banniere
 
  Nouvelles:
LGJ inaugure un système de vote et nous vous parlons de l'avenir du forum ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

  Voir les messages
Pages: [1] 2 3 ... 225
1  Plan de Terra / Dictature d'Ashnard / Re : La Vache du Bonheur [Cassandre Harmington] le: Juillet 16, 2018, 01:03:06
La voiture roulait vers le centre-ville, afin de rejoindre le cinéma de Seikusu. Un très grand cinéma, comprenant une dizaine de salles. Il y en avait d’autres, bien sûr, mais Leyli préférait se rendre au plus grand. Pendant ce temps, elle regardait régulièrement dans le rétroviseur, voyant Cassandre et Asuka se rouler régulièrement des pelles, et sourit doucement. Au sein du harem, il n’y avait pas de tabous, et surtout pas en matière sexuelle. Asuka avait donc librement avoué à Cassandre qu’elle lui avait fait l’amour ce matin, avant d’être rejointe par son petit-frère. Très clairement, chez Mélinda, la morale sexuelle se terminait devant la porte. Toutefois, plus précisément, c’était quelque chose de commun à tout Seikusu. Quelque chose dans l’air, comme dirait Phil Collins... Elle roulait tranquillement, et sourit ensuite quand Cassandre leur demanda ce qu’elles faisaient quand elles n’étaient pas occupées à produire du lait.

Souriant doucement, Leyli regarda dans le rétroviseur pour lui répondre en s’arrêtant à un feu rouge.

« Je vais peut-être te surprendre, Cassandre, mais ma vie ne se résume pas qu’à donner du lait. »

C’était sans aucun doute une révélation pour Cassandre. La vachette ne vivait que grâce à ses seins, pour produire du délicieux lait.

« Nous étudions, surtout, précisa Erika. Asuka est au lycée, et moi à l’université. C’est... Nous apprenons des connaissances, pour faire simple.
 -  Et, sinon, on s’amuse ! On sort, on va au cinéma, on joue aux jeux vidéos, on lit des bandes dessinées, on écoute de la musique...
 -  Maîtresse nous laisse une grande liberté, Cassandre. Tu y iras droit, toi aussi, mais... Toi, c’est différent, tu ne connais pas la Terre, alors on ne peut pas te laisser sortir toute seule... Au début, du moins. »

La voiture se rapprocha ensuite de l’une des routes qui menait des quartiers résidentiels, en hauteur, vers le centre-ville, plus bas. C’était un spectacle féérique, une véritable « ville de lumière », qui attirerait sûrement l’attention de Cassandre. Sur ce point, la vachette avait un comportement assez enfantin, très innocent... Même après avoir passé une journée entière à faire l’amour. Continuant à rouler, Leyli rejoignit ainsi le centre-ville seikusien, très éclairé, et comme toujours assez animé. Des panneaux lumineux en façade le long des bâtiments, de belles avenues animées...

Leyli  s’arrêta à un carrefour.

« Tiens, je vais te faire écouter de la musique, Cassandre... »

Elle lança le lecteur MP3, et opta pour un grand classique des années 1980’s, afin de voir si Cassandre aimait danser : « Take On Me » du groupe a-ha.

Et Leyli était assez impatiente de voir ce que Cassandre allait en penser...
2  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Centre-ville de Seikusu / Re : Servitude [Elizabeth Ostwick] le: Juillet 16, 2018, 01:00:34
Elizabeth avait des formes très impressionnantes. Il y avait ses seins, bien sûr. Monstrueux. Mélinda avait eu l’occasion de les observer, mais son dos n’était pas en reste non plus. Elle avait un délicieux cul rebondi, doux et moelleux, tendre, qui ne demandait qu’à ce qu’on le frappe. Les demandes d’Elizabeth étaient claires. Elle voulait d’une Maîtresse autoritaire, dominante, cruelle et perverse. Mélinda avait d’emblée cerné en elle l’esclave difficile, exigeante... La fille qu’il allait falloir mater, maîtriser rapidement. Avec sa petite taille, Mélinda ne payait pas de mine. On la sous-estimait volontiers, et c’était une grave erreur, sur laquelle, toutefois, elle comptait souvent beaucoup. De cette manière, elle pouvait piéger les femmes qui la mésestimaient, jouant de sa petite taille. Il suffisait pourtant de regarder dans ses yeux pour voir qu’il y avait, chez Mélinda, quelque chose de très particulier, une froide assurance mélangée à un zeste de perversion.

Elle croisa le regard d’Elizabeth, et, d’emblée, celle-ci posa les bases.

Si...

Une proposition de trop. Une réponse immédiate, cinglante. La main de Mélinda fendilla l’air, et gifla la joue droite d’Elizabeth, puis partit en arrière, et gifla la gauche. Et, malgré sa petite taille, la vampire avait une force redoutable, tellement forte qu’elle repoussa Elizabeth, la couchant sur le dos. D’emblée, Mélinda avait posé la balle au milieu du camp, et avait tapé dedans, l’envoyant dans le camp d’Elizabeth. Tandis que la potentielle esclave avait atterri sur le dos, Mélinda marqua son autorité, et posa un pied sur le ventre de la femme, l’étouffant à moitié, puis s’appuya sur ce pied, relevant son pied gauche, et le posa à son tour sur le corps de la femme.

Mélinda la domina ainsi de toute sa hauteur, et avait entre-temps récupéré dans le creux de sa main une cravache.

« Je crois qu’il faut d’emblée poser les bases, petite chienne... S’il y a une personne qui a des exigences ici, c’est moi ! Toi, tu n’es qu’une sale chienne qui devrait se sentir honorée rien que par le fait que je daigne poser mon regard sur toi ! »

Ne rien laisser passer, et surtout pas les mots... Car les mots avaient un poids, ils avaient un sens, et, si on laissait passer les mots, on ouvrait une brèche, une brèche indélébile qui ne se refermerait plus par la suite. Mélinda posa la cravache sur la bouche de la femme, et appuya encore avec ses pieds, restant comme ça pendant quelques secondes... Puis posa ses pieds à gauche et à droite du corps de la femme.

« Nous partons sur une très mauvaise base, petite chienne, tu as besoin d’être dressée ! »

La cravache se releva, puis s’abaissa encore, tapotant les lèvres de la femme.

« Lèche la cravate, salope... Promets que tu seras une bonne chienne... Implore ma pitié ! »

Mélinda, en tout cas, se lançait très rapidement dans le jeu...
3  Plan de Terra / Ville-Etat de Nexus / Re : Le jour de la renaissance [Mélinda Warren] le: Juillet 16, 2018, 12:53:35
Mélinda allait devoir féliciter en personne Katya et Heles. Les deux beautés aimaient beaucoup travestir les garçons, et, dans ce domaine, il fallait bien admettre qu’elles étaient particulièrement efficaces. Quel changement ! Une véritable métamorphose ! Mélinda observait encore « Mathilde » avec une profonde fascination, peinant encore à croire qu’il avait suffi d’une seule journée pour faire à ce point sortir en lui sa polarité féminine ! La vampire s’humecta doucement les lèvres. Jonas s’était laissé prendre au piège, lui aussi, car il ne se doutait pas que Mathilde était un garçon. Cette idée amusait beaucoup Mélinda, qui souriait donc malicieusement. De son côté, Matthieu paniqua, mais comprit vite qu’il n’arriverait pas à faire changer d’avis Mélinda. Après tout, il connaissait suffisamment la vampire pour savoir que, quand celle-ci avait une idée derrière la tête, elle la mettait toujours en application. La vampire souffrait rarement la contradiction, et Matthieu proposa alors de coucher avec Jonas en privé.

Cette seconde proposition fit doucement réfléchir la vampire. Celle-ci n’oubliait pas que Matthieu était un Lycan, et qu’il était susceptible de se transformer sous l’effet de fortes émotions… Et aussi que, après tout, ce manoir était initialement le sien. Mélinda avait tout récupéré, elle avait fait de Matthieu son esclave, il avait été travesti en fille…

*Je ne dois pas abuser de ma bonne chance…* songea Mélinda.

La vampire sourit affectueusement, et hocha la tête.

« Très bien ! Jonas, Mathilde, nous montons dans ma chambre ! »

Comme quoi, Mélinda pouvait se montrer magnanime. Jonas acquiesça doucement, et observa brièvement Mathilde. Mélinda les rejoignit ensuite, et les embrassa l’un après l’autre, avant d’aller dans un couloir, partant vers sa chambre.

« Tu n’as pas idée d’à quel point Jonas était rebelle quand je l’ai pris. Il a fallu des semaines et des semaines pour en faire un bon petit esclave.
 -  J’ai été un prisonnier, je ne voulais pas vous servir initialement, Maîtresse, avoua Jonas.
 -  Je l’ai dompté en brisant sa fierté. Jonas se félicitait de pouvoir faire l’amour avec des femmes jusqu’à les épuiser totalement… C’est moi qui ai fini par le chevaucher alors qu’il n’en pouvait plus. Il n’en fallait pas plus pour que Jonas change de comportement. Mais il y a quelque chose chez lui qui est resté… Il adore toujours autant épuiser les femmes en les baisant énergiquement. »

Jonas sourit légèrement en regardant Mathilde. Si Matthieu avait une érection, c’était aussi le cas de Jonas, et une belle bosse déformait son pantalon. Très musclé, Jonas avait été élevé dans la rue, où il avait été un combattant, menant divers petits boulots pour des gangs et autres criminels locaux. Sur ce point, Nexus était bien plus dangereuse qu’Ashnard, et Jonas continuait à s’entraîner régulièrement. Tout ça faisait donc de lui un homme très beau, musclé et solide.

La chambre de Mélinda était assez grande, agréable, avec un grand lit rouge en forme de cœur. Dès qu’ils furent à l’intérieur, Jonas commença par se rapprocher de la jeune Mathilde, et l’embrassa longuement sur les lèvres.

« Tu es vraiment magnifique, tu sais… »
4  Plan de Terra / Dictature d'Ashnard / Re : Le rêve de toute une vie [PV Mélinda Warren] le: Juillet 12, 2018, 09:09:06
Mélinda prenait avec Sya un pied considérable. Savoir que l’Ange était enceinte de sa propre fille amenait naturellement la vampire à déborder d’affection et d’attention pour elle... Et ce de manière très sexuelle. Même si Sya s’inquiétait pour le bébé, Mélinda était bien placée pour savoir que, dans le ventre d’une mère, un bébé était très bien protégé. Ce n’était pas quelques galipettes qui allaient mettre le bébé en danger, surtout que la future Elizabeth était pour l’heure encore à l’état de fœtus. Il n’y avait donc rien à craindre ! Néanmoins, et même en connaissant cette donnée, Mélinda comprenait tout à fait les appréhensions de Sya. Après tout, ce bébé avait été obtenu grâce à l’aide d’une Déesse, et Mélinda savait qu’elle allait nécessairement devoir en payer le prix. Ce que Sha voulait, elle l’ignorait encore, et, pour le moment, elle en profitait avec Sya.

Les deux vampires continuèrent à lui faire longuement l’amour. La queue plantée dans le vagin de Sya, Mélinda la prit en levrette, et, devant elle, Vanillia enfonça sa queue dans la bouche de Sya, la tenant par les cheveux. Ainsi prise en sandwich, Sya pouvait sentir toute l’énergie des vampires, leur immense et indéfectible amour à son égard... Car quoi de mieux que le sexe pour exprimer son amour ?

« Oh, ma belle Sya...
 -  Hmmmm... !! »

Les deux vampires continuaient ainsi à la prendre, jusqu’à jouir, encore et encore. Elles semblaient tout simplement infatigables, revenant à chaque fois baiser avec amour Sya. L’Ange se retrouva ensuite couchée sur le côté, sa jambe soulevée, serrée contre le corps de Mélinda, qui la pénétra encore, enfonçant sa verge en elle, se délectant de son corps.  Sya se retrouva ensuite encore pénétrée par Vanillia, et ce ne fut qu’au terme de ce nouveau rodéo que l’Ange proposa d’aller prendre un bain. Les deux vampires sourirent alors, en se tenant autour d’elle, et commencèrent à se masturber énergiquement l’une et l’autre.

Sous le regard moqueur des vampires, elles frottèrent donc leurs sexes :

« Mais... Haaa... Tu n’es pas suffisamment sale pour prendre un bain, Sya...
 -  Mais... Hmmm... On va... On va arranger ça... ! »

Elles gloussèrent doucement, puis, après quelques instants, les deux femmes jouirent sur le corps de Sya. Des traces blanches éclatèrent sur son ventre et sur son visage, les deux vampires jouissant énergiquement sur elle. En quelques instants, Sya eut droit à une magnifique douche blanche, et les deux vampires l’observèrent ensuite doucement, en souriant malicieusement.

« Allez... On va te laver, maintenant ! »

Elles ne retirèrent pas le sperme de Sya, et se redressèrent. Chacune la prit par la main, et elles se rendirent vers la plus proche salle de bains. Là, Mélinda sauta dans une grande baignoire, puis Vanillia s’y glissa à son tour, avant d’inviter Sya à les rejoindre. Elle alla se retrouver entre les deux vampires, qui étaient prêtes à la nettoyer de fond en comble...
5  Plan de Terra / Dictature d'Ashnard / Re : La Vache du Bonheur [Cassandre Harmington] le: Juillet 09, 2018, 12:45:00
Leyli avait vite compris que Cassandre était une petite Ushi qui débordait d’affection, et qui n’hésitait pas à en faire preuve dès qu’elle en avait l’occasion. Et là, en s’observant, elle bondit sur la femme, lui laissant une série de baisers. Souriant doucement, Leylie empoigna ses cheveux, et l’embrassa alors sur les lèvres, tout en poussant en avant, renversant ainsi la belle Ushi sur le lit. Là, Leyli continua son baiser, frottant son corps au sien, sentant les jambes de Cassandre se resserrer sur elle. Avec son débardeur rose et son jean, ses formes étaient très bien moulées, et c’était là l’objectif voulu par Leyli. Elle aurait aussi pu simplement la doter d’une robe, mais elle préférait mouler son beau cul. Visiblement, Cassandre n’étouffait pas trop, et Leyli continua donc son baiser, pendant une bonne minute.

Finalement, elle le rompit en lui souriant, constatant qu’elle avait posé ses mains sur les épaules de la femme.

« Non, non, on va rester raisonnables, Cassandre, ou nous allons arriver en retard... »

Et ce serait dommage ! Leyli se redressa donc, et attrapa la main de Cassandre. Les deux filles rejoignirent le reste de la bande, composée de deux autres filles, que Leyli lui présenta rapidement :

  • Erika. Erika venait de terminer le lycée, et était depuis lors une étudiante à l’université de Seikusu. Très belle, elle avait une magnifique poitrine, et était depuis plusieurs années l’esclave de Mélinda. Elle avait d’ailleurs redoublé une année après être tombée enceinte au manoir. Une jeune femme très chaleureuse, qui salua Cassandre par une série de baisers, en lui indiquant qu’elle avait fait partie des femmes l’ayant sodomisé ce matin. Elle était la moins vêtue des quatre, avec un très court débardeur blanc mettant en valeur son opulente poitrine, et une minijupe noire très courte avec des bords blancs ;

  • Asuka. Benjamine du quatuor, Asuka avait rejoint le harem il y a à peine quelques semaines, presque volontairement. Ayant grandi à Seikusu, elle avait entendu parler, au collège, par le biais de son grand-frère, du lycée Mishima, et de Maîtresse Warren. Son frère était d’ailleurs un esclave, et, dès qu’Asuka avait rejoint le bon âge, elle avait été dépucelée par son frère et par sa Maîtresse. Autant dire qu’Asuka était une jeune fille très immorale, qui rêvait maintenant que sa mère, sexuellement frustrée depuis que son mari avait divorcé, devienne aussi une esclave de Mélinda !



« Moi aussi, je t’ai pénétré ce matin, Cassandre, tu es vraiment très bonne... Et mon frère t’a pris cet après-midi, il a adoré tes meuglements ! »

Au sein du manoir, la morale sexuelle et les bonnes mœurs étaient abandonnées sur le palier. Leyli connaissait d’ailleurs la mère d’Asuka, qui était une amie d’un club de littérature. Elle était en train de planifier la capture de la mère d’Asuka, afin de la convertir ensuite à la soumission, et en faire l’esclave de sa Maîtresse. Pour les vampires, l’inceste était quelque chose de très naturel, et qui était souvent très apprécié.

« Bon ! Allons-y, les filles ! »

Leyli rejoignit sa voiture. Le manoir comprenait plusieurs garages, et elle avait une belle Toyota GT86 rouge. Elle grimpa à l’intérieur, et Cassandre fila à l’arrière, à côté d’Asuka, qui l’aida à mettre sa ceinture de sécurité. Leyli démarra ensuite, et roula dehors... Et, très récemment, Asuka alla embrasser Cassandre, fourrant sensuellement sa langue dans sa bouche.

« Oh... Je comprends pourquoi tu es la coqueluche du harem, toi ! Tu es si belle, ma chérie... Tes lèvres sont si douces, si tendres... »

Et Asuka s’empressa de l’embrasser encore !
6  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Centre-ville de Seikusu / Servitude [Elizabeth Ostwick] le: Juillet 09, 2018, 12:40:52
C’était une singulière annonce qui avait fleuri dans le journal de l’école de Mishima. Une annonce que les petits protégés de Mélinda Warren avaient vu, et lui avaient reporté. Une annonce inattendue évoquant la recherche d’une « tutrice particulière » pour tous corps d’enseignements. Au sein de Mishima, lycée très particulier, il fallait savoir lire entre les lignes. Le tutorat, qui existait bel et bien, était souvent une excuse officielle dissimulant la volonté de certains élèves d’être asservis. Au lycée, au-delà du rapport élèves/professeurs, il y avait aussi une multitude de clans, de clubs, de grandes familles influentes, qui avaient la mainmise, non seulement sur les élèves, mais aussi sur certains professeurs et membres du personnel administratif. Mishima était un lycée très particulier, car il était le terrain de chasse de plusieurs esclavagistes comme Mélinda Warren. La vampire, qui se faisait passer pour une lycéenne à Mishima, habitait à Seikusu dans un grand manoir de style victorien bâti dans les hauteurs de la ville. Aussi riche que belle, elle était toujours en quête de nouveaux esclaves pour enrichir son harem. Quand elle avait vu l’annonce, elle s’était renseignée sur l’élève.

Elizabeth Ostwick... Son dossier scolaire mentionnait qu’elle était, comme une bonne partie d’élèves, une « étrangère », sans renseignements sur le pays natal. Autrement dit, une femme qui venait de Terra, et qui, grâce à la complicité de l’administration du lycée, disposait d’un dossier scolaire en bonne et due forme. Une lycéenne avec un corps incroyablement bien proportionné, des seins monstrueusement épais, et qui cherchait donc une Maîtresse.

« Très bien... Je vais répondre à son annonce. »

La jeune Elizabeth avait reçu dans son casier scolaire un petit papier, l’invitant à appeler un numéro de téléphone. Parallèlement, Mélinda avait mené son enquête, et avait découvert qu’Elizabeth se rendait à divers clubs échangistes et axés sadomasochisme au sein de la ville. Des activités théoriquement illégales pour son âge, mais, vu son corps, elle ne devait avoir aucune difficulté à se faire passer pour une adulte. Elle avait également assisté à des démonstrations de kinbaku, cet art particulier des cordes japonaises. Tout cela amenait donc Mélinda à lui proposer un rendez-vous en personne dans l’un des clubs qu’Elizabeth fréquentait.

Le club organisait, outre des spectacles au rez-de-chaussée, des séances particulières aux étages, dans des chambres. Des célibataires et des couples s’y rendaient particulièrement, soit pour entretenir une relation adultérine, soit pour coucher avec des hôtesses. Tout était axé BDSM, et Mélinda avait proposé de passer une nuit avec elle. Un « test », tout simplement, pour vérifier si cette Elizabeth était une fanfaronne, ou si elle voulait vraiment devenir une esclave. Elle avait reçu sur son téléphone portable un code à montrer au club pour organiser la soirée.

Et, le soir venu, Elizabeth vint. Les videurs obéirent aux instructions reçues, et mirent un bandeau autour des yeux d’Elizabeth, après lui avoir demandé de se changer dans un vestiaire à l’étage. Elizabeth avait ainsi troqué ses vêtements pour un sling bikini noir, et, toujours les yeux bandés, avait ensuite été guidée rapidement dans une chambre.

Une chambre avec un grand lit rouge en forme de cœur, et divers instruments pour le sadomasochisme : chevalet, croix de Saint-André, pilori, et des placards abritant un nombre très élevé de sex toys... Elizabeth fut agenouillée au sol, les mains jointes derrière son crâne, et les agents sortirent ensuite, refermant la porte derrière eux. Quelques secondes passèrent ensuite avant qu’Elizabeth ne surprenne, sur le sol, le bruit de talons, et le crissement du latex, tandis qu’une femme, visiblement, marchait doucement vers elle.

« Elizabeth Ostwick... Tes seins sont encore plus gros que ce que les photos montrent. C’est très impressionnant, ma belle... Et, puisque tu as accepté mon invitation, j’en déduis que ton offre n’était pas de la pure vantardise. »

C’était une voix forte, mais aussi chaleureuse, sensuelle, qui se rapprochait d’elle. Finalement, une paire de mains gantées se posa sur son visage, et, d’un coup sec, Mélinda retira le bandeau obstruant la vision d’Elizabeth. Celle-ci put ainsi voir, devant elle, sa belle Maîtresse, dans une tenue adaptée pour leur soirée. Elle lui sourit doucement, avant de se présenter :

« Je suis ta Maîtresse pour ce soir, Elizabeth... Au moins. Es-tu prête à devenir une bonne chienne, ma beauté ? »
7  Plan de Terra / Ville-Etat de Nexus / Re : Le jour de la renaissance [Mélinda Warren] le: Juillet 09, 2018, 12:34:23
Katya passa le reste de la journée à apprendre à Matthieu à être Mathilde, et donc à se comporter comme une fille. Une tâche difficile, car elle nécessitait, non seulement de moduler sa voix, mais surtout sa posture. Les hommes n’avaient pas les mêmes mouvements que les femmes, et, pendant l’après-midi, Katya travailla donc sur ses intonations, sa marche. Matthieu avait fort heureusement un timbre de voix assez aigu, de sorte qu’il n’était pas difficile de l’amener à prendre une voix plus féminine. Pendant ce temps, Katya expliqua à Matthieu que, pour marquer son autorité ici, Mélinda organisait des séances de doléances, où elle côtoyait des esclaves, mais aussi des clients, et bien d’autres personnes. C’était un phénomène assez particulier, et même clairement atypique, mais qui rencontrait son petit succès ici. Suite à cela, Matthieu se rejoignit dans la salle des doléances, qui avait lieu dans l’un des grands salons, là où, jadis, Lenn Silvercoat organisait des réceptions.

En chemin, Matthieu put voir que l’intérieur de la villa était très libertine. Le sexe n’était pas caché, et il tomba même sur un prostitué, très beau, torse nu, qui palpa doucement le corps de Mathilde, avant que celle-ci ne file. Mathilde n’eut ensuite pas long à attendre avant de rejoindre la salle des doléances. Dissimulée derrière un épais bouquet de fleurs, la jeune « femme » s’avança vers Mélinda, qui reconnut immédiatement Matthieu... Essentiellement, et même presque exclusivement, grâce à son sang. Ses yeux s’écarquillèrent sous la surprise, et, de fait, elle se tut pendant quelques secondes, peinant à croire la vision qu’elle avait sous son regard.

*Incroyable, Katya et Heles sont vraiment stupéfiantes !*

Mathilde s’approcha donc, sous les regards amusés de la « cour » de Mélinda, une étrange assemblée composée de femmes en élégantes robes, d’hommes en costumes, mais aussi de soubrettes, et d’individus en combinaisons de latex moulantes. Un excellent conglomérat, pendant que Mathilde, sous ses yeux, jura d’être son esclave, et même... Sa chienne. Mélinda sourit alors, de toutes ses dents, et pencha doucement la tête sur le côté. Du pied, elle défit la sandale de son autre pied.

« Voilà un serment d’allégeance qui me va droit au cœur, Mathilde. Je déduis à votre parfum et à vos vêtements que vous n’êtes pas une personne du bas peuple. Je suis d’autant plus ravie de te voir agenouillée devant moi, ta Maîtresse. »

Elle tenait les fleurs, et les renifla doucement. Un bel assortiment de roses, qu’elle entreposa ensuite dans un vase avec un fond d’eau, puis leva ensuite doucement son pied, l’approchant des lèvres de Mathilde. La transformation était tout simplement incroyable, et Mélinda comptait bien donner le change auprès des autres. Ainsi, mis à part Katya et Heles, personne d’autre ne saurait que cette Mathilde était en réalité un garçon. N’était-ce pas là le plus parfait des pièges ? De quoi fortement amuser Mélinda, qui gloussa légèrement, les yeux brillant de malice.

« Des mots aux actes, petite Mathilde. Baise le pied de ta Maîtresse. »

Mélinda lui sourit malicieusement, et laissa Mathilde embrasser tendrement son pied, le léchant aussi, ses délicieuses lèvres se posant régulièrement sur sa tendre peau. Une femme s’approcha alors de Mélinda, et murmura quelques mots dans le creux de son oreille, arrachant à celle-ci un redoutable sourire. Elle se racla alors la gorge.

« Tu as croisé quelqu’un en route, non, Mathilde ? Mon beau Jonas, je crois... Jonas ! »

Un jeune homme s’avança alors, et s’agenouilla à côté de Mélinda. Un homme reconnaissable pour Mathilde, puisqu’il s’agissait de l’homme qu’elle avait croisé tout à l’heure. Mélinda sourit malicieusement, et reprit ses explications :

« Jonas est un orphelin, un petit vaurien qui multipliait les larcins et les petites infractions pour survivre. Je l’ai recueilli, comme tu le vois, et il vit très heureux ici... Mais, surtout, Jonas aime beaucoup les femmes qui sont très bien habillées comme toi. Je crois qu’il a toujours aimé sodomiser des nobles, surtout quand elles aiment se faire passer pour des chiennes. N’est-ce pas, Jonas ?
 -  Maî-Maîtresse... » soupira-t-il doucement en acquiesçant.

De fait, à l’idée de sodomiser Mathilde, une belle érection déformait le pantalon du jeune homme...
8  Plan de Terra / Dictature d'Ashnard / Re : Nouveaux pouvoirs [Limma Darts] le: Juillet 07, 2018, 04:34:38
Mélinda sourit doucement devant les déclarations de Limma. Elle savait que Limma avait deux sœurs très différentes d’elle, d’anciennes esclaves. Limma avait averti Mélinda que celles-ci risquaient de l’attaquer. Mélinda n’avait toutefois pas été inquiétée plus que ça. Elle avait expliqué à Limma que les menaces étaient fréquentes au harem. La popularité de la vampire attirait bien des menaces et bien des convoitises. D’autres clans vampiriques, des illuminés, des rebelles.... La vampire avait son lot d’ennemis, tout simplement, mais elle avait pris note des angoisses de son esclave. Celle-ci termina en disant que, ici, ses enfants mèneraient une vie heureuse. La vampire lui caressa le visage, et embrassa ensuite chaudement Limma sur les lèvres.

« À la base, j’ai fondé ce harem pour protéger les personnes qui vivaient dedans. Je le conçois comme un refuge, Limma, car, comme tu le sais, le monde extérieur est loin d’être paisible ou sûr. Ici, oui, tes enfants auront droit à une vie paisible. Tu as vu comment je les éduquais, n’est-ce pas ? »

Mélinda disposait de sa propre crèche, et les enfants vivaient dans des parties isolées du harem, évitant ainsi qu’ils ne croisent des clients. Le sexe n’était pas une grande inconnue pour eux, car ils l’apprenaient, théoriquement parlant, et ne le pratiquaient que lors de l’adolescence. La vampire veillait ainsi à préserver leurs corps. Ils étaient bien nourris, avaient des chambres, et étudiaient. Difficile de rêver de mieux pour des gens qui n’avaient rien, mais c’était conforme à la volonté de Mélinda. En grandissant, les enfants devenaient naturellement de très bons esclaves, que Mélinda n’hésitait pas à utiliser au mieux. Par ce biais, elle disposait ainsi de son propre cabinet d’avocats, de professeurs, d’enseignants... Une véritable organisation qui multipliait les cordes de la vampire.

Elle retourna embrasser sa belle Limma, comme si cet éloge de compliments avait bien mérité une récompense. De fait, le baiser se prolongea, la main de Mélinda sur les longs cheveux de Limma, et l’autre caressa sa cuisse, faisant remonter sa robe, jusqu’à ce qu’elle ne sente, contre ses doigts, sa culotte. Elle poussa alors en avant, et renversa Limma, la couchant doucement sur le bureau.

« Ma Limma, ma belle petite Limma, délicieuse poupée... »

Mélinda s’allongea contre elle, et l’embrassa dans le creux du cou. Limma, à force, avait sûrement dû commencer à s’habituer aux élans de sa Maîtresse, qui pouvait très rapidement se montrer sensuelle, et faire l’amour sans hésitation.

« Combien d’enfants tu rêves d’avoir, hein ? lui demanda-t-elle ensuite. Tu devras veiller sur eux, tu sais... »

Elle retourna l’embrasser, et écarta quelques pans de sa propre robe, dévoilant ainsi son intimité. Rapidement, la vampire se concentra, et un phallus apparut, venant ensuite se perdre dans le corps de Limma, la pénétrant doucement, alors que les deux femmes étaient encore habillées... Une spécialité de la vampire.
9  Plan de Terra / Dictature d'Ashnard / Celkhanes en action ! [Sora Sokoku] le: Juillet 07, 2018, 10:57:06
Régulièrement, Mélinda recevait chez elle, dans le plus grand secret, une invitée très particulière. Une femme mal vue, qui était considérée officiellement comme une terroriste : la Colonelle Sora Sokoku, de Caelestis. Un beau jour, la Celkhane avait eu la chance d’emprunter malencontreusement un Portail interdimensionnel qui l’avait amené dans sa piscine sur Terre. Depuis lors, les deux femmes, pourtant ennemies jurés, avaient fini par sympathiser. Sora lui avait expliqué que Caelestis ne cherchait pas tant à lutter contre l’esclavage que contre les mauvais traitements induits par l’esclavage. En découvrant l’intérieur du harem de Mélinda, elle avait vu en elle une alliée efficace, car Mélinda appartenait à ces esclavagistes modernes se voyant davantage comme des protecteurs que comme des bourreaux. Avec l’aide de Caelestis, Mélinda avait pu ébranler certains grands esclavagistes, fournissant à la femme des informations précieuses pour qu’elle organise ses raids. Les dernières informations de la vampire avaient ainsi permis à Caelestis d’organiser un raid sur une carrière exploitant à outrance des esclaves, les faisant mourir en les harassant sous l’effort. Bien entendu, l’aide de Mélinda n’était jamais totalement désintéressée, car elle se débrouillait ensuite pour permettre au clan de récupérer les marchés abandonnés. C’était donc un excellent marché.

Et, au passage, la vampire célébrait cette alliance de la manière la plus habituelle qui soit, en copulant furieusement avec Sora. Ce soir, à la lueur des chandelles, c’était d’ailleurs ce qui se passait. La queue de Mélinda s’était plantée entre les cuisses moulantes de Sora. La femme portait sa séduisante combinaison moulante, et Mélinda prenait donc son pied à la labourer. En toute circonstance, elles faisaient toujours l’amour. Après tout, Sora appartenait à une nation ennemie, et Mélinda avait déjà eu fort à faire avec les commandos celkhans. Elle n’avait pas oublié cette teigne de Suki, et espérait d’ailleurs bien un jour la revoir, par le biais de Sora. En tout cas, il était important qu’elles fassent l’amour, et Mélinda n’arrêtait de la besogner que quand Sora jouissait. Ainsi, la vampire estimait qu’elles se rapprochaient. Le sexe ne permettait pas d’avoir une confiance sans faille en l’autre, mais on ne jouissait pas avec quelqu’un qu’on haïssait.

« Haaa... Sora... »

Toute nue, Mélinda la prenait sur son grand lit, sentant les mains gantées de la Celkhane caresser ses cheveux et ses fesses, un doigt s’enfonçant dans son fondement. Sora soupirait aussi. La Celkhane avait toujours eu un faible pour les femmes hermaphrodites, et Mélinda aimait bien la satisfaire là-dessus. Les deux femmes s’envoyaient donc énergiquement en l’air, jusqu’à ce que le corps de Sora ne se mette à craquer. Dans un grand soupir, la Celkhane eut un orgasme, et Mélinda, qui retenait le sien, se relâcha à son tour, remplissant le corps de la femme de son foutre, avant de s’affaler contre elle pendant quelques instants, la tête contre les opulents seins de la Celkhane.

Finalement, au bout de quelques instants, Mélinda se redressa, et déposa un bref baiser sur les lèvres de la femme.

« Je n’aurais jamais cru m’envoyer autant en l’air avec une Celkhane, Sora... Mais tu n’es pas juste là pour me permettre de satisfaire mes fantasmes fétichistes, ma belle. »

Mélinda se redressa alors, et tendit la main vers sa table de chevet, saisissant un manuscrit qui s’y trouvait. Elle invita ensuite Sora à se redresser, et s’assit contre elle, sentant ainsi les seins de Sora dans son dos. On aurait presque pu croire que Sora était la mère de Mélinda, se couchant avec elle pour lui raconter une histoire. À force de côtoyer la vampire, Sora avait sans doute dû s’habituer à ce que le sexe soit très présent quand on discutait avec la vampire. Mélinda aurait pu adopter une approche plus sérieuse et plus professionnelle, mais elle estimait que le sexe restait sa meilleure arme contre les Celkhanes.

« Bon, alors... Tu ne seras pas venue que pour coucher avec moi, ma belle... Comme tu le sais, le message que les tiens ont transmis au Conseil Impérial a été jeté à la poubelle, mais Emhyr a tout de même tenu compte de cette information. »

Il y a quelques semaines, Caelestis avait écrit au Conseil Impérial, transmettant aux autorités impériales un rapport sur un trafic esclavagiste assez important entre Ashnard et Nexus. Un trafic portant sur des enfants, qui étaient capturés par des Ashnardiens, et vendus à des ennemis de l’Empire, où ils subissaient des tourments peu communs. Caelestis avait demandé à l’Empire d’intervenir. Cette missive n’avait eu droit à aucune suite, et n’avait même pas été inscrite à l’ordre du jour des sessions ordinaires du Conseil. Pour autant, elle n’avait pas totalement disparu, car elle avait été récupérée par les agents d’Emhyr var Emreis, un Conseiller Impérial extrêmement influent au sein du Conseil, considéré par beaucoup comme le deuxième Empereur de l’Empire.

Emhyr s’intéressait à des enquêtes faisant état de disparitions d’enfants dans des orphelinats. Des enfants de soldats morts au combat, principalement, et dont le but était, à terme, de devenir, eux aussi, des soldats. Les services d’Emhyr avaient regroupé ces enquêtes au vu de leurs points communs, et Emhyr avait incorporé à ce dossier les renseignements celkhans. La Flamme-Blanche, ainsi qu’on le surnommait, était ensuite allé voir l’une de ses agentes, la démone Samara, pour lui parler de cette affaire, et Samara avait ensuite retransmis l’information à Mélinda. Samara était en effet l’une des rares personnes qui savait que Mélinda entretenait une liaison avec une Celkhane haut placée. Une situation qui aurait pu valoir à Mélinda la cour martiale, mais qui, dans le milieu de l’espionnage, faisait d’elle une source de renseignements importante.

« Les enfants capturés viennent tous d’orphelinats liés aux Emreis ou à leurs alliés. Emhyr pense que ce réseau est couvert par des autorités haut placées, sans doute même par un Conseiller Impérial. Pour cette raison, il lui est difficile d’intervenir, ou même d’employer ses propres troupes. En revanche, venant des Celkhanes... »

Mélinda tourna encore les pages du rapport que Samara lui avait retransmis. Elle s’arrêta sur un extrait de plan cadastral, montrant une ferme un peu reculée.

« Les agents d’Emhyr pensent que cette ferme est l’un des points-relais pour les enfants qui sont capturés. C’est donc là que toi et tes petites furies sexy en latex devraient se rendre. »

C’était le début d’une opération qui se profilait...
10  Plan de Terra / Dictature d'Ashnard / Re : Warren's Clan [Décatis Cryptinna] le: Juillet 03, 2018, 01:47:17
Il était rarissime que Mélinda laisse d’autres personnes voir cette facette de sa personnalité, cet appel à la soumission. Après tout, elle était par nature une dominante, une vampire, dirigeant un harem, et même un clan ! Pourtant, certaines personnes avaient pu voir que, parfois, Mélinda aimait se faire dominer, et il fallait alors se surpasser. Vanillia, pour commencer, ou encore Ishtar... Et maintenant Décatis. Surprise, celle-ci accepta toutefois, et Mélinda sourit doucement, entendant la femme lui annoncer qu’elle serait soumise jusqu’à demain matin.

« Hmmm... J’espère que tu seras une bonne Maîtresse, alors, je suis une esclave très exigeante, tu sais... » glissa-t-il, en guise de pléonasme.

Décatis lui présenta ensuite un léger collier, très bien fait, et Mélinda apprit que, jadis, Décatis s’était initiée au sadomasochisme, ce qui la fit légèrement sourire. Dès qu’elle enfilerait ce collier, le jeu pourrait commencer. De la main, Mélinda écarta ses cheveux, permettant ainsi plus facilement à Décatis de poser le collier sur elle.

« Il faudra que tu me racontes ça un jour, Décatis... »

Le collier se referma ensuite... Puis Mélinda sentit brusquement une forte torpeur l’envahir, ses yeux se faisant extrêmement lourds, comme si toute son énergie vitale était en train d’être aspirée.

« Dé... Décatis, mais que... »

Mélinda ne put lutter, et s’écroula alors mollement entre les bras de Décatis, sombrant dans un très bref sommeil magique.

Lorsqu’elle se réveilla, Mélinda cligna des yeux. Elle sentit le contact très agréable d’un lit sur ses fesses et sur ses jambes, et, rapidement, une série de cliquètements métalliques quand elle se redressa lentement. Elle vit alors une série de chaînes sur le devant, restreignant ses chevilles, les maintenant en position surélevées, tandis que des liens retenaient ses bras dans son dos. Mélinda soupira lentement en se tortillant sur place, faisant crisser son corset et cliqueter les chaînes, avant de voir Décatis entrer.

Décatis portait un superbe ensemble moulant brillant en latex, qui amena Mélinda à se mordiller les lèvres.

« Magnifique Décatis, je comprends mieux pourquoi Juliette t’est autant soumise... Mais ne crois pas que tu me soumettras aussi facilement que ta jeune amie, ma belle. N’oublie pas qui je suis... »

Oui, Mélinda la provoquait doucement, afin de voir de quoi Décatis serait capable avec elle, tout en étant aussi singulièrement excitée à l’idée d’être sa partenaire. Il fallait bien admettre que c’était là une excellente entrée en matière !
11  Plan de Terra / Ville-Etat de Nexus / Re : Le jour de la renaissance [Mélinda Warren] le: Juillet 02, 2018, 12:55:59
Honnêtement, il fallait bien admettre que le résultat final était fascinant. Katya et Heles étaient habitués à travestir des garçons, mais le résultat final avait rarement été aussi excitant ! En fait, Katya se demandait même si celui-là n’était pas son record. Très réticent au début, Matthieu ne pouvait que s’observer avec consternation devant le miroir. Évidemment, il était très beau, et peinait aussi à en croire ses yeux. Était-ce bien lui qui se tenait là ? Il dut même toucher le miroir, avant palper ses joues, observant silencieusement son corps... Puis se retourna vers elles, et les embrassa chacune sur la joue.

« Hey ! C’est comme ça qu’il faut embrasser ! » protesta soudain Katya.

Elle bondit alors sur l’homme, et plaqua sa bouche sur la sienne, venant lui voler un baiser. Avec le léger gloss mis sur ses lèvres, la bouche de Matthieu faisait très féminine, et Katya inhiba son délicieux parfum. Bien sûr, elle sentit aussi, contre sa culotte, et avec un léger sourire, l’érection de Matthieu. Celui-ci bandait de plus en plus fort, mais, cette fois-ci, la jeune neko ne viendrait pas le soulager ! Elle fourra au contraire sa langue dans la bouche de Matthieu, et joua tendrement avec, frottant doucement son corps contre le sien, ses seins rebondissant sur son torse.

Après ce baiser, Heles remplaça Katya, en collant son corps contre celui de Matthieu, et l’embrassa à son tour, aussi passionnément que sa sœur. Comme quoi, même si Heles était un peu plus réservée, elle n’en était pas moins une femme pleine de passion aussi, qui s’amusa à tourner sa langue dans la bouche de Matthieu, et même à mordiller sa lèvre intérieure. Fort heureusement, son maquillage tint bon, et les deux nekos en profitèrent pour caresser son sexe à travers sa robe.

« Tu bandes encore, vilain garnement...
 -  Il faut lui trouver un prénom de fille, maintenant ! renchérit Katya.
 -  Oui... »

Elles réfléchirent pensivement à un nom tout indiqué, l’équivalent féminin de « Matthieu »... Ce qui ne venait pas tout de suite à l’esprit !

« Pourquoi pas... Mathilde ?
 -  C’est le prénom le plus proche... Sauf si tu préfères autre chose... » déclara-t-elle en reportant son attention sur Matthieu.

Heles reprit ensuite :

« Quoi qu’il en soit, pour la suite, Maîtresse organise généralement des séances de doléances en début de soirée. Tu iras te présenter avec le bouquet de fleurs, et tu lui diras combien tu l’aimes, et combien tu es ravie d’être sa belle petite esclave. Maîtresse aime bien les déclarations d’amour, alors tu as intérêt à l’émouvoir ! »

Le programme était en tout cas bien tracé, et sans recours possible pour le jeune homme...
12  Plan de Terra / Dictature d'Ashnard / Re : La Vache du Bonheur [Cassandre Harmington] le: Juillet 02, 2018, 12:52:40
Cassandre ne le réalisait peut-être pas, mais elle était effectivement très bien tombée. Pour fidéliser ses esclaves, Mélinda n’hésitait pas, quand le besoin s’en faisait ressentir, à leur parler du sort réservé à d’autres esclaves. Mais, pour l’heure, il était préférable d’épargner à Cassandre le récit de certaines Ushis qui faisaient de l’élevage en batterie. Pour l’heure, l’Ushi était chouchoutée, traitée comme une petite Princesse. Elle prenait un bain, elle avait sa propre chambre, mangeait bien, et était régulièrement câlinée. C’est ce qui faisait de Mélinda une Maîtresse si redoutable, car elle dominait ses possessions par la douceur, par l’amour, par les sucreries et par une forte affection. Leyli prenait ainsi soin de la belle Cassandre, qui lui posa plusieurs questions.

Souriant doucement, Leyli lui expliqua donc sommairement ce qu’était le cinéma, tout en la câlinant, et en lui administrant plusieurs baisers, frottant ses jambes contre les siennes.

« Le cinéma, c’est une séance qui dure entre 90 et 120 minutes, où nous regardons un film, ma chérie… Mais nous faisons aussi d’autres trucs, mais ça, tu verras sur place, petit bout. »

Les surnoms affectueux étaient légion avec Cassandre. Leyli sortit de l’eau avec elle, et continua à la pouponner, la nettoyant avec sa serviette, sentant ensuite son corps se presser contre le sien. Les gros seins de Cassandre se collèrent aux siens, et Leyli alla lui rouler un délicieux baiser. Sa main se posa sur ses cheveux, et elle prolongea le baiser pendant de nombreuses secondes. Son autre main alla même flatter les seins de Cassandre, et, cette fois, il n’y eut aucune projection de lait, pas même une seule petite goutte. Leyli pinça même le téton, mais, comme prévu, rien ne sortit. Cassandre était bel et bien vidée de son lait. La belle Leyli éloigna ensuite ses lèvres de la femme, et lui sourit tendrement.

Rompant le baiser, Leyli s’écarta, puis fit s’asseoir Cassandre sur un fauteuil, avant de la coiffer, tout en répondant enfin aux autres interrogations de l’Ushi :

« Tu porteras encore ton collier, mais oui, tu ne peux pas sortir avec tes oreilles. Je pense que le mieux est de te mettre un béret, vu la présence de tes cornes. Sinon, on aurait pu te mettre un simple serre-têtes, mais ça ne passera pas avec tes cornes… »

Leyli avait visiblement bien réfléchi, et, de plus, elle trouvait très mignonne de faire porter à la belle Ushi un délicieux béret. Elle termina donc de la coiffer, puis guida ensuite Cassandre dans une salle d’habillage. La jeune Ushi en sortit habillée de manière urbaine. Si elle avait toujours des sous-vêtements blancs avec des tâches noires, elle portait aussi un jean, et un chandail blanc. Leyli termina en lui mettant sur les épaules une belle veste rose… Puis son béret bleu, qu’elle vissa soigneusement sur son crâne.

« Voilà ! Regarde comme tu es mignonne, Cassandre ! Une vraie petite beauté ! »

Se tenant dans son dos, Leyli déposa un gros baiser sur l’une de ses joues, tout en l’enlaçant avec ses mains, restant tendrement collée à elle.

« Tu vas faire fureur ce soir, tu sais… » glissa-t-elle ensuite.
13  Plan de Terra / Dictature d'Ashnard / Re : Putes de luxe [White & Rose] le: Juillet 01, 2018, 06:41:05
Mélinda se faisait toujours un point d’honneur, lors de sa première rencontre avec une esclave, de l’épuiser sexuellement, de la pousser jusqu’à ses derniers retranchements. C’est ce qu’elle aimait faire, car c’était une manière de prouver son autorité et son talent immense. Car elle n’était pas que très belle, elle était aussi une terrible amante, qui couchait avec les prêtresses de Lust, avec des succubes, des incubes, des Slimes... Mais là, aussi incroyable que ce soit, face à ces deux sœurs, Mélinda sentait qu’elle risquait bien, pour la première fois, de connaître un échec. Elle en avait été jusqu’à déployer ses ultimes armes, en se dotant d’un clone sexuel. Une deuxième Mélinda, reliée à elle-même, tandis que, très excitées, White & Rose se mirent patiemment en position, présentant à Mélinda et à son clone leurs fesses. Mélinda sourit donc, et se rapprocha, posant ses mains griffues sur le cul de Rose, tandis que son clone en faisait de même avec celui de White.

« Vous avez une peau tellement tendre, mes salopes... Un cul tellement beau...
 -  Vous êtes vraiment de magnifiques putes... Je vous offrirai à bien des clients fortunés, vous savez. De riches nobles ashnardiens, mais aussi des garnisons de soldats éreintés revenant de campagne. C’est pour eux que les bordels ont été popularisés à Ashnard... »

Le sexe était un bon moyen de récompenser l’ardeur de soldats revenant victorieux. La tradition était donc, à Ashnard, d’ouvrir toutes les portes des bordels aux soldats, et Mélinda ne faisait pas exception. Et, pour le coup, elle imaginait très bien les deux femmes avoir tout un bataillon d’hommes-démons avec elles...  Mais, pour l’heure, Mélinda pénétra Rose, et son clone en fit de même. Un long frisson traversa le corps de Mélinda, car, comme elle l’avait expliqué aux deux femmes, ce clone était relié à elle. Le plaisir était donc partagé, et s’amplifiait en elle. Elle soupira donc longuement, clignant des yeux, avant d’accélérer progressivement le rythme, la prenant énergiquement.

Le clone de Mélinda en fit évidemment de même, et les deux vampires se mirent à soupirer. De très belles queues vinrent les prendre, filant dans le corps des deux sœurs. White & Rose avaient de quoi être comblées, et Mélinda prenait son pied, tâchant de faire durer les choses autant que possible. Sa main ne tarda pas à gifler le cul de la belle Rose, et, tandis que le temps passait, elle fit signe à Kirishima de réagir. Son esclave, qui les accompagnait depuis le début, obéit alors, et s’approcha de White & Rose.  Elles avaient leurs colliers, et Kirishima tenait entre ses mains une corde, qu’elle attacha à chacun des colliers des deux femmes, les reliant ainsi l’une à l’autre.

« Voilà, hmmm... Comme ça, vous allez être inséparables, mes belles ! »

La corde pouvait se tendre et se replier, offrant ainsi aux deux sœurs un peu de liberté, mais elles seraient tout de même reliées l’une à l’autre... Ce qui serait utile plus tard. Pour l’heure, les deux femmes se faisaient prendre sans relâche, les claques se mélangeant à des coups de reins profonds et appuyés. Les minutes se prolongèrent donc, Mélinda n’étant guère impatiente de jouir, et cherchant à pousser ses esclaves dans leurs ultimes retranchements... Mais leurs corps étaient très agréables, leurs peaux tendres, et tout cela était doux, si doux, que...

« Hmmmmmmmm... !! »

Au bout d’une bonne vingtaine de minutes, Mélinda se mit à jouir copieusement en elles, subissant un double orgasme, qui l’amena aux limites de l’inconscience, sa salive s’écoulant de ses propres lèvres, tandis qu’elle se mit à jouir pendant une bonne grosse minute, griffant les fesses de Rose, se relâchant copieusement entre ses cuisses.

« Oooohh, ma chérie, hmmm... » soupira-t-elle ensuite.

Le cul de Rose, tout comme celui de White, avait au passage bien rougi...
14  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Complexe d'études secondaires et supérieures / Re : Une fille trop curieuse [Minerva Ghost] le: Juillet 01, 2018, 02:12:36
Posture sensuelle et dominante, Mélinda était dans son domaine de prédilection. Juchée sur Minerva, elle domptait cette dernière, une ombrelle de sourire sur son visage. Qu’allait-elle faire de Minerva ? Elle savait maintenant ce dont elle avait subodoré quand la jeune femme était venue la voir, qu’elle n’était pas une simple lycéenne. Minerva lui expliqua être responsable d’une importante organisation criminelle de Terra, mais surprit en revanche Mélinda en affirmant être réellement une lycéenne. Mélinda resta silencieuse, ses mains posées sur les épaules de la femme. On aurait pu croire qu’elle était prête à l’embrasser… Ou à lui broyer le cou. La vampire pouvait se monter très chaleureuse, très affective, mais aussi sauvage, cruelle, violente. Elle avait déjà tué de ses propres mains. La mort, à Ashnard, était une nécessité quand, comme elle, on se retrouvait à la tête d’un clan vampirique qui avait de grandes aspirations.

« Ce que je veux, hein… Ce n’est pas quelque chose à me redire deux fois, ça, ma belle. »

Minerva avait-elle pris des assurances ? Mélinda trouvait un peu suicidaire, de sa part, de se jeter comme ça dans la gueule du loup, surtout si, à la base, elle avait déjà des soupçons sur la nature de Mélinda. La vampire, pour l’heure, était surtout intriguée. Elle se demandait ce que cette femme lui voulait, et pourquoi elle s’était ainsi jetée à elle. Elle avait des soupçons, de fortes appréhensions. Minerva lui déclara alors qu’elle ne s’intéressait pas tant à elle qu’à l’un des membres de son clan… Et évoque le cas de Décatis.

La vampire cligna des yeux à plusieurs reprises, surprise, mais n’en montra évidemment rien. Après tout, elle savait masquer ses sentiments. Qu’est-ce que le Chat Noir pouvait bien vouloir à son enchanteresse ? Décatis était devenue il y a plusieurs semaines sa sœur, elles avaient partagé leur sang, et, depuis lors, elle avait rejoint le clan. À ce titre, Décatis aurait pu porter le nom « Warren », mais elle avait choisi de conserver l’usage du nom « Cryptinna », sans doute plus vendeur pour elle.

Mélinda laissa passer quelques instants, avant de lui répondre :

« Je vois que tu es renseignée, mais… En quoi cette Décatis t’intéresse ? Pourquoi passer par moi ? »

Elle ne confirmait pour le moment rien, cherchant déjà à savoir ce que Minerva voulait…
15  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Le quartier de la Toussaint / Re : En vente petit bijoux ? [PV : Mélinda Warren et Décatis Cryptinna] le: Juin 30, 2018, 02:43:54
C’est dans ce genre de situations qu’on réalisait combien Mélinda méritait d’être la Matriarche de son clan. Elle faisait jeune, elle était belle, mais ceux qui la connaissaient savaient pertinemment qu’il aurait été extrêmement malhabile de la sous-estimer, de la prendre de haut, et de voir en elle une jeune fille idiote et écervelée. Bien au contraire, Mélinda avait un esprit particulièrement affûté, et, dès qu’il s’agissait d’argent, la vampire montrait les griffes. Elle ne lâchait rien, a fortiori quand un individu comme Tesoro avait clairement mal agi. Il avait menti sur cette femme, et Mélinda n’était en fait plus du tout sûre de vouloir l’emmener. Tout ça ne lui disait rien qui vaille, cette transformation, ces pouvoirs… La vampire n’avait pas confiance, et elle n’avait pas envie de ramener un loup chez elle… Ou, plutôt, une louve. Docile, elle tendit son corps vers elles, désignant son collier et sa laisse. Des instruments caractéristiques, mais, si Mélinda offrait les fonds, et si le patrimoine de Décatis se confondait avec celui du clan, elle préférait quand même laisser Décatis gérer cela, et en profita pour continuer à négocier avec Tesoro. Ce dernier, qui avait bien conscience de la mauvaise réputation que la vampire pouvait lui tailler dans le métier pour cet incident, se montra ainsi très enclin à la négociation.

Décatis finit donc par payer la propriété de Destiny à une somme défiant toute concurrence, puis Mélinda récupéra l’acte de propriété, ainsi que divers certificats, puis se retourna ensuite vers la jeune esclave.

« Ça y est, Destiny, tu nous appartiens maintenant… Mais tu obéiras surtout à Décatis. C’est elle qui veillera sur toi, elle qui s’occupera de toi… Avec talent et passion, je n’en doute pas ! »

Après tout, Décatis commençait à devenir spécialiste dans ce domaine. Pour autant, Mélinda restait assez nerveuse. Après ce que Destiny avait fait… Un simple bracelet suffirait-il à retenir ses pouvoirs ? À empêcher de nouvelles manifestations ? Mélinda en doutait fortement, en réalité…
Pages: [1] 2 3 ... 225
Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox