banniere
 
  Nouvelles:
LGJ accueille un nouvel Administrateur ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

  Voir les messages
Pages: [1] 2 3
1  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Les alentours de la ville / Re : Dark Art [Vanessa White] le: Décembre 03, 2017, 11:02:38
La chasteté était-elle une forme de sagesse ? On aurait pu croire à un sujet de philosophie, mais c’était ce que Vanessa, à tort, semblait croire. Quiet ne s’estimait pas comme une femme sage, mais plutôt... Eh bien, il était difficile de le dire. Elle avait été formée dans la Red Room, entraînée à masquer ses sentiments réels, à obéir aux ordres. Elle était une femme froide et dure, qui, après avoir vainement tenté de tuer Nick Fury, avait été sévèrement immolée. Elle était revenue à la vie en étant le cobaye d’une expérience redoutable, qui avait fait d’elle Quiet. Impossible de parler, désormais, sans qu’elle ne provoque la mort de ceux qui l’entendent. Elle était devenue l’instrument de la colère de Code Talker, un Navajo qui avait maudit toutes les langues du monde entre ses lèvres, sauf le navajo. Quiet était maudite, tout simplement, et aucun des scientifiques du SHIELD n’avait pu lutter contre ça. Ce faisant, Quiet était vue comme une pestiférée. Les gens qui la connaissaient se méfiaient d’elle, et le SHIELD la considérait comme un monstre. Sa seule véritable amie était Black Widow, mais Natalia était autant occupée qu’elle, et aussi peu désireuse qu’elle de repenser à leur jeunesse au sein de la Red Room.

« Hmmmm... !! »

Quiet gémit encore, en sentant les lèvres de Vanessa. Elle s’attaqua à ses seins, ses doigts explorant sa féminité. Excitée, Quiet écartait les jambes, favorisant ainsi l’accès des délicieux doigts de son amante. Vanessa se montrait volontairement intrusive, et rien de tout ça ne dérangeait la sniper.

« Hnnnn... »

La femme soupira encore, yeux clos, et répondit avec plaisir au baiser de la femme. L’une de ses mains se posa sur ses cheveux, et l’autre dans le creux de son dos. Sa langue joua avec la sienne, et elle soupira encore, son nez se frottant contre la sienne. Tout en l’embrassant, Quiet se tortilla un peu, sentant les mains de Vanessa tirer sur sa culotte. Quiet ferma les yeux alors, et soupira encore, avant de frémir en sentant la femme tirer sur sa belle culotte noire, l’abaissant lentement. Elle frémit en sentant le morceau de tissu glisser le long de ses jambes, et rougit à nouveau.

Son sous-vêtement fut retiré, et elle soupira donc, délestée de sa protection, puis vit le visage de Vanessa revenir vers son intimité. Quiet se pinça une nouvelle fois les lèvres, et ses doigts se crispèrent sur ses cheveux. Elle insistait, serrant sur la tête de la femme, comme pour l’inciter à venir la lécher.

« Hmmmm... !! »

Oh, comme elle avait envie de lui dire qu’elle avait envie qu’elle la lèche ! Qu’elle la suce ici, précisément ! Oui, là, ici !

*Vas-y, Vanessa, vas-y...*

Quiet était déjà en train de mouiller...
2  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Les alentours de la ville / Re : Dark Art [Vanessa White] le: Novembre 12, 2017, 09:27:00
Quiet n’avait pas honte d’admettre que le sexe était, pour elle, une grande inconnue, un domaine qu’elle ne maîtrisait pas énormément. Ses yeux fixaient avec curiosité et avec envie le corps de Vanessa, qui s’était mise à califourchon sur elle. Quiet Vanessa commençaient à sombrer dans une sorte de spirale, de délicieuse tornade, une vague de luxure qui les emmenait, l’une et l’autre, dans des profondeurs abyssales. Quiet se pinça les lèvres, et frémit ensuite en sentant les mains de Vanessa sur son corps, pendant que l’agente venait la complimenter sur ses formes. Quiet ne put que sourire, tout en ayant quelques rougeurs sur les joues. Un « beau corps »... Quiet aimait bien entendre ce genre de compliments, et c’est ce que son joli sourire exprimait. Elle crispa ses mains sur le lit, puis les remonta, venant caresser les hanches de Vanessa, frottant doucement sa peau, palpant son corps. Elle avait envie de dire qu’elle aussi, elle avait un « beau corps », mais les lèvres de Quiet ne pouvaient émettre aucun son intelligible. C’était sa malédiction, son identité.

Elle cligna des yeux en voyant Vanessa se rapprocher, et sentit un frisson la traverser encore quand son soutien-gorge lui fut retiré... Ou, plutôt, dégrafé. Elle s’attendait à ce que Vanessa l’ôte, mais elle préféra le laisser, et embrassa ensuite ses bonnets, faisant soupirer Quiet. Ces sensations...

« Hmmm... »

Étranges et exquises sensations ! Elle n’avait jamais ressenti ce genre de choses, ces picotements, ces pointes de douleur à hauteur de ses seins. Elle se tortillait sur place, et sentit Vanessa continuer à l’embrasser, tout en usant de ses mains sur son corps, explorant sa peau, la caressant, la faisant gémir longuement. Le soutien-gorge finit par partir, et les lèvres de Vanessa, sans tissu, s’attaquèrent à la peau nue de Quiet, explorant ses mamelons, les délicieuses bosses de son corps.

« Haaaa... ! »

Quiet sentit une main filer le long de son corps, sur son ventre, son estomac... Et elle descendit encore. Quiet déglutit lentement, sentant la chaleur croître dans son corps, et écarta volontiers les jambes, sentant les doigts de la femme s’immiscer entre ses cuisses, puis le long de sa culotte. Sa main gantée remonta alors, et se posa sur le creux des reins de Vanessa, avant de la caresser à son tour. Ses doigts, néanmoins, se crispèrent fortement sur la combinaison quand elle sentit ceux de Vanessa se faufiler sous la culotte, cherchant ainsi directement son sexe, ce petit trou humide et poilu.

La tireuse d’élite ferma encore les yeux, et remua sur place, avant de gémir encore, emplissant l’air de ses légers soupirs.

« Hmmmmm... !! »
3  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Les alentours de la ville / Re : Dark Art [Vanessa White] le: Août 29, 2017, 07:40:35
Quiet était-elle bisexuelle ? En fait, la question de la sexualité n’était pas si anodine que ça avec elle, comme avec toutes les personnes issues de la Red Room. On avait tellement trafiqué leurs corps, modelé leurs esprits, et façonné leurs modes de pensée, que la question du désir sexuel était plus sérieuse que ce qu’on ne pensait. Ressentir du désir, était-ce être capable de ressentir aussi des émotions ? Si oui, alors, dans ce cas, le fait d’aimer le sexe était la preuve que les Widows n’étaient pas dénuées d’émotions, malgré tous les efforts de leurs anciens instructeurs en ce sens. Quiet, en tout cas, répondait à cette vision des choses. Elle avait néanmoins aimé faire l’amour avant, mais ignorait encore si elle était capable de ressentir la même chose avec une femme. Il lui arrivait encore d’en rêver. Jamais son corps n’avait autant apprécié les pénétrations et les baisers de Fury, elle n’avait tout simplement jamais rien ressenti d’aussi bon...

...Et là, tandis que Vanessa l’embrassait et la caressa, Quiet se surprit à ressentir le même genre de sensations, des fourmillements perturbants et intenses. Tout son corps tremblait agréablement sur place, et elle serra nerveusement les mains en fermant les yeux. Déjà silencieuse, Quiet n’allait très certainement répondre, maintenant, que de manière corporelle. Lorsque le baiser se rompit, Vanessa, avant de la pousser, put sans doute voir que les joues de Quiet s’étaient légèrement empourprées. Vanessa la poussa alors délicatement, et Quiet s’affala sur son lit, un lit une place collée au mur.

Elle se redressa lentement, et frémit encore en la voyant se déshabiller, lentement. Vanessa retira sa combinaison d’agente, finissant dans de simples sous-vêtements noirs, mettant en valeur ses formes, son corps agréable et finement musclé.

*Je ressens une étonnante chaleur dans le creux de la poitrine, c’est... C’est perturbant.*

Et très inhabituel. Elle vit alors Vanessa se rapprocher encore, et poser ses mains sur son corps. Silencieuse, Quiet la regarda se poser au-dessus d’elle, s’installant à califourchon, les yeux légèrement écarquillés. Elle sortait clairement de sa zone de confort en ce moment, mais ce n’était pas la panique qui guidait sa réaction... Mais une forme croissante de désir, qui menaçait d’exploser dans sa poitrine. Vanessa lui précisa avoir « l’embarras du choix », et Quiet, en retour, lui sourit, comme pour l’inciter à faire ce qu’elle voulait.

C’est ce qui l’amena à se pencher vers elle, et à multiplier les baisers. Quiet soupira alors, et répondit à celui sur ses lèvres, tout en remontant ses mains le long des hanches de la femme... Mais, concrètement, la meilleure position pour les poser fut le bassin de l’agente, ce qui l’amena donc à serrer ses deux mains sur ses fesses, et à gémir longuement, tout en crispant ses doigts dessus.

« Hmmm... »
4  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Les alentours de la ville / Re : Dark Art [Vanessa White] le: Août 11, 2017, 11:07:38
Après leur danse, Quiet se sentait ragaillardie. Surtout, elle n’avait encore montré à personne tout ce qu’elle avait montré à Vanessa. Sa passion pour les chats, ses dessins… Quiet s’était inhabituellement confiée envers elle, comme si, en son for intérieur, elle avait envie de faire confiance à cette femme. C’était très inhabituel. Quiet était effectivement une femme froide et détachée, un trait commun à la plupart des élèves issus de la Red Room. Sur ce point, Black Widow n’était pas bien différente de Quiet, par exemple. Mais, en l’état, c’était autre chose qui intéressait Vanessa, puisque, un peu gênée, elle lui demanda si elle avait déjà fait… « La chose ». Quiet resta silencieuse, haussant imperceptiblement les sourcils, et Vanessa, ne sachant visiblement pas sur quel pied danser, rajouta que les adultes devaient jouer à des jeux d’adulte, des jeux très « précis »… Ce qui était d’autant plus amusant que Vanessa s’embourbait, mais se fit néanmoins comprendre en déposant un baiser sur le coin de sa joue, et sur la commissure de ses lèvres.

Restée inexpressive, Quiet finit par remuer ses lèvres, se les humectant avec sa langue, et déplaça encore ses doigts.

[Tu me prends pour une enfant ?]

Elle sourit alors, comme pour montrer que la gêne de Vanessa l’amusait. Quiet n’avait cependant pas pour habitude de tourner autour du pot, même en matière sexuelle. Elle rajouta donc rapidement, en décrivant avec ses doigts des gestes très expressifs :

[Je connais le sexe… Et je ne suis pas vierge.]

Les détails lui appartenaient. Quiet avait perdu sa virginité il y a plusieurs années, en Afghanistan… En compagnie de Nick Fury. Mais c’était une histoire qui lui appartenait, et qu’elle n’avait pas spécialement envie de dire à Vanessa. Toutefois, Quiet concédait n’avoir pas souvent fait l’amour, et n’avoir aucun amant régulier, ni aucun partenaire. À vrai dire, sa vie se prêtait mal à une relation conjugale. Elle ne pouvait pas porter de vêtements, ni vivre en société, et souffrait même d’agoraphobie, même si on ne le voyait pas de prime abord.

Quiet poursuivit alors, et embrassa brusquement Vanessa, en plein sur les lèvres, posant sa main sur sa nuque, et maintint le contact pendant plusieurs secondes, avant de rompre le baiser. Elle sourit de nouveau, et cligna un œil, pour reprendre ensuite, en s’écartant :

[Mais je n’ai encore jamais couché avec une femme.]

Il fallait bien un début pour tout…
5  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Les alentours de la ville / Re : Vortuka [Dana Sidorova] le: Août 08, 2017, 11:39:53
L’une des prisonnières avait tenté de s’enfuir. Quiet, qui avait trouvé une position idéale sur un toit, observa la scène en fronçant les sourcils. Elle savait ce que ces filles allaient subir, mais sa mission était précise. Elle ne pouvait pas les aider sans risquer de compromettre cette dernière. Outre les gardes autour du camion, il y avait aussi les sentinelles sur les miradors. De plus, les civiles risquaient de paniquer, de hurler, et ainsi d’attirer encore plus d’ennemis. Non, la prudence impliquait de faire ce qui devait être fait. C’était cruel, certes, mais Quiet n’était pas une héroïne. Elle n’était pas venue ici pour sauver la veuve et l’orphelin, mais pour se renseigner sur les expériences scientifiques qui avaient été réalisées dans les profondeurs de Vortuga. Elle comptait donc s’infiltrer dans le complexe principal quand elle vit une femme débarquer depuis un camion, tirer sur un mercenaire au genou, et canarder les autres, à l’aide d’un pistolet surmonté d’un silencieux.

*Qu’est-ce que c’est que ça ?!*

Surprise, Quiet réagit tout aussi rapidement.

« <Boris ? Qu’est-ce que tu... ?!> »

Les interrogations du mercenaire se coupèrent net quand une balle l’atteignit dans le torse. Il tomba au sol, en grognant, le bruit de sa chute attirant deux hommes près d’un coin de feu. Fort heureusement, une nuit profonde régnait, avec une tempête de neige, de sorte que la visibilité des tueurs était très réduite... Mais un projecteur se rapprochait lentement, et allait se cibler droit sur la scène de combat.

Soudain, le projecteur explosa sur place, surprenant la sentinelle à côté.

« <Putain ! Une ampoule a encore claqué !> »

Il se dirigea vers le projecteur, afin de l’examiner. Inutile de dire qu’il trouverait rapidement une douille... Mais une autre balle fusa, et l’atteignit à l’arrière du crâne, répandant sa cervelle sur le projecteur, tout en envoyant son cadavre s’écrouler sur le toit du mirador. Quiet cibla ensuite les deux autres tueurs, qui se rapprochaient des camions. L’un d’eux activa une lampe située sur son torse, et éclaira ainsi le corps couché de leur camarade, qui était encore sonné.

« <Putain... !> »

Un autre tir vint, et transperça le crâne du tueur, le clouant au sol. La chance de Quiet, c’est qu’ils n’étaient pas très prudents. Ici, dans ce goulag abandonné, ils ne s’attendaient sûrement pas à tomber sur de la résistance, et les deux hommes étaient éméchés. Le second réagit trop lentement, et une balle lui transperça la gorge. Il écarquilla des yeux, et tomba à genoux, sa main gantée se posant contre sa gorge, cherchant en vain à retenir le sang qui filait de sa plaie.

Quiet, consciente qu’elle ne pouvait pas rester discrète maintenant, sauta en contrebas, et se rapprocha rapidement. Elle remit son fusil à lunette dans son dos, et sortit son pistolet, un Glock 17, en se rapprochant. Elle entendit l’homme au sol se redresser vainement, avant d’être abattu par la femme, et Quiet réfléchit. La difficulté, c’est qu’elle ne pouvait pas parler, et elle ignorait les intentions de cette femme.

Entre-temps, les prisonnières pleuraient en se tortillant sur place, et celle qui avait demandé de l’aide à Dana se rapprocha d’elle.

« <Pitié ! Vous devez me sauver de là, ces monstres sont des porcs! Je veux retrouver mes parents ! Pitié, aidez-moi !> »

Pour l’heure, Quiet choisit d’attendre. Elle était dissimulée derrière le camion. Dana savait que quelqu’un l’avait forcément aidé à abattre les renforts ennemis, mais Quiet, ignorant ses intentions, réfléchissait un peu... Et aviserait en fonction. Bien sûr, rien n’interdisait que Dana la trouve en fouillant autour du camion...

*Merde, qu’est-ce que je dois faire ?*

La prudence voudrait qu’elle neutralise aussi cette femme, ainsi que toutes les Sibériennes, mais elles risquaient d’hurler encore plus fort, et d’attirer d’autres gardes. De plus, il fallait aussi dissimuler les corps, si jamais des patrouilles approchaient... Ce qui était impossible à faire, avec cette femme qui se trouvait là.
6  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Les alentours de la ville / Re : Dark Art [Vanessa White] le: Juillet 31, 2017, 12:37:31
Tout était possible dans la vie... Y compris danser sur du Rick Astley après avoir affronté un psychopathe jouant avec le sang des autres pour créer de sinistres tableaux, le tout dans un refuge de La Main ! L’impensable s’était donc produit, et, sous la voix entraînante de Rick Astley, Quiet, qui était loin de se douter que ce classique des années 80’s, avait fait l’objet, il y a quelques années, d’un meme Internet, se laissa aller. Danser était pour elle assez nouveau, et relativement surprenant, mais elle avait déjà eu l’occasion de le faire... En Afghanistan, avec Fury. Là-bas, au vu de ses origines, la sniper était enfermée dans une cage (dont elle s’évadait sans aucune difficulté), et écoutait fréquemment de la musique, tout en lisant des bandes dessinées. Et, une fois, elle était sortie de sa cage, alors qu’il pleuvait sur l’Helicarrier, et avait joué à jeter de l’eau sur Fury. Ce dernier y avait répondu, et Quiet avait ri, ri avec toute l’innocence dont on l’avait privé depuis sa plus tendre enfance. Sonder l’esprit des filles originaires de la Red Room, c’était un exercice difficile. Froides et asociales, elles n’étaient pas pour autant dénuées d’humanité, comme Black Widow le prouvait... Ou encore Quiet.

Quiet dansait donc avec Vanessa, accomplissant des mouvements improbables, dans la pièce étroite. Une scène aussi impossible qu’insolite. Pour autant, et toute proportion gardée, ce ne fut pas non plus une danse renversante et incroyable, plus une série de mouvements, mains dans les mains, à remuer sur place, et à se déhancher... Sans passion excessive, mais avec une ardeur manifeste. Le rickroll finit par se terminer au bout de plusieurs minutes, et Quiet sourit à Vanessa de toutes ses dents... Avant de subitement la prendre dans ses bras.

Le geste aurait de quoi surprendre Vanessa, car il s’agissait... Tout simplement d’un câlin. Un geste affectueux, mais, venant de la part d’une femme incapable de parler, c’était la meilleure manière qu’elle connaissait de s’exprimer. Ça... Ainsi que le petit bisou qu’elle fit ensuite sur la joue de Vanessa.

[Merci] fit-elle ensuite avec ses doigts.

Elle s’était bien détendue pour le coup... Mais que pouvait-elle faire maintenant ? Elle attendait de voir si Vanessa avait des idées de musique en tête... Ou d’autres choses à l’esprit. Quiet, après tout, n’était pas bien difficile !
7  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Les alentours de la ville / Re : Dark Art [Vanessa White] le: Juillet 16, 2017, 08:59:51
Avant de rejoindre Fury et le S.H.I.E.L.D. en Afghanistan, la musique était une grande inconnue pour Quiet. Enfin, elle se rappelait des quelques airs de musique classique qu’elle avait entendu à l’époque de la Red Room Academy, afin de la perfectionner dans son rôle de ballerine factice, mais, au-delà de ça, elle n’avait jamais vraiment connu la musique. Pour faire d’elle une humaine plus normale, Fury lui avait fait découvrir toutes ces choses dont elle n’avait jamais entendu parler : les loisirs. Un concept très curieux pour Quiet, car les loisirs étaient destinés à stimuler une âme d’enfant dont la tireuse avait été dépourvue, puisque n’ayant jamais eu une enfance normale. Mais la musique avait eu, sur elle, un étrange résultat. À l’époque, elle était enfermée dans une cage, et écoutait régulièrement de la musique. Mais danser ? Ça n’avait jamais vraiment été quelque chose d’inné chez elle, contrairement, visiblement, à Vanessa.

Cette dernière lui expliqua que la musique et la danse étaient liées, et qu’il fallait écouter la musique en dansant, ne serait-ce qu’en bougeant la tête. Quiet fronça les sourcils, et, quand elle remit les écouteurs, elle laissa passer quelques secondes, puis remua la tête de droite à gauche, avant de regarder très sérieusement Vanessa, comme pour s’assurer que c’était la bonne chose à faire.

[Je ne sais pas... Je ne sais pas comment danser.]

Elle n’avait jamais appris à faire ça, et Quiet ne savait pas faire quelque chose si on ne le lui apprenait pas. En revanche, elle avait toujours soif d’apprendre, et se dépêcha de retirer les écouteurs, puis alluma sa chaîne HiFi, afin d’y charger une musique, qui, selon elle, lui semblait parfaite pour ce qu’elles avaient en tête. Quiet se retourna ensuite vers Vanessa, et lui parla à nouveau :

[Je veux bien que tu m’apprennes. Maintenant.]

Quiet connaissait pour ça une très bonne chanson, très rythmée, et qui, comme on pouvait s’y attendre, appartenait également à la playlist de Fury. Après A-Ha, elle opta donc pour Rick Astley, avec une musique très célèbre, qui datait de l’an 1987, et remise au goût du jour avec Internet et le phénomène du rickroll : « Never Gonna Give You Up ». Et, pendant que les premiers airs de la musique s’enclenchaient dans la chambre de Quiet, elle tendit sa main gantée vers Vanessa, et lui parla alors, par l’esprit :

*[MT] Montre-moi comment on danse, Vanessa. [/MT]*

Et les premières paroles de la musique commencèrent à venir, sur un ton très disco :

We're no strangers to love
You know the rules and so do I
A full commitment's what I'm thinking of
You wouldn't get this from any other guy
8  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Les alentours de la ville / Re : Vortuka [Dana Sidorova] le: Juillet 03, 2017, 12:54:15
Au lendemain de l’éclatement de l’URSS, un stock considérable d’armes de guerre s’était retrouvée sans maître. Des entrepôts entiers abritant quantité d’armes inutilisables, et dirigés par de vieux généraux désabusés. Les années 1990’s avaient été l’âge d’or du trafic d’armes, les marchands de mort récupérant quantité d’armes et de véhicules militaires, pour pouvoir ensuite les revendre aux plus offrants. Scar Eye s’inscrivait dans cette logique. Bloomkiev était un ancien militaire de l’Armée Rouge, proche du PGU, la première direction générale du KGB. À ce titre, il avait obtenu quantité d’informations sur les stocks d’armes soviétiques, ce qui lui avait permis de se reconvertir aisément. Et, à tire plus personnel, Bloomkiev était connu pour être un tortionnaire, relativement sadique, prenant un malin plaisir à battre à mort les femmes avec qui il couchait.

Quiet n’était pas là pour rendre justice, mais pour obtenir des informations sur son passé, et sur les expériences de Voronov sur la Bactérie-Z. Elle savait que c’était ça que Bloomkiev recherchait. L’avenir de la guerre n’était plus vers les armes traditionnelles, mais vers les armes chimiques, bactériologiques. Et, grâce à sa position d’influence qu’il avait jadis dans le KGB, ou grâce à ses contacts actuels dans le FVSB (le successeur du KGB), il avait sûrement dû entendre parler de Voronov et de ses recherches. En effet, Quiet savait que, pour ses recherches sur la Bactérie-Z, Voronov avait repris les recherches de Code Talker sur les parasites vocaux, le virus mortel dont Quiet était dotée, et qui lui interdisait de parler... Sauf en navajo.

Le passé refait donc surface sous bien des formes. Mais, dans le présent, Quiet avançait sur un toit. Elle était invisible, usant d’un camouflage optique, qui était liée à ses capacités surnaturelles. En revanche, la femme ne portait aucune combinaison sur le corps, et ce malgré le froid polaire qu’il faisait en ce début de soirée. Encore une fois, c’était là un héritage des recherches et des expériences qui avaient été conduites sur son corps. Elle avait traversé la forêt entourant Vortuka sans trop de problèmes, évitant les sentinelles. Bloomkiev avait déployé un nombre considérable d’hommes dans et autour de l’ancienne prison, empêchant ainsi les curieux de s’approcher, tout en s’approvisionnant auprès des villages locaux.

Quiet avançait sur le toit, dans la partie industrielle du goulag, au-dessus d’un ancien entrepôt abandonné, quand elle vit un camion se rapprocher. Les portes de Vortuka s’ouvrirent, et elle observa ce dernier. C’était un camion de ravitaillement, amenant de la nourriture, mais aussi d’autres choses. Les hommes de Bloomkiev étaient coincés ici depuis plusieurs jours, et avaient rapidement trouvé un moyen efficace de lutter contre la monotonie. Le camion fila le long d’une rue, avançant au pas, et Quiet le suivit, filant sur son toit, bondissant sur un couloir en hauteur reliant deux bâtiments, et grimpa sur l’autre. Elle pouvait se déplacer à grande vitesse, creusant l’air autour d’elle, mais il n’y avait personne pour la remarquer, ce qui fit qu’elle put se rapprocher d’une place centrale, où le camion s’arrêta. Des projecteurs éclairaient la zone, et d’autres gardes se rapprochèrent du camion, congratulant le pilote et son complice quand ils sautèrent hors du camion.

« <La pêche a été bonne ?>
 -  <Tu sais ce qu’on dit sur les paysannes sibériennes, on fait avec ce qu’on trouve.>
 -  <On en a encore pour un bout de temps, le chef est acharné, et la base est grande.>
 -  <Raison de plus pour s’occuper comme il faut.> »

Parlant en russe entre eux, ils allèrent à l’arrière du camion. Quiet entendit alors quelques hurlements, puis les hommes haussèrent la voix, et donnèrent des coups, puis sortirent plusieurs femmes, qui pleuraient. Elles furent jetées hors du camion, où d’autres malfrats ricanèrent grassement. L’une se releva alors, cherchant à s’enfuir, mais se reçut un coup de crosse en plein visage, qui l’envoya s’écraser dans la neige, à côté du camion... Et à côté de Dana, par la même occasion.

« <Haha, elles sont combatives !>
 -  <Allez, on décharge tout ça, et on aura de quoi s’occuper pour ce soir !> »
9  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Les alentours de la ville / Re : Dark Art [Vanessa White] le: Juin 29, 2017, 08:55:40
À la Red Room Academy, Quiet avait appris à utiliser les animaux pour ses missions. L’avantage indéniable du chat, dans une mission d’infiltration, notamment une mission consistant à attendre des heures, voire des jours, que le convoi ennemi s’approche, c’est que le chat avait une très bonne ouïe, lui permettant d’entendre les bruits de pas d’ennemis qui approchent. Bien sûr, il y avait surtout les chiens, mais les instructeurs de la Red Room n’avaient négligé aucune possibilité. Quand Quiet s’était retrouvée sous les ordres de Fury, le Directeur du S.H.I.E.L.D. avait essayé de lui montrer que la vie ne se résumait pas qu’à ses missions. Or, à l’époque (et même toujours maintenant), Quiet était très asociale. De fait, elle avait affronté des soldats locaux, manquant parfois les tuer, surtout quand ces derniers tenaient des propos indécents à son égard. Fury avait souvent dû intervenir pour empêcher que Quiet ne les tue.

Finalement, le chat était la seule chose capable de percer le mur qui entourait Quiet. Il faudrait sans doute se plonger dans son passé pour le comprendre. À la Red Room, la vie avait été très difficile, et Quiet, quand elle se sentait seule, recevait souvent des câlins de la part du chat qu’on lui avait affecté pour qu’elle le dresse, et l’utilise au combat. Le fait est qu’elle avait fini par voir en lui son seul ami, vu que les espionnes de la Red Room, tout en étant des camarades, devaient régulièrement se battre, si ce n’est s’entretuer.

Vanessa indiqua qu’elle aimait aussi les chats, et rendit à Quiet son carnet de dessin. Là encore, on lui avait appris à dessiner à la Red Room, mais son style était très industriel. C’était u dessin technique qu’elle avait appris : conceptualiser des plans, les lire... On n’avait pas égayé son instinct à l’art. Vanessa lui demanda ensuite si elle savait danser. Quiet la regarda silencieusement, en se demandant surtout si l’agente avait lu son dossier. Elle appuya sur sa montre, et forma un carnet holographique, sur lequel elle écrivit rapidement deux mots :

BOLSHOI THEATRE

Quand la formation des Widows avait été terminée, leurs instructeurs leur avaient donné une nouvelle identité, et avaient procédé à un lavage de cerveau, les affectant ensuite à différents services, voire à la vie civile. Et, pour réussir ce tour de force, ils avaient recréé leurs souvenirs, en leur faisant croire que toutes leurs années de formation s’étaient en réalité déroulées à suivre des cours de ballet au Bolshoi Theatre, un théâtre historique de Moscou.

Autrement dit, Quiet savait danser. Mais, après tout, ce n’était pas tant ça que Vanessa lui avait demandé, que de savoir si elle aimait danser. Ce à quoi Quiet répondit ensuite, à l’aide du langage des signes :

[J’aime bien la musique, mais je ne danse pas. J’ai écouteurs et un baladeur que Fury m’a donné.]

Elle se redressa, et récupéra rapidement le walk-man, qui se trouvait dans un placard. C’était un modèle assez âgé, qui datait des années 1980’s. Elle le tendit à Vanessa, les écouteurs reliés à ce dernier, et appuya sur le bouton « PLAY ». La musique qui en sortit était un incontournable classique des Eighties : « Take On Me », de A-ha.

[Et toi ? Tu aimes la musique ?]
10  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Les alentours de la ville / Vortuka [Dana Sidorova] le: Juin 26, 2017, 12:45:20
Goulag de Vorkuta
Sibérie, Russie



Vorkuta avait été construit en 1932, et avait commencé à recueillir de nombreux opposants politiques soviétiques, notamment des trotskistes. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, le goulag de Vorkuta avait continué à gagner de l’influence, et un réseau ferroviaire avait été construit, avec, en son centre, Vorkuta. Le réseau reliait Vorkuta à d’autres structures plus petites : Konosha, Kotlas, et Intas. Ensemble, ces quatre zones constituaient Vorkuta et ses succursales, une grande prison abritant quantité d’usines, des ateliers, et une grande mine où les prisonniers travaillaient d’arrache-pied. Après la guerre, et pendant la Guerre Froide, Vorkuta avait continué à tourner à pleins régimes.

Le goulag avait été fermé en 1986, dans le cadre du glasnost, une politique libérale et de transparence menée par Mikhail Gorbatchev, qui voulait changer et réformer le pays, notamment en révélant au grand jour les atrocités commises par Staline. Dans le cadre de ce programme, Gorbatchev avait fermé Votruka. Pendant des années, le goulag avait donc été abandonné... Du moins, officiellement.

*En tout cas, maintenant, il y a du monde...*

La mission de Quiet était claire. Le S.H.I.E.L.D. enquêtait sur une bactérie, officiellement appelée « Bactérie-Z ». Cette étrange bactérie se trouvait dans un astéroïde qui, en 2012, s’était heurtée à une fusée expérimentale lancée par les Russes depuis le complexe de Baïkonour. Les rapports obtenus sur la récupération de l’astéroïde étaient classifiés, mais l’organisation avait appris que, malgré des ordres officiels visant à détruire les échantillons du virus, un programme de recherche avait toujours lieu, impliquant un ancien général soviétique, qui avait réussi à conserver son poste : Orloff.

Le MI-6 britannique avait réussi à obtenir un échantillon du Bactérie-Z, mais l’échantillon avait été détruit par l’une des anciennes sœurs de Quiet : Black Widow. À cette époque, Natalia travaillait encore pour le compte de la Red Room. Elle avait fini par être capturée par le S.H.I.E.L.D., et, après un traitement psychiatrique, était sortie de son conditionnement, mais sans se rappeler, malheureusement, des ordres d’Orloff.

*Et c’est là que Vorkuta intervient...*

Orloff, quand il était jeune, avait été le Directeur de Vorkuta. Et Quiet savait qu’Orloff avait fait partie des militaires ayant supervisé la Red Room Academy, à laquelle Quiet avait fait partie. La Red Room était une école très particulière, visant à former, dès la jeunesse, des orphelines, afin d’en faire des espionnes et des tueuses, sans famille, sans attache, formées à tuer et à se camoufler dès l’enfance. Quel rapport entre le programme Red Room et la Bactérie-Z ? Quiet espérait justement trouver des réponses à Vorkuta.

Car Vorkuta, derrière le camp de travail, abritait aussi un laboratoire de recherche, qui avait été utilisée par les Soviétiques, après la Seconde Guerre Mondiale, pour mener des recherches sur des détenus. Le SHIELD avait obtenu des éléments, notamment des ordres de transfert, montrant que des scientifiques nazis avaient été emmenés à Vorkuta pour travailler sur le développement d’armes bactériologiques. Vorkuta n’avait, en soi, pas servi de lieu pour la Red Room Academy, mais Quiet espérait bien y trouver des renseignements sur la Bactérie-Z, car elle savait que les scientifiques d’Orloff s’étaient appuyés sur d’anciennes recherches en la matière.

Malheureusement, Vorkuta était actuellement sous la coupe réglée d’une milice rebelle, des terroristes dirigés par un vendeur d’armes internationalement recherché : Sergeï Bloomkiev, surnommé « Scar Eye », en raison de la cicatrice qu’il portait le long de son visage, et qui le rendait borgne à hauteur de l’œil droit. Un criminel envers qui un mandat d’arrêt avait été décrété. Il s’était notamment rendu à Tchernobyl pour essayer de récupérer du matériel de guerre il y a des années.

Quiet était sûre que Bloomkiev et ses hommes cherchaient le laboratoire de recherches secret dissimulé dans les profondeurs de Vorkuta, mais encore fallait-il qu’elle puisse s’y infiltrer...
11  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Les alentours de la ville / Re : Dark Art [Vanessa White] le: Juin 11, 2017, 01:40:16
Qu’est-ce qu’une jeune femme comme Quiet pouvait bien faire de son temps libre ? La question méritait d’être posée, car la sniper avait grandi dans la Red Room, et était une véritable bombe ambulante. La laisser en liberté pouvait être considéré comme étant d’une grande irresponsabilité pour le S.H.I.E.L.D., vu que Quiet pouvait tuer juste en parlant. Mais méritait-elle d’être enfermée à vie à Ryker’s ? Somme toute, Quiet n’était qu’une victime, victime de manipulations génétiques et expérimentales, victime de la démence d’autres hommes. C’est en considération de ces éléments, et aussi du fait qu’elle leur était plus pratique en étant une alliée qu’une ennemie, que Nick Fury avait pris la responsabilité de l’engager. Et, maintenant que Fury était parti, le S.H.I.E.L.D. avait conservé Quiet.

Vanessa avait donc reçu sa nouvelle affectation, et l’agente l’accueillait. Elle savait que, dans son métier, il fallait parfois attendre. Ça ne l’empêchait pas d’avoir d’autres choses à faire. Elle allait par exemple devoir taper son rapport, expliquant précisément ce qu’elle avait vécu dans la base de La Main, et veiller à s’entraîner. Les agents du S.H.I.E.L.D. continuaient régulièrement à s’entraîner et à se former, bien après avoir quitté les bancs de la S.H.I.E.L.D. Academy. Après tout, vivre au sein du S.H.I.E.L.D. était une aventure perpétuelle, vu que l’organisation affrontait régulièrement de nouvelles menaces, et remettait également à jour continuellement ses méthodes.

Après l’entretien avec Coulson, le duo bénéficiait également d’une nouvelle chambre. Visiblement, le Directeur du complexe souhaitait une coopération à terme, et, sans doute ovulait-il aussi que Vanessa contribue à offrir à Quiet un autre horizon que l’entraînement militaire et les missions d’infiltration. Malheureusement, les filles issues de la Red Room n’étaient guère connues pour leur sociabilité. Elles avaient tellement appris à maîtriser leurs émotions qu’elles en semblaient impassibles.

Le duo arriva donc dans la chambre, et Vanessa expliqua à Quiet qu’elle pouvait se délester de son équipement. Silencieuse, Quiet acquiesça, et rangea son fusil à lunette dans un casier. Elle n’aimait pas trop être totalement désarmée, mais, après tout, son corps lui-même était sa première arme. C’était là l’un des enseignements de la Red Room. Avant toute chose, on apprenait à se battre avec son corps. Les armes à feu et les armes blanches n’étaient que des outils, des expansions du corps. Quiet les retira donc, et s’assit ensuite sur le lit. Vanessa, ne sachant pas trop sur quel pied danser, lui demanda alors si elle était prête à ce qu’elles aillent prendre un verre ensemble.

Vanessa lui demandait visiblement ses goûts, et Quiet, après quelques instants, répondit en remuant les mains, utilisant encore le langage des signes pour communiquer.

[Je n’ai rien contre. J’aime bien la musique, et je dessine aussi un peu.]

Quelques secondes passèrent, puis Quiet rajouta.

[Tu veux voir mon carnet ?]

Très étonnamment, elle ne l’avait encore montré à peu de gens. Ce n’est pas qu’elle se sentait particulièrement timide, mais elle n’en avait tout simplement jamais vu l’intérêt. En réalité, Vanessa serait la troisième personne à voir ses dessins. Nick Fury avait été la première, et le psychiatre du S.H.I.E.L.D. la deuxième. Mais là, elle le faisait uniquement pour partager à Vanessa ses goûts. Quiet se redressa donc, et récupéra dans ses affaires un carnet Moleskine.

Elle le tendit ensuite à Vanessa. Quiet avait une mémoire photographique, et un trait extrêmement précis. Ses dessins étaient en réalité des photographies d’images ou de paysages intéressants qu’elle avait aperçus, et qu’elle avait aimé. Elle fit de nouveaux gestes pour s’expliquer :

[Fury m’avait dit de dessiner ce que j’aimais bien voir.]

Il y avait essentiellement des paysages de coucher ou de lever de soleil, ainsi que beaucoup d’animaux. Des daims, des lapins, des chats… Quantité d’éléments qui avaient été pendant longtemps inconnus aux yeux de Quiet, et qui témoignaient de sa grande soif de curiosité du monde entier. On lui avait appris bien des choses à la Red Room. Comment tuer, comment mener à bien des opérations d’infiltration, ce genre de choses… Mais jamais à apprendre des choses simples, comme ce qu’était la Nature. Quiet désigna du doigt le chat qu’elle avait dessiné.

[C’est Poupette. Quand j’étais en Afghanistan, Nick Fury m’avait donné ce chat. Poupette est morte de vieillesse, mais je compte bien acquérir un nouveau chat. Tu aimes les chats ?]
12  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Les alentours de la ville / Re : Dark Art [Vanessa White] le: Juin 05, 2017, 01:23:45
Le bus avait fait partie de ces éléments que Maria Hill, en reprenant les rênes du S.H.I.E.L.D., avait supprimé. Le bus était un programme spécial de Nick Fury, la formation d’un petit groupe d’agents afin de mener des opérations sensibles, et souvent illégales, ou, en tout cas, dans l’irrespect total du droit international. Et, même si le S.H.I.E.L.D. n’était pas, à proprement parler, une organisation fédérale américaine, il n’était pas moins vrai que le principal soutien de l’organisation était l’Oncle Sam. À bord du Bus, Coulson avait dirigé des missions variées, qui avaient fait l’objet de rapports classifiés. À vrai dire, Coulson ignorait ce qu’il était advenu du Bus depuis l’époque où il avait été limogé. Tout portait à croire qu’il avait été détruit à l’époque de Norman Osborn et du HAMMER.

Coulson revint néanmoins à la réalité. Maintenant, il était retourné au sein du S.H.I.E.L.D., et disposait d’un poste crucial. Il était le Directeur du complexe de Seikusu Base Camp, ce qui n’était pas négligeable, loin s’en faut. Phil savait que Maria Hill avait été contrainte de le limoger, afin de prouver à ses supérieurs qu’elle avait réellement envie de purger le S.H.I.E.L.D. de l’influence de Nick Fury. Après le HAMMER, réintégrer Phil et les anciens membres de son équipe n’avait pas été très difficile.

Quiet, toujours assise, apprit que Vanessa voulait travailler avec elle, et elle sourit brièvement, tout comme Phil, avant de recevoir un message télépathique de Vanessa.

« Vous me devancez, Agent White. »

Phil se rassit sur son fauteuil, et ouvrit devant lui un dossier. C’était celui de l’affaire en cours, le mystérieux méta-humain peintre de sang.

« Vous formez un bon duo, toutes les deux, et vos capacités télépathiques, Agent White, constituent une excellente manière de vous rapprocher de Quiet. »

Cette dernière resta silencieuse, ce qui équivalait à une forme d’assentiment. Pour autant, Coulson ne savait pas trop si cette association marcherait. Quiet avait déjà prouvé être une femme très indépendante, et il n’était pas sûr qu’elle accepte l’idée d’avoir une partenaire à temps complet. Après tout, les Widow étaient connues pour être des fortes têtes, habituées à agir seules, et sans avoir à dépendre de qui que ce soit.

« J’approuve donc cette proposition. Il ne tient maintenant plus qu’à vous d’enquêter. Nos experts scientifiques n’ont pas encore eu le temps d’analyser pleinement la peinture que nous avons retrouvé dans le complexe de La Main. »

Phil laissa planer quelques secondes, avant de reprendre :

« En attendant d’avoir des informations supplémentaires, je vous conseille de prendre du repos, et d’apprendre à vous connaître. Dès que nous aurons du neuf, vous en serez informées. »
13  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Les alentours de la ville / Re : Dark Art [Vanessa White] le: Mai 02, 2017, 12:01:31
Phil Coulson. Il était l’un des agents les plus expérimentés du S.H.I.E.L.D., l’un des plus anciens. Un proche de Nick Fury, qui faisait partie de ces vieux dinosaures que le gouvernement regardait avec une certaine forme d’hostilité, tout en étant obligé de travailler avec eux, faute de pouvoir se passer d’eux. Coulson était une pointure. Il se trouvait déjà là, à l’époque de la guerre d’Afghanistan, ce qui amenait certains à se demander si lui aussi ne bénéficiait pas d’un dérivé de la formule d’Infinité, ce sérum magique qui avait permis à Nick Fury et aux Howling Commandos d’acquérir un âge très avancé. Phil n’était pas le Directeur du S.H.I.E.L.D., mais il était suffisamment bien placé pour diriger un bunker, et pour avoir l’attention de Maria Hill. Rien que ça suffisait à avoir le respect, et Vanessa, de fait, était plutôt impressionnée face à lui, même si elle cherchait à le montrer.

Coulson sourit alors quand la jeune agente évoqua le « Bus ».

« Vous êtes bien renseignée, Agent White. Le bus, dites-vous... C’est un projet confidentiel. »

Il se déplaça un peu, et sourit légèrement, avant de sembler être perdu dans ses pensées, se rappelant de vieux souvenirs lointains, à même de le rendre nostalgique.

« J’ai effectivement dirigé une unité spéciale, à une certaine époque... Mais, maintenant, je suis à un bureau. Ça ne m’empêche pas de revoir les membres de mon ancienne équipe, mais... Il n’y a plus de bus. »

Le « bus » était un Quinjet amélioré, qui avait été utilisé comme plateforme mobile pour permettre à une petite équipe de mener des missions délicates pour le compte du S.H.I.E.L.D. Fitz-Simmons, Mélinda May, Daisy Johnson, et Grant Ward, avaient été les membres de cette équipe. Ils étaient alors dirigés par Coulson, mais l’équipe s’était fracturée quand Ward les avait trahis, en leur révélant être un agent d’HYDRA. Depuis lors, l’équipe avait été démantelée, et ce d’autant plus qu’il y avait eu d’autres éléments allant pour sa dissolution... Notamment la chasse aux sorcières lancée par Maria Hill quand Nick Fury avait mené sa guerre secrète. L’unité spéciale de Coulson avait été démantelée, jugée comme étant un reliquat de l’époque Fury, dont plus aucun politicien ne voulait.

Coulson se déplaça encore, et retourna s’asseoir sur sa chaise, avec un léger sourire.

« On avait même un bar... Mais il me reste toujours Lola. Je vous ferais peut-être grimper dedans, un jour. »

Quiet restait, comme à son habitude, silencieuse, et, surtout, inexpressive. Sur ce point, elle ressemblait beaucoup à Natalia, mais... En pire. Black Widow, elle, pouvait au moins parler.

« Enfin... On va mener une enquête sur ce type, sur La Main, sur leurs relations entre eux... Entre-temps, il va falloir trouver de quoi vous occuper. J’aurais bien envie de vous mettre sur ce dossier... Si vous en avez envie, bien sûr. »
14  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Les alentours de la ville / Re : Dark Art [Vanessa White] le: Avril 18, 2017, 12:36:49
Seikusu Base Camp
Plus tard


« La bonne nouvelle, c’est que nous avons démantelé une base importante de La Main. Nos analystes et nos experts sont en ce moment en train de rechercher les appuis financiers liés à cette installation, de manière à pouvoir remonter la fourmilière. »

La Main avait beau être une organisation ancestrale, avec un fonctionnement religieux, elle avait aussi un fonctionnement très moderne, à base de sociétés-écrans, de comptes bancaires placés dans des paradis fiscaux, et de soutiens auprès de multiples entreprises, dont les conseils d’administration n’avaient parfois pas eux-mêmes conscience qu’ils soutenaient La Main. L’organisation avait été fondée il y a plusieurs siècles, et, comme son nom l’indiquait, elle avait, depuis cette période, la mainmise sur le Japon. Les puissants clans yakuzas japonais craignaient La Main, et personne n’oserait se heurter à elle. Kagenobu Yoshioka, le fondateur de La Main, avait créé cette dernière à l’aide d’une métaphore simple : le Japon était composé de cinq îles principales, qui, comme les cinq doigts de la main, devait se regrouper autour d’une main pour les fédérer. Imaginait-on les doigts d’une main agir sans tenir compte des autres ? Autrement dit, à l’image des cinq doigts de la main, les cinq îles du Japon avaient besoin d’une autorité centrale pour agir en leur nom, les protéger, et faire ce qui était mieux pour le pays.

Originellement, la Main de Yoshioka était un mouvement de rébellion venu du peuple, pour lutter contre le pouvoir seigneurial abusif des daimyos. Le Japon féodal était en effet caractérisé par la difficulté à établir un pouvoir central et étatique, et par les multiples abus résultant des guerres seigneuriales et claniques multiples. Yoshioka avait fondé son mouvement en s’aidant des principes de Sun Tzu, formant les villageois rejoignant l’organisation au ninjutsu. Les ninjas de La Main étaient devenus aussi légendaires que redoutables, et, même aujourd’hui, alors que La Main avait dévié de ses préceptes, elle restait toujours très puissante, avec ce statut semi-légendaire qui donnait aux gens le sentiment qu’elle était omnipotente et invincible.

« Reste la question de ce mystérieux peintre… Qui m’a tout l’air démoniaque. Il est encore trop tôt pour faire autre chose que de la spéculation ou des hypothèses à son sujet. Nous savons que La Main tire ses pouvoirs démoniaques du Tengu. »

Le Tengu était une figure mythologique japonaise, une sorte de divinité monstrueuse et démoniaque. Il prenait, dans la mythologie japonaise, la forme d’oiseaux de chasse, et était assimilé aux démons japonais, les yōkai. De fait, on représentait souvent le tengu avec un horrible masque rouge grimaçant. La légende autour de La Main voulait que l’organisation ait pris un tournant démoniaque, avec ses rituels et sa magie noire, en concluant une alliance, dans les montagnes, avec le Tengu.

Autrement dit, y avait-il un lien entre ce peintre fou et La Main ? Tout laissait à le croire, mais, comme dans toute enquête policière, il fallait se méfier des réflexions hâtives.

« En tout cas, je te félicite, Vanessa. Pour une première mission, tu t’en es bien sortie. »

Dans le bureau du Directeur de Seikusu Base Camp, Quiet avait négligemment posé ses jambes sur le bureau, sa chaise renversée vers l’arrière, croquant une pomme. Le Directeur en question avait convoqué les deux femmes pour un débriefing, et envisager la suite à mener. Il n’était là que depuis quelques semaines, et, fidèle à sa réputation, enchaînait les dossiers et les cas à gérer. Seikusu était une pépinière explosive, et, pour gérer cette situation, le Triskelion avait envoyé l’un de ses agents les plus expérimentés.

C’était un proche de Nick Fury, personnellement recommandé par ce dernier, qui avait été limogé quand Maria Hill était devenue Directrice du S.H.I.E.L.D. pour la première fois, en raison de ses accointances avec Fury. Il avait servi ensuite comme agent de liaison entre le S.H.I.E.L.D. et les Avengers, et portait, avec lui, une collection de cartes de base-ball à l’effigie des super-héros résultant de la Seconde Guerre Mondiale.

Phil Coulson se tenait face à Vanessa, et arborait, sur ses lèvres, ce demi-sourire mythique qui le définissait si bien.

« Mais je suppose que tu dois avoir un goût amertume dans la bouche, vu que votre cible s’est enfui… »
15  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Les alentours de la ville / Re : Dark Art [Vanessa White] le: Avril 03, 2017, 08:15:30
Le combat contre cet homme était en train de se poursuivre. C’était un redoutable mutant, disposant de pouvoirs impressionnants liés à la maîtrise du sang. Quiet ne pouvait qu’être surprise. Est-ce que ce genre de monstres faisaient partie du quotidien du S.H.I.E.L.D. ? Rien à voir avec de simples mercenaires ou terroristes. Cet individu disposait de pouvoirs défiant l’entendement, et les utilisait en ce moment contre elles. Vanessa dut finalement faire appel aux siens, et parvint à envoyer valdinguer l’ennemi contre un mur, lui arrachant un grognement, tandis qu’elle faisait léviter des blocs de pierre, s’en servant comme autant de projectiles contre lui, tout en l’incitant à se rendre.

« Hmmm... »

Cet « artiste » dément soupira lentement.

« La censure a toujours été le grand ennemi de l’art... Pensez-vous m’empêcher de révéler mon message au reste du monde ? Je n’ai pas tué ces gens... Je les aurais immortalisés si vous n’étiez pas intervenues pour gâcher mon œuvre ! Maudites ! »

Le sang entra en ébullition, et le combat reprit alors. Les projectiles de Vanessa fusèrent vers l’ennemi, qui se mit à courir sur le côté, évitant les impacts, tout en continuant à les attaquer avec le sang autour de lui. Quiet se déplaça rapidement, usant de sa vitesse surhumaine, et arriva juste devant l’homme, puis pointa vers sa tempe son pistolet. Elle fixa les yeux sombres de l’homme, deux trous sanguinolents et noirâtres, mais ce dernier tendit la main, et déploya des tentacules qui jaillirent de ses doigts, et frappèrent Quiet, la repoussant contre un mur en lui faisant lâcher son arme.

« Haaaaa... !! »

Venant d’en haut, des bruits de pas précipités se firent entendre, et des commandos du S.H.I.E.L.D. apparurent soudainement, venant rapidement soutenir Vanessa en tirant sur l’homme, qui se mit à fuir, s’élançant dans un couloir au fond.

« Qu’est-ce que c’était que cette chose ?
 -  Poursuivez-le, vite ! »

Malheureusement, cet homme était aussi sinistre que rapide, une véritable anguille qui semblait connaître ce lieu à la perfection. Et, sous le bunker, il y avait une multitude de galeries et de cavernes, soit autant de moyens offerts au psychopathe pour réussir à s’enfuir...

...Pendant que Quiet, elle, se redressait, sonnée, et quelque peu blessée dans sa fierté. Elle avait eu l’occasion de le stopper, et elle n’avait pas réussi à la saisir. Cette situation avait donc un goût d’échec dans sa bouche.
Pages: [1] 2 3
Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox