banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2] 3 4 ... 10
 11 
 le: Octobre 18, 2018, 01:16:09  
Démarré par Mira Crone - Dernier message par Mira Crone
Pendant qu'elle attendait sa commande, Mira regardait par la fenêtre, perdue dans ses pensées. Elle repensait à ce que cette demoiselle lui avait dit plus tôt, comme quoi les pom-pom girls de Mishima étaient toujours à la recherche de nouvelles têtes, et qu'il n'était pas nécessaire d'avoir forcément un physique aussi avantageux que le sien pour être acceptée dans l'équipe. Être un pom-pom girl, c'était surtout de la souplesse, de l'équilibre et de l'aisance avec son corps selon la serveuse. Une fois la chorégraphie lancée, c'était l'effort et l'énergie de la danse qui suffisait à rendre belles chacune des filles. Dans ce cas, peut-être qu'elle pourrait faire partie de l'équipe.

Moi, une pom-pom girl ?

Danser au bord d'un stade dans un bel uniforme déchaînant les fantasmes, effectuer des acrobaties et faire ressortir ses charmes féminins en bougeant son corps... L'idée lui semblait ridicule, mais pourtant elle nourrissait l'espoir d'y arriver. Ce serait la première fois qu'elle se lancerait dans une activité ''normale'' pour une fille de son âge. Elle savait qu'elle avait les compétences physiques requises, mais elle doutait tellement de son apparence qu'elle ne s'imaginait pas aller se donner en spectacle devant tout un stade. Elle croyait en avoir fini avec ses complexes depuis sa première nuit avec Eris, mais apparemment ils n'avaient pas encore tous disparus.

Plongée dans ses interrogations profondes, Mira ne vit pas le temps passer malgré l'attente dû à la période de rush. La serveuse lui amena son café au lait, sur lequel était écrit « Mira ». Les lettres avaient été tracées avec du chocolat fondu.

« Merci. »

La lycéenne prit sa tasse et commença à boire son café. Dès la première gorgée, elle sentit quelque chose d'étrange. Ce café était étonnamment savoureux, bien plus que ce à quoi elle s'était attendu. Il avait un goût doux et sucré, un vrai régal. Il était même tellement bon qu'elle l'avala très rapidement, et se lécha les babines à la fin. Quand la serveuse revint la voir pour prendre la tasse vide, la jeune fille lui fit part de sa joie.

« Ce café était incroyable. Qu'est-ce que vous mettez dedans ? »

Selon elle, il n'y avait que du café, du lait et du chocolat.

« Eh bien c'est délicieux en tout cas. J'en voudrais un autre s'il vous plaît. »

En arrivant, Mira pensait juste rester le temps d'un café et ensuite rentrer au dortoir, mais quelque chose dans cette boisson l'avait décidée à rester. En plus, comme l'un des membres du club de pom-pom girls était ici, elle pourrait essayer de discuter avec elle sur son désir secret de rejoindre l'équipe.

Quand son deuxième café arriva, la lycéenne en avala une première gorgée puis reposa la tasse. Elle avait envie de le descendre d'une traite mais se faisait violence pour prendre le temps de savourer son goût. Elle était même tellement concentrée sur ce café qu'elle ne remarquait pas encore que ses vêtements commençaient à la serrer, ni que son envie de devenir pom-pom girl se faisait de plus en plus intense malgré ses appréhensions.

 12 
 le: Octobre 18, 2018, 01:09:41  
Démarré par Veronika McRaven - Dernier message par Veronika McRaven
Veronika n'était que plaisir, ne vivait que pour le plaisir ! Elle gémit, enchaine les orgasmes et bave toujours autant. Même enculée aussi sauvagement elle prend son pied comme jamais, en fait, peut-elle encore ressentir autre chose ? Non ! Elle n'y pense même pas et reste une machine à vider des couilles ! Elle se laisse étaler sans même protester appréciant encore plus la pénétration écrasante, brutale, sauvage ! Elle grogne de plaisir et adore toujours autant, même après une demi-heure elle en voulait encore ! Et quand sa maitresse changeât pour son vagin elle continua de hurler de plaisir, de mouiller comme une fontaine et la sentant se vider jouit avec elle et se laisse gonfler tranquillement. Elle n'est faite que pour cela, vider des grosses burnes !



- Oh oui maitresse, merci maitresse, je suis ravie de vider vos couilles.

 13 
 le: Octobre 18, 2018, 12:31:38  
Démarré par Axle Mercury - Dernier message par Anéa
Tout baigne pour moi ! Tu peux filer jouer !
Rebienvenue !

 14 
 le: Octobre 18, 2018, 12:26:47  
Démarré par Axle Mercury - Dernier message par Cassidy Green
re bienvenue Grimaçant

 15 
 le: Octobre 18, 2018, 07:50:33  
Démarré par Sya - Dernier message par Mélinda Warren
Mélinda était inhabituellement attentive, douce... Et bienveillante. Vanillia en souriait légèrement, très amusée par la situation. Elle traitait Sya comme une sorte de fragile poupée de porcelaine, alors que l’Ange de la Luxure, en temps normal, pouvait se faire sévèrement baiser par Mélinda et par les autres femmes du harem. Des séances de sexe redoutables, exigeantes, où Sya se faisait prendre pendant des heures avec des chibres énormes, voire avec des tentacules épais. Mais là, Mélinda traitait Sya comme si la plus petite gifle sur son délicieux cul pourrait l’amener à perdre le bébé. En soi, le bébé n’avait rien à craindre d’une surcharge d’amour. Vanillia connaissait bien des femmes au harem qui, même à la veille de leur accouchement, continuait à se faire prendre en levrette. Au harem, les esclaves enceinte étaient extrêmement appréciées des clients, mais aussi de Mélinda, qui aimait caresser leurs ventres bien ronds, et sentir les mouvements du bébé à l’intérieur. De fait, elle revenait très souvent caresser machinalement le ventre de Sya.

La vampire faisait face à son propre bébé. Son petit miracle, qui barbotait dans le ventre de Sya. Un bébé très particulier, comprenant son ADN, celui de sa femme, celui de Sha, et celui de Sya. Difficile de dire ce que ce mélange détonant allait donner, mais Mélinda avait particulièrement hâte de pouvoir tenir Elisabeth entre ses bras. Il restait néanmoins, sur cet océan de bonheur, ce ciel agréable, un nuage sombre : la volonté de Sya de former plusieurs familles. Celle-ci indiqua d’ailleurs qu’elle comptait retourner voir sa famille celkhane, et Mélinda acquiesça.

« Je ne compte pas ter lâcher si facilement, Sya, tu portes mon enfant... Et j’ai eu tellement de mal à avoir un bébé que je compte veiller scrupuleusement sur toi ! »

Elle n’allait pas laisser un petit enfant risquer la vie de sa Elisabeth, par exemple en sautant sur le ventre de Sya, ou Dieu sait quoi... ! Vanillia décida de les laisser seules, expliquant qu’elle allait faire quelques activités au sien du temple de Sha. Les deux vampires s’embrassèrent une dernière fois, puis Vanillia embrassa Sya, avant de filer. Mélinda et Sya restèrent ainsi ensemble. Si Sya était habillée d’un ensemble tout blanc, Mélinda, elle, avait remis sa traditionnelle robe dorée, Sya venant l’aider à l’enfiler.

Mélinda et Sya marchèrent ensuite à travers les couloirs du temple, et la vampire en profita pour revenir au sujet essentiel :

« Tu sais, Samara m’a appris que Caelestis avait été attaquée, récemment. Je sais que tu hésites à venir sur Ashnard, mais... Enfin, je ne voudrais pas te donner le sentiment d’insister là-dessus, mais je pense vraiment que ce serait mieux... Je comprends les hésitations de ta femme, mais tu es bien placée pour savoir que les enfants qui sont éduqués dans mon harem ne craignent rien, et mènent une vie heureuse. »

Tous ne devenaient d’ailleurs pas des prostituées. Sya avait ainsi pu voir que le harem de Mélinda comprenait aussi des avocats, et d’autres individus qui avaient choisi de vivre hors du harem. Et il n’y avait rien à craindre sur la sécurité des lieux, car le harem était très bien protégé. Mélinda insistait donc, ce qui ne devrait surprendre personne, car elle était, après tout, une femme très têtue, et même assez bornée.

« Et puis, Elisabeth voudra être proche de ses demies-sœurs, tu sais... Je sais que tu n’as pas envier qu’elles vivent dans un pays qui tolère l’esclavage, mais... Sur Caelestis, elles vivront dans un pays qui déteste les hommes, ce n’est pas l’idéal non plus. »

La vampire n’avait jamais caché avoir un côté familial très prononcé, ce qui l’amenait souvent, quand elle amenait une fille à rejoindre son harem, à étendre ensuite cela au reste de sa famille. Il était donc normal qu’elle revienne sur sa proposition d’inviter la famille celkhane de Sya à venir vivre chez elle !

 16 
 le: Octobre 18, 2018, 02:24:43  
Démarré par Axle Mercury - Dernier message par Axle Mercury

On n'arrête pas le progrès. C'est comme ça, l'homme évolue à une vitesse fulgurante. Il y a quelques décennies, personne n'aurait imaginé que tout le monde puisse avoir un téléphone en poche. Que tout le monde pourrait s'en servir pour jouer, prendre des photos, aller sur internet. Personne n'aurait imaginé qu'internet ne devienne aussi omniprésent dans le quotidien. Il y avait eu la messagerie instantanée, l'essor des réseaux sociaux, même l'émergence du tactile, la réalité augmentée, la réalité virtuelle.
Bienvenue dans l'ère du numérique, l'époque qui m'avait mis au chômage. On a beau être le messager le plus rapide et le plus efficace au monde, on ne peut pas aller plus vite qu'un texto groupé, une notification, ou une mention sur un chat. Aujourd'hui, quand vous entendez "Hermès", on ne parle plus du messager, ou même de communication. On vous parle prêt-à-porter, produits de luxe. C'est mon nom qui sombre petit à petit dans l'oubli.
Il faut savoir se recycler. Il faut savoir passer le flambeau. Il faut savoir admettre sa défaite. Et puis, après tout, pourquoi pas, disparaître.

J'ai toujours été ainsi, je ne tiens pas en place. Voir le monde changer ainsi sans pouvoir y faire quoi que ce soit me fascinait et me terrifiait. Nous autres Olympiens sommes sur le déclin. Les hommes ne nous prient plus, nous sommes passés de culte à croyance et de croyance à culture populaire. Dans un monde de sciences et de technologies qui avancent constamment, les Dieux n'auront bientôt plus aucune place.

C'est cette appréhension qui m'a poussé à accepter la modernité, et à quitter les miens. J'ai toujours eu cette image de jeune énergique, ce tempérament volage, et il m'a fallu en jouer. M'imposer une traversée du désert, un voyage, en quête de reconversion, de renouveau. L'univers est incroyable en soi qu'il peut nous engloutir, à tout instant, et même un Dieu ne peut lutter contre ça. Et je me dois de réagir en conséquence, par crainte d'être le premier parmi le panthéon à être oublié de tous.

J'ai donc troqué mon Caducée pour un nouvel attribut, l'OphIoS, un smartphone de ma conception. Et je suis allé me mêler aux hommes en quête d'une solution, d'un avenir, un renouveau pour moi et les miens. C'est ainsi que je suis arrivé, comme guidé par le destin, à Seikusu, capitale non-officielle du surhumain.
J'avais eu pour premier projet de reprendre mes anciennes activités de voleur. Hélàs, le vol n'avait plus le même sens, lui non plus. On en faisait des tonnes sur la sécurité, la télésurveillance, les capteurs de mouvements, mais le fait est qu'il n'y avait plus rien d'humain et d'excitant dans ce que je considérais jadis comme le meileur des métiers. La vérité c'était que l'homme comptait beaucoup trop sur la technologie, et que je l'avais déjà étudiée en profondeur. L'ère était aux arnaques, aux politiciens véreux, aux détournements de fonds. Les casses, les braquages, n'avaient plus aucun intérêt. L'homme s'était prémuni à coup d'assurances, de garanties. "Sers-toi dans la caisse, la maison couvre les risques". Le faussaire qui m'avait fourni des papiers d'identité humains semblait toujours avoir la foi dans ce secteur d'activités. J'avais trouvé du réconfort à le voir croire en ce que moi-même je ne croyais plus.

Voilà donc ce que disait ma carte d'identité, Axle Paul Mercury, né en 1996, à Seikusu, d'origine américaine. Un mètre soixante douze, soixante cinq kilos.
Il m'avait donné à peine vingt deux ans, à cause de mon apparence juvénile. Il faut dire que j'avais l'air dans la fleur de l'âge, et le doux minois d'un jeune homme qui vient de terminer sa croissance. Mes cheveux blonds platine étaient à l'image de ceux de mon père dans sa prime enfance, lisses, fins et soyeux. Ma barbe claire était toujours impeccablement rasée, mes yeux d'un bleu chatoyant comme du quartz étaient vifs et exempts de toute ride ou cerne. J'étais la définition même du beau gosse, la splendeur de la jouvence. Mon corps était celui d'une divinité, sculpté avec les courbes les plus exquises, pourvu d'une musculature finement dessinée et d'un fessier à en tomber par terre. J'avais quitté il y a longtemps la toge et les sandales ailées pour des tenues qui allaient de pair avec mon apparence athlétique et mes habitudes, favorisant les survêtement et les baskets, qui soit-dit en passant étaient bien plus adaptées à la course que tout ce que j'avais porté auparavant. En complément, j'affectionnais souvent les rollers, et les poches secrètes dans les doublures et revers de mes vêtements.

Restait à me trouver un nouveau secteur d'activité, et je ne souhaitais pas me lancer dans quelque chose de trop ambitieux. Je choisis d'ouvrir un service de relai et livraisons à Seikusu, qui me servait de base et d'interface. J'avais trouvé un petit local professionnel dans le centre-ville où m'établir avec un appartement confortable à l'étage dans lequel je m'installais. L'endroit était lumineux par son éclairage naturel, et sa vue sur la zone urbaine, faute d'être belle, avait un côté pratique.
La véritable activité de ma start-up n'était pas vraiment la livraison, mais servait un tout autre motif:  assister les êtres surnaturels à Seikusu. Les aider à trouver un logement, un emploi, à mettre à profit leur pouvoir, ou simplement à le contrôler. Je voulais retourner aux fondamentaux des Dieux, guider, aider les autres, les protéger. Une façon d'obtenir la confiance, et donc la foi. Le temps n'était plus aux cultes, mais aux institutions. A terme, j'espérais même que l'agence ne m'aide à créer et former de nouveaux Héros. Superman est le nouveau Hercule, mais la prochaine génération porterait ma patte.

Compléments

L'OphIoS: Un smartphone qui fait office de nouvel attribut divin à Hermès. Ce petit bijou technologique dispose d'une I.A digne de Tekhos, d'un espace mémoire gigantesque rempli d'applications diverses (comprenant un compte Instagram et un programme de hacking, ainsi qu'Angry Birds) et d'un système de contacts éidétique: en d'autres termes, si le téléphone a accès a une photo, un nom ou une information spécifique sur une personne, il en obtient automatiquement le numéro, l'adresse mail, et l'adresse postale de cette personne. Hermès y a ajouté un moteur de recherche couplé à l'I.A, qui ferait passer Google pour le Démineur de Windows 98. Rien que ça.

L'agence Messeji: l'entreprise fondée par Hermès, et dont il est le seul membre actuel. Le nom de la boîte a été choisi pour correspondre à Seikusu et possède une licence officielle de relai postal. L'agence sert en secret à recenser et orienter toutes les personnes surhumaines de Seikusu.

Son réseau: Lorsqu'Hermès a fait forger son identité en tant que mortel, il a fait la rencontre d'un certain nombre de personnes avec qui il a gardé le contact: un faussaire pour les papiers d'identité, un contrebandier d'objets étranges et non-terrestres, un garagiste douteux, un agent immobilier, etc.

Du point de vue légal: Hermès n'est pas totalement blanchi de toute activité criminelle, même s'il cherche à former des justiciers. Il pratique toujours le vol de véhicules et est friand de courses de voitures clandestines.

Sa nature divine: Exilé volontaire ou non, Hermès n'en demeure pas moins le Dieu le plus rapide de tout Olympe. Et comme tout Dieu, il est une entité à part, un être par-delà le vivant capable de changer de forme et d'accomplir des miracles. Il se dégage de lui un charisme naturel dû à sa condition et la chance l'accompagne où qu'il aille. A l'instar des autres divinités, il est un être éternel capable de prodiges dans tous les domaines. Cependant il a senti son pouvoir décliner au fil du temps et craint à présent de disparaître à jamais, victime de l'incroyance.

L'orientation sexuelle: Hermès était consideré comme le dieu gardien des prostituées, et de ce fait ne se garde pas de les visiter. Il est également le père d'Hermaphrodite, pour qui il éprouve énormément d'affection (quand bien même il reproche à Aphrodite son manque de créativité, quand elle nomma le marmot) et en ressort une certaine expérience que ce soit avec les hommes, les femmes, ou les deux. Le Dieu est frivole, et ouvert à toutes les nouvelles expériences.

Je reconnais avoir pris connaissance du contenu du topic sur le traitement automatisé des données personnelles qui est fait par l'hébergeur de LGJ.

 17 
 le: Octobre 18, 2018, 01:30:16  
Démarré par Doutzen Kroes - Dernier message par Doutzen Kroes
Félicia sourit devant les propositions indécentes de sa femme. Aoki était, comme à son habitude, très vicieuse. Quant à Doutzen, après ce qu’elle avait vécu ce soir, elle avait bien conscience qu’elle était loin d’en avoir fini avec ces deux femmes. Et elle avait envie de continuer, d’ailleurs, ce que les deux Maîtresses avaient bien compris. Félicia réfléchissait un peu sur la suite. Aoki et Félicia avaient déjà prouvé à Doutzen qu’elles n’avaient que peu de limites. Elles avaient humilié la jeune femme, l’avaient même torturé en la fouettant, en la battant, en allant même jusqu’à lui uriner dessus. Mais, loin de leur en vouloir, Aoki les regardait avec des yeux brillants, en se dandinant doucement sur place, impatiente, assoiffée. Devant un tel élan, Aoki proposa alors de la faire boire... Ce qui fit sourire Félicia.

La jeune lycéenne était très bien placée pour connaître l’hermaphrodisme, puisque c’était elle-même qui avait donné à Aoki des pilules roses. Félicia sourit donc, et hocha la tête.

« C’est une bonne idée, ma chérie. »

Félicia se déplaça alors. Doutzen avait désormais un collier autour de son cou, avec une laisse. Elle n’était pas encore totalement déguisée en chienne, mais en avait bien l’apparence, car elle suivit les deux femmes à quatre pattes, et rejoignit la chambre conjugale de Félicia et d’Aoki. Silencieusement, Doutzen, tout en ressentant une furieuse excitation, aperçut plusieurs tableaux montrant les deux femmes, souriant tendrement en se promenant au parc, ou s’embrassant ensemble. Elles avaient sûrement des photos plus coquines, mais qu’elles gardaient ailleurs... Doutzen avisa également une photo avec quatre femmes.

Il y avait Félicia, Aoki, ainsi qu’une femme à la chevelure rousse, que Doutzen reconnut comme étant Isley-sensei, accompagnée d’une autre femme, à la peau pâle, avec une belle chevelure blonde, et un large sourire sur les lèvres, désignant l’objectif en faisant le « V » de la victoire avec ses doigts. Doutzen aurait bien aimé envie d’en demander plus, mais on lui mit alor sun bandeau sur les yeux. Elle entendit les deux femmes glousser, avant de la laisser là, et partirent.

*Que font-elles ?!*

Se pinçant doucement les lèvres, Doutzen dut attendre un moment. Elle se demandait bien ce qui allait se passer quand des talons claquèrent devant elle. Elle frémit en constatant que les deux femmes revenaient, et son bandeau lui fut ôté. Elle put voir ainsi deux paires de jambes gainées de collants en latex. Félicia avait des collants noirs, Aoki des collants blancs, ainsi que des gants de la même couleur, et également en latex... Et rien d’autre, si ce n’est, pour chacune, un chibre bien dressé, pointant vers le visage de Doutzen.

Déglutissant devant ses deux Maîtresses, Doutzen sentit son corps frémir à nouveau. Oh, tout ça était furieusement excitant !

« Alors, qu’est-ce que tu attends, hm ? Nos queues attendent ta bouche... »

Doutzen acquiesça, et se redressa un peu... Puis commença par prendre dans sa bouche la queue d’Aoki. Elle y alla doucement, en commençant par caresser son membre avec sa main, et le lécha, donnant de petits baisers dessus. Elle se frotta délicatement dessus, et l’embrassa encore, avant de commencer par le prendre en bouche, relevant les yeux pour regarder sa Maîtresse, et déplaça sa main libre pour masturber le sexe de Hardy-sensei.

« Hmmm... Hnnnnn... »

Elle espérait bien que sa Maîtresse aimerait ce qu’elle lui faisait, car Doutzen comptait bien être à la hauteur des deux femmes face à elle !

 18 
 le: Octobre 18, 2018, 01:21:57  
Démarré par Bertrand Larousse - Dernier message par Cassidy Green
Bienvenue Grimaçant

 19 
 le: Octobre 18, 2018, 01:21:14  
Démarré par Bertrand Larousse - Dernier message par Kõya Breathless
Si l'explication d'Alice te conviens et si tu veux changer tu peux. Mais, je te demande quand même de corriger un bon coup ta présentation.
Il y a pas mal de faute que tu pourrais éviter avec Word ou même Scriben : https://www.scribens.fr/
Comme je te l'ai conseillé.

Autant sur les mots sans majuscules après les points, les accords, les verbes qui ne sont pas tous au même temps.
Cela permet de rendre ta lecture beaucoup plus agréable ^^


 20 
 le: Octobre 18, 2018, 12:28:32  
Démarré par Bertrand Larousse - Dernier message par Princesse Alice Korvander
Les mondes sont connectées, et la contrebande existe, oui, mais, sur Terra, elle se fait plus à hauteur des technologies tekhanes, qui sont contrefaites dans d'autres royaumes. Toutefois, cette contrebande est assez marginale, et très encadrée, car les Tekhanes n'hésitent pas à intervenir en personne quand elles découvrent une utilisation prohibée de leur technologie. Et, quant à la contrebande Terre-Terra, elle se fait surtout dans le sens de Terra vers la Terre : runes magiques, esclavage, etc...

Après, voilà, tu peux considérer que ton personnage utilise des armes à feu à Nexus, mais il ne le fait pas dans un cadre légal, tout simplement.

Pages: 1 [2] 3 4 ... 10
Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox