux armes avec un certain intérêt.

-Je discute avec Belphégor, je vous demanderais de ne pas nous interrompre et ça vos aussi pour toi La Folle.

-Mais oui mais oui, comme si j'avais l'habitude de faire ce que tu me demandes. JE FAIS CE QUE JE VEUX !

Evangeline soupira et attrapa La Folle par ses petits bras et lui murmura quelque chose à l'oreille. Comme d'habitude, il fallait lui proposer quelque chose d'intéressant, quelque chose qui l'amusera pour arriver à la faire se tenir correctement.

-HOOOOoooo, voilà qui est follement excitant. Très bien tu as de la chance, que je sois de bonne humeur aujourd'hui.

Evangeline la reposa sur l'accoudoir de son fauteuil et reportât son attention sur son invité, qui semblait mal alaise du comportement de ses deux armes. Elle but une gorgée de son thé avant de reprendre.


-Bien reprenant là où en était. Ainsi vous cherchez à repartir d'ici ? Je comprends que cela fut difficile. Les habitants de là vallée quitte rarement la région et certain ne l'ont jamais fait. Pour la plupart leur connaissance se limite à la montagne elle-même et rien de plus. Je peux vous fournir une carte ou même vous confier l'un de mes serviteurs pour vous escorté en dehors de la vallée. Il vous sera alors facile de retrouver votre route. Mais il se fait tard, si le temps vous le permet, vous pouvez passer la nuit ici. Un bon bain, un bon repas et une bonne nuit devrait vous faire du bien avant de reprendre la route. J'ai rarement des visites et dîné avec un nouveau visage serait le bienvenue.

Journalisée

Belphy Mueller
Humain(e)
-

Messages: 448


Gonna slice through problems


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Juin 04, 2013, 08:33:02 »

À peine son hôte servie par la femme à son service que ses armes s'étaient mises à faire leur petit numéro de jeu de langage, en duo expert, révélant encore une fois à quel point elles étaient d'ignoble lames perverses et insupportable. Belphégor avait là envie de les frapper, de leur faire comprendre qu'elle en avait marre de leur façon de faire et de leur constante capacités à la pourrir dans les moments où elle avait le plus besoin de calme et de faire bonne figure face à ceux qu'elle rencontrait. Qu'elle les mette au fourreau ou non, elle ne pouvait que les laisser discuter, n'ayant absolument aucune autorité sur ses deux parents de métal durci, et c'est bien pour ça qu'elle avait du mal avec eux. Si au moins ils étaient raisonnable, comme de vrais parents, et savaient ne pas traîner leurs enfants dans la boue. Mais non, il fallait bien sur qu'elle ait à subir leurs railleries, et surtout leurs phrase honteuse envers ceux qui lui venait généralement en aide. De peur, elle regardait son hôte pétrifiée, sa tasse à la main, et s'attendait à un geste véhément de sa part quand elle se mit finalement à rire, avec un timbre bienveillant.

-Je doute que vous avez eut l'occasion de croiser la totalité des personnes sous mes ordres. Sinon vous ne direz pas de telle chose.

- Su-su-su-sûrement dame Evangeline..... M-mais ne faites pas attention à mes armes, elles ont la fâcheuse tendance de juger une femme à la poitrine et non à l'intérêt. Elles ont même demandées à votre servante de se dévêtire, donc il ne faut pas faire cas de leur demande.

- Hey traîtresse ! Comment oses-tu lui demander de ne pas faire attention à nous ! Nous t'avons si durement protégé depuis que tu es toute petite, et c'est ainsi que nous somme remerciés ?

- Tu nous le paiera planche à pain.

- Taisez vous bon sang !

Alors qu'elle discutait avec ses encombrants parents pervers,  Belphy put bien remarquer qu'elle était loin d'être la seule à supporter une insubordination parmi les membres présent dans la pièce. En effet son hôte semblait avoir à faire avec la poupée à la fois mignonne et effrayante qui s'était logée dans les chandelier un peu plus tôt, et qui désormais trônait sur les épaules de la femme comme une enfant sur l'épaule de son père. Son nominatif de "La Folle" expliquait assez bien pour Belphégor ce qu'elle ressentait pour la poupée. Autrement dit elle avait l'air pas mal, agréable aussi, mais vu la lueur de son regard il n'était pas bien compliquée pour la chasseuse de prime de dire qu'elle avait un grain. Et à l'instar de ses armes, elle semblait être très loin de l'obéissance envers celle qu'elle devait servir, allant jusqu'à lui dire ouvertement qu'elle en avait rien à fiche. La chasseuse de prime frissonnait. En effet plus le temps qu'elle passait ici était long, et moins elle se sentait à l'aise, parce que tout allait à vau-l'eau au fur et à mesure de cette discussion, et Belphégor ne voulait pas subir le courroux d'une grande dame énervée

Finalement, sous les yeux de la deuxième servante appelée Echo, la grande dame avait pris la petite poupée et lui avait dit plusieurs choses à voix basse. Peut-être un code, ou un ordre claire qui lui avait été intimé. En tout cas le visage de cette étrange poupée se fit de plus en plus radieux au fur et à mesure que les chuchottis s'accumulèrent auprès de son oreille, et Belphégor fut bien rassurée de la voir réagir avec une joie certaine et une docilité un peu plus méritée envers sa maîtresse,  jusqu'à ce qu'elle soit posée un peu de côté et y resta de manière enfin un peu réfléchie. Pour tout dire cette poupée là la mettant mal à l'aise, elle aurait préférée qu'elle retrouve son perchoir haut dans a salle afin de rester à distance, mais Belphégor imaginait bien qu'elle ne pouvait pas exiger ou demander cela de manière convenable. Elle regarda la grande dame boire dans sa tasse avec dignité, et Belphégor encore un peu mal en profita pour boire un peu d'eau, prenant le verre à deux main. Dieu que les émotions lui asséchaient la gorge.

-Bien reprenons là où en était. Ainsi vous cherchez à repartir d'ici ? Je comprends que cela fut difficile. Les habitants de là vallée quitte rarement la région et certain ne l'ont jamais fait. Pour la plupart leur connaissance se limite à la montagne elle-même et rien de plus. Je peux vous fournir une carte ou même vous confier l'un de mes serviteurs pour vous escorté en dehors de la vallée. Il vous sera alors facile de retrouver votre route. Mais il se fait tard, si le temps vous le permet, vous pouvez passer la nuit ici. Un bon bain, un bon repas et une bonne nuit devrait vous faire du bien avant de reprendre la route. J'ai rarement des visites et dîné avec un nouveau visage serait le bienvenue.[/b]

- Je... Eh bien je serais ravie de vous accompagner donc pour cette nuit. Il est vrai que partir maintenant me ferait dormir à la belle étoile, aussi la perspective d'un lit et d'un vrai repas m'est plus que salutaire. Je vous remercie beaucoup de cette offre. En ce qu'il s'agit de mon départ, que vous me donniez un guide , une carte, ou une indication, ce sera déjà beaucoup pour moi. En tout les cas je vous dois beaucoup aujourd'hui, si vous avez besoin de quelque chose en échange n'hésitez pas à me le demander, j'essaierais d'y répondre dans la limite de mes moyens.

- Nous on veut demander autre chose, on aimerait bien qu...

- Vous, vous vous taisez maintenant où je vous promet l'acide en rentrant à la maison !

Elle était rassurée désormais. La jeune femme ne semblait pas lui en vouloir, et même plus, ele lui proposait son aide ainsi que le gîte et le couvert pour ce soir. Belphy n'aurait jamais pu se douter qu'elle aurait une telle chance et qu'elle obtiendrait par sa simple rencontre la protection d'un toi pour la nuit. Bien sur le fait de rester entre ces murs l'obligerait aussi de faire un peu plus attention à ses manières et à son langage, mais malgré tout elle avait désormais la joie dans son coeur de savoir qu'elle n'était pas mal vue malgré le comportement exécrables de K'leir et Ter'er. Oh et elle avait beau dire ça, elle les aimait ces deux lames, mais il faut bien avouer qu'elle aurait pu avoir auprès d'elle une ou des mascottes beaucoup plus mignonnes et respectueuses que ces saloperies perverses qui manquaient à chaque fois de la mettre dans une sitution déplaisante. Tout sourire elle finit son eau, sans un autre mot et regarde donc son hôte de manière redevable, cherchant désormais un moyen de la remercier pour ce qu'elle venait de faire. Bon pour l'instant aucune idée ne lui venait à l'esprit, mais ça allait bien apparaitre au bout d'un moment.

- Eh bien ... puisque je vais être là ce soir puis-je voir à quoi ressemble votre demeure ? Je n'ai eut l'occasion de voir que le vestibule, un couloir, et ce salon, et déjà la beauté et la richesse des lieux m'éblouie, aussi je me demande avec curiosité à quoi ressemble le reste de votre maisonnée. Et puis aussi, je crois que el bain sera vite de mise pour moi vu l'apparence sous laquelle je suis présente face à vous. Ce sang doit vous incomodez. Enfin je suis votre obligée et je suivrais vos conseils et directives, soyez en certaines dame Evangeline.
Journalisée

Evangeline et Echo
Avatar
-

Messages: 217


La Maitresse des Poupées


Voir le profil
FicheChalant
Description
Evangeline : La Maitresse des poupées, dirige la vallée indépendante d’Ancarla. 
Sorcière transformant les gens en poupée pour en faire ses serviteurs.

Echo : Servante principale d’Evangeline, elle lui ressemble  physiquement, mais en plus jeune. Ne montre aucune émotion et n’a pas d’âme.
« Répondre #8 le: Juin 08, 2013, 11:16:55 »

Belphégor sembla soulager de sa réaction face au comportement de ses deux armes, ce qui prouvait qu'elle n'avait pas entendu la conversation avec La Folle. Evangeline avait volontairement parlé si bas pour qu'elle n'entend pas ce qui l'attendait, ou plus ce qui attendait les deux armes. Son invité accepta son invitation a passé la nuit ici, ce qui la fit sourire. Evangeline avait bien l'intention de s'amuser pendant sa présence. Ainsi Belphégor avait envie de visité le manoir, mais elle précisa bien qu'elle était prête à suivre ses directives. Il valait mieux pour elle, il y avait ici plus d'une chose qu'elle n'avait pas besoin de voir.

-Je vous accorderais une visite en ma compagnie avec plaisir, mais avant cela, votre bain serrais souhaitable.

D'un signe de bain elle fit signe à Echo de s'approcher, ce que la servante fit tout de suite.

-Tu vas conduire notre invité au bain et confier à une servante ses vêtements pour qu'ils soient lavés pour son départ. Tu t'occuperas de la laver et de lui fournir une tenue convenable.

-Bien Maitresse.

Echo fit une courbette pour approuver et s'approcha de Belphégor pour la guider, mais avant qu'elle ne dit quoi que ce soit Evangeline se leva et s'approcha également. Echo comprit que sa maitresse n'avait pas fini et attendit donc avant de faire ce qui lui était demandé. Evangeline se mit face à son invité qui était encore assise.

-Je vous confie à ma servante, ne vous inquiétait pas elle a l'habitude de prendre soin des autres. Aussi je vous demanderais de laisser vos armes ici, je souhaiterais m'entretenir avec c'est deux charmante chose.

Echo s'avança vers la porte du salon d'un pas élégant. Et se tourna de nouveau vers Belphégor.

-Si vous voulez bien me suivre.
Journalisée

Belphy Mueller
Humain(e)
-

Messages: 448


Gonna slice through problems


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Avril 27, 2014, 02:06:50 »

-Je vous accorderais une visite en ma compagnie avec plaisir, mais avant cela, votre bain serais souhaitable.

En entendant cela, la demoiselle put s'observer un peu plus avec le questionnement de son hygiène de vie, car il est vrai que finir à chaque fois couverte de ce sang séché qu'elle récupérait des victimes de sa chasse aux primes n'était surement pas de la meilleur ou la plus saine des manières de vivres, mais il fallait la comprendre aussi, ses armes étaient naturellement des armes faites pour provoquer des boucheries sans noms et en se sens elle ne pouvait que finir dans cet état déplorable. Enfin, la jeune femme en face d'elle lui offrait les bains et ce assez rapidement, donc elle n'allait pas refuser, surtout quand elle savait elle même que c'était plus que nécessaire qu'elle soit présentable face à une femme de cette classe sociale. Le souci allait être ses vêtements, mais étant de base vêtu avec son manteau rouge, peut-être pourrait-elle feindre la bonne apparence en gardant celui-ci sur le dos, plutôt qu'en restant en costume noir et blanc aux éclats de "groseille". Alors qu'elle était en train de regarder sa tenue pour vérifier en effet si il était encore possible malgré son apparence de ne pas paraître trop sale, elle vit la maîtresse de maison appeler la servante, Echo, qui s'approcha de manière servile auprès de sa dame pour écouter ses demandes.

-Tu vas conduire notre invité au bain et confier à une servante ses vêtements pour qu'ils soient lavés pour son départ. Tu t'occuperas de la laver et de lui fournir une tenue convenable.
-Bien Maitresse.
-Oh euh ... Je ... Merci pour la tenue j'étais justement en train d'y penser... Par contre vous savez je peux me laver seule vous n'êtes pas obligée d'aller si loin pour une voyageuse comme moi ...

Elle aurait put parler toute seule que cela aurait eut plus d'effet, les deux femmes semblant très bien s'entendre sur le comportement qu'elles allaient avoir envers l'invité qu'elles avaient récupérées. Belphy les regarda un instant, se disant que dans le fond être la cible de tant d'attention n'était pas vraiment une chose à laquelle elle était habituée, et que d'être ainsi chouchoutée allait surement la mettre dans une situation de gêne particulière mais elle n'avait pas vraiment le choix et elle se laissa donc dans le comportement d'une invitée qui ne comprenait pas bien tout ce qu'il se déroulait mais qui n'avait après tout pas la possibilité de dire non et qui allait donc être docile. Elle avait déjà tant de chance, mieux valait qu'elle ne l'épuise pas en allant par un malheureux hasard blesser l'orgueil ou l'amabilité de la maîtresse de maison, n'est-ce pas ? Quand elle vit que la servante allait vers la porte, elle s'apprêtait à se lever pour la suivre, mais contre toute attente ce fut Evangeline qui se leva pour imposer une pause, et se tourna à nouveau vers la chasseuse de prime qui l'observa avec des yeux emplis de questionnement ne sachant bien pourquoi la femme les avaient arrêtées toutes les deux alors que ses ordres avaient été clairs.

-Je vous confie à ma servante, ne vous inquiétez pas, elle a l'habitude de prendre soin des autres. Aussi je vous demanderais de laisser vos armes ici, je souhaiterais m'entretenir avec ces deux charmantes choses.
-Hey K'leir, la charmante planche à pain veux nous parler, est-ce qu'elle aurait aussi un forfait spécial pour nous deux ?
-Je ne sais pas Ter'er, mais au moins on fait attention à nous c'est appréciable ! Je crois que même si elle n'a pas de généreux attributs, elle a de généreuses positions !
-Madame je ... Eh bien si c'est ce que vous désirez, je en vois pas pourquoi je vous le refuserais même si je ne comprends pas ce que vous voulez à ces deux idiots pervertis ...
-Tais toi fillette, elle voit juste que nous sommes des adultes sérieux nous au moins !
-Mais réfléchis avant de dire de telles sottises bon dieu ...

Elle prit les armes mais ce coup-ci ne fit rien d'autres que les installer de manière à ce que la maîtresse de maison n'ai pas à se tordre le cou pour s'adresser à elles, à savoir en les plaçant en diagonale sur le divan, cette diagonale avec la zone dangereuse de l'arme vers le haut, pour éviter que celle-ci soit proche du corps d'Evangeline sir les armes venaient à glisser et tomber au sol. Une fois tout cela en place, elle salue dignement la femme et suit donc celle qui devait la mener aux bains tranquillement. Le chemin jusqu'aux bains est du même style que tout ce qu'elle a vu dans le manoir jusqu'ici : extrêmement riche et surprenant, imposant de la diversité et l'apparence des œuvres un respect qu'elle ne saurait elle même expliquer. Elle connaissait le faste des grandes réceptions à Tehkos pour la simple et bonne raison qu'elle restait la fille de la renommée Docteur Mueller, mais les lieux qu'elle visitait actuellement était cent fois, mille fois plus riches et impressionnant que les grandes salle de fête technologique auxquelles elle avait l'habitude. Elle finit par arriver  d'ailleurs à la salle de bain sans vraiment avoir fais attention au chemin qu'elle avait prit avec Echo et se retrouve donc sans repères, mais à destination.

---

Les deux armes étaient là, observant la maîtresse de la maison sans s'exprimer le moins du monde. L'une et l'autre, consoeur de terribles exactions restaient généralement aux cotés de Belphy pour la simple raison que la puissance de la demoiselle n'était voué qu'à son passé, passé dont K'leir et Ter'er étaient les seules témoins, et les seuls vecteurs. Plus simplement il fallait dire les choses avec honnêteté, Belphy n'était qu'une simple guerrière humaine quand elle n'avait pas entre les mains K'leir et Ter'er, et ainsi les armes n'aimaient pas savoir que leur petite protégée se trouvait au loin, perdue dans des pièces qu'elle ne connaissait pas et où tout pouvait lui arriver. Après ils étaient d'anciens démons et puissants guerriers, vaincus il y a des millénaires. Seule leurs âmes véhiculaient dans les armes de la jeune femme et il ne fallait donc pas se faire de grandes histoires, il n'avaient dans le fond aucunes capacités pour sauver la jeune fille qu'elle était devenue. Il pouvait juste la libérer de certaines limites pour qu'elle retrouve peu à peu ce qu'elle était, un être sans égal et aux pouvoirs incroyables ... et pour l'instant ça allait pas bien vite ! Observant Evangeline prendre une lampée de thé, ils finirent par prendre la parole :

-Du coup ... pourquoi nous avoir conservés ici tout les deux ? Je veux dire, je doute que nous ayons quoi que ce soit d'intéressant réellement, nous sommes justes de bêtes armes qui parlent !
-Par contre vous, c'est autre chose ! Dites moi vous mettez quels types de bas sous vos grandes et sophistiquées jolies robes ?
Journalisée

Evangeline et Echo
Avatar
-

Messages: 217


La Maitresse des Poupées


Voir le profil
FicheChalant
Description
Evangeline : La Maitresse des poupées, dirige la vallée indépendante d’Ancarla. 
Sorcière transformant les gens en poupée pour en faire ses serviteurs.

Echo : Servante principale d’Evangeline, elle lui ressemble  physiquement, mais en plus jeune. Ne montre aucune émotion et n’a pas d’âme.
« Répondre #10 le: Mai 09, 2014, 12:33:32 »

Les Bains :

Le manoir comportait plusieurs salles dédier l'hygiène du corps, certaine était plus pour le confort et la détente d'autre simple pour le côté pratique. Puis il y en avait à tous les étages du manoir. Ainsi Echo conduisit l'invité à la salle la plus proche. En chemin Echo demanda à une autre servante de les suivre, après tout après la Maitresse des Poupées, Echo était la personne qui avait le plus d'autorité ici. Il fallut peu de temps pour rejoindre la salle en question, une salle carreler de blanc et aux dorures un peu partout. Il y avait au centre un petit bassin en cercle suffisamment grand pour tenir a plusieurs à l'intérieur. Echo s'avança à l'intérieur et attendit que l'invité face de même.

-Vous permettez ?

Echo se glissa alors dans son dos et commença à lui retirer doucement chacun de ses vêtements. A chaque fois une fois retiré avec délicatesse, le vêtement était remis à la servante qui les prenait avec soin. Une fois la jeune fille nue, d'un signe elle l'invita à rejoindre l'eau qui était tenue à température chaude en permanence. Lui laissant la liberté de se détendre un peu et de rentrer à son rythme dans l'eau chaude, Echo confia des instructions à la servante. Cette dernière devait apporter à laver les vêtements de la jeune fille tout en lui rapportant une autre tenue pour le temps de son séjour. Ensuite, Echo retira également sa tenue qu'elle plia soigneusement pour se retrouver également nue. Récupérant des produis naturels et un gant de toilette, elle rentra à son tour dans l'eau estimant qu'elle avait suffisamment de temps pour se préparer. Echo commença alors à laver l'invité avec douceur. A aucun moment elle tira trop fort sur un cheveu, ni elle ne frotta trop fort sur la peau, aucune mousse ne se perdit dans ses yeux. C'était un lavage parfait et agréable, seul peut être son manque de conversation pouvait faire défaut.



Le salon :

Debout face aux deux armes, Evangeline les regardait avec grand intérêt. Elle but une gorgée de thé avant de finalement répondre à leurs questions. Enfin la première, la seconde étant purement et simplement ignorée.

-En réalité vous m'intéresser bien plus que vous pouvez l'imaginer. Je sens en vous beaucoup de choses très intéressantes. C'est pourquoi j'aimerais en savoir plus sur ce que vous êtes exactement. Oh je pourrais le découvrir par moi-même, mais ce serrais bien plus agréable pour vous de m'en parler directement. Vous me rappelez ce que j'ai été il y a des années de ça, mais en meilleurs conditions pour vous il semblerait.

La folle s'envola pour venir se poser sur le dossier du fauteuil où les armes étaient installé. Elle regarda les deux armes et explosa de rire. Se pliant dans tous les sens, si bien qu'elle tomba à la renverse et se retrouva à l'envers étaler entre les deux armes.

-Ils sont bien loin d'être aussi mur que toi, pour créer un être qui te ressemble. Non Mania se conterait d'en faire de simple objets ce qui ne changerais pas grand-chose.

Elle continua à rire alors qu'Evangeline l'ignora de la même façon qu'elle avait ignoré la question concernant ses vêtements. Et les invitas à raconter donc ce qu'ils étaient vraiment. Pendant ce temps, elle envoya par la pensée des instructions à deux de ses poupées particulière. Elle écouta attentivement ignorant toujours leur déviance sexuelle qui n'était pour l'instant pas le sujet. C'est après plusieurs minutes, que la porte du salon s'ouvrit pour laisser rentrer deux poupées jumelles, Lys et Iris.

-Maitresse vous avez besoin de nous ?

D'un signe de main, Evangeline leur fis signe d'approcher. Elle se leva et se mit à genoux face aux deux armes avec un sourire amical.

-Comme je vous l'ai dit il y a plusieurs choses qui m'intéressent chez vous. J'aimerais récolter l'une d'elle. En échange je vous offre le temps d'une nuit une apparence humaine ainsi que ses deux charmantes poupées en esclave pour leur faire ce que vous voudrez, tant que je les récupère en bonne état à la fin. Je veux juste récolter un peu de votre folie. Cela ne vous affectera pas le moins du monde. Je suis sûr que vous y trouverez votre compte.

Pour leur donner un avant goût de ce qu'elle leur proposait, Evangeline utilisa sa magie. Les deux épées furent alors entouré d'une ombre noire remplie de folie et petit à petit les deux armes se transformèrent pour devenir deux hommes chacun tranquillement assit sur le fauteuil où ils étaient juste avant.

- Que pensez-vous de ma proposition ?


Les bains :

Pendant ce temps Echo s'occupa de l'invité avec grand soin, elle la lava, lui appliqua des huiles de bien être, la coiffa et la maquilla même, faisant d'elle une jeune fille toute en beauté et d'une propreté poussé à l'extrême. Echo avait récupéré de la servante qu'elle avait envoyé une tenue adorable fait sur mesure pour l'invité poussant les mesures à la perfection même pour les sous vêtements délicat et jolie. Une fois changé Belphy ressemblai à une jolie poupée qui allait surement plaire à la Maitresse des Poupées.

-Vous êtes magnifique mademoiselle, vous allez plaire à cous sûr à la Maitresse.

Echo l'invita alors à sortir de la salle des bains, pour la reconduire au près de la Maitresse et de ses deux armes.
Journalisée

Belphy Mueller
Humain(e)
-

Messages: 448


Gonna slice through problems


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #11 le: Mai 16, 2014, 03:24:11 »

Les bains :

Elle y était entrée un peu par instinct et observait avec un certain émerveillement les belles dorures qui comblaient le blanc pur d'une touche fastueuse. Un peu ébahie, elle avançait dans la salle avec un air perdu, encore une fois touchée et surprise par le grand faste que la demeure de la dirigeante des lieux pouvait montrer, et ce fut un peu sans s'en rendre compte qu'elle acquiesça à la question de la servante d'Evangeline, sans comprendre qu'elle venait tout simplement d'accepter quelque chose qui la mettait fondamentalement mal à l'aise, n'ayant clairement pas l'habitude d'être au centre de l'attention depuis quelques années, et les seuls fois où ce traitement lui ayant été fait était liés à de biens sombres souvenirs qui valaient en complexité et gêne la sensation d'être un hamster de laboratoire. Observant une dorure en coin de mur, elle ne sentit pas la demoiselle approcher dans son dos avec la plus experte des discrétions, ou peut-être plus honnêtement de la plus professionnelle des actions, et ne réagit réellement que quand elle sent les mains délicates se poser sur ses épaules et prendre les rebords de son manteau couleur sang afin de le faire glisser sur ses bras puis l'ôter dans un mouvement de pure professionnelle. Malheureusement le rouge du manteau fut remplacé chez la chasseuse de prime par le rouge de ses joues.

- Euh je ... Echo vous me flattez mais je peux me déshabiller seule vous savez et ... et ... et ....

Et elle arrêta sa phrase parce que la servante, sans l'écouter la moins du monde, profita qu'elle se tourne vers elle pour protester face à ce traitement de faveur qui la gênait plus qu'autre chose pour défaire le noeud papillon qu'elle arborait fièrement afin de nouer le col de son vêtement, puis de déboutonner son surcot pour qu'elle se retrouve en chemise tâchée de sang, et particulièrement troublée. En tout cas pas la peine de faire quoi que ce soit contre les mouvements professionnels d'Echo, aussi Belphy accepta la situation et se laissa déshabillée avec une nette timidité, mais sans pour autant rechigner, ne voulant pas blesser la bonne volonté de la servante par un comportement à la fois vexant et ingrat de la part de la jeune femme qui aurait alors refuser l'amabilité de la servante, les consignes de la maîtresse de maison, et plus d'un protocole de bonne tenue. Quand elle finit nue devant Echo, elle ne put dire elle même si l'apparente tranquillité de la servante était pour la rassurée, ou plutôt la gêné encore plus d'être dans cet état. Finalement, elle en profita pour aller dans l'eau se détendre, pendant que la seconde d'Evangeline semblait donner des ordres à la poupée qui la suivait, lui ordonnant donc de préparer des rechanges comme elle en avait parler plus tôt avec la maîtresse de maison.

Au calme, elle laissa la douce chaleur imprégné son corps, détendre ses muscles habituellement raide de l'activité physique qu'elle pratique perpétuellement, et lui offrir enfin un certain repos qu'elle désirait depuis maintenant quelques jours sans encore avoir eut l'occasion de le demander. Les yeux fermés, ses cheveux flottant sur l'eau comme une gigantesque mare de feu, elle respire tranquillement dans le bassin jusqu'à entendre le son claire de l'eau qui accueille un nouveau corps. Surprise, elle rouvre les yeux pour voir la dite Echo, parfaitement nue, ravissante malgré les traces sur son corps révélant sa nature de poupée vivante, plonger dans l'eau à ses cotés après avoirs posée lotions et savons sur les rebords du bain, ceci pour un usage que Belphy devinait proche et encore une fois pleins d'une gêne qu'elle allait avoir du mal a gérer. Quand elle commence à la savonner, Belphy laisse échapper un léger gémissement mais se reprend immédiatement pour ne pas perdre son contrôle de la situation, et les longues minutes qui suivent sont aussi appréciables que troublantes pour la jeune femme, celle ci n'ayant pas pour habitude de se laisser ainsi caresser, surtout d'une manière aussi désintéressée de la part de la seconde femme en présence, et pourtant en profitant pleinement, ne s'étant jamais sentie aussi fraîche et légère à sa sortie de l'eau, malgré ses joues en feu.

Elle fut du coup bien plus détendue et docile quand s'ensuivit ce qu'elle appelle "l'enjolivement", à savoir sa lente transformation en une jolie petite poupée de carmin et de satin, ceci allant jusqu'au point qu'elle ait du mal à se reconnaître quand on la présenta devant un miroir. Il faut avouer que par rapport à sa tenue naturelle, cette robe bouffante de grande demoiselle entravant beaucoup ses mouvements, sans parler de son style qui était pour ainsi dire, voyant, le tout étant clairement contraire à tout ce qui plaisait à la chasseuse de prime. Sauf qu'encore une fois, étant invitée par la maîtresse de maison gracieusement, elle n'allait pas risquer de la vexer par un comportement un peu trop farouche, et accepta donc volontiers toute la coquetterie qu'on lui badigeonnait sur le corps, le visage et les vêtements, puis fin prête, elle fut enjointe à suivre la seconde d'Evangeline pour retourner au salon, chose qu'elle accepta non sans faire montre des gestes les plus lents et mesurés possible, la robe étant clairement une entrave et un danger pour Belphy qui avait l'habitude des grands et vifs gestes, ceux-ci même qui dans cette tenue l’amèneront vite à chuter ou à s'agripper dans un meuble. Maladroite, elle suivit donc Echo sans un mots, essayant de ne pas paraître ridicule.



Le Salon :

Les deux armes restaient immobiles sur le canapé, attendant donc de savoir pour quoi elles étaient ainsi conservées par la maîtresse des lieux. Ils étaient des objets d'une puissance extrême, créant souvent la convoitise, mais ils ne sentaient pas ce genre de chose chez la femme en face d'eux, donc il devait surement s'agir d'autre chose. Après quoi ? C'était bien là le soucis, cette femme restait assez mystérieuse malgré ses paroles et ses actions, ce qui gênait à la compréhension de son caractère et de ses avis. K'leir comme Ter'er continueraient leurs bouffonneries pour sur, mais ils allaient avant tout garder un oeil sur la femme, et de toutes manières si elle osait les toucher tout les deux, elle y perdrait à la fois son âme et son corps, aussi ils pouvaient être sur que rien de grave n'arrivera à leur protégée. L'un comprenant l'autre, ils savaient de toutes manières discuter entre eux sans que quiconque ne les entendent, même par des procédés magiques, et ils étaient déjà en train d'échanger sur le comportement à prendre vis-à-vis d'Evangeline, jusqu'à ce qu'il soit d'accord pour attendre encore un peu avant de mettre la méfiance en place, il fallait bien lui laisser une chance à cette femme :

-En réalité vous m'intéresser bien plus que vous pouvez l'imaginer. Je sens en vous beaucoup de choses très intéressantes. C'est pourquoi j'aimerais en savoir plus sur ce que vous êtes exactement. Oh je pourrais le découvrir par moi-même, mais ce serrais bien plus agréable pour vous de m'en parler directement. Vous me rappelez ce que j'ai été il y a des années de ça, mais en meilleurs conditions pour vous il semblerait.
-Ils sont bien loin d'être aussi mur que toi, pour créer un être qui te ressemble. Non Mania se conterait d'en faire de simple objets ce qui ne changerais pas grand-chose.
-Tais toi la chauve-souris, on parle entre adulte ici !
-Ce que nous sommes ? Eh bien nous sommes des âmes damnées, vaincus autrefois par des dieux désormais oubliés et qui n'ont même jamais exister en ce monde, moi et mon confrère sommes respectivement un humain et un démon dont les infinies pouvoirs ont été enfermés dans ces armes, puis Belphy nous a retrouvée autrefois et nous a donnée cette apparence inconsciemment.
-Nous étions deux fringants combattant aux charmes délicieux... Ah comme cette époque me manque, je me rappelle encore des nuits de délices au pays de Sang, qu'est-ce que j'ai pu m'amuser là-bas ! Enfin désormais nous sommes simplement des armes liés par contrat naturel à ce que fut la petite chasseuse de prime en train de se laver.
-Ces réponses vous conviennent ?


Calmes, ils attendirent donc de voir une réaction de la part d'Evangeline, les quelques mots qu'ils avaient exprimés sur leurs origines étant en soi particulièrement troublant pour quiconque n'as pas l'habitude avec le concept d'autres univers et de mondes parfois bien plus complexe et dangereux que celui dans lequel ils vivent. Dans le fond, les deux armes sont bien-heureuse d'être dans un monde aussi calme que le monde de Terra, et surtout quand ils savent à quel point leur petite Belphy a perdue en puissance et en pouvoir avec le temps, cette diminution claire de force étant la seule manière pour les anciens dieux de ne pas les voir redevenir des "destructeurs". En tout cas les deux armes se mettent à ressasser rêveusement le passé en attendant que la maîtresse de maison daigne leur répondre, de toutes manières elles ne peuvent pas faire grand chose vu leur position, mais c'est sans compter l'ouverture soudaine de la porte, et les bruit de pas de deux personnes. Hmm ... au bruit, des femmes, en robe longue, une douce odeur, mêlée à celle classique des poupées et pantins. De nouvelles servantes ! Malheureusement hors de leurs champs de vision, mais ils ont tout les deux la même puissante envie de voir de quoi il s'agit. Bon dieu pourquoi Belphy les a placées perpendiculaire à la porte !?

-Maitresse vous avez besoin de nous ?
-Comme je vous l'ai dit il y a plusieurs choses qui m'intéressent chez vous. J'aimerais récolter l'une d'elle. En échange je vous offre le temps d'une nuit une apparence humaine ainsi que ses deux charmantes poupées en esclave pour leur faire ce que vous voudrez, tant que je les récupère en bonne état à la fin. Je veux juste récolter un peu de votre folie. Cela ne vous affectera pas le moins du monde. Je suis sûr que vous y trouverez votre compte. Que pensez-vous de ma proposition ?

Non seulement les deux poupées avait de quoi les rendre durs alors même qu'ils n'avaient plus de virilité, mais surtout l'une des phrases de la demoiselle les rendit quasiment euphorique, cette opportunité incroyable de retrouver forme humaine durant une journée les laissaient sans voix, et ils mirent un moment avant d'avoir la moindre pensée concrète en tête tant tout cela paraissait merveilleux. Quand Evangeline s'approcha d'eux deux ils n'y crurent pas, ils ne pouvaient tout simplement pas y croire, mais  ils sentirent alors l'effet magique pénétrer leurs "corps" pour lentement le remodeler, leur donnant enfin une apparence convenable malgré quelques menus douleurs dues à la métamorphose un poil forcée. De la chair à la place de l'acier, un cerveau et des organes à la place d'une machinerie et de l'essence magique. Ils étaient redevenus des hommes, tout ce qu'il y a de plus agréable et de plus normal. Retrouver des sensations étaient assez compliquer en tant que tel mais au moins arrivaient-ils à voir, entendre et sentir sans trop de soucis. Quand ils tournèrent le regard vers Evangeline c'est avec les yeux pleins d'une infinie gratitude.

-Un corps, j'ai enfin récupéré un putain de corps convenable ! Et je suis plus beau que K'leir en plus, la classe ! Non franchement que du bon, démentiel, j'en reviens presque pas tiens !
-Avec ta coiffure décoloré on a juste l'impression que t'as 10 ans de plus que moi tocards. Evangeline je ne sais comment vous remercier ... Bon je ne vous inviterais pas à passer la nuit avec moi vous n'êtes pas vraiment mon genre, mais pour ce qui est de notre folie...
-... Je ne vois pas pourquoi nous dirions non !
-Exactement, je pense que cet échange se vaut bien.
-Par contre on a le droit aux demoiselles avant l'extraction ? J'ai besoin de ressentir un corps contre le mien, la chaleur humaine m'as tellement manquée après tout !
-MON DIEU MAIS QU'EST-CE QUE C'EST QUE CA ?


Venant de rentrer dans la salle en compagnie d'Echo, Belphy venait de voir une chose qui sincèrement la laissait pantoise : Ses deux fidèles armes, perverses et enfantines, venaient ... enfin avaient ... obtenue une forme parfaitement humaine et étant assise là comme si de rien n'était. Ce .. Ce n'était pas possible, elle rêvait, elle ne pouvait pas être en train de contempler K'leir et Ter'er sous une forme masculine, c'était impossible, et pourtant les armes n'étaient plus là, sans parler de la voix et de l'intonation qui était parfaitement la même au poil près. Ebahie, elle ne le fut pas pourtant autant que ses armes qui la regardèrent, vêtue de l'accoutrement le plus improbable à leurs yeux pour la chasseuse de prime. Sans son habituel franc-parler, ils ne l'auraient surement même pas reconnue. Maquillée, pomponnée, vêtue d'une robe et coiffée, elle était tout d'un coup bien plus élégante et féminine que la brute rieuse qui trucidait victimes sur victimes avec son arme démoniaque, à tel point que K'leir rougit légèrement en la voyant, chose dont il ne se serait jamais crut capable. Mais alors que Belphy était encore stupéfaite, et cherchait du regard une réponse de la part d'Evangeline, à genoux devant eux, les deux armes maudites se mirent à rire doucement, puis se prirent dans un fou rire.

-Bon dieu Belphy ... J'y ... J'y crois pas ... comme t'es mignonne en petite poupée ... haa ha ha ... pfouahahaha...
-PFOUHAHAHAHHAHAHAHAHHAHHAHHAHAHAHAHAHAHAHAH Belphy, comme ça t'es juste à mourir de rire !
Journalisée

Evangeline et Echo
Avatar
-

Messages: 217


La Maitresse des Poupées


Voir le profil
FicheChalant
Description
Evangeline : La Maitresse des poupées, dirige la vallée indépendante d’Ancarla. 
Sorcière transformant les gens en poupée pour en faire ses serviteurs.

Echo : Servante principale d’Evangeline, elle lui ressemble  physiquement, mais en plus jeune. Ne montre aucune émotion et n’a pas d’âme.
« Répondre #12 le: Juin 05, 2014, 01:42:20 »

Le salon :


Attentive et patiente, Evangeline écouta l'histoire rapidement résumer des deux armes. Comme elle l'avait soupçonné, leur histoire ressemblait à son propre cas. Pour elle c'était trois femmes cruelles et sanguinaires, qui avaient été vaincu. Chacune trop attaché à la vie, avait airé pendait des siècles dans l'entre monde isoler et seule. Sauf que les trois âmes c'étaient mélangé et fusionné en une seule. La déesse de la folie, lui avait alors offert une nouvelle vie dans ce corps, un meilleur sort qu'une forme d'épée.


-Merci, vos explications me convienne, comme je m'en doutais, on se ressemble beaucoup. Mais comme la folle là dit, l'évolution des choses à était bien moins développé chez vous, dans un sens vous avez un meilleur sort et un pire que moi...tout dépend des points de vue.

La folle s'envola déployant des ailes d'épine sombre et leur tourna autour comme le ferais une mouche stupide.

-Mange les Evangeline, dévore ses trucs machin et absorbe leur pouvoir.

-Calme toi...je ne mange pas des armes, j'ai beau être immortelles, ça se digère très mal. Mais rassure toi, tu vas aimer la suite et eux aussi.

C'est alors que la Maitresse des Poupées leur fit une proposition des plus alléchantes pour tout le monde. Les deux êtres pervers, allait pouvoir gouté à des plaisirs oublier depuis très longtemps. La Folle allait recevoir de la puissance et Evangeline allait avoir une offrande de grande qualité pour la déesse. Pour prouver sa bonne fois dans sa proposition, Evangeline puisa dans sa magie transformant non pas sans effort, les deux armes en humain. Malgré qu'elle ne laissât rien paraitre, se fut bien plus difficile qu'a son habitude. En temps normal, elle transformait des êtres vivants en poupée, cette fois elle avait changé des objets à la structure complexe en humain. Elle fut soulagé en constatant le résulta, jusqu'au bout, elle ne fut pas sur d'arriver à le faire convenablement.
 
Si elle resta ainsi à genoux devant eux, c'était plus par épuisement qu'autre chose. Alors qu'elle allait se relever et répondre à la question des nouveaux hommes, la porte du salon s'ouvrit laissant entrer la jeune fille. Cette tenue lui allait très bien et la changeait complètement, Evangeline la trouvait tout simplement adorable. Par contre, le fou rire des armes ne lui plus pas du tout. Evangeline se redressa et leur jeta un regard noir.

-Ne les écoutez pas, ça vous vas à ravir et vous êtes adorable. Je me doute bien que se n'est pas dans vos habitudes de vous habiller ainsi, mais je n'aie pas d'autres vêtements à vous affaire...ou du moins rien de convenable à une invitée.


De nouveau elle se tourna, vers les deux armes devenues hommes et se décida à leur répondre. Ils étaient pressés de s'amuser avec Iris et Lys et demandait d'en profité avant l'extraction. C'était hors de questions.

-Désoler de vous décevoir, mais je vais devoir avant récupérer ce que vous avez accepté de m'offrir. Mais ne vous en faites pas, je suis sûr que vous allez apprécier ça. Iris, Lys vous savez ce qui vous reste à faire ?


-Oui Maitresse, tout de suite Maitresse.

Les deux poupées jumelles dans leurs robes noires, s'approchèrent du fauteuil des deux hommes et leur offrirent un sourire. Chacun choisirent le leur et monta s'asseoir sur leurs genoux, puis doucement, elles passèrent leur bras derrière leurs cous. Puis elles se penchèrent pour venir poser leurs lèvres sur les leurs Après avoir joué un petit peu avec leurs langues, les jumelles décolèrent leurs lèvres restant à quelque centimètre d'eux. Une fumée colorée sortit alors de la bouche des hommes venant se propager dans celles des deux femmes. La fumée d'abord noir, passa au rouge, du rouge à l'orange, de l'orange au violet, du violet au bleu et puis au noir...C'est ainsi qu'Iris et Lys burent la folie des hommes la récoltant pour leur maitresse. La récolte terminée, les poupées sortirent de sur les genoux des deux armes pour faire face à leur maitresse. C'est alors que la Folles se mis face à elles et écarta les bras au plafond. Dans un cri de douleur des deux poupées, la même fumée s'échappa du corps entier d'Iris et Lys pour être ensuite absorbé par la Folle. La folie récoltée précédemment plus celle des deux hommes étaient largement suffisante pour l'offrande. Quand la fumée  ut entièrement disparue, la Folle se volatilisât tout simplement.


Satisfaite, Evangeline se tourna vers les deux hommes qui devaient sentir une sorte de vide et un certain apaisement. Une sensation qui disparaitra rapidement avec le temps.

-Bien, comme promit je vous les offre jusqu'à vôtre départ. Elles sont toutes à vous et répondrons à tous vos désirs. Iris, Lys, vous êtes dorénavant leur jouer jusqu'à demain. Conduisez-les dans une chambre et servez les bien.

-Oui Maitresse, nous n'allons pas vous décevoir.

Avec le sourire, chacune pris la main de l'un des hommes et les entraînèrent en dehors de la pièce pour aller rejoindre l'une des chambres du manoir et en bonne esclaves, assouvir tout leurs désirs. Evangeline les regarda partirent et se tourna vers son invitée, lui offrant un sourire amical.

-Bien nous voilà à nous. J'ai conclu un accord avec vos compagnons, ne vous inquiétez pas ils sont entre de bonnes mains. Se sera bientôt l'heure du diner, souhaitez vous faire quelque chose en attendant ?
Journalisée

Belphy Mueller
Humain(e)
-

Messages: 448


Gonna slice through problems


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #13 le: Août 27, 2014, 09:49:12 »

Si la jeune fille était déjà mal à l'aise dans cette tenue, elle qui portait normalement tout ce qu'il y avait de plus léger et confortable, le rire de ses armes ne furent qu'une raison de plus de se sentir particulièrement gênée, au point que pour une fois dans sa maigre vie de guerrière chasseuse de tête, le rouge lui parvient aux joues pour en couvrir très vite l'entièreté de son visage. Adorable réaction n'est-il pas, elle ne savait plus du tout où se mettre et l'envie de retourner de manière très irrespectueuse et maladroite dans le couloir se fit particulièrement sentir, si bien qu'elle ne se reconnaissait même plus dans ses choix et ses réactions. On dit que l'habit ne fait pas le moine, mais là dans la situation actuelle, elle se permettait d'en douter, surtout quand deux de ses plus proches compagnons, voir même les plus proches il ne fallait pas se mentir, était capable de réagir ainsi à son arrivée, chose non pas blessante, ni humiliante dans le fond, mais juste particulièrement troublante. La pauvre, pétrifiée à l'entrée sous le fou rire de K'leir et Ter'er, ne pouvait même pas les regarder dans les yeux désormais, et le fait qu'ils aient changer de forme ne changeait les choses qu'en pire, le manque de reconnaissance lui donnant l'impression de deux compères inconnus qui en arrivant au manoir se permettrait de bien maladroite moqueries à son encontre. Echo qui l'avait accompagnée plus tôt était clairement moins en retrait, ce qui permit à Belphy de se dissimuler un peu derrière elle, mais cela ne changeait rien à son malaise et dans le fond la jeune fille n'espérait qu'à ce que tout cela cesse.

-Ne les écoutez pas, ça vous vas à ravir et vous êtes adorable. Je me doute bien que se n'est pas dans vos habitudes de vous habiller ainsi, mais je n'aie pas d'autres vêtements à vous affaire...ou du moins rien de convenable à une invitée.
-Ne ... Ne craignez rien ... je ... pardon.

Elle avait répondue d'une voix faible, éteinte, comme si toute la gêne qu'elle n'avait jamais ressentie autrefois grâce à son infinie confiance en elle venait de faire voler en éclat cet aspect de sa personnalité pour laisser soudainement transparaitre une jeune fille aux abords timide, et dont la moindre remarque insufflait un vent de trouble dans le coeur de la demoiselle. Au moins la remarque de la femme fut pour elle un grand soulagement, sa gentillesse et son appréciation de la tenue ayant eut le don de calmer son être perdu et de lui offrir un avis qui changeait du sien ou de celui de ses armes, avis qui était bien nécessaire pour rendre la jeune femme un peu plus à l'aise dans cette robe de monarque des années glorieuses de la coquetterie. Cela ne changeait en rien sa volonté de ne pas retourner dans la salle tant que les deux abrutis s'y trouvaient, et rien au monde ne saurait la faire changer d'option à ce sujet, aussi quand elle vit la maîtresse de maison se tourner vers ses deux amis, elle fit un nouveau pas de coté pour se dissimuler à leur vue par le biais de la présence d'Echo à ses cotés, ou désormais ses avants. Du point de vue des armes, cette scène était presque trop forte pour qu'ils tiennent le coup et ils riaient à s'en faire mal aux côtes. Comprenons les, leur petite Belphy qui à moins de 13 ans avait réussi à terroriser un laboratoire entier de scientifique, transformée en pretty lolita, c'était un tour de force qu'aucuns des deux n'avait jamais cru voir possible de toute leur vie.

-Désolé de vous décevoir, mais je vais devoir avant récupérer ce que vous avez accepté de m'offrir. Mais ne vous en faites pas, je suis sûr que vous allez apprécier ça. Iris, Lys vous savez ce qui vous reste à faire ?
-Oui Maitresse, tout de suite Maitresse.
-Allez-y, allez-y, de toutes manières ma journée est refaites donc je crois que je peux attendre un peu le temps que l'hilarité me quitte.

-De même ! Oh bon dieu la crise de rire.

Il se redressait un peu avec le temps, leurs abdos douloureux pour les éclats de rires de plus tôt, et finalement il arrivèrent à se tenir droit sur leurs assises, malgré quelques ricanements de temps à autre qui laissaient entendre à quel point leurs pensées ne pouvaient s'empêcher d'aller vers leur petite et mignonne Belphégor toute intimidée au point de se cacher derrière la servante de leur hôte. Ils s'attendaient donc à payer tranquillement, toujours dans l'optique de se calmer pour ne plus avoir à pouffer devant la femme qui leur avait offert enfin un corps potable, mais finalement ils ne s'attendirent pas du tout à voir leurs deux "promises" s'approcher et s'installer sur leurs jambes avec délicatesse, leur légèreté surprenant d'ailleurs les deux hommes, même si leur sourire témoignait plus de l'agréable plaisir que de les sentir enfin contre eux. Réaction naturelle, les deux commençaient déjà à avoir en tête quelques idées bien perverses, et ce ne fut qu'un instant avant que celle-ci ne viennent vite créer une réaction tout à fait humaine au niveau de leurs entrejambes. Elles étaient là, tout contre eux à se presser docilement contre leurs torses, leurs élégante beauté au plus proche de leur visage tandis que les deux hommes n'espéraient plus qu'un peu d'intimité pour pouvoir profiter pleinement de ces si agréables amantes. Quand elles vinrent à leurs lèvres, c'est toute leur sensibilité naturelle qui s'embrasa, et les deux durent alors faire un effort titanesque pour ne pas manquer de respect envers Evangeline par le biais de quelques outrageux mouvements.

Si ils n'étaient pas passionnés dans leurs baisers, alors il était difficile de définir à quel point ces deux hommes étaient emportés par leur doux échanges avec Lys et Iris, leur envie retenue durant des années et leur douceur n'ayant d'égal que ces grands baisers de cinéma, normalement tellement surfait que l'on ne pourrait croire le voir un jour de ses propres yeux, surtout chez de tels pervers. Il furent d'ailleurs particulièrement déçus quand d'un pur et si agréable baiser langoureux ils finirent sur un manque, un vide alors que les deux poupées s'écartaient pour commencer à absorber cette folie qui se trouvait au plus profond de leurs entrailles, commençant par là à rendre les deux armes nauséeuses, puis totalement malade alors que quelque chose se déchirait dans leurs entrailles pour sortir via cette succion digne des pires démons. La suite de la scène ils la regardèrent d'un oeil hagard, tout comme Belphy qui observait plus que surprise le déroulement des évènements par dessus l'épaule d'Echo, et la scène surréaliste de la Folle en train de récupérer une fumée aux teintes changeantes par la douleur des deux femmes articulées était plus qu'étrange, assez pour que la jeune fille craigne pour l'intégrité de ses deux amis moqueurs. Finalement de les voir se redresser normalement fut rassurant pour la chasseuse de prime, comme de voir que les deux femmes dont le cri avait percé dans la pièce à l'unisson, terrifiant, n'avait semble-t'il aucuns dommages lorsqu'elle se remirent de l'expérience.

-Bien, comme promit je vous les offre jusqu'à vôtre départ. Elles sont toutes à vous et répondrons à tous vos désirs. Iris, Lys, vous êtes dorénavant leur jouer jusqu'à demain. Conduisez-les dans une chambre et servez les bien.
-Oui Maitresse, nous n'allons pas vous décevoir.

-Nickel, je me sens pas super bien et j'ai besoin qu'on prenne soin de moi.
-T'es pas le seul, Iris c'est ça, je crois que je vais solliciter tes douceurs.
-On vous dis donc à demain, et encore merci pour les corps, même si le paiement fut bien plus désagréable qu'escompté.
-Et soyez pas vexée si on ne vous prends pas avec nous, on vous laisse la petite poupée pour que vous en profitiez.
-K'leir !
-Coucou petite poupée... pffrr
-Et bonne soirée petite poupée... pffrr


Les deux venaient de sortir de la pièce, chacun avec leur demoiselle sous le bras et s'éloignait tranquillement pour aller vers l'étage, se décidant surement de laisser enfin leurs esprits perverties imaginer mille situations de plaisances avec les femmes que leur avait offert la maîtresse de maison. Bien sur ils n'avaient put s'empêcher de reprendre leurs idiotes taquineries envers la jeune femme quand elle fut à portée de vue, et encore une fois Belphy ne savait même pas comment y réagir, se doutant que son mécontentement et sa colère habituelle ne serait d'aucune utilité dans cette tenue, à part pour la décrédibiliser un peu plus pour les prochaines fois où elle agirait ainsi dans les mois qui viennent. Finalement les deux partent en pouffant tandis que la jeune fille recule d'un pas en les regardant s'éloigner, son dos touchant celui d'Echo involontairement et sans qu'elle n'y fasse grandement attention, perdue dans ses pensées qu'elle l'était à cet instant. Tortillant ses doigts dans un aveu de stress et d'appréhension, elle avait grand espoir que ses deux camarades n'agissent pas comme de véritables sauvages envers les étranges demoiselles d'Evangeline, mais finalement ce n'était plus vraiment de son ressort, surtout que de les voir ainsi humain créait en elle comme un indélicat sentiment de déjà-vue et de malaise. Elle les avait déjà vue sous cette forme, mais quand et où, elle ne pouvait tout simplement pas s'en rappeler, ce qui la frustrait plus qu'autre chose.

-Bien nous voilà à nous. J'ai conclu un accord avec vos compagnons, ne vous inquiétez pas ils sont entre de bonnes mains. Se sera bientôt l'heure du diner, souhaitez vous faire quelque chose en attendant ?
-Oh eh bien euh ... Je peux passer du temps avec vous ? Je vous avoue que je ne me sens pas des plus à l'aise, et la solitude ne m'aiderait surement pas d'une quelconque manière. Je ... Attendez je viens m'asseoir.

Sortant enfin de derrière Echo et observant la gracieuse maîtresse de maison, elle s'approche avec un certain empressement, manquant de marcher sur la robe et de tomber tête la première avant de se rattraper et d'arriver au fauteuil, l'air embarrassé. Evangeline peut donc la voir alors se demander comment s'asseoir dans cette tenue avant qu'elle ne parvienne dans un difficile effort à trouver une technique plutôt valable, à savoir relever sa robe, découvrant ses jambes vêtues de ces étranges mais agréables bas blancs, puis de s'asseoir avant de laisser retomber les multiples couches de vêtements et dissimuler à nouveau ses guiboles. Il était clair et net qu'elle n'avait jamais revêtue pareille tenue, et tout son comportement exprimait plus le caractère d'une paysanne qui ne savait trop quoi faire avec pareil honneur que celui d'une fille bien éduquée aux arts qui convenait avec pareil tenue. Cela avait ses défauts et ses qualités, surement qu'une personne rigoureuse sur ces codes se serait enflammée par exemple devant autant de maladresse, mais cela donnait un air perdu et adorable qui semblait plutôt bien aller avec l'apparence naturelle de la jeune femme et sa fragilité physique apparente. Une fois bien assise, elle se place bien en face d'Evangeline en regardant ses pieds, ne sachant comment échanger avec elle, surtout en cette tenue. Elle imaginait bien qu'elle devait faire attention à son langage ou à ses gestes mais n'y connaissait que si peu de choses. Autant être le plus naturelle possible, en tout cas autant qu'elle puisse l'être :

- Eh bien je vous ... remercie pour ce que vous avez fait à K'leir et Ter'er, je crois qu'ils n'auraient put espérer pareil présent de toute leur vie. Bon pas que je cautionne le comportements de ces idiots mais je dois avouer qu'en tant que leur amie, je suis heureuse qu'ils le soient eux mêmes.

Quand ce n'était pas ses doigts qu'elle triturait, c'était les pans de sa robe qu'elle froissait frénétiquement dans ses élans de gênes ou de malaise. Le tissu souple glissait entre les doigts de la jeune femme à de multiples reprises, et elle en attrapait à nouveau un bout quasiment instantanément pour pouvoir recommencer à le triturer sans vergogne, comme si cet anti-stress découvert à la va-vite réussissait à la libérer un peu du rôle de jolie jeune fille qu'elle venait d'endosser et qui bien malgré elle lui allait presque aussi bien que ses airs fiers de guerrière sans merci. Surement avait-elle été aussi pomponnée et sage dans une autre vie, mais actuellement ce sursaut de timidité et l'altération de ses agissements la laissait plus désarmée qu'autre chose, ce qui n'était pas pour lui offrir la meilleure vision d'elle-même, elle qui considérait que si elle était incapable de se défendre sur tout les points, autant physique que dialectique, elle se retrouvait vite dans la place de la proie la plus faible de l'échelle alimentaire ... ou de l'échelle des plaisirs et sévices, quand on savait dans quel monde elle vivait. Finalement elle avait de la chance d'avoir en face d'elle une personne qui savait prendre soin des autres et agir avec bienveillance, sinon cela aurait fait longtemps qu'elle aurait disparue dans un coin pour se dissimuler à la vue de tous, encore une fois contre tout ce qui faisais sa nature première.

- Autrement ... Eh bien je ne sais pas vraiment ce que nous pourrions faire, ou de quoi nous pourrions parler ... Du coup je m'en remet à vous Evangeline pour nous occuper jusqu'au dîner, en espérant que je ne vous insulterais pas par mon manque d'adresse dans votre robe ou mes mots malheureux.
Journalisée

Evangeline et Echo
Avatar
-

Messages: 217


La Maitresse des Poupées


Voir le profil
FicheChalant
Description
Evangeline : La Maitresse des poupées, dirige la vallée indépendante d’Ancarla. 
Sorcière transformant les gens en poupée pour en faire ses serviteurs.

Echo : Servante principale d’Evangeline, elle lui ressemble  physiquement, mais en plus jeune. Ne montre aucune émotion et n’a pas d’âme.
« Répondre #14 le: Septembre 13, 2014, 12:42:20 »

Le salon

Il y avait un bon moment qu'Evangeline n'avait pas déployé autant de magie. Cette double transformation l'avait complètement épuisé, si bien qu'elle resta un petit moment à genoux pour récupérer. Echo aurait voulu venir la relever, mais le comportement de leur invité lui dictait de rester près d'elle. Durant l'extraction de la folie, Evangeline fini par se redressez et regarda le spectacle avec le sourire. Iris et Lys étaient ses créations, un tel pouvoir venais d'elle, c'était agréable de constater se d'on elle était capable.

Après tout enfermé dans cette vallée, se n'était pas tous les jours qu'elle pouvait mettre à l'épreuve sa grande puissance. Sa seule façon de faire était de concevoir les meilleurs et les plus puissantes poupées et marqué le monde de leur trace. Une seule fois, elle avait pu défouler toute sa puissance, un archimage, était venue à sa rencontre, pour détruire la Maitresse des Poupées ou la Sorcière aux Marionnettes, comme il l'avait nommé. Ce jour là le manoir avait tremblée sous un déluge de puissance, l'homme avait été vaincu, mais de peu. L'homme avait alors servie à la création d'une de ses plus puissantes poupées, une véritable oeuvre d'art qui n'était pas encore totalement achevé.

Evangeline détacha son esprit de ses souvenirs et de ses ambitions pour se reconcentrer sur ce qu'il se passait. Elle avait confié les deux armes au bon soin de ses jumelles dévoreuses d'âme. Evidement, Evangeline avait pensé à se les approprié, avec deux êtres comme eux, les possibilités étaient énormes. Pourtant, leur histoire, lui avait rappelé la sienne, c'est pourquoi, elle s'était limité à leur folie. Comme quoi la compassion peut parfois atteindre même les personnes les plus folles et les plus dangereuses.

Se retrouvant seule avec Echo et leur invité, Evangeline prit place dans son fauteuil récupérant des forces après cet effort. Intérieurement elle s'amusait de la gêne de la jeune fille, la trouvant adorable comme ça. C'était évident qu'elle n'était pas habituée à une tel tenue, c'était souvent le cas avec ses nouvelles poupées ou nouvelles servantes, c'est pourquoi elle ne lui en tenait pas rigueur. La conversation débuta par des remerciements pour ce qu'elle avait fait pour ses armes.


-Ces deux là me ressemble, je comprends que très bien leur situation pour l'avoir vécue en pire. C'est pourquoi je leur ais offert ses corps pour une nuit. Je pourrais leur offrir définitivement, mais il faudrait bien plus que leur folie pour payer un tel service. Mais si cela les intéresse il faudra en discuter avec eux, ce qui n'est pas pour le moment possible.

Pour le moment, il était plus question de se détendre en attendant le diner. Comme le comportement de son invité le montrait, cette dernière était gênée et s'inquiété de l'image qu'elle donnait face à la Maitresse des lieux. Avec un doux sourire Evangeline tenue à la rassurer.

-Ne vous en faite pas pour ça, je sais bien que se n'est pas votre genre. Se n'est que le temps de vous dépanné. Temps que vous restez polie, le reste importe peu. Je suis ici la personne la plus importante ici, personne ne vous en voudra pour ça. Vos deux compères ne sont plus là pour rire comme des idiots et a tort. Ils ne savent pas reconnaître c qui est beau. Je peux vous affirmer qu'ainsi vous avez plus de charme que de raison d'attirer les rires. Je suis sûr que nombre des hommes dans se manoir auraient d'autre envie que de rire de vous et pas que des hommes.

Il y avait tant d'être différent dans ce manoir. Cette jeune fille sans la protection de son statu d'invité serait une chose très convoité, surtout paré ainsi. Mais si quelqu'un pouvais s'emparer d'une si mignonne créature, se ne pourrait être que le privilège de la maitresse.

-A vrais dire j'aimerais en connaître davantage sur vous, sur vos voyage. Voyez vous je suis coincé ici, je ne peux quitter cette vallée. Le monde extérieur à bien changer depuis les siècles de mes souvenirs. Racontez moi vos aventures, qui vous a conduis sur mon territoire.
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox