Le Grand Jeu

Ville de Seikusu, Kyoto, Japon, Terre => La zone industrielle => Discussion démarrée par: Doutzen Kroes le Décembre 04, 2017, 02:07:31



Titre: [FINI] Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Décembre 04, 2017, 02:07:31
Yuri (https://orig00.deviantart.net/9788/f/2010/055/0/5/052229b054ff4a6e679cfa6aeb41e6b3.jpg) jeta sa cigarette au sol, et l’écrasa du talon de sa chaussure proprement cirée, avant de se relever, délaissant la portière de sa voiture pour se rapprocher de l’entrepôt. Ce soir, il faisait très froid au port, un vent hivernal qui remontait le long des mers. On entendait les mâts cliqueter sur place, et, si on s’approchait davantage des quais, on pourrait entendre le bruit de grincement métallique des bateaux, les frottements des cordes les retenant, le roulement de la mer et des vagues. Yuri enfourna ses mains dans les poches de son gilet, levant la tête. Les nuages approchaient, la tempête se levait, mais le business était sacré, et s’accommodait des  intempéries climatiques. Yuri s’avança un peu, seul.

Personne ne l’accompagnait. Ce n’était pas un grand deal, et la police ne risquait pas de débarquer ici. Bien sûr, il risquait toujours de tomber sur des agents du S.H.I.E.L.D., une hypothèse à ne jamais exclure, mais Yuri était suffisamment prudent pour avoir organisé en toute discrétion cette transaction. Il rencontrait une fournisseuse venant de l’autre côté, une jeune femme en qui Reto nourrissait de grands espoirs.

Yuri avait d’ailleurs une offre très intéressante à lui faire, quelque chose qui allait bien au-delà de ce qu’ils avaient dit. Elle était au courant, bien sûr. La fille savait qu’elle avait affaire à un gros client. Yuri appartenait à la famille des Petrovski, un nom qui avait une résonance très particulière dans le crime organisé. C’était le nom d’une Mafia russe qui s’était lancée dans la contrebande dimensionnelle, grâce à des fournisseurs venant de Terra. Une activité bien plus concurrentielle que ce qu’on pouvait penser, car les Petrovski se heurtaient à la mainmise des Yakuzas sur le marché, notamment le clan des Guramu, qui prenaient une grande partie des parts du marché.

*C’est pour ça qu’il faut qu’on trouve des indépendants...*

En l’occurrence, le marché portait sur une série d’artefacts magiques récupérés à Nexus. Ce qui était rare se vendant bien, il n’y avait qu’intérêt à ce que des contrebandiers de Nexus trouvent des clients ici. Yuri rentra donc dans l’entrepôt par une porte latérale. C’est là qu’il devait rencontrer la jeune femme. Elle était sans doute déjà là, et, en venant seul, il lui assurait ainsi qu’il ne cherchait pas à la piéger.

*Les artefacts, d’abord, le reste ensuite...*

Il allait lui faire une offre qu’on ne pouvait pas refuser...


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Décembre 04, 2017, 04:14:25
Quelle idée j’avais eu de venir autant en avance sur l’horaire. Sur le moment, j’étais vraiment persuadée que c’était le minimum de précaution à prendre pour un rendez-vous comme celui, mais mes pauvres orteils commençaient sérieusement à regretter cette décision.
Je n’aurais vraiment pas dû prendre ces vieilles rangers noires, elles laissaient passer les courants d’air malgré les chaussettes en laine. Au moins, mon imper' délavé m’aidait à supporter le froid, en plus, je trouvais qu’il me donnait un style rétro. C’était bien le moment de songer à ça. Je remontais mon écharpe jusque sur le nez et me frottait nerveusement les épaules.

A mon arrivée, le froid était pourtant largement supportable, surtout qu’il faut bien l’avouer, j’étais sacrément nerveuse à tel point que je n’ai pas pu me retenir de faire cinq fois le tour de l’entrepôt par précaution. D’accord, crapahuter en long, en large et en travers ça réchauffait. Mais en fin de compte, tout s'est avéré réglo et résultat, je n’avais plus qu’à patienter.
Et me voilà, à me peler le cul dans ce fichu entrepôt ouvert à tous les vents en attendant que le client se pointe. Au moins, à force de vérifier le coin et de poireauter, j’étais certaine qu’il n’y avait pas d’embuscade de prévu. Certes, j’avais emporté ma barre de fer, attachée dans le dos comme d’habitude, mais avec cette technologie terrienne, je n’étais pas certaine que ça fasse une différence.

Un moteur d’une voiture bien entretenu se fit entendre sur le port. Enfin de l’activité ! J’en étais venu à souhaiter qu’il se passe quelque chose avant de choper définitivement des engelures. Ce deal me jouait sur les nerfs.
C’était quand même une transaction où je ne pouvais rien négliger même si je n’étais pas spécialement enthousiaste à l’idée de ce marché. Dans un sens, c’était toujours bien d’avoir de bons contacts et surtout des gros clients comme les Petrovski, en particulier sur Terre où j’avais moins de facilités. Mais d’un autre côté, c’était la mafia, et merde, j’avais intérêt à marcher sur des œufs si je ne voulais pas finir au fond du port.

Je vérifiais mon gros sac à dos. Les artefacts étaient soigneusement emballés dans ce vieux sac de randonnée qui ne risquait pas d’attirer l’attention. Cette fois, je n’avais pas pris de la camelote, mais plutôt du haut de gamme même si je n’avais pourtant pas pris mes meilleurs produits. Je comptais bien garder une marge de manœuvre pour en mettre plein la vue avec mon "top du top" en cas de besoin.

Depuis mon poste d’observation, perché sur des énormes caisses de transports dans la pénombre, je pouvais voir le type s’avancer tranquillement dans l'entrepôt. Bien, pas de gorilles, il était tout seul. Je crachais le chewing-gum en silence, histoire de paraitre plus présentable et je descendis de mon perchoir en faisant le moins de bruit possible.

Je m’avançais directement dans l’allée lumineuse avec le sac à la main, histoire d’être bien en vue, je ne tenais vraiment pas à le surprendre. Une balle, c’est vite parti. Je ravalais ma salive en m’approchant sans me presser, après tout, j’étais nerveuse mais ce n’était pas la première fois que je devais marchander avec des types dangereux. Il en faudrait davantage pour que je fasse dans mon froc. Je toussotais pour m’éclaircir la voix et signaler ma présence.

- "Bonsoir."

Je soufflais sur une mèche mauve qui me tombait sur les yeux en examinant le type d'un œil critique. C’est l’heure des affaires.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Décembre 09, 2017, 03:40:06
Les indépendants devenaient de plus en plus rares, de nos jours. Avec le SHIELD qui fourrait son nez partout, ce genre de transactions devenaient de plus en plus difficiles à organiser. Yuri avait pris un luxe de précaution pour s’assurer de ne pas tomber dans un traquenard. Les Petrovski s’étaient récemment lancés dans le trafic interdimensionnel, troquant esclaves, artefacts et armes, ce qui avait fait d’eux les concurrents directs des Guramu, qui avaient jusqu’à présent un véritable monopole sur ce marché. Mais il y avait d’autres ennemis, autrement plus dangereux, que les Guramu à devoir gérer. Yuri était donc prudent, mais là, il devait bien admettre qu’il sentait le joli coup venir. Des projets, Yuri en avait, et, tout ce qu’il attendait de cette fille, c’était de l’ambition.

Il s’avança donc vers elle, jusqu’à la voir approcher. Ambiance industrielle, lueur sombre, on se serait crus dans un polar des années 1920’s, film à l’ambiance sombre avec Bogart en tête d’affiche, et la femme fatale en bas-résilles qui tirait sur sa cigarette avec des yeux vénéneux. Toute l’histoire des États-Unis.

« Yo. Sable, c’est ça ? Tu es... Plus petite que ce que je pensais. Je suis Yuri. Enchanté de te connaître. »

Une entrée en matière des plus banales, on aurait presque pu croire que les deux venaient à un speed dating En vrai, cette nana était plutôt bien foutue, avec un petit air de rebelle qui n’était pas sans lui déplaire, jurant avec celui de Doutzen. Yuri sourit légèrement, ce qui souleva sa barbe, puis jeta au sol le sac à dos qu’il tenait. Pas de mallette métallique rutilante avec des petites coupures, tout était entassé là-dedans.

« Fais voir ce que tu as à offrir. »

Elle pouvait tenter de le doubler, mais il suffisait de se renseigner un peu sur le milieu pour savoir que tenter de doubler la Mafia russe, c’était toujours une mauvaise idée. La gamine avait l’air honnête, et un brin nerveuse, confirmant aux yeux de Yuri qu’elle était encore une amatrice, qui voyait là le deal de sa vie. L’occasion de frapper un grand coup, et d’empocher un sacré pactole. Yuri ouvrit le sac à dos, et lui présenta une série de dollars. À Seikusu, on trouvait quelques endroits de change, et, même sur Terra, il existait des lieux illégaux où des bookmakers convertissaient l’argent terrien en argent terran. Il y a bien longtemps que le crime organisé s’était solidement structuré.

Yuri présenta donc le pognon, et inspecta ensuite les artefacts. Il y avait notamment des bijoux, des talismans, mais aussi des Materias, à savoir de la mana cristallisée permettant de générer un sort spécifique. Yuri en attrapa une, une Matéria verte, et se retourna, puis appuya dessus. La Matéria se mit à briller, et une langue de feu en jaillit brusquement, soufflant sur une partie de la ruelle.

« Woow, la vache ! Sacré matos ! »

Pas difficile de comprendre, en voyant ça, pourquoi les Guramu avaient tant la mainmise sur ce marché !

« Pas mal, ton stock. Si, si, je suis impressionné. Je te demanderais bien comment tu as mis la main sur un tel ensemble, mais... Une magicienne ne révèle jamais ses secrets, hey ? »

Yuri sourit lentement, et tendit sa main vers elle.

« Ça te plaît de toucher autant d’argent et d’être indépendante, pas vrai ? Je crois que toi et moi, on peut faire un deal... »

Un deal ? Si elle avait confiance... Mais, quand l’appât du gain frappait à votre porte, il était difficile de ne pas être au moins curieuse !


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Décembre 10, 2017, 02:47:04
Le type s’appelait donc Yuri. Je l’examinai discrètement pendant qu’il inspectait la marchandise contenu dans mon sac. Mouais. Il avait de la gueule, mais il affichait surtout assez d’assurance pour être bien plus qu’un simple homme de main. C’était le moment de lui en mettre plein la vue et de montrer que j’étais sérieuse, apte à devenir une partenaire potentielle.

Et tout ce fric, putain. Là pour le coup, c’était à moi d’avoir des étoiles dans les yeux. Des gros tas de blé, j’en avais déjà vu mais l’argent terrien c’était vraiment ce qu’il me fallait et je comptais bien en tirer parti. Le commerce, c’est bien, mais il est hors de question que je passe ma vie à courir les rues pour vendre la camelote aux touristes, sans parler de vivre dans ce taudis me servant de baraque. J’aspirai à mieux.

Avoir les contacts pour obtenir du matériel de première qualité, c’était une chose, mais trouver des clients capables d’allonger l’importante quantité d’oseille que ces bidules valaient, ça c’était autre chose. Cette transaction, c’était vraiment une opportunité pour gagner en stabilité financière, alors je ne devais pas la laisser filer. Certes, bosser avec la mafia, c’est risqué mais ça voudrait dire un futur client qui achète en grandes quantités et régulièrement des objets difficiles à écouler.

Pour l’instant, l’astuce était de trouver un juste milieu dans la négociation. Je devais paraitre intéressée sans pour autant être trop enthousiaste, montrer que je pouvais me débrouiller sans eux mais sans pour autant les négliger et leur manquer de respect. Merde, je réalisai à quel point j’avais intérêt à bien choisir mes mots. Je calai le sac d’argent contre ma botte et croisai les bras, observant Yuri s’amuser à tester les artefacts. Au moins, il était impressionné, un bon point pour moi.

Je pris mon mal en patience durant son inspection, affichant un sourire vague, ne trahissant ni impatience ni stress. Ouais bon, j’étais quand même un brin nerveuse. C’était la mafia, quand même. Rien de surprenant à appréhender un minimum, surtout quand je devais essayer d’arranger une association à plus ou moins long terme. Et coup de bol, il me tendit la main en me proposant de négocier un deal.

Bah merde, est-ce que c’est mon jour de chance ? Je lui serrai la main pour conclure la transaction du jour, me rappelant tout juste de ne pas me montrer trop enthousiaste. Ça pouvait être n’importe quelle offre après tout. Mieux valait jouer la prudence tant que je n’en savais pas plus, ce qui n’empêchait pas de rester diplomate.

- "Un deal ? Ça peut s’faire. C’est toujours sympa de bosser avec des clients aussi réputés que les Petrovski."

Et ouais, j’en profitai pour le flatter un peu. Après tou, ça ne coûtait rien, même si, franchement, c’était pas vraiment ma tasse de thé la lèche. D’un signe de tête, je lui désignai le sac plein d’artefacts qu’il tenait.

- "Pour des clients comme ça, j’peux me surpasser. Du matos bien meilleur et des fournisseurs sélectionnés parmi le gratin du milieu, ça vaut son pesant d’or. Tout dépend de l’offre…"

Honnêtement, je me sentais bien plus à l’aise ainsi. La négociation j’avais toujours baigné dedans, et ça me donnait l’impression de retomber dans des bottes tout confort même si j’étais loin d’avoir confiance en ce type. Il fallait certainement être un peu dingue pour fricoter avec la mafia, mais j’avais bien l’intention de tirer mon épingle du jeu.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Décembre 11, 2017, 01:51:24
Yuri sourit brièvement devant le compliment de la jeune femme, et répondit à sa manière :

« Si tu connaissais si bien notre réputation, petite, je ne crois pas que ‘‘sympa’’ serait le meilleur mot que tu emploierais pour la décrire. »

Sentant la nervosité de la jeune femme, Yuri rajouta rapidement, après quelques secondes, son visage sévère se fendant d’un léger sourire :

« Humour slave. »

Il se déplaça alors, et sortit de sa poche un paquet de cigarettes, et s’en grilla une, en offrant une par politesse à Sable. Elle était au moins intéressée, mais semblait se méprendre sur ce que Yuri souhaitait vraiment. Les artefacts magiques, les armes futuristes, tout ça, c’était cool, mais le secteur était très concurrentiel, et extrêmement bien surveillé par le SHIELD, et par d’autres agences. Les Petrovski hésitaient toujours un peu à s’y lancer pleinement, d’autant plus qu’ils risquaient alors définitivement une guerre ouverte avec les Guramu.

Puisqu’ils avaient un accord, Yuri fit signe à la femme de le suivre, et rejoignit sa voiture.

« On va attraper la crève dans ce trou, on va discuter à un endroit plus chaud. »

Il démarra la voiture, et une musique russe ne tarda pas à jaillir du lecteur intégré au véhicule : Krasiviy muzhchina (https://www.youtube.com/watch?v=5rMY6CTiTgI) de Xana. Yuri baissa le son, et quitta ensuite le port, roulant tranquillement. Silencieux, il s’arrêta devant un petit restaurant typique des dinner américains, un restaurant en bord de route, ouvert toute la nuit, avec de grandes vitres, un parking désert, et une station-service. Yuri s’y arrêta, coupa le contact, et fila dedans, invitant la nana à manger.

Portion de frites et café chaud à la main, il s’installa dans un coin, nullement nerveux à l’idée qu’on puisse le suivre.

« Bon... Le deal que je te propose, Sable, c’est sérieux. Rien à voir avec tes babioles et tes pistolets récupérés dans je ne sais quelle caisse. Là, je parle d’un truc où tu peux amasser un sacré gros paquet de cash. »

Yuri était, pour le coup, très sérieux.

« Ici, sur Terre, y a un business qui rapporte gros... L’esclavage. »

Il y allait lentement, distillant ses informations petit à petit. De toute façon, lui n’était que l’intermédiaire, mais, avant d’aller plus loin, il fallait au moins qu’il sache si, sur le principe, Sable allait les suivre...


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Décembre 11, 2017, 04:05:53
Ce type avait l’air de prendre un malin plaisir à jouer avec mon stress. Mentalement, je notai que je détestais à présent l’humour slave et refusait poliment sa cigarette dont je n’avais jamais supporté l’odeur. Cette soirée me filait décidément la nausée. J’avais l’impression de ne pas avoir tous les éléments en main, comme si ce type avait une idée derrière la tête et ça, je n’étais pas certaine que ça me plaise. Le problème, c’est que je n’avais pas vraiment le choix, je n’allais tout de même pas partir sur une simple intuition surtout maintenant que je m’étais montrée intéressée.

Mais quand même, ça ne m’enchantait pas de m’embarquer dans sa voiture. J’hésitai un instant devant la portière ouverte. Et puis merde, autant aller jusqu’au bout. Je saisis mon sac de fric pour le caler entre mes jambes tandis que je m’installai sur le siège passage. La musique soudaine me fit grincer des dents. Encore un truc que je déteste. Au moins, Yuri n’était pas d’humeur blagueuse et pour le coup, ça m’arrangeait vu sa dernière vanne en date. Je me contentai donc de regarder défiler les lumières le long de la route en prenant mon mal en patience, triturant par réflexe les bords du sac.

Sa voiture était tout confort, j’aurais presque pu y roupiller si je n’avais pas été autant aux aguets. Mine de rien, je ne savais toujours pas où il m’emmenait et venant de lui, je commençais à me dire que je n’allais peut-être pas aimer la surprise. Contre toute attente, le voyage s’arrêta devant un banal restaurant. D’accord, c’était quoi le plan ? Un diner d’affaire ?

Le sac d’argent sur l’épaule, je le suivis dans le bâtiment. Ça puait la friture là-dedans, et les haut-parleurs dévidaient une musique (https://www.youtube.com/watch?v=EqPtz5qN7HM) lancinante, mais bien plus agréable à mes oreilles que celle de Yuri. Je commandai juste une portion de frites similaire à celle du russe et un chocolat chaud, ouais je sais, ça pouvait paraitre ridicule mais cette odeur de café m’a toujours filé la gerbe.

Yuri se décida finalement à cracher la pilule. Dans un sens, ça me soulageait qu’il veuille me proposer un autre deal, car pendant un moment, j’ai vraiment cru qu’il allait m’arriver une tuile. Embarquée au fond de son coffre ou quelque chose dans ce goût là. Mais non. Il avait pris son ton sérieux et m’appris que j’avais proposé ma marchandise de luxe pour rien. Super, je sais bien que je ne vends pas forcément des trucs reluisants mais ça ne fait jamais plaisir de se l’entendre dire. Un grognement vexé s’échappa d’entre mes lèvres.

- "L’esclavage ? J’en ai entendu parler, ouais, des ventes de Terradines et autres dans le même genre. Mais c’est plus compliqué à mettre sur pied que transférer ces… babioles comme tu dis."

Sur le principe, je n’étais pas contre. La protection des animaux, c’était pas du tout mon problème et l’esclavage, ce n’était pas quelque chose qui allait m’empêcher de dormir. Ce qui me chiffonnait davantage dans l’histoire, c’était ce que Yuri attendait de moi.

- "Mais j’ai quoi à voir dans cette histoire moi ? Faire passer la marchandise ?"

Potentiellement, ça pouvait devenir intéressant. Mais hors de question que je m’avance trop avant de savoir dans quoi j'allais mettre les pieds.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Décembre 25, 2017, 05:17:44
Yuri n’aimait pas trop les musiques américaines. Sans doute son côté russe qui ressortait. Néanmoins, il allait faire avec, car il savait que ce restaurant était un endroit sûr, où il n’y avait pas d’agents du S.H.I.E.L.D. Le restaurant était en réalité une couverture pour les Petrovski. Qui aurait soupçonné la Mafia russe d’avoir comme planque un restaurant américain ? Mais le restaurant disposait surtout d’une technologie permettant de lutter contre les écoutes à distance, ce qui était très pratique quand on affrontait des types comme les agents en noir du S.H.I.E.L.D. Bien qu’intriguée, Alix désirait en savoir plus. Yuri continua à prouver qu’il était le maître à bord, en sortant un paquet de cigarettes de la poche intérieure de sa veste, en tendant une à la jeune femme.

« On a des contacts de l’autre côté de la barrière. Ce qu’il nous manque, c’est un passeur. Le secteur est bien plus concurrentiel que ce qu’on peut penser, car les passeurs sont les éléments de convergence entre les demandeurs de la Terre, et les offrants de Terra. »

C’était du commerce, tout simplement, mais à l’échelle dimensionnelle. La loi de l’offre et de la demande, avec des intermédiaires permettant aux différentes parties de se retrouver. Mais, si le marché était bien plus libre du côté de Terra, sur Terre, comme tous les Portails se regroupaient à Seikusu, les contrôles étaient bien plus dangereux.

« Tu as entendu parler du S.H.I.E.L.D. ? C’est une autorité de contrôle, des espèces de flics... Ils surveillent les Portails, et cherchent à neutraliser les passeurs, ou à les utiliser comme taupes. Il devient de plus en plus difficile de tomber sur un intermédiaire à qui on peut se fier. »

Alix devait commencer, sans aucun doute, à sentir la menace et la suspicion dans la voix de Yuri. En filigrane, ce dernier remettait en doute la bonne foi de la femme. Se pouvait-il qu’elle soit une agente double ? Qu’elle travaille pour le S.H.I.E.L.D. ? Le doute était toujours permis, car, dans ce métier, on ne pouvait se laisser aller à aucune certitude.

« Voilà la proposition, déclara-t-il simplement. Je n’en ferais pas deux, Alix Sable. Si tu refuses, on restera sur des deals d’artefacts, de grimoires, ce genre de trucs... Il n’y a aucun piège, je veux juste savoir jusqu’à quel point tu en veux... Et, bien sûr, si tu es d’accord, il va falloir nous prouver qu’on peut te faire confiance. »

Comment faire ? Yuri avait bien une petite idée, mais il attendait déjà de voir la réaction de la jeune femme à ses propositions...


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Décembre 28, 2017, 09:53:19
"Je fume pas, non merci."

C’est dingue comme les criminelles adorent discuter affaires avec la clope au bec. Franchement, c’est une habitude que j’estimai dégueulasse. Ça pue, et ton interlocuteur s’en prend plein le pif. Mais je ne trahis rien de ce sentiment, me contentant de refuser poliment la cigarette sans montrer aucun signe d’agacement.
En clair, ce type m’expliquait le fonctionnement du commerce. Ouais, d’accord, je vois. C’était certain à présent, il devait me prendre pour une amatrice. D’habitude, j’aurais balancé une remarque cinglante pour bien démontrer à quel point ce genre d’idée reçu me gonflait, mais je me retins étant donné qu’il ne s’agissait nullement d’un petit receleur du coin.

Non, je ne voulais définitivement pas me prendre une balle ou me faire tabasser parce que mon ego se trouvait un peu froissé. J’encaissai donc le discours en tâchant de conserver un air neutre. L’avantage, c’est que cet agacement passager avait dissipé une bonne partie de mon angoisse, si bien que j’envisageai de manière plus sereine la négociation avec Yuri.
Comme c’était prévisible, il balança sur la table le fameux sujet qui fâche. Je terminai mon chocolat chaud, gobant quelques frites en l’écoutant inexorablement mettre en doute ma fiabilité. Dans un sens, je pouvais comprendre, après tout, on ne se connaissait que depuis peu et rien ne pouvait indiquer mon honnêteté.

Là c’était sérieux. Le moment me semblait important puisque je devais prouver ma réelle volonté de faire affaire, et également ma bonne foi. Je mâchouillai pensivement une frite en laissant planer un long moment de silence, réfléchissant aux propos que j’allais tenir. La simplicité me semblait être la parfaite réponse. Je croisai les bras, regardant Yuri avec un regard franc.

"J’vais être franche. J’crois que les russes aiment bien ça, non ? J’ai pas envie de faire des ronds de jambes hypocrites donc, sauf votre respect, j’vais vous dire ce que je pense de tout ça."

Je m’humectai les lèvres, pesant bien mes mots. Merde, c’était quand même un moment important, alors hors de question de faire tout foirer en laissant place à l’interprétation.

"J’suis intéressée pour me lancer dans un boulot plus gros, j’compte pas rester dans la rue à ramasser les miettes toute ma vie. J’ai vaguement entendu parler de cette organisation mais j’ai jamais encore eu à faire à eux. Cela dit, c’est difficile à prouver là comme ça. Si la fouille est nécessaire, ça m’gène pas.
 
Maintenant, j’suis sérieuse, oublie la gamine inexpérimentée. J’suis compétente, fiable, j’sais me débrouiller seule, j’ai un réseau de contacts et j'sais faire face aux imprévus. Bref, si t’as une proposition pour moi, j’suis à l’écoute à cent pour cent. J’suis prête à entendre du concret, pas besoin de prendre des gants avec moi."

Evidemment, l’idée n’était pas de paraitre agressive. Au contraire, je voulais simplement donner l’image d’une partenaire sérieuse, et non pas une amatrice mal fringuée à peine sortie du caniveau.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Janvier 03, 2018, 03:55:39
Yuri lui proposait quelque chose de gros. De boxer dans une autre catégorie. De faire vraiment affaire avec la Mafia russe, avec des réseaux criminels organisés, de vivre une vie où elle devrait s’attendre à tuer, à se battre, à être traquée, et à s’en mettre plein les poches. L’esclavage n’avait jamais cessé d’exister sur Terre. Son abolition officielle n’avait fait que l’amener à agir sous des formes différentes. L’exploitation de l’Homme par l’Homme avait toujours été un business très rentable, qui s’était toujours exercée, tant légalement, qu’illégalement. Et l’esclavage transdimensionnel rapportait une fortune. Les nekos s’arrachaient à prix d’or au marché terrien. Oligarques russes, émirs du Proche-Orient, riches hommes d’affaires occidentaux… On trouvait toujours du monde pour en acheter, et les prix défiaient toute concurrence. Pendant des années, les Guramu s’étaient gavés en usant pour eux de toutes les parts du gâteau. Maintenant, la concurrence se développait, et les Petrovski comptaient bien développer leur activité là-dedans. C’est à ce niveau que la jeune Sable allait présenter son utilité.

Elle assura à Yuri être fin prête pour tout, et ce dernier hocha lentement la tête. L’honnêteté… Oui, il appréciait ça. Contrairement aux vendeurs de tapis occidentaux ou arabes, les Russes avaient toujours été un peuple très franc. Du moins, c’est comme ça que Yuri concevait les choses.

«  Okay, petite. »

Yuri reposa sa cigarette, puis glissa sa maind ans la poche intérieure de son veston, et en sortit une liasse de photos. Alix put y voir une série de nekos, de kitsunes, et autres créatures félines et poilues. Elles étaient des cages, enchaînées, attachées, retenues en laisse par des colliers. Nues pour la plupart, elles pleuraient, terrorisées, fixant silencieusement l’objectif des caméras. Yuri invita Alix à regarder les photos, tout en étudiant soigneusement son visage.

« Ces trucs-là, ça se vend une fortune. Voilà ce que je te propose, ni plus, ni moins. Tu toucheras un pourcentage de toutes les ventes qu’on fera. Disons… 5% au début. Ça paraît pas beaucoup, mais c’est tout un trafic que ces ventes font. 5% en moyenne, ça fait… En euro… 50 000 € par vente en moyenne. »

Généralement, les Terranides se revendaient autour du million l’unité. Ce qui est rare se vend cher, c’était l’une des règles fondamentales du commerce, et les étrangers s’arrachaient les nekos, les kitsunes, toutes ces horreurs poilues mi-félines. Yuri n’avait aucun dose de kawai en lui, rien qui puisse le rendre sensible à la souffrance de leur condition. Il ne voyait que des sauvages, qui ne parlaient pas un seul mot pour la plupart. Autant dire que ces Terranides n’étaient pas destinés à un sort heureux, et Yuri voulait s’assurer qu’Alix Sable n’ait aucun problème moral avec ça.

Yuri sortit ensuite une ultime photo.

« Avec le temps, on pourra négocier ta commission, si ce que tu nous rapportes se vend bien. Mais, avant tout ça, y va falloir qu’on s’assure que tu en as dans le ventre, et que jouer l’esclavagiste ne te dérange pas. Regarde… »

Il déposa la photo. On pouvait y voir le visage d’une magnifique blonde, le visage partiellement recouvert par une frange. Elle avait un superbe œil bleu. C’était Doutzen Kroes, mais ça, Alix Sable ne pouvait que l’ignorer.

« Voilà le test… Je veux que tu brutalises cette fille pendant une nuit. Tu la connais pas, elle t’a rien fait, mais dis-toi que c’est ton premier essai. Montre-moi ce que tu as dans le ventre avec elle. Domine-là. Fais-en ta petite pute, et, si tu y arrives, le marché sera conclu. »


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Janvier 03, 2018, 04:32:14
La tension monta d’un cran, du moins de mon côté, après avoir ma franche tirade. Ce serait mentir d’affirmer que je ne flippai pas. Si Yuri prenait mal ma déclaration, ça allait mal sentir le roussi pour mon cul, et je fus un brin tendu en le voyant fouiller dans sa poche. Le "petite" aurait pu me vexer, mais je ne m’en formalisai pas, comprenant que le slave avait finalement choisi d’entrer dans le vif du sujet.

La morale pour moi, ça a toujours été une notion à géométrie variable. Dans le monde des affaires, c’était comme tout le reste, un élément soumis à la loi du marché et rien de plus. Tant que ça rapporte du fric, la morale peut être utile mais sinon… Rien à cirer, c’était bon à mettre de côté. Je m’étais donc préparée mentalement à mettre les pieds dans un business limite à ce niveau. Alors quand Yuri posa ses photos sur la table, ça ne me fit ni chaud ni froid.

Étalant les clichés pour mieux les examiner, je m’aperçus que  non, décidément, je n’avais même pas besoin de mimer l’indifférence, ça ne me faisait vraiment rien du tout. En réalité, c’était même incompréhensible à mes yeux que l’on puisse trouver un quelconque intérêt à dépenser du fric pour… ces trucs ? Je me grattai la joue, perplexe. Ces créatures me semblaient moches, et même carrément bizarres avec cette moitié animale qui ne m’inspirait rien du tout. A se demander si ces machins savaient même parler.

"Mouais, j’ai du mal à voir pourquoi on peut claquer autant de pognons pour ces trucs mais soit, chacun ses goûts je suppose… Impressionnant quand même, le prix pour ça."

Honnêtement, j’étais même plus qu’impressionnée de l’argent qu’on pouvait se faire dans ce commerce. En réfléchissant à la conversion, c’était bien plus que mon salaire annuel actuel et à ce prix là, je m’en tapai pas mal du devenir de ces animaux. Définitivement, l’affaire m’intéressait, c’était même beaucoup trop beau pour laisser passer une occasion pareille. Au final, il fallait juste que je fasse passer des marchandises vivantes plutôt que de simples objets. Hochant la tête pour revenir à des éléments plus concrets, je levai les yeux pour regarder mon interlocuteur, réfléchissant déjà aux moyens que j'allais devoir mettre en œuvre.

"Ok donc, le but ce serait de trouver des vendeurs de l’autre côté, et de vous faire passer tout ça. Va falloir que je m’organise un peu avant mais ça me parait faisable… C’est quoi ça ?..."

Je me penchai pour regarder la nouvelle photo présentée par Yuri. Ce n’était pas une de ces Terranides moches, non ? Fronçant les sourcils, j’écoutai l’explication de l’homme et fut littéralement sur le cul. Attends, c’est sérieux ? Je ne voyais pas vraiment le rapport avec le commerce, mais en gros, ce type voulait mettre à l’épreuve mon sens moral en brutalisant une inconnue… Si j’ai bien saisi.

"Euh… C’est pas encore de l’humour slave ? Parce que c’est un peu surprenant là."

Surprenant et même pire. Mes yeux s'arrondirent de surprise. J’étais sidérée même si j’essayai de garder un visage perplexe pour ne pas tout gâcher. Forcément, c’était prévisible d’avoir une requête spéciale, m’attendant à devoir prouver mes capacités mais là… Je n’étais pas du tout expérimentée dans ce domaine mais en même temps, rentrer dans un business de ventes à 50 000€, il leur fallait bien des garanties de ma part. Alors si c’était pour une nuit, j’avais tout intérêt à me montrer sûre de moi.

"Mouais bon, si ça peut te rassurer sur mes intentions, pourquoi pas. C’est spécial comme demande mais bon, d’accord, je le ferai sans problème. On fait ça quand ?"

Sans problème, c’était un peu exagéré. Au lit, j’étais loin d’avoir une fibre dominatrice, cependant, il fallait vraiment conclure cette affaire. Après m’avoir fait miroiter tout ce fric, je n’allais pas reculer pour une simple affaire de cul, quand bien même mon imagination allait devoir carburer pour trouver de quoi donner l'illusion. Examinant pensivement la photo de Doutzen, je réfléchissais intensément sur la procédure à suivre pour réussir ce test sans décevoir la mafia.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Janvier 03, 2018, 06:25:06
« Nos méthodes t’étonnent ? Tu pensais que nous allions célébrer ça autour d’une coupe de vodka ? Ma chérie, je te l’ai dit, tu t’engages dans la cour des grands, il faut qu’on sache si tu as les tripes pour ce business. Ton boulo,t ça sera de convoyer des esclaves d’un point A à un point B. Il faut que tu les domines sans les martyriser. Ces trucs mignons, kn doit les avoir intacts. T’imagines pas comment on les soigne et on les pouponne quand on les reçoit, ça fait vendre. Si on reçoit de la cargaison mutilée, en sang, ça perd toute sa valeur. Et, au million d’euros l’unité, ça fait un sacré trou dans la compta’ parce qu’un con de dresseur a préféré frapper avec le fouet plutôt que de baiser son esclave. »

Yuri parlait très crûment, mais les deux étaient maintenant au-delà des civilités. Il fumait encore, et tira sur son cigare, tout en avalant un peu de son verre, et poursuivit ensuite :

« Ensuite… j’vais pas te mentir, on teste ta loyauté, mais on a aussi quelque chose contre toi, si jamais l’envie te prendrait de nous doubler. On sait jamais, et, dans ce métier, on doit être parano’. Je te le dis par honnêteté, on a tous un dossier sur tout le monde. Si je trahis mon chef, demain, j’vais avoir un sacré paquet d’emmerdes. Et, si mon chef nous trahit, le chef de mon chef fera tomber le couperet. C’est comme ça que ça marche. Bienvenue chez les Russes. »

Tout ça devait sembler impressionnant pour Alix, et elle était visiblement un peu troublée de devoir faire ça. Cependant, Yuri était sérieux. Il avait exposé les deux raisons. Premièrement, s’assurer d’avoir affaire à une femme qui ne se laissera pas attendrir par les esclaves, et saura les calmer comme il le faut.

« On va commencer dès ce soir, beauté. J’espère que tu n’avais rien de prévu. Navré de te presser comme ça, mais tu comprendras que, vu ce dont on parle, je préfère vite faire ton baptême du feu. »

C’était aussi un moyen de s’assurer qu’Alix puisse se rendre disponible. Dans ce trafic, il n’y avait pas de place pour les congés, ou pour les repos, quand une urgence vous tombait dessus. Yuri appela Reto, et lui parla brièvement, en russe, annonçant qu’Alix était prête. Hors-de-question, pour l’heure, de la conduire chez Reto. Ce dernier lui indiqua oralement les coordonnées, puis Yuri acquiesça, et raccrocha.

Il fit signe à Alix, et le duo sortit. Yuri retourna dans sa voiture, et démarra. Ils retournèrent vers la zone industrielle, mais allèrent vers l’intérieur des terres. Il y avait ici de multiples usines et entrepôts, dont beaucoup étaient encore en activité. Ils s’arrêtèrent devant les grilles d’un entrepôt de poissonnerie. Les grilles s’ouvrirent alors, et Yuri entra, avant de se garer devant l’entrepôt, éclairant de ses phares plusieurs individus.

« Bon… La nana que tu vas voir s’appelle Doutzen. Elle est très précieuse à nos yeux, et est un parfait test pour toi. Défense de la battre… Trop fort, en tout cas. Elle jouera parfaitement son rôle, à toi d’assurer le mieux possible. »

Ils entrèrent dans l’entrepôt. On pouvait voir des cagettes ici et là, avec du poisson, mais, surtout, des fins sachets de poudre blanche. L’endroit servait clairement de couverture pour les activités illégales des Petrovski. Yuri croisa quelques complices, et grimpa des marches en bois, rejoignant une porte. Il posa sa main sur la poignée.

« Ça se passe derrière. Laisse parler tes instincts, petite. »

C’était une scène probablement surréaliste pour Alix, mais elle était bel et bien là, engagée. La porte s’ouvrit.

À l’intérieur, il y avait un lit, assez confortable, avec une jeune femme blonde, portant une robe rouge, des gants rouges remontant à mi-bras, et des bottes rouges. Sur la droite, une commode comprenant divers jouets, pilules, et autres instruments. Doutzen, couchée, releva la tête vers la femme. Un léger silence gênant s’installa, avant que Doutzen ne prenne la parole, en sentant vite le malaise de la jeune femme :

« Alors, c’est toi… Je ne sais pas trop qui tu es, mais moi, je suis Doutzen. On m’a dit que tu devais jouer avec moi… Me montrer ce que tu as dans les tripes. Mais je me demande si ce n’est pas à moi de faire ça, tu n’as pas l’air très taillé pour ce rôle… »


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Janvier 03, 2018, 09:30:44
Intérieurement, il me semblait fondre au fur et à mesure que la fin de cette entrevue approchait. C’est sûr, les arguments de Yuri étaient valables, mais je n’arrivai pas à me départir de l’idée que j’étais coincée. Ouais certes, il fallait s’attendre à une demande loufoque pour tester mes nerfs, mais j’aurais mille fois préféré un truc qui ne soit pas porté sur le cul. Hors de question de se dégonfler mais tout ça me prenait de cours.

Avoir quelque chose contre moi ? Je ne voyais pas bien en quoi le fait de baiser une inconnue allait être un argument contre moi. Ce n’est pas comme si révéler ce scandale à quelqu’un allait me porter un coup vu que je n’avais tout simplement personne, n’étant pas mariée ou quoi que ce soit. Mais peu importe, je me gardais bien de le préciser. Yuri était visiblement sérieux, et pour ce coup là, j’aurais largement préféré une nouvelle vanne d’humour slave.

Mais le coup de grâce était encore à venir. Maintenant ? Bordel, là c’était la merde. En me laissant quelques jours, j’aurais pu me renseigner sur la manière de procéder, mais là… Comment j’étais sensée dire un truc aussi stupide ? Que j’étais une nana de vingt ans avec une expérience de merde au lit, et que j’avais aucune idée du comment dominer quelqu’un ? Putain, j’allais passer pour une demeurée si je sortais ça.

Non, la seule manière pour l’instant, c’est de le suivre en faisant bonne figure. Ce que je fis en silence, masquant mon trac sans piper un moment durant tout le trajet en voiture. Dans ma tête, je carburai un tas de scénarios clichés et totalement pathétique sur la domination sexuelle. Arrivant à l’entrepôt, j’étais un brin perplexe. C’est quoi ce coin ? Ça puait la marée bordel, mais je suppose qu’il s’agissait d’un endroit leur appartenant.

"Doutzen ok… J’vais faire de mon mieux, ça marche."

J’essayai d’avoir l’air assurée mais je m’en menais pas large en suivant Yuri au travers de l’entrepôt. En jetant un coup d’œil, j’estimai que le coin était sûrement blindé d’autres hommes de mains, peut-être même de marchandise illégale ce qui me fit penser une chose. J’allais être surveillée, peut-être même par des caméras. Autant dire que je n’avais aucun choix possible après avoir mis les pieds dans le plat. Mais putain, jamais je n'aurais imaginé avoir ce genre de test.

"Mouais… On va faire ça."

A ce stade, il me semblait être épiée de toute part. Entrant dans la pièce ouverte par Yuri, je fus sidérée de découvrir une véritable chambre alors que nous étions au beau milieu des cages à maquereaux.  Ah les cons, ils ont été jusqu’à prévoir tout ça. Et forcément, il y avait la femme de la photo, qui était évidemment superbe mais ça n’allait pas changer mon problème. Je fermai la porte derrière moi, marquant un gros blanc gêné en observant les jouets et cette Doutzen allongée sur le lit. Dans cette situation, il me semblait être un gros pigeon essayant de piger comment ouvrir un sachet de graines.

"Alix… Et vas-y, fous-toi de ma gueule. Au point où j’en suis, c’est pas du ridicule supplémentaire qui va me tuer. Fais chier."

Impossible de m’empêcher de jurer tant la colère montait. Même en réfléchissant dans tous les sens, il n’y avait aucune alternative à la situation actuelle ou du moins, je n’en voyais qu’une. Le problème c’est que manifestement, cette femme avait toute les raisons de ne pas me prendre au sérieux et c’était légitime. D’abord, parce que mon malaise se lisait sur ma tronche, et parce qu’à sa façon de causer, elle était certainement plus expérimentée que moi.

"‘Doit y avoir des caméras non ? De toute façon, tu vas tout leur rapporter j’imagine. Putain ça me gonfle, j’peux me faire respecter sans avoir à fourrer quelqu’un, bordel."

De rage, je balançai un coup de pied sur le meuble supportant les jouets, ce qui en fit valser quelques-uns. Ce n’était pas possible, je n’allais pas pouvoir y couper. Si je sortais pour laisser tomber, non seulement je pouvais dire adieu au marché, mais je prends le risque de me prendre un retour de bâton en pleine figure. Vexer la mafia, ça pouvait être plus que dangereux.

Quant à la fille, aucune chance qu’elle me file un coup de main, c’était d’ailleurs probablement elle qui allait faire son rapport aux grands patrons ensuite. Et je devais absolument faire ce qu’on me demandait, mais comment ? Je n’en avais aucune idée, et elle devait déjà me considérer comme incapable d’y arriver. Et de toute façon, cette situation n’a rien de stimulante pour moi. M’asseyant sur le bord du lit en lui tournant le dos, je me passai une main dans les cheveux en fixant le mur.

"Laisse-moi réfléchir à cette connerie de situation."


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Janvier 04, 2018, 03:55:11
Doutzen était le Petit Chaperon Rouge de Reto Kroes. Une arme fatale et redoutable. Elle était ce qui avait permis à Reto de s’élever au sein des Petrovski, de devenir un lieutenant de premier plan. Son rôle ? Séduire. Tromper. Récolter. Elle séduisait des hommes puissants, ou des femmes, et profitait de sa proximité avec eux pour obtenir des informations confidentielles, ou tout simplement pour les faire chanter. Certes, la majorité sexuelle était fixée à 13 ans au Japon, mais, dans un pays aussi conservateur, et où le mariage avait une grande importance, il ne faisait jamais bon ménage d’apprendre qu’un père de famille en apparence respectable avait sodomisé toute la nuit une belle gaijin blonde. Dans le conte, personne ne se méfiait du Petit Chaperon Rouge. On ne se méfiait pas du Chaperon Rouge. On devrait le faire, car, quand le Grand Méchant Loup s’alliait avec le Petit Chaperon Rouge, leur tandem était redoutable.

La jeune Doutzen était habituée à des demandes loufoques, et celle-ci, elle l’avait déjà fait. Elle vit rapidement qu’Alix était jeune, ayant visiblement sa tranche d’âge, et sourit lentement. Yuri avait dû lui faire son grand numéro, comme à son habitude. C’était un grand acteur, et il aimait beaucoup Doutzen. Ils avaient déjà fait l’amour, bien sûr, mais Yuri avait tendance à se voir comme un grand-frère avec elle. Lorsqu’elle faisait le Chaperon Rouge, c’était lui qui veillait sur elle, qui la conduisait, qui la ramenait, et la protégeait. Elle sourit en voyant la femme s’asseoir sur le rebord du lit, visiblement désespérée.

En soi, Doutzen n’avait pas vraiment de pitié pour elle. Elle ignorait ce qu’elle faisait là, mais, si elle faisait affaire avec les Petrovski, c’est qu’elle n’était sûrement pas une bonne personne. Mais bon, qui était-elle pour juger ? Elle-même avait déjà trahi bien des gens, et avait sûrement, par ses actions, provoqué bien des drames. À force, elle avait appris à relativiser. Doutzen ignorait qu’Alix devait servir pour participer à des activités d’esclavage. Si elle l’avait appris, elle en aurait sans doute été offusquée, mais, étant elle-même une esclave, elle n’avait, là encore, qu’une faible marge de manœuvre.

Doutzen se déplaça alors, et se hissa sur ses genoux, puis posa brusquement chacune de ses mains sur les épaules de la femme.

« Yuri t’a fait le coup des caméras, hein ? Laisse-moi te dire une chose, Alix… »

Doutzen lui sourit légèrement, ses seins mis presque sous le nez de la jeune femme.

« Je suis bien trop précieuse aux yeux des Petrovski pour qu’on laisse une inconnue me faire du mal. Quoi que Yuri t’ait dit, c’était un mensonge. Il n’y a aucune caméra ici, rien d’autre que moi… »

Qu’est-ce que tout cela voulait dire ? Qui croire ? Doutzen, ou Yuri ? Elle se pencha vers la femme, et caressa sa joue d’une main. Doutzen sentait l’hostilité d’Alix, sa raideur… Sa nervosité.

« Tu es ici pour passer une bonne soirée en ma compagnie, tout simplement… Et pour évaluer ton comportement sexuel. Je sais que tout cela semble idiot, mais, quand tu vivras longtemps à Seikusu, tu comprendras que le sexe est un pilier sous-jacent ici… »

Le visage de Doutzen se rapprocha de celui de la femme, et elle alla l’embrasser.

« Est-ce que tu es du genre soumise ou dominatrice au lit ? »

C’était la principale question à laquelle Doutzen devait répondre. Pour Reto, le comportement sexuel d’une personne constituait sa parfaite carte d’identité. Restait ensuite à savoir ce que Reto ferait avec les informations que son fidèle Chaperon Rouge ne manquerait pas de lui communiquer… Mais ça, Doutzen n’était pas dans la tête de Reto pour le savoir !


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Janvier 04, 2018, 03:35:25
A force de réfléchir et de disséquer tous les scénarios possibles, mon crâne me donnait l’impression d’être au bord de l’explosion. Une alternative, il m’en fallait une absolument. Ouais, c’est sûr, la plupart des types qu’ils ont engagé, n’auraient probablement eu aucun souci à choper cette blonde pour la foutre à poil, et en faire leur petite pute comme l’avait dit Yuri. Seulement moi, ça me bloquait complètement.

Déjà parce que cette situation n’avait absolument rien d’excitante. C’est vrai quoi, on était dans une chambre entourée de caisses de poiscailles, et des mafieux étaient en train d’attendre le résultat de notre partie de baise. Et puis surtout, ce n’était pas mon genre de dominer comme ça. Je pourrais mimer le truc mais j’aurais l’air de quoi ? Sans conviction, ça allait virer au ridicule complet, et je n’avais aucune envie de passer pour une idiote.

Dans tous les cas, l’affaire me semblait régler dans le sens où je pouvais faire une croix dessus. C’était sûr, ces types voulaient quelqu’un capable de violer en avance les esclaves pour les calmer, et ça me paraissait complètement aberrant. Trimballer ces bestioles moitié humaine passait encore, mais les baiser c’était totalement hors de question. Et cette Doutzen qui me collait, ça m’empêchait de réfléchir.

"Ton Yuri m’a pas parlé de caméras, c’est moi qui ai fait la déduction. Alors tu m’excuseras si je ne crois pas un foutu mot de ce que tu m’dis."

C’est sûr, c’est une femme superbe et ça me confortait justement dans ma réflexion, à savoir qu’elle était probablement de mèche dans l’histoire. C’était glauque en y pensant, mais elle était même peut-être habituée à ce genre de tractations. Et vu sa manière de mettre ses formes en avant, son but était sûrement de me séduire.

"J’vais te dire, j’connais le principe des confidences sur le plumard. Et j’ai assez de plomb dans la tête pour piger que tu vas sûrement rapporter tout ce qu’on se dit à tes patrons ensuite. Donc c’est pas la peine d’essayer de me mettre en confiance, j-…"

Et boum, j’aurais dû m’en douter qu’elle allait prendre l’initiative. Ce baiser était totalement factice pour moi, et presque aussitôt, je la repoussai pour me mettre hors de sa portée. Mes joues s’étaient aussitôt teintées légèrement de rouge, je n’étais pas un robot alors forcément il m’était difficile de ne rien ressentir face au charme de Doutzen. Mais quand bien même, ça me foutait en rogne plus encore.

"J’passerai pas une bonne soirée, c’est pas la peine. J’ai l’impression d’avoir déjà un flingue sur la tempe tellement cette situation me laisse aucune issue ! Je trouve ça tellement… gerbant comme principe et j’vois absolument pas pourquoi le comportement au pieu illustre celui au boulot !"

Je tournai en rond dans cette chambre, m’appuyant sur la table à jouets pour réfléchir. Tiens, il y avait des menottes et un bâillon, dans le pire des cas, je devais bien pouvoir m’en servir pour que cette blonde me fiche la paix. Peut-être qu’au final, ne rien faire était sûrement la meilleure solution. Jetant un regard agacé envers ma pseudo-amante, je m’appuyai sur le mur, loin d’elle, croisant les bras pour ruminer.

"C’est ça qui détermine le rôle chez vous ? Domination ou soumission ? Quelle connerie. J’suis sûre qu’il y a de vos patrons qui aiment s’faire fouetter. Mais ça t’es égal, j’suppose, t’as dû voir défiler tout un tas de gens. Un vrai panel de merde humaine."

A ce stade, je commençai à ressentir une certaine résignation. Ma situation était tellement merdique, c’était quasiment certain que je pouvais faire une croix sur le boulot de transit d’esclaves. Jamais je ne parviendrai à avoir la conviction pour jouer la domination, ou ne serait-ce que coucher avec cette femme. Ce n’était pas possible, j’étais trop agacée, trop mal à l’aise et puis ce n’était pas du tout mon style. Je bloquai complètement en fin de compte.

"Et bah écoute, rapporte à ton patron que j’suis pas dominatrice au pieu. Fais-en ce que tu veux, m’en tape, j’vais pas me ridiculiser pour mimer ce genre de trip qui ne me ressemble pas. Et puis s’il veut pas me filer le boulot, tant pis, je survivrai avec ce que j’ai."

Mouais, en espérant que la mafia ne décide pas d’une solution plus radicale. Mais ça me paraissait peut-être un peu exagéré, après tout, Yuri m’avait assez fait comprendre qu’ils appréciaient mes services. Au pire, je retournerai vendre mes petits artefacts.

"Compte pas sur moi pour faire quelque chose avec toi. Peut-être que même que c’est la meilleure chose à faire en fait, dire non à une séductrice envoyée exprès pour moi, ça prouvera mon caractère."


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Janvier 07, 2018, 01:34:21
Doutzen gloussa légèrement quand Alix, adossée contre le mur, indiqua que tout ça n’était peut-être qu’un énorme piège, et qu’elle devait résister à la Tentation. Elle se demandait même si Doutzen n’était pas un ultime test en ce sens où elle devait repousser ses avances pour montrer aux Petrovski qu’elle était une femme forte et déterminée. Doutzen se redressa alors, s’extirpant du lit, et se rapprocha de la femme, faisant claquer ses talons. Elles avaient beau être dans une poissonnerie, cette chambre était légèrement parfumée. Il y avait de l’encens le long des murs, balayant les mauvaises odeurs. C’était moins glamour qu’une chambre au Seikusu Palace, mais tout de même…

« C’est mon père qui gère tous les trafics. Et mon père est un Loup. C’est sa manière de voir les choses. Tu vois, je peux déjà lui dire que tu es une femme forte, au caractère trempé… Mais qui a peur du sexe. »

La jeune Doutzen se rapprocha d’elle, jusqu’à écraser son corps contre le sien. Ses seins heurtèrent ceux d’Alix. La femme avait un physique de garçon manqué, avec une petite poitrine. Elle était habillée comme un garçon, mais Doutzen n’était pas dupe. Lors de son baiser, elle avait vu les joues d’Alix s’empourprer, elle avait vu son corps réagir… Mais Alix s’était refusée à elle.

« J’ignore ce que mon père veut de toi, mais je sais que les activités sur Terra impliquent souvent de devoir jouer avec la magie rose. »

Doutzen pensait notamment à ces drogues spéciales, qui circulaient en ce moment dans le lycée Mishima. Il y avait de puissants aphrodisiaques, ou des drogues d’hermaphrodisme qui fonctionnaient à merveille sur les femmes. Mais Alix était confuse.

« Quand je verrais mon père, je lui dirais ça… Que tu es une forte tête, mais qui se voile la face. Une femme qui refuse d’avouer ses émotions, une femme qui a aimé m’embrasser, mais préfère se réfugier derrière de fausses excuses. Je ne suis pas un piège, Alix. »

Ses lèvres se rapprochèrent encore, cherchant à l’embrasser… Mais,a u dernier moment, Doutzen s’écarta, et rejoignit le meuble abritant tous les sex toys.

« Quoi que Yuri dise, Père se fiera à moi en dernier lieu. Alors, tout dépend de la manière dont je tourne les choses. Soit tu seras une femme au caractère déterminé, qui ne s’est pas jetée sur moi comme une rustre affamée en manque de chair… Soit comme une fille paniquée, manquant de confiance en elle, et qui panique dès qu’une jolie fille lui fait des avances. Mais n’espère pas pouvoir te dérober. Si tu pars maintenant, Yuri trouvera ça suspect. Tu es placée dans cette situation pour voir comment tu réagis dans une situation inattendue, déroutante, où tu n’as pas eu le temps de te préparer. Quels sont tes premiers réflexes dans ce genre de cas ? Fuir te réfugier sous les jupes de ta mère ? Ou prendre le problème à bras-le-corps, et essayer d’y trouver une solution ? »

Doutzen sourit encore, malicieuse.

« Je ne suis pas ton ennemie, tu sais… Je ne suis pas une louve, je suis un Petit Chaperon Rouge… »


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Janvier 08, 2018, 05:18:12
Cette nana devait être habituée à ce genre de rendez-vous, c’était obligé. Son assurance, son ton mielleux, sa manière de se déplacer… Tout ça me semblait terriblement évident, comme un foutu piège tendu mais dont je n’étais pas certaine du mécanisme à déjouer. Contrairement à ce que Doutzen affirmait, j’étais toujours persuadée de m’être fait avoir, restait à déterminer le bon comportement à adopter…

« Je n’ai pas peur du sexe… » Je parlais entre mes dents. C’est vrai quoi, elle se faisait des idées, je n’étais ni une prude, ni une pucelle effarouchée. Hors de question qu’elle raconte ces conneries à la mafia, sinon, j’allais passer pour quoi ?
Ou était-ce justement l’inverse, Doutzen essayait peut-être de me pousser au sexe pour qu’elle ne pense pas que… Oh, merde, ça devenait alambiqué, et impossible de se concentrer avec cette femme collée à moi. Me sentir plaquer contre le mur avec ce corps chaud contre le mien, ça créait une situation de proximité provoquant chez moi des bouffées de chaleur.

Difficile de résister face au charme de cette blonde, et je me doutais qu’elle le savait parfaitement. Sans parler de l’atmosphère de cette chambre qu'on avait délibérément conçue pour les parties de jambes en l’air, me donnant une impression de luxure toute prête à naitre. Ouais, à vrai dire, ces paroles et ces lèvres proches de moi commençaient sérieusement à m’entrainer dans l'histoire.
Tant et si bien, que je me retrouvai à essayer de l’embrasser avant qu’elle ne se dérobe. J’en ressenti une certaine frustration, mais aussi également un soupçon de colère. Je m’étais faite hypnotisée comme une idiote ! Sifflant entre mes dents, je l’observai déambuler vers le meuble à jouets, observant un instant ces objets.

Et si… Quelques-uns de ces trucs retenaient mon attention, en particulier ceux servant aux jeux de domination. Ce qui ne manqua pas de faire naitre quelques embryons de scénarios dans ma tête, que j’écartai aussi pour revenir à mon interlocutrice. « Ok… J’vois très bien le tableau, et c’est pas comme si j’avais le choix. »
Mordillant mon pouce en réfléchissant, je me détachai du mur pour déambuler vers le lit. Au bout d’un moment, on avait beau additionner un plus un, ça faisait toujours deux. Et là, c’était plus ou moins le même cas de figure : aucun choix possible, il fallait se lancer et croiser les doigts. Après tout, je n’avais désormais, plus aucune idée des critères recherchés par le patron de Doutzen. Fixer son recrutement sur une domination sexuel, c’était un peu exagéré non ? J’avais peut-être encore mes chances.

« C’est bon, j’vais jouer le jeu. Mais c’est pas pour autant que j’vais croire tout ce que tu dis, j’suis pas dupe. T’es séduisante et visiblement tu sais t’en servir, donc on va s’amuser, c’est pas ça qui me fera flipper. » Ce faisant, je retirai mon manteau et le pull en dessous pour me retrouver en débardeur tout simple.
« J’sais pas exactement ce que ton patron attend de moi, mais j’suis pas une pucelle effarouchée. C’est pas pour autant que tu dois compter sur moi pour sortir la cravache et tout ça. Et je ne panique pas, pigé ? » J’appuyai bien ce dernier propos en défaisant la boucle de ma ceinture, fixant Doutzen dans les yeux. J’étais encore bien amère d’être coincée à faire ça, mais tant pis, autant essayer de donne le change et voir ce que ça allait donner après.

Tombant le pantalon pour apparaitre en caleçon, qui ne cachait d’ailleurs rien de mon appareil masculin, je croisai les bras en toisant la blonde du regard. Pas question de me défiler ou de lui laisser l’opportunité de raconter des salades à ces patrons : j’allais faire cette partie de baise, et espérer remplir les bons critères.
« Par contre, imagine pas réussir à me transformer en soumise, parce que j’ai pas du tout assez confiance pour me lancer dans ce genre de délire. » Je levai le menton pour avoir un air décidé. Bon, c’était bien beau, mais je n’avais pas la plus petite idée de comment engager les hostilités. Le hic, c’est qu’elle savait désormais que je n’avais pas spécialement de fibre dominatrice, ce qui n'était pas à mon avantage à présent.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Janvier 10, 2018, 08:32:01
Difficile, pour le coup, de voir en Doutzen l’image d’un Petit Chaperon Rouge délicat et fragile ! Pourtant... Selon l’interprétation qu’on donnait à ce conte, le Petit Chaperon Rouge pouvait autant être une innocente victime tombant sous les griffes du Grand Méchant Loup à cause de sa naïveté, qu’une allumeuse enflammant les pervers locaux avec sa belle cape rouge flamboyante... Ce que Doutzen avait appris au contact de la Mafia, c’était que tout était d’histoire d’interprétation et de relativité. Le Japon avait une conception très particulière du crime organisé, fruit de son histoire complexe, où l’État avait très souvent été défaillant dans ses fonctions, à raison de multiples guerres claniques. Les Yakuzas étaient jadis nés pour protéger la population, et avaient conservé ce code de l’honneur. Reto se plaisait souvent à rappeler que, suite à la Seconde Guerre Mondiale, quand l’État japonais s’était effondré, c’était les Yakuzas qui avaient protégé le Japon des maoïstes, et ce avec la complicité des Américains, qui n’avaient pas hésité à relâcher des Yakuzas influents, et à soutenir, financièrement parlant, les mafias locales, pour pouvoir lutter contre la formation de syndicats de dockers et d’ouvriers véhiculant l’idéologie communiste. Tout cela n’était qu’affaire de perspective.

Pour en revenir au cas présent, Doutzen vit Alix revenir peu à peu à elle. Elle sentait la femme basculer lentement, et, quand Doutzen l’avait plaqué contre le mur, elle avait volontairement écarté son corps avant le moment fatidique, poussant Alix dans ses derniers retranchements. Sa jeune partenaire avait sans doute oublié les raisons qui l’avaient poussé à venir ici, se retrouvant de plein fouet face au pouvoir hypnotique et aliénant du sexe. Face à ça, face à ces pulsions qui remontaient en vous, on en oubliait souvent tout. Doutzen était bien placée pour le savoir. Contre une femme sensuelle et ingénue, toutes les mesures de sécurité s’effondraient... Aussi bien chez les hommes que les femmes.

Alix se déshabilla donc, ôtant sa veste, puis son pantalon, tout en assumant sa position, et finit en culotte et débardeur. Doutzen put noter que la femme avait un profil assez typique, et elle loucha bien évidemment sur la bosse déformant sa culotte, et sur sa poitrine... Très plate. Doutzen, assise sur le lit pendant ce rapide déshabillage, sourit légèrement, en se mordillant les lèvres.

« Moi ? Allons, Alix, c’est moi la soumise... Et deux soumis ensemble, ça ne marche pas. »

Elle la soumise... Vu comment elle l’avait allumé, on pouvait en douter ! En tout cas, Doutzen se releva encore, et s’approcha encore d’Alix, sa main venant rapidement filer entre les cuisses de la femme, et flatta son sexe à travers la culotte.

« J’ignorais que tu cachais un tel argument sous ton pantalon, en tout cas... »

Doutzen se pencha ensuite vers Alix, et, cette fois, ne fit pas mine de se défiler. Elle l’embrassa, tout en continuant, de sa main, à la masturber. Elle savait que ce genre de délicat contact était difficile à résister. La main de Doutzen était d’ailleurs plutôt douée, et, après avoir caressé la culotte de haut en bas, elle glissa sa main dessous, et enserra entre ses doigts la queue de la femme, avant de la secouer, lentement, tendrement, laissant ses doigts glisser dessus. Et, pendant ce temps, ses lèvres ne cessaient d’embrasser la femme, son corps se collant au sien, sa langue titillant les lèvres d’Alix, s’enfonçant ensuite dans sa bouche, se forçant le passage.

Après quelques instants, Doutzen rompit le baiser, mais continua à caresser le sexe de la femme.

« C’est quoi ton secret, hm ? Tu es une fille... Ou un garçon ? » chuchota-t-elle.

Sa voix était douce, mielleuse... Enchanteresse. Aucun pouvoir magique particulier, cependant, si ce n’est celui de la séduction et de sa plastique.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Janvier 10, 2018, 09:50:44
Une soumise, mon cul, oui ! D’un côté, c’est sûr qu’elle devait avoir bien plus d’expérience au lit que moi, et que cette situation lui donnait un sérieux avantage, mais tout de même. Actuellement Doutzen était très loin d’avoir le comportement de quelqu’un se laissant dominer. La preuve, me voilà en peine en caleçon, qu’elle me met la main aux bijoux sans aucune gêne. Non vraiment, je commençai avoir un sérieux doute sur sa pseudo soumission.

« Tu dis ça mais, c’est toi qui prend les devants là, j’te signale… » Ma voix avait pris un timbre un peu plus étouffé car, je dois bien l’avouer, son initiative était en train de me faire un sérieux effet.

Non, décidément, je ne voyais aucune docilité dans son comportement. Peut-être qu’elle était habituée à jouer ce rôle pour flatter l’ego des cibles de la mafia, et pour tendre des pièges à ces victimes mais à présent, elle ne me rendait pas cette image du tout. Les hommes voulant travailler avec ce genre d’organisation avaient souvent une certaine image d’eux-mêmes, un caractère fort et probablement plus enclin à dominer. Il me semblait logique qu’elle soit habituée à ça.

Un soupir d’aise s’échappa de mes lèvres en percevant le contact d’une main autour de mon sexe qui termina de se raidir entièrement. Forcément, la combinaison me rendait vraiment les choses difficiles, et je crois bien avoir perdu de vue l’origine de cette rencontre. Doutzen devait bien se dire qu’elle avait gagné, m'empêchant de repenser à la raison de ma venue ici.
D’ailleurs, même sa manière d'embrasser avait quelque chose d’impérieux. C’était la réflexion que je me faisais quand sa langue perça de force la barrière de mes lèvres. Mais je n’étais plus très sûre de ses intentions, après tout, son but était bien de me faire perdre les moyens pour révéler ce que j’avais dans le ventre. Je me léchai pensivement les lèvres lorsqu’elle les quitta, admirant un bref instant le physique de la blonde.

« Une fille, à une chose près… Pourquoi ? Ça te donne des idées ? » Lui répondis-je sur le même ton cachottier. Je retirai mon débardeur et mon soutien-gorge, révélant ma poitrine qui n’avait vraiment rien d’impressionnant.

Bon, ce n’était pas tout, mais à l’instant, j’étais celle en train de se mettre nue et Doutzen était encore bien habillée. Nonchalamment, je passai mes bras autour de son cou, les posant sur les épaules pour faire glisser sur le côté les bretelles de sa robe, ouvrant un peu plus son décolleté. A ce stade, je commençai à avoir chaud, mes joues s’empourprant progressivement tandis que mon membre se faisait délicieusement malmener.
Autant dire que ce moment intime me montait de plus en plus à la tête, et ses manières de séductrice n’arrangeaient rien à mon émoi. J’allais craquer, c’était une question de secondes, en une délicieuse chute à ne pas en douter. Captant son regard et remuant mon bassin de manière équivoque pour accompagner sa masturbation, je pris le ton de la confidence.

« Alors sur quoi on se décide ? Je m'essaye à te prendre comme une petite pute, comme l'a demandé ton Yuri ? Ou tu veux laisser libre court à ce début d’instinct dominateur et me faire rougir mon petit cul ?... »

Je pris ensuite sa main libre et la collait de force sur l’une de me fesses, la maintenant dessus en entremêlant nos doigts. Il est vrai que ma poitrine n’était pas spécialement attrayante, mais j’étais assez fier de mon joli postérieur bien sculpté, espérant secrètement la seconde option de sa part. Mais qu’importe au final, j’étais prête à me plier à l’exercice de domination si cela devenait nécessaire.
Et cette fois, je m’étais lâchée, parfaitement consciente d’être entrée dans son jeu. Toutefois, il était temps d'assumer : Doutzen m’avait chauffé, et elle venait certainement d’avoir ce qu’elle voulait, mon consentement. J’avais mis le marché entre parenthèses, et quelle importance ? De toute manière, j’étais incapable de savoir les intentions de la mafia à mon sujet.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Janvier 15, 2018, 01:58:36
Doutzen n’avait pas le profil-type d’une soumise. Elle n’était pas docile, écrasée, taciturne et délicate. Elle était une soumise très particulière, qui assumait sa position, et pouvait très bien adopter une position sûre et déterminée. Alix continuait à être confuse, et continua à se déshabiller, tout en relevant que Doutzen la forçait un peu, ce qui ne manqua pas de la faire sourire. À son corps défendant, il est vrai que Doutzen avait pris les devants, et qu’elle allumait clairement la belle, n’hésitant pas à la masturber. Elle apprit donc qu’Alix était une fille, et sourit légèrement devant sa question.

« Un beau sexe dressé, ça donne toujours des idées, Alix... »

Sous ses airs de fille dure, Alix était en fait... Plutôt gênée. Doutzen le sentait dans les hésitations de la femme. Ses questions ne semblaient être qu’un bouclier pour se protéger, et, comme si elle prenait elle-même conscience qu’elle perdait l’ascendant psychologique, ne portant après tout plus que sa culotte quand Doutzen était encore toute habillée, elle commença à tirer sur les bretelles de la robe de la femme. La main de Doutz’, elle, restait sur le sexe d’Alix, caressant longuement son phallus, stimulant au mieux la belle femme.

Derrière sa robe, Doutzen ne portait pas un simple soutien-gorge, et elle sentit cette dernière poser d’elle-même son autre main sur ses fesses. La robe de Doutzen commençait alors à glisser sur ses épaules, et la belle blonde enchaîna :

« Quelque chose me dit que tu préférerais que je fouette ton petit cul, ma belle... »

Pour preuve, la femme serra alors la chair d’Alix, pinçant ses fesses, et sourit malicieusement, avant de retirer son autre main de la queue de la femme, un membre bien dressé. Elle s’écarta ensuite, et laissa la robe tomber. Cette dernière chavira au sol, et révéla un spectacle très féminin. Sous la robe, Doutzen portait en effet un élégant corset rouge, et ses collants s’avérèrent être rattachés à des porte-jarretelles rouges. Enfin, elle portait une élégante culotteà dentelles. Une incroyable beauté fatale, qui ne faisait pas son âge, et qui semblait tout avoir de la femme fatale.

« La soumission implique de répondre aux désirs de tous mes clients. Il y en a beaucoup qui aiment m’attacher à une laisse et me traiter comme une chienne... Mais tu serais surprise du nombre de clients qui raffolent de me lécher les bottes, et de se faire joyeusement défoncer par moi. »

Doutzen était très sûre d’elle.

« Enfin, tu triches, ce n’est pas à moi de te décider, c’est à toi... Mais peut-être que tu n’arrives pas à assumer que, au fond de toi, tu aimes te faire traiter comme une petite salope ? »

La provocation était toujours un excellent moyen de voir comment l’autre réagissait vraiment. Doutzen la titillait, la provoquait, impatiente de voir comment Alix allait réagir.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Janvier 16, 2018, 03:56:40
A force de manipulations sensuelles, physique ou mental d’ailleurs, Doutzen diminuait ma vigilance à petit feu. Hé quoi, c’était son boulot non ? En tout cas, elle jouait bien son rôle, et je commençai réellement à être séduire par la perspective de passer cette soirée en cette charmante compagnie. Il faut bien dire que sa main caressant ma tige en érection ne m’aidait pas beaucoup en matière de résistance, si bien que j’échappai quelques soupirs ressemblant de plus à en plus des ronronnements d’aise.
Merde Alix, t’es en train de te faire avoir et tu le sais très bien. Mais c’était un peu tard pour y penser, lorsqu’on se retrouve avec pour seul vêtement un caleçon qui ne masque même plus son sexe dressé. Ce dernier fut d’ailleurs abandonné, et je faillis protester, ma bouche dessinant une moue frustrée, avant de voir la robe de Doutzen tomber sur le sol. Là, je poussai un sifflet admiratif devant le spectacle somptueux qui s’offrait à moi.

« Merde… J’ai l’air d’une mocheté dans un sac poubelle à côté. » Constatais-je platement, sans cesser de détailler avec un regard envieux les courbes qui se mariaient magnifiquement avec cette lingerie, en un cocktail fatalement sexy.

Croisant les bras pour donner le change, je me mordillai la langue en imaginant un tas de scénarios particulièrement coquins. D’ailleurs, ça devait véritablement crever qu’elle me faisait envie, et franchement, qui pourrait m’en blâmer ? Doutzen était splendide, et ses paroles chatouillaient de manière croissante mes envies les plus secrètes.

« Oh mais, je l’avais deviné. Tu dois vraiment en voir défiler des types de c’genre, honteux de réaliser leurs p’tits fantasmes de soumis. Et avec toi, j’veux bien te croire que tu en as forcément défoncé un tas. »

Durant ces petits discussions, je pensais avoir retenu un fait : ne pas assumer ses envies, vouloir cacher ses secrets étaient probablement la chose la plus stupide à faire. La mafia devait justement s’en nourrir, histoire de se servir de genre d’informations pour mener la personne en bateau en menaçant sa vie publique.
Seulement, d’une, je n’avais pas spécialement d’image à entretenir ni de vie publique, et contrairement à ce que Doutzen semblait penser, je n’avais aucun mal à assumer ce que je suis. Être forcée à baiser, ou à assumer un rôle de dominatrice m’avait effectivement mis sacrément mal à l’aise, mais une fois dans le bain, c’était une autre histoire.

« Ok, t’as gagné. J’ai pas honte de dire que j’aime me faire maltraiter, c’est même ce qui m’excite le plus. Seulement j’ai pas encore trouvé quelqu’un capable de relever le défi. »

Je lui adressai un sourire narquois et, histoire de bien appuyer mes propos, mes doigts vinrent pêcher la dernière pièce de lingerie me séparant de la nudité total. Le caleçon survivant voltigea sur le sol, me laissant nue et avec une belle hampe de chair dressée vers Doutzen. M’approchant de cette dernière, je soutins son regard et articulai chacun de mes mots avec un air de défi.

« Fini le blabla. J’adore me faire traiter comme une petite salope et je l’assume totalement. Alors j’espère que tu vas être à la hauteur pour me défoncer comme il faut. »

Doutzen voulait me provoquer ? Elle allait être servi, parce que j’estimai être une fille qui n’a absolument pas froid aux yeux. Sans quoi, je n’aurais jamais percée dans ce domaine. Terminant ma tirade, je m’accroupis lentement pour ne pas rompre le contact visuel, et j’embrassai tendrement à plusieurs reprises l’élégante culotte cachant son intimité. Je venais de faire un choix explicite, mais était-ce le bon ? Pour passer une bonne soirée, sans aucun doute, mais pour récupérer le marché c’était une autre histoire. Tant pis, ce détail m’était à présent sorti de la tête.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Janvier 22, 2018, 02:18:27
Alix avait finalement succombé à ses pulsions profondes. Doutzen l’avait senti dès le début, et elle sourit malicieusement en la voyant se déshabiller, ôtant sa culotte, exhibant ainsi sa belle trique. Oui, elle le savait par expérience. Les vantards, les femmes fortes et inutilement agressives... Tout ça dissimulait souvent une propension à la soumission. Au moins, Alix l’admettait plutôt facilement. L’être humain n’était qu’un ensemble de paradoxes, après tout. Tout comme l’homophobe qui avait des pulsions homosexuelles refoulées, le dominateur violent était souvent un bien mauvais dominateur, car désirant secrètement être soumis. Alixa avait eu le choix, et s’effondra sur place. La belle fille aux cheveux bleus se mit même à genoux devant Doutzen, qui était assise sur le rebord du lit, et la jeune blonde écarta les jambes, laissant le visage d’Alix se faufiler entre ses cuisses, déposant un baiser sur sa culotte.

En retour, Doutzen se mordilla les lèvres, sentant un délicieux frisson d’excitation la traverser. Ce spectacle était très appétissant, et elle gémit lentement, avant de se dandiner sur place, et remonta sa main, caressant doucement les cheveux de la femme.

« C’est bien, c’est très bien d’être honnête avec soi-même. Moi aussi, tu sais, j’aime me soumettre à des amants forts, virils, et brutaux... »

Tout doux, tout tendre... Puis, brusquement, la main de Doutzen, qui caressait délicatement la tête d’Alix, serra fortement ses cheveux, les tirant, et lui arrachant un gémissement. Doutzen reprit alors, en se penchant légèrement en avant :

« Mais ce n’est pas ton cas, pas vrai ? Toi, tu es une petite salope, une chienne qui aboie plus qu’elle ne mord... Je suis sûre que tu fais la fière devant les hommes, mais que tu t’effondres devant les filles... »

La voix de Doutzen se faisait tout d’un coup plus sèche, plus dure, et elle tira en arrière, jetant Alix au sol, la faisant atterrir sur les fesses. Doutzen se redressa alors, dominant la femme de toute sa stature,  jambe à gauche et à droite, et sourit alors, avant de retirer son pied d’une de ses bottes... Et le posa sur le torse d’Alix. Elle appuya alors dessus, forçant un peu le passage, faisant gémir sa partenaire, et sourit encore, malicieusement.

« Tu aimes quand une fille te marche dessus, hum ? »

Le pied de Doutzen se déplaça ensuite, ses orteils caressant la peau d’Alix, jusqu’à ce qu’elle ne sente, contre son talon, le mât d’Alix. Une queue bien dressée, contre laquelle elle appuya son pied, frottant son talon de haut en bas, avant de remonter suffisamment pour que son pied passe au-dessus de son membre. Doutzen le fit alors descendre, tirant un peu sur ce sexe, et sentit même son collant se coincer un peu, le membre d’Alix formant comme une série de plis sur le collant, tendant ce dernier, avant de le relâcher. La trompe d’Alix tressauta sur place, libre pendant quelques secondes, avant que les orteils de Doutzen ne caressent ce sexe, glissant dessus...

...Puis, brusquement, Doutzen appuya en avant, et écrasa la queue de sa partenaire sous son pied, souriant à nouveau de manière très perverse. Elle serra fort, puis relâcha la pression, répandant une puissante onde de douleur dans le corps d’Alix.

« Je vais te traiter comme une chienne toute la nuit, Alix, tu n’as pas idée de ce que ta Maîtresse peut te faire... »

Doutzen rajouta ensuite, tout en continuant à caresser le sexe d’Alix avec son pied.

« Et c’est ce que tu veux, hein ? Te faire battre par une jolie fille, te faire humilier, insulter, fouetter le cul, et baiser toute la nuit par une cruelle Maîtresse ? Tu es ma petite salope rien qu’à moi, Alix... ! »

Oh, Doutzen jubilait à cette idée !


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Janvier 24, 2018, 11:08:33
La ravissante culotte en dentelle de Doutzen était un délice parfumé où j’y pressai volontiers mes lèvres. Une zone intime pleine de promesses… De promesses de délicieuse soumission pour moi, impatiente comme j’étais d’assouvir ce genre de fantasme. La situation était carrément idéale à mes yeux : une femme splendide, expérimentée, et qui manifestement penchait vers un profil dominateur.

Mes manœuvres délicates furent brusquement stoppées quand ma nouvelle maitresse, je l’avais déjà intégré comme ça dans ma tête, m’attrapa fermement par la tignasse. J’en gémis de surprise, mais ça ne diminua pas mon excitation pour autant, bien au contraire. Tout portait à croire que mon fantasme était sur le point d’être réalisé, une pulsion inavouable d’abandonner toute volonté pour me faire humilier et utiliser par une magnifique dominatrice comme Doutzen.

Le timbre de sa voix était justement parfait, et je sentis le bout de mon sexe s’humidifier rien qu’à l’entendre. Merde Alix, t’es en train de passer pour une sacrée salope, pensais-je ! Fini la position à genoux, Doutzen me propulsa au sol, et m’y plaqua en appuyant son pied entre mes seins. Un nouveau gémissement s’échappa de ma bouche, que je tentais tant bien que mal de verrouiller en me mordant les lèvres.

« Hmm… Oui maitresse… J’adore m’faire maltraiter… »

J’aurais dû montrer plus de résistance, protester au moins de façade et surtout, ne pas échapper ce couinement sonore quand son pied heurta ma tige dressée. Mais c’était plus fort que moi. Doutzen jouait cruellement avec mon sexe tendu, et tout ce que je pouvais faire, c’était couiner lamentablement. Mon corps tressautait quand ce pied élégamment habillé étira la fine peau, et dans un geste inconscient, je commençai à caresser ma poitrine dont les tétons durcis exprimaient tout le plaisir tiré de cette brutalité.

« HAAN !... » Le cri incontrôlé s’échappa brusquement de mes lèvres quand ma maitresse écrasa et relâcha brutalement mon sexe.

Elle me marchait dessus, me violentait et définitivement, j’aurais au moins dû protester mais ce ne fut pourtant pas le cas. Doutzen pouvait même sentir son collant s’imbiber du pré-sperme s’écoulant sous son pied désormais. Une main sur ma poitrine, l’autre venant s’infiltrer entre mes lèvres où je suçotai mon index, je fixai ma maitresse avec un air impatient de parfaite petite soumise attendant sa correction. Sans m'en rendre compte, mon ton avait déjà changé de lui-même, adoptant une attitude de plus docile et respectueuse.

« Ouais… J’veux être votre petite salope, maitresse… J’ ferai tout ce que vous voulez. Et ça a l’air d'vous faire envie d’avoir une petite chienne rien qu’à vous… »

Mon bassin s’agita, cherchant de lui-même à accentuer les caresses qu’elle m’accordait de son gracieux pied. Évidemment, c’était un brin douloureux mais ça ne fit que renforcer l’érection que j’avais déjà depuis un moment, tandis que mon sexe était déjà dégoulinant de plaisir.

« Qu’est-ce que j’dois faire, maitresse ? Nettoyer votre pied ? J’ai souillé votre beau collant avec mon imagination de petite garce… »

En disant cela, je cherchai surtout à me faire humilier davantage. Etait-ce si évident ? Etais-je en train de devenir dingue ? Ce qui était sûr, c’est que Doutzen était en train de faire remonter en moi tous mes petits fantasmes de soumission, et que je me demandais jusqu’à quel point j’allais chuter. Assez loin visiblement, car tout mon corps illustrait cette impatience envers les traitements que ma maitresse m’avait promis.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Janvier 29, 2018, 02:19:15
Doutzen réagit rapidement, et, quand elle vit Alix commencer à caresser ses seins, elle fouetta ses doigts avec sa cravache, tout en écrasant plus douloureusement son sexe contre sa queue.

« Qui t’a donné l’autorisation de te toucher, hm, petite salope rebelle ? Tu es ma chienne, tu fais ce que ta Maîtresse t’ordonne ! »

Doutzen frémit en se mordillant les lèvres. On ne le croirait pas, mais elle avait pourtant un profil de soumise. Que ce soit auprès de son père adoptif, d’Olga Gurluchenko (sa formatrice sexuelle), ou même d’Aoki Kou, elle était toujours dominée, humiliée, maltraitée... Comme quoi, il fallait croire que tout cela développait chez elle une sorte de frustration, qu’elle ne demandait qu’à épancher. Elle se demandait maintenant ce que Reto ferait d’Alix. Clairement, la jeune femme en savait trop pour être ignorée, mais elle ne pouvait pas non plus faire de l’esclavage en ayant elle-même envie d’être une esclave... Mais ça, Doutzen s’en moquait. Elle, elle écrasait la queue d’Alix avec son pied, et gloussa en sentant du sperme commencer à venir.

Elle ricana alors, et continua à l’humilier :

« Tu te rends compte ? Je t’écrase tes couilles contre mon pied, et ça te fait bander bien dur ! Tu es vraiment une incroyable traînée, Alix... Je crois que Yuri s’est trompé. Ton rôle est d’être mon sac à foutre ! »

Doutzen serra encore, appuyant, juste pour faire hurler Alix, puis s’écarta alors, et s’assit sur le fauteuil. En même temps, et au corps défendant d’Alix, avec Olga, Doutzen avait appris à user au mieux de toutes les parties de son corps. Elle libéra donc la trique d’Alix, qui se dressa d’elle-même en l’air. Un superbe morceau, une verge légèrement rougie, et Doutzen, tout en prenant appui sur els accoudoirs du fauteuil, releva son bassin, et caressa avec ses pieds la queue de la femme. Elle frotta ses orteils dessus, et commença à la masturber, s’amusant ensuite à coincer la queue entre ses orteils, chaque pied d’un côté et de l’autre, et souleva alors le mandrin d’Alix.

Ensuite, Doutzen relâchait la pression, et continuait à la caresser, se délectant de ses soupirs et de ses gémissements.

« Ça fait du bien, hein, ma petite pute ? Comme ta bite est grosse... Une belle grosse queue de salope, ça ! Ne t’inquiète pas, je vais m’occuper de toi toute la nuit ! Tu sais, je les connais bien, les chiennes comme toi... Elles font les dures parce qu’elles attendent juste de pouvoir se faire fourrer ! Je vais m’occuper de ta soif toute la nuit, ma salope ! »

Doutzen ricana encore, et écrasa alors la queue de la femme entre ses deux talons.

« Ça te plaît, hein, ma chérie ? Jouis bien fort sur mes pieds, petite chienne... Car tu devras tout nettoyer ensuite ! »

Elle, en tout cas, elle prenait un malin plaisir à dominer la jeune femme...


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Janvier 31, 2018, 04:36:21
Hurler et gémir était tout ce que je pouvais me permettre en ce moment, tout ce que Doutzen m’autorisait à faire étant donné que je n’avais même pas le droit d’utiliser mes mains. Ces dernières se rangèrent le long de mon corps, remuant nerveusement des doigts sans que je ne sache quoi en faire. C’est vrai quoi, ce n’était pas évident de là, allongée sur le sol, à se faire humilier de la sorte sans rien faire… Si ce n’est devenir de plus en plus excitée.
Chaque pression supplémentaire exercée sur mon sexe déclenchait chez moi un petit cri de douleur, mais il était aisé de remarquer combien Doutzen semblait apprécier cette petite torture. En fait, son collant commençait à s’humidifier de sperme, et franchement, j’aurais dû avoir au moins un peu honte d’en ressentir autant de plaisir. Protester au moins pour la forme. Mais non, c’était presque tout l’inverse puisque je cherchai même à provoquer ma maitresse.

« Sac à foutre c’est pour un homme non ? C’est pas comme si t’étais capable de te vider sur moi… » Ricanai-je en lui jetant un sourire particulièrement insolent.

Un petit écart qui ne dura guère puisque Doutzen appuya sur ma trique avec force, à la limite du supportable ce qui me hurler de plus belle. Mon visage passait au rouge pivoine, et je baissai les yeux sur ma maitresse prenant majestueusement place sur le fauteuil. Je dois bien avouer qu’elle était une femme superbe, et même si ma situation était des plus précaire, avoir l’opportunité de passer une nuit avec elle était tout de même fabuleux.

« Hmm… » Impossible de ne pas gémir en me tortillant sur le sol face aux caresses que prodiguaient les pieds de ma maitresse. Comment faisait-elle ça aussi bien d’ailleurs ? A sa place, j’aurais bien été incapable de montrer une telle maitrise de mouvement, de fermeté même, en particulier avec mes pieds. Ma queue était délicieusement maltraitée et, avant même que Doutzen n’en parle, j’étais déjà au bord de l’explosion.
Dans un réflexe musculaire, mon dos se crispa en dessinant un arc de cercle sous le coup de talons que ma maitresse asséna. Un vrai coup de grâce qui me laissa sans voix, la bouche entrouverte et bavant légèrement. Cette fois je n’avais pas hurlé, mais mon sexe pulsait et se vidait à petits flots réguliers sur les collants de Doutzen, les imprégnant de foutre épais. Peut-être était-ce ses paroles, ou sa façon de me masturber mais l’orgasme me plia en deux et je me mis à ricaner bêtement sans raison.

« Y’a pas moi qui m’amuse on dirait… Mais j’suis pas encore prête à aboyer, maitresse… C'est encore trop doux. »

Insistant bien sur le terme maitresse, je plantai mes yeux dans ceux de Doutzen histoire d’apporter une touche de défiance supplémentaire. Est-ce que je cherchai davantage à me faire punir ? C’est bien possible. Néanmoins, je fis l’effort de rouler sur le côté, rampant vers les pieds souillés de la splendide dominatrice pour respecter la consigne donnée.
Ma langue commença à parcourir le tissu gorgé de sperme, nettoyant et le récoltant bien en évidence devant la belle. J’espérai donner à son imagination du fil à retordre ! Je suçotai ses orteils avec applications, léchant les traces de ma jouissance, mais en réalité c’était une véritable inspection plantaire en règle. Je débordai bien plus que nécessaire, en passant ma langue sur sa plante de pied, les tenant entre mes mains pour les avoir mieux à portée de ma bouche.

Je finis par me mettre à genoux devant Doutzen, cambrant mon dos et relevant ma croupe pour commencer à embrasser ses jambes. Délibérément, j’allai au-delà de ces instructions en sachant parfaitement que ma maitresse choisirait probablement de me punir. De belles et magnifiques jambes que je couvris de baisers passionnés, pendant que ma trique revenait progressivement, en songeant à ce que ce geste pourrait me coûter.

« Hmm maitresse… Vos pieds sont parfaits, c’est un vrai plaisir pour une chienne comme moi ! » Murmurai-je, prenant un grand plaisir à la provoquer.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Février 05, 2018, 02:16:44
L’aisance naturelle avec laquelle Doutzen avait pris l’ascendant sur Alix était troublante pour elle. Doutzen était pourtant une soumise, elle s’était toujours vue ainsi... Mais, là, face à Alix,e n voyant la jeune Futanari lécher ses collants, enttoyant le sperme, et imbibant l’ensemble de sa salive, Doutzen sentait une forte chaleur croître en elle, remontant dans son ventre. Ses joues rougirent, et elle se pinça les lèvres, laissant la langue de la femme filer sur ses collants, avalant ce jus intime sans angoisse. Au contraire, Alix était de plus en plus excitée, et même joueuse, puisqu’elle provoqua Doutzen. Assise sur le fauteuil, celle-ci réfléchissait, se pinçant les lèvres, faisant appel à une grande maîtrise intérieure pour ne pas bondir sur place. La Maîtresse se devait en effet de rester calme, de conserver sa maîtrise d’elle-même, et de ne pas se laisser aller. Une tâche difficile, quand on avait une amante aussi douée qu’Alix ! La jeune femme léchait goulûment ses pieds, remontant dessus, et continua même ensuite, s’attaquant à ses collants. Doutzen sourit, comprenant qu’Alix était visiblement très motivée... Et se pinça les lèvres, serrant les poings sur les accoudoirs, des rougeurs perlant sur ses joues.

« Hm... ! »

Doutzen s’imaginait très bien à sa place. Le fétichisme faisait partie de ces actes sexuels qu’elle affectionnait, adorant lécher copieusement et longuement de belles jambes fuselées recouvertes dans des collants. Elle les mordillait, elle tirait dessus, elle s’y frottait... Et, pendant qu’Alix s’appliquait, remontant lentement, Doutzen sentit, contre ses orteils trempés, la queue de la fmeme, qui semblait retrouver de sa superbe... Doutzen ferma donc les yeux, puis entendit Alix la complimenter, puis la femme réagit, en empoignant brusquement les cheveux d’Alix.

« Une chienne qui refuse d’aboyer, hein ? Qui t’a ordonné de baiser mes jambes, sale traînée rebelle ?! »

Sa rougeur, ses tétons qui pointaient... Doutzen était bel et bien excitée par son amante, mais se refusait à le montrer, et c’était d’ailleurs en raison de ce plaisir fort qu’elle réagissait comme ça, bien décidée à ne pas se laisser faire. Elle tira donc sur les cheveux d’Alix, et la renversa sur le sol, puis se releva, et récupéra rapidement d’autres outils. Attrapant un collier pour chiens, elle rejoignit à nouveau Alix, et le lui mit autour du cou, l’attachant derrière, puis glissa ensuite son doigt dans l’anneau argenté sur le devant, et tira dessus, soulevant le corps d’Alix. Doutzen lui sourit ainsi, la dominant depuis les hauteurs.

« Faisons de toi une parfaite chienne, ma salope... » sourit-elle malicieusement.

Doutzen attacha alors au collier une belle laisse, puis se redressa soudain... Non sans avoir léché le nez d’Alix. Elle se redressa donc, et tira sur la laisse d’un coup sec, déstabilisant Alix, puis gloussa légèrement, récupérant un autre objet, et se retourna ensuit,e le montrant à Doutzen. C’était un redoutable plug tail, un plug surmonté d’une fausse queue redressée, formant une sorte de boucle.

« Que serait une chienne sans sa belle queue, hein ? Bombe ton petit cul, traînée. »

La jeune femme se déplaça ensuite, et observa le fondement d’Alix, puis lécha ses doigts longuement, avant d’approcher ses mains. Elle écarta ainsi les deux fesses d’Alix, les coinçant avec ses pouces, révélant ainsi sa croupe, qu’elle commença ensuite à lécher, s’attaquant à son fondement. Elle le lécha tendrement, pendant plusieurs minutes, tout en malaxant ses fesses et en les pinçant.

« Hum... Le joli cul de ma petite chienne... Prête à recevoir ta queue, ma salope ? »


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Février 07, 2018, 01:44:35
Les jambes de Doutzen étaient une véritable gâterie dont je me régalai. La texture du collant glissant sur ma langue, la douceur de la peau cachée sous le tissu, je m’y frottai, m’imprégnant de son parfum. Seulement, je n’étais pas la seule à éprouver un grand plaisir à ce fétichisme car, levant de temps à autre les yeux, je vis ma somptueuse maitresse réagir à ses attentions. Impossible de s’y tromper, elle rougissait !

Certes, mes préférences allaient plutôt à la soumission, mais je n’étais pas réellement une esclave des plus simple à gérer. J’avais carrément besoin d’une maitresse à poigne, et je commençai à douter que Doutzen soit à la hauteur. Non pas que cela me décevait, mais d’avance, je savais quel malin plaisir j’allais prendre à la provoquer, et la pousser à bout. La jolie blonde n’était pas au bout de ses peines, et je comptai bien lui donner du fil à retordre.

« Ow, ow, ow… » Couinai-je quand elle saisit brusquement mes cheveux dans un sursaut de domination.

Finalement, voilà ma maitresse en herbe qui se décide à réagir. Trop tard pour elle, j’avais parfaitement aperçu le plaisir qu’elle prenait, une faille dont j’allais malicieusement tirer parti. Je me retrouvai une fois encore cul par terre, avec en prime une belle trique entre les jambes, jetant un œil à Doutzen. La belle était définitivement hésitante, et j’allais vraiment bien m’amuser à la titiller avec ça.

Néanmoins, son effort pour montrer son autorité était louable, bien que peut-être un peu trop brusque pour être assuré. Elle me bousculait sur le sol, m’obligeant à me relever ensuite en tirant sur le joli collier de chienne dont Doutzen venait de me faire cadeau. Une laisse vint s’ajouter au reste, mais je ne dis toujours mot, me contentant de la regarder avec un air envieux et malicieux. Tout cela m'excita, et ces cadeaux m'allaient à ravir, mais cela dit... Très clairement, je mijotai quelque chose !

« J’suis une chienne, mais j’ai pas l’impression que tu sois la hauteur pour me dresser… Maitresse » Dis-je d’un ton railleur et provocateur.

La voyant exhiber son nouveau jouet, je restai à quatre pattes en bombant le derrière sans aucune gêne, lui adressant un sourire vicelard. La suite allait sans doute être très amusante, et je me demandai réellement jusqu’à quel point Doutzen allait être capable d’assumer ce rôle de dominatrice. Finalement, je m’étais peut-être trompée sur son compte, et l’inverse lui aurait sans doute davantage plu.

Quoiqu’il en soit, j’étais impatience de pousser le jeu plus loin, et de découvrir les limites de cette beauté blonde. J’agitai mon petit cul devant elle, comme une invitation, mordillant nerveusement mes lèvres en sentant les mains de ma maitresse se poser lentement dessus. Un lent soupir s’échappa de mes lèvres tandis que Doutzen écarta mes fesses pour lécher mon fondement, avec une tendresse inattendu.

« Mmh… T’aimes ça me lécher le cul en fait, t’as pas l’air bien capable de maitriser ta chienne. T’avais l’air dans tout tes états que je te lèche les jambes… »

Mon ton était nettement moqueur, très provocateur, et guère empreint de soumission. Je voulais qu’elle prenne le dessus, qu’elle me maltraite, en somme, j’avais besoin d’une dominatrice à poigne, sinon… Je commençai à me demander si les rôles n’allaient pas s’inverser en fin de compte.Tandis que Doutzen posait le plug tail à l’entrée de mon fondement, j’agitai légèrement les fesses, reculant lentement mon bassin pour commencer à pousser le jouet en moi.

« Allez quoi ! T’as l’air toute timide pour m’enfoncer ce truc dans le cul ! Faut que je le fasse moi-même ? Tu parles d’une maitresse, t’es sûr d’être capable de me dominer ? » Lui lançai-je effrontément. Je n'avais l'air de rien au départ, mais lorsqu'on me chauffait, j'étais sacrément motivée !


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Février 12, 2018, 02:10:51
Comme quoi, il y avait des rapprochements qu’on ne devait pas faire. Traditionnellement, en effet, on assimilait le fait d’être masochiste à la soumission, et le fait d’être dominateur au sadisme. Mais, ici, c’était clairement l’inverse qui se produisait. Alix était une dominatrice qui aimait la soumission, et Doutzen... Une masochiste qui aimait la domination. Un véritable mindfuck, des rôles qui s’opposent, se contredisent, et s’affirment. Toujours est-il qu’Alix se dandinait devant elle, remuant ostensiblement ses fesses, tout en continuant à la narguer. Pour première réponse, Doutzen enfonça d’un coup sec le plug dans le fondement de la femme, et s’assura qu’il était bien planté, bien au fond, avant de se redresser.

« Tu as la langue bien pendue, toi, ma salope... »

Même un peu trop bien pendue, d’ailleurs ! Mais, puisqu’elle voulait jouer avec le feu... La main de Doutzen s’abattit brusquement sur son cul, venant claquer son fessier. Toutefois, Doutzen n’avait pas la poigne de Reto, et, même si ses claques pouvaient faire mal, elle estima rapidement que ce seul traitement serait bien insuffisant pour un tel comportement ! Doutzen se déplaça donc, et récupéra un autre objet, et le fit claquer en l’air, produisant rapidement un bang supersonique qui ne mentait pas sur la nature de cet instrument.

*TCHAAACC !!*

Le fouet claqua dans le vide, puis Doutzen, coupant court à toute question, l’abattit brusquement sur les fesses d’Alix, la fouettant violemment, laissant une belle marque rougeâtre qui barra ses fesses.

« Maintenant, sale pute, tu ne parleras que quand je t’y autoriserai ! »

Et le fouet claqua à nouveau, ceignant désormais le dos de la femme, meurtrissant sa chair. Doutzen la fouetta encore, retournant sur son cul, puis sur le sommet de ses cuisses. Le fouet n’était pas émoussé, mais il faisait quand même très mal. N’y allant pas de main morte, elle continua ainsi à la punir, zébrant son corps de traces rougeâtres, abattant régulièrement le fouet, sans relâche, ponctuant cela de multiples jurons :

« Salope... !! Haaaa... !! Sale pute rebelle... !! Hmmm... !! Haaaa, tu voulais me narguer, hein ?!!... Prendre ta Maîtresse pour une idiote, sale chienne ?!! Minable pute mal baisée !! Tu aimes quand je te latte le cul, hein, sale pute ?!! »

Doutzen, tout en la battant, attrapa avec sa main libre la laissa, et tira dessus d’un coup sec, relevant le haut du corps d’Alix, l’étranglant à moitié, ce qui lui permit de raffermir sa position, et de la fouetter plus haut sur le dos, atteignant ses omoplates, redescendant ensuite sur ses fesses, qui avaient pris une teinte rougeâtre.

« Aboie... ABOIE, SALE PUTE !! ABOIE, CHIENNE EN CHALEUR, ou que je jure que je vais TELLEMENT TE FOUETTER qu’il ne restera plus que tes bouts d’os de VIEILLE PUTE DÉGARNIE sur ton cul !! »


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Février 15, 2018, 11:04:07
Finalement ! Alors que je commençai à douter des capacités de Doutzen à jouer la dominatrice, la voilà qui se décidait à prendre les rênes une bonne fois. Se comporter en allumeuse était une chose, mais il était temps qu’elle montre enfin la poigne que j’attendais avec impatience. A force de me dandiner, je sentis les mains de la blondinette pousser le plug entre mes fesses, écartant délicieusement mes chairs et me faisait échapper un couinement de satisfaction.

En vrai, c’était un brin douloureux tant l’intrusion fut sèche mais je ne m’en plaignais aucunement dans la mesure où je l’avais non seulement cherché, mais surtout désiré. Preuve en était mon membre tendu qui pendait entre mes jambes. La claque suivante sur mon postérieur ne fit que me faire gémir et rougir davantage, appréciant réellement ce début de traitement prometteur.

« Pas mal comme début… Hé, c’est quoi- AAAH ! » Hurlai-je quand le fouet s’abattit sur mon pauvre derrière.

La douleur me prit complètement de court.  Il est vrai que j’appréciai me faire malmener, claquer le cul voire un peu violenter, mais c’était tout de même plutôt soudain comme approche. Le fouet s’abattant sur mon dos, mes fesses et même mes cuisses me faisait réellement hurler, et il n’y avait aucune simulation dans mes cris. Doutzen semblait lancé dans une séance de flagellation et très honnêtement, la souffrance était beaucoup trop forte à mon goût.

Ma peau me brûlait, et je commençai à perdre toute l’excitation ressentie auparavant. C’est vrai, j’aimai me faire dominer mais je n’étais pas masochiste au point de me faire meurtrir la chair comme ça ! Je tentai bien de le faire comprendre à Doutzen mais à ce stade, elle était prise d’une certaine frénésie, et il m’était presque impossible de cesser mes hurlements. D’autant plus qu’elle me releva brusquement, m’étranglant quasiment avec la laisse mise auparavant.

« EUUURGH....AAAH !... S-STOP… ! AIE-AAAAH ! »

Cela était si douloureux, si frustrant, que je ressentis une colère sourde croitre en moi. C’était trop extrême pour moi ! Ou peut-être que j’avais un caractère trop fier pour me faire martyriser de la sorte. Quoiqu’il en soit, je ne pouvais plus supporter ce traitement. Après tout, j’avais un physique sportif grâce à un entrainement régulier, et ma poigne était plutôt exemplaire pour une jeune fille de mon âge.

Dans un geste furieux, j’attrapai le bras de Doutzen qui tenait la laisse, et la poussait vers l’avant, lui faisant perdre l’équilibre en plein vers le lit. Ce geste était presque un pur réflexe de ma part, et mon corps aveuglé par une certaine rage se dirigea de lui-même, poussant ma maitresse tête la première avec un croche-patte en prime. Si bien que la jolie blonde se retrouve le nez dans les draps, et la croupe en l’air, bien exposée.

« JE T'AI DIT STOP ! Tu m’as fait vachement mal, pétasse ! Putain, je t’ai dit que j’aimai me faire dominer pas me faire charcuter comme ça ! » Vociférai-je, extrêmement en colère.

Presque aussitôt, je me jetai sur Doutzen pour l’empêcher de se relever, lui saisissant la nuque d’une main pour la plaquer contre la couche. Finalement, je commençai à me dire qu’un véritable caractère dominateur sommeillait en moi, ou bien était-ce peut-être la colère… Dans tous les cas, je lui arrachai le fouet des mains avant de lui gifler plusieurs fois les fesses de toute mes forces sans tenir compte le moins du monde de ses protestations.

« J’dois faire de toi ma p’tite pute, c’est ça ?! Eh bah figure-toi que ça va se faire alors… FERME TA GUEULE ! »

Honnêtement, ce retournement de situation m’excitait brusquement, et d’un coup, je lui arrachai sa culotte en dentelle d’une main, la déchirant littéralement pour l’envoyer valser dans la pièce. Une bien jolie vue s’offrait à moi, une intimité humide et toute disponible qui me fit retrouver instantanément de la vigueur.

« Tu vas me le payer pour avoir ruinée ma soirée, connasse…  J’vais te baiser comme une malpropre puisque c’est ce qu’on m’a demandé de faire… » Grondai-je.

Saisissant mon membre désormais tendu, je le dirigeai aussitôt vers son sexe pour le pénétrer sans aucune douceur, écartant ses lèvres humides et m’enfonçant en elle. Ma verge étira ses chairs, et j’en profitai pour faire pleuvoir les claques sur le postérieur de ma désormais, ex-maitresse. Mes hanches se mirent à se mouvoir d’elles-mêmes, frappant le fessier de Doutzen à un rythme soutenu pendant que ma lance de chair la pilonnait et écartant ses chairs intimes sans ménagement. Et le plug enfoncé dans mon derrière ne faisait que renforcer le plaisir que je tirai de cette pénétration brutale.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Février 19, 2018, 02:20:56
Doutzen la fouettait donc, sans y aller trop fort... Mais avec une certaine poigne quand même. Après tout, elle avait de l’endurance, à force, et elle se délectait des hurlements d’Alix, sans pouvoir se douter que sa partenaire était vraiment contre ça. Dans une relation sadomasochiste, les partenaires incarnaient toujours un rôle, et il était difficile de déterminer le vrai du faux, surtout que Doutzen et Alix, négligeant toutes les règles les plus élémentaires en la matière, avaient oublié de prévoir un safeword, le mot-clef permettant de dire qu’on sortait du jeu. Gloussant, Doutzen punissait une esclave rebelle... Lorsque les rôles s’inversèrent brusquement. Elle sentit une main se serrer sur sa laisse, et, d’un coup, fut déstabilisée, puis hurla en se retrouvant sur le lit, Alix se ruant vers elle.

« Hîîîî !! »

Sur le coup, Doutzen sentit la panique la gagner. Pour autant, elle avait déjà eu des choses de ce genre. Reto l’envoyait dans des missions dangereuses, où elle risquait souvent sa vie en compagnie d’individus dangereux, pervers, qui n’hésitaient pas à abuser d’elle. Elle se pinça les lèvres, couinant et hurlant en sentant Alix la gifler, lui déchirer sa culotte, constatant que, finalement, la jeune femme pouvait se montrer très dominatrice. Elle sentit contre elle la virilité de sa partenaire, qui grognait dans son dos, assoiffée, impatiente, et désireuse de passer à l’acte. Doutzen se mordilla encore les lèvres, et finit étalée sur le lit, avec un accès direct à son intimité, finement épilé, ses lèvres intimes généreusement ouvertes.

Doutzen crispa ses mains sur le lit, et se dandina sur place, jouant alors le rôle de la soumise surprise :

« A-Alix, non... ! A... Arrête ça tout de suite ! N-Nooon... !! »

Elle hurla en vain, car Alix, tout en la giflant, s’empressa de la pénétrer. Dotuzen gémit en sentant ce membre, une queue qu’elle avait déjà bien entretenu en la martyrisant avec son pied. Autrement dit, la verge d’Alix était déjà bien grosse, et bien tendue, quand elle fila en elle. Le choc secoua le corps de Doutzen, qui frémit sur place, avant de couiner encore lorsqu’elle sentit la main de la femme s’abattre à nouveau sur sa croupe.

Alix avait aussi une sacrée poigne, et n’y allait pas par le dos de la cuiller, fourrant sa queue dans son con sans ménagement.

« Haaaaaa... !! Hmmmm... !! A-Arrête, haaaa... Pi-Pitié, hmmm... !! Au-Au secours... !! Noon... !! Hmmm... !! »

Elle se dandinait sur place, essayant faussement de la repousser. Naturellement, Doutzen était très excitée par tout ça, et cherchait surtout à provoquer son amante, et à lui donner un prétexte... Comme dans toute bonne relation de domination !


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Février 22, 2018, 07:58:47
Tout ce brusque revirement ne me ressemblait pas tellement au final. Comme quoi, c’est fou ce que l’on peut découvrir de soi-même lorsqu’on laisse ses instincts et ses pulsions prendre le dessus, ne serait-ce que quelques instants. Là en l’occurrence, les coups de Doutzen contre ma volonté avaient provoqué une sorte de coup de sang, une brusque montée d’adrénaline qui m’avait conduite à ce bref accès de violence.

Violence entre guillemets, tout de même. Je n’avais pas l’intention de lui faire réellement mal, surtout pour avoir des emmerdes par la suite, mais bien de me venger comme il se doit de cette blondinette. Mon pieu de chair était planté bien confortablement entre ses lèvres intimes, impeccablement entretenues d’ailleurs, et je prenais un plaisir évident à cette pénétration sans aucune douceur.

« Arrête, arrête… Mon cul, ouais ! T’es en train de mouiller comme pas possible, ma cochonne. Putain, c’est tellement bon avec ce que tu m’as foutu dans le derrière… »

Et une nouvelle claque sur ce joli postérieur ferme et dodue. Qu’est-ce qu’elle croyait ? Même si la soumission c’était mon truc, je pouvais aussi bien être une véritable pétasse lorsque je m’en donnai les moyens. A ce compte là, j’étais bien décidée à jouer le jeu de la dominatrice puisque c’était justement la raison de ma venue dans cette histoire de fou.

Mon membre bien tendu ramonait littéralement les chairs intimes de la belle comme un piston, trempant abondamment les draps du lit d’un mélange de secrétions intimes. Je venais déjà de jouir, et à vue de nez, j’étais bien partie pour rester au beau fixe pendant encore un long moment. Les fesses de Doutzen commençait à prendre une belle teinte rouge à mesure que mes gifles s’enchainaient sans faillir.

« T’aimes ça en fait ? J’avoue que ta chatte est bien confortable, bien écartée et tout… » Lâchai-je entre deux coups de bassin, mon sexe s’enfonçant de toute sa longueur en elle.

Ce plug… C’était vraiment la touche qui rendait cette séquence de baise un cran au-dessus du reste. Mon petit derrière était agréablement malaxé par la présence de ce jouet à chaque mouvement de ma part, et j’étais vraiment prise entre deux plaisirs, deux stimulations même. Seulement, Doutzen gémissait de plus en plus, et mentalement, je me faisais justement la réflexion que la jolie blonde appréciait un peu trop de se faire prendre ainsi. A mon goût du moins.

Je voulais me venger après tout, il n’y avait aucune raison de la faire jouir prématurément. Hors de question même ! A regret, je me retirai de cette antre intime humide de plaisir, ne résistant pourtant à malaxer fermement ses magnifiques fesses qui m’étaient offertes. Cependant, utilisant ma poigne sportive, j’attrapai Doutzen par les hanches, la retournant aussitôt sur le dos.

« T’as pas besoin de ça déjà… » Dis-je en lui retirant sans ménagement son soutien-gorge dans la manœuvre. « Beaucoup mieux là… »

Pour asseoir littéralement ma position, je pris position à cheval au-dessus de la belle, tapotant ses jolies seins avec ma queue en utilisant le poids de mon corps pour l'empêcher de bouger. Un sourire presque sadique se peignit sur mon visage quand je pris et pinçai entre mes doigts ses petits tétons durcis. Progressant une nouvelle fois au-dessus d’elle, j’avançai mon sexe dégoulinant jusqu’à son visage, le barbouillant de nos sécrétions conjointes pour l’humilier.

« Je t’entends trop crier, mieux vaut trouver une meilleur usage à cette bouche. Et pendant que tu y es, occupe-toi un peu de mon cul. »

Ma nouvelle soumise se retrouva bien vite avec ma queue forçant le passage de ses lèvres, et je poussai même le vice à avancer mon bassin pour ne lui laisser aucune échappatoire. Elle m’avait fouetté trop fort à mon goût, et je me vengeai tout simplement en lui baisant la bouche, cela me semblait déjà bien. Et pour mon autre souhait, je ne savais pas réellement ce que Doutzen comptait faire, mais j’estimai qu’elle pouvait bien se démerder avec son imagination.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Février 26, 2018, 02:00:17
Doutzen se demandait si le }plug anal qu’elle avait inséré était parti du corps d’Alix. Difficile à dire, car, vu sa position, elle ne pouvait pas regarder en arrière, et, comme pour mieux la dissuader de faire quoi que ce soit, Alix s’empressa de la pénétrer. Sa grosse trique s’enfonça en elle, lui arrachant une série de soupirs et de hurlements. Elle se tortillait sur place, en subissant les assauts très énergiques d’Alix. Une bonne pénétration à l’ancienne, et, évidemment, Doutzen jouait le jeu. Toutefois, elle comprit bien vite qu’Alix n’avait guère envie de simulation, elle voulait juste s’envoyer en l’air. La jeune blonde laissa donc son amante la prendre, et la sentit rapidement jouir en elle. Alix se relâcha dans son corps, mais cet orgasme n’avait nullement refréné les ardeurs de la femme. Et, pendant ce temps, Alix la narguait, lui demandant si elle aimait bien ça. Doutzen, elle, répondait en soupirant et en gémissant, se tortillant sur place, accompagnant ainsi les mouvements de la femme.

« Hmmm... !! Oui, Alix, haaaa... C’est si bon de me faire baiser par toi, ma belle... »

Allait-elle encore la provoquer ? Doutzen avait déjà pu montrer à Alix qu’elle n’avait clairement pas le profil-type d’une soumise. Moqueuse et joueuse, elle l’avait poussé dans ses retranchements. Alix lui enleva ensuite son soutien-gorge, et la retourna sur le dos. Doutzen put ainsi voir, outre le visage de la femme, qui suintait de plaisir et d’envie, que sa queue était toujours bien tendue. Un membre roide et assoiffé, qui l’amena à se mordiller doucement les lèvres. Écartant les jambes, Doutzen pencha la tête sur le côté, narguant la femme devant elle.

« Ne me dis pas que tu vas t’arrêter là... »

Évidemment, Alix avait encore bien des projets, et se rapprocha de nouveau. Elle grimpa alors sur le lit, et Doutzen frémit en sentant son corps se rapprocher du sien, ses seins caresser sa peau, son membre durci glisser le long de ses cuisses... Puis la jeune femme se pinça les lèvres quand Alix lui pinça les seins. Son amante se retrouva ensuite au-dessus d’elle, son bassin à hauteur de son visage, et Doutzen entrouvrit les lèvres, avant de laisser l’homme fourrer sa grosse queue dans sa bouche. Elle soupira, et sentit le mandrin d’Alix lutter contre sa situation ascendante, demandant à remonter... Ce qui était impossible, puisque les lèvres de Doutzen le coincèrent. À moitié étouffée, elle se mit à couiner, gesticulant sur place, et remonta encore ses mains, les posant sur le cul moelleux d’Alix.

C’est là que la jeune femme eut la confirmation définitive que le plug n’était pas parti, puisqu’elle le sentit. Intérieurement, elle en sourit, et, tout en se tortillant, commença à jouer avec. D’une main, elle agrippa l’extrémité du plug, l’éloignant, puis l’enfonçant, et, de l’autre, elle caressa l’une des fesses d’Alix, la pinçant doucement, et continua à jouer avec son plug.

« Mmhmm... »

Sa situation restait toutefois assez inconfortable, car le corps dressé d’Alix était un peu gênant. Et elle déplaça finalement sa main, venant se masturber. Doutzen avait très chaud entre les cuisses, mais elle montrait aussi, par ce biais, qu’elle était encore libre de faire ce qu’elle voulait. Faute de pouvoir parler, Doutzen narguait Alix en se faisant plaisir...


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Mars 01, 2018, 10:04:24
Avoir littéralement retourné la situation, et Doutzen par la même occasion, sur un coup de sang, ça allait bien cinq minutes, mais comment étais-je sensée enchainer ensuite ? Parce que ouais, je m’étais légèrement énervée, la faute aux coup de fouets sur mon pauvre cul, mais au final je n’avais toujours pas tellement d’idée pour jouer aux dominatrices. En attendant, la bouche de la belle blonde avait coincé mon chibre dans une position horizontale, provoquant une tension des plus jouissives.

« Hmm… Bonne petite salope. » Déclarai-je en tapotant la joue creusée de Doutzen, chassant quelques mèches blondes pour mieux croiser son regard.

Elle avait beau gesticuler, ce n’était pas une position très pratique d’être assise sur sa poitrine, avec le bout de ma queue s’insinuant dans sa bouche mais il lui était difficile de m’échapper. Sauf que personnellement, j’aurais bien aimé me faire sucer correctement, et il me fallait rapidement trouver une nouvelle position sans perdre de ma domination. Sur ce dernier point, Doutzen ne semblait pas l’entendre de cette oreille, car elle se mit à remuer le plug toujours bien planté dans mon fondement, me faisant lâcher un couinement sonore.

« T’aimes ça jouer avec mon cul, hein ? Si t’es bien sage, j’pourrais peut-être t’autoriser à me sodomiser. »

Ouais en fait, c’était plutôt moi qui cherchait à passer à la casserole. J’étais simplement une piètre dominatrice qui essayait de masquer ses envies pour ne pas perdre la main qu’elle venait d’acquérir sur un coup de tête. Ce que de toute évidence, j’étais en train de perdre puisqu’un rapide coup d’œil vers l’entrejambe de Doutzen m’informa que la belle ne m’avait pas attendu pour se caresser. Dire que j’étais censée lui donner des ordres, ça n’allait pas être simple de conserver le contrôle avec l’envie de me faire baiser qui me taraudait.

Je me devais d’agir, et vite ! Retirant mon membre bien tendu et juteux de la bouche de mon amante, je me levai pour changer de sens, accomplissant un 360° pour m’asseoir au-dessus de la belle. Celle-ci avait désormais tout accès à mon sexe, et à mon cul par la même occasion, étant donné que nous étions parties pour un joli 69. Est-ce que c’était assez dominateur ? J’en sais rien, mais je m’empressai d’agiter le bassin pour frotter mon gland sur les lèvres de Doutzen.

« Aller, vas-y. Pompe bien et doigte-moi le cul tant que t’y es. J’vais m’occuper du reste, t’es tellement mouillée, c’est l’inondation par ici. »

En vrai, ça me faisait plutôt envie de la lécher. Rien que de m'allonger pour mettre mon visage au-dessus de son entrejambe afin d'observer la cyprine dégouliner, j’en avais l’eau à la bouche tant ça sentait délicieusement bon. Du coup, je ne perdis pas un instant. Mes mains saisirent la base de ses douces cuisses pour les écarter, me reposant sur elle pendant que mon bassin restait à califourchon sur son visage, et je commençai aussitôt à lécher.

D’abord sa jolie perle sensible que je torturai du bout de la langue, la remuant et l’aspirant dans ma bouche, avant de venir longuement lécher ses lèvres intimes détrempées d’excitation, laissant de généreux filets de salives sur mon menton. Un, puis deux doigts vinrent se glisser dans son intimité sans peine, se recroquevillant en elle pour stimuler ses chairs intimes pendant que je léchai comme une furie son petit bouton. Et je ne pouvais évidemment pas m’arrêter de gémir en sentant Doutzen s’affairer contre mes propres zones sensibles. Encore un peu, et si elle continuait comme ça, la situation allait une nouvelle fois s’inverser pour qu’elle me baise bien salement. Résiste Alix, putain.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Mars 05, 2018, 02:01:19
Visiblement, Alix, en prenant les rênes, n’avait pas réfléchi plus que ça. Du peu que Doutzen voyait, derrière son agressivité, il y avait surtout une fille un peu perdue. Dominer ? Se laisser faire ? Elle ne savait plus trop où donner de la tête, et ça, Doutz’ le sentait. Le pire était toutefois à craindre, car il n’y avait rien de pire qu’un dominateur manquant de confiance en lui. Il pouvait, soit s’effondrer sur place, soit se montrer excessivement brutal. La preuve avec la position actuelle, qui n’était satisfaisante pour personne, mais faisait mal à Doutzen. Alix était en train de l’étouffer, et la jeune femme se mit à couiner. La queue d’Alix ne bougeait pas, plantée en elle, et, avec son corps sur sa poitrine, ses voies respiratoires étaient également restreintes. Quand Doutzen commença à sentir qu’Alix hésitait à bouger, elle réfléchit sur le meilleur moyen de faire comprendre à Alix que sa situation n’était pas la meilleure qui soit… Comme en la mordant.

Fort heureusement, Alix réagit d’elle-même, et libéra la bouche de la jeune blonde. Cette dernière prit une grande bouffée d’air, et posa ses deux bras sur le lit, clignant des yeux à plusieurs reprises. Alix avait une belle érection, et se redressa un peu, avant de se déplacer, se faisant à son idée initiale, mais en essayant de la changer un peu. La jeune Doutzen réfléchissait au meilleur moyen de convaincre Alix, puis finit par se dire que la meilleure option était sans doute de ne rien dire.

*Elle serait bien capable de me gifler, sinon…*

Et ça, Doutzen tenait quand même à l’éviter ! Fort heureusement, Alix avait une bonne idée, puisqu’elle opta pour la position classique du 69. Se pinçant les lèvres, Doutzen leva les mains, et caressa le sexe d’Alix, tout en écartant les cuisses. Effectivement, la belle Russe mouillait, ce qu’Alix nota, toujours avec cette agressivité, ce ton sec et tranchant. Doutzen acquit encore une fois la conviction que ce ton ne servait qu’à masquer le malaise que la jeune femme ressentait, une chose que Doutzen pouvait aisément comprendre. Esquissant un léger sourire, la beauté acquiesça néanmoins silencieusement, et laissa le membre durci de la femme s’enfoncer de nouveau entre ses lèvres, posant ses deux mains sur les fesses d’Alix.

*Toi aussi, ma belle, tu aimes bien qu’on s’attaque à ton postérieur…*

Bien sûr, Alix le nierait, si Doutzen le disait ouvertement… Mais elle en était déjà sûre. Ses deux mains se serrèrent donc sur cette partie de son corps, et elle se dandina sur le lit,  sentant rapidement Alix gémir. Il fallait bien admettre que Doutzen savait très bien s’occuper de son membre. Il remuait dans sa bouche, et elle l’aspirait volontiers, déplaçant parfois sa main pour flatter ses bourses, tout en plaquant bien la queue de son amante en elle, respirant par le nez, usant de ces techniques de respiration qu’elle avait appris pour faire durer le plaisir sexuel aussi longtemps que possible.

Avec sa brutalité et sa nervosité, Alix pensait-elle pouvoir gérer ça ? Elle avait inversé les rôles, mais elle commençait à réaliser combien sa position était bancale. Doutzen en jouait volontiers, comme si, en ayant accepté cette inversion, elle rappelait finalement à sa partenaire que c’était elle qui menait la danse. Jouant de ses doigts, elle retourna titiller le plug anal, veillant toujours à l’enfoncer, pinçant ensuite les bouts de chair de la femme, s’attaquant à son délicieux cul.

« Mmmhmm… »

Doutzen mouillait également beaucoup, signe que les coups de langue d’Alix étaient bien loin de la laisser insensible. Elle continuait à se tortiller sur place, mais, à ce petit jeu, c’était bel et bien Alix, moins expérimentée que la redoutable lycéenne, qui allait s’abandonner la première…


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Mars 09, 2018, 07:24:32
Mais dans quoi est-ce que je m’étais embarquée ? J’avais beau avoir joué la dominatrice d’opérette quelques instants, je n’avais absolument aucun contrôle sur la situation, et surtout pas sur mon érection. Celle-ci était cajolée par la langue experte de Doutzen, me laissant sur le point de céder à tout moment. Mon sexe me semblait tout simplement en feu, et même si je me concentrai sur autre chose, l’issue était inévitable. Je devais me rendre à l’évidence, la demoiselle était infiniment plus douée que moi dans ce domaine.

Hé, et alors ? En fin de compte, c’était plus excitant comme ça, être entre les mains d’une femme d’expérience, mais jeune et terriblement séduisante. Alors qu’importe si j’étais sur le point de jouir, encore une fois, je faisais de mon mieux pour lui donner du plaisir en léchant ces lèvres intimes si humides et si alléchantes. Un vrai régal pour quelqu’un comme moi qui aimait le sexe oral. Le sang me montait un peu la tête tandis que je tentai de faufiler ma langue dans son antre chaude, mais manque de bol, la position ne s’y prêtait pas réellement.

Qui dominait, qui se soumettait ? Bon, à vrai dire, je ne savais même plus où on en était à ce stade. Et puis merde tout cela ! Doutzen coupa court à ses réflexions en agitant le plug planté dans mon petit cul, et ce fut littéralement la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Je poussai un couinement de plaisir quand mon sexe se cabra, agité de spasmes en se vidant sur la langue de ma… Maitresse ? Je ne savais plus où j’en étais en fin de compte. Quoiqu’il en soit, la magnifique blonde m’avait fait jouir une nouvelle fois, et à ma grande honte, sans beaucoup d’effort. Il fallait équilibrer le score.

« Aw… Putain… » Couinai-je une nouvelle fois en basculant mes jambes hors de portée de Doutzen, me retrouvant sur le lit.

Mais pas de temps à perdre ! Mon objectif en tête, je rampai pathétiquement sur le lit en faisant fi de mes jambes en coton pour me précipiter entre les cuisses écartées de la belle russe. Au moins, j’avais accès bien meilleur à cette intimité juteuse. Déployant ma langue, je commençai à la faufiler entre ses lèvres charnues, me délectant de cette abondante et délicieuse mouille. Je pressai les jambes de Doutzen autour de ma tête, ouais j’ai toujours besoin d’un peu d’autorité pour être bien, et la léchai comme une affamée. Ma langue gesticulait et se contorsionnait en elle, alors que je venais de temps à autre aspirer son petit bouton sensible entre mes lèvres. Sans les mains, rien que la bouche, comme je l’aimai !

« A cause de toi, j’sais plus où on est… Mais ça m'excite tellement de sucer, ou de lécher dans ce cas là. Si j’te fais jouir avec la langue, tu m’prends le cul un peu après ? » Lui confiai-je dans un ton presque suppliant.

En l’occurrence, une petite pause pour mon membre était bienvenue mais ce n’était qu’une question de temps avant de repartir de plus belle. Son petit jeu avec le plug m’avait émoustillé, et mon derrière devait être fin prêt pour le niveau au-dessus maintenant… En attendant, rien ne pouvait m’arrêter. Je mordillai son clitoris, aspirait sa mouille comme une assoiffée avant de replonger ma langue profondément dans cette douce et suave chaleur. Est-ce que j’étais repartie pour me faire dominer ? Possible. Bon en fait, j’étais confuse sur la hiérarchie, mais ça ne coûtait rien d’apprendre sur le tas. Et c’était tellement bon…


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Mars 12, 2018, 02:10:15
Maîtresse Alix, ou esclave Alix ? Visiblement, la question méritait d’être posée, car, après son coup d’éclat, qui avait amené Alix à retourner Doutzen, à la renverser sur le lit, elle n’était maintenant plus assurée de pouvoir encore la dominer. Doutzen le percevait, le sentait. Elle joua avec le plug niché dans le cul d’Alix, et comprit vite qu’elle était très sensible ici... Une sodomite qui devait avoir du mal à avouer ses pulsions, et qui les masquait derrière son agressivité. Mais là, comment être agressive ? Sa queue était plantée dans la bouche d’une superbe blonde, une blonde qui s’amusait à titiller son fessier avec ce gode qui était planté en elle. Doutzen continuait à s’amuser avec elle, et sentit soudain Alix se répandre dans sa bouche.

« Hmmmm... »

Fermant les yeux, Doutzen soupira encore, laissant le sperme dans sa bouche. La belle Alix ne put donc se retenir, et se redressa ensuite, puis s’empressa de passer à la suite. Elle était visiblement bien décidée à faire jouir Doutzen, et se glissa entre les cuisses de la femme. La belle blonde se redressa alors, et esquissa un nouveau sourire en voyant la langue d’Alix glisser entre ses cuisses, titillant sa fleur intime. La main de Doutzen caressa ses cheveux, et elle soupira alors. Elle venait d’avaler le sperme de la femme. Un liquide âcre, qu’elle avait pendant longtemps détesté, avant de finir par, progressivement, l’apprécier.

Alix lui demanda de s’attaquer à son cul ensuite, et Doutzen gloussa légèrement.

« Hm... Dans les deux cas, tu sais, je m’occuperai de te défoncer bien fort, petite salope... »

Son intuition avait donc été la bonne ! Fondamentalement, Alix était bel et bien torturée entre, d’un côté, ses passions profondes, et, de l’autre, ce refus de l’avouer.

« Tu aimes ça, hein, hmmm... ? L’idée qu’une belle femme comme moi puisse te... Haaaa... Te dominer ? Haaa, ouuhh, mais tu mords, ma belle, haaa... ! »

Au moins, Alix savait clairement y faire ! Très talentueuse, elle léchait avidement, titillant le clitoris de la femme, optant de sa langue, de ses dents... Ce traitement ne laissait pas Doutzen indifférent, et elle cessa d’ailleurs de parler. Au lieu de ça, la jeune blonde laissa le plaisir l’envahir. Soupirant longuement, sa tête s’affala en arrière, et elle gémit encore. Le plaisir continua à croître, encore et encore... Et l’orgasme la traversa.

Ses doigts se crispèrent sur les cheveux de la femme, et elle se relâcha donc, sa mouille éclaboussant le visage d’Alix. Doutzen se détendit ensuite, sentant d’agréables frissons de plaisir la traverser de part en part. Soupirant encore, Doutzen relâcha la pression sur les cheveux de la femme, et se pinça les lèvres.

« Ça fait du bien, Alix... Maintenant, embrasse-moi. Donne-moi envie que je te défonce ton petit cul, ma belle... »

Alix était confuse, et Doutzen continuait à jouer avec ça.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Mars 15, 2018, 10:55:39
Trop de pression, trop d’erreurs de ma part, et trop d’inversions des rôles, au point que je ne savais plus où donner de la tête ! Doutzen m’excitait, jouant avec mes nerfs et mes pulsions profondes de me faire salement prendre par derrière. Je devais m’y attendre, ça faisait parti du jeu. Comment étais-je sensée riposter ? Elle était très sensuelle, belle, et bien plus expérimentée que moi. Tout ce que je pouvais faire en ce moment, c’était de lécher, mordiller et littéralement dévorer ces lèvres intimes dégoulinantes, tartinant mon visage de mouille.

Putain que c’était bon. Ce parfum, ce goût. Ma langue se faufilait en elle comme un serpent assoiffé, cherchant à faire plaisir à ma… Maitresse ? A ce train là, oui, j’allais bientôt recommencer à l’appeler ainsi. Mordillant son clitoris, je m’acharnai à aspirer comme une affamée cette chair si douce et délicieuse… A croire que ma frénésie faisait de l’effet à la belle Doutzen qui emprisonna mes cheveux dans sa poigne, inondant mon visage de suave liquide orgasmique.

« Humm… Super bon. » Lui confiai-je en lapant son sexe comme une véritable petite chienne attentive à ne pas perdre une goutte du précieux nectar.

Cette fois, il était temps de l’assumer. Doutzen avait la main par rapport à moi, et cela devenait de plus en plus évident de minute en minute.  Collectant les derniers restes de jouissance du bout de la langue, je léchai ses cuisses, les nettoyant convenablement des ruisselets de cyprines les ayant tâchées jusqu’aux bas de dentelle. En somme, ce qu’elle me proposait, c’était de gagner ma sodomie ? Rien que d’y penser, ça m’excitait. Je n’étais pas victime d’une nouvelle érection, mais ça n’allait pas tarder maintenant que je réfléchissais au meilleur moyen d’accomplir son souhait.

« D’accord… Maitresse. » Lâchai-je finalement.

Oui ! Le mot fatale était dit. Je redevenais la soumise, la petite esclave de Doutzen, ma belle maitresse dont j’assiégeai le doux ventre d’onctueux baiser. Le tout était de trouver les bons mots avec les gestes adéquates pour la satisfaire… Et accéder à ma requête qui me faisait tant envie depuis que nous avions commencé cette séance. Je vins mordiller ses tétons mis à nu par mon dernier coup de sang en date, léchant la chair sensible du bout de ma langue avant de river mon regard dans celui de la belle blonde.

« Maitresse… » Cette fois, je remontai dans son cou, l’embrassant, pinçant la peau délicate entre mes lèvres. « Z’aviez raison sur moi. Ça m’excite tellement de vous imaginer me prendre le cul… »

Les mots salaces sortaient tellement naturellement de ma bouche, que j’en étais même la première surprise. Est-ce que c’était lié à mon profond fantasme désormais si près de se réaliser ? Probablement. Cette situation m’excitait à tel degré que j’étais prête à la supplier. Et sa manière de jouer avec le plug enfoncé dans mon fondement n’avait qu’exacerber le problème à la limite du supportable.

Cette fois, nos lèvres se joignirent en un long, très long et très intense baiser où ma langue joua fébrilement avec la sienne. Mon corps était plaqué contre le sien, nos poitrines l’une contre l’autre, ajoutant une dimension encore plus intime et créant une chaleur des plus excitantes. Quand j’abandonnai sa langue, je l’embrassai encore et encore, léchant sa bouche sensuelle, tiraillant sa lèvre inférieure comme une amante en manque avant de revenir l’embrasser plus sauvagement. Estimant que la démonstration de mon désir était suffisante, mes lèvres coururent sur sa joue, mon visage glissant contre le sien pour que je puisse lui murmurer sensuellement à l’oreille.

« Maitresse Doutzen, baisez-moi, s’il vous plait. Défoncez-moi le cul, c’est ce que je veux. Faites-moi ramper, gémir, tout ce que j’attends c’est de me faire rougir mes petites fesses. Pitié, maitresse… » Concluais-je en lui léchant le lobe d’oreille.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Mars 19, 2018, 01:57:27
C’était la faille dans sa cuirasse, l’ouverture, son talon d’Achille. Cette femme fantasmait sur le fait de se faire défoncer le cul. Doutzen pouvait la comprendre, elle-même devant bien admettre, à son corps défendant, aimer beaucoup la sodomie. Y avait-il une raison particulière à cela ? Elle repensait fugacement à la sensation de ce membre s’enfonçant dans ses parois internes, ce membre bien trop gros pour un passage bien trop petit, et qui arrivait pourtant à passer… À l’exquise et intenable sensation de sentir ses parois anales se dilater et s’écarter sous le passage d’une queue impassible et affamée… Les claques qui accompagnaient ça, la douleur qui éclatait dans tout le corps, comme un feu ardent qui consumait tout votre être. Oui, elle raffolait clairement de cette situation, et l’idée de l’infliger à Alix n’était pas sans la stimuler fortement… Mais, avant ça, elle voulait quand même s’assurer qu’Alix ne viendraient pas à nouveau tout bouleverser. Elle sourit donc en entendant la jeune femme l’appeler « Maîtresse », mais attendit d’en voir plus.

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle ne fut pas déçue. Continuant à se blottir contre elle, Alix mordillait ses seins, puis son cou, confirmant à Doutz’ qu’elle avait bien affaire à une mordeuse. De fait, le corps de la jeune femme était décoré, ici et là, par les marques d’Alix, formant des petites lignes doucement ondulées. Un léger spectacle, tandis qu’Alix remontait lentement le long du corps de Doutzen, jusqu’à atteindre ses lèvres. Elle avait d’ores et déjà convaincu la jeune femme, qui répondit à son baiser, et en profita pour retourner palper ses fesses.

« Hmmm… »

Doutzen et Alix étaient parties pour rester ensemble un sacré moment. Autant dire que Doutzen ne comptait pas laisser partir sa proie si facilement ! Sa main se crispait à ses cheveux, et l’autre alla caresser son dos, grattant sa peau, et retourna à la position tant attendue… Contre les fesses d’Alix. Elle serra une nouvelle fois son plug anal, et l’enfonça d’un coup sec, ce qui coïncida avec le moment où sa mordeuse retourna enfoncer ses dents contre sa lèvre inférieure. Doutzen maintint la pression, puis retira finalement le plug, avant de le jeter au sol, et gifla ensuite le cul de la femme, abattant ses doigts sur sa peau.

Les deux femmes cessèrent ensuite de s’embrasser, et Doutzen hocha alors la tête.

« Mets-toi à quatre pattes sur le tapis. Je ne pensais pas devoir recourir à ça, mais tu es tellement en manque, Alix, que tu forces ta Maîtresse à prendre les  grands moyens. »

Qu’est-ce que Doutzen avait en tête ? Mystérieuse, la femme se releva, et retourna près de l’armoire abritant tous les sex toys, pour sortir un curieux flacon comprenant des pilules roses. Aucun étiquetage dessus, de sorte que ce n’était pas un médicament qu’on trouvait dans une pharmacie.  C’était un produit spécial, issu d’une contrebande toute aussi spéciale, et qu’on ne trouvait qu’à Seikusu. Alix Sable avait peut-être même elle-même distribué ce genre de produits aphrodisiaques aux effets très spéciaux. Non contente de développer la libido, ces pilules développaient aussi autre chose

Doutzen en avala une, et ferma les yeux, avant de soupirer longuement. Elle gémit ensuite, et sentit une force pointer entre ses cuisses. Frémissant sur place, la jeune femme se pinça encore les lèvres, et poussa ensuite un cri, pendant que, entre ses cuisses, un phallus se forma !

« Haaaa… Désolée, ma chérie, je… J’ai encore du mal à m’y faire… »

Elle se retourna vers elle, et se rapprocha de son corps, posant alors ses mains sur ses fesses.

« P-Prête, ma chérie ? »

Pure question rhétorique ! Vu la situation, Doutzen n’allait pas attendre plus longtemps, surtout que sa queue lui faisait mal, et qu’elle avait très envie de la fourrer quelque part. Sa main se posa donc sur son chibre, et elle l’approcha de la croupe d’Alix. En sentant l’anneau de chair rose se heurter à son membre, Doutzen soupira, se pinça les lèvres… Puis força le passage.

La levrette commença ainsi, le corps de Doutzen étant transporté par ça…


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Mars 24, 2018, 03:11:27
S’amuser à mordiller les points sensibles de Doutzen… Pardon, de ma maitresse, c’était une chose ; un petit plaisir coupable. Mais en définitive, c’était une toute autre chose que j’attendais. Quelque chose de plus gros, plus dur et qui se faufile délicieusement entre mes fesses, et je faisais de mon mieux pour que le message passe auprès d’elle. Ce qui semblait fonctionner en définitive ! La jolie blonde palpait mon joli postérieur, jouant avec le plug par petit coups secs, ce qui ne manquait pas de me faire couiner de plaisir durant les manœuvres.

Retirer le plug me plaisait déjà moins. La sensation de vide était si décevante que j’en échappai un soupir de frustration, aussitôt étouffé par le baiser partagé avec ma belle maitresse qui ne manquait nullement de gifler mes fesses rebondies. Hé, j’en étais assez fière de ce petit cul ! Tout cela n’échappa évidemment pas à Doutzen, interprétant mes signes d’impatience comme un état de manque. Difficile de lui donner réellement tort dans cette situation.

« Cool ! Enfin, j’veux dire, merci maitresse ! » Clamai-je en descendant du lit pour me mettre à quatre pattes sur le tapis comme ordonné.

Est-ce que je n’aurais pas dû protester un peu ? Ne serait-ce que par dignité ? Probablement. Et puis merde après tout, Doutzen avait vu juste dans mes fantasmes. J’avais besoin de ça, d’un gros membre en train d’agrandir mon cul, de vigoureux coups de bassin qui valaient bien mieux que mes doigts. Observant de biais ma belle maitresse blonde en train de farfouiller dans les tiroirs, je remuai lentement ma croupe bien exposée avec un air de junkie attendant sa dose.

Très clairement, ces faits et gestes commençaient à m’intriguer. J’avais légitimement pensé que Doutzen se serait équipé d’un gros gode ceinture, mais finalement, il me semblait que la jolie blonde venait d’avaler quelque chose. Mais quoi ? La tête appuyée dans mes mains, et toujours à quatre pattes bien sûr, je la regardai gémir avec intérêt, puis se trémousser sur place en serrant les jambes avant le grand final.

« Wow ! J’pensais pas que t’aurais ces trucs, mais ça me plait ! » La bouche en cœur, je salivai presque en admirant la belle queue qui venait d’apparaitre entre les jambes de Doutzen.

Un peu que ça me plaisait ! Ce genre de pilules magiques valaient plutôt cher, mais cela m’était déjà arrivé d’en refourguer . Je ronronnai déjà d’aise en sentant les mains de ma maitresse s’apposer sur mon derrière, frémissant à l’idée qu’un si beau et juteux membre allait bientôt me ravager le cul.

« Mais m’demande pas, j’attends qu’ça !... » Râlai-je en remuant encore les hanches. « … Ow, ow !... »

Difficile de parler clairement quand ma petite rondelle se vit forcer par le membre nouvellement acquis de Doutzen. Manifestement, l’impatience était partagée, et elle s’empressait de pousser son chibre en moi. Dire que je ne ressentais que du plaisir aurait été exagéré. C’était tout de même plutôt douloureux au commencement, ne serait-ce que pour m’habituer à la première sensation d’étirement et de brûlure. Heureusement, je n’étais pas totalement une débutante de ce côté-là, et ma réaction fut de me détendre tout naturellement pour accepter le membre chaud.

« Oh ouais !... J’veux dire… Han, maitresse… C’est tellement bon… Han. » Ahanai-je en sentant mon petit trou se faire littéralement déchirer.

Passé la première douleur, cela va sans dire que je commençai à être parcouru de délicieux frissons à mesure que Doutzen cheminait en moi. Une belle érection se forma entre mes jambes sans que je n’ai besoin d’y toucher. D’ailleurs, mon dos était cambré et je posai presque ma tête sur le sol pour exposer mes fesses à ma belle tortionnaire, montrant combien cette sodomie me faisait plaisir. Me faisait délirer même ! Depuis le temps que ce fantasme me trottait dans la tête. Je tortillai un peu du derrière pour faire avancer la belle verge en moi, impatiente de la sentir m’écarteler complètement.

« Continuez… Maitresse… Baisez-moi ! » Il fallait que ce membre coulisse plus loin en moi. Rien que les premières sensations d’étirement me rendaient accro, et j’attendais avec impatience que Doutzen commence sérieusement les mouvements de hanches. En attendant, j’avais le souffle court, échappant des petits couinements et autres gémissements de plaisir manifeste face à ce merveilleux cadeau. La levrette ne faisait que commencer, et je m’aperçu qu’un petit filet de bave s’échappait de ma bouche. A croire que je devenais une véritable salope dès qu’on parlait de me prendre par derrière, et le pire, c’est que je ne ressentais aucune honte actuellement. Oups ?


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Mars 25, 2018, 09:18:15
Chassez le naturel… Alix avait tenté de lutter contre son attirance pour la sodomie, ce qui expliquait sans doute clairement pourquoi elle s’était montrée initialement si violente envers Doutzen. Elle avait refoulé ses pulsions, mais, finalement, elle s’y pliait volontiers. Doutzen avait vu le regard plein d’amour de son partenaire quand elle avait utilisé sa drogue. Ces pilules roses étaient effectivement onéreuses pour la plupart des gens, mais Doutzen les avait gratuitement, puisque Reto Kroes faisait du trafic de ces pilules. Doutzen n’avait donc aucune difficulté à obtenir de tels bonbons, et elle devait bien admettre que, si elle avait eu bien des réticences au début à l’idée de se doter d’une verge, avec le temps, ses hésitations avaient fini par battre en brèche. Elle se rapprocha donc de sa partenaire. Doutzen s’était progressivement habituée au fait d’être une hermaphrodite, car ce n’était pas la première fois qu’elle se retrouvait dotée d’un chibre. Il fallait bien admettre que c’était très particulier. Un membre lourd, gênant, une queue qui puisait en vous, dans votre énergie, et vous mettait dans un état de nervosité très avancé.

« Oohh… Alix… ! Hmmm… Ma chérie, j’ai l’impression que ton cul aspire ma bite ! Tu es en manque à ce point, ma salope ?! »

Doutzen était une actrice Elle savait donc changer de rôle, et passer de la timide soumise ingénue à la dominatrice forte et perverse. Pour elle, c’était très facile, et, en matière sexuelle, elle aimait beaucoup changer d’attitude. Selon le comportement qu’on prenait, le plaisir ressenti était très largement différent. Mais là, il y avait un indéniable fond de vérité dans ce qu’elle disait. Quand sa queue s’enfonça dans le corps d’Alix, elle s’y glissa rapidement. C’était normal, vu qu’Alix avait porté son plug, mais, rapidement, Doutzen sentit quand même une résistance, et se pinça les lèvres, tout en serrant ses mains sur le cul de sa partenaire.

Alix était là pour l’encourager, et Doutzen s’arrêta de bouger pendant quelques secondes, frissonnant doucement. Ses mains gantées de rouge caressaient son corps, et elle soupira à nouveau, remuant très faiblement, comme pour narguer la femme. Très clairement, Doutzen maîtrisait son sujet, son domaine, et elle comptait bien montrer à Alix qui, ici, menait la danse. Pour la jeune femme, il n(y avait tout simplement aucune échappatoire, et Doutzen commença alors à remuer, se reculant, puis retourna brusquement en avant, faisant taper sa queue contre son sexe.

« A… Alix, hmmm… !! »

Sa main s’abattit alors sur sa croupe de la femme, venant gifler le délicieux cul d’Alix. Nouveau ricanement moqueur de la part de Doutzen, qui accéléra ensuite enfin le rythme, serrant ses doigts sur le corps de sa partenaire. Sa queue fila en arrière, puis repartir brusquement en avant, s’enfonçant en Alix, arrachant à cette dernière des couinements supplémentaires.

« Là, hmmm, ouiii, haaaa… Motive ta Maîtresse bien comme il faut, hmm… Tu aimes ça, h-hein ? Que je te défonce le cul comme si tu étais une grosse pute, hein ?! Sa… Salope, hmmm… ! Mo-Motive-moi à te défoncer le cul, haaa… !! Alix, hmmm… !! »

Et la main de Doutzen gifla à nouveau sa délicieuse croupe !


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Mars 30, 2018, 01:48:23
A quel moment avais-je perdu de vue la raison de ma présence ? Ouais d’ailleurs, où est-ce que j’en étais de mon affaire avec la mafia ? Aucune idée. Je ne savais plus, ni ne tenais réellement à me concentrer là-dessus en ce moment quand… Eh bien, quand j’étais occupée me prendre, disons les choses carrément, une queue bien épaisse dans mon petit derrière étroit. Doutzen avait complètement raison ceci dit. Si mon cul aspirait si bien sa queue, c’était d’une part parce que je m’étais évidemment déjà entrainée à accepter une intrusion de ce côté, mais d’autre part grâce à son plug. Et je dois bien l’avouer, aussi parce que j’en avais une sacrée putain d’envie.

 « Uuh… Carrément, j’suis en manque… T’as- Maitresse a raison. Rah putain, c’est bon ! Arrête pas ! »

Le langage propre à ma position de soumise m’échappait encore de temps à autre, preuve que j’avais encore du mal à m’y faire, mais cela venait tout doucement. Un peu comme la sodomie actuelle. Je cambrai le dos, atteignant le bord du matelas pour m’y accrocher et prendre appui, histoire de me préparer aux coups de bassin de Doutzen. Rien que la présence de son membre en moi m’excitait plus que de raison, et je sentis mon propre sexe se redresser en une érection légèrement douloureuse.

Seulement, la suite se fit carrément désirer ! Jetant un coup d’œil derrière moi, je vis la belle Doutzen s’amuser à caresser ma croupe de ses mains gantées de rouge sans pour autant me donner ce que je désirai. Elle me faisait mariner ! C’était une véritable torture de sentir le bout de sa queue remuer si faiblement dans mon derrière, que cela en créait une frustration. Je remuai mes hanches comme pour l’inviter à y aller franchement, ce que j’attendais depuis déjà longtemps. Trop longtemps !

« Aller quoi ! J’ai tellement envie, me fais pas attendre ! J’en peux plus, baise-moi !... »

Un élan qui fut littéralement coupé par le coup surprise, où la queue de Doutzen s’enfonça brusquement de toute sa puissance dans mon pauvre petit derrière. J’en eus le souffle coupé ! La bouche ouverte, plus un mot ne pouvait sortir si ce n’est un long râle de plaisir, mais aussi de soulagement. Enfin, j’avais ce que je voulais ! L’attente avait été longue, mais il fallait bien avouer que ça en valait la peine maintenant que ma maitresse me défonçait réellement le derrière.

Ses mouvements réveillaient des sensations incroyables en moi, provoquant un barreau bien raide et bien redressé entre mes jambes qui s’écartaient d’elles-mêmes. Pour une fois, je n’avais plus rien à redire. Chaque coup me faisait couiner davantage, et je finis par retomber le nez dans le tapis, le bassin complètement relevées. Offerte en somme. Mes mains se cramponnaient au tapis, subissant les coups de hanches de Doutzen et ses nombreuses gifles sur mon joli postérieur qui se colorait de rouge. Elle n’y allait pas de main morte, et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça me plaisait sacrément.

« Aaahan… Je… Han… Encore !... » Eh oui, ce n’était pas facile de parler quand on se fait agrandir le fondement par une belle queue. « Enculez-moi maitresse ! J’aime ça, j’attendais qu’ça, j’adore ça ! Han… Plus fort… Ooh… ‘Vais jouir …. Aah ! »

Le pire, c’est que je n’inventai rien. Non seulement, ça me rendait complètement folle, mais je sentais un orgasme totalement incontrôlé et inopiné monter à toute vitesse. C’est dingue ça, j’avais déjà joui plusieurs fois pourtant. Et malgré cela, j’allais exploser, avoir un orgasme anal ! Doutzen allait sans doute pour m’humilier davantage, mais merde, c’était trop bon et il m’était impossible de stopper le pied que je prenais. Le membre de ma maitresse touchait réellement quelque chose en moi, et des vagues de plaisir commencèrent à me secouer, se répercutant jusque dans mon sexe.

Ce qui devait arriver, arriva. Je sentis mon membre se raidir, se contracter même, comme une vague impossible à arrêter et alimentée par les coups de Doutzen. Mes jambes se mirent à trembler avant qu’un jet soudain de liquide chaud et épais ne s’échappe brusquement de mon sexe, arrosant légèrement mon ventre avant se répandre sur le reste sur le tapis. Oh, bordel… Cette fois, j’étais définitivement classée comme une salope sodomite et jouissant du cul. Cet orgasme dura plus longtemps que je ne l’aurais cru, couvrant mon corps de sueur et déclenchant des spasmes dans mon fondement qui resserra son étreinte sur le manche de ma maitresse.

« Haaan… Maitresse… Putain, vous… M’avez fait… Haa jouir… ! Encore… ! »


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Avril 03, 2018, 01:10:30
Sans frustration, point de désir. Souffrir, c’était prendre son pied. Le sexe, c’était le regroupement des opposés, la fusion des contradictions. Une séquence unique, terriblement jouissive, où toutes les barrières cédaient, et où toutes les sensations, toutes les émotions, se regroupaient ensemble. Doutzen savourait ce moment avec envie, sa grosse queue perforant le petit cul d’Alix. La jeune femme avait longuement fait tourner Doutz’ en bourrique avant de finir par accepter sa nature profonde, celle d’une joyeuse sodomite qui ne demandait qu’à se faire prendre énergiquement par elle. Doutzen avait pris l’ascendant sur elle, de manière assez remarquée… Et peut-être même de façon définitive sur le reste de la soirée, mais Doutzen n’avait pas non plus envie d’être présomptueuse… Même s’il était très facile de l’être avec cet engin entre ses cuisses. Honnêtement, quand la jeune Russe avait appris qu’il existait des pilules d’hermaphrodisme, elle en avait été scotchée. Et, la première fois qu’elle en avait pris une… Les sensations avaient été incroyables ! Maintenant, Doutzen apprenait peu à peu à gérer ça, mais… Ça restait toujours une expérience sacrément impressionnante !

Et là, donc, la queue plantée dans le cul d’Alix, elle tremblait sur place. Ses mains se crispèrent sur ses fesses, et elle gémit longuement, se tortillant sur place, poussant même parfois de légers cris de plaisir, en sentant des vagues intenses la traverser. Le plaisir affluait dans son corps, la traversant de part en part, irradiant en elle.

« Hmmmmm… !! A-Alix, haaaaa… » gémit-elle.

Doutzen soupira, sentant sa queue se coincer contre les chairs internes de la femme. Elle gémit encore, et fila en arrière, puis de nouveau en avant, donnant un puissant coup de reins, sentant le corps d’Alix ployer sous le sien. La sodomie… Cette pratique sexuelle la terrorisait au début, pourtant ! Et puis, avec le temps, elle avait fini par s’y faire, et, même, par aimer ça. Sans doute l’habitude, ou ce mélange intense de douleur et de plaisir. Il n’y avait clairement que dans la sodomie que ce mélange était si fort, atteignant son paroxysme. La souffrance était terrible, à tel point qu’elle en avait souvent du mal à s’asseoir pendant les prochains jours… Mais quel pied ! Sentir ce mandrin la défoncer, écarteler ses parois internes, la malmener sur place sans la moindre pitié, s’enfoncer dans ses entrailles… Cette sensation de violation de sa chair jusqu’au plus profond de soi était absolument jouissive.

Et, inversement, Doutzen aimait aussi s’enfoncer dans un joli cul. Les parois serrées qui se crispaient sur son membre, le plaisir qui affluait douloureusement en elle, cette sensation laborieuse de s’enfoncer péniblement dans le corps de son amante… Autant de sensations délectables et extrêmement agréables, qu’elle avait très envie de reproduire à loisir ! Elle accéléra donc en elle, amplifiant ses rythmes, et sentit les cris et les gémissements d’Alix s’accentuer, se multiplier, augmentant en même temps que le durcissement de sa queue… Certes, Doutzen ne le voyait pas, mais elle entendit clairement la jeune femme jouir, et répondit à sa manière…

En la giflant !

Une belle claque s’abattit ainsi sur le postérieur de la femme.

« Petite pute, hmmm… Tu… Tu oses jouir sans l’autorisation de ta Maîtresse, haaaa… ?! »

Doutzen la gifla à nouveau, plus fortement, et reprit ses coups de reins.

« Tu… Haaaa… Tu vas me… Me payer ça, sa… Sale chienne !! »

La dernière fois, c’était en lui demandant d’aboyer qu’Alix s’était rebiffée. Les choses allaient-elles être différentes maintenant ? Pour Doutzen, il serait très curieux de voir comment la jeune femme allait réagir, maintenant qu’elle venait de jouir, et que son esprit était donc plus alerte, plus serein…


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Avril 07, 2018, 03:07:58
Est-ce que je ne devrais pas revenir à une attitude, disons… Moins complètement affamée ? Moins en manque ? Bon, c’est vrai, j’ai du mal à trouver le terme adéquat, mais ce n’est pas du tout simple de rectifier son comportement quand on se prend un gros membre dans le cul. Celui-ci me défonçait à tel point que mon esprit semblait se déconnecter complètement des réalités, et j’avais l’impression de flotter dans un univers de plaisir mélangé à un soupçon de douleur. L’entrée de mes fesses me brûlait à force de subir les assauts de Doutz’, et j’avais même quelques crampes à la queue après autant d’orgasmes mais bordel…

Qu’est-ce que ça fait du bien ! Passé la jouissance, mon esprit était un peu plus clair, mais cette fois, je commençai à ressentir une toute nouvelle sensation, un nouveau plaisir totalement différent… La soumission ! La satisfaction de s’abandonner, de laisser ma maitresse prendre les devants et user de mon corps comme bon lui semblait. En l’occurrence, elle se servait de mon cul comme un jouet, mais ça revenait au même. Celui-ci était bien rouge après les gifles qui s’abattaient dessus à plusieurs reprises, et me faisaient couiner à chaque fois.

« Aaah… J’suis désolé maitresse… C’est vot’ queue- Haan… Elle est trop géniale !... » M’exclamai-je le souffle court.

Finalement, face aux frissons et aux spasmes m’affaiblissant, j’abandonnai toute volonté de me redresser pour être dans une position moins pitoyable que le cul en l’air, les bras complètement ramollis avec la tronche collée au sol. Doutzen me maltraitait et cette fois-ci, je n’y voyais aucun inconvénient. J’avais les jambes en coton, mais il fallait tenir bon dans la mesure où elle comptait sur moi pour se faire plaisir, ma maitresse adorée, et surtout en usant de mon petit trou. Est-ce que je commençai à réellement penser comme ça ? Eh ouais, penser qu’il était de mon devoir de lui faire plaisir commençait à s’imposer comme une vérité.

« Oui maitresse… J’suis une chienne… Haan… J’ai envie que- Que vous utilisiez mon cul pour vous soulager… Haaa… J’mérite que ça. »

C’était signé, et confirmé maintenant. Je fis l’effort de relever mes bras pour saisir mes fesses, et les écarter au mieux pour bien laisser libre accès au gros membre de Doutzen. L’idée qu’elle puisse s’enfoncer encore plus loin me faisait complètement chavirer. Je sentis de plus en plus mon petit trou s’étirer, se faire à la taille de son engin et montrer de moins en moins de résistance. Certes, je n’avais plus une érection aussi raide qu’avant, car toute les sensations provenaient d’entre mes fesses, ce qui était plutôt nouveau et… Intéressant. Jouissif même.

« Plus fort.. Maitresse !... » Haletai-je, mais c’était perdu, ma voix se perdait dans des couinements étouffés ridicules.

Un jouet, pire encore, je n’étais plus qu’un trou que ma belle maitresse utilisait comme elle l’entendait. Et franchement, ça ne me gênait pas tant que ça. Tout le reste, je l’avais mis de côté, et tout ce qui comptait en ce moment, c’était qu’elle se fasse plaisir avec mon fondement. Pour le reste, on verra après.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Avril 16, 2018, 12:59:12
Cette fois, c’était Doutzen qui s’imposait. Visiblement, Alix n’était plus en état de se rebeller comme tantôt. Doutzen l’avait laissé jouer, avait laissé Alix tenter d’aller contre sa nature profonde, mais, finalement, en sentant un pieu lui labourer le cul, Alix ne se contrôlait plus. Sa partenaire alla jusqu’à user de ses mains pour écarter davantage ses fesses, sa tête venant s’abattre sur le sol. Le cul relevé en arrière, Alix prenait une position de pure soumission, suppliant sa Maîtresse de la prendre plus fort. Oh, pour ça, il n’y aurait pas de souci, mais...  Doutzen, en réalité, s’arrêta, le temps d’attraper la laisse d’Alix, qui pendait au sol.

« La... La ferme, hmmm, sale chienne... ! »

Elle tira d’un coup sur la laisse, et Alix put constater que la jeune femme, malgré sa taille fine, pouvait avoir une sacrée force. Sans doute était-ce là l’habitude de faire l’amour... En tout cas, Doutzen empoigna la laisse, et la tira en arrière, soulevant le haut du corps d’Alix, l’étranglant sans doute à moitié, mais l’amenant aussi à s’écraser davantage contre son propre bassin. Avec son autre main, Doutzen gifla le cul d’Alix à nouveau, et retourna la bourrer. Son membre durci s’enfonçait en elle, et elle grogna encore, de la sueur coulant le long de son corps.

Doutzen cligna des yeux, et reprit donc ses coups de reins, son membre s’enfonçant jusqu’à la garde. Dans un sens, elle comprenait tout à fait la passion d’Alix, car elle-même, à force, avait fini par énormément apprécier la sodomie. Cette douleur exquise qui s’installait en vous, qui remuait dans tout votre corps... Cette souffrance joyeuse, ce plaisir fou et intense... Oh, qu’est-ce que Doutzen aimait ça ! La jeune femme aimait bien qu’on la prenne ainsi, mais, cette fois, c’était elle qui prenait Alix. Doutzen ne faisait rien pour l’épargner, multipliant les coups de reins.

« Ohhh... Haaaaa... Gnnnnn... !! »

Elle relâchait la pression qu’elle exerçait sur la laisse de temps en temps, avant de tirer d’un coup sec, en relevant de ce fait la tête d’Alix. Doutzen comptait bien pousser la femme à bout, et, pour ça, elle devait encore s’assurer de sa totale soumission. Enhardie par la sodomie qu’elle lui infligeait, Doutzen reprit son souffle, et reprit à son intention :

« A.. Allez, sale chienne ! Montre-moi que tu aimes ce que ta Maîtresse fait, que tu aimes... Hmmm... Être traitée comme une pute, comme une moins-que-rien... »

Nouvelle claque !

« A... Aboie, sale chienne ! ABOIE !! »

Et la main, imperturbable, la gifla à nouveau !


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Avril 19, 2018, 03:00:37
La soirée n’était pas terminée, et pourtant, en comparaison du début, c’était le jour et la nuit. Où était passée l’Alix dealeuse rebelle concluant un nouveau business avec la mafia russe ? Je crois bien qu’elle venait de s’effacer pour être remplacé par une Alix salope, appréciant se faire baiser violemment par derrière. Plus rien n’avait d’importance en cet instant, ni l’affaire avec les russes ni quoi que ce soit, et pour le coup, je ne me reconnaissais vraiment plus ! Doutzen, ou ma maitresse, était en train de me bourrer brutalement le cul, et le pire, c’est que je ne voulais absolument pas que ça s’arrête.

Plus la jolie blonde me maltraitait, et plus je sentais mon érection revenir à grand galop. J’étais littéralement pendue au moindre de ses gestes, comme si sa verge épaisse était devenu une drogue dont je ne voulais pas me séparer. Autant dire que lorsqu’elle fit une pause dans ses coups de bassins, je gémissais comme une junkie en manque, en réclamant davantage en agitant ma croupe. Ce qui arriva. Moi qui venait d’écraser ma tête dans le tapis, le postérieur en l’air, je me retrouvai brusquement relevé par la sacrée poigne de ma maitresse qui utilisait la laisse à mon cou pour me relever.

« HAAAN !... » Digne n’est-ce pas ? Mais c’était ce simple gémissement qui s’échappa de ma bouche quand le bassin de Doutzen se retrouva plaqué contre mon cul, enfonçant encore davantage son gros pieu.

Pour enfoncer encore le clou, à défaut d’autre chose, je sentis mon propre sexe devenir à nouveau raide quand la belle blonde reprit ses vigoureux coups de reins. C’était ahurissant ce nouveau rythme, et il m’était devenu impossible de ne pas couiner comme une possédée chaque fois qu’elle me relevait la tête brusquement, enfonçant sa verge encore plus loin dans mon rectum. A grande honte, je bavais. Eh oui, à force d’avoir la bouche ouverte, ma langue s’échappait et tout mon corps était pris de frissons incontrôlés provoqués par les mouvements répétitifs de Doutzen en moi.

*J’vais jamais pouvoir m’asseoir pendant au moins une semaine…*

Une pensée parfaitement stupide, mais mon esprit était complètement déconnecté de la réalité. Je n’étais plus qu’une nana anonyme prêtant son jolie derrière aux exigences d’une maitresse bien membrée et affamée. Mon pauvre derrière se faisait tellement malmener qu’il n’y avait plus aucune résistance de ce côté-là, et j’eus des bouffées de chaleurs subites à mesure que les frissons augmentaient. Nouvel orgasme ? Fort possible, je n’étais plus trop certaine de moi.

« HAAN… Maitresse ! » Criai-je en recevant une énième claque sur mes fesses déjà bien rouges.

Le refus. Il fallait que je refuse. Aboyer ? Non. Tout de même. J’avais quand même un reste de dignité. Mais ce plaisir… Bordel, la sensation d’écartèlement, la chaleur de sa queue, le bruit flasque de mes fesses… En même temps, elle me faisait tant de bien, et Doutzen me demandait si peu de choses. Je me devais bien de lui faire plaisir. Non ? Ma maitresse…

« Oui maitresse, j’suis une chienne… Ouaf ! Wouf ! Wouf !... »

Clic. Alix était hors ligne. Je n’y croyais pas moi-même mais sous cette avalanche de sensations si longtemps fantasmées, je venais… D’aboyer lamentablement. Adieu ma dignité. J’étais arc-boutée, le dos bien cambré pour présenter mes pauvres fesses à ma maitresse, la langue pendante, sentant son souffle chaud dans mon cou… Et j’adorais ça. Non seulement physiquement, mais de me sentir complètement à sa disposition, comme un simple jouet qu’elle pouvait user à sa guise. Non, c’était trop bon.

« Maitresse… HAAN… Maitresse ! Ow… Ouaf ! » En rajoutais-je.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Avril 23, 2018, 01:24:06
Doutzen se livrait à un vrai sport, une véritable danse. La jeune femme la sodomisait sans vergogne, avec une énergie phénoménale, qui témoignait de l’évolution de la jeune femme. Jadis, la belle blonde avait pourtant été très timide, et n’aurait jamais cru pouvoir, un jour, se retrouver dans cette position, à sodomiser une jeune femme membrée en la tirant par la laisse. C’était pourtant ce qui se passait ! Et, de son côté, Alix avait aussi très clairement basculé. Son aboiement témoignait du basculement, du fait qu’elle avait franchi la ligne, et fait sauter toutes ses réserves. Doutzen la félicita bien entendu en la giflant, sa main retournant s’abattre sur sa croupe. Son autre main tira également sur la laisse, soulevant le haut du corps d’Alix, l’étranglant aussi probablement un peu.

Exultant de joie, Doutzen était partie dans son rôle, comme un train fou lancé à vive allure, filant sur les rails de la passion, sur le lit du désir. Elle était embarquée dans un train à grande vitesse et ne pourrait se calmer que quand elle aurait atteint le terminus. Elle gifla donc encore le délicieux cul d’Alix.

« Ouiii, ouiii, ma chienne, haaaa... Tu dois bander comme un taureau, hein ?! Tu aimes que ta Maîtresse te défonce ton petit cul de traînée, hein ? Hmmm... !! »

Doutzen soupira encore longuement, crispant ses mains sur le corps d’Alix. Elle relâcha la laisse, et la tête d’Alix retomba au sol. Doutzen en profita pour déplacer sa main, et sentit ainsi la virilité de la femme. Elle sourit en constatant que, comme elle le pensait, sa queue était bien dure, témoignant du fort plaisir qu’Alix ressentait. Doutzen aurait pu la masturber tout en continuant sa sodomie, mais elle préféra poser sa main sur ses fesses. Ainsi, Doutzen prenait appui avec ses deux mains sur le cul de la femme, et recommença sèchement à la bourrer.

La belle adolescente avait un bon rythme, ainsi qu’une impressionnante endurance. Il fallait bien admettre qu’elle avait de l’expérience, de l’entraînement, et qu’elle pouvait donc tenir le rythme. Elle prenait donc longuement Alix, dont le cul était bien dilaté, enfonçant sa virilité en elle, s’y plongeant avec un grand plaisir, s’enfonçant jusqu’à la garde. Sentir cet espace étroit autour de sa queue, la chair interne qui se refermait sur sa queue, la restreignant, la forçant à agir plus vite, à la faire sortir de ses gonds... Il y avait clairement dans le sexe un hurlement, une manière de briser toutes les conventions sociales, de laisser parler une sorte de violence intuitive et primitive, innée et propre à l’Homme, qui s’exprimait en ce moment.

« Ohhhh... Ma chérie, haaaann... »

Comme elle aimait ça ! Elle n’allait pas se lâcher rapidement, mais, à force, même elle ne pouvait pas retenir ce plaisir qui montait en elle, cette vague qui la transperçait. Doutzen se pinça encore les lèvres, et, après plusieurs longues minutes de ce traitement, de cette rude sodomie, elle pinça les fesses de la femme, enfonçant ses ongles dans sa peau. Ses muscles se crispèrent, son corps se banda, et, dans un long gémissement, Doutzen sentit la vague la traverser. Sa queue, qui lui faisait mal, se relâcha donc, et elle se pinça les lèvres, se dressant, cambrant légèrement sa tête en arrière, et jouit généreusement. Son foutre remplit le gosier d’Alix, et Doutzen se laissa pleinement aller, se répandant à chaque secousse, gémissant avant de se calmer progressivement, rouvrant les yeux en sentant sa queue dégrossir.

Reprenant son souffle, Doutzen conserva ses mains sur le fessier de la femme pendant quelques instants, et sourit.

« J’espère que tu n’as pas joui trop fort, ma chérie... »

Elle donna un léger coup en avant, conservant encore sa verge en elle, sentant son sperme contre sa queue, et se dépêcha de récupérer un plug, avec une queue poilue à l’extrémité. Autant qu’Alix assume son rôle jusqu’au bout, et, pour éviter que le sperme ne s’écoule, Doutzen glissa rapidement le plug dans son fondement.

« Parce que, tu vois, ta Maîtresse aussi a envie de sentir ta queue dans son fondement ! Alors, j’espère pour toi que tu n’as pas joui sans l’autorisation de ta Maîtresse... »

Dans le cas contraire, la punition serait à la hauteur de l’impudence d’Alix !


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Avril 26, 2018, 03:12:56
Alix était absente. Elle était sur un petit nuage en train de se faire violemment bourrer le cul. Oui, c’était un peu ce que je ressentais en ce moment, c’est-à-dire le statut d’un objet servant simplement de réceptacle à l’épaisse queue de ma maitresse. D’ailleurs, le fait d’aboyer était un sacré signe, non ? Cela montrait combien j’avais perdu les pédales, et que tout ce plaisir me montait complètement à la tête, comme une drogue assiégeant mon esprit, le rendant totalement accro. Je venais d’obéir tout simplement parce qu’il était hors de question que cela s’arrête… Je voulais conserver cette queue juteuse dans mon cul, j’en avais besoin et même en désirais davantage !

« Mm…AHAN !... Oui… Ha… Maitresse ! J’adore que… HAN… Vous m’explosiez l’cul ! HA… Il est à vous !... » Peinai-je à articuler entre deux gifles m’arrachant de pathétiques couinements.

Doutzen avait d’ailleurs, parfaitement raison à propos de mon état. Je sentais une énorme barre entre mes jambes, d’où un peu de sperme transparent s’écoulait régulièrement, et même redoublait à chaque gifle. En fait, je découvrais même que la maltraitance m’excitait. Ce n’était ni la douleur des coups ou l’étranglement, mais simplement la situation d’être un bout de viande que ma belle maitresse usait et baisait à sa guise.

Sans même avoir le temps de repenser deux fois à ma situation, Doutzen me lâcha d’un coup, et je me retrouvai brusquement le nez dans le tapis une deuxième. La croupe en l’air, le cul dilatée par ce membre et totalement exposée, cette position m’excitait encore davantage que le reste. J’étais tellement dans un état, qu’elle aurait pu me marcher sur la tronche que ça ne m’aurait pas moins excitée. Je poussais un long gémissant en sentant ma maitresse toucher mon érection rougie et douloureuse, me faisant déjà un film à l’idée de ce qu’elle pourrait faire.

« Haaan… Maitresse, n’arrêtez pas pitié… » Marmonnai-je depuis le sol.

Aussitôt demandé, aussitôt fait. Je sentis ses mains m’écarter tout grand les fesses, et y prendre appui pour m’enculer à nouveau sèchement, me faisant émettre un long râle de plaisir.. Et c’est qu’elle s’y prenait bien ! Trop bien, au point que j’étais déjà au bord de l’orgasme à cause de cette posture qui lui permettait de s’enfoncer entièrement dans mon fondement. Des râles et des gémissements s’échappaient de ma bouche, mais je n’avais pas réellement que cela venait de moi dans la mesure où je n’arrivais pas à les retenir.

Merde quoi, c’était comme si je n’avais plus aucun contrôle sur mon corps. Je bavais sur le sol pendant les longues minutes où Doutzen continuait de m’élargir le derrière, et finalement, ça devait arriver… Cette queue qui entrait, ressortait… C’était trop. Mon sexe fut pris de tressautements, et je sentis un liquide chaud couler le long de mes cuisses. J’étais en train de jouir lentement, mais sûrement ! Evidemment, je gémissais tellement que ce n’était pas évident de saisir la différence par rapport à d’habitude.

D’ailleurs, Doutzen ne semblait pas se rendre compte que son traitement venait de me mener à un orgasme bien plus long que les précédents. Mes cuisses étaient totalement inondées de foutre, et pourtant, je ressentais encore un immense plaisir à me faire prendre sauvagement. En tout cas, je ne devais pas être la seule puisque j’entendis ma maitresse adorée pousser un cri et suspendre brièvement ses coups… Alors qu’un liquide chaud remplit délicieusement mon cul aussitôt après. Enfin, ma maitresse me récompensait ! J’avais l’impression d’être complète quelque part en sentant la queue de la jolie blonde tressauter et se vider à l’intérieur de moi.

« Haaaa… Merci maitresse… » Chuchotai-je en la sentant boucher mon cul avec un plug fantaisie, et se retirer, avec tout de même un brin déception.

Mais elle était sérieuse ? Évidemment que j’avais déjà longuement jouie à cause d’elle, et j’étais incapable de me maintenir droite sans le soutien de Doutzen. Sitôt que celle-ci me lâcha, je m’effondrai sur le côté, au sol et le souffle court, une fine couche de transpiration sur ma peau… Et forcément, impossible de manquer mes cuisses complètement souillées par mon sexe redevenu flasque pour le coup. Avec ce qu’elle m’avait mis dans le cul, c’était à prévoir que je ne serai pas en état de faire quoi que ce soit. Tâchant de calmer ma respiration, je roulai un peu sur le côté, ce qui appuya sur le plug fermant mon derrière bien rempli et me fit pousser un couinement.

« J’suis désolé… Maitresse… J’peux plus, besoin d’une pause… Pfiou… »

Eh quoi, j’avais les jambes prises de tremblement et à bout de souffle, alors me relever pour la sodomiser… Pour l’instant, ça me semblait pas dans l’ordre du possible, et tant pis pour les conséquences !


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Avril 30, 2018, 12:52:26
Doutzen n’avait effectivement pas réalisé, sur le coup, qu’Alix avait joui. Sans doute était-elle elle-même bien trop emportée dans son élan pour en prendre conscience au début. Enfin, quand elle se retira d’elle, elle sourit en voyant une belle flaque sous le corps d’Alix, et, quand sa soumise se coucha sur le sol, lui montrant son ventre, Doutzen vit plusieurs traînées blanches dessus. Alix avait joui, et même bien joui. Comme elle l’indiqua rapidement, impossible qu’elle serve, maintenant. Elle était comme écrasée par le plaisir qu’elle avait ressenti, ce qui fit doucement sourire Doutzen. Sa belle queue avait perdu de sa superbe, et la jeune femme se concentra. Fermant les yeux, elle rétracta sa verge, se retrouvant ainsi avec une belle féminité à la place. Une preuve de la redoutable utilisation de la magie rose.

Silencieuse au début, Doutzen pencha la tête sur le côté, et fléchit les genoux, se retrouvant entre les jambes d’Alix.

« Tu as bien juté sur le salope, petite salope... Ce faisant, tu m’as privé de ton délicieux sperme en moi. Tous ces spermatozoïdes perdus... »

Une réelle frustration ! Doutzen se releva ensuite, et récupéra un autre objet.

« Tu sais, les Japonais ont vraiment une imagination folle, Alix... Tu vas te reposer, oui, mais n’espère pas que je te laisse dormir tranquillement comme une vieille grand-mère qui s’essoufflerait vite. »

La jeune femme était loin d’être au bout de ses surprises avec Doutzen ! La belle blonde semblait être aussi séduisante qu perverse, et se retourna. Elle tenait dans le creux de sa main un mystérieux harnais noir en latex, avec un gros gode qui pendouillait au sol. Se rapprochant encore, elle se mit à genoux à hauteur du visage d’Alix. Même si la jeune femme voulait lui résister, elle était trop fatiguée pour faire autrement, mais, pour éviter tout risque, Doutzen prit la précaution d’attacher ses poignets. La tâche n’était pas difficile, car la pièce comprenait déjà des sangles reliées à des liens. Elle les mit donc autour des poignets de la femme, puis appuya sur un bouton, de manière à rétracter les liens, et ainsi à éviter qu’Alix ne puisse remuer ses bras. Concrètement, elle se retrouva attachée au sol, les bras écartées, retenus à hauteur des poignets.

Cette précaution faite, Doutzen posa donc sur son visage un harnais, lui ordonnant de se redresser. Elle veilla à ce que les cheveux ne coincent pas, et attacha la boucle derrière sa nuque. Un curieux objet était posé sur le nez d’Alix, mais ses lèvres étaient encore accessibles, de sorte qu’elle pouvait parler. Doutzen se redressa ensuite au-dessus d’elle, jambes à gauche et à droite de sa tête, et se masturba sous ses yeux, faisant tomber quelques gouttes de cyprine sur elle.

« Les pilules d’hermaphrodisme ont cet impressionnant effet secondaire de doubler ma libido, tu sais... Enfin, c’est comme ça pour toutes les femmes. »

Alix portait un harnais sur le visage surmonté d’un gros gode (http://img110.xooimage.com/files/e/8/9/sitting-gode-54619ad.png). Elle put ainsi voir l’intimité de Doutzen se rapprocher lentement de son visage, un gouffre rose de plaisir imbibé de mouille, puis la femme s’empala sur ce gode, écrasant doucement son corps sur le visage d’Alix, étouffant la jeune femme sous les cuisses de la femme, sous sa peau trempée, et sous la mouille qui arriva, affluant le long du gode, et tombant sur son visage, au fur et à mesure que Doutzen se déhanchait sur elle.

« Haaaa... Hmmmm... A-Alix, hmmmm... !! »


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Mai 08, 2018, 01:53:32
C’était plus ou moins le moment où j’abandonnais la partie. Mon corps avait besoin d’une pause, de récupérer un minimum de souffle, et niveau mental, j’avais également besoin de remettre mes idées en place. En tout cas, si une de nous conservait toutes ces idées, c’était bien Doutzen. Ma maitresse, un terme auquel je n’arrivais toujours à m’habituer malgré tout ce que je venais de prendre dans le derrière. Quoiqu’il en soit, je m’attendais à une punition. Car, il me semblait bien que ça fonctionnait ainsi, ce type de jeu, non ?

M’appuyant sur le bas du lit, le souffle court, je m’aperçus que Doutzen avait rangé son matériel. Si l’on pouvait parler ainsi de sa grosse queue qui semblait pouvoir pousser et repousser comme un champignon. Je me rendis compte par la même occasion que mon corps était recouvert de sueur, entre autre chose, sans parler de la substance poisseuse et nettement plus collante. J’étais assommée. Mes bras et mes jambes étaient devenus de la guimauve, la seule perspective de me redresser me semblait totalement impensable.

« Je m’essouffle pas vite d’abord, j’ai juste besoin de me poser… J’ai la bite qui me brûle, et j’peux pas la retirer, moi. » Lançai-je avec une délicatesse et une classe remarquable.

Qu’est-ce qu’elle manigançait ? Je la laissai m’attacher les poignets avec un léger brin d’excitation je dois dire, et de toute manière j’étais trop épuisée pour bouger, mon regard se fixant immédiatement sur son nouvel accessoire. Difficile à identifier dans la mesure où j’étais collée au sol, et que Doutzen était en train de le tripoter dans tous les sens pour finalement se pencher vers moi, voulant m’équiper avec. Une sorte de masque apparemment, et je commençai à être curieuse de sa fonction bien qu’un peu inquiète au vu des idées perverses de la demoiselle.

« Euh d’accord… Mais c’est quoi ton truc ? Hé… »

C’est qu’elle me gouttait dessus ! Je comprenais qu’elle veuille évacuer une partie de son excitation mais ce truc sur ma tronche couplé à son caractère de dominatrice m’inquiétait vraiment pour le coup. D’ailleurs, c’était moins évident de respirer, j’avais l’impression d’avoir un poids qui faisait plier mon nez et je soufflai à moitié par la bouche. Pour finir par respirer totalement par cette dernière quand Doutzen vint s’asseoir totalement sur ma tronche, et là, je compris. Cette perverse devait avoir fixé une queue factice sur ce foutu masque, c’était sûr la manière dont elle se déhanchait sur mon visage !

« Ah-Aah ! Doucement.. Aie ! Oh-Ah ! » Cette position n’était vraiment pas évidente de mon point de vue.

Et ces liens m’empêchaient totalement de bouger ! Comme une sensation de soumission totale, j’étais obligée de subir le poids et les mouvements de ma maitresse utilisant mon visage pour se faire jouir. Une mouille abondante coulait sur mon menton, et j’avais un peu peur de suffoquer vu mon nez était écrasé sous le masque. Mais ça passait. Et je dois avouer que c’était un brin excitant comme position. De temps en temps, quand je pouvais sans risquer d’étouffer, ma langue sortait pour récolter un peu de délicieuse cyprine. En fin de compte, il ne restait plus qu’à subir et espérer que Doutzen jouisse rapidement.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Mai 13, 2018, 09:06:58
Jouer avec Doutzen était toujours dangereux, car la jeune femme avait une imagination débordante en matière sexuelle. Elle était bien plus redoutable que ce que son joli minois laissait envisager. Très clairement, il n’y avait plus une goutte d’innocence en elle. Doutzen avait parfaitement réussi son intégration au sein du lycée Mishima, et son éducation auprès d’une mafia russe voulant l’utiliser comme prostituée et espionne de luxe. Dès qu’elle était entrée dans son antre, Alix, avec ses pulsions masochistes, n’avait eu aucune chance. Certes, elle avait tenté de prendre le dessus au début, mais pour finir par s’effondrer, explosant en plein vol comme un ballon d’hélium trop gonflé. Elle était maintenant entre les mains de Doutzen, ou, plutôt, entre ses cuisses. Celle-ci venait de monter d’un cran dans la provocation et la domination en lui mettant ce sex toy sur le visage. Elle se glissa ainsi dessus, et soupira longuement, entendant les inquiétudes d’Alix, et sourit malicieusement. Ses jambes s’étaient pliées à droite et à gauche de la tête d’Alix, et elle s’appuyait sur ses cuisses.

« Hihi... Tu ne fais pas confiance à ta Maîtresse, Alix ? » la nargua-t-elle.

Elle savait qu’elle ne devait pas trop s’enfoncer, et, d’ailleurs, elle ne pouvait pas vraiment le faire. Le gode était trop long, de sorte qu’il restait, même en s’appuyant fermement dessus, quelques centimètres d’espace entre ses cuisses et le visage de la personne prisonnière dessous. Elle soupira longuement, et se redressa, puis descendit encore. Elle s’appuya sur sa cuisse avec l’une de ses mains, et poussa un long soupir en sentant ce vibromasseur s’enfoncer lourdement en elle.

« Hoooo... Hmmmm... !! »

C’était délicieux ! Le fait est que Doutzen n’avait pas forcément l’habitude de recourir à ça, mais il fallait croire qu’elle allait généraliser le processus ! Sa cyprine dégoulinait le long du gode, et tombait sur le visage d’Alix, s’approchant de ses lèvres. Et, quand la jeune fille sentit la langue de sa soumise s’approcher pour caresser ses lèvres intimes lorsqu’elle s’enfonçait profondément, elle se redressait ensuite, et descendit encore. Doutz’ esquissa un long soupir, et tendit sa main vers la queue d’Alix, venant l’empoigner. Son sexe avait bien dégrossi, mais Doutzen ne comptait clairement pas laisser Alix se reposer. Elle commença ainsi à la masturber, remuant sa main énergiquement dessus, sentant la jeune femme se tendre sous elle, ses muscles se crispant.

Doutzen gémit une nouvelle fois, tout son corps en sueur. Elle se crispa encore plus, son corps se relâchant, le plaisir affluant fortement en elle. La jeune blonde n’avait pas encore joui, car elle continuait à prendre son temps, à coucher délicieusement avec cette femme. Alix était une partenaire très agréable, au corps magnifique, et elle ne pouvait rien faire contre les fantasmes de Doutzen, qui continuait à gémir.

« Hmmm... Oh oui, haaa... C’est si bon, Alix, hmmm... »

De nouveaux soupirs fusèrent de ses lèvres, tandis qu’elle continuait à la prendre, à danser sur son corps, mouillant furieusement. Elle se pencha finalement en avant, et approcha sa bouche de la queue d’Alix, la léchant, tout en continuant à légèrement remuer des hanches. Néanmoins, du fait de sa position, elle continuait à « écraser » Alix sous ses cuisses, mouillant encore sur son visage, lui offrant la vue exquise de son bassin en chaleur...


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Mai 27, 2018, 01:42:43
Cette nana aurait ma peau ! Je m’étais complètement faite avoir en fin de compte, avec son air angélique et ses petites manières, je le constatais bien alors que je me retrouvais aux prises avec une véritable furie de perversion. Au moins, je pouvais m’estimer satisfaite que Doutzen fasse attention à ne pas me briser la nuque ou à m’étouffer en s’excitant complètement sur le vibromasseur posé sur ma tronche. Tout ce qu’il me restait à faire, c’était apprécier… Lécher, mais surtout apprécier.

« Hmm… Aaah… Hmm… Aaah… Hmm… »

C’était en définitive, tout ce que je pouvais émettre à ce moment-là. La faute aux mouvements de bassin de la jolie blonde, m’empêchant de m’exprimer plus clairement qu’à travers des soupirs et des petits couinements. Quant à ma langue, elle avait trouvé un meilleur usage que la parole. Une position qui n’était certes, pas évidente à tenir, et je devais contorsionner ma langue pour atteindre le fruit délicieux de Doutzen mais… Quel pied !

Mon corps réagissait de lui-même, comme sous hypnose, se tendait et se crispait à chaque fois que ma maitresse s’empalait sur le jouet fixé sur mon visage. C’était étrange. Je ne ressentais rien de direct, ce n’était qu’un gode en plastique, mais pourtant, ça m’excitait au-delà de la raison. Doutzen n’avait-elle pas déclenché quelque chose au fond de moi ? Une dimension supplémentaire dans mon fantasme ? L’entendre et la voir se servir de moi comme un jouet sexuel me faisait partir en vrille.

« HMM ! » Hurlai-je, bien qu’étouffée par le masque.

Doutzen venait de s’attaquer à ma queue ! Celle-ci était si tendue, si brûlante et me faisait si mal que je venais de me cambrer en criant de toute mes forces sous le contact. Avec ces orgasmes à répétitions, j’étais après tout, plus que sensible à ce niveau-là, et cette position l’avait fait se tendre à l’extrême depuis un moment. Je gratifiais ma maitresse d’une sacrée érection, impossible à réprimer, et celle-ci semblait tout à fait s’en satisfaire.
Je secouai mes liens en signe de protestation, mais il n’y avait pas grand-chose à faire de mon point de vue. Doutzen était libre de faire ce qu’elle voulait de mon corps en sueur, et je sentis malgré moi, ma verge s’humidifier de plus en plus.

« Maitresse… Aah… » Parvenais-je à articuler. « Libérez… Aaah… Moi… J’pourrais… Vous prendre… Aaah. »

Ouais. Là dans l’instant, si Doutzen avait besoin de se soulager entre les jambes, c’était aussi mon cas. Alors si elle pouvait me fournir un endroit où fourrer ma bite, c’était tout bénéfice pour nous deux, non ? Je remuais furieusement ma langue pour essayer de lui faire payer le supplice qu’elle m’infligeait mais sans grand résultat, ses mouvements m’empêchant d’y aller franchement.
Par dépit, je tentais d’onduler des hanches, histoire de me soulager un minimum en glissant mon sexe plus loin entre les lèvres de ma maitresse. Je trépignais de frustration, et c’était probablement ce qu’elle cherchait à faire. Si seulement, Doutzen me laissait juste un peu plus faire, juste un peu… Quelque chose me disait pourtant que tout n’allait pas se passer comme je le désirai réellement.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Mai 28, 2018, 08:22:43
Doutzen était en train de joyeusement s’amuser avec Alix. Si l’intéressée pouvait s’en sortir aussi facilement, elle se trompait lourdement ! Après tout, Alix s’était moquée d’elle, elle avait cru pouvoir la dominer, avant que Doutzen ne prenne finalement le dessus. Une telle insubordination méritait d’être sévèrement corrigée, et, en l’état, Doutzen comptait bien se montrer inflexible. Et là, elle allait se venger, montrer à Alix de quoi elle était capable ! C’est qu’à force, le sexe n’avait plus vraiment de secrets pour Doutzen. La belle Russe avait sucé et masturbé bien des queues, et Reto l’avait confié entre les mains d’une éducatrice sexuelle, une femme qui lui avait appris à contrôler le désir sexuel masculin. En alternant entre caresses, pause, elle jouait avec le désir et la frustration de son partenaire, pouvant ainsi retenir autant que possible l’orgasme de son partenaire. C’était très précisément à ce genre de situation qu’Alix avait droit. Se penchant vers la queue d’Alix, Doutzen soupira, continuant à mouiller sur le visage de sa proie, recouvrant sa figure de sa délicieuse cyprine. Très excitée, Doutzen mouillait beaucoup, gémissant encore. Elle se mordilla les lèvres, et se pencha encore, écartant la queue de la femme pour s’attaquer à ses bourses.

« Hihi… Tu crois pouvoir me dire quoi faire, petite chienne ? Tu crois que je ne prends pas mon pied, là ? Ce qui tombe sur ton visage, haaaa… Ce n’est pas de la sueur ! »

La jeune femme n’était pas dupe. Elle savait surtout qu’Alix devait commencer à avoir mal au sexe. Rien de bien surprenant, en soi, vu la taille de sa queue, et cette magnifique érection. Doutzen s’amusait donc. Chacune de ses mains caressait tendrement ses testicules, remuant doucement dessus. Elle savait la zone sensible, et évitait donc de les écraser, les caressant au contraire délicatement, tout en frottant son visage contre son sexe, lui octroyant plusieurs baisers, léchant ensuite son beau membre. Des baisers le long de la surface, avant qu’elle ne se penche encore, écrasant alors son bassin contre la tête d’Alix, manquant l’étouffer, léchant ses testicules avec.

Prenant tout son temps, Doutzen se redressa finalement, et continua à danser sur le visage d’Alix. C’était une position très particulière, mais conforme à ce que Doutzen avait l’habitude de faire. Quand on était déléguée de classe à Mishima, on avait souvent droit à des séances exceptionnelles lors de la réunion des délégués… Sans parler de tout ce qu’elle faisait pour le compte de Reto. Alix était sa délicieuse proie, et Doutzen n’allait pas la lâcher si facilement.

Elle recommença donc à danser sur elle, délaissant cruellement sa queue, qui remuait d’avant en arrière.

« Hmmm… Haaaa… Mon beau coussin, hmmm… »

Le visage d’Alix était écrasé sous les cuisses de Doutzen, qui continua ainsi, jusqu’à sentir le plaisir atteindre le point culminant. Elle se pinça alors fortement les lèvres, ferma les yeux… Et contracta un magnifique orgasme. Tout son corps se relâcha sous l’effet d’un plaisir fort et puissant. Le visage d’Alix était maculé de mouille, et Doutzen reprit lentement son souffle. Elle se redressa alors, et libéra le visage de sa partenaire, puis se déplaça ensuite, et s’assit sur le lit, lui faisant face, un sourire moqueur sur les lèvres.

« Allez, ta Maîtresse est gentille, Alix… Mais, comme je viens de jouir, tu vas devoir satisfaire mon autre trou… »

Et, joignant le geste à la parole, elle se retourna, et se cambra rapidement, à quatre pattes, présentant à son partenaire son magnifique cul. Toujours aussi perverse, elle avança sa main, et enfonça son doigt dans son fondement, soupirant sur place. Doutzen se mordilla les lèvres, et reprit ensuite :

« Allez… Viens me défoncer le cul, ma chienne ! »


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Juin 29, 2018, 03:07:57
De l’air ! J’avais du mal à respirer sous les fesses de Doutzen, et le raz-de-marée de mouille qui se déversait sous ma tronche. Ok, c’était presque peut-être sexy, les fesses de la jeune femme étaient superbes hein, mais je n’avais pas envie de mourir de suite. Et pas de cette façon stupide. Heureusement, ce n’était pas dans ses projets et elle me laissa reprendre mon souffle de temps à autre même si ces attentions sur mon sexe étaient à la limite du supportable.
C’est vrai quoi, à combien d’orgasme en étais-je ? Aucune idée, mais j’avais mal à la bite à force d’exploser, et cette érection dure comme le bois rendait les choses encore pire. Sans compter que Doutzen prenait manifestement un malin plaisir à entretenir la raideur de la chose avec ses lèvres, cette fichu bouche suave et experte. Mon visage était trempée comme jamais, à croire qu’elle avait enfin joui ? Difficile à dire mon point de vue, avec ce jouet sur la tronche et le bassin de ma maitresse au-dessus, je ne voyais pas grand-chose.

Tout ce que je compris, c’est qu’elle me libéra brusquement. Mes membres étaient libres, et mon visage aussi, ce qui faisait franchement du bien d’un coup ! Je tâtai mes joues luisantes, léchai le bout de mes doigts… Pas mauvais ! En me retournant, mes yeux tombèrent sur une Doutzen ricanant qui m’ordonna sa requête suivante. Qu’est-ce qu’elle était sexy. J’en avais encore doublement mal à la queue à la voir se retourner et me présenter sa croupe.

« Oui, maitresse… » Lui répondis-je, adoptant un air vaincu.

Vaincu, moi ? Elle me connaissait mal ! Même si c’était que mon côté masochiste avait été éveillé avec elle, ce n’était pas ça qu’Alix allait devenir une soumise obéissante. Non, non, non… J’étais plutôt dans le genre peste qui n’en fait qu’à sa tête, qu’on doit punir sans arrêt pour la tenir en place. Oh oui, j’allais obéir, du moins à peu près. Je m’avançai à quatre pattes vers le lit où Doutzen m’exposait son magnifique postérieur, l’esprit tout de même un peu étourdit après toute cette luxure.

Seulement, au lieu de directement obéir à sa requête, je commençai par glisser ma langue sur ses lèvres intimes luisantes, mais surtout sensibles après toute cette action. Ma bouche collecta cette mouille abondante pour l’amener entre ses belles fesses, humidifiant cet autre trou qui semblait en réclamer davantage.

« M’avez demandé de lécher c’est ça ? Pas bien entendu, trop de mouille dans les oreilles… »

Aucune crédibilité ! Et pour cause, mon intention était bien de désobéir effrontément en l’asticotant autant que possible. Bref, au lieu de fourrer ma queue dans son cul, j’y glissai plutôt ma langue avec lenteur, faisant bien évidemment le maximum pour être aussi frustrante que possible. Une bonne peste. Une connasse qui ne cessait jamais de pousser sa chance, de repousser les limites de la patience !

Je lapai littéralement son petit trou, l’écartant du bout de ma langue tandis que mes doigts vinrent remuer à l’intérieur son joli minou détrempé. Qu’est-ce qu’elle croyait ? Me maitriser ? Elle rêvait. Il fallait me défoncer bien plus que ça pour me rendre inapte à faire chier le monde. Je m'obstinai à goûter son beau derrière, tout en stimulant sa féminité de gestes langoureux et je ne fis aucun effort pour accélérer les choses.

« C’est bon maitresse ? J’fais comme vous voulez ? » Demandai-je, innocemment, persuadée de la frustrer.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Juillet 02, 2018, 08:37:23
Doutzen s’amusait beaucoup avec Alix, et variait les positions. Après s’être littéralement assise sur lui, elle lui laissa un peu d’espace. Elle savait que le jeune homme pouvait se montrer rebelle, et c’est ce qu’il ne tarda pas à faire. La belle blonde lui offrait une merveille sacrée, son propre postérieur. Il ne serait pas le premier homme à s’enfoncer en elle, et c’était là une chose qu’elle avait appris progressivement à aimer. Initialement, la sodomie lui faisait horreur, mais, comme c’était un fantasme très apprécié des hommes, Reto ne lui avait guère laissé le choix, et l’avait amené à aimer ça. Doutzen avait maintenant réussi à dominer sa peur, et à apprécier la sodomie. Elle offrait donc à Alix ce plaisir ultime, mais, plutôt que de la saisir, le jeune homme décida de faire son petit effronté, de refaire le rebelle !

La jeune femme se pinça les lèvres en le sentant, non pas fourrer sa belle queue trempée en elle, mais sa langue, glissant ses doigts sur ses lèvres intimes, venant ensuite s’inventer de fausses excuses pour refuser d’obéir. Doutzen se dandina en effet de droite à gauche, frustrée, rageant intérieurement du comportement du jeune homme, qui continuait à la titiller.

« Oh, Alix... Tu t’amuses encore à défier ta Maîtresse, hein ? »

Il aurait beau nier, Doutzen n’était pas idiote. Après tout, c’était souvent elle qui était à sa place, et elle connaissait très bien les techniques à utiliser pour se faire punir, pour faire sortir le Maître ou la Maîtresse de ses gonds, sans dépasser totalement les bornes. La jambe de Doutzen se détendit alors, et se posa sur le torse d’Alix, le repoussant. Le jeune homme tomba sur les fesses, et Doutzen se retourna ensuite, se dressant devant lui. Si Alix était nu, Doutz’, elle, portait toujours ses gants et ses collants, des vêtements simples pour rappeler au jeune homme que c’était elle, la Maîtresse.

Doutzen se dressait donc devant lui, et récupéra sa cravache, serrant la pointe dans le creux de sa main. Son pied se posa ensuite fermement sur le sexe du jeune homme, écrasant sa verge, appuyant dessus.

« Je vais devoir t’apprendre le respect, petit rebelle ! Tu crois que, parce que tu as une grosse queue, tu peux te moquer de ta Maîtresse, hm... ? Je te défoncerai bien le cul pour te punir, mais je sais que ça te ferait trop plaisir ! Alors... »

Elle appuya encore sur sa verge, puis écarta ensuite son pied, et se pencha vers lui.

« Retourne-toi ! Présente-moi tes fesses de rebelle, que je te punisse ! »

Est-ce qu’il allait se rebeller comme tout à l’heure ? Tenter à nouveau d’inverser les rôles ? Doutzen savait que la virilité masculine pouvait toujours rejaillir, surtout après qu’elle l’ait humilié à ce point... Mais elle n’allait pas s’arrêter en si bon chemin. La jeune femme jouerait tout simplement son rôle jusqu’au bout !


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Juillet 08, 2018, 02:07:00
Jouer avec le feu, c’était tout moi ça. Doutzen avait une bien plus grande expérience que moi dans cette histoire, et au fond, je me doutais bien qu’elle devait avoir les ressources pour répliquer face à ma petite rébellion. Comme une bonne maitresse brutale. En attendant, ce n’était pas désagréable de parcourir ce fessier et cette féminité du bout de la langue en sachant parfaitement que je la poussai à bout. La punition n’était plus très loin, mais n’étais-ce pas ce que je recherchai ?

Fort possible ! Avant même que je ne puisse approfondir la question, un vigoureux coup de pied m’expédia cul sur le sol une nouvelle fois. Je commençai à fatiguer, alors forcément, me bousculer n’était pas vraiment difficile. La cravache. Je vis Doutzen récupérer l’instrument avec un frisson d’appréhension, la douleur n’étant pas ma tasse de thé, mais je ne fis rien pour essayer de m’enfuir. A quoi cela aurait servi de toute façon ?

« Aw-aw-aw-aw… » Glapis-je quand ma queue se fit soudainement compressée.

Oh bordel, ça fait mal. Déjà que cet érection me faisait sacrément mal, après toute l’action de la soirée, Doutzen avec son pied rendait la chose pire encore. Et elle appuyait ! A se demander si je ne commençai pas à regretter ma petite provocation de tout à l’heure. Peut-être ? C’est possible, ou du moins, ça n'allait pas tarder à venir au vu de la nouvelle exigence de ma maitresse.

La suite était évidente. Elle allait me flageller le cul autant qu’elle pouvait avec sa cravache, et j’allais sans aucun doute le sentir passer. J’hésitai. Une part de moi voulait simplement obéir et me conforter dans ce rôle de soumise tant appréciée. Mais d’un autre côté, je savais que Doutzen n’y allait jamais de main morte, et avoir aussi mal ne me tentait pas du tout. Alors qu'étais-je sensée faire ?

« S’vous plait, maitresse, j’ serai sage ?... » Fis-je d’un ton suppliant.

Ce n’était pas glorieux, mais il ne me restait plus qu’à m’humilier davantage si je ne voulais pas souffrir le martyr. J’aimai me faire violenter le cul, mais pas de cette manière, plutôt par un membre bien épais et juteux. Absolument pas par une cravache sèche qui allait labourer mes petites fesses. Du coup, j’optai pour une autre tactique : la supplication !
Je retournai à quatre pattes, rampant vers ma maitresse comme une limace avec l’air le plus soumis et contrits que je pouvais prendre. Un vrai regard de chaton en détresse ! Enfin j’espérai être convaincante pour ne pas m’en prendre une vu que dans cette position, mon derrière était tout de même bien exposé.

« Je m’excuse maitresse, j’le ferai plus. Tout ce que vous voulez mais pas la cravache. »

Là-dessus, je me lançai. Ma langue pointa pour venir lécher les orteils et les très jolies pieds de Doutzen, les embrassant langoureusement. J’espère que c’est une preuve suffisante de ma dévotion à ses yeux. En tout cas, je fis de mon pied pour les embrasser, les vénérer en fait c’est dire dans l’état second dans lequel je me trouvai. Elle m’avait vraiment poussé à bout dans la soumission en fin de compte. Mais au point où j’en étais…


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Juillet 09, 2018, 12:24:14
La domination était toujours un exercice délicat. Il fallait être autoritaire, il fallait punir... Mais sans aller dans l’excès. Inversement, il fallait quand même punir, sous peine d’inverser le processus, et de ne pas fournir au soumis ce qu’il attendait. Doutzen se trouvait donc dans cette situation. Alix venait de la provoquer, de chercher la faute, et, maintenant qu’elle était placée face aux conséquences de son action, elle se rebiffait, allant jusqu’à lécher les pieds de Doutzen, de manière pathétique. Encore une fois, Doutzen hésita. Alix voulait-elle vraiment se faire battre ? Ou était-elle sincère ? Doutzen se rappelait encore du moment où, quand elle avait poussé le curseur trop loin, son « esclave » avait choisi de se rebeller, de la renverser, et de la punir. Doutzen hésita donc.

*Je la fouette, ou je ne la fouette pas ?*

Voilà bien le genre de questions incongrues, de choix impensable, auxquelles elle n’aurait jamais pensé, par le passé, être confrontée ! Elle hésita donc un peu, tout en s’asseyant sur le rebord du lit, la cravache entre les mains. Alix semblait sincère... Mais Doutzen, qui était une actrice, savait très bien jouer la sincérité, elle aussi ! Elle décida donc de voir jusqu’à quel point Alix était vraiment sincère, et reprit :

« Tu es une esclave particulièrement irrespectueuse, Alix... La manière dont tu t’exprimes à moi, ta Maîtresse, illustre cela. Ton dédain, ton mépris... C’est I-NA-CCEP-TA-BLE ! »

Doutzen insista bien sur le dernier mot. Les propos étaient infantilisants, mais, encore une fois, le sadomasochisme fonctionnait beaucoup là-dessus. On jouait un rôle. D’un point de vue freudien, c’était un fascinant mélange entre le « ça » et le « sur-moi », comme si on campait un « sur-moi » perverti. Doutzen incarnait une autorité sexuelle immorale, qui se jouait de la nervosité de son amante. Elle hésita encore un peu sur la conduite à tenir vis-à-vis d’Alix.

« Oui, je devrais te punir, je devrais fouetter ton petit cul de salope rebelle au moins une bonne dizaine de fois, mais... Je consens à te laisser une dernière carte, petite pute, si tu m’exprimes des regrets sincères et honnêtes. Fais la belle devant moi, et... Hmmm... »

La jeune adolescente réfléchit encore un peu. Elle savait le poids des mots, elle savait que les mots pouvaient être lourds à prononcer, surtout quand, comme Alix, on s’amusait régulièrement à user des mots pour se moquer des autres. Elle estima donc que c’était une solution alternative très intéressante, et reprit :

« Dis que tu es une petite chienne rebelle, Alix... Une sale chienne qui souhaite que sa Maîtresse la dresse pour être une bonne petite salope. Dis-le bien clairement en regardant ta Maîtresse ! »

C’était le dressage qui se poursuivait, tout simplement...


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Juillet 12, 2018, 02:27:30
Cette cravache me filait des sueurs. La voir dans la main de Doutzen, prête à me fondre dessus pour me flageller la peau, c’était déjà suffisamment flippant à mon goût. Du coup, je me concentrai sur le léchage de pieds, espérant adoucir l’attitude de ma maitresse et la faire changer d’avis. En soi, ce n’était pas si désagréable comme position. Peut-être même un brin excitant, mais en tout cas, c’était tout de même plus reposant que les dernières activités.

Doutzen s’assit paisiblement, avec sa cravache toujours aussi menaçante, mais ça me donnait au moins un premier sentiment de victoire. Oui ! Peut-être une échappatoire… Il ne restait qu’à la convaincre un peu plus. Du coup, je me concentrai vraiment à soigner ses petits pieds, les cajolant, les embrassant, frottant amoureusement mon visage tout contre. Ok, ça m’excitait un peu beaucoup. Mais ça je n’y pouvais rien, c’était simplement mon côté soumise qui ressortait sans arrêt, ce gros fantasme.

« Oui maitresse, j’suis désolé. » Marmonnai-je entre deux soins plantaires.

La victoire, peut-être ? La suite me doucha plus ou moins. M’excuser ça, à la limite, ça pouvait se faire mais faire la belle… D’ailleurs, qu’est-ce qu’elle voulait dire par là ? Faire la belle comme un clebs ? Je marquai un temps, fixant le sol, en me jurant que non, je ne ferai jamais ça. Mais c’était humiliant ! Hélas, Doutzen n’avait manifestement qu’exprimé la moitié de ses idées.

C’était de pire en pire ! Avec ça, le reste de ma dignité allait partir en miettes. C’est vrai, il me restait quand même un peu d’amour propre après tout ça, non ? Et puis, ce n’est pas comme si ça comptait vraiment pour… Enfin, je ne sais pas. Je me redressai pour me mettre à genoux, hésitante, mais quelque chose me perturbait. Pourquoi est-ce que cela m’excitait ? Et pourquoi mon corps se mettait en position de manière presque inconsciente ?

« Je… Je m’excuse maitresse… » Commençai-je.

C’est pas possible. Impossible de résister à l’envie de lui obéir, et pire encore, j’avais une érection absolument énorme entre les jambes, sans parler de l’excitation aussi visible au niveau des tétons. Est-ce que ça m’excitait de m’abandonner complètement ? Car là, je jetai l’éponge complètement. Prenant une inspiration, je redressai les bras une fois à genoux pour imiter la position exigée par Doutzen. Et ça y est, je faisais la belle…

« Je… Je suis une sale chienne rebelle qui… » Entamai-je avant de me répéter en regardant Doutzen dans les yeux. « Je suis une salle chienne rebelle qui souhaite que sa maitresse la dresse pour être une bonne petite salope ! »

Et ça y est. C’était dit. Le billet était acheté, en avant marche, tout le monde dans le train de la perversion. Le pire c’est que ma queue était toujours bien dressée au garde à vous, ce qui montrait à ma grande honte, que cette situation m’excitait bien plus que je ne voulais me l’avouer. Rien que d’imaginer ce que Doutzen planifiait après cette aveu, je sentis perler un peu de liquide sur mon sexe. Bref, au point où j’en étais… J’attendis les ordres dans cette position stupide, humiliante, et horriblement excitante.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Juillet 16, 2018, 01:06:28
Autoritaire, Doutzen avait finalement offert à Alix trois solutions : se faire battre, faire la belle, ou se révolter. Alix avait après tout déjà pris le contrôle, et, là, Doutzen sentait que la jeune femme approchait du point de rupture, du moment où, soit elle se coucherait, soit elle prendrait le contrôle. L’un dans l’autre, Doutzen ne savait pas trop ce qu’elle préférerait. Après tout, elle n’avait pas vraiment le profil d’une dominatrice, elle qui avait été asservie à moult reprises par Reto, ainsi que par d’autres personnes. Elle n’était donc pas spécialement habituée à tenir ce rôle, mais, somme toute, Doutzen estimait qu’elle s’en sortait plutôt bien. Face à elle, Alix s’inclina, hésitant, pesant le pour et le contre… Puis Doutz’ sourit en la voyant se mettre en position.

Alix s’appuya sur ses genoux, bomba le torse. Elle avait une superbe érection, une queue qui ne débandait pas. Elle leva alors ses bras, les laissant pendouiller devant elle à hauteur des avant-bras, puis… Opta pour la soumission totale. Doutzen sourit devant cet aveu, et laissa planer quelques secondes, avant de se redresser. Elle tenait toujours la cravache en main, mais Doutzen n’avait qu’une parole. La petite provocation d’Alix n’avait pas amené cette dernière à vouloir se rebeller, confirmant que, fondamentalement, Alix préférait être soumise qu’autre chose. La rougeur de ses joues, cette belle érection… Visiblement, elle avait aimé lécher ses pieds, et aimait encore plus l’idée de lui être assujettie.

« C’est très bien, Alix… Très bien. »

La main gantée de Doutzen tapota alors la tête d’Alix, rebondissant à plusieurs reprises sur ses cheveux. Une petite tape, comme celle qu’on offrait à un chien pour le féliciter. Mais, après tout, n’était-ce pas ce qu’était Alix, justement ? Sa chienne ? Doutzen sourit malicieusement, une lueur de plaisir dans les yeux, et laissa tomber la cravache.

« Relève-toi, tiens-toi debout. Ta Maîtresse va te récompenser, petite chienne. »

Alix obtempéra, et Doutzen caressa doucement son visage, puis pinça son téton, se moquant encore d’elle, et sa main glissa ensuite pour caresser son sexe, ses doigts glissant le long de cette verge, comme pour en apprécier la dureté, la longueur. Doutzen se déplaça ensuite, allant dans le dos de la femme, puis attrapa fermement ses poignets, et glissa les mains d’Alix dans son dos.

« Maintiens-les comme ça, ma chérie, je vais te préparer… »

Quelle nouvelle sinistre idée venait de traverser l’esprit de Doutzen ? Celle-ci récupéra un nouvel accessoire, puis s’empressa ensuite de le mettre sur les mains d’Alix. Elle glissa sur chacun de ses bras une paire de longs gants noirs en cuir, puis utilisa ensuite des ceintures fixées aux gants pour les attacher ensemble, liant ainsi les bras d’Alix dans son dos. Un redoutable harnais de restriction (http://img110.xooimage.com/files/9/2/9/images-54cbd5b.jpg) qui allait l’empêcher de bouger les bras. Après tout, même si elle venait de faire ce que Doutzen avait dit, il ne fallait pas oublier dans quelle situation les deux femmes se trouvaient ! Doutzen ne comptait pas la soulager si facilement, et elle allait encore en profiter pour jouer avec les pulsions masochistes d’Alix.

Doutzen attrapa ensuite des pinces particulières, reliées entre elles par une chaînette en onyx, et les posa sur chacun des tétons d’Alix, les pinçant. Elle aurait pu s’arrêter là, mais Doutzen en avait profité pour récupérer un plug tail (http://img110.xooimage.com/files/8/c/3/s-l300-54cbdaa.jpg), et l’exhiba sous les yeux d’Alix.

« Humidifie-le bien, car je vais te le foutre dans le cul… »

À Alix de voir, mais il était tout de même dans son intérêt de bien lécher ce gode, afin que celui-ci s’enfonce plus facilement dans son postérieur. Quoi qu’il en soit, Doutzen enfonça ensuite le plug tail dans les fesses d’Alix, en souriant malicieusement, puis, tout en faisant ça, caressa avec son autre main la queue d’Alix, la pressant fermement, compressant la chair entre ses doigts, avant de la relâcher, et de remonter dessus.

Elle s’arrêta toutefois de la branler, puis se mit ensuite devant elle, et l’embrassa sur les lèvres.

« Comment tu te sens, ma belle ? Ta queue ne te fait pas trop mal ? Est-ce que tu as envie que ta Maîtresse te soulage ? » la nargua-t-elle.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Juillet 20, 2018, 09:41:36
Merde, qu’est-ce que je venais de lancer ? Cette fois je l’avais fait, c’était signer mon arrêt de mort que d’obéir complètement à Doutzen, de me soumettre à ces délires pervers. Car je l’avais appris à mes dépends, la blondinette avait des ressources à ce niveau. D’ailleurs, je me sentais vraiment stupide ainsi, à faire la belle avec la langue pendante et une érection tendue entre les jambes. Et pourtant, c’était davantage la suite du dressage qui me faisait appréhender… Quoique cela m’excitait bien un peu également. Beaucoup en fait.

Après le long instant de silence de ma maitresse, avec sa cravache prête à siffler, la tension retomba quand elle vint me flatter la tête. Mais pourquoi est-ce que je prenais ça comme une récompense ? Je me sentais confuse. Heureuse d’être félicitée, et en même temps honteuse de me laisser aller à ce point. Mais c’était trop tard, et bien vite j’obéis à Doutzen quand elle m’ordonna de me lever, assez curieuse de voir la récompense qu’on allait m’offrir. Une véritable dépravée à ce stade.

« Oui, maitresse. » Dis-je docilement.

Les moqueries et les caresses sur mon sexe ne faisait qu’augmenter mon excitation. A mon grand regret, car ça devait vraiment crever les yeux. Rien que la main de Doutzen sur ma queue, alors que j’étais crispée dans la docilité et la soumission la plus totale, déclenchait des frissons dans tout mon corps. Je laissai mes bras tendus dans mon dos, appréhendant déjà la prochaine idée de ma maitresse, quand je sentis mes membres se faire envelopper d’étroites bandes de cuir. De gants manifestement, et d’ailleurs, je fus bien vite incapable de les bouger.

Mes bras étaient complètement serrés, ce qui rendait mon équilibre assez précaire, et par conséquent, bien plus vulnérable. Bien plus soumise à Doutzen quoi. Cette dernière avait de la suite dans les idées, puisqu’elle attacha sans prévenir des pinces sur mes seins, les reliant par une chaine. Je serrai les dents. Mais, obéissante, je ne fis rien du tout pour l’en empêcher même si je dois bien avouer que le contact faisait plutôt mal.

« Ow-ow… Aïe…. » Gémis-je en sentant mes tétons douloureusement compressés.

Mais ce n’était pas terminé ! A peine remise de la souffrance, ma maitresse exhiba un nouveau plug juste devant mon visage. Avec une queue de chienne… Ouais bon, c’était prévisible. Je regardais Doutzen dans les yeux, puis avançai mes lèvres pour venir embrasser, lécher le plug anal, en bonne soumise obéissante. Putain, qu’est-ce que ça m’excitait ! De toute façon, avec ce que j’avais pris dans le derrière auparavant, ça ne pouvait pas être vraiment difficile à rentrer.

Je suçai consciencieusement le jouet pendant un bon moment, avant que la blondinette en soit lassée, et me contourne pour l’enfoncer sans merci dans mon petit cul. Je poussai un couinement de surprise, mais c’était davantage du plaisir plus qu’autre chose, car pour Doutzen, il devenait évident que j’adorai me faire prendre de ce côté. Là-dessus, elle recommença à me masturber, lentement, fermement, et c’était une véritable torture !

« Maitresse, j’adore vraiment… Je- »

Trop tard, mes paroles furent coupées par un baiser. Cette fois j’étais excitée au-delà du raisonnable. Il fallait qu’il se passe quelque chose, que Doutzen me fasse jouir franchement ou sodomiser sèchement, mais c’était insupportable d’être au bord de l’explosion comme ça ! Je gémis lorsque sa main s’arrêta, quasiment suspendu au moindre de ces gestes, et à la limite des sanglots pathétiques.

« Oh non maitresse, s’il vous plait, arrêtez pas ! Faites quelque chose, pitié, soulagez-moi ou enculez-moi mais me laissez pas comme ça ! » Suppliai-je honteusement.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Juillet 22, 2018, 11:20:24
Alix était vaincue. Définitivement ? Doutzen pensait à le croire... Avait-elle réussi à dresser cette petite rebelle ? Elle sentait sa queue pulser contre ses doigts, et l’avait masturbé avec un grand plaisir pour Alix. Tout son corps s’était détendu lors de cette masturbation, mais, quand Doutzen retira ses doigts, elle vit clairement la frustration pointer sur le visage d’Alix. Porter un plug tail ne semblait guère déranger Alix, bien au contraire. Après tout, la jeune femme avait déjà montré qu’elle adorait la sodomie. Doutzen hocha donc la tête pendant quelques secondes, comprenant la frustration de la jeune femme.

« Tu sais, Alix, je devrais normalement te punir en te frustrant pour ton insubordination, mais... Je peux être une Maîtresse gentille et clémente. »

Doutzen prenait en tout cas son rôle très au sérieux. Difficile de croire qu’elle était généralement une soumise entre les mains de Reto et des clients, mais elle avait, après tout, été formée à bonne école. À Seikusu, elle avait rencontré Aoki Kou (http://hentai.forum-rpg.net/index.php?action=profile;u=2530), officiellement chargée de lui donner des cours de théâtre, mais qui en réalité était devenue sa Maîtresse sexuelle en la formant à des prestations sexuelles hors-du-commun*, et Reto avait également recruté une formatrice sexuelle russe, Olga Gurluchenko (http://img110.xooimage.com/files/e/a/b/olga-5271ff3.png), qui avait montré à Doutzen un vice inouï et exceptionnel. Alors, forcément, avec de telles relations, Doutzen ne pouvait pas être restée une simple et innocente jeune fille.

Consciente qu’Alix était en souffrance, elle se releva à nouveau, et rejoignit ensuite le lit, s’asseyant dessus, et pencha la tête sur le côté, croisant les jambes pendant quelques secondes.

« Tu vas jouir dans mon cul, Alix. »

Vu le ton employé, il y avait un « Mais » qui allait venir. Doutzen regarda sa montre, et mit un chronomètre en place.

« Ceci dit... Ce ne sera pas aussi simple. Je vais mettre ce chronomètre sur cinq minutes. Si tu jouis avant que le chronomètre n’arrive à zéro, je te punirai. Si tu arrives à tenir et que tu te relâches en moi après ces cinq minutes, tu auras droit à une récompense. »

Doutzen reprenait à son compte les méthodes d’entraînement d’Olga, consistant à la mettre au défi, et à, par ce biais, réussir à améliorer ses performances sexuelles. Les règles posées, Doutzen se mit à quatre pattes sur le lit, bombant ses fesses, présentant son délicieux cul à son esclave, et prépara le chronomètre de sa montre.

« Viens, ma petite chienne... Viens défoncer le cul de ta Maîtresse ! »



* : Cf. RP « Future étoile (http://hentai.forum-rpg.net/index.php?topic=13262#top_subject) »


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Juillet 28, 2018, 02:47:34
Plus Doutzen prenait la main, pire ma situation devenait. Pire ou mieux ? C’est vrai que j’avais toujours fantasmé sur l’idée d’être soumise, savamment malmené par un maitre ou une maitresse, et là ça dépassait mes attentes. Les bras immobilisés par un harnais, un plug dans le derrière et ces pinces douloureuses sur mes seins, tout ça m’excitait encore plus que je ne le croyais. Et la blondinette qui tripotait mon sexe, c’était trop frustrant, trop bon, trop tout quoi.
Honnêtement, je commençai craindre qu’elle ne me soulage jamais. Oublié les notions de dignité, je voulais juste que Doutzen me fasse jouir, sans quoi j’allais réellement péter un câble. Encore que je ne savais pas comment aller être cette explosion, mais il fallait faire quelque chose ! Ma queue était terriblement dure et douloureuse, il fallait que ça cesse ! La fourrer quelque part ou la masturber, peu importe. Je-devais-jouir.

« J’serai gentille, pitié… » Commençai-je quand elle parla de frustration. Quel horrible mot.

En l’occurrence, j’étais suspendue à ses paroles. Si ce n’est pas un témoignage d’obéissance ça ? Quant à la suite de sa déclaration, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle me prit carrément de cours. Ouvrant la bouche, je m’apprêtai à protester que ce n’était pas possible, jamais je n’allais réussir à tenir aussi longtemps avec l’érection que je me tapais, sans parler du jouet derrière.
Mais Doutzen avait le don de me couper la parole. A peine les règles posées, qu’elle me présenta son jolie derrière, si rebondi, si délicieux et accueillant que je ne pouvais pas refuser une telle offre. Putain Alix, c’est pas le moment de laisser passer ça ! C’est même le moment de me distinguer… En quelque sorte. Quoique avec l’érection que je me tapai, réussir à ne pas jouir en deux secondes allait être un exploit.

« Oui maitresse… J’vais y arriver » Dis-je en venant caresser les douces fesses de Doutzen.

Rien que les toucher me faisait décoller ! Je me penchai histoire de lécher un peu ce petit derrière, mais sans m’y attarder, après tout ce n’était pas l’exigence de ma maitresse. Empoignant mon sexe, je le dirigeai avec une certaine impatience vers son petit trou chaud, et commençait à pousser. Oh merde, j’allais jamais tenir !
Plus mon gland pénétrait dans le cul de Doutzen, plus j’étais au bord de l’explosion. Qu’elle était serrée ! Je commençai à avoir des bouffées de chaleur, et mon cœur palpitait à en craquer, mais je continuai à la faire gémir, à lui défoncer le cul comme elle disait. Ma queue douloureusement tendue s’enfonçait encore, et encore, et je fis un effort énorme pour débuter de timides mouvements. J’étais complètement compressée, c’était une torture.

« Aaah maitresse… Bordel, vous êtes toute étroite… ! »

Le chronomètre était à peine lancée, et j’avais déjà du mal. Penser à autre chose, vite Alix. Mon bassin se mit en marche du mieux qu’il pouvait, et c’était parti, ma queue commença à labourer le derrière de ma maitresse. Le début fut le pire, le temps qu'elle se fasse à ma taille. Mais je serrai les dents. Penser à autre chose vite, à mon petit business rationnel, à la grande-mère puante qui vit à côté de chez moi, tout plutôt qu’au délicieux cul que j’étais en train de baiser, si sexy que j’avais terriblement envie de le mordre.
J’étais hyper concentrée. Dans la pièce, on n’entendait plus que le son de mon bassin qui heurtait le derrière de Doutzen, et nos gémissements. Je serrai les dents. Que c’était bon, merde, mais plus les minutes s’écoulaient, et plus j’allais vite, plus loin, plus fort ! Le plug remuait dans mon cul à chaque mouvement, et me rendait complètement folle.

Si au moins j’avais les mains libres, ce serait plus facile d’attraper cette croupe. Mais non, et ça rendait la position encore plus difficile. Je ne me rendais plus vraiment compte du temps, tout ce qui  comptait c’était de ne pas exploser. Mais finalement, le chronomètre émit un petit bip quand les cinq minutes se terminèrent, et alors mon cœur s’emballa carrément.

« AAAAH » En réalité, le cri le plus long de l’histoire probablement.

J’eus l’impression que mon pauvre sexe explosait littéralement. Je m’étais tellement retenue après tout, jamais je n’aurais cru ça possible. Mais si, et comme elle l’avait exigé, le cul de Doutzen fut inondé par un ras de marée de jouissance alors que j’étais toujours prise dans ce râle d’agonie. Ma tête commença à tourner. J’étais en sueur, rouge vif mais un sourire béat s’afficha sur mon visage.
Enfin ! Après de longues secondes à jouir, je perdis l’équilibre, m’effondrant comme une loque sur le lit. Je restai là, effondrée, la poitrine agitée par une respiration affolée, le sexe enfin en train de dégonfler, heureuse d’être parvenu à réussir le défi de Doutzen.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Août 02, 2018, 10:46:57
Alix n’était pas dans une position avantageuse. Ses bras étaient toujours immobilisés dans son dos, et elle allait devoir se forcer pour réussir à pénétrer Doutzen. Impossible, en effet, de piloter sa queue avec sa main, ou de s’appuyer sur elle. Doutzen la mettait durement à l’épreuve, mais c’était aussi le genre de choses qu’elle avait vécu. Elle s’était souvent retrouvée avec une queue masculine, bandeau autour des yeux, à devoir guider son sexe dans le corps de ses Maîtresses, sans pouvoir s’appuyer sur elle. Fort heureusement, Doutzen était compatissante, et posa une main sur son fessier, écartant ses parois anales, facilitant ainsi le passage pour la queue d’Alix, ce qui lui permit de la mettre en elle. Doutzen se pinça les lèvres en crispant les doigts sur le lit, et sentit Alix se tortiller sur place, essayant de ne pas perdre sa position dans le fondement de Doutz’, mais aussi de s’y enfoncer. Sa queue devait être très serrée, et forcer le passage était dur, vu que les parois ne se dilataient pas, et qu’il n’y avait pas de place pour la queue d’Alix.

Et, pour ne rien arranger, Alix, qui était sur le point de jouir, devait encore tenir cinq minutes. Grâce à un miroir situé devant elles, Doutzen pouvait voir le visage rubicond de la jeune femme, en sueur, les joues et le reste du corps tout rouge. Doutzen sourit ensuite quand Alix, en haletant, crachant de la salive sur son corps, glissa que Doutzen était « toute étroite ».

« Hmmm… Haaaaannn… C’est… Haaaa… C’est ta queue qui… Qui est t-trop… Trop grosse, hmmm… !! »

Pour le coup, Alix lui offrait de sacrés coups de pilon. La belle hermaphrodite était vraiment surexcitée, et elle allait devoir tenir, sous ce rythme, pendant cinq minutes. La douleur éclatait dans le corps de Doutzen, qui se tortillait encore sur place, poussant des cris puissants, de longs soupirs, serrant ses doigts sur le lit, criant encore. Elle ferma les yeux pendant quelques secondes, avant de les rouvrir. La douleur se concentrait dans son cul, mais, par vagues, elle se répandait dans le reste de son corps, la faisant soupirer. Sa mouille glissait le long de ses cuisses, tant elle aimait ça. Alix avait beau vouloir se retenir, elle était comme un navigateur sur une rivière avec un fort courant. Impossible de s’arrimer, impossible de s’arrêter, et, plus sa queue se plantait en elle, plus le cul de Doutzen se dilatait, rendant les pénétrations bien plus simples. Son cul s’élargissait, et Alix s’enfonçait ainsi longuement en elle.

Elle avait trouvé le bon rythme, et Doutzen s’amusa encore à la regarder. Yeux clos, Alix gémissait faiblement, tellement excitée que Doutzen croyait voir des larmes couler le long de ses yeux clos. Elle était dans un autre monde, la bourrant, puisant dans d’ultimes réserves pour ne pas jouir, tandis que les minutes défilaient, pour elle, avec une lenteur terrible. Inversement, Doutzen ne voyait pas le temps passer. C’était une sodomie brutale, passionnée, renforcée par toute la frustration d’Alix, qui lui offrit cinq minutes de bonheur.

Cinq minutes pile, d’ailleurs ! Dès que la montre de Doutzen sonna, Alix poussa un long soupir… Et hurla en jouissant. Un hurlement qui devint ensuite silencieux, tant le plaisir semblait la traverser, l’assommer. Elle se mit à jouir énergiquement, probablement son plus bel orgasme, vidant ses couilles dans le cul de la belle blonde. Un vertige la saisit ensuite, tandis que Doutzen, qui avait également hurlé, réalisa qu’elle avait atteint un orgasme. Les joies de l’orgasme anal, un plaisir féroce et vertigineux, qui laissa la jeune Doutzen pantoise. Tandis qu’Alix s’étalait sur le lit, Doutzen elle-même s’affala avec bonheur sur les couvertures, le cul endolori, ses cuisses baignant dans sa propre mouille.

*Oh bon sang…*

Un moment passa avant que Doutzen ne roule sur le lit. Alix était toujours couchée, les yeux hagards, perdus dans le vide. La jeune adolescente se redressa doucement, et posa sa main sur le torse d’Alix, avant d’aller doucement l’embrasser.

« C’est très bien, Alix, tu as tenu… Je suis sûre que ça a dû être le plus bel orgasme de ton existence, hein ? »

Question relativement rhétorique, vu la manière dont Alix semblait sonnée. Doutzen la retourna doucement, et libéra ses bras en défaisant les boucles et les nœuds.

« En tout cas, tu m’as défoncé le cul, tu sais… Je crois que je vais avoir du mal à m’asseoir demain… Et probablement tout le reste de la semaine aussi. »

Doutzen libéra les mains d’Alix, et resta ensuite agenouillée à côté d’elle.

« Je dirais que tu mérites une récompense pour avoir tenu cinq minutes, Alix… Mais que puis-je bien t’offrir comme récompense, hum ? »

Elle se déplaça doucement, et se mit à califourchon sur elle, ses mains gantées venant presque machinalement caresser les seins de la femme.

« Je crois que le mieux, c’est que je t’accorde un fantasme… Une chose que tu aimerais faire subir à ta Maîtresse, petite chienne effrontée… Ou peut-être que ton fantasme, c’est que ta Maîtresse te torture encore plus, hm ? »

Difficile à dire…


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Août 03, 2018, 02:43:29
La chambre toute entière n’en finissait plus de tourner. En étoile de mer sur le lit, j’avais l’impression que celui-ci flottait en apesanteur, ou bien dérivait sur un tourbillon permanent, comme si ma conscience avait foutu le camp. Excusez-moi, Miss Doutzen, Alix est absente, veuillez laisser un message. J’avais des crampes à peu près partout. Dans les hanches surtout, ma queue et ma poitrine me brûlait, sans compter que je n’arrivais pas à reprendre mon souffle.
Doutzen m’avait tué avec son épreuve sodomite ! J’exagérai sûrement un brin, mais sur le coup, toute ma tête pulsait sourdement, et il m’était impossible de bouger le moindre orteil. Le plus gros orgasme de ma vie sans aucun doute. D’ailleurs, je ne parvenais pas à réaliser comment j’étais parvenue à tenir pendant cinq bonnes minutes. Cinq ! Minutes ! A ne pas exploser dans les fesses de ma maitresse. Mais je venais de réussir à lui clouer le bec ! Je pouvais en être fière !... Je suppose en tout cas.

« Mfffprrr-mpf…gneuh. » Traduction : oui. C’était à peu près la seule réponse que je parvins à articuler à la première question de Doutzen.

Un grognement similaire suivit quand ma maitresse me libéra enfin les bras de ce terrible harnais qui m’avait obligé à me péter le dos quelques instants plus dos. Non ! Elle m’a retourné, et le pif dans les draps, je commence à m’étouffer comme une tortue sur le dos incapable de se retourner. Ça y est, c’est la fin, et ces pinces sur les miches me font affreusement mal en plus. Dans un effort surhumain, qu’est-ce que je me surprends, je parvins à utiliser mes bras enfin libres pour retomber sur le dos et échapper à l’asphyxie. Un petit gémissement m’échappe quand le plug me rentre dans le derrière en roulant dans le lit. Je l’avais oublié celui-là.

« Je… Hin… J’sais pas… Me faire signer le deal avec ton boss ?... Hin-hin… » Lâchai-je en riant bêtement.

Dire que je parvenais encore à penser à cette histoire après cette partie de jambe en l’air. Néanmoins, je n'y croyais pas vraiment parce que je me doutais que Doutzen avait surtout un truc sexuel en tête. Encore ?! Je ne sais pas si je pourrais encore supporter d’autres acrobaties sans mourir jeune… La voilà qui me monte dessus et tripote mes pauvres seins déjà malmenés par ces terribles pinces.
Sérieusement, elle n’est jamais fatiguée ? Alix, tu es tombée sur l’une des pires perverses du coin. Bon, c’est vrai qu’une récompense après mon exploit était méritée, et que l’idée de réaliser un fantasme était super tentante mais… Plus je la regardais avec son air coquin me caresser la poitrine, plus je craignais de lui confier mes pires fantasmes. Vu la perversité de Doutzen, ça risquait de prendre de sacrées proportions…

« C’est que…  J’commence à fatiguer moi. Puis en fantasme, j’sais pas… » Marmonnai-je.

Cette soirée avait déjà été plutôt en riche. La soumission me branchait déjà pas mal, et de ce côté-là, Doutzen avait plutôt bien fait le tour. Mais repartir pour autre chose ? Je n’étais pas certaine d’être capable physiquement, ou même motivée… Quoique parfois, je pensais à un fantasme très, très embarrassant niveau soumission, et là, le confier à ma maitresse me paraissait hasardeux. Rien que l’avouer étant super gênant.

« Bah parfois… » Heureusement, j’étais déjà rouge vif avant d’en parler. « J’ai peut-être fantasmé… Un peu sur être soumise à… Tu vois… Plusieurs personnes en même temps… Mais bon ! C’est juste comme ça hein ! »

Putain, j’ai l’impression de fondre de honte. C’est vrai, ça m’était passé par la tête parfois, rien que par curiosité mais…
« Et de toute façon, j’suis crevée là… Besoin d’une pause. » Terminai-je rapidement


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Août 08, 2018, 06:01:33
Doutzen et Alix avaient beaucoup joué ensemble. La femme blonde pouvait se féliciter d’avoir poussé Alix dans ses derniers retranchements. Assise à califourchon sur elle, elle souriait doucement. Infatigable, Doutzen ? Disons plutôt qu’elle avait d’excellentes formatrices ! Il y a encore quelques mois, elle aurait sans doute fini dans le même état qu’Alix, mais, à force de pratiquer... Elle tenait plutôt bien. Titillant les seins d’Alix, elle sourit encore en entendant cette dernière lui exposer, entre plusieurs soupirs, son fantasme, celui d’être soumise à plusieurs personnes... Ce qui n’était pas sans donner à Doutzen quelques idées pour la suite. Toutefois, pour ce soir, il semblait bel et bien qu’Alix avait déposé les armes. Elle acheva d’ailleurs en rappelant son état d’extrême fatigue à sa Maîtresse, qui sourit alors en coin.

Elle se pencha en avant, et embrassa brièvement Alix sur les lèvres, puis se déplaça encore, et souleva le visage de la jeune femme, avant de croiser ses jambes sous elle, et reposa ainsi la tête de la femme sur ses cuisses. Ses mains caressèrent ensuite doucement les cheveux d’Alix, jouant tendrement, presque innocemment, avec ses mèches bleues.

« C’est entendu, ma petite Alix... Nous allons en terminer pour ce soir. »

Après tout, elles avaient longuement fait l’amour ensemble, pendant plusieurs heures. Alix avait tenu à la fin, preuve de son grand talent, de son potentiel. Doutzen continuait à la caresser, avec cette tendresse innée, et lui sourit encore, caressant ensuite son nez, ses doigts glissant sur les narines.

« Ton fantasme, je peux l’exaucer, ma belle... Mais... Je ne sais pas. Est-ce que ça te dirait d’être encore ma soumise ? Je peux témoigner en ta faveur auprès de Yuri, tu sais, mais je ne crois pas que tu seras embauchée pour dominer les autres. En revanche, tu pourrais être mon amie et ma soumise, qu’en dis-tu ? C’est une très bonne activité... »

Une activité sans aucun doute humiliante pour cette femme, mais, s’il y avait bien une chose à retenir de cette soirée, c’est qu’Alix aimait être soumise. Impossible de le nier, maintenant, et Doutzen l’embrassa sur le front.

« Tu porterais un collier, bien sûr... Tu serais ma première vraie soumise, tu réalises ?! »

Doutzen semblait ravie, une joie enfantine, un peu comme si on venait de lui offrir une poupée.

« Je t’habillerai comme il faut, je te déguiserai en garçon, je te sodomiserai à longueur de journée... Bref, je ferais de toi une parfaite esclave, tout en te formant, pour que tu sois une superbe amante ! »

N’était-ce pas là une perspective fantastique ?


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Août 10, 2018, 03:20:40
Jamais dans mes pires délires nocturnes, je n’aurais imaginé une soirée pareille. C’est vrai qu’il m’était arrivée de fantasmer à l’idée de me trouver un maitre, ou une maitresse, capable d’assouvir mes gros penchants de soumise. Mais Doutzen avait été plus que parfaite. Au final, ma petite rébellion où j’avais brièvement pris le dessus, me paraissait complètement absurde. C’était bien plus plaisant de suivre les caprices autoritaires de ma maitresse !
Combien avais-je eu d’orgasmes ? Aucune idée, j’avais franchement perdu le compte, en même temps que mon but premier pour venir ici. Ah, le deal. C’était très certainement mort et enterré à ce stade, vu que mes penchants de soumission avaient éclaté dans des proportions énormes. D’un côté, ça m’ennuyait de tout de même un peu de louper l’affaire. Mais de l’autre côté… Hé, j’avais vraiment envie de recommencer ces séances pour découvrir plus encore les perversités de ma nouvelle maitresse.

« Ah, merci D-… Maitresse. » Je méritais cette pause après avoir réussi avec brio le défi de Doutzen.

Le seul problème actuellement, résidait dans ce plug fiché dans mon pauvre petit cul endolori, et cette position allongée sur le dos n’était pas pour arranger ma situation. Doutzen me soulagea au moins un peu en retirant son poids de mon ventre, mais la voilà qui prenait position derrière ma tête pour… me bercer ? Bizarre.
Comme ce geste me semblait vraiment étrange par rapport à son autorité habituelle. Ou bien était-ce un moyen de m’apprivoiser ? Ce serait bien son genre de m’amadouer après avoir littéralement brutalisé dans tous les sens, pour mieux endormir ma vigilance et préparer un sale coup. Méfiance donc ! Oui, certes, j’exagérai sans doute mais compte tenu de la perversité de la demoiselle, il me semblait normal d’être un minimum parano.

« Aeuh… » Lâchai-je bêtement.

Quelle proposition, j’en étais sur le cul ! Enfin, façon de parler bien entendu, quoique avec ce plug enfoncé dans mon fondement, ça prenait un sens littéral. Je marquais un long temps de silence durant lequel l’imagination de Doutzen partait en vrille, fantasmant autant qu’elle le pouvait. Mon fantasme ? Soumise à plein temps ? Collier ? Deal ? Ok, le marché avec Yuri, il passait plutôt en second plan pour le coup.
Mais elle me prenait vraiment pour son esclave ! Ce qui était plutôt alléchant, à y repenser plus longuement. Je remuais pensivement des fesses. Si seulement ce jouet n’était pas à cet endroit, ce serait plus simple de réfléchir… A dire vrai, je faillis accepter sur le champ. Avoir une maitresse pour s’occuper de moi, une splendide comme Doutzen, qui réaliserait mes fantasmes de soumise, c’était inespéré. Et pour un motif plus sérieux… Bon, ce serait comme un boulot, non ? Non ?...

« Bah… Pourquoi pas. » Hors de question de crier un grand oui, un peu de dignité tout de même. « Mais hmm… Je ferai comme un travail à temps plein ? »

La sodomie à temps plein, nouvelle perspective d’avenir. Tu parles d’une question stupide, et à y regarder de plus près, c’était une proposition totalement délirante ! Seulement voilà, j’avais furieusement envie d’accepter. Je me rassurai en me disant que ce serait moins risqué et plus confortable que courir les bas-fonds de Nexus à faire des marchandages illégaux. Mais j’avais beau retourner ça dans tous les sens, c’était ni plus ni moins que devenir une servante sexuelle. Pour Doutzen. Cette merveilleuse maitresse. Si sexy, si parfaite… Ok, je cédai complètement. C’était de la folie, mais je ne pouvais pas refuser ça !

« Par contre… Est-ce que j’peux retirer le plug ? Et les pinces ? J’commence à fatiguer là. » Demandai-je docilement.

Voilà bien cinq minutes que je me trémoussai pour trouver une position confortable pour mon pauvre derrière mais là ce n’était plus possible !


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Août 13, 2018, 01:04:10
Quand Alix demanda s’il était possible de lui ôter le plug anal, Doutzen gloussa alors. La vérité, c’est que…

« Oh bien sûr ! Excuse-moi, ma chérie, j’avais totalement oublié que tu avais ce truc dans ton cul ! »

Mentait-elle ? En tout cas, elle ôta les pinces sur les tétons d’Alix, puis lui demanda de se coucher sur le flanc. Une fois ceci fait, la main de Doutzen s’empara du plug, et elle tira dessus, retirant enfin l’instrument qui écartait les fesses d’Alix, puis le posa sur le côté. Sa main retourna ensuite s’attaquer au fessier d’Alix, venant doucement le caresser. La tête d’Alix, elle, était toujours posée sur les cuisses de la blonde, qui se montrait attentive et attentionnée. Comme Doutzen l’avait dit, ou en tout cas fait comprendre, le jeu était fini. Elle pouvait se féliciter d’avoir épuisé Alix, tandis qu’elle-même arrivait encore à tenir. Toutefois, il suffisait de regarder le visage rougi de Doutzen, les gouttes de sueur filant le long de sa peau, ou d’entendre les soupirs qu’elle poussait, pour constater qu’elle-même était fatiguée.

Alix libérée de ses entraves, Doutzen retourna caresser son visage, presque comme une mère veillant sur son enfant… Ou une Maîtresse veillant sur son esclave.

« À temps plein, ça risque d’être compliqué, ma chérie, mais, puisque tu fantasmes sur l’idée d’avoir plusieurs Maîtresses, je suppose que je pourrais te partager avec mes amies. »

Doutzen laissa passer quelques secondes, avant de sourire doucement, perçant à travers Alix. Elle repensait encore à sa résistance de tantôt, une révolte qui avait été totalement matée, afin de laisser s’exprimer pleinement la femme qu’elle était, et ses pulsions profondes. Alix aimait la soumission, et Doutzen ne manquerait pas de transmettre ça à ses contacts. Après tout, le lycée Mishima comprenait plein de personnes comme elle, comme si, dans une certaine mesure, le lycée entier n’avait été conçu que pour recueillir des personnages comme ça ! Le sexe était une activité centrale à Mishima, et Doutzen se voyait déjà introduire la jeune femme à l’intérieur. Après tout, il existait déjà, à Mishima, des prostituées et des professeurs spéciaux, qui n’étaient là que pour satisfaire les désirs sexuels des élèves.

La jeune femme envisageait déjà quoi faire avec Alix, et enchaîna donc :

« Nous allons faire de toi une lycéenne, Alix ! Une lycéenne dont le seul but sera de me satisfaire sexuellement, moi ainsi que mes amies. Tu seras notre délicieuse esclave, ma belle. »

Autant dire qu’Alix allait en voir de toutes les couleurs d’ici les prochains jours, le temps que tout se mette en place ! Finalement, le deal initialement convenu avec Yuri s’était transformé en un nouveau deal… Un deal de soumission avec Doutzen Kroes, que la jeune fille scella par un ultime baiser sur les lèvres d’Alix, et par une dernière question :

« Marché conclu, ma chérie ? »


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Alix Sable le Août 16, 2018, 03:24:05
L’interminable soirée et son lot de surprises se terminait enfin. En y repensant, le développement de ce deal avait été plutôt inattendu, et même si l’affaire avec Yuri était vraiment morte et enterrée, n’était-je pas satisfaite de cette conclusion ? Oh que si, parce qu’en une seule soirée, j’avais expérimenté beaucoup de mes fantasmes de soumission en trouvant une maitresse. Ah, Doutzen…Une maitresse expérimentée et sexy, j’en oublierai presque d’avoir perdu du fric.

L’ivresse du moment peinait à s’en aller, et honnêtement, je ne réalisais pas encore les conséquences de ce que je venais d’accepter un peu trop vite. Ce qui traversa mon crâne à ce moment là, c’était seulement que j’avais une maitresse, et que je ne voulais pas la lâcher ! Je voulais que Doutzen s’occupe encore de moi dans l’avenir ! Ah, et aussi, c’était toujours ce fichu plug dans le derrière qui m’empêchait de penser correctement.

« Aww… » Gémis-je quand Doutzen retira enfin le gros jouet de mon pauvre cul endolori.

Les prochains jours allaient être difficiles pour s’asseoir. Mais en réalité, la douleur passa plutôt rapidement, et tous mes doutes sur le choix de devenir sa soumise s’effacèrent quand Doutzen me caressa tendrement. Ah, ce sentiment d’abandon, c’était pile ce qui me faisait fantasmer ! Je me sentis presque ronronner, à rester ainsi blottie contre les chaudes et douces cuisses de ma maitresse.

Cependant, alors que l’enthousiasme du départ s’effaçait peu à peu, il était peut-être temps de songer à l’engagement que je venais de prendre. Doutzen était une sacrée perverse, et je venais justement de lui donner mon cul à sa disposition. Littéralement, je veux dire. Brusquement ça me semblait être un business plutôt risqué, car dans quelle situation projetait-elle de me mettre ? La voilà qui projetait à présenter de me partager comme un simple objet avec ses amies.

« Hmm… J’sais pas trop… » Commençai-je, mais trop tard, la machine s’emballait.

Merde, Alix, dans quoi est-ce que tu t’es lancée ? Et pourquoi ça m’excitait autant ? Rien qu’à entendre le projet de ma maitresse, je ressentais des fourmillements dans mon bas ventre. C’est vrai que l’idée d’être entrainée là-dedans était excitante, mais je passais presque au rang d’objet et…Ça me faisait un peu flipper.

« Lycéenne ? J’sais pas si ça va bien marcher, j’sais pas écrire et à peine lire. »

Enfin, vu les projets de Doutzen, la lecture et l’écriture n’allait probablement être mon activité principale. Devais-je vraiment m’engager là-dedans ? C’était peut-être même trop tard pour faire marche arrière, maintenant qu’elle avait la preuve de ma passion pour la soumission. J’avais simplement une appréhension légitime sur les proportions que cette histoire allait prendre compte tenu des idées de ma maitresse.

Quant au reste de ses connaissances, qui étaient-elles ? Ouais, j’appréhendai d’être remise au main d’inconnus, mais d’un autre côté, c’était terriblement séduisant. Devenir la servante de Doutzen, vivre dans le luxe de la Terre, et la luxure de cette dernière. Celle-ci me confia un baiser, et une ultime question pour sceller notre nouveau deal. Je me mis un peu de temps à répondre. C’était la conclusion de notre rencontre, avec une proposition plutôt folle et pourtant dangereusement séduisante. Mais ce fut plus fort que moi.

« Oui maitresse ! » Lui répondis-je avec un sacré enthousiasme.


Titre: Re : Deal [Alix Sable]
Posté par: Doutzen Kroes le Août 17, 2018, 01:05:14
FIN

Suite du RP ici (http://hentai.forum-rpg.net/index.php?topic=21452.0).