banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 ... 10
 1 
 le: Aujourd'hui à 12:26:54  
Démarré par Ange Gabriel - Dernier message par Ange Gabriel
Identité : Dr Hidenori Aiji (loi supérieur /gouverne l'amour)
Âge : Entre 16  plusieurs millions d'années...
Sexe : Masculin
Race : Avatar
Sexualité : Pansexuelle, mais vierge.
Physique : Dans sa forme actuelle Gabriel est un charmant petit bout de fille, d'un mètre soixante environs, coiffé de long cheveux blonds aux reflets roses qui lui tombent au milieu du dos, faisant échos à ses profonds yeux violets. Son regard confiant enlumine son visage aux traits délicats toujours éclairé d'un léger sourire avenant. Son corps à damner un sein (je sais) fait se retourner sur elle nombre de personne. Une charmante poitrine qu'elle porte le plus souvent relativement menue, mais dont elle peut faire varier la taille à l'envie, une taille de guêpe, et un dos qui perd son nom avec de telles grâces que l'on ne peut s'empêcher de lui donner raison, la jeune céleste dispose de bien des atouts. Sa peau sans défaut et ses jambes qui n'en finissent pas complètent une silhouette à se pâmer. Elle s'habille aussi souvent que possible tout de blanc, afin de masquer la lueur qui s'échappe de sa personne, le blanc rendant la chose plus naturelle.
En effet, et même si elle a un certain contrôle sur la chose, plus elle est heureuse, et plus elle est rayonnante. Littéralement. Sans un minimum de contrôle, elle illuminerais un hall de gare au creux de son ennuie. Une joie ou une volonté particulière peuvent la rendre plus éblouissante que le soleil, ses ailes astrales se révélant alors, même sans présence physique. À force de volonté, elle est capable de diminuer cela, mais, sauf à ne rien faire d'autre que se concentrer, elle émet toujours un peu de lumière malgré tout. Elle est pratiquement invisible en plein jour, mais une salle de cour mal éclairée la rendrait surprenante. Cette lumière rend la présence de Gaby particulièrement chaleureuse, rendant chacun plus ouvert, plus aimable, plus attentionné.
Lorsqu'elle est en confiance, ou ne pense pas pouvoir être découverte, l'ange aime à déployer ses deux grandes ailes blanches. Elle devrait normalement en développer deux autres lorsqu'elle aura fait ses preuves, mais pour le moment celles-ci ne sont visible que lors des instants de joie intense.
La jeune « fille » possède un étrange accent, dont peux seraient capables de percer l'origine. Il est dû au fait que sa langue maternelle est l'énochéen ancien, et que le japonais roule étrangement sur son palais, au delà du caractère limité qu'elle trouve à son vocabulaire.

Caractère : Gabriel est la douceur incarnée. Incapable de vouloir le moindre mal à qui que ce soit, elle est toujours prête à aider et à rendre service. Même face aux pires êtres qui puissent se faire, aux pires monstres, aux pires déments, sa réaction sera toujours d'essayer d'éveiller l'autre à la compassion, l'altruisme et à l'abnégation. Loin de bouder son propre plaisir, car elle y voit un moyen de donner du bonheur aux autres, elle pense toutefois d'abord à celui de son prochain.
Ancien Archange, des premiers, elle se sait étudiée à la loupe par le grand conseil, et cela lui fait un peu peur. Mais elle a confiance sachant que même si elle venait à échouer, ce ne serait que pour que d'autres apprennent de ses erreurs. Le fait d'avoir légèrement désobéi ne la rassure pas beaucoup, mais bon... Si personne n'a réagit, c'est qu'elle a dû bien faire. N'est ce pas ?
Dévouée à sa cause, elle chasse activement le mal, sans craindre de se rendre dans les endroits les plus obscures, voir les plus glauques pour que d'autres n'aient pas à le faire et à en subir les ténèbres. Elle choisira toujours de prendre sur elle la douleur des autres, et combattra le mal, avec ses maigres armes, où qu'il se trouve, où elle pourra le dénicher. Mais, quoiqu'on lui ai conseillé le contraire, elle se refuse à employer quelque violence que ce soit, même face aux démons, convaincu que l'amour et la bienveillance triompherons.
(vous m'excuserez, je vais aller vomir un bisounours ...)

Histoire : Gabriel est l'un des plus puissant des archanges (dans le sens supérieur à anges, sans quoi son titre aurait été encore bien plus élevé, a minima parmis les trônes, probablement les séraphins, encore que certains différents l'ai fait rétrograder). Elle était là aux premier temps et possède la seule épée capable de détruire définitivement un démon ou un ange. Enfin, ça, c'est ce qu'on lui a dit. Elle garde très peu de souvenir de cette époque. En effet sa forme précédente à récemment été éliminée (personne ne sait comment, ou du moins personne ne veut encore le lui révéler) voici une quinzaine d'année, et la voici réincarnée sous cette forme ci. Elle se demande d'ailleurs un peu en quoi elle serait la même, son esprit différant, son corps également, et son âme amoindrie très violemment … Elle conserve cette fameuse épée... Saurait-elle la manier ? Probablement pas, quand bien même elle en aurait envie. Ses supérieurs lui ont conseillé de la brandir malgré tout, afin d'inspirer la peur chez l'ennemi. Si celui ci reconnais l'arme, il en aura peur. S'il ne la reconnais pas … Elle serait probablement à même de le vaincre sans technique, par la simple force brute... Pourquoi ? Ne sont-ils pas des anges, destinés à montrer une voie sans guerre, sans violence, sans haine ? Vrai. Mais parfois il faut combattre le feu par le feu, et, Archange de le Flamme, son ancienne forme en était le spécialiste.
Sa formation se passait donc tranquillement, et, si elle aurait apprécié de pouvoir en faire plus pour les humains, elle est heureuse d'apprendre comment les aider. Elle préfère évidemment apprendre à les inonder d'amour et de sa lumière que d'apprendre à combattre, ce en quoi elle semble n'avoir aucun talent ce qui agace profondément ses professeurs, son ancienne forme étant l'un des plus grands experts du combat, à l'épée, entre autre. Cela l'attriste un peu, de ne pouvoir les satisfaire. Elle aimerait leur prouver quelle est malgré tout capable, et prouver que la conversion est bien plus efficace que la punition...
Récemment d'intenses prières se sont faites entendre, provenant d'un lycée de la terre. Une jeune fille priant pour qu'une divine intervention vienne la libérer des démons qui avaient pris possession des lieux. Mais cet appel fut ignoré. Comme bien d'autres. Lorsqu'elle demanda pourquoi, on lui répondit que les humains étaient le plus souvent indigne de recevoir de l'aide, que toutes les batailles ne valaient pas la peine d'être menée et que les humains voyaient des démons partout, surtout là où il n'y avait qu'eux. Gabriel s'en contenta un temps qui lui parut infini. Puis, légèrement apeurée face à ce monde inconnu, elle décida de répondre secrètement aux prière de la jeune fille.
Elle prit pied dans une sombre cave, aux murs de pierre apparente, vêtue d'une fine robe blanche.. Elle fit rayonner son être pour repousser la noirceur du lieu, et elle vit. Une jeune femme dans un cercle d'invocation, couverte d'un liquide gluant. Gabriel compris qu'il s'agissait de semence démoniaque, mais pas que. La jeune femme, les vêtements en lambeaux, des chaînes à son cou et à ses poignets, était en train de lécher le sol. Une large flaque de sperme. La nouvelle venue la releva avec douceur, pour ne rencontrer qu'un regard complètement vide et un visage creusé par la faim, la fatigue et finalement la folie. Plongée dans l'horreur, la futur archange prit la jeune demoiselle dans ses bras, et d'un long baiser soigna ses maux physiques, ou du moins les atténua. Ce point était facile. Même au porte de la mort, avec assez d'énergie et de temps, elle aurait pu ramener la personne. Ce qui l'inquiétait vraiment c'était l'état psychique de la fille. Elle savait qu'il était théoriquement possible de réparer une âme blessé, un esprit brisé, mais c'était bien au delà de ce qu'elle avait appris jusqu'à lors. Brisant les chaînes d'un simple geste, elle releva la demoiselle et l'entraîna a sa suite vers ce qui semblait être une sortie. Des robes de cultiste étaient alignées dans ce qui semblait être un vestiaire et vestibule. Gabriel en enveloppa sa compagne, se contentant elle même de sa tenue blanche, peut-être un peu trop fine pour la décence, surtout alors qu'elle brillait de l'intérieur. Sortant de nuit dans ce qui semblait être un lycée, elle mena sa protégée vers l'extérieur, avant de trouver quelqu'un et demander son chemin vers l'hôpital le plus proche. Elle laissa, a regret, la demoiselle aux soins des médecins du lieux, probablement plus compétent qu'elle, restant toutefois à son chevet.
Les médecins s'éternisant, l'ange apprentie décida d'offrir ses soins à la suppliciée. Peut-être cela lui ferait-il oublier ses tortures... À défaut, cela lui montrerait que ce genre de contact pouvait être doux et agréable. Elle commença par les déshabiller toutes les deux, puis, l'emmenant sous la douche, la nettoya avec douceur du sperme et du sang qui parsemaient sa peau et poissaient ses cheveux. Elle la ramena au lit et entama un lent ballet de baisers et de caresses sur la douce peau de sa « malade », l'enveloppant de son auréole. Lèvres, menton, oreilles. Cou, épaules, bras. C'était la première fois qu'elle offrait ce genre de caresse en dehors de son entraînement. Remontant aux épaules elle suivi la clavicule jusqu'à la gorge, qu'elle descendit ensuite sur la jolie poitrine de la jeune fille en état de choc. La douceur lui ferait du bien. Même si les pouvoirs angéliques l'avaient presque entièrement guérit, on pouvait encore sentir qu'elle avait été martyrisée, particulièrement à cet endroit. Gaby caressa donc, suça, lécha, avec une infinie douceur, les tétons qui se dressaient progressivement. Abandonnant à regret ce lieu paradisiaque, elle continua sa chute, slalomant lentement sur le ventre, d'un flanc à l'autre, s'attardant un instant sur le nombril. Arrivant à l'intimité, elle l'esquiva adroitement pour poursuivre le long des jambes, ne quittant jamais sa patiente des yeux. Remontant déposer un profond baiser sur ses lèvres, il lui sembla percevoir une réaction. Elle répondait ! Ou presque... La serrant dans ses bras, elle la redressa tout contre sa poitrine, la berçant doucement, caressant son dos, ses fesses. Après un long moment, ses doigts repassèrent devant et vinrent se glisser sans forcer entre ses cuisses. Une faible humidité humecta rapidement ses doigts. Ce n'était pas grand chose, mais c'était bon signe. L'embrassant, cajolant son mont de Vénus, Gabriel frottait ses jolis seins contre ceux de la jeune martyr. Son visage glissa à nouveau sur sa peau, venant embrasser ses seins. Son ventre. Son bassin. … Elle arriva bientôt face aux nymphes qui gardaient le palais des plaisirs, transformé en chambre de torture. Difficile à dire, mais il lui sembla que sa compagne s'ouvrait un peu plus. Elle sourit. Elle n'aurait peut-être pas été au bout si elle n'avait pas ressenti cela. Sa formation s'axait surtout sur le fait de donner beaucoup de plaisir en s'en prémunissant soi même afin de vaincre les assaut démoniaque. Le soin des humains était, malheureusement, aujourd'hui quelque peu délaissé.
Elle posa un tendre baiser sur les lèvres entrouvertes. Un bras passé autour de la cuisse remontant sur l'abdomen, l'autre glissant jusqu'à la poitrine, elle insinua sa langue exploratrice aux abord de cet antre humide. En dessinant d'abord les contours, puis s'y glissant plus profondément. Progressant avec tranquillité, elle parvint bientôt sur sa perle intime. Elle joua, entoura, cajola, aspira avec force. Il n'y avait plus à s'y tromper, les soupirs étaient des soupirs de plaisir. Au bout de quelques minutes de ce traitement, Gabriel sentit avec joie sa partenaire se tendre et gémir doucement. Continuant un moment, elle finit toutefois par remonter l'embrasser. La jeune fille brisée ne dit mot. Toutefois elle lui rendit son regard, avec une certaine gratitude. L'archange se lova contre elle, rayonnant sans limite.
Elle la laissa le lendemain. Elle reviendrait la soigner. Mais pour le moment, il était temps d'aller chasser le démon et ses sbires. Et pour cela, il lui fallait un uniforme de l'école.

Autre :
Gabriel possède de nombreux pouvoirs, dont une grande partie dépendent du point auquel elle laisse paraître sa vrai forme, sa vrai lumière. Notamment son contact charnel lui permet de soigner et de purifier tant physiquement que mentalement ou spirituellement, accordant même une potentielle rédemptions aux âmes les plus noires. Ou la destruction pure et simple. Un plaisir intense renforce ce pouvoir. Toutefois l'orgasme lui fait ouvrir son âme, et c'est elle qui se verra légèrement corrompue si cela arrive. Cette corruption disparaîtra vite, si elle ne provient que d'un Humain (d'un sexe ou de l'autre, ou de genre plus compliqués encore). Si lui même jouis, il sera lavé de tout vice, de toute perversions (à leurs sens premiers, volonté de faire du mal, et hostilité), de toute addictions. Il ne sera plus jamais en manque de sexe ayant touché au parfait. Ce qui ne signifie nullement qu'il ne pourra y prendre plaisir. Il aura simplement connu mieux, lavant l'addiction provoquée par les démons (qui peut toutefois être renouvelé, avec des efforts). De même les envie de meurtre, la colère, la haine et tous ses sentiments négatifs s'atténueront, au moins pour un temps.
Toutefois, si cette corruption provenait d'un démon, le risque est la destruction mutuelle, la destruction du premier à jouir, ou bien sa conversion. Cette conversion est normalement définitive, mais l'on a vu des avatars doués d'une volonté particulièrement forte (sans que cela ai directement à voir avec leur puissance propre) revenir à leur état d'origine. Pour cette raison, elle a reçu un entraînement sexuel afin de pouvoir longtemps résister à l'orgasme. Elle n'est toutefois pas préparée à la pénétration, étant toujours vierge. La déflorer par lui même signifierais toutefois la perte de n'importe quel démon.
D'autre part elle peut implanter la vie dans les entrailles d'une femme. D'un homme probablement aussi, mais l'expérience serait vraisemblablement fatal au porteur, et probablement à l'enfant également. L'enfant sera dans tous les cas doué d'une étincelle divine, lui permettant de réaliser des miracles, dont la puissance varie beaucoup, tant de l'un à l'autre que dans le temps pour un même enfant.
Gabriel possède aussi en elle une épée d'une puissance démesurée. Elle peut difficilement la sortir elle même, tant par manque de volonté que parce que l'expérience est peu pratique et douloureuse, mais elle pourrait laisser une personne de confiance la tirer de son ventre et la manier. Elle même n'aurait que peu de talent pour en faire usage, mais elle reste un ange avec une formation pour.
Elle peut léviter lentement, rarement très haut, ou bien voler lorsqu'elle déploie ses ailes. Elle est pourvue d'une force assez considérable, et de puissantes capacités de régénération. Elle apprend une nouvelle langue à l'instant où elle entend quelqu'un en prononcer un mot.

Tous ses fluides sont puissamment bénis. L'eau bénite véritable est le plus souvent de l'eau agrémentée d'une larme d'ange, ou de quelques gouttes de ses fluides sexuels. D'autres fluides peuvent fonctionner, mais légèrement moins bien.


Comment avez-vous connu le forum ?
DC Anakha


Je reconnais avoir pris connaissance du contenu du topic sur le traitement automatisé des données personnelles qui est fait par l'hébergeur de LGJ

 2 
 le: Aujourd'hui à 12:00:27  
Démarré par Prince Andros Magganon - Dernier message par Prince Andros Magganon
Andros s'observa dans le miroir alors qu'il boutonnait le gilet de son costume. Cela lui faisait une impression bizarre de porter un tel habit et non pas les vêtements habituels de Raghose. Mais ce que lui avait raconté Mary Jane à propos de son monde l'avait fortement intéressé et il s'était promis de venir le visiter lui même. Les choses n'avaient pas été simples, il lui avait fallut du temps non seulement pour en apprendre plus sur ce monde, et plus particulièrement sur cette ville, Seikustsu. Il avait lut tout ce qu'il pouvait à son propos, apprenant les langues locales et passant par un portail pour aller lui même découvrir la ville. Un premier temps cela avait été très perturbant pour lui. Toutes ces nouvelles technologies, toute cette foule entassée, cela avait été très perturbant. Mais finalement il avait finit par s'y habitué.

L'adaptation n'avait pas té le seul problème, il lui avait aussi fallut trouver les fonds pour s'acheter une demeure respectable et la garde robe qui allait avec. En tant que prince Raghose refusait de loger dans un endroit en dessous de son statut. Heureusement il avait découvert que les métaux précieux, comme l'argent, avait autant de valeur sur ce monde que sur Terra. En vendant des lingots d'argent et des pierres précieuses il avait put obtenir assez d'argent pour s'acheter une luxueuse demeure à Seikusu, et profiter des conseils de quelques conseillers financiers pour faire des placements. le système économique de la terre lui étant encore assez obscure.

Désormais l était bien installé, connaissait à peut près la ville et assez les coutumes des japonais pour se faire passer pour un riche étranger. Il avait décidé d'aller explorer un peut la ville ce soir en allant faire un tour au parc. Il vérifia que son costume était bien mit et que son sort de dissimulation était actif, ce qui lui permettait de cacher ses cornes et donnait à ses jambes de bouc l'apparence de jambes normales. Néanmoins il avait tout de même décidé d'opter pour une balade nocturne.

-Je sors Ikari.

-Bien maitre.

Une belle japonaise aux cheveux noirs coupés cours s'inclina. Elle ne portait aucun vêtement comme son maitre le lu avait ordonné. Il y avait à peut près un mois cette chef d'une petite bande d'occultistes avait compris qui Andros était en réalité. Elle avait donc menée sa bade à l'assaut de la demeure dans le but de capturer le prince et en réclamer une rançon. Grosse erreur car tout ses camarades étaient tombées sous les coups d'Andros qui n'avait épargné que la jeune femme en tant que prise de guerre. Il l'avait alors brisée pour la soumettre à lui et en faire son esclave domestique. La fière leadeuse était devenue complètement soumise à son maitre.

Une fois arrivé au parc Andros entreprit sa balade nocturne en observant attentivement autour de lui. Il était toujours impressionné par l modernité de la ville et il appréciait pouvoir l'observer au calme le soir. Soudain, ses réflexions furent coupés quand il entendit sangloter. Intrigué il se dirigea vers l'origine du bruit pour découvrir une belle jeune fille en train de pleurer. Il passa quelques secondes à réfléchir à ce qu'il devait faire avant de s'avancer vers elle. Il s'assit sur le banc à côté d'elle avant de lui demander d'une voix douce.

-Cela e va pas mademoiselle ? Puis-je vous aider ?


 3 
 le: Janvier 15, 2019, 11:23:18  
Démarré par Ykoes - Dernier message par Regan Mista
Regan s'éloignait de la jeune fille qu'il venait de croiser. Il comptait continuer sa balade nocturne encore un moment, jusqu'à ce que le soleil pointe le bout de son nez à l'horizon. Il dormira la journée, enfin, essayera de trouver le sommeil, ce n'était pas chose facile. Soudain, il entendit des bruits de pas qui fonçaient vers sa direction. Surpris, il se retourna en vitesse. Il ne vit rien à hauteur de sa vue, mais en baissant les yeux, il put voir la jeune fille qu'il avait mise en garde qui lui agrippait la manche de son pull. Elle souriait avant de s'incliner, semblant présenter des excuses. Mais... à quoi jouait-elle ? Elle était complètement inconsciente. Regan eut le réflexe de reculer de quelques pas pour mettre une certaine distance entre eux. Il écoutait ce qu'elle racontait et resta bloqué sur un mot en particuler : bienveillant. Cela faisait des années que quelqu'un ne l'avait pas associé à un mot positif. Il ressentit une impression étrange, une sorte de satisfaction intérieure indescriptible. Mais au fond, elle ne savait rien. Et s'approcher autant de lui était extrêmement dangereux. Regan ne savait pas trop comment réagir et décida de hausser le ton, ne se rendant pas compte que la colère le submergeait peu à peu, contrastant avec le ton de cette fille.

« Non, non... je ne suis pas bienveillant. On ne se connait pas. Et oui, tu es maladroite ! Tu n'as aucune idée des risques auxquels tu t'exposes en restant si proche de moi ! Je suis... Je suis... »

Il baissa d'un ton en se rendant compte de l'émotion vers laquelle il se dirigeait. Il regarda sa main, se demandant si le véritable coupable dans toute cette histoire, ce n'était que lui et la peur qui l'accompagne de jour en jour. Il s'apaisa, baissant les yeux vers le sol.

« Je suis désolé... Co-Comment tu t'appelles ? Moi c'est Regan. »

Il était un peu gêné, ça faisait tellement longtemps qu'il n'avait pas parlé à quelqu'un, une fille qui plus est. Il devrait certainement faire le choix de fuir mais cette fois-ci, face à elle, il avait envie de parler. Il l'observa une fois encore, remarquant ses cornes malgré son apparence humaine. Cela ne l'impressionnait pas vraiment étant donné sa situation, mais il lui posa quand même la question. Il appréhendait quant aux questions qu'elle pourrait lui adresser. Fallait-il qu'il dise la vérité ? S'il le faisait, elle prendrait certainement ses jambes à son cou, ce qui le soulagerait et en même temps non. Il se tourna, prenant un peu d'assurance suite à l'étrange quiétude qu'il ressentait. Il recommença à marcher, proposant à la jeune fille de l'accompagner dans sa balade pour parler un peu tout en prenant ses précautions et se préparant à fuir loin de ce lieu au cas où les choses tourneraient mal.


 4 
 le: Janvier 15, 2019, 10:43:25  
Démarré par Darth Auria - Dernier message par Joe Dredd
Certaines dimensions plus sages récompensent la capture de cette souris et de son séide barbu. Ouvrez l’œil !

 5 
 le: Janvier 15, 2019, 10:16:51  
Démarré par Darth Auria - Dernier message par Anakha Baley
Marmonne deux trois truc sur le mélange de non manichéisme dans un univers manichéen. Se rappelle qu'on est sur un forum RP et qu'on est censé tordre l'univers pour y entrer. Regarde ses cartons dans lesquels une bonne dizaine de licences se préparent à être violées par ses personnages. ^^

Se rappelle que Lucas à violé sa propre licence...

Bienvenue.  Grimaçant

 6 
 le: Janvier 15, 2019, 10:13:22  
Démarré par Aphrodite - Dernier message par Princesse Alice Korvander
*Viens de voir le trailer de Spider-Man : Far From Home*

Mon Dieu, que ça a l'air nul.

21h13

 7 
 le: Janvier 15, 2019, 10:07:34  
Démarré par Yuna Lyss - Dernier message par Anakha Baley
Tout à fait charmante, à ce qu'il semble.

Bienvenue.

 8 
 le: Janvier 15, 2019, 10:02:03  
Démarré par Bip Bip - Dernier message par Bip Bip
Emily n’hésita pas à prendre un des verres proposés par Rachele. Tina, après un instant d’hésitation, finit par s’installer à son tour au bureau de leur hôte et par en saisir un qu’on lui remplit. Au moins, le fauteuil était confortable.

C’est mon petit frère, expliqua Emily, non sans une certaine fierté. Il a eu 18 ans y’a deux semaines. Première grosse sortie en boîte ! Hey, Tiny, j’espère que ta copine va pas me le trauma.
Oh, t’inquiète. Dee est pas aussi… qu’elle en a l’air.
Salope, c’est le mot que tu cherches ? chuchota la blonde, en riant.

La lettone ne le prit pas mal. Emily avait toujours été vache avec les filles qui menaçaient sa domination absolue sur le genre masculin… et puis l’alcool déliait les langues, c’était l’effet attendu. Elle se contenta cependant d’un petit sourire pour toute réponse. Même en temps normal, elle n’aurait pas osé être aussi directe en présence d’une femme comme Don Florenza. Malgré sa cordialité apparente, elle était beaucoup trop intimidante pour se permettre des familiarités.

Tu reçois pas tout le monde dans une loge privée, en vrai ? demanda Emily à leur hôte avec un grand sourire. On a grave de la chance.
C’est toi qu’a été repérée. Tu peux t’en prendre qu’à toi si t’es aussi sexy, ma vieille.
Mon coiffeur aussi, faudra que je te le présente quand tu passeras par chez-moi.

Bip Bip hocha la tête et porta machinalement le jus de fruit à ses lèvres. Pour la dixième fois de la soirée, elle rajusta son pull nerveusement, pour être sûre que malgré sa coupe, il ne dévoile rien de ce qu'elle avait de poitrine. Elle ne pouvait s’empêcher de jeter des regards inquiets vers l’étrange garde du corps, qui pourtant ne bougeait pas.


*
*   *


Dee ne comprenait pas ce qui se passait. Elle avait la réputation, durement acquise, de tenir l'alcool mieux que personne. Dans des soirées bien plus agitées que celle-ci, c'était toujours la dernière à rouler sous la table. Mais cette fois son corps semblait l'avoir lâché. Elle sentit qu'on la sortait de la foule, mais c'était comme dans un rêve. Un mauvais rêve. Ses membres étaient en coton, elle avait très chaud et une vague envie de vomir lui soulevait le ventre sans se concrétiser. Elle qui mettait d'habitude un point d'honneur à rester indépendante et fière, elle se laissa guider docilement.

La jeune sud-africaine montra les premiers signes de résistance seulement lorsque l'éclairage changea brusquement.

Mmh, pu'ain, grommela-t-elle, la langue engourdie, en tentant mollement de se défaire de la poigne de la dénommée Sonia.

Mais au même moment elle tomba, preuve qu'elle ne tenait même plus sur ses jambes toute seule. Loin de la calmer, cette faiblesse avérée acheva de la paniquer. Avec son tempérament, la panique ressemblait néanmoins davantage à de la colère. Le bas de son corps répondant tout juste, elle parvint néanmoins à se dresser momentanément sur ses coudes. Elle releva la tête et adressa une expression courroucée à la femme qui avait commencé à la déshabiller. Même si sa vision était tellement brouillée qu'elle la distinguait à peine. Puis elle s’affaissa de nouveau, condamnée à fixer le plafond.

Dans l'urgence, il lui restait une dernière carte. Comme les autres filles, Dee était une ESPer. Mais son pouvoir, elle avait pris soin de le cacher depuis qu'elle était partie d'Afrique du Sud, où il lui avait causé des ennuis. La jeune femme était une télépathe limitée. Incapable de lire dans les pensées, il lui était en revanche possible de projeter les siennes dans l'esprit des autres ; ce qui lui permettait aussi d'exercer un certain contrôle sur les animaux.

Elle ferma les paupières pour se concentrer. Mais la drogue l'empêchait d'atteindre le cerveau de Prince ou de Bip Bip. Impossible de les prévenir. Elle serra les dents, et se rabattit sur la seule personne qu'elle pouvait contacter, à savoir Sonia elle-même. Les mots arrivèrent, brutaux et menaçants, presque douloureux, directement à l'encéphale de cette femme qu'elle ne connaissait pas.

Si tu continues tu vas le regretter, connasse.

Malheureusement, dans cet état, tenter de l'effrayer était sa seule possibilité. Elle continua à se débattre tant qu'elle le put, attrapant de ses doigts faibles le poignet de Sonia.

J'sais pas qui t'es, mais tu vas morphler, j'te jure que tu vas manger.

Sa résistance était extraordinaire, mais vaine. En une minute à peine elle fut déshabillée entièrement. Son beau corps noir, à présent couvert d'une pellicule de sueur, continuait à sursauter sous ses tentatives désespérées de se lever. Elle avait un physique de sportive, avec des épaules droites et les reliefs des abdominaux discrets mais marqués. En plus de la chaîne qui traversait son nombril, les tétons sombres et assez peu étendus de ses seins parfaitement ronds étaient ornés de deux anneaux dorés. Elle possédait plusieurs tatouages, pour la plupart politiques :  le A cerclé de l'anarchie sous le sein gauche, le chat montrant les dents d'un mouvement antifasciste sud-africain dans le dos, et sur la mention PROUD VEGAN sur haut d'une cuisse. Enfin, dans la toison de son pubis, laissée au naturel, brillait la bille d'une broche qui parait le capuchon de son clitoris.


*
*   *


Soulagé d'avoir pu se décharger, Prince ressortit des toilettes avec une expression de contentement. Dans sa tête se bousculaient les nouvelles approches qu'il envisageait pour se rapprocher de Dee. Il fut surpris et un peu déçu de constater qu'elle ne l'avait pas attendu. Il songea qu'elle était peut-être remontée, et s'apprêta à faire de même. Au même moment, une femme l'interpella. Son japonais était très limité, mais il comprit qu'il était question de la sud-africaine.

Désolé je ne parle pas bien votre langue, fit-il, avant de reprendre en anglais : donc vous avez vu mon amie ?

Le surfeur adressa un grand sourire à la femme ne semblait pas être nippone non-plus, il n'y avait donc pas à craindre qu'elle ne puisse pas comprendre ce qu'il disait. Très malléable, il ne fut pas difficile pour Curie de le convaincre de la suivre...

Alors vous travaillez ici ? demanda le garçon. C'est quoi votre travail exactement ?

 9 
 le: Janvier 15, 2019, 09:49:05  
Démarré par Yuka/Yuko Karistal - Dernier message par Antares/Pleione Lilianstar
Pleione pensait avoir réussi à soumettre cette vilaine chatte, mais Yuko refusait encore de se laisser complètement faire. Elle essayait discrètement de convaincre sa chérie de lui mettre sa grosse bite dans le cul, mais ses tentatives ne lui rapportaient que plus de fessées. Sa queue caudale faisait une excellente prise pour la neko, qui se régalait à lui remplir le minou avec sa saucisse dure comme du bois.

« Nyyyaaannn... vas-y... ma salope... ooohhh... couine... pour moi. »

Yuko savait comment la supplier pour se faire bourrer toujours plus fort par sa matraque de chair. Pleione ne se retenait et y allait de toutes ses forces pour bien montrer qui était la maîtresse à présent. Les allées et venues de son bassin allaient de pair avec une pluie de fessées qui s'abattaient dans des claques bien sonores. Elle pouvait sentir le jus intime de sa chérie dégouliner le long de sa queue et de ses bourses, preuve qu'elle prenait bien son pied, alors pourquoi ralentir ? Elle voulait sentir ce jus jaillir de son antre et arroser son corps.

« Mais quelle traînée ! Aaahhh ! J'adore... te fourrer... avec ma grosse bite. »

Pleione continua à remplir Yuko jusqu'à la sentir s'abandonner au plaisir de l'orgasme. C'était la première fois qu'elle jouissait avant la neko alors que cette dernière était pourtant plus sensible avec sa queue, mais ce fut bien la furry qui expulsa son liquide de plaisir la première. La maîtresse s'arrêta un instant de la pénétrer pour apprécier ce moment.

« Ça y est... j'ai réussi. Maintenant... mmrraaww... je suis ta maîtresse. »

Elle avait domptée cette chatte provocatrice en la faisant jouir avec son chibre. Maintenant, il était temps pour elle de jouir. Elle remit vite son sexe dans l'antre de la furry et reprit ses pénétrations, la tenant fermement par les hanches. Elle s'occupa d'elle jusqu'à jouir à son tour.

« Ça... ça vient ! NNNYYYAAA !!! »

Pleione sentit l'onde de plaisir caractéristique de l'orgasme la gagner et cracha son sperme épais et visqueux dans le minou de Yuko. Elle pouvait sentir son sexe baigner dans un mélange de foutre et de mouille des plus agréable, mais elle finit quand même par se déloger pour continuer à commander à son esclave.

« Bien. Maintenant... haaannn... que j'ai eu droit... à ta bouche... et à ta chatte... mmmyyyaaa... je veux... tes seins. Tes adorables... et merveilleux... petits seins. »

La neko se contenta de présenter la marchandise, c'était maintenant à sa petite soumise de savoir quoi faire.

De son côté, Antares s'amusait à rabaisser sa Yuka-chu en lui rappelant que ce n'était pas parce qu'elle portait une culotte de grande qu'elle en était une pour autant. Et pour bien s'en souvenir, elle lui demanda de mouiller sa culotte. Au début, elle pensait juste la voir faire couler son jus d'amour, mais la furry comprit son ordre dans le sens qu'elle devait se faire pipi dessus, et elle ne voulait pas mouiller sa maman. Cette dernière posa sa main sur sa tête pour la caresser.

« Ne t'inquiète pas ma princesse. Maman se nettoiera en même temps que toi. »

Malgré ça, Yuka était toujours gênée de devoir se mouiller devant sa maîtresse, alors elle lui demanda de l'aider un peu. Antares sourit et passa son autre main entre ses cuisses pour aller titiller sa fleur intime. La main sur sa tête continuait de la caresser et passait aussi le long de son dos. Elle attendit patiemment, un grand sourire sur les lèvres, et finalement sa petite fille se soulagea la vessie dans sa culotte. Elle n'urina pas beaucoup, mais assez pour tremper son sous-vêtement, le bassin de sa maman, les draps du lit et même le tapis. Elle enfonça son visage dans le cou de sa chérie, honteuse de s'être souillée de la sorte. Mais en bonne maman, la neko savait comment la réconforter.

« Chuuut ma chérie. Tout va bien. C'est normal que les petites filles aient parfois des accidents dans leur culotte, elles n'ont pas encore l'habitude des toilettes. Mais ne t'inquiète pas, maman est là et elle va bien te nettoyer. »

Antares s'était montrée prévenante et elle se doutait que ses petits jeux avec Yuka pourraient l'amener là. Alors elle avait demandé aux servantes du manoir des lingettes humides pour s'essuyer. La boîte était posée sur la table de nuit, elle en prit quelques unes et nettoya son ventre, puis essuya la surface du tapis et des draps pour qu'ils sèchent plus vite, et enfin seulement elle termina avec sa chérie.

« Écarte les cuisses ma puce. »

La maman baissa la culotte de sa petite fille et nettoya sa fleur intime, puis le fond de son sous-vêtement. Une fois son nettoyage terminé, elle lui remit sa culotte et la coucha sur le ventre.

« On s'est bien amusées mon ange. Mais maintenant, on va jouer à un autre jeu. »

Antares commença à embrasser les zones nues des fesses de Yuka tandis que ses mains caressaient sa culotte.

« Ça s'appelle : ''Quand maman joue avec les petites fesses de sa princesse pendant qu'elle lui dit pourquoi son derrière est le plus beau''. Ensuite, tu me diras comment tu veux que maman te cajole. »

 10 
 le: Janvier 15, 2019, 09:42:09  
Démarré par Cassandre Harmington - Dernier message par Sya
Cela faisait bien cinq ans qu'Emilia n'était plus de ce monde et bien que le pire soit en quelque sorte passé, William était toujours un peu effacé par moment, physiquement là, mais son esprit vagabondait ailleurs. Les idées noires, parfois des idées glauques et morbides, mais il n'allait pas plus loin, il ne pouvait pas en finir avec la vie, ses filles tenaient à lui, il devait veiller sur elles pour prendre soin de ses filles devenues déjà si grandes. Hélas, ça ne restait pas pour toujours trois ravissantes petites princesses, ça devenait des femmes, de biens jolis jeunes femmes, mais en bon père de famille, il ne voyait pas le mal dans la beauté de ses filles. Mais le fait de ressembler de plus en plus à sa femme n'était pas une bonne chose, ça lui laissait parfois de drôle de pensées... et une telle beauté attirait forcément les regards et le cauchemar de tout parent ensuite. Amoureuses d'un autre homme, vivre ailleurs, les voir de moins en moins... pour peu que ce soient de sales types qui frappent ses filles, qui les trompent, elles ne méritaient pas de souffrir autant. Personne ne pourra les aimer plus que lui de toute façon, c'était impossible.

Elizabeth continua de plaisanter en soulignant le fait que pour le moment, elles n'étaient nulles part sur les fichiers administratives, que quand bien même un policier les arrêteraient, où pourraient-elles être renvoyé ? Pas question d'être renvoyé, elles resteraient avec lui, elle, Karin, Mary, ses trois filles étaient tout ce qui lui restait de plus précieux en ce monde, pas question de les perdre aussi ! Sa petite blonde fouilla doucement dans le tiroir, cherchant les papiers, ils n'étaient pas caché, juste là, sous quelques lettres entre autres. William observait sa fille, de plus en plus ravissante, de plus en plus ressemblante avec Emilia. Était-ce le manque de sa femme ? D'assouvir ses pulsions, le fait d'être brisé ? La cause exacte, il ne saurait pas le dire. Un spécialiste le pourrait ? Quoi qu'il en soit, il se rapprochait doucement, les mains sur les épaules d'Elizabeth, il fit doucement passer sa main droite sur le corps de sa fille... oui, de sa propre fille, passant doucement sur sa poitrine. Elle semblait moelleuse, pas aussi développé que sa grande sœur – qui pour le coup, avait plus les seins de sa mère – mais ça semblait délicat et raffiné, comme l'image qu'Elizabeth dégageait.

« Ma petite chérie... »

Sa seconde main descendait aussi, mais pas pour toucher de zone intime, il venait passer sur son ventre, ceinturant ainsi la petite blonde pendant qu'il se penchait plus sur elle. La tête par-dessus son épaule, il observait sa main caresser tendrement son sein à travers ses vêtements, c'était tellement... tellement... Il ne savait pas trouver les mots. Était-ce le manque de sexualité qui rendait cela si exquis, ou bien sa fille était parfaite ? C'était possible, Elizabeth était une très belle fille, qui deviendra dans quelques années une femme à la beauté fatale, à ne pas en douter.

« Tu t'occupes si bien de ton papa... »

Son regard ne pouvait se détacher de sa main qui continuait de tâter cette zone si délicate et tendre, c'était étrange, mais dans son cœur, dans son corps, il sentait une petite étincelle le faire revivre un peu. Oui, cette étincelle grandissait en lui. Et entre ses jambes, aussi, il sentait une étincelle grandir de plus en plus.

« Et tu l'aimes, ton papa, n'est-ce pas ? »

Attention de ne pas répondre non, il était dans un état étrange, sur une mauvaise pente, mais il était déjà en train de commettre un crime, n'en rajoutons pas un à la liste. Sa tête se tourna doucement vers elle, pendant qu'il baisait sa joue doucement, un seul baiser sur sa douce peau. Elle avait toujours eu cette peau si douce ? Oui. Et cette odeur ? Elle sentait si bon. Que ce ne soit que l'odeur de leur savon ou son odeur naturelle, sa fille sentait si bon.

« Est-ce que tu laisserais papa remercier sa petite fille chérie ? »

Bien que ce soit une question, il était le père de cette famille, c'était aussi à lui d'imposer ses choix, que ça leur plaise ou non. Que ce soit illégale ou non aussi. Il n'était pas trop tard pour faire demi-tour, bien que ce qu'il faisait là était déjà grave, le pire n'était pas encore franchi. La question, c'est de savoir s'il voulait vraiment s'arrêter... Hélas, il y avait peu de chance qu'il prenne conscience de son geste et cesse cela de suite. Il se sentait revivre, après cinq longues années à se sentir mourir, il se sentait revivre... Pourquoi souffler sur cette flamme qui ne demande qu'à grandir ?

Pages: [1] 2 3 ... 10
Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox