banniere
 
  Nouvelles:
Une nouvelle édition de la Gazette LGJ est disponible !

Vous pouvez y accéder ici.



De nouvelles lois européennes rentrent en vigueur, informez vous ICI.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2] 3 4 ... 10
 11 
 le: Juin 18, 2018, 10:49:51  
Démarré par Sha - Dernier message par Sha
Sha avait conseillé à Kiriko de se méfier de Namoria. Elle lui avait expliqué que Namoria appartenait à un puissant clan de succubes de la Luxure, mais qui, d’après ses dernières informations, était un clan rival du clan Magoa. Or, le clan Magoa était un allié ancestral de Sha. C’était elle qui avait hébergé Onyxian quand elle avait été bannie de son clan, et lui avait permis d’améliorer ses pouvoirs, et, en définitive, de se venger de ses sœurs, et de devenir la Matriarche du clan. Elle était donc dangereuse, trop dangereuse pour que Kiriko lui fasse confiance aveuglément. Certes, elle était sans doute la moins dangereuse des trois autres, mais Kiriko devait partir du principe qu’elle n’avait aucun allié ici.

Namoria sourit sensuellement à Kiriko, et lui fit un clin d’œil. Le commentateur se mit ensuite à parler, commentant le déroulement de la Septième Épreuve :

« Gabriel Lockwood, Mesdames et Messieurs, était un célèbre mage-alchimiste de Wallündrill ! Vous en avez sûrement entendu parler, non ? Il était sur les traces de la conception de la Pierre de Réalité, une pierre permettant de modifier les règles les plus élémentaires de la réalité ! Lockwood, voyez-vous, s’était spécialisé dans la transformation de la matière, et dans la transmutation. C’était un redoutable érudit, très apprécié à Wallündrill, ou, du moins, dans les milieux intellectuels de notre glorieuse ville... »

Encore un nom qui ne disait rien à Sha. Gabriel Lockwood... Elle devrait sans doute se renseigner sur lui. Il était impressionnant de voir le potentiel que la région de Wallündrill abritait pour héberger régulièrement le Tournoi des Douze Épreuves. Le commentateur ne tarda pas à reprendre ses explications :

« À la fin de sa vie, Lockwood était terrassé par une nécrose qu’il avait malheureusement contracté en faisant des explorations dans une nécropole. Misanthrope, il avait continué à poursuivre ses études dans son manoir, une maison de Wallündrill qui est rigoureusement fermée au public. Un beau jour, cette maison a tremblé sur place. Des éclairs dansaient le long des fenêtres, et Lockwood s’est retrouvé comme éjecté de sa maison, atterrissant nu dans une ruelle proche, le corps recouvert de fumée. Il ne fit que quelques pas avant de mourir. Étrange, n’est-ce pas ? Bien sûr, bien sûr, les autorités de l’époque ont enquêté ! L’autopsie pratiquée sur le corps de ce vieux fou a déterminé qu’il avait été tué d’une overdose magique circulant dans ses veines. En revanche, concernant le manoir... Voyez-vous, juste avant de mourir, Lockwood a répété à maintes reprises aux passants qu’il avait réussi à finaliser la Pierre. De tels propos ont déchaîné les passions... »

Une pierre capable de modifier la réalité... Sha pouvait comprendre l’emballement suscité par un tel objet, mais elle avait toujours cru à une légende. Modifier la réalité était quelque chose de très difficile, et, surtout, d’extrêmement dangereux. Ce n’était clairement pas une chose qu’il fallait faire à la légère, et, manifestement, ce Lockwood s’y était risqué. Poursuivant ses explications, le présentateur expliqua que jamais personne n’avait réussi à mettre la main sur le trésor de Lockwood... Car, depuis sa mort, sa maison avait été comme transformée, déformée de la réalité.

Rien de bon pour Sha, qui avait l’impression d’avoir une sorte de remake de Rose Red.

« Un labyrinthe spatio-temporel ! Voilà ce qui vous attend ! Pour réussir l’Épreuve, rien de plus simple... Trouvez le trésor de Lockwood ! »

Les quatre candidats se téléportèrent alors, et Kiriko arriva devant son épreuve, et allait vite comprendre que cette Épreuve allait être un sacré casse-têtes...

...Car elle venait d’arriver devant un labyrinthe vertigineux d’escaliers mobiles !

 12 
 le: Juin 18, 2018, 09:11:44  
Démarré par Yuka/Yuko Karistal - Dernier message par Luna Karistal

 13 
 le: Juin 18, 2018, 08:01:47  
Démarré par Bayonetta - Dernier message par Lucie Backerlord
En la voyant agir de cette manière aussi importune, je décidais de passer à l'offensive. Cela ne sous entendait pas que je détestais me faire claquer le cul, loin de là. Au contraire, j'adorais cela, quand c'était bien fait, évidemment. Et mine de rien, elle savait s'y prendre, la petite. Après tout, elle devait être comme moi, avoir plusieurs siècles sous le capot. Cela aidait pas mal dans de tels moments. L'expérience jouait pas mal, et cette dernière ne pouvait s'acquérir que de deux manières. Avec l'âge, mais aussi avec la pratique. Une débutante ne saurait pas du tout comment le faire de la bonne manière. Il fallait déjà savoir observer, être attentive aux réactions de l'autre, et s'y adapter. Sans adaptation, pas de chance de réussite, même avec de l'expérience et de la pratique. Je la laissais donc me claquer le cul, mais en passant à l'offensive. A chaque fois qu'elle le ferait, mes mouvements du bassin seraient de plus en plus brutaux.

Et c'était ce que je fis. Je mis mes pensées à exécution. Pour chaque claque, mes coups de bassin devenaient de plus en plus puissants, mon bassin tapait tellement contre le sien qu'au final, mes gémissements n'étaient pas assez puissants pour camoufler le bruit de nos bassins. Et ce genre de bruit avait le don de m'exciter au plus haut point. Ce qui amenait à un but unique. Me faire aller de plus en plus vite. Elle avait me claquer le cul, je n'allais pas lâcher le sien pour autant. Je le malaxais tellement qu'il ressemblerait bientôt à de la pâte à pain. Mais si cela la dérangeait, elle me l'aurait fait savoir, d'une manière ou d'une autre, donc je n'avais pas grand chose à craindre.

- Très chère, ne sois pas vulgaire, c'est mal, et je n'ai guère envie de devoir te laver la bouche avec du savon.

J'avais beau essayer de parler d'une façon correcte, mes gémissements trahissaient mon état d'esprit. Je n'allais plus tenir très longtemps, et j'en étais suffisamment consciente, cependant, je n'allais pas aller moins vite pour autant. Une fois à mon régime maximal, il ne me restait que quelques secondes d'endurance, avant de basculer de l'autre côté du miroir. Mais il n'était pas vraiment question de battre des records d'endurance, loin de là. Je pourrais très bien utiliser mes pouvoirs pour ralentir le temps, mais je détestais tricher à ce sujet. Après de très longs gémissements, je venais me taire, venant mordiller la peau de son cou, alors que je m'immobilisais totalement, me laissant fortement aller en elle, avant de pousser un long gémissement de bien-être une fois tout ceci fait. J'étais réglée comme une horloge. Ma poitrine, collée à celle de Bayonetta, venait lentement se soulever et se baisser, alors que je tentais de reprendre un rythme cardiaque stable.

 14 
 le: Juin 18, 2018, 06:59:28  
Démarré par Vicky Mc Creedy - Dernier message par Kahoss
Contrairement à beaucoup de ses congénères, Kahoss était un Démon très séduisant et il n’avait jamais de mal à obtenir ce qu’il voulait. Rares étaient les fois où il en était arrivé au viol, mais ce n’était jamais parce que les victimes n’avaient pas voulu de lui, c’était pour d’autres raisons, notamment, punitives, dans le cas d’Amanda. Ce n’était pas le moyen ultime d’assouvir ses désirs mais une arme psychologique, brisante, dominante.

Mais apparemment, même si ces cas étaient rares, le viol d’Amanda avait été une fois de trop. Kahoss en était réduit à devoir accepter d’être considéré comme une sous-merde pour satisfaire la vengeance de cette pathétique mortelle.

- Oui, Maîtresse ! 

Courbant l’échine et se mettant à quatre pattes après avoir ôté tous ses vêtements bien abîmés et tâchés de sang démoniaque, révélant un corps sec et musclé, très bien membré, il exécuta les ordres de la Succube, s’imaginant déjà les traitements qu’il fera subir à cette dernière et à sa commanditaire. Cela dit, il ne détestait pas complètement se retrouver soumis à cette délicieuse créature de qui émanait une intense énergie sexuelle, cette même énergie contre laquelle il ne pouvait pas grand-chose.

- Pardonne moi… Amanda… Je suis désolé… Je ne suis qu’une merde, moins sensée qu'un chien en rut et qui ne mérite que les pires traitements...

Là pour le coup, il n’aimait pas du tout se rabaisser ainsi, surtout pour une vulgaire Humaine et cela lui coûtait beaucoup de prononcer de telles paroles, au point qu’il en grimaçait chaque fois qu’il baissait la tête afin que ni la Succube, ni Amanda ne puissent voir l’expression de son visage. Par contre, les menaces de la Succube l’amusèrent quelque peu. Si elle savait. Kahoss appréciait aussi bien les femmes normalement constituées que les femmes pourvues d’un service trois pièces et il avait pas mal pratiqué. Certes, elle serait peut-être capable de le pénétrer avec une bite dont la taille dépassait tout ce qu’il avait pu ressentir, mais au moins, ça ne lui ferait pas aussi mal que si c’était la première fois qu’il se faisait pénétrer.

Kahoss resta à quatre pattes, la tête baissée vers le sol, les yeux fixés sur les bottes de sa soudaine Maîtresse dont il ne connaissait pas le nom, attendant la suite des événements. Les morceaux de verre étaient toujours incrustés dans sa peau et son sang coulait à fines larmes depuis chaque plaies, mais ce n’était rien pour lui. Seule l’intense douleur qui lui déchirait les entrailles à cause du collier accaparait ses pensées, mais il persistait à ne pas pleurnicher, ni gémir, serrant les dents pour endurer sa douleur.

 15 
 le: Juin 18, 2018, 06:45:45  
Démarré par Tyranda Ravenborn - Dernier message par Tyranda Ravenborn
J'étais contente. Je faisais absolument n'importe quoi avec ma setlist, mais par moments, suivant les endroits où l'on se trouvait, il était primordial de faire des entorses à cette dernière, par pure envie. Et c'était mon cas. Je l'avais fait, simplement parce que j'en avais envie. Il fallait souvent suivre ses envies, et c'était ce que je faisais, en permanence. Au moins, j'étais fidèle à moi-même. Le contraire serait bien plus choquant, étant donné ma manière de voir les choses. A la toute fin, j'improvisais pendant quelques instants, avant de suivre le cours de ma setlist. Tout le reste serait bien plus conventionnel, quelque plus convenu, mais je n'en avais rien à faire. Je faisais mes setlist de manière à ce que chaque chanson suive la précédente de manière harmonique. Il fallait que les notes concordent, pour que tout semble naturel. On ne pouvait décemment pas faire une setlist n'importe comment.

Je faisais une entorse à mon principe de setlist, car je devais reprendre le cours normal des choses, la transition semblait donc moins naturelle. Mais j'allais me rattraper par la suite. Le reste allait suivre de manière totalement naturelle. Je débranchais donc ma pédale émulant un synthétiseur, et je reprenais mes compositions. La suivante était l'une des plus récentes, mais surtout l'une des plus violentes que je n'avais jamais composée. Cette chanson ne se chantait pas à une voix, mais à deux, afin d'ajouter de la puissance. Je le laissais donc chanter sur le premier couplet, avant d'apposer ma voix avec la sienne sur tout le reste de la chanson. Je la jouais toujours de la même façon. Sans médiator, simplement avec les doigts. Mes doigts attaquaient les cordes d'une manière tellement brutale que des doigts non exercés morfleraient. Mais ce n'était pas mon cas. Et cela ajoutait de la puissance au son, ce que je recherchais à tout prix.

Durant le solo entier, j'étais à genoux, adoptant une technique très simple dans les faits, mais assez complexe à apprendre pour un débutant. Du shred. Il suffisait simplement de jouer de nombreuses notes, de manière très rapides, sur plusieurs cordes. Mais la rapidité ne servait à rien si les notes ne suivaient pas une logique harmonique. Étant perfectionniste au plus haut point, je me devais de rechercher l'harmonie dans ce que je faisais. Évidemment, le shred était davantage présent dans la sphère Metal, et beaucoup moins dans le Grunge, mais j'aimais expérimenter des choses.

 16 
 le: Juin 18, 2018, 06:24:22  
Démarré par Vicky Mc Creedy - Dernier message par Vicky Mc Creedy
Il s'était fait avoir comme un gros naze ouais ! Le pauvre petit démon tout choupinet ! Il n'avait plus qu'à obéir à présent, au moins jusqu'à ce que la cliente de sa tortionnaire soit satisfaite ! Le succube était démoniaque, de par nature, mais aussi dans sa façon d'agir contre son confrère démon. Et pour le moment le grand démon, souffrait le martyre par le sort de sa future meilleure amie ! Sa maitresse en fait des dires du succube, mais pour le moment il n'avait pas encore totalement plié et elle souriait attendant son heure. Il tentait de le cacher, mais elle pouvait lire sur son visage tous les signes de l'intense douleur, et s'il guérit vite, c'est tant mieux ! Car ainsi elle peut infliger encore plus de souffrance !

Et même si elle ne lisait pas ses pensées, elle comprenait presque que ce jeune démon n'avait appris qu'un seul penchant des démons. Et il ne semblait même pas le maitriser à la perfection, lui qui violait encore et encore. Finalement, il faisait plus humain que démon, voilà pourquoi il était une honte. Nombre d'humains pouvaient faire ce qu'il faisait, et sans avoir un seul de ses pouvoirs. Elle frappa de son fouet, souris encore, elle par contre, avait une façon de voir les choses. Le sexe était présent dedans, mais ce n'était qu'un des multiples outils qu'elle peut employer pour faire plier la volonté d'autrui. Il faisait bien de serrer les dents, car les coups suivants se firent avec l'embout de métal au bout du fouet augmentant grandement toute douleur !

Elle de son côté prenait plaisir à le voir souffrir, son coté démon sans aucun doute. Et elle n'était pas idiote au point de lui laisser du repos, les coups suivaient les uns après les autres. Et la douleur, la brulure continuait de s'étendre dans son corps, il devait suer, son sang brulait fortement de l'intérieur. Pire, ça devait commencer à démanger maintenant que ça atteint le derme de sa peau. Elle l'écoute alors parler, se demandant dans le fond si ça suffira, elle sourit, mouille d'envie et pointe sous sa tenue. Puis elle se penche sur lui, le soulève d'une main, force vampirique cette fois, et le regarde fixement.

- Tu n'as rien compris, c'est maitresse pour toi ! Espèce de merde !

Elle le jeta à travers le salon, il se prit au vol le haut d'un des canapés, puis chute sur la table en verre qui se brisa, il reçut des éclats dans le dos, sur les bras, les mains, les cuisses... Ce n'était pas joli à voir, mais pour elle, cela semblait être succulent. Ses ailes déployées elle arriva dans son dos en un éclair, lui tire les cheveux à l'avant du crâne et lui montre le marqueur de scrutation. Depuis le début il est observé, par qui ? Oh, maintenant il devait le comprendre, par la dernière, ou l'une des dernières, de ses victimes.

- Excuse-toi pauvre merde, et met toi à poil, ensuite à quatre patte, dis-lui que tu n'es qu'une merde, moins sensée qu'un chien en rut et qui ne mérite que les pires traitements...

Puis elle lui murmure à l'oreille :

- Et cette fois, tâche de ne pas oublier la politesse envers ta maitresse... Sinon je te jure que je t'encule direct avec le plus gros chibre que je puis me faire pousser...

Enfin elle le jette vers le sol et lui écrase encore la face dans les bris de verres, avant de le lâcher et rester dans son dos bien droit tendant le fouet entre ses deux mains prêtre à le ravager de coups s'il ne s'exécute pas rapidement. Ce qui, dans son état, sera pénible et difficile... Mais peut-être que s'il ne faisait plus d'erreur... Il serait récompensé...

 17 
 le: Juin 18, 2018, 05:43:46  
Démarré par Black Widow - Dernier message par Katerina Kayser
- Tant pis pour toi, ma chérie. Mais je vais jouer franc jeu avec toi. Je ne rate jamais ma cible, qu'elle soit mobile ou non. Je te laisse 2 minutes tranquille. On va voir comment tu vas te débrouiller à deux contre un.

Katerina avait un sourire on ne peut plus satisfait sur ses lèvres. Elle avait suffisamment de balles pour la tuer un certain nombre de fois. Elle s'allumait une nouvelle cigarette en ricanant, avant de sauter dans le vide, la laissant seule, avant de se rattraper une nouvelle fois de manière brutale à la grue. La jeune femme n'avait plus qu'à se laisser glisser, et lui laisser donc les deux minutes de répit qu'elle avait promis. La Russe était du genre à tenir parole, quand cela l'arrangeait. Une fois planquée dans un endroit assez restreint, elle se gratta compulsivement le bras, tout en tirant de grandes taffes. Elle savait très bien que fumer durant une opération n'était pas du tout discret, de par la fumée, mais elle s'en foutait royalement. On ne pouvait pas vraiment lutter contre ses addictions, et elle le savait mieux que quiconque. Tout en se grattant le bras avec force, elle se demandait bien comment elle allait pouvoir s'occuper de la rousse.

Toutefois, quand l'un de ses hommes vint lui annoncer qu'ils avaient perdu toute trace visuelle de leur cible, Katerina commença à fulminer. Comment pouvaient-ils être des bons à rien pareils? Elle aurait réellement fait du meilleur travail seule. Elle sortit son 357, et plaqua cet incompétent contre un mur. Avec un air on ne peut plus neutre, elle lui fourra le canon dans la bouche, avant de presser sur la détente. Elle savait très bien que cette arme était extrêmement puissante, et par conséquent, elle baissa grandement la tête lors du tir. Mais pas suffisamment, vu que du sang vint maculer la partie gauche de son visage. Ce qui ne la dérangeait pas plus que cela. Utilisant le tee shirt de ce dernier pour éliminer le surplus de sang de son visage, elle tirait une dernière grande taffe avant de jeter son mégot. Elle n'hésiterait pas à le refaire.

Alors qu'elle chargeait une balle dans la chambre de son SV-98, un hélicoptère de combat passa rapidement au dessus d'elle, avant de prendre la rousse pour cible. Si Katerina avait été prise pour cible, elle aurait bien prit ses jambes à son cou pour fuir le plus vite possible. Mais là, elle restait quelque peu indifférente. La Russe allait la laisser se débrouiller un peu, pendant qu'elle liquiderait quelques membres de gang. Pour ne pas perdre la main.

- Maintenant que tu vas bien être dans la merde, je te laisse réfléchir à ma proposition, mon bichon. gloussait-elle.

 18 
 le: Juin 18, 2018, 04:24:09  
Démarré par Vicky Mc Creedy - Dernier message par Kahoss
Mais dans quelle situation se retrouvait Kahoss ? Lui qui était loin d’être un manche malgré son âge, il venait de se faire avoir comme un débutant. Il ne s’était carrément pas méfié et il en payait le prix. Certes, il avait bu plus que de raison et était donc plus vulnérable, mais merde quoi, c’était pas une raison. C’était un super bon duelliste, il en avait connu des batailles, en avait terrassé des ennemis,  même bien plus vieux que lui. Sa motricité ultra développée et ses pouvoirs de vent ne lui servaient tout à coup plus à rien, comme si c’était complètement inutile contre cette succube. Bon, il fallait dire aussi qu’il n’avait guère eut le temps de réagir car dès qu’il s’était retrouvé dans ce salon qu’il connaissait, il s’était vu très vite passer ce maudit collier autour du cou et tout avait commencé à partir de là.

Kahoss avait l’impression qu’une sorte de parasite à l’intérieur de lui se frayait un chemin dans ses entrailles et sa cage thoracique pour en sortir après l’avoir faite exploser. Son ventre lui brûlait toujours autant, comme si on lui avait fait avaler de l’acide concentré et voilà que maintenant, il se faisait soulever et plaquer sur la table, tête la première. Il sentit les os de son visage craquer alors que sa tortionnaire lui écrasait la tronche contre la table. Pour faire bonne figure, Kahoss serrait les dents pour ne laisser échapper aucun cri, bien que la douleur était intense. Il y avait bien longtemps, trop longtemps peut-être, qu’il ne s’était pas prit une telle correction. Le Démon transpirait sous l’effort intense de contenir sa douleur, les yeux révulsés.

En plus de temps qu’il ne faut pour le dire, il se retrouva éjecté de la table et percuta le sol. Au moins, elle ne lui écrasait plus le visage, cela dit, le collier faisait toujours son effet et son répit fut de courte durée car il sentit son dos se faire lacérer. Il se retourna pour voir que la Succube était vêtu autrement, une tenue encore plus sexy et tenant un fouet à la main.

Une honte pour les Démons !? Et pourquoi cela ? Kahoss s’en étonnait. Après tout, tous les Démons étaient portés sur le sexe, le viol et la perversion, c’était dans leur nature. A moins qu’elle ne vienne d’un plan démoniaque où les choses étaient différentes. En tout cas, il ne comprenait pas de telles paroles, surtout venant de la bouche d’une consoeur, si l’on pouvait dire ça comme ça.

Kahoss sentit encore le fouet lui brûler les chairs, cela dit, c’était bien plus supportable que les supplices infligés par le collier. Après tout, il avait dans sa vie subit suffisamment de blessures pour que son seuil de tolérance à la douleur soit bien plus élevé. Sauf que là, la suite risquait d’être compliquée alors que l’extrémité du fouet de la Succube s’était renforcé de métal. Bordel, elle semblait pouvoir tout faire, elle. Saloperie de magicienne, maugréait-il intérieurement, continuant de serrer les dents. Le bon côté dans l’histoire était que son esprit était redevenu parfaitement lucide et son état d’ébriété terminé. Mais ce n’était qu’un maigre consolation car le mal était fait, il était sous l’emprise de sa tortionnaire et il ne pouvait pour le moment pas utiliser son plein potentiel. Il lui fallait un minimum de concentration pour utiliser ses pouvoirs, mais ça, il ne le pouvait pas à cause de la douleur qu’il ressentait à l’intérieur de lui.

Il ne ressentit qu’un peine la douce caresse de la main gantée de la Succube, pareil pour le pincement de sa peau, ces deux sensations étant le cadet de ses soucis comparées à son entrailles qui le brûlaient. Pire, cette horrible sensation s’étalait à présent sur ses membre… TOUS ses membres et sur son visage. Tout son corps n’était que brûlure, acide, supplice et ça, même un Démon aguerrit comme lui ne pourrait le supporter bien longtemps.

Après tout, il venait de se faire avoir par excès de confiance, il avait perdu, il devait assumer sa défaite comme un homme et reconnaître la supériorité de sa tourmenteuse… Pour l’instant ! Viendrait bien un moment propice à la vengeance. Pour l’heure, il ne voyait pas trop comment se sortir de ce guêpier si ce n’était se soumettre aux caprices de la Succibe.

C’est en haletant, comme s’il venait de parcourir une distance considérable en courant, qu’il se résigna à répondre :   

- Hffff, hfffff... O-ok... T’as gagné ! J’t’ai compris, c’est toi la Patronne. J’ferai tout c’que tu veux, mais s’te plaît, arrête ça !

” Parole de Démon ” – Songea-t-il intérieurement, ce qui bien évidemment, voulait bien dire ce que ça voulait dire -.

Kahoss tapota le sol de sa main en guise d’abandon et de soumission. C’était très difficile pour lui d’en arriver là, son ego en prenait un sacré coup, cela dit, l’idée qu’un jour il se vengerait d’elle lui permettrait peut-être d’endurer la suite des événements.

 19 
 le: Juin 18, 2018, 04:21:38  
Démarré par Princesse Alice Korvander - Dernier message par Link
Le plus étonnant pour Link, ce n'était sans doute pas de se retrouver dans une chambre d'auberge bien loin de chez lui. Ce n'était pas non plus de se retrouver face à quelqu'un qui avait du sang royal ou même encore de dragon. C'était de pouvoir recommencer encore et encore ses galipettes, sans ressentir la satiété qui lui permettrait de s'arrêter. Glissant ses doigts dans les cheveux de la Princesse, Link l'écouta plusieurs fois lui parler, gémir, et s'humidifier, alors qu'elle était totalement sous son contrôle. Une bien bonne nouvelle, lui qui manquait au départ de confiance avec les filles et qui ne savait même pas comment s'y prendre ! Elle aimait ses intentions, et lui, aimait son corps, et pouvoir la contrôler ainsi. Les deux enflammés étaient toujours dans cette position intime, l'une couchée devant, tandis que lui, la culbutait par derrière, lui faisant ressentir sa verge autant que cela se pouvait. L'Elfe pris une nouvelle bouffée d'air, ayant du mal à se contrôler, il s'arrêta quelques instants pour l'observer dans ses yeux turquoises qui lui rappelait les plages de la Grande Baie.

« ...Un jour, lors de mes voyages...J'ai rencontré un voyageur qui était perdu. Il cherchait son chemin. Je lui ai dis que c'était en regardant les étoiles souvent, que l'on finissait par être guidé, par trouver ce que l'on cherche. J'ai l'impression d'être guidé moi aussi lorsque je vous regarde, Princesse... »

Lorsqu'il le souhaitait, l'Hylien pouvait réellement tenir des propos profonds, et qui montrait la profondeur des sentiments qu'il pouvait ressentir lorsqu'il vivait des moments aussi forts et sincères avec quelqu'un. Resserrant son emprise autour d'elle, il fit pianoter ses doigts le long de son dos, en le griffant ensuite tout le long jusqu'à revenir vers ses fesses et de les empoigner. Link s'approcha de ses oreilles et lui chuchota, tout en s'amusant à se retirer en elle lentement. 

« Pensez-vous sincèrement que j'ai besoin de votre permission...Hmmm... »

Link lui attrapa les poignets, tout en lui mordant le cou tel l'aurait fait un vampire à sa bien aimé, il la retourna pour qu'elle soit sur le dos, et lui grimpa dessus, plus dominateur que jamais, lui maintenant les poignets fermement, tandis que ses jambes musclées tenaient captives ses jambes. Son penis, gonflé par l'excitation et l'envie de lui procurer un plaisir incommensurable gagna en taille, même s'il venait de juter quelques secondes plus tôt. Il traversa son orifice, tel un bélier l'aurait fait pour défoncer les Portes de l'Interdit. Alors que la chaleur de la pièce se faisait de plus en plus étouffante, Link y trouva là un certain intérêt. Il se mit à gémir lui aussi, se calant au rythme de sa respiration qui devenait de plus en plus sacadée. Une énergie nouvelle l'entourait, et on aurait pu croire à une illusion lorsque quelque chose en forme de Loup entoura l'Hylien, avant finalement de disparaître quelques secondes plus tard. Lorsqu'il senti que la friandise n'allait pas tarder à arriver, l'Elfe se stoppa net, retira le tout, attrapa ses cheveux, la fit se redresser, et empoigna son membre entre ses lèvres pour que le tout descende au plus profond de sa gorge. Link y ressenti un plaisir plaisir et une profonde satisfaction de l'avoir fait danser jusqu'au bout de la nuit, alors que dehors, les oiseaux recommençaient désormais à chanter.

« HHhhmmm...Princesse.... »

 20 
 le: Juin 18, 2018, 03:44:08  
Démarré par Yuka/Yuko Karistal - Dernier message par Yuka/Yuko Karistal
C'était un repas du matin presque en famille, Setzer manquait à l'appel, mais il avait bien du travail après tout, on ne pouvait pas lui en vouloir. Yuko ne manquait pas de donner des idées à sa chérie même si pour le coup, elle ne pensait pas à mal. Sentir une odeur de bébé, de petits enfants, ça n'excitait pas, ça attendrissait. Mais après tout, c'était peut-être le mot « sentir » qui avait donner de drôles d'idées à sa petite amie. La question de Yuki ne manquait pas de surprendre les nekos, mais elles y répondaient quand même, Antares précisant que ce n'était pas décidé et que la première à réussir aura simplement réussi, pas de concours ou autre, seulement de la chance. Partant sur le sujet de la belle-famille, Yuki se demandait comment réagirait la famille Lilianstar au mariage mais surtout au fait de devenir grand parent. Pour le mariage, bah étant en couple, ils se doutaient sûrement que si tout va bien, ça arrivera. Mais pour la suite, cela pourrait leur faire drôle.

« Je compte sur vous alors pour faire bonne impression. »

Demanda Yuki envers ses filles. Si demande en mariage il y a là-bas, du moins les mettre au parfum, il ne faut pas que cela soit fait de façon légère. Mais Antares venait à se poser des questions sur les jumelles, du moins quand elles étaient petites. Yuki n'allait pas mentir, elle se souvenait mieux qu'elles de tout cela tandis que pour les souvenirs les plus anciens, cela pouvait être modifié.

« Elles étaient sages surtout en présence de leur amie Alice, quand elle passait avec son père, pour sûr qu'elles étaient sage comme des images en jouant avec elle. En dehors de ça, elles avaient chacune leur caractère, en faisant de sales coups à leur sœur. Votre père vous voyait comme des anges, mais ce n'est pas lui qui s'occupait de vous toute la journée. »

Elle ne disait pas cela méchament, mais il était temps pour les nekos de savoir que les « gentilles » Karistal avaient vécu bien des choses ensemble étant jeune qui montrait déjà leur caractère actuel.

« Yuko avait la fâcheuse habitude de taper sa sœur et de dire qu'elle avait fait ça toute seule. Tirer les cheveux ou faire quelques bêtises en accusant Yuka aussi. En même temps, elle ne dénonçait pas sa sœur quand elle lui faisait mal, sauf si vraiment elle allait trop loin. »

Et hop, Yuko passait pour la petite peste ! Cela dit, Yuka n'était pas un ange non plus. Tout cela était dit tandis que Yuko gloussait de façon innocente.

« Yuka était plus fourbe, elle ne frappait pas sa sœur. Mais elle a plusieurs fois enfermé Yuko dans les cages destinées aux esclaves ou bien elle abîmait les robes de sa sœur en cachette. Le pire était quand elle cachait les doudous de sa sœur, un calvaire pour faire dormir Yuko à cette époque... »

Eh oui, fourbe, elle faisait mal sans laisser de traces sur le corps, comme aujourd'hui.

« Mais ensemble aussi vous en faisiez des bêtises. Un jour, elles ont réussi à voler un trousseau de clés pour les cages et elles se sont glisser dans la cage d'une mère neko et de ses enfants pour aller se blottir avec eux. »

Mignon apparemment comme bêtise, mais si ces nekos auraient été sauvage, elles auraient pu être en danger mine de rien. Inutile de dire qu'en trouvant cela, les nekos n'ont rien eut, ils n'ont rien fait, sûrement effrayer à l'idée de recevoir une punition très sévère. Mais la personne en garde des clés à des blessures qui l'ont marqué à vie. Surtout, que c'était Setzer qui les avaient trouvées dans la cage aux esclaves.

« Mais elle avait l'air tellement gentille cette neko avec ses enfants alors nous aussi, on voulait des caresses. »
« Une chance qu'elle ne vous à rien fait sinon même en le suppliant, votre père l'aurais punis elle aussi... Enfin, et vous deux alors ? Toi qui est l'ainée, tu as dû connaître le luxe d'être enfant unique quelques années en ayant tout pour toi avant l'arrivée de ta petite sœur ? Tu as réagis comment après son arrivée, tu étais jalouse ou plutôt du genre à veiller sur elle ? »


Ce n'est pas un secret, tout les enfants uniques qui avaient ensuite un petit frère ou une petite sœur étaient généralement jaloux pendant un certain temps. Mais Yuki n'était pas aveugle, des deux nekos, c'est pourtant Pleione qui avait l'air d'avoir son petit caractère.

Pages: 1 [2] 3 4 ... 10
Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox