banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2] 3 4 5
  Imprimer  
Auteur Sujet: Flèche & Plasma [Zenobia]  (Lu 5146 fois)
Zenobia
Créature
-

Messages: 377


Lunatique & Lubrique


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #15 le: Février 12, 2013, 10:12:14 »

Le lendemain matin, après une bonne nuit de sommeil (enfin de rêverie), un bon petit-déjeuner rapide et une bonne douche (à la cascade), Zenobia, accompagnée de Rachel, se dirigeait vers Nexus. Arriver à la ville leur prit une bonne heure de marche durant laquelle il ne se passa absolument rien de notable.

Après avoir franchi les portes de la ville, sous l’œil indifférent des gardes (bien qu'il se fut illuminé un court instant à la vue des deux superbes femmes), l'Elfe et l'humaine se retrouvèrent dans Nexus proprement dite. Il y régnait l'agitation habituelle : les marchands d'esclaves vantaient la musculature, la souplesse, l'endurance ou encore la beauté des pauvres hères qui avaient eu la malchance de tomber dans leurs filets, les autres, ceux qui vantaient des produits de consommation courante attendaient sagement derrière leur échoppe le chaland ou essayaient de l'attirer avec éloquence, les baladins amusaient la foule, les mendiants mendiaient, les voleurs volaient et les gardes de la cité veillaient au grain...

Zenobia conduisit Rachel à travers un lacis de ruelle pour finir par aboutir à une impasse au bout de laquelle se trouvait une maison avec une pancarte sur laquelle avait été gravé :


Jan Jensen : Inventeur-savant-bricoleur-technicien-alchimiste-scientifique

Une petite cloche sonna quand elles entrèrent et elles se retrouvèrent dans une vaste pièce pourvues de tables sur lesquelles étaient posées de pièces métalliques de forme étrange, des appareils bizarroïdes, des cornues dans lesquelles baignaient des liquides colorés.

Sur l'une des tables, perché sur un tabouret, un être de petite taille, pourvu d'un gros nez, d'une courte barbe et des espèces de bésicles était en train d'assembler des engrenages dans une sorte de créature métallique de forme humanoïde. Il était clair qu'il était tellement concentré sur sa tâche qu'il n'avait pas vu les deux femmes venir.

Zenobia se racla doucement la gorge et le petit bonhomme jeta un regard vers elle et bondit de son tabouret :

- Chic, des clientes ! Bonjour mesdames, que puis-je pour vous ?
- Salutations Maître Jensen, nous sommes venues requérir vos services, ou pour être exact, cette charmante personne qui m'accompagne a besoin de vous.

Et elle se tourna vers Rachel afin de la laisser exposer sa requête.
Journalisée



Zenobia dans une scène banale de sa vie quotidienne (cliquer pour agrandir) :
Spoiler  
Iron Girl
Humain(e)
-

Messages: 286



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #16 le: Février 14, 2013, 06:52:08 »

Rachel redescendit de son arbre sans aucune difficulté, et finit par trouver le sommeil dans la petite cabane. Elle dormit assez peu, peu habituée à dormir dans un hamac, mais ce n’était pas bien grave. En tant que militaire endurcie, elle se devait d’avoir le sommeil léger. Surtout en mission. Rachel n’était pas le genre de femmes à être une marmotte dans le lit, ou à rechigner à l’idée d’en sortir... Surtout quand le lit en question se résumait à un misérable hamac ayant la fâcheuse manie de tanguer, lui donnant l’impression d’étouffer, d’être à bord d’un navire qui affrontait une tempête. Ce fut Zenobia qui la réveilla, et les deux femmes partirent vers Nexus. Même si Rachel était matinale, il lui fallut une bonne heure de marche, un bain dans une source chaude, pour ne plus avoir les paupières lourdes. Les deux femmes rejoignirent ainsi Nexus, proportionnellement la plus grande ville de Terra, un poumon économique mondial, plateformes d’échange international de biens et de services.

L’endroit était rempli de gens, d’individus, de marchands, de chariots, de maisons, de bruits. Rachel avait l’impression de se retrouver dans une espèce de version médiévale de New York. La plupart des rues avaient été dallées, et elle vit de nombreux gardes le long des grandes rues, des patrouilles qui marchaient, effectuant leurs rondes. La ville était bouillante d’activité, et elles passèrent devant un spectacle qui fit frissonner Rachel : les stands où des esclaves étaient vendus. A moitié nus, ils étaient retenus par les chaînes, et on vantait la qualité de leurs dents, de leurs mâchoires, de leurs muscles, la douceur de leurs peaux, leurs poitrines... Elle préféra ne pas s’attarder sur ce sinistre spectacle, suivant sa guide à travers ce dédale de rues, de maisons, et de gens pressés. Ils convoyaient des cartons, des animaux, criaient entre eux, donnant à Iron Girl cette impression de figurer dans un genre de film médiéval. Des poules se baladaient le long des marchés, caquetant, les marchands hurlant à la foule, découpant les cochons sous leurs yeux. Des affiches publicitaires le long des murs vantaient les mérites des guildes, ou diffusaient des messages haineux à l’encontre des Ashnardiens, des terroristes, ou des messages propagandistes. Des crieurs publics hurlaient les informations du jour.

*Bienvenue dans un autre monde, Rachel...*

Zenobia et elle arrivèrent devant une boutique dans une impasse un peu plus discrète. Elles entrèrent dans la boutique de Jan Jensen, probablement le gnome dont l’elfe lui avait parlé. L’intérieur ressemblait à une antre de scientifique marginal et farfelu dans un film, avec des tables remplies de pièces détachées diverses et hétéroclites, des étagères comprenant des gadgets curieux, des horloges qui tournaient lentement, de petits appareils, des potions qui laissaient s’échapper de curieuses bulles de gaz. Jensen, quant à lui, était dans un coin. Petit, avec un long nez crochu, et une longue barbe, il semblait travailler sur une machine, et Zenobia se rappela à lui.

« Salutations Maître Jensen, nous sommes venues requérir vos services, ou pour être exact, cette charmante personne qui m'accompagne a besoin de vous. »

Le regard du vieux gnome décrépi se tourna vers Rachel, qui avait de plus en plus l’impression de se retrouver dans une espèce de sketch. Elle décida de faire abstraction de son ironie impérialiste.

« Je dispose d’une armure de combat assistée qui a été légèrement endommagée suite à un combat. D’après mon diagnostic, plusieurs des fonctions de l’armure ne répondent pas, car des circuits imprimés sont détruits. »

Jensen répondit assez rapidement, pragmatique :

« Une armure assistée ? Vous l’avez laissé dehors ? »

Rachel secoua la tête, et brandit le petit disque. Elle se demandait vraiment si ce clown pourrait lui être utile, et appuya sur le disque, avant de le lâcher. L’armure se forma immédiatement, sans sa porteuse, les plaques jaillissant comme par magie du disque. Une technologie qui était incompréhensible pour Rachel, lui donnant à chaque fois l’impression d’être dans un roman de science-fiction.

« Par la sainte barbe d’Ultor ! Nom d’un petit pois de carotte d’une saloperie de vache ! s’exclama Jensen, manquant tomber de sa chaise.
 -  Oui, ça fait souvent cet effet-là » concéda Rachel.

L’armure était fièrement debout, bras et jambes écartées, mais inanimée. Jensen s’approcha prudemment de cette dernière, et la toucha respectueusement, du bout des doigts, comme s’il avait peur que l’armure ne l’attaque. Bras croisés, Rachel l’observait. Sans surprise, le gnome était perturbé.

« C’est... C’est tekhan, ce truc ?
 -  Plus ou moins, oui… L’armure ne répond qu’à ceux qui sont autorisés.
 -  Vraiment ? C’est prodigieux, ce mécanisme... »

Il y avait un système d’authentification. L’armure était lourde, impossible à déplacer, et Rachel se rapprocha de cette dernière, amenant finalement le gnome à voir les parties endommagées.

« Ces circuits ont été grillés. Vous pouvez les réparer ? »

Le gnome ne dit rien, inspectant l’état de l’armure.

« Et bien, je... Euh... Vous savez, j’ai travaillé dans un château gnome une fois, et j’ai conçu beaucoup d’automates. J’ai toujours privilégié la technologie, en particulier la mécanique, sur la magie. Mais un gnome mâle a peu de chances de prospérer à Tekhos. Ici, je me contente généralement de réparer des horloges, des mécanismes basiques. Votre objet, en revanche... »

Jensen réfléchissait à voix haute, inspectant les circuits imprimés avec ses lunettes ancestrales.

« Je vais avoir besoin de temps pour étudier cette armure. »

De toute façon, il ne pouvait pas la voler. En théorie, une alarme se déclenchait si Rachel s’écartait de l’armure de plus de dix mètres, mais on était sur un autre monde. Elle hocha la tête, et se mit face à l’armure, faisant sortir d’un poignet un petit clavier, et tapota dessus, désactivant provisoirement le détecteur de proximité autour du dispositif.

« Je reviendrais en fin d’après-midi.
 -  Pour l’heure, je ne peux rien promettre.
 -  Faites de votre mieux, tout simplement. »

Jansen hocha la tête. Rachel le remercia, puis se retourna vers Zenobia.

« Accepteriez-vous de me présenter Nexus ? Cette ville m’intrigue... »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Zenobia
Créature
-

Messages: 377


Lunatique & Lubrique


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #17 le: Février 25, 2013, 04:51:53 »

Pendant que Rachel était occupée avec le Gnome, Zenobia en profita pour jeter un œil à son atelier : à première vue, on pourrait le croire bordélique, mais quand on y regardait bien, on s'apercevait qu'il était bien rangé et que tout était soigneusement ordonné, chaque chose, chaque instrument était bien à sa place. C'était la profusion d'outils, la fumée et la réputation des Gnomes, tout au moins de certains, d'avoir une araignée dans le plafond, qui donnait cette impression trompeuse.

Lorsque ce fut fini, l'américaine dit qu'elle reviendrait en fin d'après-midi, laissant l'armure aux bons soins de maître Jensen. A son regard, l'Elfe comprit que Rachel avait une confiance quelque peu limitée en les capacités de cet ingénieur. Mais qui sait ? Ces petits bonhommes étaient capables d'accomplir des prouesses, surtout quand ils étaient grassement payés.

Zenobia sortit d'une petite bourse 5 gemmes qu'elle posa sur la table :

- Il y en aura 5 de plus si vous réparez l'armure de mon amie en fin d'après-midi.

Puis elles sortirent et Rachel demanda à Zenobia de lui faire visiter Nexus. L'Elfe hocha la tête et l'amena au bazar où l'on trouvait de tout : si un objet n'y était pas, c'est qu'il n'existait pas.

Elles traversèrent les éventaires où étaient exposés les divers produits : armes, armures, potions diverses (contre l'impuissance, pour se protéger du feu, etc...), amulettes, talismans, bagues, fruits, légumes, tapis précieux, viandes, poissons... Il y en avait pour tous les goûts et toutes les bourses et les odeurs s'entremêlaient, formant une bouquet unique en son genre.

Un jeune homme au crâne rasé et portant une robe violette de magicien était en train de s'agiter devant un stand où l'on vendait des ingrédients spéciaux (ailes de chauve-souris, bave de crapaud, etc...)

- Quoi, vous n'avez plus de Pollen de Tubéreuse ?! Mais Maître Detmold va me tuer si je ne lui en rapporte pas !

Zenobia se figea en entendant ce nom : celui du Nécromancien qu'elle avait blessé d'une flèche et qu'avait combattu Rachel. Elle donna un coup de coude à sa compagne, lui désignant de l'index le gaillard qui devait être un apprenti ou un serviteur (voire les deux).
Journalisée



Zenobia dans une scène banale de sa vie quotidienne (cliquer pour agrandir) :
Spoiler  
Iron Girl
Humain(e)
-

Messages: 286



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #18 le: Février 26, 2013, 10:48:33 »

On disait que Nexus était la capitale économique de Terra, une pépinière remplie d’individus venant des quatre coins du monde. C’était la plus grande ville du monde, même au-delà des métropoles tekhanes. Sa puissance n’était pas d’un point de vue urbain ou militaire, mais économique. Ses ports étaient immenses, et Nexus était au cœur des plus grandes routes commerciales du monde. Ses entrepôts abritaient d’immenses richesses, et Zenobia conduits Rachel à travers un dédale de grandes rues, des avenues ouvertes avec de nombreux gardes, vers l’un des bazars. Sur une place publique, un ensemble d’étals, d’estrades, étaient installées, des individus proposant des articles très différents. Vêtements, livres, morceaux de viandes, animaux, potions magiques, il y avait de tout, sauf les esclaves, ces derniers se situant dans des places plus grosses. Rachel côtoyait quantité de gens différents, qui parlaient entre eux. Des poules se baladaient, caquetaient.

« Je vous certifie que ma viande de porc n’est nullement contaminée ! lâchait un boucher.
 -  Ça, Madame, c’est du bon saumon. Humez-le, humez-le !
 -  Cette robe présente un tissu fin et soyeux, qui émane des ateliers Dureluc. »

Rachel regardait à gauche et à droite, continuant à suivre Zenobia, jusqu’à entendre une curieuse voix, qui lui fit hocher la tête en même temps que Zenobia :

« Quoi, vous n'avez plus de Pollen de Tubéreuse ?! Mais Maître Detmold va me tuer si je ne lui en rapporte pas ! »

Il n’existait pas cinquante mages qui s’appelaient Detmold. L’homme était un mage chauve avec une robe violette à capuche, cette dernière étant rabaissée. Il s’énerva devant la vendeuse, une femme qui ressemblait à une hippie des années 1970’s. Elle lui expliqua qu’il y avait eu une récente crise, et que le pollen de tubéreuse était très difficile à trouver dernièrement. L’homme s’énervait, et finit par partir, furieux, poussant à moitié un garçon qui jouait en sautillant sur place. Rachel regarda Zenobia, puis suivit l’homme, avançant tranquillement, essayant de ne pas se faire repérer. L’individu remit sur sa tête sa capuche, et avança le long du bazar, évitant les gens. Avec sa longue robe, il était aisément reconnaissable. Il se dirigea vers le centre du bazar, où on avait dressé de grandes tables en bois pour permettre à des gens de manger, tandis que des artistes itinérants se livraient à un numéro. Il y avait des cracheurs de feu, des jongleurs, et les enfants les regardaient en riant. L’apprenti de Detmold ne leur accorda pas un regard, avançant rapidement, et sortit du bazar.

L’apprenti se glissa dans une petite ruelle avec un escalier qui descendait, s’écartant ainsi du groupe. Rachel continua à le suivre, se plaquant contre le mur, et pencha la tête. Il y avait des individus, notamment des hommes amenant des caisses de victuailles. Il filait le long du petit chemin, et Rachel descendit à son tour, prudente. Elle n’avait pas son armure, mais elle savait toujours se battre. L’apprenti s’approcha d’une porte, et l’ouvrit, s’enfonçant dans un bar à l’odeur assez forte. Rachel se rapprocha, et pénétra à son tour dans l’établissement.

Il était plutôt bien rempli, et elle vit l’apprenti se rapprocher d’un escalier qui descendait, glissant quelques mots à l’attention du videur, un individu assez musclé, un vrai ours. L’apprenti descendit ensuite les marches, et Rachel hésita. Elle se rapprocha du comptoir, et commanda une bière. Visiblement, ce qui se passait là-dessous était secret, et elle évita donc de poser ouvertement la question, préférant opter pour une approche classique.

« Viens, Zenobia, on va s’asseoir. »

Il ne fallut que quelques minutes avant qu’un homme, légèrement éméché, ne les aperçoive. Un dandy tout souriant, qui louchait sur leurs poitrines. Il leur expliqua s’appeler Brad, et voulait les séduire. Rachel le fit boire un peu, et réussit à obtenir de lui ce qu’il y avait en contrebas. Un tripot. Sûrement clandestin. Rachel eut ce qu’elle voulait, et parvint à convaincre le videur de les laisser passer, disant qu’elles venaient de Brad. Il fallut donner quelqes pièces d’ors, avant que le videur ne s’écarte. Les deux femmes descendirent ainsi, et pénétrèrent dans la salle de jeux.

Il y avait plusieurs tables en bois, et on jouait essentiellement à des jeux de dés et à des jeux de cartes. Poker à dés des nains, Caravan, tarot, belette, elle vit, dans un coin, l’apprenti de Detmold, jouer aux cartes avec d’autres Rachel alla s’asseoir sur une table à proximité de celle de l’homme, continuant sa filature, jouant au tarot avec Zenobia et d’autres joueurs.

« Il me faut cet ingrédient, bordel ! soupirait le mage. Il est indispensable !
 -  Tu m’as l’air dans la merde, Patrick...
 -  Mon maître est assez exigeant, et j’ai envie de faire mes preuves à ses yeux...
 -  Detmold, hein ? Sa maison est une véritable forteresse...
 -  Il m’a fallu des mois pour réussir à avoir le droit de m’y entraîner. Je ne peux pas me permettre d’échouer maintenant, pour un stupide ingrédient à la con !
 -  Détends-toi, Pat’, détends-toi, tu sais comment ça marche, ici... On joue tranquillement, on boit, on discute comme de vieux amis. Tu es un client régulier, mais je me suis renseigné sur ton Detmold. Il est lié à des politiques, et, traiter avec toi, c’est indirectement traiter avec les politiques.
 -  Tu parles de Longarm ? Allons, sois sérieux !
 -  Jusqu’à nouvel ordre, le manoir de Detmold est celui de Longarm. C’est ce qui est écrit sur le titre de propriété. »

Rachel était de dos, et ne pouvait donc pas voir qui était l’homme à qui Patrick parlait. Sûrement un contrebandier. Patrick recherchait son pollen au marché noir, qui devait être florissant à Nexus. Rachel les écoutait silencieusement, sans intervenir, préférant rester discrète, mais il fallait croire qu’elle et Zenobia n’étaient pas de grandes espionnes.

« Écoute, je... Hum... Qu’est-ce qui t’arrive ? »

Rachel réagit au quart-de-tour, sentant un problème. Le contrebandier lança un couteau sur elle, qui se ficha dans le bois de la table.

« Mais qu’est-ce que... ?!
 -  On t’a suivi, abruti !
 -  Oh non... soupira l’homme.
 -  Tuez ces salopes ! »

Autour d’elle, Rachel vit plusieurs malfrats s’approcher. Couchée sur le sol, elle releva son pied, et frappa sur la chaise en bois, l’envoyant sur un homme, lui fauchant les jambes, le faisant tomber sur le sol. Roulant par terre, elle se releva, et vit un malfrat avec un couteau plonger vers elle. Rachel évita l’attaque en bondissant en arrière, et lui envoya un coup de pied retourné qui envoya le malfrat s’écraser contre le mur.

L’infiltration était ratée. Il était temps de passer à la manière forte, afin d’en savoir un peu plus.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Zenobia
Créature
-

Messages: 377


Lunatique & Lubrique


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #19 le: Mai 31, 2013, 02:42:11 »

Rachel prit rapidement la décision de suivre l'apprenti. Ce qui était plutôt aisé, étant donné que sa tenue vestimentaire était assez voyante, contrastant avec les habits ternes et grisâtres de la plupart des quidams.

Finalement il entra dans un tripot qui tenait plus du repaire de voleurs et de truands que d'une respectable taverne. Les deux femmes entrèrent, apercevant le serviteur en train de murmurer quelques mots à l'oreille d'un gaillard à la musculature développée et qui gardait l'accès à un escalier qui menait aux sous-sols de l'établissement.

Quelques minutes après, les deux femmes entrèrent dans ce qui devait être une sorte de salle de jeu clandestine. La clientèle était essentiellement humaine mais un groupe de Nains occupait une table au fond de la salle et un robuste Demi-Orque était en train de jouer aux dés avec avec des humains.
L'arrivée des deux donzelles ne passa pas inaperçue et plus d'un regard s'attarda sur les voluptueuses poitrines de Rachel et Zenobia ainsi que sur leurs croupes généreuses. Le fait qu'elles étaient également les seules personnes de sexe féminin présentes sur les lieux expliqua pourquoi elles furent repérées rapidement par l'interlocuteur de l'apprenti (qui se nommait Patrick).

- Tuez ces salopes ! rugit-il, faisant réagit au quart de tour Rachel et Zénobia. La première n'avait pas son armure et, si elle était désarmée, savait bien se défendre à mains nues, neutralisant sans trop d'efforts deux des agresseurs.
L'Elfe ne fut pas en reste : se levant en un éclair, elle dégaina son épée Doombringer au tranchant aussi effilé qu'une lame de rasoir et frappa de taille l'un des malandrins à la gorge. Un flot de sang coula sur la table et le gaillard s'écroula au sol.

Un coup de pied dans les parties mit fin aux visées meurtrières d'un second malfrat. Zénobia eut le temps de sortir un robuste couteau de chasse de sa gaine de cuir et de le lancer à Rachel.

- Autant s'amuser un peu avant de les tuer ! dit l'un des truands, bâti comme un taureau, ceinturant l'Elfe par la taille. Cette dernière eut une moue dégoûtée : l'haleine du gaillard était écœurante, empestant le mauvais vin. Souple comme une liane, elle se dégagea prestement, transperça le malotru avec son arme puis le poussa, appuyant son pied droit contre la hanche de son agresseur, faisant ainsi levier, le propulsant contre un autre de ses camarades qui se trouvait derrière lui.

La situation était critique : les gaillards étaient nombreux et la seule porte de sortie se trouvait de l'autre côté de la salle. L'Elfe se concentra et prononça des paroles dans sa langue natale, incantant un sort connu de ceux et celles qui étaient au service de la Nature et qui se battaient en son nom.

De la fumée s'éleva derrière les malandrins et quand elle se dissipa, un rugissement retentit, poussé par un ours noir de belle taille. L'animal se mit debout et balança ses grosses pattes griffues sur les hommes, traçant des sillons sanglants sur leurs torses ou leurs visages. La force du plantigrade était telle qu'elle les envoyait valdinguer dans le décor.

Ceux qui ne tombaient pas sous les coups de l'animal ne demandèrent pas leur reste et quittèrent la salle, les yeux fous...
Journalisée



Zenobia dans une scène banale de sa vie quotidienne (cliquer pour agrandir) :
Spoiler  
Iron Girl
Humain(e)
-

Messages: 286



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #20 le: Juin 02, 2013, 11:03:05 »

Avec de tels seins, Rachel n’avait jamais été douée pour l’infiltration. En revanche, si on l’avait choisi pour faire partie du programme militaire visant à porter Iron Girl, ce n’était pas que pour sa poitrine, ni parce qu’elle était la fille d’un haut-gradé du Pentagone, mais aussi parce qu’elle avait des états de service excellents. Dès son plus jeune âge, son père l’avait inscrit dans un club de judo, afin qu’elle apprenne les arts martiaux, savoir se défendre en cas d’agression. Elle avait continué à s’entraîner en grandissant. Rachel n’était jamais devenue une judoka digne de ce nom, et avait préféré faire des cours de boxe et d’autodéfense dans des succursales des commissariats de police. Il y avait essentiellement des femmes à ces séances du soir, souvent victimes d’agressions, que ce soit des vols, ou des agressions sexuelles. Elles s’entraînaient pour savoir se battre et se défendre en cas d’agression. Rachel s’était toujours entraînée au combat, l’armée l’ayant amené à persévérer. Elle se souvenait encore du nombre de soldats machos qu’elle avait envoyé mordre la poussière à l’entraînement. Pour porter de si gros seins, il fallait plutôt avoir de solides muscles.

Un autre type se rua vers elle, tenant un poignard, levant haut le bras. Rachel leva ses mains en entonnoir, et attrapa son poignet, puis leva son genou, envoyant ce dernier dans son ventre, lui coupant le souffle, et le fit basculer par-dessus son corps, l’envoyant s’étaler en plein milieu de la table en bois. Elle attrapa le couteau de l’homme, et le planta dans la paume de sa main, l’enfonçant à travers le bois de la table. L’homme hurla, et elle n’eut pas le temps d’y prêter attention. Quelqu’un d’autre avait attrapé une bouteille d’alcool, courait dans son dos. Elle se retourna rapidement, envoyant un coup de pied en hauteur en arrière, atteignant l’homme au visage. Poussant un soupir, l’homme partit à la renverse, et s’écrasa sur le sol. Que ce soit dans les clubs de nuit de Seikusu, les cafés décrépis de Kaboul, ou les tripots souterrains de Nexus, les hommes restaient toujours les mêmes, face à de belles nanas.

Tournant la tête vers Zenobia, elle vit cette dernière lui envoyer une arme blanche. Tendant la main, Rachel l’attrapa, tandis qu’un autre malfrat se rua sur elle. Moins hâtif que ses prédécesseurs, il avait sorti un coutelas, et l’abattit sur Rachel, qui para avec le couteau de chasse. Le coutelas était bien plus solide, et elle en eut mal au poignet, avant de se recevoir un direct au visage, qui l’envoya s’écraser sur une chaise en bois, qu’elle renversa en tombant à la renverse.

*Les armes blanches, c’est pas mon fort...*

Elle regrettait de ne pas avoir une arme à feu avec elle. Rachel roula sur le sol, évitant un coup de pied, et entreprit de se relever. D’autres types avaient rejoint l’homme au coutelas. Leurs regards lubriques ne rassuraient pas franchement Rachel.

« T’inquiètes pas, ma chérie, on va bien s’occuper de toi ! »

Rachel fronça les sourcils... Quand elle vit un ours noir immense apparaître au milieu de la pièce. Surprise, elle cligna des yeux. Est-ce qu’elle hallucinait ? L’ours se mit alors à rugir en se redressant, et ses griffes égorgèrent l’un des truands. Les autres, surpris, virent alors l’ours se dresser massivement sur ses pattes arrières en rugissant. Un frisson de peur traversa Rachel, qui réalisa alors que le tripot ressemblait à un véritable carnage. Zenobia s’était visiblement bien amusée, et l’ours se mit à frapper, ses dents acérées venant arracher un bras, du sang jaillissant comme une fontaine du moignon du tueur, aspergeant les murs et les tables. Un autre voyou s’écrasa contre le mur, laissant une traîné ensanglantée derrière lui, s’écroulant sur le sol, les yeux livides.

« Bordel !
 -  C’est une sorcière ! Elle a invoqué un ours ! »

Les tueurs s’enfuirent alors, laissant Rachel, qui constata que, effectivement, l’ours ne s’en prenait pas du tout à Zenobia. Rachel cligna des yeux, légèrement paniquée. Les ours... Quand elle était une petite fille, elle allait parfois, en vacances, dans un petit chalet appartenant à sa famille, dans les forêts profondes du Maine. Un vrai paysage de carte postal, où les réseaux avaient du mal à passer, et où on se chauffait à l’ancienne, avec un feu de cheminée. Parfois, il y avait des ours. Jeune, Rachel en avait croisé un dans la forêt, alors qu’elle ramenait du bois... Elle n’avait jamais eu aussi peur. Malgré sa corpulence, l’ours était extrêmement rapide. Il pouvait courir jusqu’à une vitesse de 50 km/h, environ. Fort heureusement, il avait été plus intéressé par les biches que par le corps de Rachel, et, même si elle avait perdu tout le bois, elle avait été bien contente de revoir son père.

« Je... Euh... Tu as des amis très intéressants, Zenobia, mais... »

Où était leur cible ? Où était Patrick ?

« ’Fais chier, il a foutu le camp ! »

Elle grimpa alors l’escalier, retournant dans l’auberge. On la regardait avec curiosité. Rachel, en se voyant dans un miroir, vit qu’elle avait une projection de sang partant de la joue gauche, et qui filait le long de son corps, formant une sorte de diagonale. Ça lui donnait un air de guerrière, mais, du coup, elle ne serait pas très discrète.

« Quels sont ces cris en contrebas ? demanda un homme.
 -  C’est une sorcière ! rugit l’un des truands en la désignant du doigt. Elles nous ont attaqué pour invoquer un monstre ! Appelez la garde, appelez la garde ! »

Sous cette insulte, il y eut comme un frisson. Plusieurs personnes se signèrent, et Rachel sortit dehors. Elle débarqua dans la rue, regarda à gauche, puis à droite, et vit alors la silhouette de l’apprenti, filant parmi les badauds.

*Oh non, mon gaillard, j’ai rattrapé un informateur des talibans au cœur du marché de Kaboul, tu ne m’échapperas pas comme ça !*

Elle courut vers lui, et lui aussi se mit à courir.

C’était prévisible.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Zenobia
Créature
-

Messages: 377


Lunatique & Lubrique


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #21 le: Juin 02, 2013, 08:59:35 »

L'ours avait crée une belle pagaille au sein du bouge clandestin : ceux qui n'avaient pas été frappés par l'ours ou mis à terre par les deux femmes, s'enfuyaient comme des dératés à travers l'escalier, se bousculant, hurlant, accusant l'Elfe d'être une sorcière.

Cette dernière secoua la tête : Nexus était fréquentée par des magiciens mais ces gaillards donnaient l'impression de découvrir la Magie...

Quelle bande de crétins ! murmura-t-elle, un sourire aux lèvres.

L'ours disparut : le sortilège avait pris fin et le plantigrade retourna là d'où il avait été convoqué. Rachel sortit en trombe de la salle, grimpa quatre à quatre les marches de l'escalier : Patrick, l'apprenti de Detmold avait profité de la confusion pour s'échapper et l'humaine s'était tout de suite lancée à sa poursuite. Zenobia lui emboîta le pas, passant au milieu de la clientèle médusée ; l'un d'eux demanda à ce que l'on appelle la garde mais le temps que le gaillard se remue et que le guet arrive sur les lieux, les deux jeunes femmes étaient déjà loin.

Patrick avait une sacrée avance mais une robe de mage n'était pas vraiment ce qu'il y avait mieux pour la course, surtout quand on voulait échapper à deux guerrières rompues aux exercices physiques et à l'art de la guerre ; qui plus est, la ruelle était étroite et assez fréquentée en cette heure de la journée.

L'écart se réduisait petit à petit entre les deux poursuivantes et le poursuivi et ce n'était qu'une question de secondes avant que ce dernier ne soit rattrapé.
Journalisée



Zenobia dans une scène banale de sa vie quotidienne (cliquer pour agrandir) :
Spoiler  
Iron Girl
Humain(e)
-

Messages: 286



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #22 le: Juin 03, 2013, 01:05:31 »

Il ne serait pas dit que Rachel laisserait sa proie partir si facilement. Detmold devait payer pour ses crimes, et Patrick était sa seule piste. S’il disparaissait, la femme était sûre de ne pas le retrouver aussi facilement. C’était presque un miracle de lui être tombée dessus, et elle ne devait pas laisser cette chance s’échapper. Surtout pas. Patrick s’élançait le long de la rue pavée, remplie de monde, et Rachel poussait les badauds pour le poursuivre. L’apprenti mage courait, mais les ourlets de sa robe l’empêchaient de courir trop vite. Lui aussi poussait les gens, et Rachel continuait à le suivre, sentant Zenobia derrière elle. Patrick sortit de la ruelle, filant sur la droite, se rendant vers une sorte de grand bâtiment où de nombreuses personnes entraient et sortaient.

C’était une place de marché couverte, dans des espèces de galeries commerciales avec de nombreuses boutiques, et aussi des gardes. Patrick continuait à courir, et Rachel vit, sur la gauche du long bâtiment, une patrouille. Il y avait des archers sur le toit de ce marché couvert, ainsi que des arbalétriers, et Patrick ne chercha pas à fuir dans la place. Au lieu de ça, il fondit vers les gardes, désignant du doigt les deux femmes.

« Ces femmes m’ont attaqué ! Elles ont utilisé de la magie sans autorisation, et tué des gens dans une auberge à proximité ! »

Rachel s’arrêta sur place, prenant le temps d’observer la scène. En hauteur, il y avait, sur les toits, des archers attentifs, ainsi que des arbalétriers. Quant à la patrouille... Elle se composait de solides soldats d’élite, dirigés par un capitaine, reconnaissable à son casque. Le capitaine était un chevalier nexusien, ce qui lui permettait d’avoir un uniforme distinctif. De plus, il y avait également les gardes de la cité, ceux qui surveillaient le marché. Le capitaine tourna la tête vers les deux femmes, et Patrick lui offrit quelques précisions :

« Je suis l’apprenti du mage Detmold, qui a ses appuis à la Cour royale. »

Comme pour justifier ses dires, il sortit de ses vêtements un rouleau de parchemin, et en montra une sorte d’attestation. Le capitaine hocha la tête, puis regarda les deux femmes.

« L’usage de la magie est strictement réglementée dans cette ville. Son utilisation sans autorisation est réprimandée par la loi ! »

Le chevalier avait la main sur la paume de son épée, et les autres Nexusiens, nerveux, étaient dans son dos. Les archers étaient prêts à décocher des flèches, et de nombreux gens les observaient, formant presque comme une espèce de cercle. Affronter des truands dans le tripot d’une auberge miteuse, c’était une chose. Mais, là, Rachel affrontait des militaires, et, si elle connaissait la réputation de corruption de la Garde nexusienne, elle savait aussi que, en traquant Patrick, elle avait violé plusieurs lois.

« Niez-vous les faits ?! lâcha le chevalier d’une voix vibrante, pleine d’autorité.
 -  Cet homme travaille pour un mage qui a massacré toute la population d’un hameau à proximité » martela Rachel.

Le chevalier tourna lentement la tête.

« Ce... C’est de la calomnie ! Arrêtez-les ! Cette maudite elfe a invoqué un ours ! Je suis sûr qu’elle travaille pour ces maudits Écureuils ! »

Il y eut comme un frisson. Les Écureuils étaient un groupe terroriste influent au sein de Nexus, un surnom. Leur véritable nom était « Scoia’tael ». Il s’agissait d’extrémistes non-humains militant officiellement pour la cause des non-humains, contre le racisme des humains et la supériorité de la civilisation humaine. Cependant, leur lutte apparaissait pour beaucoup comme une manifestation d’ego surdimensionnée de la part d’individus hostiles à l’évolution des choses, des beaux parleurs prétendant agir pour l’égalité des peuples, pour la justice... Il était toutefois vrai que les villes avaient un racisme latent à l’égard des non-humains.

« C’est le hameau des Coques, précisa Rachel. Ils sont tous morts, là-bas !
 -  Detmold est un mage influent au sein de la ville. Vous, j’ignore qui vous êtes. Cependant, je mènerais personnellement une enquête. En attendant, vous êtes en état d’arrestation. Rendez-vous immédiatement, ou vous me placerez, moi et mes hommes, en situation d’user de la force pour vous appréhender ! »

La situation n’était vraiment pas au beau fixe.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Zenobia
Créature
-

Messages: 377


Lunatique & Lubrique


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #23 le: Juin 22, 2013, 10:43:38 »

L'apprenti et les deux femmes venaient de débouler dans une place bourrée de monde mais également d'archers, des soldats d'élite et des gardes de la ville.

A croire que la moitié de la garnison de Nexus s'était donnée rendez-vous ici... pensa l'Elfe, un sourcil relevé.

Le fugitif désigna du doigt Zenobia et Rachel aux gardes, et plus spécialement à un type en armure qui devait être leur supérieur, les accusant d'avoir tué des gens et usé de magie... L'Elfe soupira et jeta à l'apprenti de Detmold - qui était en plus quelqu'un d'important à la Cour - un regard peu amène.

le capitaine releva la visière de son casque et s'avança vers les deux femmes. Il poussa un hoquet de surprise quand il vit Zenobia. Cette dernière le reconnut : il y a quelques mois de cela, elle avait été engagée pour servir d'"agrément" pour une fête d'anniversaire, celle de l'officier - qui répondait au nom de sire Ioras ; elle était sortie toute nue d'un gros gâteau à la crème et elle se souviendra toujours de l'expression du gaillard : les yeux exorbités et la mâchoire pendante au point qu'on eut cru qu'elle allait tomber. Il s'était douté que ses pairs lui avaient réservé une surprise mais celle-ci était de taille ! L'Elfe avait ensuite passé la nuit avec lui, une nuit endiablée où Ioras avait peu dormi...

Il réprimanda les deux femmes, s'adressant surtout à Rachel, tout en jetant de temps à autre des coups d'oeil nerveux à Zenobia : visiblement il était embarrassé et faisait de son mieux pour masquer son trouble. Le jeune noble n'était pas le seul à l'avoir reconnue : certains gardes de la cité chuchotaient entre eux, visiblement gênés : à quelques reprises, durant des nuits de pleine lune, l'Elfe avait épuisé les hommes de la garnison d'une des portes de la cité , offrant sans vergogne son corps brûlant qui réclamait sa part de plaisir...

Inutile de dire que Zenobia était assez populaire parmi la soldatesque de Nexus.

L'Elfe laissa parler Rachel, se contentant de croiser les bras, ce qui eut pour effet de soulever son imposante poitrine. L'embarras du capitaine devint de plus en plus évident mais à la fin il ordonna quand même aux deux femmes de se rendre : entre la Cour et une Elfe, aussi belle fut-elle, son choix avait été fait mais on sentait que cette tâche lui déplaisait au plus haut point.

Zenobia s'était saisie discrètement d'une petite boule d'argile et la jeta aux pieds du capitaine. Il y eut un "pouf !" puis une épaisse fumée blanche se répandit sur un rayon d'environ six mètres en quelques instants. Profitant de la surprise générée, Zenobia bouscula le noble, entraînant avec elle sa compagne qu'elle prit par le bras, puis se dirigea vers l'apprenti à qui elle donna un coup de pied dans les parties avant de l'assommer avec un bon coup sur la nuque.

- Porte le, tu es plus forte que moi !

Sur la place c'était la panique : les soldats ne savaient où donner de la tête tellement on y voyait goutte, les gens hurlaient, criant à la sorcellerie, hurlant des imprécations ; l'un des manants renversa quelques cages à poules et ces dernières s'égayèrent, provoquant une belle pagaille. Sur les toits, les archers et les arbalétriers hésitaient à tirer de peur de blesser quelqu'un.

La fumée finit par se dissiper mais les deux femmes, ainsi que leur chargement, étaient déjà loin. Elles avaient trouvé refuge dans un entrepôt désaffecté et reprenaient leur souffle.

- Bon, maintenant on est enfin tranquilles et on peut interroger ce crétin tout à notre aise !
Journalisée



Zenobia dans une scène banale de sa vie quotidienne (cliquer pour agrandir) :
Spoiler  
Iron Girl
Humain(e)
-

Messages: 286



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #24 le: Juin 24, 2013, 07:05:27 »

Avec son armure, Rachel aurait peut-être pu se défendre face aux soldats. Aurait. Car, même si elle avait eu son armure, elle ne l’aurait pas fait ça. Certes, les soldats de Nexus avaient la réputation d’être des corrompus, mais on ne pouvait pas ôter des vies en se fondant simplement sur une réputation, n’est-ce pas ? Rachel se serait rendue, dans tous les cas de figure. Detmold, aussi horrible soit-il, bénéficiait de la présomption d’innocence, et elle ne pouvait pas attaquer des représentants de l’autorité légitime. À Nexus, elle n’était pas chez elle, elle n’avait aucun mandat l’autorisant à user de la violence, rien légitimant l’usage de la force. Pour autant, la perspective de voir Detmold s’en sortir n’était pas pour la rendre heureuse. Ce mage fou avait tué bien des innocents, il avait massacré tout un village. Le chevalier vêtu de vert s’avançait vers elles, manifestant un léger trouble en voyant Zenobia, trouble sur lequel Rachel ne s’intéressa guère. Il lui était impossible de fuir, et elle allait se résoudre à se rendre... Lorsque Zenobia fit exploser une sorte de grenade fumigène.

Des flèches sifflèrent instinctivement, mais heurtèrent le dallage.

« Restez en formation ! Ne bougez pas ! » beugla le chevalier.

Rachel sentit une main ferme l’attraper, et alors qu’elle toussait et pleurait, la gorge en feu, elle se sentit emportée. Zenobia lui ordonna de porter un truc, et elle réalisa que c’était le corps d’un homme. Luttant contre sa gorge en feu, elle se fit violence, afin de suivre la femme. Quand ses sens lui revinrent, elle était avec Zenobia dans une ruelle adjacente, tandis que la foule s’agitait. Le chevalier en vert regardait furieusement autour de lui. Patrick, l’apprenti de Detmold, n’était plus là, et, pour cause. Il gisait sur le sol, devant Zenobia et Rachel.

Elle suivit Zenobia le long de la ruelle, pour entrer dans un entrepôt discret, méconnaissable, qui sentait la moisissure, avec de gros rats filant à leur approche. Rachel soupira en éternuant à nouveau, ayant la gorge rauque.

*Cette elfe est pleine de ressources...*

Pour le coup, Rachel était plutôt contente de l’avoir avec elle. Elle secoua encore sa tête, tout en grognant, crachant parfois un peu de salive, reprenant son souffle, luttant contre une panique naturelle qui envahissait son corps, ses poumons ayant du mal à obtenir de l’oxygène.

« Bon, maintenant on est enfin tranquilles et on peut interroger ce crétin tout à notre aise ! » s’exclama l’elfe.

Rachel secoua la tête de haut en bas, essayant de lui répondre sans avoir à cracher ses poumons.

« Okay, okay... On... On va commencer par l’attacher… »

Rachel le souleva, et trouva une espèce de chaise, puis le posa dessus. Patrick était secoué, mais gesticulait faiblement, commençant à émerger. Rachel lui attacha solidement les mains et les jambes. Les marins savaient faire des nœuds étroits, mais les militaires aussi. Quant à l’interrogatoire... Et bien, il n’y avait que dans les films les plus manichéens que les soldats américains ne faisaient rien de moralement condamnable pour obtenir rapidement des informations. Quand on devait trouver l’emplacement de tout un repaire de talibans, et qu’on n’avait qu’une heure pour le faire, face à un ennemi qui était résolu à se taire, on n’avait guère le temps de se montrer créatifs.

Regardant autour d’elle, Rachel chercha les objets pouvant lui servir. Depuis une fenêtre crasseuse, on apercevait de temps en temps des ombres furtives. Les Nexusiens s’agitaient.

« Aaaaah... Où... Ohhh, ma tête, où est-ce que je suis ?! »

Patrick se réveillait lentement, et Rachel se retourna. Elle se sentait mieux. Son mal de gorge était parti, et Patrick cligna des yeux en voyant les deux femmes.

« Oh putain, non, pas vous ! Libérez-moi !! Au secours !!! »

Il se mit à se tortiller sur la chaise. Rachel se rapprocha de lui, et le gifla.

« ’Me touche pas, salope !
 -  Pourquoi Detmold a attaqué le hameau des Draves? Que cherche-t-il ? Comment l’atteindre ? »

Patrick secoua la tête, avant de rire.

« ’Va chier, pétasse ! Je ne trahirais jamais mon maître ! »

Il se reçut une autre gifle, plus forte, mais qui fit également mal aux doigts de Rachel. Patrick cracha un peu de sang, tandis qu’elle dut fermer sa main, pour empêcher ses doigts de vibrer trop longtemps.

« Les gardes ne te retrouveront pas... J’ai tout mon temps pour te faire parler, et obtenir ce que je veux... »

Il cracha sur le sol, la regardant encore.

« J’ai pas peur de toi... Ni de cette salope d’elfe. Je vous encule toutes les deux ! »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Zenobia
Créature
-

Messages: 377


Lunatique & Lubrique


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #25 le: Juin 24, 2013, 07:52:49 »

Rachel attacha Patrick à une chaise et les deux femmes attendirent qu'il se réveillé. Pendant ce temps là, ça s'agitait un peu au dehors : des ombres passaient, des cris fusaient, une vague rumeur s'entendait et l'Elfe craignit que la milice ou la populace (voire les deux) ne finissent par les retrouver. Mais très vite cela se calma : la population retourna à ses occupations et le guet avait d'autres chats à fouetter. Bien entendu, un signalement des deux fugitives allait être donné et les patrouilles allaient redoubler de vigilance afin de leur mettre la main dessus.
Zenobia ne s'en inquiéta pas pour autant : Nexus était grande et, contrairement aux apparences, il était facile d'y entrer et d'y sortir sans être vu. Qui plus est, elle était une Elfe et quand un humain avait réussi à détecter un membre du Beau Peuple en cavale, c'est ce que dernier avait eu envie d'être vu !
Elle ne se fit pas trop de soucis pour Rachel : elle n'avait pas l'air d'être une novice et savait bien se défendre. A deux, elles formaient un super duo !

L'apprenti reprit connaissance et la jeune femme commença à l'interroger, lui administrant de temps à autre quelques gifles, histoire de l'amener à coopérer. Le moins que l'on puisse dire est que ce Patrick n'y était pas disposé. Qui plus est, il se montrait d'une grossièreté qui aurait choqué les oreilles sensibles de tout Elfe normalement constitué ; Zenobia en avait vu d'autres elle ne broncha pas à ses insultes mais la dernière lui fit hausser un sourcil :

- J’ai pas peur de toi... Ni de cette salope d’elfe. Je vous encule toutes les deux !
- Oh oh, fit-elle avec une pointe d'amusement dans la voix, tu n'as pas l'air d'être en position de mettre ta menace à exécution...

D'un geste rapide elle sortit sa dague et posa la pointe acérée à hauteur de l'entrejambe de l'apprenti.

- Soit tu coopères, soit je te coupe le vermisseau et dès lors tu auras une belle carrière dans un chœur féminin. Réfléchis donc sérieusement à ce que tu vas nous dire dans les secondes qui suivent...

Bien entendu, Zenobia ne mettrait pas sa menace à exécution car elle avait le cœur sensible et trouverait que ce serait du gâchis que de priver d'un mâle de ses attributs, mais elle affichait une expression sérieuse et ses yeux étincelaient de colère.

En temps normal, le visage d'un Elfe était un enchantement à regarder ; quand il affichait de la joie, de l'amour ou une passion intense, c'était un ravissement ; mais quand il était sous l'emprise de la colère, cela pouvait être une vision de cauchemar : les traits fins se contractaient, devenant un masque de pure haine et de colère, propre à effrayer le plus endurci des guerriers.

Et ne parlons pas du fait que du sang de démon coulait dans les veines de Zenobia...
Journalisée



Zenobia dans une scène banale de sa vie quotidienne (cliquer pour agrandir) :
Spoiler  
Iron Girl
Humain(e)
-

Messages: 286



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #26 le: Juin 30, 2013, 11:06:07 »

L’agressivité de Patrick ne pouvait se justifier que par la peur qu’il ressentait… Et probablement par un certain machisme. Il était tombé entre les mains de ses adversaires, et, avec les poings liés, utiliser sa magie était impossible. Inutile d’espérer appeler les gardes, ou de bénéficier d’un secours extérieur. Il était prisonnier, et les agressait donc verbalement. Énerver son bourreau, ce n’était pas, en soi, une tâche particulièrement intelligente, mais on pouvait comprendre la panique de Patrick. Il avait vu de quoi Zenobia était capable, et comme Rachel s’y attendait, ses provocations ne laissèrent pas de marbre la belle elfe à la peau bronzée.

Sortant sa dague, elle se rapprocha de l’homme, posant le tranchant le long de son sexe. L’apprenti se mit à paniquer, écarquillant les yeux, essayant de se tortiller sur la chaise, ne faisant que rapprocher la lame près de son sexe. Rachel n’intervint pas. Elle avait déjà vu ce genre de méthodes, et n’avait aucune honte à admettre avoir déjà eu recours à la torture. Pas personnellement, mais elle avait vu ses supérieurs le faire, frappant des villageois complices, des petites frappes, afin d’obtenir rapidement des renseignements…

Patrick était un lâche, et, face au regard déterminé de Zenobia, il déglutit faiblement.

« Okay, okay ! Je vais parler, je vais parler, d’accord ? Merde, je vais parler… »

Il déglutit faiblement, et se mit à parler, expliquant aux femmes ce qu’elles voulaient savoir. Detmold était un mage puissant et influent, qui avait des ambitions politiques, et conseillait le baron de Rochefort, un puissant noble nexusien qui siégeait au Conseil de régence. C’était le baron de Rochefort qui avait fourni à Detmold l’usage d’un manoir dans les hauteurs de Nexus. C’était un mage influent, narcissique, et dangereux. Patrick, une fois lancé, se mit à tout déballer, intimidée par Zenobia. Detmold utilisait ses apprentis pour capturer des clochards dans la ville, afin de mener sur eux des expériences magiques illégales.

« Vous n’avez aucune chance contre lui... Vous devriez quitter la ville avant que...
 -  Concentrons-nous sur l’essentiel, le coupa Rachel, bras croisés. Pourquoi a-t-il attaqué et tué les Draves ? »

Patrick déglutit, sentant toujours contre son sexe la lame froide de Zenobia.

« Je... »

Il hésitait, nerveux, et finit par parler, en expliquant que le hameau des Draves était une expérience nécromancienne. Detmold avait tué tous ces gens afin de réunir leurs âmes, et les avait absorbé dans une sorte de catalyseur, dont il se servait comme base magique pour des sorts reposant sur la nécromancie.

« Detmold a des ambitions, mais je sais qu’il travaille avec le baron de Rochefort... Je les ai vus plusieurs fois s’entretenir ensemble. »

Le baron était en guerre contre un duc, et avait rencontré plusieurs revers militaires. Par conséquent, Detmold avait décidé de l’aider, et cherchait à utiliser des sorts de nécromancien pour réussir à invoquer les morts, et contrôler des fantômes.

« Son manoir est une véritable forteresse... Vous ne pourrez pas y entrer. »

Rachel réfléchissait, et haussa les épaules, en croisant les bras.

« Non, mais tu pourras nous aider à y entrer. »

Patrick la regarda, sans rien dire, et Rachel regarda Zenobia, se penchant vers elle, lui murmurant à l’oreille :

« Tu es très belle quand tu es en colère... »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Zenobia
Créature
-

Messages: 377


Lunatique & Lubrique


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #27 le: Juin 30, 2013, 03:19:36 »

La menace de Zenobia eut l'effet escompté : Patrick se mit à table. Il était tellement pressé de parler qu'il faillit s'emmêler les pinceaux dans ses propos ; mais il parvint à ralentir son débit et exposa la situation aux deux dames qui écoutèrent attentivement.

Au bout d'une bonne dizaine de minutes, il finit de tout avouer et l'Elfe resta pensive. Elle n'aimait pas trop avoir affaire aux nécromanciens : la plupart de leurs sorts étaient assez sinistres, pour ne pas dire macabres et il traînait autour d'eux comme une ambiance morbide. Par ailleurs, les Elfes étaient des créatures profondément attachées à la vie et en connexion avec les forces de la Nature et l'idée même d'une magie ayant un rapport avec la mort et les morts-vivants heurtaient profondément leur sensibilité, raison pour laquelle on ne trouvait pour ainsi dire jamais de nécromants parmi eux (il y avait bien quelques uns mais ils étaient le plus souvent bannis de la communauté elfique) ; pas plus qu'ils ne comptaient de démonistes dans leurs rangs.

Prendre l'un d'eux par surprise - comme elle l'avait fait aux Draves - passait encore, mais entrer de son plein gré dans une de leurs demeures, garnie de pièges magiques et de créatures mort-vivantes était particulièrement ardu. Même avec, comme le suggérait Rachel, la "coopération" de Patrick.

- Tu es très belle quand tu es en colère... lui murmura à l'oreille sa compagne. Zenobia lui jeta un regard surpris et reconnaissant : en d'autres circonstances et si elle avait été un homme, l'Elfe lui aurait sauté dessus pour l'embrasser avec fougue pour ensuite se livrer aux plaisirs de la chair...
- Merci... fit-elle avec un joli sourire, tu n'es pas mal non plus...

Elle rengaina son arme et se tourna vers l'apprenti :

- Tu vois quand tu veux, tu peux être très loquace ! Marche avec nous et tu auras contribué à débarrasser Nexus d'un mage peu recommandable. Qui plus est, son successeur aura accès à sa demeure, avec les grimoires pleins de sortilèges et de connaissances ésotériques, les objets magiques, le trésor...

Elle n'acheva pas sa phrase. Si Patrick était malin, il ne lui serait pas difficile de deviner qui serait ce fameux successeur...

- Allez, en route ! s'exclama-t-elle, en coupant ses liens. Allons voir si le Gnome a fini. Quant à toi, essaie de nous fausser compagnie et je te coupe la verge et les bourses, ce qui serait vraiment un beau gâchis.

Et elle ponctua cette dernière phrase en posant une main à la fois fine et forte sur l'entrejambe du jeune homme, serrant légèrement son "service-trois-pièces". En vérité, Zenobia trouvait Patrick plutôt mignon et la perspective d'une petite partie de jambes en l'air avec lui, quand tout cela serait fini, n'était pas pour lui déplaire.

- Mais je pense que tu es suffisamment intelligent pour savoir où est ton intérêt ! fit-elle en sortant de l'entrepôt, accompagnée de l'apprenti et de Rachel. L'après-midi touchait à sa fin et le trio devait se hâter avant la fermeture de la boutique de Jan Jensen. Pourvu qu'elles ne se fassent pas repérer par des gardes...
Journalisée



Zenobia dans une scène banale de sa vie quotidienne (cliquer pour agrandir) :
Spoiler  
Iron Girl
Humain(e)
-

Messages: 286



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #28 le: Juin 30, 2013, 04:22:34 »

Leur séance de flirt se termina rapidement. L’heure n’était pas aux badinages, et Rachel l’avait surtout dit pour détendre un peu l’atmosphère. Elle avait conscience qu’elle devait récupérer son armure, ainsi que neutraliser Detmold. Le mage nécromancien devait payer pour ses expériences sinistres. Patrick, de son côté, semblait nerveux, et Zenobia alla jusqu’à lui empoigner son sexe. Il gémit, mais, quand il fut libéré, Rachel vit clairement qu’il y avait une petite bosse qui déformait son pantalon.

*Il faut croire qu’il aime les femmes de caractère...*

Rachel conserva cette réflexion pour elle-même, et suivit le duo hors de l’entrepôt. La journée avait filé plutôt vite, et il leur fallait maintenant récupérer son armure, puis se rendre ensuite dans le manoir de Detmold. Leur seule source était Patrick, mais encore fallait-il espérer que ce dernier soit fiable. En l’occurrence, Rachel émettait des doutes, mais elle ne pouvait pas faire grand-chose d’autre. Le trio rejoignit la boutique du gnome, Jan Jensen. Elle doutait vraiment que le gnome ait réussi à réparer toute son armure, car la technologie utilisée pour sa confection était vraiment de haut niveau. Cependant, il était aussi vrai que le disque magique alimentant l’armure fonctionnait aussi sur le principe de la magie. C’était un subtil mélange, incompréhensible pour elle.

Jan Jensen leur expliqua qu’il avait fait de son mieux, et que l’armure, dans sa globalité, semblait opérationnelle. Il y avait passé toute la journée, et avait en tout cas réparé tous les défauts apparents, comme les circuits imprimés défectueux, et les fils électriques à ressouder. Rachel posa sa main sur le disque, et ce dernier se mit à vrombir. Sous les yeux médusés de Jan Jensen, l’armure se rétracta toute seule, et elle souleva le disque.

« C’est beaucoup mieux que ce que j’espérais, le remercia-t-elle. Merci. »

Elle n’avait pas le temps, pour l’heure, de l’essayer, mais, de ce qu’elle pouvait voir, l’essentiel était réparé. Dès qu’elle rentrerait sur Terre, elle ferait un compte-rendu précis, et l’armure subirait des diagnostics approfondis. Pour l’heure, elle se contenterait de ça. Après l’étape chez Jensen, le trio gravit les hauteurs de Nexus. Les beaux-quartiers et les manoirs se trouvaient sur des falaises en hauteur, soigneusement séparés de la ville, confirmant cette inégalité économique écrasante qui dominait la ville, et justifiait les mouvements séditieux qui enflaient dans les bas-fonds.

En chemin, Patrick leur expliqua que le manoir de Detmold était dans le luxueux quartier des Colombiers de Nexus. C’était le manoir de Rochefort, mais, quand ce dernier venait à Nexus, il résidait dans la Cour royale. Ce manoir appartenait donc à Detmold. Les Colombiers étaient un richissime quartier. L’entrée était gardée par plusieurs gardes nexusiens lourdement armés, et Patrick, qui avait un sauf-conduit, les fit passer.

« Du fait de la révolte, un décret royal limite les entrées et les sorties dans le quartier des Colombiers, expliquait Patrick. Il faut un sauf-conduit pour y entrer. »

L’intérieur su quartier ressemblait à une sorte de ville pour riches. Des cours avec des fontaines en or, des arbres, d’énormes maisons, toutes emmurées. C’était un quartier riche, qui abritait jadis quantité de saltimbanques et d’artistes de rue. Avec la guerre civile qui menaçait, tous ces gens n’avaient plus le droit de se produire ici, et on ne voyait rien dans les rues, à part des dalles bien propres, et d’énormes villas fermées, avec des gardes qui vous regardaient dangereusement.

« Le mage Detmold est sur un manoir en bord de falaise. »

Quand ils y arrivèrent, Rachel put voir un paysage crépusculaire digne d’une carte postale. Il y avait plusieurs petits bancs, et ils étaient au sommet de la falaise, voyant toute la région en contrebas. Le port de Nexus se perdait à l’horizon, et il y avait une armée de bateaux, ainsi que plusieurs autres falaises au loin, Nexus continuant encore derrière. Quand on savait que les villes médiévales terriennes dépassaient rarement la dizaine de milliers d’habitants, un tel spectacle était ahurissant.

« Le manoir n’est pas protégé que par un mur et par des gardes, il y a aussi des cristaux magiques de détection, et quantité de pièges magiques. »

Le manoir était une belle structure, évoquant plus une sorte de petit fort qu’une maison. Un épais mur empêchait d’y aller, et on pouvait voir qu’il se composait d’une tour de trois ou quatre étages. Patrick leur expliqua que, en réalité, le manoir s’enfonçait dans les profondeurs de la falaise, à travers un réseau de caves, et de grottes souterraines. Le laboratoire de Detmold se trouvait dans les profondeurs. Pour l’heure, la seule question qi taraudait l’esprit de Rachel était de savoir comment entrer.

« Vous ne pouvez pas passer par la porte principale. Si vous aimez l’escalade, il existe différentes entrées le long de la falaise. La marée est basse ce soir, en passant par la plage, vous entrerez par des grottes. L’endroit est toutefois très dangereux. »

C’était une première piste, mais Patrick était visiblement un homme plein d’idées, et qui avait du apprécier beaucoup d’être attaché par deux belles femmes. Durant leur marche vers le manoir, il n’avait cessé de regarder les mains et les seins de Zenobia.

« Il... Detmold est aussi un homme qui apprécie les belles femmes, et... L’une de nos attributions, en tant qu’apprenti, est d’aller lui chercher de belles femmes... Si vous me donniez vos armes, je pourrais vous faire passer pour des esclaves, et vous permettre d’entrer dans l’enceinte du manoir. »

Ceci impliquait de lui faire confiance, et Rachel avait du mal à faire confiance aux autres. Elle regarda Zenobia, pour lui exprimer le fond de sa pensée :

« Tu connais mieux Nexus que moi, je te laisse décider. Si tu veux qu’on passe par en bas, je peux toujours nous y conduire avec mon armure. »

Patrick leur proposait deux moyens d’entrer dans la forteresse, mais il en existait peut-être d’autres, après tout.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Zenobia
Créature
-

Messages: 377


Lunatique & Lubrique


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #29 le: Juin 30, 2013, 11:33:05 »

Elles avaient pu récupérer l'armure de Rachel sans faire de mauvaises rencontres en chemin (gardes de la cité, voleurs, démons vicieux...). Etant donné ses maigres connaissances (tout est relatif) en matière d'"électronique" (un mot qui ne signifiait pas grand chose pour l'Elfe), le Gnome avait fait un travail remarquable et même si la construction n'était pas opérationnelle à 100%, elle avait été bien retapée. Rachel fut satisfaite et, après avoir payé le bricoleur-génie-alchimiste-etc..., le trio reprit la route.

Ils se dirigèrent vers les beaux quartiers de Nexus, situés en hauteur. L'Elfe y était déjà allée, à deux reprises. La première fois, ce fut lors d'une nuit de pleine lune ; elle était entrée par effraction dans la chambre d'un jeune homme qui lisait un livre à la lueur d'un chandelier : la tête qu'il avait fait quand il l'avait vue entrer ! Son effarement crut quand elle s'était débarrassée en un clin d’œil de ses vêtements pour ensuite se jeter sur lui, le corps brûlant, le regard enfiévré par le désir...
La seconde fois, ce fut durant l'anniversaire du capitaine de la garde, que les deux femmes avaient rencontrées tout à l'heure.

Après avoir montré patte blanche aux gardes du quartier, Zenobia, Rachel et Patrick se dirigèrent vers la demeure de Detmold : un joli manoir se tenant en haut d'une falaise. L'apprenti les informa qu'il était protégé magiquement et que passer par la porte était une très mauvaise idée.
Il y avait néanmoins deux voies possibles : soit escalader la falaise, soit se faire passer pour des filles de joie que Patrick amènerait à son mentor. Le problème de cette seconde option est qu'elles devaient confier leurs armes à l'apprenti.

Zenobia secoua la tête tout en souriant :

- Désolée mon grand mais je ne te fais pas confiance, du moins pas encore : qui nous dit que tu ne vas pas retourner ta veste une fois qu'on sera entrés ? Personnellement, je propose qu'on passe par les égouts : la demeure du mage doit certainement y communiquer et c'est peut être moins dangereux que de passer par la falaise ; l'escalade ne me pose pas de problèmes, toi, tu as ton armure mais Patrick, avec sa robe et son hum... agilité, il va sûrement se casser la figure.

Bien entendu, la voie des égouts était peu ragoutante, sans compter qu'on ne savait pas trop quelles saletés pouvaient bien arpenter ces galeries malodorantes (surtout quand la demeure d'un mage à moitie siphonné ne se trouvait pas loin).

- Enfin bon, c'est toi qui vois...

Zenobia n'avait pas une âme de chef de groupe, se contentant la plupart du temps de suivre le meneur.
Journalisée



Zenobia dans une scène banale de sa vie quotidienne (cliquer pour agrandir) :
Spoiler  

Tags:
Pages: 1 [2] 3 4 5
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox