banniere
 
  Nouvelles:
De nouvelles places sont ouvertes pour le poste de modérateurs, si vous êtes intéressés, merci de vous présenter ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

  Voir les messages
Pages: [1] 2 3 ... 147
1  Préliminaires / Reglement, histoire et mises a jour / C'est l'heuuuuuure ... Des elections. - Recrutement Modos le: Avril 19, 2018, 10:57:10
Oyez, oyez!

Braves LGJiens (et les quelques LGJiennes qui survivent au milieu de toutes ces merguez), voici venu le temps des élections.

Nous recherchons actuellement 2 à 3 nouveaux modérateurs.

- Un pour s'occuper du Discord, remplaçant ainsi Arphélia.

- Un autre pour travailler en tandem avec Darthestar sur une refonte du background.

- Et la dernière place éventuelle serait invitée à travailler sur la gazette, ce qui est un effort de groupe.

Vous pouvez postuler à compter d'aujourd'hui, et les inscriptions seront closes ce Dimanche. Nous vous invitons à nous envoyer un petit message avec vos projets et ce qui vous motive, ce que vous aimeriez développer dans une de ces sections ou sur LGJ.

Voilà, c'est tout, merci de votre attention!
2  Plan de Terra / Les contrées du Chaos / Re : Une alliance inattendue [Stephen Connor] le: Avril 15, 2018, 11:31:57
Ces sorcières avaient toutes la langue bien pendue. Helel avait apprécié maltraiter la première sous les yeux de sa maîtresse, comme une promesse silencieuse que Keira subirait le même traitement. Mais la magicienne n’avait pas tort : il fallait se concentrer sur la tâche principale. Impossible de savoir depuis combien de temps Pruflas opérait, ou même de savoir ce qu’était son but.

Helel ne pouvait s’empêcher d’avoir Keira au coin de la tête, cependant. Elle était provocante, sûre d’elle. Il aimait cela chez une femme. Il aurait bien voulu voir quelle tête cette petite pétasse aurait fait, avec un gros sexe planté dans les entrailles. A sa provocation, lorsqu’elle claqua son fessier musclé, il se contenta de lui lancer un regard amusé. Il lui laisserait passer ses petites mains dessus quand il le contracterait pour s'enfoncer bien fort en elle. Voir si elle préférait le goût de son foutre entre une autre paire de lèvres.

Puis, de fil en aiguille, le trio se retrouva à marcher à travers les couloirs du palais, dont Helel découvrait l’architecture. D’autres habitants du château découvraient, quant à eux, le corps musculeux du colosse, qui ne s’embarrassait pas de sa nudité, même lorsqu’ils rencontraient des connaissances de Keira. Personne ne semblait trop s’appesantir sur le fait qu’un homme nu accompagne la sorcière, ce qui en disait long, à bien y penser.

« Ravi de vous rencontrer. » S’amusa Helel, voyant Mariella littéralement s’asseoir sur un plug, rouge comme une tomate. Il ne se souciait pas plus de ce que faisait cette femme, qu’il ne se souciait de sa nudité. « Pas besoin d’être timide. Ça ne doit pas être bien confortable et je suis là pour un bon moment. » Dit-il de sa voix rauque, souriant légèrement en croisant ses bras sur son torse.

Il ne s’assit pas, préférant s’adosser à la porte. Ce qui était sûr, c’était que Pruflas serait bientôt mis au courant de l’arrivée de son rival. En manquant de discrétion comme elle l’avait fait, Cynthia n’avait pas aidé sa maîtresse dans sa mission. Aussi le démon vérifia-t-il, par un enchantement, que personne ne puisse les écouter et rapporter leurs conversations.

Lorsque Keira revint de sa petite douche, elle s’assit sur le bord du lit, préparant un plan d’action. Helel avait beau connaître le mode opératoire de Pruflas, il n’était pas devin pour autant. Il lui était aisé de deviner ce que préparait Pruflas, mais c’était la façon dont il allait s’y prendre, qui était une variable impossible à prévoir. Le démon hocha la tête, prenant la parole quand son tour fut venu.

« Je ne comprends pas bien comment votre cour fonctionne. Le but final de Pruflas est clairement de faire remonter son influence jusqu’à votre souverain, après quoi il lui fera prêter allégeance et s’installera lui-même comme un nouveau souverain, voire même une divinité incarnée. » Le démon expliqua que c’était là une des méthodes classiques de son confrère. Il en avait détruit des pays entiers, les transformant petit à petit en terres désolées où régnaient la violence, le chaos, la désolation, qui contribuaient à nourrir ses pouvoirs, l’alimentant en âmes. Des âmes qui, au final, étaient ce qui permettait aux démons de gagner en puissance. « Vous voulez que votre pays reste intact, et moi je ne veux pas que Pruflas devienne plus fort. La meilleure chose à faire serait que je puisse parler à cette Triss, et comprendre pourquoi elle a décidé d’invoquer Pruflas. Il la manipule probablement, même si elle l’a invoqué pour son propre gain. »

Continuant ses explications, Helel en vint à détailler la méthode de son rival. Ce dernier, s’il ne l’avait pas déjà fait, se présenterait bientôt à la cour comme un voyageur versé dans les arts magiques. Lorsqu’il serait persuadé d’avoir Triss dans la poche. Habituellement, il choisissait l’apparence d’un homme d’une bonne cinquantaine d’année, propre sur lui et élégant. Il impressionnait les cours de son savoir et de ses tours de magie, se forgeant lui-même une bonne place. Il devenait parfois même conseiller, avant d’abattre ses serres vicieuses sur les régents trop naifs.

« Peut-être pouvons-nous faire entendre raison à votre amie. Avez-vous remarqué une nouvelle personne à la cour, ou ne s’est-il pas encore manifesté ? » Nu comme il était, difficile de prendre le beau diable très au sérieux, pourtant, il ne plaisantait pas. Pourrait-il lui-même s’inviter à la cour ? Ou devrait-il utiliser un proxy, rester dans l’ombre ? « Le mieux serait de prendre à partie la personne qui l’a invoqué. Est-ce que vous savez comment je pourrais m’y prendre ? » Il était expert en jeux de cour, et s’il fallait séduire  les attentions des courtisanes ou des autres sorcières du royaume, il le ferait. Mais, s’il devait jouer les espions et attraper cette fameuse Triss, il le ferait, sa lame sous la gorge de cette parfaite inconnue. En espérant qu’elle soit moins agaçante que Keira. « Au fait. Des vêtements seraient les bienvenus. » Dit-il, grommelant. Il ne pouvait user de sa magie pour se vêtir, encore restreint par la magicienne.
3  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Complexe d'études secondaires et supérieures / Re : Problème de réception[Stephen Connor] le: Avril 15, 2018, 11:01:02
En tant que démon, Helel se devait, après tout, d’aimer les orgies. Oh, bien sûr, il ne comptait pas juste éclater le bassin de Midori et d’Oka sur le coup. D’abord, il devait apprendre à la petite humaine comment se servir de son nouvel outil. Outil qui ferait d’elle une démone, petit à petit. Tirant toujours les cheveux verts de Midori alors qu’il lui claquait les fesses de son bassin musculeux, Helel tourna la tête vers Oka.

« Hmf. Bonjour, Oka. » Dit-il entre deux grognements d’aise, écartant la chatte toute étroite de Midori comme aucun humain n’aurait pu le faire. Le beau diable ralentit doucement, pas plus proche de sa jouissance pour autant, et finit par quitter les petites lèvres intimes de sa première proie. « Haaaa ! » Soupira-t-il tout de même, branlant son sexe encore bien dur et couvert des fluides de ses ébats.

Il déposa une claque sur les fesses de Midori, assez forte pour les lui rougir légèrement, et s’approcha d’Oka, se collant presque à elle, mains sur les hanches. Il la toisait, et observait ce qu’il voyait en elle, ce qu’elle ne pouvait voir. Elle sentait l’occulte, une légère odeur de démon au milieu d’un puissant parfum de jeune femme en fleur. Helel était violent et prompt à la luxure, il en voulait toujours plus.

Midori ne connaissait pas encore suffisamment les pouvoirs de son téléphone pour pouvoir les retourner contre celui qui l’avait créé. Aussi le Grand-Duc se tenait-il sans crainte dans cette pièce, conscient que pour l’instant, lui et sa disciple allaient jouer avec Oka. Serait-ce agréable pour elle, ou une expérience douloureuse ? Midori déciderait.

Bien sûr, le téléphone possédait, sinon une intelligence à proprement parler, une volonté. Comme une intelligence artificielle particulièrement perverse, et pas seulement dans le sens sexuel, qui chercherait à corrompre l’esprit de l’humaine qui lui avait été assignée. Cette IA s’était d’ailleurs mise en action, s’allumant d’elle-même.

« Voulez-vous ouvrir l’appareil photo ? » Proposa la voix féminine aux intonations légèrement robotiques, telle une SIRI déjantée. « Je propose de la faire suffoquer, pour commencer. » Par contre, l’IA ne pouvait aller à l’encontre des ordres de Midori, lui proposant simplement des idées, et lui expliquant simplement ses propres fonctions. Helel se tourna d’ailleurs de nouveau vers la petite stalkeuse.

« A voir. Ca dépend de ce que tu veux lui faire faire. » Expliqua le beau diable, caressant tendrement la chevelure d’Oka, un sourire malsain au visage. « Tu n’as presque pas de limites, ce téléphone est absolu contre les mortels. Tu pourrais lui ordonner n’importe quoi. » Il se lécha les lèvres. Il avait tellement d’idées, mais il voulait savoir ce que pensait sa nouvelle élève. Quels plans cette future démone avait en tête. « Ne te sens pas obligé d’écouter le téléphone. »

La voix proposait toutes sortes de choses, qui relevaient toutes plus ou moins du concept d’humilier Oka, en privé comme en public. De toute façon, le tout serait filmé, et finirait probablement sur les réseaux sociaux. Nul besoin de préciser, cependant, que la jeune femme devrait taire l’existence de toute magie dans son nouveau téléphone, malgré le caractère anodin de tels gadgets enchantés, à Seikusu.

« Est-ce ton amie ? Tu as les pleins pouvoirs sur elle, maintenant. » Il ricana doucement, sa caresse dans les cheveux d’Oka se transformant en une prise sèche. « Elle t’a traité de salope, n’est-ce pas ? Toutes ces petites pétasses de ta classe aussi… Tu devrais te venger. Une par une. » Toutes les casser, il en frissonnait d’avance. Mais c’était le jeu de Midori, pas le sien, et il respectait ce fait.
4  L'entre-deux Mondes / L'Enfer / Re : On veut du hard ! [PV] le: Avril 07, 2018, 11:45:29
Elle avait encore du répondant. Helel commençait à comprendre qu’il ne suffirait pas de quelques violences pour que la succube abandonne. Qu’à cela ne tienne, cependant. Car le beau diable aimait tout autant les viols bien brutaux que de soumettre calmement ses victimes.

Loin d’être dégouté par le sang qui maculait sa queue, Helel se mit à se branler doucement, entretenant la furieuse érection que lui avait donné Anouvanh. Pas besoin pour elle d’être coopérative, au contraire. Helel commençait à devenir accro, frissonnant de plaisir à chaque gifle, à chaque violent coup de poing. Et en parlant de coups de poing…

« Debout. » Ordonna le démon, ancrant sa main dans la belle chevelure souillée de sa proie. Sans se soucier de lui faire horriblement mal, il la souleva, la remettant droite sur ses jambes. « Joli ventre, tu as même du muscle par ici. » Dit-il en souriant légèrement, alors qu’il fermait et serrait son poing. Comme elle pouvait s’y attendre, la succube reçut un puissant coup sur le ventre, Helel restant fiché contre ses abdominaux, tournant légèrement le poing. « Aaaah, c’est presque aussi bon que de te baiser la bouche. » Soupira-t-il. Il y prenait vraiment du plaisir.

Tellement de plaisir qu’il vint la frapper une deuxième fois, l’obligeant à courber l’échine sous la violence du choc. Puis, il la lâcha, la laissant s’écraser mollement au sol, une nouvelle fois. Elle pensait pouvoir lui résister, mais elle ne faisait qu’attiser sa méchanceté, ses instincts de prédateur. Helel, qui bandait toujours comme un animal en rut, la retourna brutalement, s’offrant une vue imprenable sur le cul de sa victime.

« Je vais te faire tellement mal, ma chérie. Tellement mal que tu me supplieras de t’achever. » Souffla-t-il, la voix teintée de son excitation. Il prit place derrière la démone, son sexe appuyant fort contre l’anneau de son petit cul, poussant avec insistance. « Ne résiste pas. Je vais rentrer. Quoique tu fasses. » Il avait légèrement atténué la force de son emprise magique, permettant à Anouvanh de se débattre légèrement, mais pas de fuir.

Helel sentait à quel point son amante ne voulait pas qu’il la pénètre. Il faisait exprès de rater, de glisser contre son cul et sa petite raie, comme s’il ne parvenait pas à s’enfoncer en elle. Son sexe était encore luisant de salive et de sang, bien lubrifié pour pouvoir s’enfoncer dans le cul de la diablesse. Le démon vint même cracher avec dédain sur l’anus d’Anouvanh, faisant glisser son majeur contre pour bien étaler sa salive.

« Je vais te casser le dos, pétasse. » Dit-il, appuyant de ses grosses mains contre la colonne de celle qu’il convoitait, l’obligeant à se cambrer plus que n’importe quelle humaine l’aurait supporté. Puis, enfin, il enfonça les premiers centimètres de son sexe, non sans difficulté. « Mhhhh, bien serrée ! Je vais changer ça, ma beauté. » Il donna un puissant coup de reins, s’appuyant sur le dos et le crâne d’Anouvanh, lui écrasant contre le sol.

Helel poussa un rugissement de plaisir, alors que son aine venait toucher les fesses de la petite pouffiasse. Il avait réussi à s’enfoncer dans son cul d’une traite, et il espérait que sa victime en souffrait autant qu’il en tirait du plaisir. Le beau diable délaissa le dos de la diablesse, un instant, pour venir gifler son cul avec violence, tandis que son bassin heurtait répétitivement les fesses de la petite pute.

« Aaaah, tu pues le sexe, tu pues la chienne ! » Affirma le démon en se penchant sur Anouvanh pour humer son parfum. Ironique, car il puait le mâle et le sexe, une version plus odorante encore de ce parfum qui avait rendu la succube folle, qui l’avait empêché de dormir tout ce temps. « J’aime cette odeur… Et te faire mal. » Dit-il, serrant son petit cou avec ses gros doigts.
5  Plan de Terra / Ville-Etat de Nexus / Re : Run. [Hîra] le: Avril 07, 2018, 11:30:39
Hîra n’était pas partie pour céder, même face à toute la brutalité que déployait son bourreau. Qu’à cela ne tienne, pensait-il, plus longtemps il en faudrait pour la briser, plus il prendrait de plaisir à enfin faire d’elle son esclave. Oh, elle aimait ça, bien sûr, mais elle résistait à sa condition d’esclave. Même écrasée par le poids de son amant, étouffée par ses muscles ciselés, elle se rebellait.

« Ta grande gueule ne t’a pas aidée à me sucer la queue, lapine. » Se moqua le beau diable, avant de venir laper le cou d’Hîra, à pleine langue. Son odeur de femme le rendait fou de désir, lui aussi. Il n’attendait que de pouvoir la démonter sans pitié, sans respect, juste cogner contre ses fesses jusqu’à se vider les couilles et la remplir de foutre. Qu’elle y prenne du plaisir, qu’elle en souffre, cela n’avait aucune importance. « Ta bouche est vraiment remplie de conneries. Je vais t’arranger ça. Je vais te la nettoyer. »

A ces mots, il lui glissa l’index et le majeur dans la gueule, continuant toujours de la limer avec une lenteur qui se prolongeait beaucoup trop. Obligeant Hîra à sortir sa petite langue, le maître y laissa tomber sa salive, crachant dans la bouche de sa victime, lui caressant le visage à pleine main. Il avait des gestes de prédateur, agrémentant ses caresses inquisitrices sur la bouche de la terranide d’une franche claque sur sa joue.

« Salope. Pute. » Disait-il, lui donnant une claque humiliante et frustrante à chaque affirmation. « Tu crois vraiment que je vais te laisser jouir, alors que tu refuses de m’obéir ? » Il s’extirpa d’entre ses lèvres intimes, souriant légèrement. Il n’allait pas la tuer. Il la voulait, c’était son trophée de chasse, son jouet. Mais, il comptait la faire souffrir. Mieux encore, il comptait lui apprendre à quel point elle aimerait qu’il la fasse souffrir. « Je vais nettoyer ta sale gueule, à la pisse. » Il se releva lentement, masturbant son sexe mouillé de cyprine. « A genoux, salope. »

Sa main libre attrapa les oreilles de la lapine, les utilisant pour l’obliger à se redresser. Elle était vraiment pathétique. Elle se prenait pour une guerrière, mais elle n’était que du gibier. Avec son corps de trainée, elle ne connaîtrait rien que la queue et la violence d’Helel. Jamais rien d’autre. Serrant ses doigts en anneau autour de la couronne de son gland, le beau diable se mit à ronronner.

« Tiens, de quoi te rincer la gueule. » Soupira-t-il avant de gémir de plaisir. « Haaaan ouaiiiiis ma chérie ! Bois bien ma pisse, bois ! » Il donnait de légers coups de bassin, comme s’il en jouissait, visant tant bien que mal la lapine, de sa queue bandée. Qu’avait-elle à redire, maintenant ? Elle se faisait utiliser comme une cuvette, tant pour les pulsions sexuelles du démon, que pour sa pisse, négligemment vidée sur sa gueule.

Il souillait le velours de sa peau, sa belle peau de pêche légèrement chocolatée. Sans aucun respect pour cette beauté que tant d’hommes auraient vénéré avec dévotion. Lui aimait blesser l’ego et le corps de ses amantes, les rabaisser plus bas que terre. Aussi belle et séduisante soit-elle, Hîra n’était qu’un jouet. Helel secoua son sexe pour s’assurer de s’être bien vidé jusqu’à la dernière goutte, sourire au coin des lèvres.

« Tu es magnifique. J’adore lire la rage sur tes beaux yeux, ma petite lapine. » Dit-il affectueusement, égouttant sa queue dans la chevelure soyeuse d’Hîra. « Mhhhh, c’est humiliant, pas vrai ? J’ai hésité entre ça et te frapper jusqu’à ce que tu couines. » Il ricana doucement, avant de poser son pied sur le plexus de la jeune femme, la poussant à s’étaler sur le sol, une nouvelle fois. « Tu vas écarter tes petites lèvres intimes, et me supplier de te baiser, ou je vais te faire quelque chose de bien plus humiliant. » Une étincelle de folie brillait dans ses yeux.
6  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Centre-ville de Seikusu / Re : Let's dance, all night long (Connor) le: Mars 27, 2018, 09:53:00
Catalina n’avait pas encore abandonné son âme à Helel. C’était en partie pourquoi ce dernier ne comptait pas la tuer, pas maintenant. Il attendrait, il la ferait chanter, lui promettant la jouissance si elle lui abandonnait son esprit, en plus de son corps. Bien sûr, il ne se privait pas pour la faire souffrir, lui inspirer la crainte et la torturer comme un sadique.

« Pathétique petite salope. » Grogna le beau diable, d’un ton plus chargé de désir sexuel que de colère. Il aimait la gifler, la maltraiter en la jetant contre le lit comme une fragile poupée de chair. Il voulait la sentir aussi terrorisée qu’excitée, qu’elle se demande en permanence si son prochain orgasme serait le dernier. « J’aime tellement les culs de pouffiasses et les hanches de pondeuses comme les tiennes ! » Dit-il en saisissant l’objet de ses désirs. « Ooooh ouaaaais ! »

Elle avait compris, elle n’avait pas résisté. Pitoyable jusqu’au bout, elle s’était elle-même empalée sur ce membre qui lui avait fait connaître tant de douleur que de plaisir. Helel lui saisit le crâne, l’écrasant avec force contre le matelas moelleux. Il était au-dessus d’elle, sur les pieds, cuisses contre les mollets et genoux fléchis, de sorte à ce que seule son aine s’écrase contre le bon gros cul de Catalina.

« Tu es une bonne chienne, pas vrai ? Tu mourrais sans hésiter si ça pouvait faire jouir ton maître ? » Il se mit alors à l’étrangler puissamment, obligeant la petite humaine à présenter son cou, tandis qu’il passait un bras autour de sa gorge par l’arrière, serrant ses veines. « Putain, tu es de plus en plus serrée… » Délicieux, magnifique. Il en tremblait du bassin, toujours complètement obsédé par son corps voluptueux, toujours aussi heureux de blesser une si parfaite jeune femme. « Je vais te coller un petit démon dans le ventre, compris sale pute ? » Il donna un puissant coup de reins, faisant balloter Catalina. « Puis je laisserai tous les autres dégueulasses des enfers te baiser à mort. »

De sa main libre, Helel la giflait, donnant de puissantes claques sur son visage, et sur sa poitrine légèrement surélevée, tant il l’obligeait à arquer son dos, en l’étranglant par derrière. Ses gros doigts rêches lui agrippaient un sein, pinçant et tirant sur le mamelon, avant de gifler l’orbe bien rempli. Il avait hâte que ces pis soient bien remplis de lait. Mais avant ça, il devait lui donner le sien. Sa grosse crème bien épaisse de mâle.

« Où est passé ton petit air prétentieux, ma chérie ? Tes petites manières de chiennasse? » Demanda-t-il en lui donnant un violent coup de bassin, comme s’il cherchait à lui casser le dos en deux. Et vu l’animal, ce n’était pas impossible qu’il ait eu ce but. « C’était tellement bon, de te limer la chatte pendant que tu te débattais. » Il parlait doucement, la voix rauque, le bassin tremblant de plaisir. Ce sadisme, cette violence, c’était ce qui lui plaisait. Oh, bien sûr il adorait voir une femme pleine d’assurance comme Catalina couiner de douleur en miaulant de plaisir. Mais comme il avait aimé rabaissé cette sale truie ! Rien que d’y penser, il se mit à jouir, abondamment. « Haaaan ! C’est bien chauuud, c’est beaucoup trop bon, pas vrai ? » Mhhhh, elle en débordait… Et pourtant.

Orgasme sur orgasme, le démon se mit à donner de grands coups de bassin, remuant son foutre dans les entrailles de Catalina, dans un bruit moite. Il laissa un peu de répit à sa victime, rouge des gifles qu’il lui avait assénées un peu partout sur le corps. Lui agrippant les cheveux, il vint y poser sa queue, jouissant encore quelques giclées dessus, et s’y essuyant.

« Sextoy. » Gronda le fauve, tapant violemment la gueule de Catalina de son gros sexe encore bien dur et chaud. Comme si elle ne pesait rien, il la retourna sur le dos, la tête à l’envers, dans le vide après le bord du lit. Il lui attrapa la bouche, y infiltrant ses gros doigts pour l’obliger à ouvrir bien grand la gueule. « Prête à mourir noyée, ma chérie ? » Il n’arrêtait pas. Chaque fois qu’il se faisait plaisir en la faisant souffrir, il lui agitait cette menace sous le nez, laissant à l’humaine la terreur de deviner s’il mentait ou non. « Mhhhh, aaaaaah… » Soupira-t-il, enfonçant brutalement sa queue dans la gorge, en parfaite position pour commencer à lui baiser la gueule. Ses deux grosses mains vinrent se refermer sur le petit cou de l’humaine, et il se mit à se branler avec sa gorge, tout en la baisant comme une chatte. « Je vais pisser dedans, comme j’aurais dû pisser dans ta chatte de pétasse. » Il s’extirpa d’entre ses lèvres, impatient d’entendre sa réponse, de savoir où elle en était entre peur et désir, puis se renfonça, ne gardant qu’une main sur sa gorge alors que l’autre venait lui caresser agressivement l’entrejambe.
7  Plan de Terra / Ville-Etat de Nexus / Re : Attention : baignade surveiller ! [PV : Stephen Connor] le: Mars 18, 2018, 05:45:55
Ils étaient, l’un comme l’autre, des créatures sexuelles, prédateurs qui se nourrissaient des passions, du stupre le plus violent. Alors, il était amusant de les voir échanger leurs aphrodisiaques, se rouler l’un dans l’autre à la recherche d’encore plus d’extase. Comme pour le suivre dans cette giclée onctueuse de foutre, Slimia imita son amant, sa cyprine douce comme du miel éclaboussant Helel.

Sans broncher, le mâle s’en régala, poussé au-delà des limites humaines de son corps par la drogue, qui l’atteignait bel et bien. Si la slime avait été une humaine, nul doute qu’un sexe de cette envergure l’aurait tuée sur le coup. Pire encore, avec l’état dans lequel elle avait mis le beau diable, il aurait continué à la baiser jusqu’à ce que mort s’ensuive. Une perspective alléchante.

Les slimes ne couraient pas les rues en enfer. C’était une expérience unique pour le beau diable, qui commençait à comprendre tout ce que ce corps particulier avait à offrir. Cette texture délicieusement moelleuse et fraiche n’était qu’un atout parmi tant d’autres. Car voilà que Slimia s’était dédoublée, triplée même, offrant un véritable harem de petites suceuses au beau diable.

« Je vois que tu aimes les plaisirs entre amis. » Remarqua le démon. C’était compréhensible, elle ne devait jamais être rassasiée. Comme lui. Son sexe se trouva bien vite prisonnier, victime d’une torture délicieuse alors qu’on gobait les boules du gros démon, le faisant grogner de plaisir et lever le bassin. Il baisait sensuellement la gueule de Slimia, utilisant ses mains pour appuyer la gueule des deux autres contre ses belles couilles. « Allez, viens chercher ce que tu veux, pute de slime. » Il gifla la vraie slime, doucement.

Il embrassa goulument celle qui voulait ses lèvres, sans pour autant être moins doux avec la véritable forme de la créature, lui violant brutalement la gorge. Les bruits de succions, de sa bouche contre celle de la slime, de la slime contre son énorme gland, ça le rendait fou de plaisir. De plaisir et d’une rage sexuelle, il cherchait à éprouver la résistance de Slimia. Ses coups de reins impétueux la déformaient, comme s’il voulait la crever à coups de bite, comme un animal en furie.

Helel passa sa main contre la masse qui formait un genre de chevelure, sur la slime qui l’embrassait. Il rompit le baiser pour envoyer la créature lui lécher le torse de fond en comble. Elle reçut pour ordre de nettoyer parfaitement son corps musculeux, d’insister sur chacune de ses formes taillées dans le marbre. Le démon avait pour habitude d’être vénéré par ses conquêtes. Et en échange de la soumission totale de Slimia, il lui offrirait encore plus de foutre.

La créature était moelleuse et douce que l’on pouvait les faire, et lui était aussi dur et rugueux que ne l’étaient les golems de pierre. Un beau contraste. Slimia vibrait comme de la gelée lorsque la grosse brute qui lui servait d’amant décidait d’y aller un peu trop fort. Plein de verve, il lui bourrait la gueule, asphyxiant les jumelles dans l’odeur masculine de ses couilles.

« Je ne suis pas près d’être à court, ma jolie. » Il sourit, alors que son foutre giclait dans la petite gueule de cette slime gourmande. Elle allait finir en une marée de sperme chaud, à ce stade. Pour l’instant cependant, elle n’avait qu’à se détendre et laisser faire son amant, qui lui baisait la gueule et arrosait copieusement son œsophage, ou tout du moins ce qui y ressemblait. « Je n’ai plus trop l’impression d’être le violeur. » Dit-il en ricanant doucement.

Elle était créative, c’était le moins qu’Helel puisse dire. Slimia était une prédatrice, comme lui était un prédateur. Mais, violer était une chose, le vice en était une autre. Qu’avait-elle en tête, maintenant ? Le beau diable jouit alors qu’il se posait la question, relâchant une nouvelle fois une quantité inhumaine de foutre dans les entrailles de la slime.

« Venez-là, toutes les trois. »
Ordonna-t-il, les ramenant vers lui dans ce qui semblait-être une embrassade. Il sortit sa langue, incitant les clones et la véritable Slimia à partager un baiser bien gluant, tous les quatre. Helel était presque aussi visqueux que son amante, tant il avait baigné dans le slime. Sa peau était luisante, rendant ses muscles encore plus saillants. « Et si nous allions trouver une petite humaine à nous mettre sous la dent ? J’ai envie d’être vraiment violent, et je ne voudrais pas te casser. » Il comptait garder ce petit jouet intact aussi longtemps que possible.
8  Plan de Terra / Dictature d'Ashnard / Re : Une aventurière avec un démon ?[PV Stephen Connor] le: Mars 18, 2018, 05:44:32
Helel lui-même avait usé de magie pour se nettoyer. Car si la sueur et le sexe sentent bon lors des ébats, ce sont des odeurs qui ne font pas plaisir aux narines en toutes circonstances. Pour le trajet jusqu’à Ashnard, le beau diable avait décidé de sentir autre chose que le stupre. Il avait par la suite guidé Apogée jusqu’à son cheval, une créature immense même pour les plus féroces races de Terra. Juste ce qu’il fallait pour deux êtres de leur carrure.

Mais le beau diable ne conduisait pas son amante jusqu’à la taverne de ses rêves. Pas vraiment, il avait bien d’autres projets pour elle, des projets qui impliquaient un pacte, passé dans la boisson et le sexe, plus encore de sexe qu’auparavant. Helel était insatiable, et son nouveau petit jouet aurait tout le loisir de s’en rendre compte dans les heures à venir.

Après quelques soucis pour passer les frontières de la capitale, ils parvinrent jusque dans les quartiers populaires d’Ashnard. Apogée y avait ses habitudes, comme Helel y avait eu ses habitudes autrefois, lorsqu’il lui était fréquent de se rendre dans l’Empire. La Cervoise Naine était un lieu réputé, mais ce n’était pas là que se rendaient les deux colosses, malgré ce qu’en pensait la rouquine.

Sans qu’Apogée puisse s’en rendre compte, elle avait ouvert une porte sur l’Enfer. Oh, pas l’enfer des damnés, parcouru de rivières noires et au plafond de roche rougeâtre. Non, c’était le repos des infernaux, une taverne constamment agitée, occupée par les plus minables incubes comme les plus prestigieux Princes. Un domaine dans les Enfers.

Depuis les fenêtres, on voyait un paysage idyllique, un ciel bleu et dégagé, un morceau de paradis dans le royaume des morts. Helel claqua des doigts, fermant les volets et illuminant les nombreux chandeliers et lustres. Les clients se retournèrent un instant, revenant bien vite à leurs affaires : peu osaient contredire les décisions d’un Noble. Le Grand-Duc ne souhaitait pas qu’Apogée s’intéresse à l’étrange changement de paysage, il lui gardait une surprise.

« Ahahah. » Il ne put s’empêcher de rire, étalant le timbre de ténor de sa voix dans les murs de la taverne bien peuplée. La barbare n’y allait pas de main morte, étanchant sa soif, quoique la boisson ne fut probablement pas la meilleure pour se réhydrater. Cependant, Helel ignorait encore que peu de choses pourraient hydrater une créature de pierre et de magma comme Apogée. « Fais-toi plaisir. »

Elle le fit halluciner. Elle venait d’engloutir, cul sec, un breuvage d’esprit, une boisson qui affectait jusqu’à l’âme des immortels. Helel lui-même pouvait en consommer des quantités astronomiques, mais jamais il n’aurait imaginé qu’une mortelle puisse simplement survivre à cela. Elle n’avait rien d’humain, il le savait, mais il y avait clairement autre chose d’intriguant chez Apogée. Etait-elle seulement une mortelle ?

« De quel géant es-tu la fille pour être bâtie comme cela ? » Demanda le beau diable en haussant un sourcil interrogateur, croisant ses bras sur son torse. Il ne commandait rien pour l’instant, laissant simplement à Apogée tout le loisir de savourer ce breuvage impur. La boisson attisait les désirs, charnels ou non, mais Helel n’était pas certain que cela influence de la moindre manière une femme qui était apparemment constituée d’une façon bien étrange. « Je suis curieux d'en savoir plus. »

Elle se prétendait humaine, c’était évidemment faux. Mais Helel n’allait pas la froisser dans cette idée, elle avait probablement ses raisons pour mentir ainsi. Peut-être même encore y croyait-elle. Mais comment pouvait-on honnêtement croire être humain lorsque l’on pouvait accomplir de telles choses. Le beau diable finit par céder à l’envie, prenant lui aussi une choppe, qu’il vida avec autant de ferveur que l’avait fait son invitée.

Lorsque le gros monstre vint ramener la deuxième choppe, gracieusement offerte par Helel, il ne put s’empêcher de reluquer longuement les énormes seins de la golem. Quoiqu’il n’était pas le seul, à peu près tous les mâles non accompagnés s’affairant à baver sur Apogée, de quoi en rendre vertes de jalousies les quelques succubes qui fréquentaient l’établissement. Cette inconnue avait quelque chose de vraiment unique, et le fait qu’elle accompagne le Grand-Duc rajoutait à l’énigme. Ils se seraient probablement tous jetés sur elle, faisant fi de son consentement, si leur Maître leur en avait donné la permission. Ce qu’ils espéraient, silencieusement, le regard plein de luxure et d’envie.

« C’est la maison qui offre, ma jolie. » Beugla l’orc immonde à la musculature démesurée, lorgnant encore sur le corps d’Apogée. « Bois, allez. » Il lui mit quasiment la chope sous la gueule, avec autant de subtilité que s'il y avait foutu la grosse trique qu'il avait en la regardant. Helel n’était même pas sûr qu’ils parviennent à l’alcooliser. Et s’ils essayaient de la violer, il n’aurait même pas à l’aider pour que la colosse leur fracture quelques cotes. Cependant, il avait bien envie de dépraver un peu plus cette barbare au corps de déesse. « Tu as vraiment les yeux plus gros que le ventre. Ce n’est pas de l’alcool normal que l’on sert ici. Je parie que tu roules sous la table dans pas moins de trois chopes. » Il sourit légèrement, l’air moqueur.

L’orc gloussa comme un porc, alors que les conversations se faisaient muettes. Elle était à plus d’une pinte, et commençait à avoir l’air quelque peu éméchée.

« P’tite nature, mem’ pas capab’ d’boire une ot’ pinte. » Se moqua un barbu grand et gros, quoique fort musclé sous son physique de bucheron. Tous eclatèrent de rire comme pour l’accompagner dans sa moquerie, et certains se mirent à encourager Apogée. « Cul-sec », répétaient-ils comme des soulards. Qu’elle soit bien bourrée, avant qu’eux la bourrent.

Helel en riait, son statut lui empêchant d’accompagner les provocations goguenardes, bien qu’il ne s’en serait nullement privé, s’il n’avait pas été en présence de certains de ses hommes.
9  Préliminaires / Prélude / Re : Faîtes de beaux rêves... hihi ! ♥ [Connor] le: Mars 18, 2018, 12:54:15
Citation
D'ailleurs, je vais te faire une petite confidence... j'adore qu'on me les attrapes, quand je donne une fellation, et qu'on me baise furieusement la bouche...

J'te défonce.

Et j'te valide.
10  Discussions / Blabla / Re : Mème your LGJ le: Mars 13, 2018, 10:15:13
Résurrection de topic. Merci Patrick.
Spoiler  
11  Plan de Terra / Les contrées du Chaos / Re : Une alliance inattendue [Stephen Connor] le: Mars 11, 2018, 09:52:21
Sacrée humaine. Helel avait tronché des succubes moins vicieuses que ça. Il ne regrettait pas d’avoir été tiré de son orgie. Voilà qu’il avait baisé une vraie furie, et qu’il allait maintenant pouvoir mettre des bâtons dans les ailes de l’autre hibou décharné. Donnant un ultime coup de bassin, le beau diable s’enfouit au plus profond de Cynthia, soupirant longuement. Il était jusqu’à la base, confortablement lové contre les fesses de la petite pétasse.

« Tieeeeens ! »
Grogna-t-il, son bassin parcouru de légers spasmes. Il jouissait, tellement. Sa crème bien chaude tapissait l’intimité de Cynthia, dégoulinant de sa petite chatte alors qu’Helel s’extirpait d’entre ses cuisses, tremblant d’extase. Cette dernière caresse d’une petite chatte bien serrée, juste après l’orgasme, c’était le pied. Helel était satisfait de Cynthia, oui.

Il l’observa, alors, s’affairer à contenter Keira, comme une bonne petite chienne docile. C’était un joli spectacle, et le chibre du démon, déjà redevenu dur comme la pierre, était du même avis. Offrant le spectacle de sa longue masturbation à Keira, le Grand-Duc se mit à se branler lentement, agrippant bien fort son sexe turgescent. Putain, il lui en fallait encore ! Il s’adressa alors à Cynthia.

« Hey ! Tu n’as pas fini avec moi. »
Gronda Helel, agrippant son amante par les cheveux pour la ramener jusqu’à lui. « Sa bouche est à moi, sorcière. » Minauda-t-il, visiblement bien plus émoustillé par Keira que par sa jeune élève. Car, s’il frottait sa grosse queue encore bien dure contre les joues et les lèvres de Cynthia, le gros démon tout en muscles n’avait d’yeux que pour la femme aux cheveux argentés. « Sa belle petite bouche pulpeuse… »

Il passa un long moment à baiser doucement la bouche de Cynthia, encore diablement sensible après son orgasme brutal. Enfin, il ne ménageait pas son amante pour autant, n’hésitant pas à donner un franc coup de bassin lorsque le plaisir montait en lui, posant sa deuxième main sur la première pour lui enfoncer la queue dans la gorge lorsqu’elle résistait. Putain, il allait encore jouir !

« Pour ta salope de maîtresse aussi, han ! » Ronronnant, il jeta une bonne rasade de foutre sur la gueule de Keira, ayant quitté la bouche de l’élève avant de se sentir jouir.

Le salaud avait de la puissance dans le jet, sans grande surprise. Il ricana tout de même légèrement, ayant réussi à souiller le beau visage de la maîtresse. C’était un plaisir incomparable, pouvoir salir une beauté immaculée comme la sienne, de sa semence. Dans un regain d’énergie, le beau diable se mit même à frotter sa hampe contre le visage de Cynthia, ne lâchant pas Keira du regard. Tu es la prochaine, disait-il sans même avoir à le dire.

« Hm ! Putain, je suis en sueur. »
Constata le beau diable, passant ses mains sur son corps rendu halé par l’épuisement et la transpiration. Il laissa à son amante le loisir d’aller nettoyer sa maîtresse, mais il avait d’autres projets pour elle. Lui aussi avait bien besoin que l’on vienne laver son superbe corps sculptural. Il posa ses mains sur ses hanches, l’air satisfait. « Viens me laver, maintenant. Je suis tout transpirant à cause de toi, sale trainée. »

Il puait le mâle, et son ordre était humiliant comme pas deux. Pourtant, c’était ce côté bestial, primitif, qui lui plaisait le plus. Obliger son amante à se rabaisser à son niveau, à se comporter comme s’ils étaient des animaux trop heureux de se rouler dans le stupre. Si elle voulait un peu de tendresse, il lui faudrait obéir. Le démon était des plus expressifs. Ses muscles sursautaient au contact d’une petite langue, il jetait le visage en arrière, plissait les yeux ou se mordait la lèvre, grognant quand il se sentait frissonner de plaisir. Un vrai spectacle pour une femme qui aimait voir un mâle puissant ronronner sous son toucher.

« Pas… Trop jalouse ? » Demanda-t-il en ondulant puissamment du bassin, comme s’il baisait encore la petite chatte de Cynthia, alors que cette dernière lui lapait les abdos comme d’appétissantes friandises. « Dis-lui… Dis à ta maîtresse comme tu te régales, ma chérie… Han ! » Le galbe de ses pectoraux, maintenant. Elle avait les lèvres, la langue tellement douce ! Helel se mit à lui caresser les cheveux, l’encourageant à continuer sur sa voie. « Ooooh, comme ça ma beauté, comme ça ! Lèche bien le galbe de mes muscles… Ouiiiii… » Il en oubliait presque la raison de sa venue ici.
12  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Centre-ville de Seikusu / Re : Let's dance, all night long (Connor) le: Mars 11, 2018, 03:33:44
Le démon ne ralentissait pas. Il ne se faisait pas plus doux ou plus patient, à mesure que son amante étouffait sur sa queue. Au contraire, la fureur qui animait ses coups de bassin, s’accentuait. Ses couilles claquaient contre le menton de la petite salope, s’y écrasaient, s’y nichaient tandis que sa hampe emplissait la bouche et la gorge de Catalina. Comme si ce n’était pas assez, il y ajoutait même sa grosse main, appuyant sur le crâne de l’humaine, enfonçant davantage sa queue bien dure dans ce trou bien chaud.

« Mhhh, tellement bon ! » Souffla-t-il en donnant de francs coups de butoir au plus profond de la petite gorge offerte, jetant le visage en arrière et se mordillant la lèvre. Il regardait parfois Catalina, cependant, prenant un plaisir malsain à voir son beau visage d’ange parcouru de traces noires. Elle pleurait, son visage rouge tirant presque sur le bleu, son maquillage lui coulant sur la gueule. « Dommage que tu doives crever. » Dit-il.

Après tout, il ne semblait pas jouir. Il était proche, cependant. Elle pouvait le sentir, tant ses coups impétueux se faisaient pressés, ses couilles se soulevaient alors qu’il lui empalait la gorge. A ce niveau, le collier n’aurait pas pu se resserrer davantage. C’était l’affaire de quelques secondes, tout au plus. Et voilà qu’elle jouissait, comme une pauvre pute.

Aux portes de la mort, elle trouvait l’orgasme en se faisant violenter la gorge, baiser la gueule. C’était si beau, si tentant. Il considéra longuement de la laisser mourir, baiser quelques secondes sa gorge inanimée pour jouir, trop tard. C’aurait été une fin magnifique. Mais heureusement pour Catalina, son maître comptait la faire souffrir encore un petit moment. Elle n’était pas au bout de son calvaire.

« Mhhh, tu as de la chance, à défaut de jouir, j’ai vraiment envie de pisser. » Grogna le fauve, extrayant sa queue de la bouche de sa victime, d’un douloureux mouvement de recul. Elle en aurait probablement gerbé, si la mort n’avait pas été une autre de ses préoccupations. « Haaaaaaan… » Quel plaisir, de vider sa vessie sur un beau visage, de nettoyer le maquillage de cette pute, d’une grosse rasade de pisse.

Le collier, en réponse, se mit à se desserrer, progressivement. L’air revenait à l’humaine, et le sang affluait de nouveau à son cerveau. Petit à petit, sa conscience lui revenait, et toute l’horreur de la situation aussi. Mais qu’en était-il du plaisir sans pareil, et de l’aspect salvateur qu’avait cette humiliante pratique ? Helel pissait sans vergogne sur la gueule, dans la bouche de Catalina, à croire qu’il ne l’avait pas fait depuis des jours. Et pourtant, elle devait l’en remercier. Il l’avait fait jouir, il l’avait sauvée.

« Remercie-moi… De te pisser à la gueule. » Soupira-t-il, appuyant sur son gros gland encore bandé, pour faire tomber les dernières gouttes sur le visage de Catalina, contre ses petites lèvres sur lesquelles il s’empressa de frotter son gland brulant. « J’ai été clément avec toi. Tu ne m’as pas fait jouir. » Son ton était sévère, feignant la déception. Il était évident qu’il avait passé son temps à se retenir, mais Catalina aurait été bien malavisée de souligner ce fait.

Ce n’était pas fini pour la petite humaine, et la lourde main qui revint lui appuyer sur le crâne en était le signe évocateur. Son amant voulait jouir. Son bourreau n’avait pas fini de la tourmenter, de la rabaisser plus bas que terre, sans oublier, à chaque fois, de lui rappeler à quel point elle aimait cela. Il la gifla de sa queue, une fois, deux fois, violemment.

« Empale-toi la gueule dessus. Dépêche-toi ! » Ce fut sa main qui la gifla, cette fois. « Bonne à rien que tu es ! » Il ne lui laissait même pas le temps de prendre son sexe en bouche. Il le faisait exprès, ne parvenant pas à cacher un sourire de prédateur alors qu’il lui mettait une grande claque du revers de la main. « Tu es vraiment inutile, heureusement que tu as de gros pis et un bon gros cul. » Négligemment, il la jeta sur le lit, son sexe pointant à l’orée du sien. Il se mit à se frotter longuement contre son intimité, désireux de savoir si elle s’empalerait contre lui, malgré la façon dont il la maltraitait.
13  Préliminaires / Reglement, histoire et mises a jour / Re : [LGC] Le Grand Chantier le: Mars 11, 2018, 02:06:51
Le staff accepte désormais l'ajout de compléments au BG officiel de LGJ.

Veuillez lire cette annonce : http://hentai.forum-rpg.net/index.php?topic=13228.msg388695#msg388695

Et présenter vos compléments par la suite.
14  Préliminaires / Reglement, histoire et mises a jour / Re : Les Annonces du Staff le: Mars 11, 2018, 02:05:21
Bonjour.

En prévision de la sortie d'une carte canonique de Terra, le staff a décidé de recueillir les compléments des membres.

Pour faire simple, si vous souhaitez voir votre complément ajouté de façon officielle à la carte et au BG de LGJ, vous êtes invités à m'envoyer un lien par MP, ainsi qu'un petit paragraphe le résumant et justifiant de son activité/intérêt pour le forum.

Le staff débattra dessus, et sélectionnera les compléments les plus travaillés/impliquant le plus de membres.

Les plus populaires se verront même offrir une section à part, en temps voulu.

A vos claviers.
15  Préliminaires / Prélude / Re : 893 [Valimenstruée.] le: Mars 06, 2018, 03:06:20
Superbienv'nue o7
Pages: [1] 2 3 ... 147
Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox