banniere
 
  Nouvelles:
LGJ inaugure un système de vote et nous vous parlons de l'avenir du forum ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

  Voir les messages
Pages: [1] 2 3 ... 65
1  Préliminaires / Prélude / Re : Ne m'apellez pas Bichette ! Et ne reluquez pas mon derrière ! le: Juillet 19, 2018, 08:07:29
cen... cen... cen.... *tremble d'extase* centaure !!!  Choqué
2  Discussions / Vous nous quittez déjà ? / C'est nul le dimanche le: Juillet 18, 2018, 02:41:48
Ouai titre sans aucun rapport mais j'avais envie. Juste pour souligner à tous mes partenaires rp en attente d'une réponse, que je reprendrais une activité qu'à partir de mardi, l'été étant la période ou l'ont travaille le plus dans mon métier ^^ c'est celle ou je suis la plus lente.
3  Préliminaires / Prélude / Re : Beau temps? BAM, tornade! le: Juillet 18, 2018, 11:38:31
c'est un complot... mensonge  Fâché
4  Préliminaires / Prélude / Re : Beau temps? BAM, tornade! le: Juillet 17, 2018, 11:54:56
re bienvenue cassidy green  Grimaçant
5  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Zone Sous-Marine / Re : Est-ce tomber de Charybde en Scylla (PV Lyli) le: Juillet 14, 2018, 01:13:33
Une barque en bois, tard dans la nuit, encore des pêcheurs sans doute. Durant les périodes estivales il n'est pas rare d'apercevoir ce genre de petites embarcations lors des périodes estivales. Maqueraux et autres chasseurs nocturnes de surfaces pullulent durant la nuit, sous les éclats lunaires, de quoi faire des heureux. Cependant, c'est un tout autre poisson qui aura le malheur de faire trempette ce soir, un poisson infiniment plus séduisant, en fâcheuse posture si on en croyait le morceau de métal qui la faisait couler à une vitesse hallucinante. Surement des mafieux en plein règlement de comptes encore, ce genre de choses aussi arrivaient parfois. Lorsqu'il s'agissait d'un homme je laissais faire, après tout qui sait, peut être était-ce ds truands qui méritaient leurs sorts, le genre d'ordures à ne sauver sous aucun prétextes... Mais pour une belle blonde liée dans les règles de l'art, abandonnée à son funeste sort... je pouvais bien faire une exception.
Laisser périr une telle créature serait du gâchis à n'en pas douter, et une certaine forme de pitié m'envahissait à la vue de ce joli corps à la taille de guêpe, sombrer dans les fonds, la respiration bloquée jusqu'à l'inévitable moment ou elle serait bien forcée de lâcher prise. Dans cette situation, même son élégante robe noir aurait pu avoir l'air de ses vêtements mortuaires, une pensée macabre qui bien heureusement, ne se réaliserait pas aujourd'hui.

Comment peut-on se débarrasser d'un si joli trésor...

Sur cette réflexion, je nage de ma grâce infinie vers le corps, qui fini par toucher le fond. Oh elle pouvait bien se débattre comme une diablesse rien n'y changerait quoi que ce soit pour elle : sa seule porte de sortie nageait lentement sur les lieux du crime.
Une hallucination ? L'ultime mirage avant de s'évanouir ? Je suppose que c'est ce qu'elle pouvait penser en voyant ma silhouette se dessiner avec une élégance, un grand sourire aux lèvres.  L'air dans ses poumons ne devait plus êtres de la première fraicheur, délirer sous le manque d'oxygène était dès lors tout à fait possible.

Sans plus de suspens, je brise cette idée en la touchant physiquement, pressant un doigt sur son menton pour le rehausser et lui montrer à quel point la surface semble loin. " Même si je te détache, tu n'auras jamais les capacités pour remonter toute seule ". C'est ce que cela semblait vouloir dire, comme pour lui faire accepter son destin... qui serait tout autre ! Lorsque ses belles lèvres pulpeuses montre des signes de faiblesses en rejetant cet air impur, pour tenter de le renouveler d'un oxygène absent en ces lieux, je plonge mes lèvres dans les siennes.
Non, ce n'est pas le baiser de la mort avant la fin, mais plutôt celui de la vie, celui qui expulse l'oxygène d'une paire de lèvres à l'autre... une denrée bien plus salvatrice que l'aurait été les gorgées d'eau salées et asphyxiantes.
Durant de longue minute, la blonde peut s'en nourrir, aspirer l'air, gonfler sa poitrine à n'en plus finir... Je n'imagine même pas à quel point cela peut-être bon, après une telle descente sans respirer.

C'est ton jours de chance, mon trésor... Lui dis-je en quittant ses lèvres, tenant ses joues qui étaient bien moins rouge maintenant que son air était renouvelé.

Entendre la voix d'une femme sous l'eau devait paraitre étrange, mais autant que de m'avoir vu sortir de nulle part pour l'embrasser avec un large sourire durant plusieurs secondes ? C'est sure, la scène devait paraitre surprenante, mais je suppose qu'avoir la vie sauve devait prendre le dessus.
D'ailleurs, comment avait-elle pu être jetée à ce funeste destin ? J'étais bien curieuse de le savoir et ainsi, mes mains quittaient peu à peu ses joues pour longer son corps, sensuellement le long de ses hanches, de sa chute de reins, puis de ses jambes... avant d'enfin se saisir du noeud la reliant à cette barre en métal. Pas le temps de défaire cette série de liens complexe, je la prends dans mes bras, pressant soigneusement son corps contre le miens pour la mener en sécurité, dans une petite cavité souterraine.

C'est un peu étroit, une simple petite poche d'air d'un petit mètre en forme de coque, éclairée par la luminescence azur des cristaux marins, incrustés dans les parois.

Voila, tout va bien se passer maintenant... calme toi, et raconte moi ce qui s'est passé mon petit trésor...

Une voix charmeuse et envoutante, sa tête aplatit contre mes seins pour la laisser reprendre ce souffle dont elle avait tant besoin, et une main caressant sa longue chevelure dorée et mouillée... Manquer de se noyer avait tout de même du bon parfois, non ?
6  Plan de Terra / Les contrées du Chaos / Re : Et... Plouf ! [PV : Lyli] le: Juillet 03, 2018, 12:02:19
Maud, 4 lettre, un nom assez cours et aisé à prononcer qu'il se comprends même au travers d'un bâillon bien encastré. Mais prononcer quelque chose au travers d'une ball-gag demande tout de même un effort et fait jaillir la salive qu'elle ne peut avaler, par les commissures de ses lèvres. Ce liquide macule bientôt son menton et coule sur celui-ci, la faisant ressembler à une petite chienne muselée... Muselée ! Oh oui, c'est ça ! quel superbe idée ! J'avais justement un accessoire comme ça dans les affaires que j'avais descendues ! Il était peut-être temps de passer alors à la vitesse supérieur pour lui rendre l'accès à son nom plus difficile, il était peut-être temps oui, de la transformer en un simple jouet sexuel.

Maud ? Tu es sure de ça. Oh mon dieu tu as déjà perdue la mémoire ? Non tu ne t'appelle pas Maud... fouilles bien, cherche bien.... Tu t'appelle petite chienne... Ne te souviens-tu vraiment pas ?

Commencer à insérer des doutes même stupides dans son esprit pour la déstabiliser un moment était aussi une bonne solution, mais quitte à l'appeler petite chienne autant qu'elle en ait l'allure également. Je vais donc chercher une laisse dans le sac, que je lui enroule autours du cou non sans serrer un peu trop fort, lui forçant une respiration difficile. L'autre bout de la laisse en cuir est assez longue pour que je puisse la tenir en main, mais elle ne ressemble pas encore  assez à une chienne, pas encore assez à un simple jouet, un simple emballage bon à n'être utilisée que pour le plaisir... Comment les humains appelaient ça déjà ? Un pet ? un sex-doll ? Pue importe, car je muselait maintenant tout son visage d'une cagoule en latex. Le genre qui ne laissant rien paraitre de son visage à part sa bouche étouffée par un gros bâillon boule, et deux petits trou au niveau des narines pour qu'elle ne suffoque pas dans le masque de latex, qu'elle puisse respirer. Il y avait aussi une encoche derrière pour faire sortir sa longue chevelure... que j'appellerais désormais pelage, comme une vraie chienne.

Tu te souviens maintenant ? petite chienne ? D'ailleurs comment peut-tu prononcer un nom correctement alors que les canidés doivent aboyer. Si autre chose que des waf waf sortent de ta gueule désormais.... Un large coup de pied se logea dans son ventre déjà bien rond de semence, pour lui montrer quel serait la punition, le prix de la désobéissance.

Un petit bruit sourd et satisfaisant raisonne dans son bas ventre et avant que la semence ne ressorte par son cul bien ouvert, je rebouche ce trou béant avec ma verge, encore une fois sans aucun ménagement... Mais si son cul meurtri prenait cher, j'imaginais même pas l'horreur que représentait cette cagoule en latex, qui dans un lieu aussi humide, devait collée au visage à un point inimaginable. Pareil pour le cuir de la laisse qui devait se contracter et l'étrangler bien plus que prévu au final.

Alors maintenant, tu me redis ton nom ? Tu t'en rappelle ?

Oh, question piège ! Hihi... car quel que soit le nom qu'elle prononce, je lui avait bien dit qu'une petite chienne ne devait que aboyer... Mais de toute façon, d'abord, il fallait qu'elle tienne face à ce deuxième orgasme qui remplissait encore une fois copieusement son cul, et son ventre... Tirant un coups sur la laisse en déversant mes fluides chauds, je sens son petit ventre enfin s'alourdir de plus en plus et être tout chaud... Mais bon tant qu'elle ne s'écroule pas par terre sous le poids de son gros ventre, elle ne serait toujours pas remplie assez... Non, j'en avais pas encore fini avec elle, même sa tenue de petite chienne n'était pas encore complète...

( HRP : je fais des rep plus cours juste pour garder le rythme de mes rp ça veut pas dire que j'aime pas ce que tu fais <3 J'espère que ça te dérange pas )
7  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Zone Sous-Marine / Re : Même les aventurières peuvent se perdre. [Pv Lyli] le: Juillet 02, 2018, 10:50:14
La voici enfin, la précieuse ball-gag, offerte comme un trésor, le trésor qui scellera ses lèvres. J'aurais pu le lui insérer avec amour, tendrement mais non, la belle aventurière avait clairement montré son amour pour la fougue, les relations plus brutales . Je me risquais alors à une approche plus musclée en lui tirant les cheveux pour l'allonger sur le dos, et plaça un pied contre son ventre, accompagné d'un regard sadique. Peu à peu, la pression du pied contre son bas ventre augmente, d'abord assez lentement pour qu'elle comprenne ou je veux en venir, puis jusqu'à l'obliger à se vider de son souffle en écrasant assez son ventre pour la faire crier dans une grappe de bulle. Ses poumons vidés, je la laisse suffoquer et chercher son air, air absent en la toisant toujours de mon regard sadique. Son seul salut est mon pied nue qui quitte son ventre pour coller à ses lèvres et fermer de force ses lèvres. Bon elle peut toujours boire la tasse par le nez mais au moins ce sera moins assommant avec sa bouche scellée.

Tout ces objets ont l'air amusant mais je vais prendre mon temps nous ne sommes pas pressées... Je vais d'abord te remplir copieusement, te faire un ventre bien rond, plein, tout chaud !

Avant de la bâillonner encore une fois, je lui offre tout de même un baiser salvateur et langoureux, coupés de trois longues expirations pour remplir ses poumons, tout de même... Après ça, la ball-gag rouge scelle ses lèvres et je lâche ma belle aventurière dans le sable, cul en arrière. Une belle fessée lui est administrée mais surtout, ce collier en cuir dont je ne connais pas l'utilité, et que je lui enroule autours du cou. Outch, l'eau mouillant le cuir le rends plus serré et j'ai l'effroyable impression de l'étrangler, loin de me douter que ce collier avait cette fonction comme réel but. Une fois bien fixé, je regarde le gros jouet qui est d'une taille simplement inhumaine ! Mais je n'y touche pas encore, comme convenu j'avais encore le temps et je préférer retourner dans son anus pour en racler ses parois bien étroites.

Je vais me vider en toi pendant que tu t'étouffe, petite perverse ! J'ai hâte de voir toute les jolies bulles que tu vas faire en hurlant de douleur et de plaisir !

Je pousse si fort en elle que l'impact dans son derrière fait vibrer son corps et le pousse vers l'avant, vers le sol comme une vulgaire soumise maltraitée ! Et il y avait aussi ce fouet qu'elle m'avait laissé, un fouet qui après un léger coups sur son derrière dévoile son intéressante particularité : Celle de ne laisser aucune marques ! D'abord curieuse, je me prends vite au jeu et fouette sans retenue son cul ainsi que le haut de son dos, admirant les effets magiques qui ne laissent aucune marque,s aucun saignements ! Juste la douleur de cette morsure qu'est le cuir. Bientôt, sous la douleur que l'aventurière ressent et qui semble prendre une grande place dans son plaisir, j'en viens à mon tours à  être très excitée. C'est quand la belle commence à gigoter, surement à cours d'air et suffoquant, que mon plaisir atteint son paroxysme. Je jouis une première fois en poussant un ultime et grand coups de reins en avant, pénétrant une nouvelle frontière dans laquelle ma verge est écrasée par ses chaires si étroites. La suite n'est qu'une longue série de hurlement de bonheur et de liquide chaud, épais, qui remplie son cul. Un nuage blanc s'échappe des commissures de son anus pour se diluer dans l'eau, signe des quantités de semences impressionnantes que je suis capable d'expulser t qui gonflent lentement son bas ventre... dans une chaleur presque réconfortante.
8  Préliminaires / Prélude / Re : Wenoy le: Juillet 02, 2018, 06:03:45
bienvenue petit chaperon rouge
9  Plan de Terra / Les contrées du Chaos / Re : La Belle Sirène [Lyli] le: Juillet 02, 2018, 05:37:30
L'ange se posait beaucoup de question sur Cyanée, à tel point qu'il semblait qu'elle n'ait visiblement que ce mot à la bouche ! Loin pourtant d'être agaçants, cette situation la rendait que plus adorable. Voir l'inquiétude faire trembloter ses lèvres roses et pulpeuses, ou encore dessiner le fond de son adorable regard... Je ne me privais même pas de me lécher les lèvres lorsqu'elle ne me regardait pas. Tiens d'ailleurs, pourquoi paraissait-elle aussi belle et attirante ? Les anges n'avait pas de sexe selon ce qu'ont m'en avait dit, mais là il fallait être aveugle pour penser avoir une créature sans une appartenance précise à un genre : Cupidon était de sexe féminin à n'en pas douter.

Ces lèvres... Je ne sais pas qui est cette Cyanée, mais elle a une sacré chance. Les sirènes étant souvent un poil possessives avec ce qui leurs appartenait, il ne faudrait pas qu je croise sa route par simple sécurité...
Non elle n'a rien. Les sirènes ne sont pas aussi vulnérable qu'ont le pense tant qu'elles ne sortent pas de l'eau. Un peu comme toi j'imagine, quand tu voles dans le ciel.

Moi qui avait toujours vu les anges comme des créatures pure et forte, voila que je découvrait la naïveté d'une de ces gracieuses créatures ailée, qui de surcroit ne devait pas être très chaste . J'avais toujours du mal à imaginer qu'une sirène puisse se tenir aux côtés d'une créature si fantastique sans s'y blottir contre, sans l'embrasser. J'en serais presque jalouse rien qu'à la vision de ses grandes ailes blanches qui pourraient se refermées tendrement dans mon dos lors d'une douce étreinte... L'instant devait être magique. Moi aussi, je voulais en profiter ! Je voulais découvrir la douceur d'un ange, sentir la fierté d'avoir pu partager un moment d'intimité avec une créature si rare, si envoutante ! Cette Cyanée ne pouvait pas être la seule ! Alors quand elle parla de cette fameuse algue que je connaissais bien, un éclair de lucidité tilta dans mon esprit... Oui, c'est ça... avec la promesse qu'elle puisse respirer sous l'eau et un bon guide, la tentation de revoir sa chère sirène serait surement trop grande... Elle venait de m'offrir un plan parfait, et surtout facile à réaliser !

En effet, il existe une algue permettant à n'importe quel créature de filtrer l'air dans l'eau sans se noyer, et les effets durent un peu plus d'une heure. C'est 3 fois plus de temps qu'il en faut pour atteindre Arcnos. Je pourrais donc prendre mon temps et descendre lentement pour que tu ne soit pas accablée par a pression de l'eau trop vite, et que tu puisses profiter de la vue féérique qui prospère dans ce nouveau monde.

Autrement dit je venais de lui proposer ce dont elle avait besoin, et d'être son guide ! Néanmoins si je n'avais pas menti pour l'algue magique, j'oubliais volontairement de lui indiquer que la durée de cette respiration magique était proportionnelle à la quantité d'algue avalée... Une seule algue n'offrait que 5 minutes d'autonomie... de quoi lui offrir une sacré surprise au beau milieu de la plongée...

Bouge pas, j'en ai pour une dizaines de minute. C'est très profond mais si j'y vais seule je serais assez rapide, je vais chercher ce premier ingrédient.

Première ingrédient ? Oui, l'algue seule avait certes des propriétés magique mais la mixture possédait en réalité 3 ingrédients ! Pour le premier ça allait, j'avais plongé si profondément que la lumière avait du mal à filtrer à travers l'eau, pour prendre la fameuse algue d'une couleur rosée, comme la magnifique chevelure de l'ange ! Une fois revenue à la surface je la lui montrait avec un grand sourire amical... Une seule algue... même pas assez pour rejoindre Arcnos ! Mais bon, il fallait maintenant se concentrer sur les 2 autres ingrédients, eux aussi très simples mais...

Bon il va falloir réduire l'algue en bouillit, ce sera un peu amère. Mais avant ça il va falloir le tremper dans deux autres ingrédient... Et je les ai sur moi... Dans mon autre main, un petit morceau de corail un peu particulier, qu'il faudra écraser jusqu'à l'obtention d'une poudre verdâtre. Le gout était doux et presque sucré même... Et pour l'autre...Bon puis l'autre c'est le fluide corporel de sirène. Ca marche mieux avec de la cyprine. Dis-je un peu amusée, en posant les deux premiers ingrédients sur le côté, en me massant érotiquement et lentement entre les cuisses. Mhh... Je fais ça seule ou tu veux m'aider ? Ca irait plus vite à deux je pense, pour ne pas trop faire attendre ton amie. Cyanée était presque devenu un prétexte pour l'inciter à accélérer les choses ! Et puis... j'étais pas contre un petit moment de douceur avant le grand plongeon, moi.
10  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Zone Sous-Marine / Re : Même les aventurières peuvent se perdre. [Pv Lyli] le: Juillet 01, 2018, 03:37:00
S'enfuir dans l'eau ? quel idée stupide, j'avais l'avantage du terrain, elle savait ce qui l'attendait : le grand plongeon ! Le faisait-elle exprès ? semblant tantôt dominante, tantôt masochiste, difficile de prévoir ce qu'elle pensait réellement, mais si elle voulait que je reprenne l'avantage soit, ça allait être facile. Qu'elle n'aille pas se plaindre après cependant, la punition serait sévère. Comme pour la pousser à continuer ses pas vers l'arrière, je rentre dans l'eau lentement, suivant son retrait jusqu'à ce qu'elle n'ait plus pied. Un sourcil s'arque brièvement avec un sourire l'air moqueur, sui semble vouloir dire : Tu t'attendais à t'échapper ? Ben voyons. Et quand toute échappatoire semble enfin hors de portée je me jette à l'eau, remontant à la surface juste contre elle et appuyant à demi sa tête sous l'eau avec une main. Sa bouche, son nez, étaient sous l'eau, la privant d'air, seul ses yeux et tout le haut de son visage paraissaient encore à la surface pour continuer de me toiser facilement. D'un regard cruel, je lui maintient cette moitié de visage sous l'eau avec un certain amusement, souriant.

Tu as peur ? Non, je suis sure que tu es excitée rien qu'à cette idée... celle que je te maintienne la tête sous l'eau de ma poigne féroce, sans même savoir combien de temps je pourrais continuer ça... Mais je la laisse respirer, et quand sa tête sort de l'eau je profite de sa bouche aspirant l'air pour y glisser ma culotte en boule, que j'avais préparer de mon autre main. Un simple bâillon de fortune chargé du gout fort de la cyprine. Ne t'en fais pas, je vais prendre un malin plaisir à t'étouffer, si c'est ce que tu veux tant... Je ne me m'arrêterais pas jusqu'à ce que tu gigote dans tous les sens en hurlant ta détresses, d'avoir pitié...

J'attache ensuite ses bras dans son dos avec la corde qu'elle avait tant utilisée contre moi. Autant dire que quand je la relâche, c'est le grand plongeon, droit comme un piqué dans les fonds ! Elle peut toujours se débattre faute de pouvoir nager, rien que l'idée de voir sa belle poitrine rebondir sous ses gesticulation m'excite d'avance. Après un petit moment à rigoler, je la rejoint sous l'eau et l'attrape férocement par les cheveux pour l'obliger à s'allonger dans le sable chaud, fesses bien à l'air et en évidences. Elle ne peut voir ce qui se passe mais je suis sure qu'elle peut sentir que quelques instant plus tard, la longueur rigide qui butte contre ses fesses est bien réelle. Il ne s'agit pas d'un jouet, après un peu de concentration et de magie, un long membre masculin épais pousse entre mes cuisses pour se caresser contre les fesses de l'aventurière. Avec la culotte dans la bouche, elle risquait de bien boire la tasse, mais bon le danger l'excitait non ? Alors, sans un mot pour annoncer les festivités, je me saisis de ses fesses, d'une main de chaque côté puis... pousse un grand coups de rein dedans ! Oh, c'est plus serrer que ça en a l'air, on a pas du profiter beaucoup de son derrière. Aller, un deuxième coups de reins à en enfoncer sa tête dans le sable un peu plus loin.

La prendre avec tant de férocité dès le début, avec en vue sa tête baignant dans le sable, les nombreuses bulles d'air qui quittent ses pauvres narines et sa bouche, laissant seconde après secondes ses joues s'enflammer et ses poumons se vider.... c'était un spectacle délicieux. Et que dire de sa belle chevelure brune verdâtre, qui flottait derrière sa tête comme un joli récif d'algue. Un nouveau coups puissant, suivit d'un autre, et encore d'un autre jusqu'à augmenter rapidement le rythme de cette sodomie, chargées de nombreuses fessées pour la tenir en haleine.

Je te détache une main, sort moi une ball-gag de ton portail, je veux sceller tes lèvres comme il se doit. Et sort moi aussi quelques objets originaux et intéressant, avant que le manque d'oxygène ne te laissent plus les idées claires...
11  Discussions / Blabla / Re : Le Questionnaire le: Juin 22, 2018, 03:47:27
Christina cordoula F&acirc;ch&eacute; brrrr cette voix agaçante, c'est horrible !

Le plat le plus bizarre que vous aillez mangé ?
12  Plan de Terra / Les contrées du Chaos / Re : Et... Plouf ! [PV : Lyli] le: Juin 22, 2018, 03:25:25
On peut dire que j'avais réussit mon coup, Maud était dans une impasse ! A demi étouffée, droguée, violée par les tentacules d'un monstre marin qui n'avait rien à voir avec la race humaine, qu'elle chérissait tant, la paladine devait ressentir une certaine humiliation. Elle pouvait encore se raccrocher à une porte de sortie, à cette faible lueur que tout cela finirait et qu'elle aurait droit à sa vengeance... La pauvre, si c'est là tout ce qui lui restait, même ce mince filet de lumière allait bientôt s'évanouir. Et ça commençait par sa petite feinte humide qui se transforma bientôt en rivière. Pas même besoin de la drogue, elle s'était humiliée toute seule en laissant exploser son orgasme sans avoir besoin d'artifice, autre que le monstre marin. Ses jambes tremblaient, s'agitaient, le fluide coulait et soudain, la déglutition à travers son bâillon boule. Un large sourire s'étira sur mes lèvres en comprenant qu'elle venait de perdre le combat et d'avaler la drogue, un sourire qui s'étira s'avantage en comprenant à quel point son petit ventre était élastique. Tiens, voila qui me donnait une autre idée.

Et ben alors petite paladine ? On a jouit ? On a aimé se faire prendre par une de ces créatures non humaine que l'ont déteste tant ? Tes petites jambes tremblent encore, c'est vraiment trop mignon !

Les tentacules la sortent de l'eau en l'enroulant toujours, sortant d'un coups sec celui qui était dans son intimité, faisant jaillir sa cyprine dans tous les sens. Je m'en approche, et lèche sa petite fente toute chaude, suçant les lèvres intimes comme un bonbon pour récupérer ce qui reste de son jus. Pendant ce temps, le tentacule se retire lentement de son anus en laissant retrouver à son ventre une taille plus normale. j'avais presque oubliée qu'elle était aussi svelte, mais j'étais aussi persuadé que je pourrais l'étirer encore plus si je trouvais de quoi bien remplir son petit ventre...

C'est une belle capacité que tu as là... tu vas pouvoir me servir de réservoir Lui dis-je en tapotant avec tendresse son bas ventre, pendant que le dernier tentacule lâcha Maud, l'envoyant valser au sol. Le cul à l'air, les mains ligotés dans le dos, et un bâillon boule dans la bouche, Maud était la parfaite victime, une victime au trou béant entre ses fesses, laissé par le kraken. Nul besoin de lui dire ce qui va se passer. Comme un vulgaire objet, sans un mot, je me saisis de ses deux fesses et commence à y frotter mon bassin contre. Elle ne voit toujours pas ou je veux en venir ? Pas grave, elle va bientôt le sentir ! Car sous l'excitation mon corps réagit et laisse paraitre l'une de ses particularité, celle de faire pousser un authentique membre entre mes cuisses. Le bâton de chaire s'allonge et butte entre ses fesses, sous mon rire sadique.

Je te sens devenir toute chaude, qu'est-ce qui se passe, tu es toute excitée ? Aurais-je oublier de dire que je t'ai faite avalé une quantité d'algue bien au dela de ce qui est recommandée ?

Normalement, au delà de deux algues, la substances narcotiques de celles-ci commencent à être dangereuses pour le corps et entrainent même de petites convulsions, des vertiges, et plus rarement des hallucinations sexuels et des pertes de mémoires. Je lui en avait fourrer une poignée au dela de la dose recommandée et elle avait tout avalé... Autant dire que son corps allait en plus de ressentir une excitation pire qu'un poison, de supplices que je ne connaissais ps moi même... j'avais hâte de voir comment son corps réagirait à cette sur-dose. Je ne lui avait bien sure pas dit tout ça et commençais à faire des vas et vient dans son derrière déjà tant écarté. Autant dire qu'il n'y avait aucun problème pour faire buter ses petites fesses contre mon bassin avec le travail qu'avait déjà effectué le tentacule.

J'ai oublié ton nom, tu peux me rappeler comment tu t'appelle déjà ?

Même sous le bâillon boule, je serais capable de reconnaitre le son, et si elle ne voulait pas me dire son nom alors, je lui taperait sèchement le cul pour la motiver, jusqu'à ce qu'elle me le redise à nouveau. Pourquoi je voulais l'entendre prononcer son nom quand je le lui demandait ? Alors que je ne l'avais pas oublier et que je savais qu'elle pourrait me répondre ? Pour tester les effets secondaires de la drogues. D'ailleurs je lui demanderait de me dire son nom toute les 5 minutes, jusqu'à ce qu'elle mette de plus en plus de temps à s'en souvenir, qu'elle se rende compte en paniquant qu'elle serait peu à peu en train de l'oublier. A ce moment, je lui en choisirait un nouveau ! Mais à force de jouer à ce petit jeu c'est moi qui me déconcentrait en rejetant sans m'en rendre compte ma frustration dans son derrière. Toute l'excitation accumulée par la scène précédente en tant que simple observatrice eu raison de moi. C'est une rasade puissante et chaude qui se déversa au fond du petit derrière de Maud, qui commençaient à devenir rouge tant que je lui claquait à chaque fois son jolie cul. En jouissant, je lui reposait encore une fois cette simple question.

Dis moi encore comment tu t'appelle.

Les jambes tremblantes, la dernière rasade jaillit et laisse une trainée blanchâtre et épaisse couler des commissures, laissé entre les parois de son cul et le sexe. Ce n'est rien face à ce qui a pu couler jusqu'au fond en remplissant son bas ventre, mais ce premier litre n'était que le prémisse d'une large punition. Déjà, mon bassin recommençait de nouveau ses vas et vient avec un seul but : Jouir plusieurs fois, jusqu'à remplir son ventre et lui donner l'allure humiliante d'une femme enceinte.
13  Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre / Le Parc d'attraction / Re : De l'urbex en milieu aqueux. [Lyli] le: Juin 20, 2018, 02:24:02
Etouffer, repousser ses limites, ou remonter en urgence, j'avais gagné ! Le plan était infaillible et n'importe quel humain paniquerait sous le besoin pressant d'air... Enfin ça, c'était dans ma tête ! Cette lycéenne avait plus d'un tours dans son sac et si j'avais d'abord profondément cru en ma victoire son dernier mouvement fut une surprise. Les humains étaient peut-être lents sous l'eau, mais j'avais l'impression que son aisance était déjà un peu plus remarquable que les normes, et surtout la stupeur aida à tomber dans ce piège. J'ouvris les yeux grand de stupeur et cracha quelques bulles sous la pression, et la surprise de ce baiser. Pas l'un de ces baiser amoureux de cinéma non, pas même l'un de ces doux câlin entre nos lèvres, plutôt un baiser de nécessité. Mon air fut aspiré et je pris la décision de ne pas l'interrompre, fermant à demi les yeux avec un petit air satisfait : je venais de trouver un adversaire intéressant.

Pas même de la peur dans son regard... pas même durant un seul instant... et avec cette aisance et son souffle aucun doute, elle...

... Elle possède une affinité ou une histoire de longue date avec l'eau. Alors quand elle se recule je la laisse faire, toujours ce même sourire et le regard ancré dans ses pupilles violettes. Je me lèche lentement les lèvres l'air de lui dire "toi, tu m'intéresse", et c'est réellement le fond de ma pensé en ce moment. J'aurais pu lui révéler être une sirène tout de suite mais je ne trouvais pas ça marrant, moi aussi j'allais créer la surprise ! Portant d'un coups sec et rapide une main devant ma bouche comme pour mimer que j'étais à bout de souffle, et qu'il s'agissait là de mon ultime geste pour ne pas boire la tasse, je commence à nager lentement vers la surface... Ou du moins je fais mine jusqu'à mon dernier geste bien plus rapide, bien trop rapide pour une humaine normale à vrai dire. Je lui saisit une couette et, à son image, l'empêche de se soustraire avec une poigne de fer. Elle veut de l'air ? Parfait, elle pouvait en avoir... et autant qu'elle le voulait même !

J'avais beau ne pas dévoiler encore ma nature, je laissais transparaitre une bonne partie de ma force très développée dans l'eau, pour l'entrainer au fond de l'eau. Prise dans cette étreinte, je l'embrasse de nouveau, un baiser bien plus prolongé mais qui a au moins le mérite de lui donner ce qu'elle veut : de l'air. J'expire vite, très vite, une quantité d'air à en réjouir ses poumons, mais... Une quantité trop importante... Sachant que je n'avais pas besoin de respirer sous l'eau et que je pouvais donc lui apporter de l'oxygène à l'infinie. Le problème, c'est que je lui coupais toute retraite en lui expirant de l'air à un rythme soutenu, lui en donnant bien plus qu'il en faut. J'essayais autrement dit d'hyperventiler ma proie, de lui apporter bien trop d'oxygène et bien plus que besoin ! Le garde lui était à la moitié de sa ronde et la lumière passait au dessus du bassin. Combien de temps allait-elle tenir ? Difficile à dire, car d'une, j'essayais de la déstabiliser en transformant ce baiser en un roulage de pelle indécent, et de deux, l'air que je lui apportait était un oxygène que j'avais déjà respirer moi même en premier lieux, donc chargé en CO2, comme une expiration classique. De quoi faire tourner la tête à n'importe qui à force.

La ou une personne classique étoufferait déjà et paniquerait, impossible de savoir ce qu'il en est de la jeune fille un peu trop téméraire. Je retiens juste cette étreinte pendant une longue minute, en l'aidant à respirer, en la gavant de cet air impur et en roulant de force ma langue dans la sienne... Mais d'une manière fortement plaisante.

Quan enfin, le garde qui fini par se gratter la tête d'un air suspicieux éteint sa torche et fait demi-tours. Je ne relâche pas tout de suite la pression mais lorsque je le fait enfin je m'écarte en prenant une bonne distance, remontant à la surface de mon propre côté, celui devant l'échelle d'accès bien entendu ! Quel serait la réaction de cette petite effrontée maintenant !
14  Plan de Terra / Les contrées du Chaos / Re : Et... Plouf ! [PV : Lyli] le: Juin 13, 2018, 12:43:42
Les bulles d'air, les gémissements étouffés, les tentacules qui gigotent en elle et enflent son bas ventre : le spectacle est magnifique. La paladin le méritait tant que la scène possédait un charme fou, étincelant. J'en voulais encore plus, mais elle ne devait pas perdre connaissance ou le sort réservé serait bien moins amusant. Elle devait restée parfaitement consciente de ce qu'elle subissait et le kraken remonta son visage à la surface pour qu'elle puisse respirer... Juste un peu, juste assez brièvement pour qu'elle puisse se gorger d'air puis c'est le retour sous la flotte, et le tentacule qui revient dan sa bouche. Là encore elle n'y reste pas longtemps et une longue série d'allée et retour entre la surface et l'eau lui font sortir et remettre la tête sous l'eau à répétition, faisant suffoquer. Haut, bas, haut, bas et toujours ses inspiration profonde avant de retourner boire la tasse, jusqu'à ce qu'enfin, son visage ne reste hors de l'eau, tentacule hors de sa bouche.

T'es trop mignonne, t'es adorable ! Je vais y aller doucement pour prendre tout mon temps et en profiter.

Je profite de son essoufflement pour lui enfoncer une bonne grosse poignée d'algue dans la bouche, lui remplissant bien l'intérieur des joues et les faisant gonfler comme un petit hamster. Je garde ma main devant pour qu'elle ne les recrache pas, tant leurs gout est amer, puis de l'autre, je lui glisse avec une belle dextérité un ball-gag de couleur rouge, pour la faire taire, l'humilier, et l'empêcher de recracher ça. Oui, j'avais profité de mon escapade pour acheter pas mal d'accessoires.

C'est une algue toxique, mais ne t'en fais pas, ce n'est pas le genre à empoisonner... sa substance affole juste les hormones. Je lui agrippe les cheveux alors qu'un tentacule est toujours bien logé dans son cul et continue de se tortiller, gonflant peu à peu son bas ventre. Tu auras d'abord chaud, ton coeur va s'affoler comme une véritable cocote-minute... Puis tu seras excitée, bien trop, tu seras anormalement excité et jouir ne comblera pas ce manque... A force, tu seras excitée au point d'en pleurer...

Son excitation allait devenir peu à peu un supplice, mais pas tout de suite, l'effet monterait crescendo. Quand cela arriverait, je l'imaginais déjà bien attachée, pleurant à grosses larmes en me suppliant de soulager sa petite fente en feu, encore et encore comme un vulgaire animal en chaleur. En attendant ce délicieux moment la voila qui retournait à l'eau avec son bâillon boule sur les lèvres. Le tentacule dans son anus prends volume et écarte ses parois pour lui faire mal et... aussi la faire mouiller ! Oh oui j'en étais sure, elle devait mouiller par instinct et ce serait encore plus visible quand elle avalerait enfin les algues. Elle ne pouvait pas les garder indéfiniment dans sa bouche scellée et devrait les avaler au bout d'un moment ! La suite n'allait d'ailleurs pas l'aider à ne pas céder, puisque deux petite tentacule commençaient à s'enroule autours de ses petits seins. Les ventouses bien collés contre ses tétons les aspiraient et tiraient en arrière. L'effet collant des ventouses provoquaient de long tiraillements en restant bien collés sur sa petite poitrine.

Oh mais son petit ventre aussi semble bien solide et élastique... on va bien s'amuser !

Et comme elle était résistante nulle besoin de dire que j'y avais mis la bonne dose de cheval au niveau des algues qui allaient la droguer. Mais surement pour l'humilier je voulais qu'elle jouisse avant qu'elle n'ait cette excuse d'être droguée. Pour cette raison, le tentacule dans son derrière s'activa avec plus de férocité et de violence, alors qu'un autre rejoignait cette danse en se glissant par devant. Il fut facile de glisser dans sa fente et de s'y enfoncer longuement, malgré les tentacules qui collaient à moitié contre ses parois intimes. Plus elle s'enfonçait plus il était difficile d'avancer, et celle-ci alla bien moins loin que dans son derrière. Le tentacule dans son anus s'enfonça d'ailleurs enfin complètement à l'intérieur, élargissant le cul de la paladin exagérément tant la base de l'appendice était large comparé au reste.

Elle était désormais prise par ses deux orifices, les seins martyrisés, ligotée et bâillonné, le ventre gonflé. En prime, elle ne pouvait que suffoquer sous la surface et laisser son petit nez se remplir d'eau... jusqu'à ce qu'elle ne se décide à jouir et à avaler cette drogue en totalité.
15  Plan de Terra / Les contrées du Chaos / Re : La Belle Sirène [Lyli] le: Juin 13, 2018, 12:42:25
Un ange ? C'était des créatures vraiment rares, je n'en avait encore jamais vu aucun et ma curiosité poussa presque une certaine lueur dans mes yeux. Cupidon, l'ange de l'amour ? Si j'étais loin de me douter ce qu signifiait ce titre et la personnalité que j'avais devant moi, il était au moins sure les anges dégageaient une aura convaincante... un charme Innocent et envoutant. L'ange de l'amour hein... Elle devait surement mériter cette appellation. Je n'imaginais pas les anges avec des oreilles si pointues cependant, presque elfiques, bien qu'elles fassent intégrantes parties de son charme, tout comme des cheveux d'un joli rose. Il fallait mieux s'arrêter là de toute façon, chaque parcelles de sa peau pourraient être étiqueté de magnifique... les anges étaient vraiment les sirènes des cieux. En parlant de sirène, d'ailleurs...

Cyanée...

Ce nom se répète comme un échos suite au sien, à voix basse. N'était-ce pas le nom employé par ces sirènes un peu plus tôt ? Alors l'élégante créature en question était vraiment elle, et elle était vraiment liée à une autre sirène. Qu'elle n'aille pas me faire croire que leurs relations s'arrête à des mots cependant... Connaissant le tempérament des sirènes difficile d'imaginer qu'un membre de mon espèce ne profite pas d'une si belle créature... D'ailleurs cette Cyanée allait beaucoup me servir, je ne la connaissait pas, mais elle allait m'offrir une porte grande ouverte !

Cyanée, oui je la connait parfaitement c'est... une sirène... comme moi
Ben bravo l'évidence....
Mais je suis un peu spécial, ce n'est pas vraiment une transformation pour moi, c'est une malédiction. J'ai trouvé un moyen de récupérer ma queue au contact de l'eau si je le veut, grâce à la potion concoctée par une autre sirène. Mais normalement, je ne possède que des jambes.

La sincérité était la base de toute relation, encore plus lorsqu'il s'agissait de gagner rapidement la confiance d'une inconnue. Sachant que je n'avais pas l'avantage hors de l'eau il ne fallait pas faire mauvaise impression ou la rendre suspicieuse à mon égard. Quelque chose me disait après tout, que je n'étais pas en danger si mes intentions paraissaient bonne. Elle avait l'air plutôt douce, presque enfantine, même si ses grandes ailes impressionnantes et pures pouvaient êtres effrayantes. Si elle s'envolait avec moi et que je ne touchais plus terre, qu'allait-il m'arriver ? Tiens, je ne me connaissais pas cette peur du vide, de ne plus du tout toucher terre. Pourtant ça devait être similaire à la sensation de nager...

C'est ça oui... c'est bien elle... c'est bien Cyanée qui m'envoie pour te tenir compagnie... elle ne voulait pas que tu restes seule.

Bon ok, il fallait être sincère mais pas trop non plus ! Je comptais clairement profiter de cette sirène dont je ne connaissais rien pour manipuler cet ange.

Mais pourquoi ne pas aller la voir toi même si tu l'aimes tant  ? Le royaume des sirènes n'est pas si loin, elle a déjà du t'y emmener non ? Elle a l'air de vachement te manquer en plus, les sirènes, ça ne fait pas que discuter avec les belles créatures... Lui dis-je d'un petit air coquin, comme si j'avais cerné l'étendue de leur relations.
Pages: [1] 2 3 ... 65
Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox