banniere
 
  Nouvelles:
Pour la promotion du forum, pensez à voter régulièrement pour nous si vous avez un peu de temps.
Merci ! ♥





Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

  Voir les messages
Pages: [1] 2 3 ... 67
1  Préliminaires / Prélude / Re : Oh mon dieu ils ont violés Kenny ! Espèces d'enfoirés ! le: Septembre 20, 2018, 01:17:48
Bon ok Comme tu veux Yulia Souriant
2  Préliminaires / Prélude / Re : Oh mon dieu ils ont violés Kenny ! Espèces d'enfoirés ! le: Septembre 20, 2018, 12:40:34
Oh non non je compte pas la faire valider je vais supprimer dans la journée, c'était juste pour montrer à quelqu"un ce qu'était une vraie fiche troll Souriant Désolée
3  Discussions / Vous nous quittez déjà ? / Re : C'est nul le dimanche le: Septembre 18, 2018, 12:06:37
Oh, venez dans mes braaaaaaaaaaaaaaaaas me faire un gros câlin Triste
4  Discussions / Vous nous quittez déjà ? / Re : C'est nul le dimanche le: Septembre 17, 2018, 06:13:30
tout le monde s'en fiche, mais pas de réponses de ma part cette semaine surement  Grimaçant
5  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Zone Sous-Marine / Re : Une sirène, ça met des culottes ? {Lyli} le: Septembre 14, 2018, 01:07:35
Un garçon hein ? Voila qui était plutôt drôle. Les humains étaient tous si étrange, au point même parfois d'inverser leurs genres en s'habillant de robes et d'une allure féminin, comme ce jeune garçon. A en juger par sa taille et sa façon de parler, il ne devait pas être bien grand en plus de cela, peut être entre 14 et 17 ans... comment on pouvait avoir ce genre d'idées loufoques à cet age ? J'aurais voulu lui poser la question une fois arrivée à destination, j'étais à deux doigts de lui demander s'il s'agissait d'une sorte de complexe, ou de fantasme...Mais la suite me surprit bien trop.

Tri... tripoter mes nénés ? Quels genre de gamins emploient le mot néné de nos jours ! Et puis cette question, il pensait vraiment qu'une femme normale puisse lui dire oui ?

Ben... heu, si y a que ça pour te faire plaisir...

Mais je n'étais pas une femme normale, j'étais une sirène et pour moi le corps dans toute sa splendeur n'était pas un tabou. Les seins, les bras, les jambes... au final ce n'étaient que des parties comme tant d'autres à l'exception que celles de sa convoitises procuraient du plaisir.
Je le laisse donc faire, si ça peut l'aider à se réjouir avant le grand plongeon. Il s'agira après tout d'une épreuve difficile si j'en juge son corps frêle, il n'avait pas l'air d'être le genre à se taper le 200 mètres nage libre... m'enfin, il avait au moins le courage de sauter malgré les doutes sur l'existence des sirènes... Cet Akira... il voulait vraiment en rencontrer une à tout prit...

Téméraire... Bien trop téméraire... tu devrais être plus prudent... Mais au moins tu rencontrera ta sirène.

Il ne peut entendre ces mots, il a déjà plongé et il ne peut se permettre de trainer en arrière. La route est longue et si la panique prends le pas il pourrait bien se noyer dans ces grottes. Consciente de ce danger, je comptais le rejoindre peu après de toute façon et plonge à mon tours sous l'eau. Il avait mérité la sirène, autant ne pas l'impatienter !
En une fraction de seconde, j'étais déjà à hauteur de ses jambes pendant que sa concentration était poussée vers l'avant. Par surprise, je lui attrape donc les deux pieds pour le tirer vers moi, et l'enlacer d'une poigne qui ne lui laissait aucune chance.

C'est ce que tu voulais non, une sirène... mais tu as oublié un détail... nous sommes très dangereuse...

Un bras enlace le haut de son torse, ma poitrine retrouve sa place écrasée contre son dos et ma voix lui murmure d'une voix claire le danger auquel il est confronté. Aucun doute permis, il doit comprendre à cet instant que je suis la fameuse sirène puisque je peux parler si clairement sous l'eau, et ma force doit bien se faire sentir. Je ne compte cependant pas le noyer, mais si proche de la surface le danger est si moindre que je me laisse tenter par glisser ma deuxième main sous sa robe.

J'peux te tripoter le zizi ?

Je prenais le même ton enfantin que le siens, en employant un terme plus amusant, comme il avait su le faire. Une manière de rendre justice à la poitrine qu'il avait peloter sans se priver.

Sous l'eau, et alors qu'il aurait surement voulu mettre fin à son apnée un peu trop longue, je commence à caresser le bâton de chaire entre ses cuisses, et carrément à le masturber vivement par la suite. Je ne m'arrête pas, j'y met toute ma force pendant que le pauvre travesti ne peut plus du tout respirer. Comme pour déclencher l'orgasme final, je n'arrête la masturbation que lorsque je sens qu'il n'en peut plus et que la limite du danger est déjà franchit. A t-il éjaculé ? Je ne sais pas vraiment, ce n'était qu'une farce à la base, une farce qui prit fin lorsque je brisa enfin la surface de toute ses convoitise... L'air frais était enfin à portée.

Hi hi c'était moins une n'est-ce pas ?

La cavité est plutôt claire grâces aux cristaux de roches incrustés et seul un petit chemin sombre en fond semble ne pas désigner ce repaire comme un vulgaire cul de sac.

J'ai oublié de me présenter je crois, reprenons sur de bonnes bases. Je m'appelle Lyli, je suis la sirène que tu convoite.

Rejetant brièvement en arrière mes cheveux mouillés, et le toisant d'un sourire très charmeur en me tenant assise sur un des rebord de l'eau, je me demande encore si ce n'est qu'un caprice d'adolescent... Ou s'il recherche vraiment quelque chose de la part d'une sirène.

Tu as prit des risques, alors j'en ai prit aussi en te dévoilant mon identité. Mais plus important pourquoi voulais tu rencontrer une sirène ? Dis moi tout.
6  Plan de Terra / Les contrées du Chaos / Re : La Belle Sirène [Lyli] le: Septembre 14, 2018, 11:41:37
L'ange profitait une dernière fois du baiser avant de plonger dans le grand bain, et ainsi rencontrer l'eau froide de la mer. Réaction typique lorsque l'ont a pas l'habitude, on s'élance, on trempe l'orteil puis on recule avec un petit cri mignon. C'était bien plus facile et direct d'y plonger d'une traite. Au moins cela me laissait le temps d'admirer un spectacle encore nouveau pour moi, l'ange range ses ailes comme si elles n'avaient jamais existé. Pratique, elles n'étaient donc pas permanentes ? J'imagine qu'elle se sentirait plus à l'aise sous l'eau ainsi.... enfin, vu ses capacités en natation d'après elle... ce ne serait toujours pas gagné même ainsi !

- Oh non... non non ne t'en fais pas ! Je ne lâcherais même pas ta main.
* Pourquoi m'éloignerais-je d'une si belle créature de toute façon... *

Elle pouvait au moins être sure que je ne mentais pas sur ce point, je comptais rester très proche d'elle, après tout c'est ce que je désirais, l'ange rien que pour moi dans les profondeurs aquatiques... Je n'oublierais pas ce doux moment partagé sur le sable chaud, mais les moments aquatiques étaient bien plus spéciaux pour une sirène. Le seul mauvais point, c'est que Cupidon allait revoir son jugement sur l'espèce des sirènes et réfléchir à deux fois avant de leurs faire confiance... A moins que tout cela ait un effet inattendu et ne guérisse au fur et à mesure sa peur de l'eau ? Qui sait... ça pouvait tout aussi bien avoir un effet contraire et encore plus néfaste. De toute façon les dés étaient jetés.

Oh et n'oublies pas surtout. Garde les yeux ouverts !

Sur ces mots, je préfère ne pas y aller petit à petit, de peur de l'apeurer d'avantage quand l'eau atteindre le visage. Je plonge d'un seul coups avec l'ange tenant fermement ma main.
Si les premiers mètres lui permettent de s'habituer et de ne pas être envahie par la panique, puisque la profondeur était basse, nous descendons bien vite jusqu'à ce que le banc de sable s'éloigne. Les poissons se font plus nombreux et les récifs tout comme les magnifiques algues colorées tapissent peu à peu le sol.

Oh, regarde par là bas, c'est à ça que ressemble l'algue que tu as mangé quand elle n'est pas réduite en bouillit. C'est joli non ?

J'essayais de la focaliser tantôt sur la flore marine et tantôt sur les poissons, pour lui faire oublier sa situation et diluer la panique. D'autant plus que nous commencions à atteindre de belles profondeurs désormais. Ce qu'elle ne savait pas cependant, c'est que le royaume d'Arcnos lui, était de l'autre côté. A chaque secondes, celui-ci se fait plus lointain, et le sortilège devrait se briser sous peu, dans quelques minutes...

Je ne peux plus attendre... tu es si belle, même maintenant...

Ses cheveux qui ondulaient autours de son visage, fouettées par l'eau, lui apportaient encore quelque chose de mystique, un charme impossible à décrire. Ses lèvres charnues et jalousement closes ne me laissaient elles aussi pas en reste et j'y déposais un brève baiser en ancrant mes doigts sur sa belle poitrine. Comme nous étions sous l'eau, mes jambes avaient récupérées leurs apparences de bases pour ne former qu'une longue et gracieuse queue de sirène, au moment du plongeon. Celle-ci s'enroula derrière ses fesses pour capturer l'ange.

J'ai peut-être un peu menti joli petit ange... Nous nous éloignons de Arcnos, ce n'est même pas notre destination... Je te veux juste pour moi toute seule, au fond de l'océan... tout de suite...

L'autre mensonge, elle le découvrirait bientôt d'elle même, ce n'était plus très loin... En attendant le moment de cette tragique trahisons envers l'ange, mes lèvres envieuses et chaudes se glissaient dans le creux de son cou, pour le gouter avec gourmandise.
7  Préliminaires / Prélude / Re : Le love à la façon nekooooo ♥ [Valichoupée !] le: Septembre 13, 2018, 12:58:43
Kawai/20 ... <333333333 *fond*

rebienvenue <3
8  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Le parc et son sous-bois / Re : La douce chaleur du chant des sirènes [Lyli] le: Septembre 13, 2018, 12:35:58
Pourquoi ? Pourquoi y met-elle fin ? Nous n'étions pas assez bien à son gout collées l'une contre l'autre ? La pression de sa poitrine manque déjà contre ma peau, comme si cette sensation était devenue partie intégrante de mon corps. J'expire un léger soupir de mécontentement et une moue presque boudeuse dessine mon visage, qui était si enjoué et rougit par l'excitation. Même si c'est pour retirer nos bikini, n'aurait-elle pas pu attendre ? Je ne vois pas trop pourquoi elle semblait si pressée pour un simple morceau de tissus mais soit, et puisque j'y étais j'allais même m'en servir pour faire taire ses craintes... au sens propre du terme !

Je ne sais pas qui est cette Melinda... mais je m'en fiche un peu...  parce que nous sommes bien ici.

Je commence par retirer ma propre culotte puis je la roule en une sorte de boule, entre mes doigts. Avec un sourire espiègle je viens la lui bloquer dans la bouche comme un bâillon en tissus... un délicieux bâillon au gout certes salé, mais aussi remplit de cyprine. Et voila... je venais de taire ses craintes comme promis, puisqu'elle ne pouvait plus m'en faire part. J'en profitais même pour masser un peu sa poitrine au passage, pour profiter de ses gémissements qui donnaient l'air d'une petite soumise. Ils étaient si bon et si moelleux que j'aurais pu les pétrir durant des heures s'en m'en lasser, j'aurais pu continuer jusqu'à ce que sa poitrine ne vire au rouge à force de se faire malaxer. Surtout maintenant que ses cris étaient étouffés.

Ne t'en fais pas je suis une sirène, ne l'oublies pas... si nous nous faisons repérés, je t'emporterais dans l'océan. Là bas personne ne nous dérangera, et nos perversion resteront secrètes... gardées par l'océan... à tout jamais...

Avant de lui retirer son haut, je dépose un petit bisous sur le bout d'un de ses téton gonflés. Enfin libéré de tout tissus entravant, j'en fais de même avec sa culotte en glissant une main sous le tissus, avant de la lui descendre et de la laisser glisser à ses pieds. Il ne reste alors plus que mon propre haut dont je me défait avec élégance, pour le jeter au loin dans l'eau, comme un vieux souvenir à présent inutile. Le petit jeu peut désormais reprendre, et je retire la culotte qui scelle ses lèvres pour la taire dans un baiser. Ce qui est bien plus agréable.

T'étouffer dans ma chaire moelleuse hein ? C'est bien ça que tu disais ? J'aime beaucoup cette idée... régale toi jusqu'à ton dernier souffle ma chérie...

Nos corps reprennent leurs étreintes à une différence prêt. Si nos poitrines se collent l'une sur l'autre d'abord, et que je fais tout pour la pousser contre le sol pour que l'ont soit plus agréablement installées, et aussi moins visible de loin, je glisse mon corps pour petit à petit enfouir son visage dans mes seins. Mes lourds orbes de chaires moelleux bondissent et fouettent agréablement son visage lorsque je bouge.

Et puis au moins, personne ne sera attiré par tes cris...

Parce que je comptais bien la faire jouir ! Ma main pressa l'arrière de son crâne pour ensevelir son visage droit dans la jungle de ma poitrine. deux coussins moelleux qui épousaient son visage et dans lequel respirer en deviendrait vite difficile. Son voeux d'étouffer dans ma chaire moelleuse allait s'exhausser, je sentais déjà toute les formes de son visage obstrués dans ma poitrine alors que ma main libre plongea entre ses cuisses pour commencer à la doigter tendrement. Puis plus vite, de plus en plus vite... Pourrais-je la faire jouir avant que mes seins ne l'étouffent pour de vrai ? Ce petit jeu risqué me faisait grandement mouillé, bien plus qu'il ne l'aurait du même, à cause de son envoutement.
9  Préliminaires / Prélude / Re : Mon truc en plume [Validémonisée] le: Septembre 12, 2018, 05:11:27
Rien à voir, on peut être épaisse et bien flotter : o ( bienvenue, rebienvenue ? XD )
10  Préliminaires / Prélude / Re : Mon truc en plume [Validémonisée] le: Septembre 12, 2018, 03:36:42
plus belle que toute les sirènes que j'ai pu voir jusqu'ici, à n'en pas douter Souriant
11  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Le parc et son sous-bois / Re : La douce chaleur du chant des sirènes [Lyli] le: Septembre 10, 2018, 11:07:33
Si elle n'était pas une sirène quel genre de sorcellerie cela était ? Je ne devrais pas oublier de lui demander plus tard, quand la curiosité redeviendrait plus importante que le moment présent. Ce moment forgé dans sa généreuse poitrine et sa bouille d'ange. Un ange ? Plutôt une succube avide, elle me tentait de sa voix envoutante, me poussait au tabou, à la luxure. Quand ce genre de séduisante créatures vous invite, inutile de feindre vouloir sans aller ou même résister. Ma première décision fut de ne pas me débattre et de plonger tête la première dans ce piège délicieux. Qu'elle soit une sirène ou non n'avait aucune importance.

Ne dis pas de bêtises Shiro... j'ai retenue mon envoutement... sinon tu serais déjà sous l'eau à suivre tes bas instincts... même le danger de s'y noyer ne serait devenu qu'un lointain détail...

Puisqu'elle m'invite à malaxer sa poitrine sans retenue j'y met encore plus de fougue et la pétrit à pleine main. Pressée entre mes doigts et son propre corps, ces deux orbes de chaires tendres sont si aplatit et tirés dans tous les sens que je sens rouler ses tétons sous ma peau. Ils sont gros et tendre mais surement pas autant que les miens, ça se voit. Les tester de ses mains ne l'aidera pas à prouver le contraire alors pourquoi cette question stupide ? Encore un prétexte pour m'exciter de sa douce voix peut-être ? C'est réussit, j'en profite pour lui mordiller son autre oreille brièvement, en lui murmurant à mon tours avec magie.

Tu vas vite découvrir laquelle a la plus grosse poitrine... ma petite chérie...

Comme pour faire taire ses questions stupides, mes deux mains glissent hors de sa poitrine. Une d'elle se pose fermement sur ses fesses et l'autre à l'arrière de sa tête. Ainsi, je l'oblige à se presser contre moi et surtout à écraser nos deux paires de seins l'une contre l'autre. Elle va très vite sentir le poids de ma poitrine oppressante si elle veut jouer à ce jeu !

J'espère que tu as de l'endurance Shiro...

Mes deux mains poussent son corps contre moi, nos deux poitrines s'écrasent et se frottent l'une sur l'autre en s'aplatissant sous la pression. Je n'ai même pas eu l'esprit assez clair pour penser à retirer son maillot, et le baiser dans lequel je me plonge n'arrange rien. Nous sommes bien loin du tendre petit bisous sur le coin des lèvres, je suis sauvage, mes lèvres pulpeuses dévorent sa bouche avec une envie à m'en faire trébucher. Nous voila bientôt tombées contre le sable humide, avec la marée qui vient et se retire pour successivement engloutir nos corps sous l'eau et les libérés. Peu importe, je ne veux pas la relâcher sous aucun prétexte et enfonce ce baiser jusqu'à engouffrer ma langue. Je la tournoie dans sa bouche, cherche celle de ma succulente amante pour s'y enrouler et lui offrir cette danse.

C'est si intense que j'en ai du mal à reprendre mon souffle, et la pression de nos poitrines qui s'écrasant n'aide en rien à me laisser respirer convenablement. Elles se frottent et rebondissent l'une dans l'autre et quitte à l'avoir capturé ainsi, autant aller jusqu'au bout et enrouler mes jambes derrière les siennes.

Culottes contre culottes, je commençais à onduler délicieusement des reins. Allait-elle se laisser capturer ainsi contre mon corps ? De mon côté en tout cas, je ne décollerais pas ma peau d'un seul centimètre de la sienne, au contraire... Je cherchais constamment à étouffer d'avantage nos poitrine l'une dans l'autre, guidée par un seul désir : celui de ne pas me détacher de Shiro.
12  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Le parc et son sous-bois / Re : La douce chaleur du chant des sirènes [Lyli] le: Septembre 09, 2018, 12:51:35
Quelque chose ne se passait pas comme prévu, j'avais vraiment un drôle de pressentiment au sujet de cette femme. Pas un sentiment de danger heureusement, il s'agissait plutôt d'une curiosité troublante, de celles qui donnaient irrésistiblement envies de connaitre la suite malgré tout. Qui était-elle au juste ? Même quand je pensais avoir enfin le dessus en jouant la carte du mystère et des secrets m'entourant, je me sentais peu à peu couler dans des sables mouvant, sans pouvoir bouger. J'étais captivé, j'avais l'impression de sentir son parfum en plongeant dans ses pupilles rosées... Une... autre sirène ?

Heu heu... merci, vous aussi vous êtes sexy, vous semblez.... avoir de jolis seins... bien moelleux...

Quoi ? J'avais vraiment dit ça à l'instant ? C'était comme si mon pouvoir se retournait contre moi. Mon coeur battait, j'écarquillais les yeux et au moment même ou je cherchait à parler mes lèvres n'arrivaient plus à bouger. Son doigt sur mes lèvres me rendaient muettes. Non pas qu'un index aurait suffit à me faire taire, c'était plus étrange que ça. Les mots tourbillonnaient dans ma têtes sans parvenir à trouver la sortie, une chaleur agréable papillonnait dans mon ventre. Bien trop vite, j'étais déjà dans un état dans lequel la conscience devint flou. Seul l'envie.. l'irrépressible envie de faire ce que bon me semblait... de faire chacune de mes idées même les plus perverses, réalité... Ca devenait plus fort que moi.

Alors quand elle demanda ce qu'elle devait faire pour avoir mon nom, je n'arrivais plus à jouer et capitula instinctivement, sans pouvoir me retenir.

Lyli ! Je m'appelle... Lyli

Je ne sais depuis combien de temps, mais je venais de me rendre compte que mes deux mains touchaient quelque chose d'agréablement moelleux... Quand ? A quel moment avait-je passé mes deux mains sous son haut de maillot, pour sentir entre mes doigts la douce chaire tendre de sa poitrine ? Puisque j'y étais, autant les malaxer avec tendresse maintenant... puis... avec plus de fermeté ensuite... Un cercle vicieux débutait. Si je peux les malaxer alors je peux les pétrir fermement.... si je peux les pétrir comme ça je peux bien m'y coller... et si je peux me coller pourquoi pas l'embrasser ? Chaque envie raisonnait vers une autre plus intense encore, si bien que dans quelque secondes, je finirais par lui faire sauvagement l'amour en ne laissant sur le sable que l'emprunte de nos deux corps agités... Avant que cela n'arrive, je réussit à me ressaisir, sa poitrine ancrée dans ma poigne et mes lèvres assez proche pour frôler la douce peau de son visage.

Soufflant mon expiration chaude contre ses joues, je me crispe un peu, capturant d'avantage ses deux orbes moelleuses.

Une sirène... C'est ça... Toi aussi Shiro... Toi aussi tu es une sirène... Tu partages le même secret que moi...

Et voila qui leva le voile sur mon secret. Je venais de me vendre toute seule en faisant en prime fausse route.
13  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Zone Sous-Marine / Re : Une sirène, ça met des culottes ? {Lyli} le: Septembre 09, 2018, 11:42:09
l'étrange façon de parler de la jeune fille me décrocha un sourire, au moins autant que sa stupide croyance d'être à l'abri. Non c'est sure il n'y avait pas de requins mais la marée montante et l'arrivée surprise d'une vilaine sirène étaient bien plus dangereux que ce qu'elle imaginait. D'ailleurs, Elle ? J'eus un doute sur l'ambiguïté de sa voix te ce fut confirmé lorsque je pressa d'avantage ma poitrine contre son dos, pour la ceinturer avec plus d'ampleur puisqu'elle ne me rejetait pas. Voila qui n'arrangeait pas les choses, une sursaut d'étonnement fit sursauter mon corps en sentant cette " poitrine " plate. Il y avait quelque chose de pas naturel, quelque chose de plat comme un rembourrage, était-ce juste une idée ou... ? Mais pourquoi l'ont voudrait tromper quelqu'un en laissant planer le doute sur son sexe ? Les humains étaient vraiment des créatures étranges.

Allons tu as peur d'un peu d'eau ma chérie ? A ton age on a déjà apprit à nager non ?

Ma voix se voulait charmeuse et ma poitrine bien plus pressente contre son dos. C'était surtout une astuce pour la garder près de moi et ne pas la voir s'enfuir car la suite de ses mots étaient intrigants... Chercher une sirène hein ? Pour quoi faire ? D'ailleurs pourquoi même en chercher une si on y croit pas du tout ? Réaction typique d'une adolescente rêveuse, qui rêvait d'une créature mythique sans vraiment y croire, mais... en espérant quand même de toute ses forces.

Une sirène ici ? Ne soit pas ridicule ! Dis-je en éclatant dans un rire comme pour me moquer de lui. Voyons, une sirène ça se mérite... tu n'en trouvera pas une au fond d'une grotte. Il faut être prêt à prendre des risques, à prouver que l'ont veut vraiment en rencontrer une coute que coute... Suis moi, je vais te montrer quelque chose.

Lui attrapant doucement la main je le guide vers le fond de la grotte, un peu moins lumineux et légèrement plus profond. pour le rassurer et garder l'emprunt de ma voix envoutante de sirène, je lui caressait périodiquement la main en lui posant quelques question comme son nom, si c'était une fille ou un garçon... et surtout qu'est-ce qu'il espérait d'une rencontre avec une sirène ?
A destination l'eau atteignait déjà la taille, c'était fichu pour sa robe ! Mais ce qui était réellement important était ce trou au sol, d'un cercle parfait et d'une eau si azur et éclairée par des parois rocheuses scintillante que l'eau paraissait irréaliste. C'était là fin de cette petite cavité et ce trou était un large tunnel totalement inondé, menant à l'océan ou à une autre cavité éclairée en forme de dôme, selon le chemin que l'ont prenait.

Si tu veux une sirène il va falloir faire preuve de courage mais je peux te garantir qu'elles existent bel et bien. Je pose un index contre ses lèvres comme signe de silence Mais chut, ce sera notre petit secret juste à nous deux, d'accord ?

Je libère sa main, lui laissant désormais le choix de prendre ce risque, de prouver si sa volonté de trouver une sirène était assez grande. Ou de fuir cette grotte. C'était à lui de décider maintenant.

Je ne sais pas ce que tu veux à cette sirène mais si tu te sens assez courageux va lui demander toi même.
14  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Le parc et son sous-bois / Re : La douce chaleur du chant des sirènes [Lyli] le: Septembre 06, 2018, 05:42:11
Cette humaine me rends toute chose, en est-elle vraiment une ? Ou serait-elle plutôt l'un de ces êtres magiques ? Ca n'as que peu d'importance, le charme opère et je m'y laisse volontiers prendre en soupirant, ricanant doucement. Même s'il s'agit d'un charme ça ne peut être plus puissant que celui des sirènes, j'imagine, et je suis donc confiante sur mes capacités à ne pas perdre le contrôle. D'ailleurs, elle est bien plus perturbée que moi et avoue à pleine voie que je suis jolie. Je lui plait, mais comment lui en vouloir ? Je n'y réponds que d'un sourire en me dandinant agréablement vers la jeune baigneuse.

Oh, mais c'est un adorable compliment ça ! Mais tu sais, toi aussi du es incroyablement mignonne... Surtout cette longue chevelure... je la trouve si parfaite !

Bien moins gênée, je n'avais pas besoin d'être envoutée pour dévoiler le fond de mes pensées, j'en jouerais même jusqu'à lui faire perdre la tête sans l'hypnotiser complètement. Il était plus amusant de voir ses proies craquer d'elles même. J'enroulais donc un doigts dans sa longue chevelure en pinçant ma lèvres inférieur pulpeuse et au gout salés entre mes dents. Ils sont doux et lisse, mais mes yeux ne suivent pas mes doigts qui serpente bientôt entre ses longs bruns violet, en les faisant glissé contre le gant. Non, mes prunelles étaient beaucoup trop concentrées sur ses magnifiques orbes de chaires à l'allure si tendre.

Alors tu vois, ce n'est rien un compliment ne t'excuses pas comme ça...

Je relâche ses cheveux et remonte contre sa joue, jusqu'à ce que l'index se glisse tendrement et droit contre ses lèvres comme pour lui suggérer de se taire.

Et aussi... je ne sais pas qui est cette Melinda... mais ça ira si tu ne dis rien n'est-ce pas ? Je caresse tendrement sa lèvre avec l'index et approche mon visage, bientôt assez à porter pour y souffler mon doux air marin contre sa peau. Elle n'est pas obligée de le savoir, ce sera notre secret.... rien qu'à nous deux...

Je ne sais pas qui était cette Mélinda, surement une riche femme d'affaire qui avait acheté un morceau de plage. L'argent faisait tourner la tête des humains, ils achetaient souvent tout et n'importe quoi pour satisfaire leurs égos. Enfin, peu d'importance, je rentrais dans l'eau en relâchant mon attention sur Shiro, comme pour dévoiler la dernière partie qu'elle n'avait encore pu voir de moi : mes fesses. Une fois l'eau ballotant à la taille, je retourne à demi mon visage vers elle.

Tu viens nager ? Il fait vraiment chaud... Et puis tu ne vas pas me laisser partir alors que je ne t'ai même pas dis mon nom, ni même comment je suis arrivée ici... Ca et... tous mes autres secrets que je ne t'ai pas encore dévoilé... ma petite Shiro...
15  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Le parc et son sous-bois / Re : La douce chaleur du chant des sirènes [Lyli] le: Septembre 04, 2018, 03:00:59
C'était une plage magnifique, un véritable paradis sur terre ! Cette petite baie de sable chaud, sur laquelle soufflait une rafraichissante brise maritime semblait appartenir à un autre monde. Pour cause, personne n'y foulait le pas, mystérieusement...  me rappelant presque les souvenirs de ces mers maudites lorsque j'étais encore une véritable sirène, sur lesquelles aucun marin n'osait naviguer. Aucune trace de pas ni d'activité humaines non plus, autrement dit c'était l'endroit idéal pour une sirène qui voulait se ressourcer seule. Je ne me posais pas trop de question du coups, surtout que les premiers jours avaient été idylliques, idéals pour se reposer, et personne ne semblait me faire de sermons comme quoi il s'agissait d'une plage privée. J'avais donc fini par établir une sorte de campement au milieu d'une clairière d'algues, non plus du bord, comme pour définir cette plage comme étant l'une de propriété. Grave erreur, j'allais bientôt découvrir que ce lieu ne m'appartenait pas... et pas de la plus mauvaise des façons qui soit !

Lors de mon dernier plongeon, j'ai l'impression d'apercevoir quelqu'un du coin de ma vision. Persuadé que ce n'est pas le fruit de mon imagination, je reste cachée sous l'eau, scrutant avec patience la surface jusqu'à ce qu'une silhouette se dessine effectivement. Elle n'est pas d'une taille très grande mais ses formes sont d'une harmonie rare. Son maillot est un peu plus violacé que le miens mais aussi moins large. Quant à sa chevelure, sa douce couleur et sa longueur vertigineuse me remplit d'une admiration débordantes... Ils sont magnifique, envoutant, et encadrent si parfaitement cette bouille d'ange que j'ai du mal à détacher mon regard. Je suis si admirative que je me rends compte bien trop tard de la proximité. je suis presque à ses pieds, tapis sous l'eau juste derrière un rocher. Il n'y a plus aucune raison de se cacher désormais...

Impossible de savoir comment elle allait le prendre, mais je décidais d'opter pour l'espièglerie en crevant d'un coups sec la surface. Une fois sur mes deux jambes, je crachote l'eau qui est maintenue dans mes joues rondes contre son visage, la mouillant abondement dans un petit rire amusé !

Ah ah ah ah, désolée, j'espère que je ne t'ai pas fait peur !

Et j'espère surtout qu'elle n'est pas là pour me faire du mal... Car de mon côté, le sourire amical bordant mes lèvres ne montre aucune animosité. Bien a contraire ! Je me sens même étrangement très charmée par sa présence. Quoi de plus normal avec une créature si mignonne ? Mais tout de même là... j'étais un tout petit peu plus attirée que la moyenne.

Maintenant que j'y pense, t'es la première personne que je vois sur cette plage depuis... ça doit bien faire 6 jours ! C'est une sorte de plage privée ou quelque chose comme ça ? T'es pas venue pour me virer j'espère ?

Je faisais un peu usage de mon charme tout en me pinçant les lèvres, comme si ça pouvait m'aider à subir mon de remontrances... juste au cas ou.
Pages: [1] 2 3 ... 67
Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox