banniere
 
  Nouvelles:
La modération de LGJ accueille deux nouveaux membres dans son équipe !

A voir ICI même.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

  Voir les messages
Pages: [1] 2 3 ... 61
1  Préliminaires / One Shot / Re : La proie idéale [PV : Alais Antonius] le: Avril 22, 2018, 12:40:57
Charlie remarquait bien le regard très attentif de son élève, braqué sur son entrejambe ou plus précisément sur son énorme paquet. Sa culotte était très serrée et tirée, moulant à outrance son service trois-pièces tellement celui-ci était bien fourni. Voir la pauvre Alaïs perdue, hésitante, les yeux fixés sur son sexe lui faisait bien plaisir. Néanmoins elle s’était attendue à ce qu’elle nie, à ce qu’elle hésite ainsi voire même, la questionne. La jeune fille n’allait pas céder dès le premier coup. Mais heureusement, Charlie avait quelques idées sur comment la faire craquer. En effet alors qu’elle écouta ce qu’elle avait à dire, elle remarqua bien vite que Alaïs ne la repoussait pas.

C’était comme si elle était intéressée, mais n’osait pas le dire, ni le montrer. C’était bien normal. Un fin sourire orna les lèvres de la femme d’affaire, avant que celle-ci ne tire un peu plus sa jupe pour complètement révéler son entrejambe, et son sous-vêtement. « Je dirai que votre fascination pour les femmes comme moi ne m’échappe pas. Votre regard ne ment pas ... Et, j’ai assez d’expérience pour comprendre ce que cela veut dire. » Dit-elle en premier lieu. Elle laissa écouler un silence, avant de revenir à la charge. « Vous êtes une élève très instruite et intelligente, mais aussi ... Curieuse. J’aimerai donc vous proposer quelque chose ... » Déclara-t-elle d’un ton énigmatique.

« Je vous autorise à toucher, à regarder, à faire tout ce que vous désirez pour satisfaire votre curiosité ... Si je remarque alors que cela vous plait, je serai dans l’obligation de vous pousser jusqu’au bout de votre fantasme. Sinon, on en restera là. Qu’en dites-vous, Miss Antonius ? » Finit-elle par dire, d’un ton légèrement autoritaire mais, gardant cette voix séduisante. Bien sûr, elle fit tout pour mettre bien en évidence sa culotte et son sexe massif moulé dedans, sous le nez de la jeune fille pour mieux la faire craquer.

« Allez-y, rien de ce qui sera fait ici ne sortira d’ici. Vous avez ma parole ... » Conclut-elle avec un sourire séducteur, laissant enfin Alaïs réfléchir, et saisir son offre ou non.
2  Préliminaires / One Shot / Re : Evil Night Together [PV Vanessa] le: Avril 21, 2018, 08:16:41
Chloé était définitivement en train de se redécouvrir. Tout ce qui était en train de se dérouler n’était pas seulement une ode à la luxure. Il s’agissait là d’une véritable aventure dans la propre personnalité de Chloé. Celle-ci ne comprenait pas ce qui lui arrivait ; elle agissait en terrain inconnu, et agissait purement sur ses instincts, émotions et sentiments. Ayant toujours été une fille activiste, impulsive, ce comportement était donc naturel ; se laisser porter par ses émotions plutôt que sa raison dans une situation inconnue. Mais alors, que découvrait-elle à son propre sujet ? La journaliste s’était toujours convaincue d’être une véritable rebelle contre le système. Une revêche farouche, qui brandissait haut et fort n’être l’esclave de personne, de pouvoir penser et agir librement, contre les méchants qui dirigeaient le monde.

Mais là ... Ce soir, cette nuit, tout était si différent. Chloé peinait à se reconnaitre tellement ses agissements étaient inhabituels, et pourtant, venaient bien d’elle-même. Elle se découvrait une autre personnalité, une autre face cachée qu’elle a toujours, inconsciemment, tout fait pour la dissimuler. Desmina était l’objet de ses désirs, de ses fantasmes, mais pas que. Elle était, dans la vie et l’esprit de Chloé, la seule et unique personne digne. La seule et unique personne qui se démarquait des autres, qui était différente. Par conséquent, la seule et unique femme que Chloé admirait de manière totalement irraisonnable. Combien d’heures, de journées et même de nuits avait-elle passé à retourner Internet, les librairies et toutes les ressources à sa disposition pour dénicher des informations sur D.M ? Chloé se rendait compte, maintenant, à quel point Desmina avait pris place dans sa tête – et son cœur – et commençait à comprendre pourquoi. Depuis tout ce temps, D.M était sa faiblesse, sa faille, celle qui pouvait parvenir à faire ressurgir cette face cachée de Chloé.

Une soumise. Ou plus particulièrement, une dévote ! Une activiste, groupie, capable de presque tout au nom d’une cause. Cette cause n’était pas ses motivations politique, mais ... Desmina. C’était ce qu’elle commençait à comprendre, et c’était pour cette raison qu’elle ne parvenait pas à résister. A genoux devant sa maitresse, Chloé rougissait et n’osait plus rien dire. Tiraillée entre la honte et l’excitation, elle ne parvenait plus à raisonner. Dans un tel état, chaque mot, chaque dire de D.M était en train de se graver dans la tête à Chloé, de la façonner, de faire d’elle une esclave. Sans compter que son fétiche n’aidait pas ... Les mains caressants les jambes de Desmina, la journaliste fut un peu frustrée quand celle-ci décida de la priver. Néanmoins, elle resta captivée, subjuguée par sa maitresse. Elle observa avec désir celle-ci se déhancher subtilement pour retirer ses talons, puis ses bas, qui tombèrent au sol.

Jambes désormais nues, Desmina continua d’ensorceler Chloé en posant son délicat pied sur son ventre nu. Car juste avant, elle venait de lui confirmer sa nature métahumaine en faisant disparaître ses vêtements d’un claquement de doigt. La question brûlait les lèvres de la journaliste ; de quelle nature était D.M ? Mutante, Inhumaine, Alien ... Démon ? Il y avait du choix. Nul doute qu'après coup, Chloé allait y repenser et redevenir raisonnable à ce sujet ; si Desmina était une créature quelconque, alors elle représentait un immense danger pour elle ... Ou pas. Peut-être qu'au fond, sa vraie nature ne ferait que la rendre encore plus folle d'elle ! Mais il ne faisait nul doute que Chloé se méfiait encore plus de D.M désormais. Cependant, impossible pour la pauvre demoiselle d’y penser car, sa maîtresse commença à caresser son corps du bout de son pied, arrachant de délicats soupirs à son esclave. Impossible pour l’activiste de résister à ça. Elle se sentit de plus en plus enivrée par Desmina, surtout au contact de ses délicats petits doigts contre ses lèvres. Fixant son regard dans le sien, Chloé ne désirait alors plus qu’une chose ; obéir. « M-Maitresse ... Merci ... » Dit-elle d’une petite voix, attrapant alors avec soin sa récompense de ses mains, puis déposant un savoureux baiser sur les petits doigts de D.M.

Son fantasme avait bien faillit la pousser à utiliser les talons et les bas de Desmina, si celle-ci ne lui avait pas présenté ce qu’elle désirait tant. Mais là, inutile de trouver substitution, à présent qu’elle était en train d’embrasser avec une certaine révérence le pied de la puissante femme. Chloé clotura ses yeux et se laissa donc emporter, se mettant à savourer ce qui lui était offert. Puis, suivant l’ordre de sa maîtresse, suivant son ton un peu plus autoritaire, Chloé commença à s’enflammer. Elle huma d’un seul coup fort et long l’enivrante saveur olfactive de son précieux butin qu’elle tenait entre les mains, puis se mit à lécher à grand coups de langue la plante de celui-ci. Sa langue se plaqua tendrement contre, puis pressa tout en roulant dessus. Chloé bougeait sa tête pour couvrir de haut en bas toute la zone, déposant d’hargneux baisers sur les doigts quand elle les atteignait. « Hmm ... Hmmm oui ... Si bon ... Si bon ... » Gémit-elle à voix basse, pendant qu’elle poursuivait son affaire comme une droguée, assouvissant ce vice, ce fétiche avec la femme qui habitait son esprit depuis tant de mois.

Comme Desmina le lui avait ordonné, Chloé était donc en train de vénérer le cadeau qu’elle lui avait donné, là, contre ses lèvres. De manière très passionnée, très active, elle alternait ses actions entre lécher, embrasser et humer ce si beau pied ... Pendant que, l'air de rien, une autre petite main baladeuse commença à se glisser sur l'autre pied, à le caresser doucement tout en l'emportant petit à petit contre elle. Plus précisément, entre ses cuisses, contre sa petite fleur qui commençait à reprendre feu.
3  Préliminaires / One Shot / Re : New life, new body[PV] le: Avril 21, 2018, 05:41:14
Cette journée allait être particulièrement intéressante, Natsumi le sentait. En effet, rien qu’en arrivant au parc aquatique, il se sentit de bonne humeur. Au fond, il parviendrait bien à vider sa tête et à juste profiter, tout simplement, d’une sortie avec sa meilleure amie. Ou, devrait-il dire, son meilleur ami, maintenant qu’Eto était également un garçon. Natsu’ secoua sa tête puis afficha un large sourire en voyant enfin son meilleur ami. Les deux se sourient puis se prirent dans leur bras rapidement. Ça faisait du bien de voir un visage familier, même si cela ne faisait que quelques heures qu’ils ne s’étaient pas vus.

Natsumi remarqua bien que quelque chose avait changé sur le visage d’Eto, tout comme lui avec ses yeux. Mais, il n’en dit rien ; l’heure n’était pas aux tracas. Il fallait juste s’amuser ! Soupirant, il était donc très heureux de passer un bon moment avec Eto. Les deux fouines parvinrent à esquiver la queue grâce à des pass VIP que l’androgyne avait réussi à dénicher auprès du club de Cheerlading, au lycée. Toujours un coup d’avance, comme à son habitude ! Les deux garçons purent ainsi entrer dans le parc rapidement, puis se tenant main dans la main, finirent par s’isoler dans un coin où ils allaient pouvoir se changer. Après tout, c’était un parc aquatique, et il fallait des maillots de bain.

C’était la raison pour laquelle Eto avait un sac. Celui-ci contenait des tenues appropriées. Il se changea le premier et, pendant ce temps, Natsumi aussi commença à se déshabiller. Ne semblant n’avoir aucune honte d’être nu devant son ami, il était donc totalement découvert, nu comme un ver, quand Eto lui demanda son avis sur sa tenue. « Elle te va ravir ! » Lui dit-il avec un sourire complice. Eto était encore plus ... Attirant, ainsi habillé. Commençant à ressentir des envies, Natsu’ se réprima immédiatement, afin de ne pas commencer à bander, surtout qu’il était dévêtu. Si Eto était observateur, il pourrait alors remarquer que les yeux dorés de son ami n’était pas le seul changement ; son sexe, même au repos, avait beaucoup grossit et prit en épaisseur.

Le choix du maillot pour Natsumi finit par arriver et ... La logique voudrait qu’il cache le maximum ses attributs masculins. Mais, il sembla confus, hésitant entre le short, et le bikini moulant. Confus, indécis, il avait envie de rester discret mais, en même temps ... L’envie de s’amuser, de lâcher prise pour une journée, de juste profiter de sa situation sans se soucier de rien, le tentait. Rougissant, il finit par approcher Eto, puis l’air de rien, saisi alors le bikini très moulant, avec un petit clin d’œil complice. « 100% amusement, c’est ça ? » Dit-il, d’une voix malicieuse. Ainsi, Natsumi prit le risque de porter un bikini. Il l’enfila, et ne put s’empêcher d’adorer la sensation que cela lui procurait. Le tissu berçant et caressant de très près sa queue et ses bourses, ou ses modestes pointes sur son torse, l’excitait pas mal.

Les gens qui regardaient de plus près finiraient par voir qu’il s’agissait d’un garçon ; le haut du bikini était complètement à plat sur son torse, et du fait qu’il soit particulièrement moulant, son service trois-pièces ressortait très clairement à la surface, entre ses cuisses. Une belle et délicieuse bosse, en somme. « Je sais à quoi tu penses Eto, mais ... J’ai toujours aimé les bikinis, et je ne compte pas me frustrer, même en étant temporairement un garçon ! Ça, jamais. » Finit-il par dire. Commençait-il à assumer son nouveau sexe et corps ? C’était très fortement probable. L'androgyne sourit à pleine dents, puis lâcha ses longs cheveux roux, lui donnant une apparence encore plus mignonne et attirante ...
4  Préliminaires / One Shot / Re : Evil Night Together [PV Vanessa] le: Avril 20, 2018, 02:46:16
Ce bureau était étrangement vide. D’ordinaire, un chef d’entreprise faisait tout pour que son lieu de travail quotidien soit le plus confortable et aisé que possible. Mais là, il n’y avait pas grand-chose. Soit Desmina était très minimaliste, ce qui étonnerait grandement Chloé, qui avait une certaine image d’elle. Soit cela voulait dire qu’il n’y avait pas tout. Que cette pièce n’était pas le vrai bureau de la patronne, ce qui était logique selon la journaliste ; elle n’allait pas l’emmener dans sa vraie pièce de suite, après tout. En tout cas, faux bureau ou pas, la jeune femme était en train de rêver ailleurs, dans un monde composé uniquement de plaisir, d’extase et d’orgasme.

Sa maitresse l’emporta dans un torrent de plaisir et de sexe, surtout avec cette langue qui allait si profondément et si intensément en elle. La pauvre Chloé céda entre les mains de Desmina, qui semblait ô combien satisfaite d’avoir fait jouir sa proie. La femme acheva d’avantage Chloé en venant doucement lécher son sexe directement, récolter les derniers pétales de sa fleur qui fut, pour la première fois, très éprouvée. Encore haletante et gémissante, Chloé était encore et toujours dans son petit monde à part, où il n’y avait qu’elle et sa maitresse, et rien qu’elles. Mais, Desmina commença à remonter et son baiser chaleureux sur son ventre la ramena à la réalité de la plus belle des façons. « Hmm … » Ronronna-t-elle tout doucement.

Cependant la feinte que lui offrit sa maitresse la laissa bien émoustillée. Ce baiser aurait dû être achevé ! Chloé en avait eu envie, terriblement envie. Sentir le souffle de son idole sur sa bouche et son visage, sentir ses longs et beaux cheveux la caresser … Si elle le pouvait, elle se serait jetée à ses lèvres malgré elle, afin de réclamer son baiser ! Mais hélas, il n’en fut rien. Au lieu de cela, Desmina se recula et ramassa les quelques affaires trainant au sol. Désormais, Chloé n’avait ni culotte ni pantalon … Ce qui pour le coup, l’empêchait de partir. Un moment de lucidité était venu alors que sa maitresse lui tournait le dos pour révéler une pièce secrète ; cette fameuse vraie pièce. Chloé aurait voulu saisir cette chance, qu’elle soit encore lucide, pour sauver ce qui lui restait de morale … Mais, à la vue du fessier de Desmina, sensuellement moulé dans sa jupe, et à la vue de ses longues jambes, elle craqua de nouveau.

Elle se redressa et se secoua la tête. « Tu vas droit dans le mur Chloé … Ressaisis-toi ... » Se dit-elle. Mais, elle savait être sincère et honnête avec elle-même. Desmina venait de le dire ; elle ne voulait plus quitter sa maitresse. Du moins, pour le moment. Elle la désirait énormément, elle voulait encore de son corps et sa chaleur … Elle en voulait plus. Ainsi, soupirant, la journaliste se résigna telle la petite esclave qu’elle était en train de devenir progressivement. La journaliste se dirigea vers la pièce, avant que la porte ne se referme d’elle-même derrière elle. Sans doute un mécanisme automatique. Sur ce coup, elle ne croyait pas à de la magie ou de la télépathie. Mais … Ca n’effaçait pas tout le reste, qui la confortait dans l’idée que Desmina était une métahumaine ! Ainsi donc, Chloé entra et put ainsi admirer l’ambiance bien différente de la salle.

Bois, couleurs, style, c’était bien plus personnel que le bureau de la patronne. Celle-ci était d’ailleurs assise de manière nonchalante sur un long divan, fixant la journaliste. L’intéressée rougit encore plus qu’elle ne le faisait déjà. Il fallait dire que le fait qu’elle soit à moitié nue, le sexe révélé, était un élément particulièrement déroutant. Elle n’avait plus que son haut … Et celui-ci n’allait pas tarder à partir. Plantée debout devant la sublime Desmina, Chloé avait réellement l’air d’une élève honteuse devant sa maitresse après avoir fait une bêtise. Elle ne sut quoi dire dans les premiers instants, mais finit par parler néanmoins. « Je … J-Je n’arrive pas à vous résister … Maitresse Desmina … » Dit-elle, baissant son regard, un peu honteuse.

Résignée, et surtout désireuse, enivrée par son idole et son charme, Chloé commença à se baisser, pour finir à genoux – sur ses deux genoux, plus précisément – devant la femme aux cheveux de feu.

« Qu’allez-vous faire de moi, Maitresse ? … » Dit-elle, remarquant alors que son visage était très à proximité des longues jambes de Desmina. Ce fut pour cette raison que son regard se planta dessus, se riva dessus. Elle se mordit la lèvre puis, comme si elle n’était plus maitresse de ses propres gestes, Chloé porta ses petites mains sur les jambes enveloppées de collant devant elle, se mettant à doucement les caresser. Plus elle le faisait, plus elle sentait qu’elle aimait faire cela … Qu’elle aimait se sentir en position de faiblesse, de soumise, envers la femme de ses rêves, la femme qui représentait un idéal, un modèle … Une idole. Chloé attendait le verdict, attendait la sentence. Elle caressait les douces jambes de sa maitresse en attendant, mais petit à petit, descendait, comme si la journaliste désirait venir chercher à nouveau l’objet de son vice tantôt illustré …
5  Préliminaires / One Shot / Re : Transfer Game [PV : Kaede Azumari] le: Avril 15, 2018, 05:18:39
Un simple câlin se transformait en une myriade de douces et chaudes sensations quand on était une Gynoïde. C-Law avait vu juste en fantasmant sur ces créatures ; elles étaient faites pour donner et recevoir de l’amour. Tout leur corps était fait pour ça ; chaque stimulus sur leur peau était perçu comme une caresse douce et exceptionnelle. C’était pour ça qu’un simple petit câlin avec K-Azu était devenu une étreinte très sensuelle, où leur peau respective se frottaient ensembles, tendrement, chaudement. C-Law était encore en phase d’adaptation et d’appropriation de son nouveau corps. Mais, le choc perçut en voyant son nouveau reflet, en entendant sa nouvelle voix, en marchant et ressentant ce que ça faisait d’être une adulte, une femme mûre, belle et suave ... Tout cela ne faisait que l’encourager d’avantage à embrasser sa nouvelle vie.

Ainsi, câlinant doucement K-Azu, elle entendit les dires de celle-ci et, cela la toucha. Elle se surprit à ressentir beaucoup d’émotions, paradoxalement pour une androïde, à l’égard de la jeune fille. C-Law la serra d’avantage dans ses bras, la calant mieux contre, comme si elle cherchait à la réconforter, à la rassurer. Du bout de son pouce, C-Law essuya une fine larme au coin de l’œil de son amie, puis eut un sourire spontané, doux et affectif. « Je ... Tu as exaucé mon rêve, K-Azu, et il est temps que je te rende la pareille ... Je serai ta maman, pour toujours. Et ... Je t'aimerai en conséquence ... » Lui dit-elle, avant d’accueil son baiser. Ainsi, mère et fille s’embrassèrent pour la première fois, dans une douce et passionnée étreinte. C-Law ressentait beaucoup d’affection pour K-Azu, bien plus qu’auparavant, avant son transfert.

Elle n’avait pas juste changé de corps ; elle avait changé de vie, de personnalité, de rôle. C-Law était la maman de K-Azu, et ce pour toujours. Elle embrassa donc son enfant avec tout l’amour possible, caressant son délicat corps de ses fines mains. Tant de sensations, de plaisir, de nouveaux frissons ! Effectuer un baiser en tant que Gynoïde était infiniment mieux qu’en tant qu’humaine, définitivement. Les sensations étaient décuplées, et le plaisir suivait. D’autant plus qu’un plaisir supplémentaire s’ajoutait dû au fait qu’elle embrassait sa fille ... Un petit vice supplémentaire. La femme aux cheveux mauves combla d’attention son enfant, ressentant de plus en plus d’amour maternel envers elle.

Les deux finirent sur le lit, à se caresser, à se lover, l’une contre l’autre, peau contre peau, lèvres contre lèvres. Mère et fille échangèrent de l’amour et de la passion, avant que la jeune K-Azu toucha C-Law en plein cœur, par son émotivité, son innocence, qu’elle n’avait encore jamais vu. Elle était redevenue cette petite adolescente fragile et perdue, demandant à sa maman de l’amour. Une maman qu’elle n’avait jamais eue, jusqu’à présent. C-Law sourit puis caressa très délicatement la joue de sa fille, lui rabattant une mèche de cheveux. « Bien sûr, ma puce. Je vais m’occuper de toi, désormais. Maman est là ... » Lui dit-elle de sa nouvelle voix, douce et suave, aussi chaude et réconfortante que celle d’une mère.

Se disant, C-Law repartit donc embrasser K-Azu, puis se blottit contre elle, lovant son corps mature contre le sien, ses jambes finissant par se frotter aux siennes, tendrement, sensuellement. C-Law roula une longue et délicieuse pelle à K-Azu, goutant à sa langue, à son délice exquis, avant de finalement se retirer pour embrasser sensuellement son cou. La femme finit par amener une main sur l’un de ses seins, qu’elle commença à masser, à câliner, pinçant doucement la petite pointe entre ses doigts. Elle se plaça à califourchon sur sa fille, puis l’embrassa de plus belle dans le cou, avant de descendre plus bas, jusqu’à sa poitrine. « Tu m’as façonné un corps de maman, je comprends mieux pourquoi désormais ... Petite chipie ! » Dit-elle en gloussant doucement, avant de venir embrasser son sein, apposant ses lèvres sur celui-ci. Dès lors, elle put faire la comparaison avec avant et ... Cela n’avait rien à voir. Tout son corps était d’ores et déjà en feu, en flammes, elle bouillonnait de désir de la tête aux pieds. Sa peau frottant la sienne était à elle seule suffisante pour la faire jouir. C-Law était en chaleur de la tête aux pieds, et le gout ainsi que le ressenti à embrasser la poitrine de K-Azu était bien mieux qu’avant !

Devenir une Gynoïde était donc la meilleure chose qui lui était arrivée. Mais, devenir la mère de K-Azu était encore mieux, car cela était en train de consolider une belle, une admirable relation entre elle, et celle qui lui avait permis de réaliser son rêve.
6  Préliminaires / One Shot / Re : Evil Night Together [PV Vanessa] le: Avril 15, 2018, 04:33:21
Le point de non-retour venait d’être franchit. Chloé venait d’appeler la femme par un adjectif qu’elle n’aurait, en temps normal, jamais du prononcer. Maitresse. Voila donc ce qu’était devenue Desmina ce soir auprès de la journaliste. Y aurait-il un moyen de faire marche arrière ? Non. Chloé était condamnée. Elle s’était condamnée. Elle ne désirait plus lutter, elle ne désirait pas perdre cette chance unique dans sa vie d’approcher Desmina, son idole, la femme de ses rêves. Chloé avait tout lâché. Et le résultat … Ce voyait en ce moment même.

Sa maitresse tira brusquement sur son pantalon et le lui retira, et sa petite culotte en soie eut le même sort, terminant au sol. « Hmm … » Gémit doucement l’activiste, toute rouge, n’osant rien dire ni faire pour freiner la femme. En avait-elle envie ? Même pas. Après tout, elle venait de lui quémander du plaisir. Ce n’était donc pas pour lui dire deux secondes après d’arrêter. Chloé était une grande fille et était responsable de ses actes. Impossible de résister à cette femme aux cheveux de feu, qui la traitait d’une telle façon … A la faire craquer encore plus. Desmina était tout ce qui faisait rêver et délirer l’activiste. Elle lui vouait une admiration sans borne, trouvant que tout dans sa personne était parfait ; à l’exception bien sûr de Malvo. Ce n’était pas très juste car cette femme avait, de manière flagrante, des défauts, des vices, que normalement Chloé devait condamner. Mais … C’était son fantasme.

Elle se mordit la lèvre et frissonna quand sa maitresse commença à caresser ses cuisses nues, puis gémit onctueusement en ressentant une grande bouffée de chaleur quand Desmina se pencha pour embrasser son ventre. Plus elle descendait, plus Chloé brûlait et se tortillait sous elle. « Hmm … Maitresse … Je … Je suis votre, mon corps e-est … Est à vous … E-Et … Haaaa … Je veux ê-être dévorée par vous … M-Maitresse Desmina ! » Couina-t-elle difficilement, luttant contre son excitation pour parvenir à parler. Mais elle apporta bien vite le coup de grâce à Chloé, quand son visage vint finalement se caler entre ses douces et brûlantes cuisses. Desmina plaqua son visage et sa bouche, et commença alors à jouer avec sa langue sur le bourgeon et les lèvres intimes de sa proie, qui se mit dès lors à écarquiller ses yeux et se tordre davantage.

« Haaaaaan !!! » Gémit-elle lourdement, se crispant d’un seul coup en sentant la magnifique langue experte de la femme lécher et s’enfoncer doucement dans le velours et la volupté de sa féminité juvénile. Aliénée par le désir et le sexe, Chloé ne répondait plus d’elle-même et se crispait complètement contre le bureau, tout en ondulant, en remuant son bassin pour mieux offrir son intimité au visage de Desmina. Elle aussi fixait de temps à autre son regard sur le siens, pour y découvrir un regard de braise, de feu, la fixant avec insistance tandis qu’elle lui dévorait la chatte. Chloé couinait de toutes parts alors que son corps la trahissait, ressentant un bien et un plaisir qu’elle n’avait encore jamais ressenti jusque-là. Elle ne résista guère à l’envie de passer sa main dans la chevelure luxuriante de Desmina et l’inciter à se presser davantage contre elle.

Cependant l’activiste perdit définitivement pied avec la réalité quand elle sentit une langue s’enfoncer de plus en plus profondément en elle, lui arrachant des cris de pure extase. « Oui, OUIII ! H-H-HAAAAAN MAITREEEEEESSE !!! » Cria-t-elle puissamment, ne pouvant plus rien retenir de son plaisir. Elle se faisait dévorer le sexe avec appétit, et jamais personne ne lui avait fait ressentir ça auparavant. Elle devenait folle, elle perdait pied avec la réalité, elle succombait à Desmina. Mais, Chloé trouvait cela bien surréaliste la façon dont sa maitresse parvenait à aller aussi profondément en elle. Malgré les millions de papillons qui virevoltaient dans son bas-ventre ; malgré l’extase inouïe ; malgré tout ce plaisir et cette luxure folle, Chloé se demandait bien comment une telle chose était possible. « Maitresse ! Haaannn M-Maitresse v-votre langue !!! J-Je – HMMMMM – Encooooore ! Oui – Ouiii ! Encore, pitié !!! » Couinait-elle comme une possédée, ayant tenté au début d’emettre un doute sur cette langue, mais au final, se retrouvant à en quémander encore plus.

A ce rythme-là, la pauvre Chloé n’allait pas tarder à jouir contre le visage de Desmina, à rependre sa douce mouille contre son délicat faciès. Après de longues minutes à subir le traitement surhumain de Desmina, Chloé se sentit partir, alors que son corps explosa de l'intérieur, et qu'une sensation de pur bien-être l'envahit. La foudre la frappa sur place alors que tout son corps se tendit une dernière fois, et que sa fleur se plaqua tendrement contre les lèvres de la femme, commençant ainsi à jouir contre elle, mouillant abondamment L'orgasme arriva. « HAAAAAAAN - HAAAAAAAAN - HAAAAAAAAAAAAAAAAANNNNN !!! » Gémit-elle donc, n'étant plus maitresse de rien, ni même de son corps ni de son esprit. L'orgasme la ravagea de toute part, la laissant aliénée et les yeux révulsés. La tempête la frappa de plein fouet et emporta tout sur son passage, y comprit sa raison durant tout ce temps ... Jamais, ô combien jamais, elle n'avait eut pareil plaisir, pareil orgasme.
7  Préliminaires / One Shot / Re : New life, new body[PV] le: Avril 15, 2018, 03:59:21
Le moins que l’on pouvait dire était que Irimi ne se laissa pas faire. Natsumi manquait encore d’assurance et il n’était pas encore prêt à lui faire face, malgré ce qu’il pouvait bien penser. Ainsi, il ne put que s’insurger et râler de douleur quand la jeune fille empoigna subitement ses bourses. Plié, à genoux, il ne pouvait rien faire et était obligé de l’écouter le rabaisser, l’insulter. Visiblement elle avait tout un plan pour lui vu qu’elle lui expliqua qu’il allait continuer de se transformer. Plus il succomberait à ses envies, plus la corruption s’installera en lui … Et plus il allait sceller son avenir, en ne pouvant plus jamais redevenir comme avant. Sauf si Irimi utilisait à nouveau sa magie.

Le garçon fut donc repoussé vers le lit et sans qu’il n’ait le temps de réagir, il sursauta en sentant le délicat pied de la fille se poser de force sur sa queue dressée. Son pied était enveloppé d’un collant noir, ne faisant qu’accentuer la sensation et le touché, qui ne firent donc que faire bander encore plus férocement Natsu’. Elle continuait de branler son sexe ainsi, laissant Natsumi totalement à sa merci, ne pouvant rien faire si ce n’était râler, gémir ou soupirer de plaisir. Sa queue était en feu et il lui fallait la soulager ! Si Irimi continuait ainsi, il allait jouir et tâcher de toutes part son pied … Mais, la jeune fille coupa court bien vite, au moment le plus critique.

Irimi finit donc par le laisser en chaleur, affirmant haut et fort qu’elle ne fera rien pour arranger sa condition tant qu’il n’aura pas gouter aux bas-fonds. Mais … Vu sa progression, vu le rythme, vu ses changements, aurait-il seulement envie de redevenir comme avant ? Sur le moment, il se raisonna et réprimé immédiatement, se disant qu’évidemment, il en aurait envie ! Irimi finit par quitter la chambre et l’hotel, le laissant seul. « Rhaaa !!! » Rugit-il, la queue bandée, laissé au bord de la jouissance. D’un seul coup, le garçon se saisit la queue puissamment puis se mit à la masturber, à l’astiquer de toutes ses forces, afin de finir le travail. « Haaaa – Haaaa – HAAAAAANNNNN !!! » Finit-il par hurler, jouissant enfin.

Sa queue cracha de nombreuses et chaudes salves de foutre, l’éclaboussant de partout. Natsumi se retrouva à moitié couvert de son propre foutre, le souffle haletant, alors que petit à petit, il reprenait ses esprits. Finalement, son téléphone sonna et il décrocha, la voix encore haletante. C’était Eto’ ! Il se ressaisit bien vite et tâcha de rester le plus naturel que possible. « Oh je … Oui, j’arrive ! On se retrouve au parc. A toute Eto’ ! » Dit-il, finissant par raccrocher, esquivant volontairement la question. Il s’essuya le visage par ses mains puis soupira fortement, se jurant de faire la peau à Irimi pour ce qu’elle venait de lui faire. Et il allait lui faire payer sa transformation. Il se ressaisit puis entreprit d’aller se doucher. Nu, il constata alors que son membre, même au repos, avait définitivement doublé de volume.

Sa transformation ne faisait que s’empirer de jour en jour. Ses pupilles étaient devenues dorées, également. Comment allait-il justifier ça ? Des lentilles ? Sans doute. Il se doucha, tenta de faire le vide dans sa tête puis partit se rhabiller, avant de quitter les lieux et se mettre en route pour le parc aquatique. Une bonne journée au parc avec sa meilleure amie, rien de tel pour oublier tout ce stress et ces problèmes ! C’était du moins ce qu’il pensait.
8  Préliminaires / One Shot / Re : La proie idéale [PV : Alais Antonius] le: Avril 15, 2018, 02:36:48
C’est à ce moment-là que Charlie décèle en sa jeune élève un début de peur. Cette fille avait tout simplement peur devant elle, et devant ce qu’elle allait lui faire. Potentiellement. Car après tout, Charlie n’avait fait que lui expliquer qu’elle devait parler d’un détail précis. Ce détail était assez délicat à aborder car, si elle le faisait mal, alors sa proie allait s’échapper. Même si, ses chances étaient maigres vu que la salle était fermée. Ce détail qu’elle avait remarqué était une visible attirance, curiosité, vers ... Les femmes membrées. Comment avait-il su cela ? C’était une question légitime, mais qui mettait en scène bien plus que le dossier scolaire d’Alaïs. Charlie n’allait pas lui dire qu’elle s’était renseignée auprès d’elle jusqu’à trouver ses plus fous fantasmes.

Mais, elle allait devoir lui dire qu’elle était au courant de son attrait pour les hermaphrodites, et dans un deuxième temps, lui révéler qu’elle en était une elle-même. Dans quel but ? Tout simplement la soumettre à la tentation. Une professeure bien membrée, prête à satisfaire la curiosité d’une élève se découvrant une passion pour ce genre de femme. Que demander de plus ... Néanmoins, tout allait résider dans la manière de le dire. Ainsi, Charlie se racla la gorge puis fixa Alaïs dans les yeux, continuant avec son ton autoritaire. « Je parle d’un détail qui vous serait plutôt personnel, jeune fille. Voyez-vous, Mishima est un lycée très particulier, où beaucoup de rumeurs circulent à son sujet, et sur ses élèves. En venant ici, l’on m’a assuré que tout ceci n’était que mythes, mais, je crains que c’est faux. » Dit-elle dans un premier temps.

« Votre cas est intéressant en ce sens ; vous êtes le parfait exemple de ce qui caractérise Mishima. Une élève en apparence normale, mais qui cache quelque chose, comme bien des gens ici ... Et au fond, comme moi. À la seule différence que moi, Charlie, accepte de révéler mes secrets quand on me le demande gentiment ... » Dit-elle d’un ton assez énigmatique. Suite à cela, la puissante femme d’affaire eut un petit sourire en coin puis, commença à écarter ses cuisses, laissant alors sa culotte visible par Alaïs. Sans dire un mot, ni interrompre le moment, Charlie écarta suffisamment ses cuisses pour que son élève finisse par apercevoir très clairement l’énorme et massive bosse qui déformait le tissu de son sous-vêtement. La bosse n’était pas parfaitement ronde, et présentait des reliefs typiquement masculins ... Une tige, et une belle sacoche.

« Vous n’avez encore jamais vu ceci, n’est-ce pas ? Et pourtant, cela vous fascine ... Avouez-le Alaïs, je ne vous mangerai pas ... » Dit-elle alors, penchant sa tête sur le côté, attendant donc de voir quelle réaction sa délicieuse élève allait avoir en voyant cette culotte berçant tendrement un juteux service trois-pièces. Est-ce que son fantasme allait se réveiller et l’emporter ?
9  Préliminaires / One Shot / Re : Transfer Game [PV : Kaede Azumari] le: Avril 14, 2018, 09:51:54
La différence était pour le coup très, très prononcée. Avant même que C-Law ne puisse observer l’intégralité de son corps, elle sentait que tout était différent. Tous ses sens n’étaient plus les mêmes ; sa vue était bien meilleure et parfaite, son odorat aussi, et ainsi de suite. Tout était si agréable ! C’était comme si elle était malade et que d’un seul coup, sa maladie était partie. Elle ne s’en était jamais rendu compte mais, elle sentait immédiatement une grande différence rien qu’au niveau de sa vitalité. C-Law se sentait incroyablement plus vive, plus éveillée, plus en forme. C’étaient des sensations très étranges et difficilement descriptibles.

Pourtant, il lui fallut de l’aide pour se lever et s’orienter, au début. Ses capteurs finissaient de se calibrer, et quand elle posa ses délicats pieds sur le sol froid, elle en ressentit tout le frisson et même plus intensément qu’avec un corps humain. D’ailleurs, elle sentait aussi qu’elle n’était plus humaine ; son poids, la façon de s’articuler, tout n’était ... Pas comme avant. C’était mieux. Quand elle se dressa debout, C-Law constata alors qu’effectivement, K-Azu avait décidé de la changer radicalement en la faisant plus grande ; elle la dépassait au moins d’une tête. Ecarquillant doucement ses yeux, elle se figea complètement quand elle put enfin voir son reflet.

Muette, figée, elle se regarda alors pour la première fois dans un corps radicalement différent. Ce n’était plus la même femme. Plus du tout. Ses longs cheveux étaient désormais d’élégants cheveux mauves et plus courts, mais le plus frappant était son âge. C-Law n’était plus une minette mais ... Mais une femme mûre, d’un certain âge. Au moins la trentaine ! Même si elle avait vraiment l’impression que son corps avait l’apparence de celui d’une chic femme de la quarantaine. « W-Wow ... Tu m’as fait devenir u-une ... » Dit-elle, juste avant de reprendre involontairement les mots de K-Azu. « Une mère ? Je fais si mâture, si adulte, si ... C’est, très, très différent effectivement. » Dit-elle, ne pouvant cesser de se fixer dans la glace. « Je n’imaginais pas ça mais, ça pourrait être intéressant ... Après tout, cette femme a l’air encore très belle, pour son âge ... *Gloussement* ».

Elle se contempla, tournant sur elle-même, s’observant sous différents angles. Malgré son âge apparent, elle était très belle et attirante. C-Law s’approcha davantage pour observer de plus près son visage, qui n’était plus du tout le même. « Je suis plutôt jolie, pour une femme de mon âge ... Même ma voix est celle d’une femme mûre ! » Dit-elle, commençant à esquisser un petit sourire, appréciant de plus en plus le changement radical. Tout son corps frémissait et lui envoyait des frissons agréables, comme si la seule brise d’air dans la pièce suffisait à l’exciter. C-Law finit par se tourner vers K-Azu, puis doucement, elle la prit dans ses bras, lui faisant un câlin. « Merci infiniment K-Azu ... Jamais je ne pourrai te rendre la pareille ... Tu m’as libérée, je suis à présent comme je voulais être ... Une Gynoïde ... » Dit-elle alors.

Même si le fait d’être devenue bien plus âgée et mâture allait demander encore un peu de temps pour s’y faire, C-Law semblait plutôt bien encaisser le changement. De même, s’habituer à son corps robotique et en découvrir tous les secrets allait être un exercice de tous les jours. « Et, une mère ? Tu veux vraiment que je ... Oui, peut-être que ça m’aidera à oublier définitivement mon ancienne vie ... Peut-être que je devrai apprendre à être une mère. La tienne ... Ça va prendre du temps, K-Azu, mais, je veux bien essayer. Cassandra n’existe plus, et C-Law n’attends que ça, se trouver sa place et son utilité ! » Dit-elle alors, avant de refaire un tendre câlin à sa congénère. « Je pense que ça sera un parfait petit jeu entre nous, n’est-ce pas ... Ma fille ? » Dit-elle avec un petit clin d’œil. « Aller, il est temps que tu montres à ta ... Maman ... Ce qu’elle peut désormais faire avec ce corps, tu ne penses pas ? » Demanda-t-elle, tout en gardant chaudement K-Azu contre elle.

Elle nota en parallèle que le contact de sa peau avec celle de l’autre Gynoïde était infiniment plus doux, sensuel et sensationnel qu’auparavant. C’était, avec un simple contact, de véritables frissons en continue. Une douceur inégalée et des sensations inhumaines ... Qui donnaient envie de câliner en permanence la petite K-Azu.
10  Préliminaires / One Shot / Re : Welcome To Pleasant Hill ! le: Avril 14, 2018, 09:23:52
Un grand état de fatigue lui répétait Dominique. Ça devait sans doute être cela. Après tout elle venait de passer quelques jours à l’hôpital et, elle venait à peine de sortir. Bien qu’elle aurait pu émettre un doute, un soupçon, elle n’en fit rien. Ça devait être la fatigue. Ainsi donc la jeune femme resta silencieuse et écouta ce qu’avait à dire son amie, qui lui expliqua que le mieux pour elle était de vivre avec elle, le temps qu’elle se repose. Lorelei aurait pu sourire et acquiescer mais, Dominique insista encore une fois sur la chance qu’elle avait de vivre ici, à Pleasant Hill. « Hmpf, j’ai compris Dom’ ; on est chanceuses de vivre ici ! Tu peux arrêter de me le répéter ! » Dit-elle avec un sourire sarcastique, avant de prendre une gorgée de café.

La jeune femme mangea doucement le petit biscuit qui accompagnait son café, puis fixa son amie, réfléchissant à sa proposition. « Donc, tu veux que je vienne vivre avec toi ? Toi et moi, deux amies, sous le même toit ... Hm, ça pourrait être amusant ! » Dit-elle, tentant de se projeter, de s’imaginer comment ça pourrait être de vivre avec Dominique. « On pourra se faire des soirées séries TV, des dimanches matin grasse mat’, rien que toi et moi ! » Finit-elle par dire, visiblement enjouée à l’idée de partager le lieu de vie de son amie.

Elle reprit une gorgée de café puis, sourit à nouveau à la policière. L’offre la séduisait et puis, elle n’avait plus souvenir d’avoir un toit sur la tête. Elle ne se souvenait même plus d’où elle habitait ! L’offre de Dominique tombait donc à pic, et elle n’allait pas refuser une si belle main tendue. Cependant, il y avait un détail qui froissait encore Lorelei, et qui la fit légèrement froncer les sourcils. « Dit-moi Dom’, je ... Hm, ça fait combien de temps qu’on est ici ? Je sais que ça ne fait pas longtemps mais, j’ai la désagréable sensation que je suis là depuis bien plus. Je ne dois pas trop supporter de rester assise au même endroit bien longtemps, je crois ... » Dit-elle, légèrement perturbée.

Toutefois, la jeune femme soupira, puis s’enfonça dans son siège, s’enterrant alors dans un silence. Elle se sentait encore un peu fatiguée, malgré tout, et peut-être qu’elle avait juste besoin de repos. « Si je viens vivre avec toi, je veux que tu m’accordes du temps ... Je sais, tu as ton boulot, tes impératifs, mais ... Tu peux essayer de passer un peu plus de temps avec moi, ma chérie ? » Finit-elle par demander doucement, posant sa main par-dessus celle de Dominique, d’un geste aussi naturel que spontané. Son pouce caressa la peau de la policière, et un sourire sincère orna ses lèvres.
11  Préliminaires / One Shot / Re : Transfer Game [PV : Kaede Azumari] le: Avril 14, 2018, 02:24:12
Cette sieste fut donc très réparatrice pour Cassandra, et son réveil en fut des plus doux. Ainsi donc, l’heure était venue au grand saut dans l’inconnu, et il était inutile de dire que la jeune fille était troublée. Certes, heureuse aussi de pouvoir enfin réaliser son rêve – même si tout s’était fait rapidement, aujourd’hui – mais elle était également pleine de questions en suspens. K-Azu vint alors s’asseoir à côté d’elle et, tout tendrement, l’invita à poser sa tête sur ses genoux. Cassandra obtempéra et se sentit de plus en plus apaisée, alors que sa sœur caressa doucement sa chevelure, la calmant petit à petit. Elle lui expliqua plusieurs solutions pour ses parents, dont la lettre de suicide. Au final, ça pourrait être la meilleure option envisageable, et ça ferait passer un dernier message fort.

Mais, tout n’était pas que lié à ses parents. Cassandra se demandait comment serait sa nouvelle vie, comment allait se passer le transfert. Et si elle faisait une grave erreur ? Et si au final tout ceci n’était pas un piège, une arnaque ? Elle était en droit de se poser la question vu la facilité avec laquelle elle était parvenue jusqu’ici. Pourtant, une petite voix lui disait de foncer tête baissée, peu importe les conséquences. Tant de questions, de doutes, qui s’accumulèrent dans l’esprit de l’adolescente. Au final, elle n’avait pas beaucoup d’autre option. C’était sa dernière chance, et elle comptait bien la saisir. Piège ou pas, faux ou pas, Cassandra désirait aller jusqu’au bout et voir où ça la mènera.

Ainsi, ce fut au bout d’une dizaine de minutes qu’elle accompagna K-Azu au bloc opératoire, et s’installa sur l’un des deux lits présents. Le deuxième était caché par un rideau, mais elle pouvait tout de même apercevoir une petite partie de son futur corps. Elle décela la couleur de peau seulement, soit rien de bien indicatif. Elle trépignait d’impatience de découvrir à quoi ressemblera-t-elle une fois transférée ! L’adolescente prit place dans le lit puis déglutit, tentant de rester concentrée et sereine alors qu’on lui mit un casque sur la tête. Une ultime fois, on lui demanda si elle était prête pour le grand saut. Marquant un silence, elle clôtura ses yeux puis respira profondément, avant de les rouvrir, une dernière fois, pour répondre. « Aucun regret. Je suis prête ... » Conclut-elle. Néanmoins elle vint quémander un dernier baiser ! Elle fit pencher K-Azu puis pressa tendrement ses lèvres contre les siennes, les goutant une dernière fois avec celles d’une humaine.

Une fois le baiser terminé, elle lui sourit puis referma ses yeux, laissant ainsi la machine commencer son travail. Cassandra commença à entendre un vrombissement sourd, puis lentement, petit à petit, elle commençait à s’endormir à cause du gaz injecté dans le masque sur son visage. La procédure démarra et progressivement, sa conscience quittait son corps, à mesure que ses ondes cérébrales étaient redirigées ailleurs. Ce fut bien la première fois qu’elle ne fit ni rêve, ni cauchemar, ni rien pendant son sommeil ... C’était comme si elle était revenue à l’inexistence d’avant sa naissance. Tout s’arrêta, tout stoppa. Le néant était revenu, et le temps était devenu une notion très abstraite, floue, n’ayant plus consistance.

Après elle ne savait combien de temps, il eut une lumière, un choc, un stimulus. Une sensation d’abord froide, puis chaude, qui commença à la recouvrir en entière. Le noir était toujours aussi présent, mais progressivement, chacun de ses sens commença à revenir. La vue vint en tout dernier, au moment où elle commença à ouvrir ses paupières. La femme fut éblouie de toute part dès les premières secondes, mais sa vue se stabilisa petit à petit, pour qu’elle finisse par percevoir son environnement correctement. Elle se sentait ... Différente. Très différente. Lentement elle bougea ses yeux, et elle remarqua dès lors que sa vue était aussi clair et net que celle d’un aigle. Elle ne portait pas de lunettes, ni rien comme avant. La sujette désira alors parler, mais ce fut plus compliqué que prévu car, tout était si différent ! Difficilement, elle finit par parvenir à articuler sa mâchoire. « K-Azu ? » Dit-elle, entendant pour la première fois une voix qui n’était pas du tout la sienne.

Ses yeux s’écarquillèrent doucement, alors qu’elle fit bouger ses doigts, puis leva ses bras pour constater ... Que ce n’était plus les mêmes. Son regard se baissa, et elle put observer une partie de son nouveau corps. Alors, un sourire commença à illuminer son faciès ; le transfert avait réussi ! Elle était, enfin, devenue une belle Gynoïde.
12  Préliminaires / One Shot / Re : Transfer Game [PV : Kaede Azumari] le: Avril 14, 2018, 12:16:02
L’essoufflement commençait à se faire ressentir, surtout quand l’orgasme vint à nouveau. A force de se trémousser ainsi avec K-Azu, Cassandra avait fini par jouir à nouveau, cédant complètement à la Gynoïde. Il fallait dire que celle-ci était si experte et endurante, il était difficile de lui résister. Jouissance après jouissance, la jeune fille commença à humidifier son sexe et celui de sa partenaire, et le frottement en devint encore plus agréable ! Impossible pour elle de s’arrêter, mais pourtant, la fatigue commençait à s’emparer d’elle.

Ce ne fut que lorsque que K-Azu jouit à son tour que tout se relâcha. Un final somptueux qui tétanisa Cassandra sur place, la pétrifiant dans une extase infinie, son corps entier se crispant une dernière fois contre son amante. Son sexe se plaqua au sien, au maximum, se frottant maladivement contre, arrachant un dernier orgasme à Cassandra qui, enfin, fut délivrée. En sueur, essoufflée et fatiguée, l’adolescente respirait lourdement. Sa respiration était saccadée et entrecoupée, elle était vraiment essoufflée. L’effort physique fut très intense et cela provoqua son écroulement au sol.

Elle ne s’était pas évanouie, non. Elle était juste éprouvée. Cassandra s’étala donc sur le sol, extasiée, ravie, heureuse ... Avant que sa douce partenaire ne la soulève comme une petite plume, et ne vienne soigneusement la déposer sur le confortable canapé présent dans son bureau. Impossible pour la demoiselle de parler. Ses muscles étaient endoloris, jamais elle n’avait fait l’amour aussi intensément ! L’adolescente ne mit effectivement pas longtemps à clôturer ses yeux, piquant une sieste bien malgré elle. Assez rapidement, la jeune fille finit par s’allonger, et put ainsi se reposer, une dernière fois ... Avant le grand saut dans l’inconnu.

Le repos fut particulièrement réparateur, pour elle. Cassandra avait dormi comme un bébé et se sentait ... Bien. Juste bien. Depuis bien longtemps, un sommeil ne fut pas aussi reposant pour elle. Cassandra se réveilla en douceur, et ses yeux se rouvrirent sur la plus belle vue au monde ; K-Azu. Un délicat sourire illumina son faciès apaisé, alors qu’elle se redressa doucement. « Je ... Je suis prête, grande sœur. Juste que ... » Dit-elle, avant d’afficher un air un peu plus concerné. « Mes parents ? Que va-t-il advenir d’eux ? De mon ancien moi ? Ce n’est pas que je leur manquerai ou qu’ils peuvent me faire changer d’avis, mais ... Je veux que les choses soient bien faites. » Déclara-t-elle. Elle s’étira un peu puis se leva, avant de fixer K-Azu. « Comment va se dérouler le transfert ? Ça va faire mal ou ... ? Et ... Et une fois transférée, je dois faire quelque chose en particulier ? » Demanda-t-elle, se posant des questions sur la procédure.

Même si, elle était prête à effectuer le grand saut. Cassandra désirait désormais en finir avec la vie qu’elle menait, et commencer une autre, qui sera bien meilleure !
13  Préliminaires / One Shot / Re : Transfer Game [PV : Kaede Azumari] le: Avril 13, 2018, 10:09:21
Quel bien fou, quelle sensation ! C’était si électrisant, si bon ! Cassandra ne s’était pas sentie aussi bien depuis fort longtemps ... Depuis la dernière fois qu’elle avait fait l’amour à une Gynoïde. Même si cette fois-ci, c’était encore plus savoureux car non seulement K-Azu était particulière, mais aussi car elle était particulièrement excitée. Tout s’enchainait et la jeune fille perdait peu à peu pied avec la réalité. Le plaisir et rien que le plaisir. Son corps brûlait de désir tout en entier, et la seule chose qu’elle voulait, c’était jouir. Encore et encore. Jouir au visage de son amante, qui avait finalement décidé de lui rendre la pareille en plaçant son visage entre ses cuisses.

Sa langue se faufila dans ce qu’elle avait de plus intime et dès lors, Cassandra perdit réellement pied. Une furieuse et indescriptible sensation s’empara de son être, la broyant, détruisant toute trace de raison sur son passage pour ne laisser qu’extase et plaisir. Ses yeux se révulsèrent alors que l’adolescente respirait lourdement, et sentait K-Azu dévorer sa petite fleur féminine. Sa mouille commença à couler et inonder sa bouche. La Gynoïde calculait précisément comment faire pour maintenir la fille en état d’extase le plus longtemps que possible, sans la faire jouir pour autant. Mais, il arriva pourtant un moment où tout éclata, tout gicla.

L’orgasme arriva et frappa de plein fouet Cassandra qui hurla de bonheur, d’extase, éclaboussant le visage et la bouche de K-Azu de toutes ses forces. Des milliers, des millions de papillons virevoltèrent dans son bassin et la laissèrent complètement aliénée, perdue dans un autre monde, alors que l’orgasme frappa encore et encore. Finalement son corps commença à se détendre, et elle revenait peu à peu à la réalité, surtout quand son amante décida de jouer la carte de la lenteur, et de la douceur. « Hmm ... » Ronronna tout Cassandra tout doucement face au baiser de K-Azu. Sa langue commença à jouer docilement avec la sienne, partageant salive et mouille respective. L’une avait jouit contre l’autre, et les mouilles étaient encore présentes en bouche, ce qui créa un cocktail des plus délicieux qu’il soit.

Leurs corps se frottèrent ensemble, lentement. Les peaux se câlinèrent, les mains se perdirent sur les formes harmonieuses et généreuses des deux filles. Poitrine contre poitrine, celle de l’androïde câlina et pressa doucement celle de Cassandra, elles se lovèrent l’une contre l’autre, offrant ainsi un frisson inégalable. Un moment très sensuel et délicat entre deux femmes. Une humaine, et une Gynoïde ... Symbole d’une parfaite union, qui allait bientôt porter ses fruits. « K-Azu ... » Susurra alors Cassandra, gémissant doucement alors qu’elle se lovait contre sa partenaire. Cependant, quand elle changea de position et se retrouva à effectuer un ciseau, le désir et la hargne revinrent aussi vite au galop. « Hmmm – Haaaaaw ! O-Oui, encore, encooore !!! » Couina la jeune fille, se trémoussant du mieux qu’elle pouvait, frottant sa petite fleur bien contre celle de sa partenaire. « Haa-Haaaan ouiii, grande sœur ! » Finit-elle par gémir, l’appelant ainsi de la manière la plus naturelle et spontanée, les joues toutes rouges, alors que cette position commençait sérieusement à l’exciter au plus haut point.
14  Préliminaires / One Shot / Re : Transfer Game [PV : Kaede Azumari] le: Avril 13, 2018, 09:14:08
C’était l’un des meilleurs moments dans sa vie qu’elle était en train de passer. Pendant des dizaines de minutes, Cassandra léchait et apportait beaucoup d’attentions à la féminité de son amante, roulant sa langue de plus en plus profondément en elle et surtout, se régalant de sa voix gémissante encore et encore. Plus elle sentait le plaisir de K-Azu augmenter, plus elle en était satisfaite ! On pouvait comprendre alors à quel point Cassandra adorait les Gynoïdes ; elle les aimait au point d’adorer leur apporter du plaisir, au lieu d’en recevoir. Ce qui était un comble pour un androïde dont la base de son existence était d’offrir du plaisir à son partenaire. Cela témoignait aussi d’autre chose. Du fait que la jeune fille se prenait déjà, inconsciemment, pour une Gynoïde dont la seule raison d’exister était le sexe.

Ainsi donc, pendant de longues, très longues minutes, Cassandra pu amener son amante au bord de l’orgasme et, quand le moment de la libération survint, elle fut surprise de voir que même l’orgasme était parfaitement bien simulé ! De long et délicieux jets de cyprine éclaboussèrent son visage par des salves se succédant, et à chaque fois, l’adolescente léchait et n’en laissait aucune goutte, avalant ce délicieux nectar. La douce K-Azu se lâcha complètement contre elle, enfermant son visage entre ses douces et chaudes cuisses. Un moment de rêve pour Cassandra qui gémissait aussi, finissant par laisser sa partenaire s’accroupir au sol, juste en face d’elle. Elle était un peu essoufflée par rapport à l’effort qu’elle venait de fournir pendant près d’une demi-heure, et fut fascinée de voir à quel point l’orgasme de K-Azu avait duré longtemps !

Cela faisait grandement rêver. Cependant elle n’eut pas beaucoup de répit puisque la Gynoïde la poussa à la renverse et lui annonça que c’était à son tour de s’occuper d’elle. Un sourire ravi orna les lèvres de Cassandra qui dès lors accueillit à bras ouverts son amante, la laissant embrasser son lobe d’oreille, puis son cou. Sa peau était laiteuse, fine et douce. Mais, elle n’était pas aussi parfaite que celle de K-Azu ... Cela ne l’empêcha toutefois pas de gémir onctueusement, de rougir, de sentir le plaisir tirailler son corps de part en part. « Hmmmm ! » Gémit-elle encore, avant de rougir et hoqueter subitement en sentant ses seins se faire attaquer. K-Azu s’en occupa avec tant de fougue, tant d’expertise ! Cassandra fondait comme neige au soleil, couinant dans tous les sens, arquant son dos et se tortillant sur place tellement les sensations étaient intenses. « Haaaaww ! Oui, ouiii, continues ! Hmmm ... C’est si ... Bon ! » Couinait-elle, enfouissant une main dans la chevelure de sa partenaire, la caressant tendrement.

Quand K-Azu faufila finalement une main vers son sexe, Cassandra crispa ses cuisses et emprisonna cette main toute contre elle, se mettant non seulement à se les frotter entre elles, mais se mettant également à onduler son bassin pour venir frotter son entrejambe contre la main de son amante. Son sexe était en feu, elle en désirait plus ! « P-Prends moi ... Haaa oui, comme ça ! » Gémit-elle en tout bonheur, en toute joie, se laissant complètement envahir par la Gynoïde, qui jouait avec son corps. À ce rythme-là, vu son état et son niveau d’excitation, Cassandra n’allait pas mettre longtemps pour ressentir son premier orgasme ...
15  Préliminaires / One Shot / Re : Transfer Game [PV : Kaede Azumari] le: Avril 13, 2018, 05:28:16
Le fait que K-Azu l’appelait dorénavant par son nom de Gynoïde ne pouvait que plaire à Cassandra. Celle-ci redoublait d’effort sur sa poitrine, la léchant et l’embrassant tout tendrement. Son visage se pressait contre et les gémissements de son amante ne faisait que l’encourager. K-Azu semblait d’ores et déjà très excitée, et cela fit alors comprendre à Cassandra à quel point le corps d’une Gynoïde pouvait être sensible. C’était comme si une simple caresse suffisait à mettre en chaleur ce genre de créature. Etait-ce vrai ? En tout cas, tout semblait l’indiquer. Encouragée ainsi, la jeune fille appuya davantage dans le dos de sa douce amante pour mieux s’occuper de sa poitrine. Elle taquina son téton délicat du bout de sa langue mais finit par le suçoter, de la même manière qu’un nourrisson tétait sa mère.

« Hmmm ... » Ronronnait-elle doucement, finissant au bout d’un moment par s’occuper de son autre sein. Cassandra continua ainsi pendant de longues minutes, avant que curieusement elle ne se mette à descendre, encore et encore. Elle gouta à sa peau vanillée, elle lécha et embrassa son ventre doucereux, avant de finir à hauteur de son sexe parfaitement épilé. À ce moment-là, la femme aux cheveux émeraudes se déplaça et partit s’installer sur son bureau. Prenant assise sur celui-ci, ce fut sous le regard émerveillé de Cassandra qu’elle écarta ses magnifiques cuisses. Son sexe fut révélé et il était très appétissant ... « C’est aussi pour ça que je vous adore, les Gynoïdes ... Vous êtes mignonnes, et toujours en manque de caresses, et d’attentions. Et moi, je ne demande qu’à en donner ! » Finit-elle par dire de sa petite voix.

L’adolescente se mit en place et, à genoux, se retrouva donc le visage entre les savoureuses cuisses de son amante. Cassandra souffla chaudement sur ce sexe, puis clôtura ses yeux alors qu’elle déposa un très lent mais langoureux baiser sur son pubis. Elle en déposa un autre un peu plus en bas, avant d’en déposer un dernier directement sur sa perle féminine. C’était synthétique mais, l’illusion était parfaite. C’était ... Meilleur que la réalité. Au gout de Cassandra en tout cas. Ainsi donc la jeune fille commença à taquiner son bourgeon délicat, de par sa langue qui le chahuta dans tous les sens. Mais, elle ne perdit en rien son temps, et décida d’agrémenter tout ceci par sa fine main et ses doigts de Fée qui partirent caresser les lèvres intimes de K-Azu. Son index et son majeur s’écartèrent pour masser et tracer les contours de son antre intime, qui était toute douce, lisse et délicate.

Cependant, elle finit par y mettre plus de poigne au moment où elle inversa bouche et doigts. Cassandra se mit ainsi à lécher langoureusement sa porte féminine, et à stimuler son bouton par son index, le roulant tendrement. L’adolescente céda finalement et se mit à profaner ce sanctuaire par sa langue, plaquant son visage, sa bouche, pour se mettre à lécher et papillonner à l’intérieur de K-Azu. Elle s’aida de sa main libre en agrippant fermement sa cuisse pour mieux enfoncer son visage contre ses chairs, et entre ses cuisses qui lui serraient doucement la tête !
Pages: [1] 2 3 ... 61
Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox