banniere
 
  Nouvelles:
Pour la promotion du forum, pensez à voter régulièrement pour nous si vous avez un peu de temps.
Merci ! ♥





Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

  Voir les messages
Pages: [1] 2 3 ... 231
1  Préliminaires / One Shot / Re : Little Bitch [PV] le: Octobre 18, 2018, 08:48:23
Asuka était ravie de l’évolution favorable de la situation. Du reste, elle connaissait suffisamment sa fille pour savoir qu’elle n’avait pas l’esprit d’une dominatrice. En la matière, les deux profils étaient souvent bien tracés, sans possibilité de revenir dessus. Il n’y avait que peu de personnes capables de varier les plaisirs, d’apprécier autant la soumission que la domination. C’était le cas de leur Maîtresse, qui continuait à se faire prendre en levrette par Kenji. L’homme la giflait fortement, grognant sur place, se retenant de jouir, bien décidé à montrer à sa Maîtresse toute l’étendue de ses talents. Honoka, de son côté, accepta l’idée d’être une petite chatte, et Asuka l’embrassa doucement sur les lèvres, avant que sa fille ne lui demande comment les choses allaient se passer.

« Et bien, tu as beau être une esclave, tu continues à mener une vie de lycéenne normale, non ? Ce sera exactement pareil pour nous. Quand tu reviendras en vacances, tu resteras notre fille chérie, mais nous pourrons nous faire de gros câlins, et te montrer nos nouveaux jouets sexuels. Tu sais, ton Papa est très doué là-dedans. »

Kenji était en train de le démontrer. Il retourna Mélinda, et la plaqua contre un mur, venant encore la baiser énergiquement, faisant gémir et hurler la vampire, qui griffait son dos, se cramponnant à ses cheveux.

« Tu vois, Maîtresse forme ses esclaves masculins comme ton Papa pour en faire des amants intensifs et énergiques. Ton Papa a dû apprendre à devoir baiser une partenaire une heure d’affilée sans se relâcher pour pouvoir mériter les faveurs de notre Maîtresse. Regarde comme il est doué, comme il est puissant... »

Elle posa Honoka sur ses genoux, et la retourna, afin qu’elle puisse voir le spectacle. Asuka posa ensuite une main sur le front de sa fille, écartant quelques mèches de cheveux, et l’incita ensuite à écarter les jambes, en profitant pour glisser ses doigts en elle. Elle les remua doucement, un sourire joueur sur les lèvres, glissant deux doigts dans son intimité, la pénétrant ainsi doucement, et continua ensuite à lui parler, dans le creux de son oreille.

Asuka n’était après tout jamais avare en terme d’anecdotes, et en fit donc la démonstration à la jeune femme :

« Quand nous t’avons conçu, à la nuit de noces, Kenji m’a baisé comme une folle, jusqu’à l’aube, encore et encore. Maîtresse a été la seule à nous accompagner ensuite, et je te portai déjà dans mon ventre. Chaque jour de ma grossesse, ton Papa m’a défoncé dans tous les sens. Maîtresse a fait de lui un redoutable pervers, mon cœur, et, depuis qu’il te voit faire l’amour, comme moi, il a très envie de prendre sa petite chatte... »

Asuka en parlait avec calme, mais aussi avec fébrilité. Elles observèrent ainsi Kenji continuer à prendre Mélinda, jusqu’à ce que l’homme ne finisse par gémir. Il s’écrasa contre elle, et sa queue se mit à tressauter, balançant des filaments de foutre dans le corps de la femme. Kenji termina en serrant dans sa main le cul de la femme, s’abandonnant encore lentement, avant de se calmer progressivement.

Mélinda se laissa tomber sur un fauteuil, et Kenji, en sueur, rejoignit alors le duo. Il sourit à sa fille, et l’embrassa sur les lèvres.

« Pfffiouh... J’avais oublié à quel point notre Maîtresse est endurante. Désolé, ma chérie, j’ai dû me soulager un peu.
 -  Oh, tu n’as pas à t’excuser, je crois que cette scène a beaucoup plu à notre petit chaton...
 -  Oh... Vraiment ? »

Kenji sourit doucement, en embrassant encore sa fille.

« Mais je crois que tu préfères les filles aux garçons, non ? »
2  Plan de Terra / Dictature d'Ashnard / Re : Le rêve de toute une vie [PV Mélinda Warren] le: Octobre 18, 2018, 07:50:33
Mélinda était inhabituellement attentive, douce... Et bienveillante. Vanillia en souriait légèrement, très amusée par la situation. Elle traitait Sya comme une sorte de fragile poupée de porcelaine, alors que l’Ange de la Luxure, en temps normal, pouvait se faire sévèrement baiser par Mélinda et par les autres femmes du harem. Des séances de sexe redoutables, exigeantes, où Sya se faisait prendre pendant des heures avec des chibres énormes, voire avec des tentacules épais. Mais là, Mélinda traitait Sya comme si la plus petite gifle sur son délicieux cul pourrait l’amener à perdre le bébé. En soi, le bébé n’avait rien à craindre d’une surcharge d’amour. Vanillia connaissait bien des femmes au harem qui, même à la veille de leur accouchement, continuait à se faire prendre en levrette. Au harem, les esclaves enceinte étaient extrêmement appréciées des clients, mais aussi de Mélinda, qui aimait caresser leurs ventres bien ronds, et sentir les mouvements du bébé à l’intérieur. De fait, elle revenait très souvent caresser machinalement le ventre de Sya.

La vampire faisait face à son propre bébé. Son petit miracle, qui barbotait dans le ventre de Sya. Un bébé très particulier, comprenant son ADN, celui de sa femme, celui de Sha, et celui de Sya. Difficile de dire ce que ce mélange détonant allait donner, mais Mélinda avait particulièrement hâte de pouvoir tenir Elisabeth entre ses bras. Il restait néanmoins, sur cet océan de bonheur, ce ciel agréable, un nuage sombre : la volonté de Sya de former plusieurs familles. Celle-ci indiqua d’ailleurs qu’elle comptait retourner voir sa famille celkhane, et Mélinda acquiesça.

« Je ne compte pas ter lâcher si facilement, Sya, tu portes mon enfant... Et j’ai eu tellement de mal à avoir un bébé que je compte veiller scrupuleusement sur toi ! »

Elle n’allait pas laisser un petit enfant risquer la vie de sa Elisabeth, par exemple en sautant sur le ventre de Sya, ou Dieu sait quoi... ! Vanillia décida de les laisser seules, expliquant qu’elle allait faire quelques activités au sien du temple de Sha. Les deux vampires s’embrassèrent une dernière fois, puis Vanillia embrassa Sya, avant de filer. Mélinda et Sya restèrent ainsi ensemble. Si Sya était habillée d’un ensemble tout blanc, Mélinda, elle, avait remis sa traditionnelle robe dorée, Sya venant l’aider à l’enfiler.

Mélinda et Sya marchèrent ensuite à travers les couloirs du temple, et la vampire en profita pour revenir au sujet essentiel :

« Tu sais, Samara m’a appris que Caelestis avait été attaquée, récemment. Je sais que tu hésites à venir sur Ashnard, mais... Enfin, je ne voudrais pas te donner le sentiment d’insister là-dessus, mais je pense vraiment que ce serait mieux... Je comprends les hésitations de ta femme, mais tu es bien placée pour savoir que les enfants qui sont éduqués dans mon harem ne craignent rien, et mènent une vie heureuse. »

Tous ne devenaient d’ailleurs pas des prostituées. Sya avait ainsi pu voir que le harem de Mélinda comprenait aussi des avocats, et d’autres individus qui avaient choisi de vivre hors du harem. Et il n’y avait rien à craindre sur la sécurité des lieux, car le harem était très bien protégé. Mélinda insistait donc, ce qui ne devrait surprendre personne, car elle était, après tout, une femme très têtue, et même assez bornée.

« Et puis, Elisabeth voudra être proche de ses demies-sœurs, tu sais... Je sais que tu n’as pas envier qu’elles vivent dans un pays qui tolère l’esclavage, mais... Sur Caelestis, elles vivront dans un pays qui déteste les hommes, ce n’est pas l’idéal non plus. »

La vampire n’avait jamais caché avoir un côté familial très prononcé, ce qui l’amenait souvent, quand elle amenait une fille à rejoindre son harem, à étendre ensuite cela au reste de sa famille. Il était donc normal qu’elle revienne sur sa proposition d’inviter la famille celkhane de Sya à venir vivre chez elle !
3  Plan de Terra / Dictature d'Ashnard / Re : La Vache du Bonheur [Cassandre Harmington] le: Octobre 15, 2018, 12:55:19

« Je suis une jeune femme qui travaille pour des personnes très puissantes, Asuka... Des personnes qui recherchent des liens à travers les mondes pour pouvoir développer leurs activités. J’étais jadis une simple adolescente qui combattait les démons, tu comprends ? Quand ils tentaient de venir sur notre monde, je les affrontai, je les repoussai, à l’aide de pouvoirs magiques... Jusqu’à ce qu’une faille ne m’absorbe, moi et ma sœur, en Enfer. C’est là que j’ai été progressivement transformée, qu’on m’a offert l’occasion de servir mes Maîtresses, et non plus de les combattre.
 -  Ta... Ta sœur ? » demanda Asuka, éberluée.

Des talons claquèrent à côté d’Asuka, et une main gantée nouvelle caressa son visage, puis des lèvres l’embrassèrent pendant quelques secondes. Elle soupira doucement, et cligna des yeux à plusieurs reprises. À côté de la première adolescente, il y en avait une autre, Akari, un peu plus jeune, mais avec le même look noir, sanglé, et démoniaque.

Asuka déglutit encore, tandis que Mitoko se mettait à couiner. Les deux sœurs se retournèrent, et Akari se rapprocha de lui. Elle caressa le visage de Mitoko, qui portait en ce moment une délicieuse tenue de fille. Elle l’embrassa sur la joue, gloussant doucement

« N’aie pas peur, Mitoko... Nous avons vu ta souffrance, ton désarroi... Tous les garçons se moquant de toi parce que tu ressembles davantage à une fille qu’à un garçon... Tes soirées à pleurer dans ta chambre, les moqueries et les brimades, et tes attirances pour la gente féminine... Les Maîtresses ont tout vu de toi dans leur boule de cristal. »

Akari semblait en effet tout savoir de Mitoko. Être un jeune homme efféminé n’était jamais très facile. Mitoko avait eu droit à son lot de brimades, de moqueries, des images qui défilèrent alors dans son esprit, tandis que le tentacule phallique continuait à le bourrer, l’approchant de l’orgasme. Asuka, quant à elle, continuait encore à planer, essayant encore de comprendre ce qui lui arrivait.

« Je... Je ne comprends rien...
 -  C’est pourtant simple ! Nous nous sommes acoquinés avec ces criminels de bas étage pour mettre la main sur toi, et attirer l’attention de ta Maîtresse ! Tu seras notre témoin, Asuka, tu verras ce que nous proposons à ta Maîtresse ! Vois ça comme une espèce de publicité !
 -  Mais qui êtes-vous ?
 -  Nous étions jadis des magical girls, c’est ce que je t’ai expliqué... Puis nous avons eu de nouvelles destinées. Les esprits qui sont venus nous donner nos pouvoirs travaillaient en réalité pour de très puissantes démones, ces même démones qui ont décidé d’offrir à Mitoko la chance de sa vie... »

Akari continuait à parler au jeune homme, dont le plaisir continuait à croître... Mais sa queue, elle, ne cessait de rapetisser. De plus, les tentacules posés sur ses seins continuaient à s’agiter, vibrant doucement, émettant de chaudes lueurs en faisant gonfler à cet emplacement la peau du jeune homme.

« Les tentacules dans ton cerveau remodèlent tes synapses, tes neurotransmetteurs de plaisir, Mitoko, afin de les transformer, de les faire davantage correspondre à ceux d’une femme. Tu comprends ? Nous faisons de toi une fille ! Nous mettons fin à ton ambiguïté sexuelle pour te transformer en une délicieuse fille ! Car nous savons tout de toi, y compris de tes fantasmes pervers où tu t’imagines être prise comme une fille, des séances où tu te travestis... Tu as envie d’être une fille, Mikoto ! Admets-le, ma belle... Ta petite queue est en train de disparaître, tu sais... »

Il aurait normalement dû jouir sous l’effet de ce tentacule phallique lui bourrant l’anus... Mais, à cause des tentacules nichés dans son crâne, remuant dans son cerveau, il en était tout simplement incapable, tandis que la suave voix d’Akari continuait à se répandre contre son oreille, afin de le perturber encore.




Tout avait été savamment calculé pour laisser aux femmes un peu de temps. Malgré les apparences, Nikita & Alexia faisaient partie de la même équipe que les deux magical girls démoniaques qui torturaient Mikoto en contrebas. Elles avaient juste des fonctions et une mission différentes d’elles. Elles, elles devaient s’occuper de la précieuse Ushi. Kidnapper l’Ushi était risqué, mais c’était un excellent moyen d’attirer l’attention de la vampire. Les deux femmes ne ressentaient aucune empathie particulière pour les Yakuzas, qui allaient sûrement souffrir. Car Mélinda pouvait se montrer aussi aimante que cruelle, surtout quand on s’en prenait à ses protégées. Mais, pour l’heure, Cassandre n’était nullement en souffrance. L’aphrodisiaque concocté par les Maîtresses prouva rapidement sa terrible efficacité, en dilatant ses parois, et le corps de l’Ushi se détendit progressivement, tandis que les deux femmes vinrent mutuellement la baiser.

Leurs épaisses triques s’enfoncèrent à la fois dans la bouche et dans la chatte de Cassandre, qui se mit à mouiller frénétiquement.

« C’est bien ce que je pensais, hmmm... Vu la manière dont son corps réagit, la vampire a dû... S’occuper longuement d’elle.
 -  Oui, elle ne manque pas d’amour, hmmm... »

Nikita gifla alors le cul de Cassandre, faisant couiner l’Ushi, qui continuait à sentir les épaisses triques s’enfoncer en elle. Le chibre d’Alexia tapa contre sa gorge, et celui de Nikita contre son col de l’utérus. Les deux femmes y allaient sans ménagement, aimant se satisfaire avec cette femme, cette magnifique Ushi qui couinait et se dandinait sur place.

« Ta copine va bien, au fait... Elle est dans un autre lieu de cette ferme. Dans une position tout aussi enviable que la tienne. »

Autant rassurer un peu la petite Ushi.

« Contente-toi de savourer, trésor, tu n’as rien à craindre, et, bientôt, tu seras dans les bras de ta Maîtresse... »

Il n’était pas sûr que Cassandre comprendrait tout, vu les capacités intellectuelles assez limitées de l’Ushi... Mais ce ne serait sûrement pas le cas de Mélinda !
4  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Centre-ville de Seikusu / Re : Servitude [Elizabeth Ostwick] le: Octobre 15, 2018, 12:55:07
Mélinda sourit doucement devant le comportement soumis de Choupette. Celle-ci se remit à parler, annonçant le bonheur qu’elle avait d’avoir été choisie. La vampire sourit brièvement, et hocha doucement la tête, avant de voir cette dernière se livrer à un geste des plus obscènes. Elle posa ses mains sur ses hanches, laissant passer quelques secondes, puis alla récupérer son téléphone portable, et demanda à ce que sa voiture soit prête. En attendant, elle regarda encore Choupette, et lui sourit à nouveau, tendrement, mais non moins avec une certaine malice.

« Je suis loin d’en avoir fini avec toi, ma chérie... Mais nous allons poursuivre chez moi. »

Cette chambre d’hôtel ne lui convenait plus, et, maintenant que Mélinda avait une chienne, elle comptait bien la récupérer, et la garder pour elle. Elle alla récupérer une culotte spéciale, comprenant deux vibromasseurs orientés vers l’intérieur ainsi qu’une queue poilue, et la mit sur le corps de Choupette, tout en lui intimant de se mettre à quatre pattes. La vampire enclencha ensuite les vibromasseurs, et sourit brièvement.

« Cette culotte spéciale est dotée de capteurs très précis, tu sais... Ils me permettront de savoir combien de fois tu vas jouir. »

Cet appareil venait tout droit des laboratoires tekhans. Mélinda était après tout une friande cliente des sex toys tekhans. Tout en l’équipant ainsi, Mélinda attrapa la laisse, et, dans sa robe en latex avec ses bas résilles, posa sa main sur la poignée de la porte.

« Allez, ma chienne... Fais la belle, montre à tout le monde combien tu es belle et heureuse, aboie fort ! »

En plus de tout le reste, Mélinda n’était jamais contre le sexe public. L’exhibitionnisme était l’un des petits plaisirs de Mélinda. La vampire ne se refusait rien, et elle s’aventura donc dans le couloir, conduisant avec elle la belle Choupette. Il y avait des clients dans le couloir, ainsi que des gardes, et d’autres prostituées. Des regards concupiscents filèrent sur les deux femmes, mais surtout sur le corps de Choupette, qui aboyait régulièrement, recevant en retour des caresses, des tapotes, ou même de brèves fessées. Les clients semblaient plutôt bien connaître Mélinda, qui leur souriait.

La vampire s’arrêta même à plusieurs reprises pour partager des baisers ou des câlins. De tendres mains gantées de femmes caressaient les longs cheveux soyeux de la vampire, qui finit par se retrouver dehors. Une belle limousine les attendait, et Mélinda grimpa à l’intérieur, puis s’assit sur un fauteuil. La voiture démarra doucement, et Mélinda regarda brièvement Choupette, avant d’écarter les jambes.

« Lèche mes jambes, Choupette, et, puisque nous sommes proches, maintenant, dis-moi en plus sur toi... Je suis curieuse de connaître le parcours de ma petite salope... »

Sans doute aurait-elle dû se renseigner avant, mais... Mélinda fonctionnait comme ça !
5  Plan de Terra / Ville-Etat de Nexus / Re : Le jour de la renaissance [Mélinda Warren] le: Octobre 15, 2018, 12:49:49
Mélinda n’avait clairement pas épargné Mathilde, et le jeune trap était encore loin d’être au bout de ses peines. Jonas était en transe, et sa queue était bien grosse, tendue au maximum, car il avait désespérément envie de jouir. Tout le monde était content, car Mathilde avait la culotte de sa Maîtresse, qu’il avait porté en la vénérant, presque comme une relique sacrée (ce qui n’avait pas manqué de satisfaire énormément la vampire), et Jonas avait enfin une occasion de sortir de cet enfer. Le priver de jouissance était une punition terrible, que les Tekhanes utilisaient pour dresser les mâles récalcitrants. C’était une souffrance que Mélinda infligeait à Jonas, et Mathilde put goûter à une conséquence de cette situation : une terrible érection. Jonas crispa ses mains sur Mathilde, serrant son cul, et s’enfonça violemment dans ce dernier.

« Ah, bo... Bordel, haaaa... !! »

Jonas en aurait presque pleuré ! Il continuait à le pénétrer, sentant un plaisir immense le traverser, mais également très frustrant. Dieu, que sa queue lui faisait mal ! Cette douleur était terrible, et le motivait. Il grognait sur place, bourrant méchamment le cul de Mathilde, conscient qu’il devait la faire jouir rapidement ! Intelligemment, il n’avait baissé que très légèrement la culotte de Maîtresse, afin qu’elle continue à frotter contre sa queue. C’était une aide non négligeable, surtout au vu de la fascination que Mathilde avait porté à ce sous-vêtement.

Pendant ce temps, Mélidna s’était sagement rassise. Jambes croisées sur le fauteuil, elle les observait en souriant, ses griffes s’égrenant sur l’accoudoir, tapant régulièrement dessus, tandis que Jonas continuait, encore et encore.

« Sa-Salope, PUTAIN... ! Vas-y, bordel, j... J-Jouis, bordel, salope... !! »

Jonas grognait encore, et gifla Mathilde, faisant hurler le trap. Mélinda, elle, se félicitait de ça. Difficile d’imaginer que ce petit trap soumis et mignon pouvait se transformer en un monstrueux Lycan surpuissant, et doté d’une verge monstrueuse. Elle se pinça les lèvres, se régalant des hurlements des deux hommes. Jonas continuait à y aller, yeux clos, ayant une furieuse envie de jouir... Puis Mathilde hurla, et le sperme éclata, jaillissant le long de son ventre. Un puissant orgasme, amenant des traînées blanchâtres qui allèrent jusqu’à éclabousser les pieds de Mélinda.

Celle-ci sourit encore, et vit Jonas se retirer, les joues rouges. Sa queue lui faisait terriblement mal, et il finit à genoux. Yeux clos, le jeune homme rebelle alla même jusqu’à verser des larmes, serrant sa queue avec sa main.

« Pi... Pitié, Maîtresse, je n’en peux plus... Pitié... ! »

Il s’écrasait sur place. Mléinda sourit encore, et se redressa alors. Elle se déshabilla totalement, et contourna Mathilde, un sourire sur les lèvres. Elle se rapprocha de Jonas, posa une main sur son épaule, et le renversa. Le jeune homme tomba au sol, et sentit la main de Mélinda se poser sur son sexe, le masturbant tendrement.

« Oui, mon chéri, tu n’en peux plus... Ton sang bat furieusement dans tes veines, petit rebelle... Tu regrettes, hein ?
 -  O-OUI, MAÎTRESSE, PITIÉ !!!
 -  Ah, les hommes... Si grandes gueules, mais, finalement, vous vous écrasez si facilement... »

Mélinda serra alors sa queue, et Jonas poussa un long couinement en se tortillant sur place... Et le doigt de Mélinda glissa alors sur sa verge. Sa griffe caressa sa queue, puis... Trancha le cockring. Jonas écarquilla alors les yeux, et Mélinda se releva, puis tourna la tête vers Mathilde.

« Ne te repose pas trop vite, Mathilde, je veux que tu  me défonces le cul bien fort... »

Pendant ce temps, elle-même s’assit brusquement sur Jonas, s’empalant sur son sexe, et poussa un long gémissement de plaisir.

« Haaaaannn, Jonas, hhaaaaa... !! »

Yeux clos, l’homme se mit à jouir presque instantanément, pleurant de plaisir en ayant un fantastique orgasme, premier d’une longue série, puis Mélinda se mit à attendre que Mathilde le rejoigne pour la sodomiser...
6  Plan de Terra / Ville-Etat de Nexus / Re : Relation d'affaires [Vierna] le: Octobre 15, 2018, 12:45:31
Le sang de Vierna avait été un coup de fouet terriblement efficace, boostant les capacités de Mélinda. Elle était plus alerte, bien plus énergique, et bien plus intensive dans sa manière de faire l’amour. Vierna pouvait le sentir. La vampire grogna encore, la prenant en sandwich avec Yukie Très heureuse, Yukie avait enfin l’occasion de planter sa verge dans la succube, et elle comptait bien tout faire en œuvre, non pas pour vaincre la succube, mais pour l’impressionner, pour lui montrer qu’elle était digne d’être l’une de ses amantes. Oh, ce n’était pas que Yukie voulait trahir sa Maîtresse, loin de ça, mais... Et bien, il était toujours bon d’être l’amie d’une succube, non ? En tout cas, c’était le raisonnement suivi par la jeune femme. La belle Yukie continuait ainsi à bourrer énergiquement sa partenaire, gémissant de plaisir contre elle.

« Vierna, hmmm... Ton cul est... Haaaa... Putain !! »

Mélinda était si excitée qu’elle en avait même du mal à parler ! Se concentrant encore, elle raffermit sa prise sur les seins de Vierna. Ce délicieux corps rouge était d’une douceur incroyable, une peau d’une tendresse exquise. Mélinda avait elle de plus en plus mal à la queue, et, tout en continuant à bourrer la femme, se serra contre elle, fermant les yeux en contractant finalement un orgasme. D’épais filaments de foutre jaillirent dans le corps de Vierna, fusant copieusement dans son corps. Mélinda jouit généreusement, pendant une bonne minute, poussant de longs soupirs dans le dos de la succube...

...Puis Yukie, après une prestation très honorable pour une humaine, se relâcha également. Le corps de Vierna se retrouva ainsi rempli de foutre, aussi bien dans son cul que dans sa chatte,  les deux hermaphrodites venant joyeusement la remplir.

« Hmmmmmmmmmm... !!
 -  Haaaaaaaaaaaannn... !! »

Les deux femmes s’unirent dans un orgasme commun, jouissant copieusement dans le corps de Vierna. Elles se calmèrent ensuite progressivement, reprenant leur rythme normal... Puis Mélinda se retira du cul de Vierna, et renversa la femme. La succube retourna sur le lit, couchée sous le corps de la vampire. Un sourire sur les lèvres, celle-ci, tout en ayant une respiration lourde, s’allongea contre elle, joignant ses mains dans celles de la succube, puis elle alla la pénétrer, enfonçant d’un coup sec sa trique dans son intimité ruisselante.

« Je... Haaaa... Je n’en ai pas encore fini avec toi, ma belle... »

Mélinda était désormais seule à la pénétrer, au moins pour le moment. Lovée contre la succube, elle retourna l’embrasser avidement, mordillant ses lèvres, faisant craquer le lit sous ses coups de reins.

« Qui aurait cru... Que je tomberai sur une succube comme toi... Haaaa... Au cœur de Nexus, hmm... ? »

Cette rencontre était en tout cas exceptionnelle !
7  Plan de Terra / Dictature d'Ashnard / Re : Warren's Clan [Décatis Cryptinna] le: Octobre 10, 2018, 07:54:55
Ainsi attachée, Mélinda était la délicieuse proie de Décatis. L’enchanteresse expérimentait avec elle de nombreux jouets, et la vampire savait qu’elle n’était pas encore au bout de ses surprises avec elle. La femme se pencha vers Mélinda, et, tout en observant les godes remuants, alla l’embrasser. Mélinda en soupira doucement, et sentit même un frisson d’excitation la traverser quand Décatis mordilla sa lèvre inférieure, faisant perler le goût du sang dans sa bouche. Mélinda gémit encore, appréciant ce baiser torride, cette légère violence. Décatis devait maintenant sûrement connaître assez sa partenaire vampirique pour savoir que celle-ci n’était jamais contre un peu de douleur dans leurs ébats.

« Voilà... Là, comme ça, tu me plais, Décatis ! »

Elle avait encore « plus élaboré » à lui montrer, et se déplaça d’ailleurs. Mélinda attendit un peu, tout en se tortillant doucement sur place, étouffant quelques soupirs. Les godes continuaient à s’enfoncer en elle, venant lui arracher plusieurs soupirs. Elle ferma les yeux pendant quelques secondes, laissant le plaisir se diluer en elle. Celui-ci remontait agréablement dans son corps, et Décatis revint ensuite, lui présentant trois objets qu’elle posa devant elle :

  • Un bandeau noir en dentelle servant visiblement à dissimuler ses yeux,
  • Une corde en jute pensée pour le shibari,
  • Un bocal comprenant divers pilules.



Même avec les deux godes en elle, Mélinda était encore capable de réfléchir un peu, et elle réfléchissait suffisamment pour savoir que, avec Décatis, rien n’était jamais aussi simple qu’il n’y paraissait. Chacun de ces objets devait donc avoir des facultés cachées, et il lui appartenait de choisir... En sachant que son choix serait forcément influencé par le désir qu’elle ressentait en ce moment dans son être.

La vampire hésita donc un peu, lèvres entrouvertes, et, tout en bandant ses muscles, regarda de nouveau sa partenaire, un sourire venant finalement perler sur le coin de ses lèvres.

« Hmmm... Je vais... Haaaa... Je vais me laisser tenter par... Par tes pilules, hmmm... »

Elle soupira encore, ses joues virant doucement au rouge.
8  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Complexe d'études secondaires et supérieures / Re : L'impopulaire VS la populaire [PV Mélinda Warren] le: Octobre 08, 2018, 08:34:32
C’était visiblement une première victoire pour Mélinda dans sa délicate campagne visant à soumettre Tomoko. Après plusieurs jours à l’approcher, la patience de la vampire avait fini par payer, car la jeune femme accepta de venir dans son manoir pour célébrer avec elle l’hanami. Évidemment, tout n’était pas encore joué, mais, en l’état, Mélinda pouvait quand même savourer cette étape significative. Elle organisait donc cette fête, qui avait lieu dans ses jardins. La vampire disposait d’une belle propriété, incluant, outre le manoir en lui-même, un morceau de forêt, et de grands jardins. Les cerisiers s’étalaient à proximité du manoir, et les filles avaient profité de la fin de la journée pour installer des couvertures sur le sol. Une grande séance de pique-nique était en effet organisée, et Mélinda, elle, s’habillait aussi. Elle aurait pu opter pour une robe traditionnelle japonaise, comme un yukata ou un kimono, mais elle choisit finalement sa robe traditionnelle : sa longue robe dorée aux motifs verts, avec un décolleté plongeant.

Alors qu’elle était prête, et délicatement parfumée, on lui annonça finalement que Tomoko était arrivée. Plantée à l’entrée, Tomoko vit le portail s’ouvrir devant elle, et une voix jaillit brusquement de l’interphone, Tomoko restant figée sur place.

« Vous pouvez entrer, Warren-sama vous attend. »

Tomoko grimpa donc un petit sentier qui décrivait une boucle, et menait ensuite tout droit vers le manoir. Un grand et impressionnant manoir de style victorien, avec un perron à l’entrée. La jeune femme se retrouva dans le vestibule, et attendit encore un peu, avant que Mélinda n’approche.

« Ah, tu es venue, Tomoko-chan ! J’en suis ravie ! »

Ce fut l’occasion d’un autre baiser sur la joue. À force, Tomoko devait s’habituer aux familiarités de Mélinda, qui observa ensuite la femme dans son yukata noir. Une tenue, somme toute, assez sobre, et elle nota rapidement la coiffure différente de Tomoko, comprenant deux couettes sur la tête. Un sourire amusé traversa les lèvres de Mélinda, qui s’écarta légèrement de la jeune femme. Tomoko n’avait pas eu de mal à trouver le manoir, fort heureusement, mais semblait assez impressionnée. La fortune de Mélinda était très étonnante, surtout quand, comme Tomoko, on ignorait qui la vampire était réellement.

Mélinda lui sourit donc à nouveau.

« Tu viens ? Ça se passe à l’arrière ! »

La vampire se mit à marcher, quittant le vestibule pour rejoindre le hall d’entrée. Une porte-fenêtres vitrée au fond permettait d’accéder directement à la terrasse, où il y avait une belle piscine. Mélinda la contourna, et rejoignit ainsi l’orée de la forêt, où Tomoko put constater qu’elles ne seraient pas seules. Les sakuras étaient là, avec de multiples adolescents assis sur des tapis et des couettes. On avait installé des lanternes, des banderoles, donnant à l’ensemble une allure champêtre et conviviale.

Restant près de Tomoko, Mélinda s’assit sur un tapis, où se trouvait une jeune femme aux cheveux bleus, avec une belle robe rouge. C’était une femme très proche de Mélinda, et qui allait sûrement surprendre Tomoko plus que de raison, puisqu’il s’agissait de Vanillia Warren, la délicieuse et aimante femme de la vampire.

« Tomoko ? Je te présente Vanillia... Ma femme.
 -  Alors, c’est toi, Tomoko-chan ? Je suis heureuse de te voir enfin ! » s’exclama l’intéressée.

Vanillia se releva, et, comme sa femme, embrassa Tomoko sur la joue, avant d’embrasser Mélinda sur les lèvres pendant quelques secondes, évidemment sans aucune gêne.
9  Plan de Terra / Dictature d'Ashnard / Re : La Vache du Bonheur [Cassandre Harmington] le: Octobre 08, 2018, 01:12:54

Asuka émergea progressivement du sommeil dans lequel elle avait été plongée. Elle constata rapidement qu’elle était attachée, retenue par des chaînes aux mains, suspendue en l’air. La jeune fille avait été déshabillée, et portait un court uniforme en latex, avec des collants, des gants longs, un harnais avec un soutien-gorge, et une petite culotte. Elle éternua rapidement, et secoua doucement la tête, le temps de comprendre ce qui lui arrivait.

« Mais qu’est-ce que.. ?
 -  Oh, tu es enfin réveillée, ma chérie ! »

Quelques lumières s’allumèrent. Complètement perdue, Asuka se rappela la séance au cinéma, ses gâteries avec Cassandre, et...

« Maî-Maîtresse ?
 -  Oh, c’est flatteur, mais... Je ne suis pas Mélinda, non ! »

Asuka déglutit doucement, commençant à sentir la panique monter en elle. Tandis que ses yeux s’acclimataient à la luminosité ambiante, elle entendit les bourdonnements d’une machine, ainsi que des talons qui claquaient sur le sol. D’autres lumières s’allumèrent, et elle écarquilla les yeux en voyant un jeune homme travesti, attaché sur un fauteuil, en proie à une curieuse machine vivante. Il s’agissait de Mikoto, mais ça, Asuka ne pouvait pas le savoir.

La jeune femme vit alors une sorte de tuyau gluant descendre du plafond, et se poser sur la tête du jeune homme, qui se mit à hurler. Asuka ne pouvait pas le voir, mais des tentacules rentraient dans les oreilles de Mikoto, ce qui devait être déstabilisant pour lui. C’est à ce moment qu’Asuka nota la forme très particulière du « fauteuil », qui ressemblait en réalité à d’étranges cuisses. Asuka constata alors, en écarquillant les yeux sous la surprise, que le jeune homme était assis sur un énorme monstre, et qu’un gros pénis était en train de lui labourer le fondement.

« Mais... Mais qui êtes-vous ?! »

Les talons claquèrent encore, et Asuka vit une jeune femme apparaître dans son champ de vision. Elle portait une étrange tenue sombre, un sourire ravi et pervers sur les lèvres, et, à travers sa robe transparente et sombre, Asuka vit un étrange glyphe à hauteur de son ventre, juste au-dessus de son sexe.

« Ne t’inquiète pas, tout va bien se passer... » sourit malicieusement la femme.

Mikoto hurla encore, tandis que des tentacules étaient plantés sur ses tétons, et que d’autres se tenaient sur ses testicules... Asuka ne comprenait rien à ce qui se passait, et espérait juste que sa Maîtresse viendrait vite la secourir !



Nikita sourit doucement devant le corps tendu de l’Ushi. Les deux femmes étaient enfin seules, et, devant Cassandre, Alexia, elle, frottait sa queue sur le visage de l’Ushi. Pleinement réveillée, celle-ci couinait en se débattant sur place. Toutefois, les deux femmes ne souhaitaient nullement se montrer inutilement cruelles envers elle. Alexia alla donc chercher une seringue hypodermique, abritant un liquide violet assez vif.

« Ne t’en fais pas, ma petite Ushi, ce liquide va t’aider à apprécier le bien que nous allons te faire... »

La seringue fut plantée dans le cou de Cassandre, et un puissant aphrodisiaque se déversa dans ses veines. L’Ushi couina encore, tandis que ses seins se durcirent, et que, contre la queue de Nikita, son sexe changea également, devenant plus humide. Nikita n’attendit pas davantage, et écarta la culotte de l’Ushi, puis planta sa grosse queue dans son vagin. Retenue par les chaînes, Cassandre put ainsi sentir une belle queue s’enfoncer dans sa chatte, et se mit à couiner lentement. Pour son malheur, les deux sœurs s’avéraient être des amantes particulièrement douées, et la queue de Nikita remonta dans les entrailles de Cassandre, jusqu’à taper contre son col de l’utérus.

Alexia, de son côté, retira alors le gag ball de la bouche de Cassandre, mais, avant même que la jeune Ushi ne puisse dire quoi que ce soit, empoigna d’une main ses longs cheveux roux, et fourra sa grosse trique dans sa bouche, se mettant à remuer.

« Ça y est, hmmm... Ces idiots ne nous écoutent plus ? »

D’une main, Nikita tenait un téléphone portable, et acquiesça.

« Le brouilleur fonctionne... »

Alexia sourit, et, tout en continuant à bourrer Cassandre, lui parla :

« Nous sommes filmées, ma chérie, alors prends bien ton pied, surtout, hmmm... Tu as été kidnappée par des individus mal intentionnés. Mais nous savons que tu as une Maîtresse, qui ne devrait pas tarder à te retrouver.
 -  En fait... Hmmm... La compagnie pour laquelle nous travaillons a très envie de rencontrer ta Maîtresse, et le fait qu’elle se soit dotée d’une Ushi croisée avec un Minotaure...
 -  Nous voulions déjà te récupérer lors de l’adjudication, mais... La femme de Miss Warren a été plus rapide que nous. Ne t’en fais pas, hmmm... Tu vas pouvoir retrouver ta Maîtresse. »

Il était plus que probable que celle-ci était déjà sur les traces de Cassandre. La petite vachette avait sans aucun doute beaucoup de questions, mais, pour l’heure, les deux sœurs perverses hermaphrodites continuaient à la bourrer, y allant de plus en plus forts, et de plus en plus profondément...
10  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Centre-ville de Seikusu / Re : Servitude [Elizabeth Ostwick] le: Octobre 08, 2018, 01:12:16
Mélinda ne comptait évidemment pas l’épargner. Ses coups de reins profonds, ses grognements, ses muscles qui se bandaient... Oui, elle y allait à fond, bourrant furieusement le cul de Choupette. Elle sentit cette dernière se redresser, prenant appui sur le dos de Mélinda. Celle-ci la suivit, appuyant sa main sur le sein de Choupette, meurtrissant son téton, et l’aida ainsi à la soutenir. Encore une fois, Mélinda témoignait ici de sa force surnaturelle, réussissant à maintenir Choupette contre elle, tout en continuant à la bourrer. La vampire la baisait énergiquement, et elle laissa volontiers Choupette se caresser elle-même. Pour Mélinda, le messe était clairement dite avec elle, et elle savait désormais ce qu’elle allait faire avec elle.

La vampire, dans un ultime râle, se relâcha en elle, venant jouir copieusement. Une flopée de foutre alla se répandre dans le cul de Choupette, qui jouit également. Mélinda l’observa ensuite silencieusement, la respiration lourde, ses doigts écartés, tandis que Choupette, couchée sur le sol, l’observait silencieusement, attendant la suite. Plusieurs secondes passèrent ensuite. Mélinda avait la respiration lourde, du sperme maculant son sexe, et laissa donc passer un peu de temps, afin de mettre de l’ordre dans son esprit.

« Très bien, Choupette. »

Mélinda se pencha vers elle, et s’assit en califourchon sur son corps. Elle caressa distraitement le corps de la femme, avant de sourire malicieusement encore, révélant toutes ses belles dents.

« Tu as passé les tests, ma chérie. Je te félicite, Choupette, tu es une vraie salope... Je te prends comme ma chienne personnelle, ma chérie. »

Voilà qui devait sans doute être, aux oreilles de Choupette, une merveilleuse nouvelle !
11  Plan de Terra / Ville-Etat de Nexus / Re : Le jour de la renaissance [Mélinda Warren] le: Octobre 08, 2018, 01:04:58
Mélinda s’amusait beaucoup de cette situation. Jonas était dans une situation délicate, et les choses n’allaient pas s’arranger, car Mathilde était très douée avec ses lèvres. Il pompa le dard de Jonas, qui se mit à soupirer, serrant nerveusement les poings. Il aurait bien voulu regarder ailleurs, mais, à chaque fois, Mélinda le reprenait, lui ordonnant de mieux regarder, d’observer Mathilde en train de le sucer, ou elle en train de lui bourrer le cul. Jadis, la sodomie était quelque chose qui avait profondément rebuté Jonas. Il n’aurait jamais cru pouvoir aimer ça, mais, face à sa Maîtresse, Jonas n’avait pu que succomber. Et il déglutit quand la solide trique de la vampire rentra en lui. Le jeune soumis se mit à gémir, ses couinements étouffés par la queue de Jonas. Sa main se serra nerveusement sur les cheveux de Mathilde, et il se mit à gémir, les joues rouges. Ce maudit anneau retenait son orgasme, et il se rappelait les longues heures de frustration, à subir les assauts sexuels de sa Maîtresse. Rebelle et violent, Jonas avait été maté ainsi, pleurant silencieusement, le corps de la vampire se frottant sur le sien. Il avait subi ça pendant des heures, avant d’assister, impuissant, à de longues séances d’orgie, un gag ball sur les lèvres, jusqu’à ce qu’il dise tout ce que sa Maîtresse voulait qu’il dise. Une telle torture l’avait durablement marqué, et, même s’il était souvent provocant, Mélinda avait su le dresser. Et là, Jonas craignait à nouveau ce schéma.

« Oh non, Maî-Maîtresse...
 -  Hihi... Haaaa... Tu as un si beau cul, ma Mathilde... »

La vampire en profitait volontiers, continuant à bourrer l’agréable petit cul de Mathilde. Elle commençait à s’y habituer, et, en retour, Mélinda sentait le cul de la jeune femme s’adapter à son membre. Les parois anales se dilataient facilement, et le petit trap couinait son bonheur. Un bonheur vorace, qui se témoigna à travers son sang. Matthieu eut un premier orgasme, tandis que Mélinda continuait encore à le bourrer. Jonas, quant à lui, maintenait aussi Matthieu en place en luis errant la tête. Sa queue lui faisait mal, et les minutes continuèrent à défiler.

Le membre de la vampire enflait dans le canal arrière de Matthieu, continuant à le bourrer énergiquement. Elle n’y allait pas de main morte, griffant le cul de Matthieu, pinçant sa chair, jusqu’à approcher du point culminant.

« Ohh... Mathilde, ma salope !! »

L’humiliant, Mélinda donna encore de grosses fessées sur le cul de Mathilde, jusqu’à se relâcher en elle. Un magnifique orgasme, jouissif et libérateur, tandis qu’elle se répandait dans les entrailles de son jeune esclave, s’abandonnant copieusement en lui. Elle balança des filaments de foutre en soupirant lentement, reprenant ensuite progressivement ses esprits. Matthieu venait de jouir une seconde fois, deux orgasmes anaux ! Un sacré pied pour le jeune homme !

Mélinda gloussa alors, maintenant sa queue dans le cul de l’homme, massant tendrement son cul, donnant quelques légères tapes dessus.

« Là, voilà, c’est très bien, hmmm... »

La vampire se retira finalement du cul de Matthieu, notant que la queue de Jonas était trempée, et sourit.

« Enfile ma culotte, Mathilde... Prends-là à Jonas, et mets-lui la tienne à la place. Ensuite... »

Mélinda n’était jamais inutilement cruelle, et elle aimait beaucoup jouer. Or, il suffisait de voir la lueur dans ses yeux pour constater qu’elle avait justement en tête une idée sournoise de jeu. Nul ne restait jamais vraiment longtemps à l’abri avec elle tandis qu’elle proposa son idée :

« Ensuite, Jonas va t’enculer. Si tu tiens cinq minutes sans jouir, il conservera son anneau. Sinon... Il pourra jouir en toi. »

Jonas déglutit lentement, les joues rouges, commençant à avoir très mal à la queue.

« Maî-Maîtresse, je vous en prie...
 -  À toi de faire tes preuves, Jonas ! Estime-toi heureux, le cul de Jonas est tout prêt, il est bien chaud, et tu sentiras même mon foutre en te perdant dedans ! »

Jonas serra les dents, puis acquiesça.

« Me-Merci, Maîtresse... »

Autant dire que le petit cul de Mathilde n’était pas encore sur le point de se reposer !
12  Plan de Terra / Ville-Etat de Nexus / Re : Relation d'affaires [Vierna] le: Octobre 08, 2018, 01:02:38
Mélinda devait bien être en train de bourrer le cul de Vierna depuis maintenant une bonne heure, au moins. Cette endurance exceptionnelle était le fruit de nombreuses années de formation et d’entraînement. Les cultistes de Lust, sa propre expérience, Edessa... Mélinda avait appris à maîtriser le sexe, et à apprécier le sexe en soi, à voir dans l’acte sexuel, non pas un moyen, mais une fin. Autrement dit, elle avait appris à apprécier le fait d’être en simple état d’érection, et de faire durer ça. L’orgasme n’en restait pas moins jouissif, mais l’idée n’était pas de l’attendre le plus vite possible, juste... Juste de profiter, de savourer, d’apprécier cette sensation de frustration qui remontait en vous, qui faisait trembler tous les muscles de votre corps, et vous donnait envie de baiser plus fort. Chez les succubes, cet état était naturel, et parfaitement maîtrisé. La vampire, à force d’entraînement, et parce qu’elle était butée, têtue, déterminée, avait réussi à obtenir une endurance comparable à celles des succubes. Il y avait de quoi en être fière ! Alors, oui, elle voulait effectivement prouver à Vierna qu’elle était largement à la hauteur de ce que la succube pouvait attendre, pour pouvoir la revoir, et s’allier avec elle.

Il fallait donc marquer le coup !

« Hmmmm... »

Yukie, qui avait perdu du temps, tint plus longuement que Kimiko, qui finit par jouir en soupirant longuement. Yukie se déplaça alors, et souleva Vierna, puis alla remplacer Kimiko. Le sperme de Kimiko n’eut ainsi même pas le temps de s’écouler de la chatte de la succube que Yukie retourna la fourrer, soupirant, tout en la prenant en sandwich, sur le lit, avec Mélinda. Les deux femmes étaient debout. Fort heureusement, Mélinda commandait toujours des lits très résistants, rembourrés, conçus pour résister à d’intenses orgies. Les deux femmes la prenaient donc, Mélinda posant ses mains sur les seins de Vierna, les pinçant et les malaxant, pendant que Yukie, elle, tenait les fesses de Vierna.

La belle Maman embrassa Vierna sur les lèvres, goûtant longuement à sa magnifique bouche.

« Hmmm... Tu es vraiment magnifique, Vierna... Une succube... Digne de ce nom !
 -  J’ai élevé une succube, Vierna, hmmm... Edessa. Yukie... Elle a toujours voulu la battre, sexuellement parlant, hmmm... C’est de là qu’elle tient son endurance exceptionnelle. »

Évidemment, Yukie n’avait jamais réussi. Les succubes n’étaient pas des démons de luxure pour rien, mais la persévérance de Yukie avait réussi à faire d’elle une amante très exceptionnelle, avec une incroyable endurance. Vierna se faisait ainsi longuement baiser, tandis que Mélinda avait une grosse érection. La vampire aurait pu jouir, car elle sentait bien qu’elle avait atteint le point culminant... Mais, tirant profit de sa formation, elle se retenait, elle maintenait le plaisir à bon niveau, afin de savourer le corps de la succube, griffant ses seins, mordillant son cou, léchant sa délicieuse peau rouge, s’enivrant de son odeur, de cette luxure ambiante.

Autant dire qu’elle tirait avec Vierna un sacré coup !
13  Plan de Terra / Dictature d'Ashnard / Re : La Vache du Bonheur [Cassandre Harmington] le: Octobre 01, 2018, 01:06:07
Le camion sortit de la ville pour rejoindre la grande forêt de Seikusu. Le clan avait un repaire dissimulé dans une ferme. Une exploitation agricole en apparence normale, avec des vaches, un silo industriel, des bottes de foin, un manoir, des écuries... Mais qui servait en réalité de couverture pour le clan. D’autres hommes se trouvaient là, et accueillirent les Yakuzas. Ils observèrent ensuite les corps endormis, et un sourire ravi se dessina sur les lèvres d’un homme bedonnant en costume, chauve, et portant des lunettes solaires.

« Très bien joué. Une Ushi, je n’arrive pas à y croire... »

Nasagi était un lieutenant influent du clan, qui y voyait là une excellente opportunité. Ses doigts libidineux et gras caressèrent le corps nu de Cassandre, palpant ses seins. Il les pinça même, arrachant un léger frisson au corps de l’Ushi, et observa ensuite les deux autres prisonniers, dont Mikoto. Le jeune éphèbe était encore en train de se transformer, et serait sûrement le premier à se réveiller, d’où la douleur qu’il ressentait. Nasagi ordonna donc qu’on les déplace, et qu’on conduise Cassandre dans son bureau. Les Yakuzas obtempérèrent, tandis que Mikoto fut déplacé dans les écuries.

Le lieutenant utilisa ensuite son téléphone. Il organisait les ventes ici, pour le compte du clan. C’était une activité très lucrative, et les Ushis étaient très recherchés, notamment par des clients très particuliers. Tandis que les hommes de Nasagi attachaient Cassandre dans son bureau, la ligotant à des cordes en position redressée, et mirent un gag-ball sur les lèvres, lui appela ses contacts. Il sourit ensuite quand la cliente annonça qu’elle enverrait ses agentes ce soir.

« Préparez-là bien. Et mettez les deux autres au chaud. »


Plus tard...

« Elle est très jolie...
 -  Oui... J’ai du mal à croire que cette beauté soit libre.
 -  Ça n’a rien de surprenant, Mesdames, il arrive fréquemment que des Terranides se perdent dans la forêt en empruntant des Failles.
 -  Hmmmm... »

Des talons claquaient sur le sol, et des mains gantées caressaient le corps de la jeune Ushi, qui se réveillait lentement. Peu à peu, les connexions se rétablissaient, tandis que des doigts écartaient ses lèvres, observant la blancheur de ses dents, avant de lui remettre son gag ball. Finalement, la jeune Ushi ouvrit les yeux, et, après quelques secondes, put constater qu’elle était attachée. Ses bras étaient noués dans son dos, retenus par une espèce de harnais, et son corps était courbé vers l’avant, ses fesses écartées. Une corde était reliée à une laisse autour de son cou, redressant ainsi son visage, lui permettant de voir...

Deux redoutables femmes, aux poitrines monstrueuses, ayant une chevelure blanche et rouge, et qui l’observèrent lentement. Elles avaient surtout chacune une redoutable trique, et lui sourirent doucement.

« J’ignore si tu comprends ce qu’on te dit, jeune femme... Mais tu es à nous, maintenant.
 -  Nous sommes tes Maîtresses, estime-toi heureuse ! Ta vie de sauvageonne dans la forêt est terminée ! »

Les deux beautés semblaient ignorer que Cassandre avait déjà une Maîtresse... Et elles avaient en tout cas très envie de profiter de leur cadeau, leurs sexes érigés caressant doucement le visage de la belle Ushi...
14  Plan de Terra / Ville-Etat de Nexus / Re : Le jour de la renaissance [Mélinda Warren] le: Octobre 01, 2018, 01:00:02
Mélinda frémit de plaisir en sentant la langue de Mathilde s’attaquer à son sexe. Son membre tendu était assoiffé, il n’attendait plus qu’on s’occupe de lui, ce que Mathilde se mit à faire, avec un indéniable talent. À force, son jeune esclave commençait à prendre goût, confirmant, aux yeux de Mélinda, que Matthieu était revenu à la vie pour être proche d’elle… Comme si, de son ancienne existence, de sa vie en tant que Lenn Silvercoat, il n’avait conservé que sa dévotion envers sa Maîtresse. Une dévotion, une adoration qui survivait à la mort, qui imprégnait tant l’esprit qu’elle en marquait l’âme… Mélinda avait entendu parler de ce genre de choses, de ces théories métapsychiques sur la survivance de l’âme lors de la déchéance du corps. L’idée amusait beaucoup Mélinda, tout en la touchant également. Elle n’aurait jamais cru être si importante aux yeux de Lenn…

*Quoique, il m’avait tout de même remis tout son patrimoine immobilier sans hésitation…*

La vampire se devait donc d’être à la hauteur, d’être une bonne Maîtresse pour Mathilde, et c’était aussi pour ça qu’elle punissait Jonas. D’une main, elle continuait à le masturber, et, dans ce domaine, Mélinda avait l’habitude. Elle avait branlé et masturbé des milliers de queues au cours de ses plusieurs siècles d’existence. De plus, Jonas portait sur lui la culotte de sa Maîtresse, et, aussi insolent soit-il, ce geste ne pouvait que l’exciter.

« Maî-Maîtresse, je vous en prie, je… »

Mathilde commençait à sucer Mélinda, à pomper son dard, et celle-ci soupira encore, avant de regarder Jonas… Et pinça alors sa queue. L’homme poussa un hurlement de douleur, tandis que la vampire fronçait les sourcils. Elle avait en effet vu Jonas détourner le regard, peinant à soutenir ce spectacle.

« Je veux que tu regardes Mathilde me sucer, Jonas, hmmm… Que tu regardes le plaisir sur le corps de ta Maîtresse. Qu’est-ce qui pourrait être plus beau à regarder que ta Maîtresse en train de jouir, hein ?
 -  Maî-Maîtresse, je…
 -  Réponds ! »

Elle serra de nouveau sa queue, et Jonas gémit encore, tremblant sur place.

« R-Rien, Maîtresse, mais… Je… J’ai…
 -  Je me moque de tes excuses, Jonas ! Je veux que tu regardes Mathilde me sucer, et que tu me regardes jouir en elle ! »

Même en plein milieu d’un acte sexuel, Mélinda pouvait faire preuve d’une redoutable autorité. Face à elle, il était difficile de lutter, difficile de vouloir s’imposer. Jonas ne pouvait que subir, et rougit donc, se forçant à ouvrir les yeux, et à voir… À voir le visage de sa Maîtresse se tordre lentement de plaisir. Elle caressait d’une main les cheveux de Mathilde, et, de l’autre, retournait masturber Jonas. C’était comme ça qu’elle avait dressé l’impertinent jeune homme, mais, aujourd’hui, Jonas savait que Mélinda le punissait à cause de Mathilde, parce que Mathilde avait souhaité qu’il soit puni.

La vampire allait devoir en prendre compte, car il était assez fréquent qu’il y ait des rivalités et des jalousies entre ses esclaves. Elle se devait donc de régler le problème, mais, avec Mathilde, la chose était particulière, compte tenu de son passé et de ses pouvoirs particuliers. Pour l’heure, Mélinda savourait le plaisir que le jeune travesti lui procurait. Sa queue continuait à grossir, à enfler, et, sur sa magnifique figure à la peau pâle, ses rougeurs n’en ressortaient que davantage. Mathilde continuait à pomper son dard, et… Mélinda finit par gémir une nouvelle fois, avant de se relâcher brusquement, ses doigts pinçant fortement les cheveux de la femme. Elle se relâcha contre elle, jouissant généreusement, dans un long soupir.

« Hmmmm… Ohhh, Mathilde, haaaa… !! »

Elle continua à jouir dans sa belle bouche, sentant le plaisir exploser autour d’elle, formant de délicieux appels sanguins. Ses canines pointèrent même pendant son orgasme, et, ensuite, Mathilde demanda à ce que sa Maîtresse s’occupe d’elle. Celle-ci lui sourit alors, faisant mine de réfléchir, et relâcha sa main sur la queue de Jonas.

« Bon… Voilà ce qu’on va faire, mes beautés, car je ne veux pas que vous vous disputiez. Jonas, assieds-toi devant Mathilde. Toi, Mathilde, comme tu es très douée de tes lèvres, tu vas pomper son dard, pendant que je vais t’enculer. Ensuite… »

Un sourire malicieux éclaira ses lèvres. Elle avait déjà une idée de la suite, bien sûr, mais elle choisit de maintenir le suspens

« Hmmm… Nous verrons ensuite ! »

Pour l’heure, elle attendait qu’ils se mettent en position avant de retourner explorer le fondement de Mathilde…
15  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Centre-ville de Seikusu / Re : Servitude [Elizabeth Ostwick] le: Octobre 01, 2018, 12:59:39
Choupette était en train de se faire détruire l’anus. Mélinda ne lui épargnait rien, et, plus le temps passait, et plus la vampire tâchait de se surpasser. Baiser des femmes majeures, plus voluptueuses qu’elle, ou des hommes plus musclés qu’elle, cela relevait, pour la jeune vampire, d’un profond fantasme. Elle adorait ça, car elle inversait les rôles. Comme quoi, malgré sa petite taille, Mélinda pouvait se montrer très forte, très aventureuse, et incroyablement énergique. Ses coups de reins devenaient de redoutables coups de pilon, et, tandis que l’une de ses mains se crispait sur la laisse maintenant la jeune femme, l’autre allait copieusement et douloureusement marteler le cul de Choupette. Elle lui administrait de grosses claques sur le cul, faisant rougir le postérieur de Choupette.

« Hmmmm... Sa-SALOPE... !! »

Mélinda la prenait d’avant en arrière, retirant presque intégralement sa queue, avant de s’enfoncer brutalement en elle, faisant de nouveau hurler son esclave. Celle-ci était en train de se faire copieusement baiser, par une scène d’une grande violence et d’une profonde bestialité. La vampire grognait longuement, bandant ses muscles, témoignant de sa force surnaturelle de vampire. Elle allait lui labourer le cul, et elle le faisait d’ailleurs, tant et si bien que Choupette mettrait ensuite des jours à s’asseoir normalement !

Le temps passait donc, les coups de reins de la vampire se prolongeant pour le plus grand bonheur mutuel de tous. La vampire gémissait de plus en plus fort, la respiration lourde et profonde. Choupette approchait de l’orgasme, un magnifique orgasme, tout comme Mélinda, qui empêchait la jeune femme de s’effondrer en la retenant par sa laisse, alternant entre des périodes d’étranglement... Jusqu’à ce moment béni où, dans un grand soupir, Mélinda vint à se relâcher copieusement.

« Hmmmmmm... !! »

Un long orgasme traversa le corps de la vampire, qui se relâcha généreusement en elle, balançant des filaments de foutre, expulsant d’épaisses quantités de sperme dans le cul de Choupette, plantant son pieu de chair le plus profondément possible en elle en se relâchant. De longs soupirs s’échappaient de ses lèvres, et Mélinda se relâchait généreusement, et longuement, dans son corps.

C’était là le plaisir insondable et immense de l’orgasme !
Pages: [1] 2 3 ... 231
Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox