Le Grand Jeu

Préliminaires => One Shot => Discussion démarrée par: Vanessa White le Avril 22, 2017, 01:42:18



Titre: Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Vanessa White le Avril 22, 2017, 01:42:18
La jeune mais influente femme était là, assise sur son fauteuil derrière son bureau. Plume en main, le visage concentré et sérieux, elle bougeait sa main avec dextérité, faisant voler l’encre le long de du parchemin allongé contre son bureau. Cette femme d’affaire écrivait, cherchant ses mots, son inspiration, pour formuler une annonce particulière pour la destinataire de cette missive. Ô qu’elle était si heureuse et impatiente que sa correspondante découvre la réelle raison de cette lettre. Qu’elle était impatiente que sa correspondante la lise en même temps qu’elle dégusterait le merveilleux cadeau avec lequel cette lettre serait fournie. Un cadeau, oui. Un présent que la dame regardait de temps à autre en levant des yeux ; elle observait, avec son sourire vicieux et satisfait, cette cage au milieu de son bureau. Une grande et robuste cage couverte par un tissu afin d’obstruer complètement toute vision du contenu.

Après tout, c’était un présent ! Et les cadeaux, ça s’emballait. Plus elle écrivait, plus elle pouvait estimer dès maintenant le plaisir que ressentirait la destinataire à l’ouverture de son présent. Après un long moment, la noble femme finit par poser la plume, apposant son sceau avant de sceller la lettre par une pointe de cire fondue. La dame se leva, marchant lentement, faisant claquer ses talons sur le sol ciré de son bureau. Tout était dorénavant ; il ne restait plus qu’à expédier tout ceci à l’intéressée. Durant le reste de la journée, ses subordonnés s’en occupèrent et finalement, un certain temps après, le lendemain, la cage et la lettre furent remises à la bonne main. Cette main, c’était celle de sa grâce la dame Evangeline, Maitresse des Poupées, Régente d’Ancarla. Une noble femme qui rien que par son titre imposait le respect et l’obéissance parfois ! Une femme qui était énormément admirer et aduler par une autre noble venant d’une contrée plus éloignée, ayant toujours gardé son anonymat auprès d’elle.

Néanmoins le cadeau qu’elle lui fit en ce jour allait définitivement témoigner de son amitié et son admiration pour la Régente, qui surement allait prendre beaucoup plaisir à ouvrir cette grande cage. Au moment où cette femme ouvrirait sa lettre, elle pourrait y lire ceci ;


Pour sa Grâce, la Juste et Noble Régente d’Ancarla, dame Evangeline,

Ce n’est ni le premier, ni le dernier des hivers qui m’amène à nouveau vers vous, ma douce amie. En ces temps difficiles, votre bienveillante s’est enquit de la mission de vous apporter de quoi subsister durant ce passage, de quoi apaiser vos désirs et aspirations découlant de votre statut ; Maitresse des Poupées. Si peu de personnes reconnaissent votre grand Art, qui est l’expression d’une grande Femme qu’on ne devrait pas censurer, qu’on devrait écouter et admirer tant sa portée est puissante, moi, j’ai décidé de vous donner au contraire, parole. C’est avec ce modeste présent que je compte laisser à nouveau s’exprimer votre Œuvre, et vous laisser prendre tout votre plaisir à exercer ce que vous faites le mieux … Et ce pourquoi êtes-vous crainte à Ancarla, injustement.

Je vous offre l’une de mes meilleures esclaves. Son nom est Susan, elle provient d’un autre monde que notre Terra. Je ne désire guère tout vous révéler à son sujet, Maitresse, mais sachez une chose ; sous ses airs innocentes, Susan est bien plus mordante que vous ne pouvez l’imaginer. Je l’ai préparé rien que pour vous, je sais ce qu’elle désire secrètement, sans jamais qu’elle ne l’avouera … Et cela tombe à juste titre sous votre domaine d’action. Cette fille ne désire que se faire dominer, esclavager, de trouver une main de fer qui prendra alors le contrôle de sa vie et de son être. Elle cherche un but, une personne à adorer et à servir … Mais au-dessus de tout ceci, Susan est une perverse inavouée. Ses aspirations et ses grands désirs sont tellement honteux, tellement immoraux, à son propre avis, qu’elle fera mine de ne pas accepter la sentence. Mais pourtant … Elle éprouve du plaisir face à beaucoup de choses que chez elle, on considérerait étrange.

Je vous laisse découvrir et savourer votre présent, ma douce. Ayez considération que ce cadeau est le témoignage de mon affection, et de mon amitié envers vous, ce que vous représentez, et ce que vous êtes … Puisse-t-il un jour le monde reconnaitre votre Art, qui est à mon égard, le plus beau que je n’ai jamais vu.

Avec mes amitiés, votre sincère et dévouée amie.

Pendant que la femme était en train de lire, à l’intérieur de la cage, Susan se réveillait. Elle était complètement paniquée, mais son bâillon l’empêchait de parler si ce n’était d’émettre des sons. Elle se tortillait sur place mais s’aperçut vite qu’elle était enchainée aux poings et aux pieds, habillée étrangement de sa tenue normale, quand elle était venue dans cette maudite dimension. Son cœur battait très fort et la peur montait en elle. Où était-elle ? Qu’allait-il lui arriver ? Susan ne savait rien, et cela ne faisait que l’apeurer encore plus.


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Evangeline et Echo le Avril 23, 2017, 11:43:26
prête à répondre à ses ordres, puis derrière un rideau légèrement transparent de la petite scène se trouvait un groupe de poupée musicienne qui jouait. C’était un moment quotidien au manoir, la pause du thé de la Maitresse, il était parfois partager avec ses filles, ses favorites ou des invités, mais pas aujourd’hui. Evangeline tenais une lettre alors qu’on lui avait livré une grande cage voilé.

Bien sûr un tel coli venant de nul par n’avait pas était apporté dans le salon d’Evangeline sans avoir était examiné et déterminé que rien de dangereux ne s’y trouvait. Après tout Evangeline était considéré comme une sorcière, elle dominait la région par la force, malgré les bien fait qu’elle a accomplie pour la région, Evangeline restait une personne crainte. Sans oublier qu’Evangeline en plus de tout ça était une prêtresse du culte de la Folie. Malgré la neutralité de son territoire, il y avait tant de raison d’attiré des ennemie qu’il fallait s’assuré que ce n’était piégé. Déterminé sur, il avait finalement était apporté au salon.

Ainsi buvant tranquillement son thé à la rose porté par le son de l’orchestre, Evangeline venais d’ouvrir la lettre qui accompagnait le coli. Elle reconnue le Sceau sur la lettre. Celui d’une femme qui lui écrivait de temps en temps admirant son travail. C’était quelque chose qui l’avait surprise au début, Evangeline avait mené une enquête sur elle pour en savoir plus, puis finalement, comme elle ne représentait aucun danger, elle c’était habituer à ses lettre et les lisait et y répondait parfois. Elle se promit d’un jour l’invité à partager le thé, surtout après un cadeau comme celui-ci. Même si Evangeline ne l’avait pas encore ouvert, elle savait reconnaitre une cage, après tout elle avait de nombreux esclave et en revendait même elle-même.


-Il faudra que je la remercie, il faudra que je la rencontre. Aller au point de m’offrir un tel cadeau je suis curieuse.


Evangeline se leva finalement et s’approcha de la cage. Elle fit signe à la soubrette de retiré le voile et observa la jeune fille se trouvant dans la cage. Elle était plutôt mignonne. Elle semblait perdue, ce qui pouvait se comprendre.

-Te voici donc Susan. Voilà donc une adorable esclave. Sais-tu qui je suis ? Sais-tu qu’es que tu fais là ? Je sens que je vais bien m’amusè avec toi.


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Vanessa White le Avril 23, 2017, 12:51:31
L’histoire de Susan était une succession d’évènements menant à une vie des plus communes pour une fille des plus communes, jusqu’à ce qu’un imprévu arrive. Cela lui était tombé dessus d’un seul coup. Susan était autrefois – et il n’y a pas si longtemps – une simple étudiante à Seikusu. Pas forcément brillante ni mauvaise, elle était juste normale. La seule chose qui la démarquait des autres était sa jovialité constante, et le fait qu’elle était très mignonne. Elle avait quelques amis avec qui elle ne passait pas mal de temps, que ça soit dans le cadre du lycée ou en dehors. En revanche elle n’avait pas vraiment de famille présente à Seikusu. Comment était-elle passée de ce statut à celui d’une esclave offerte à une dame venant d’un autre monde ? Tout commença le jour où elle se lia d’amitié avec une nouvelle venue dans sa classe. Susan était très ouverte sur les autres et voyant que cette fille semblait – inexplicablement – rejetée des autres, l’étudiante avait voulu faire le pas.

Et étrangement, le courant passait bien ! Des semaines s’étaient écoulées pour que finalement elles deviennent assez proches, au point de se voir quasiment tous les soirs, après les cours. Susan était loin de se douter qu’en réalité cette fille venait d’un autre monde et jouait la comédie. Dans quel but ? Susan le découvrit avec horreur quand un soir, alors qu’elles révisaient ensemble dans sa chambre, son amie la drogua à son insu pour la faire dormir de force. À partir de là … Ce fut le trou noir. Le vide. Susan ne se rappelle plus de ce qui s’est passé ensuite mais, quand elle se réveilla, elle n’était plus chez elle. Elle était dans une cellule vétuste, au décor très moyenâgeux. L’étudiante venait de traverser les mondes et sans le savoir, sa prétendue amie – qui n’était autre qu’une rabatteuse d’esclave sous couverture – l’avait capturé. Paniquée, elle tenta de tout faire pour s’enfuir mais elle n’y parvint guère.

La suite fut toute simple … Sa nouvelle maitresse se présenta à elle et effectua un pré-dressage, afin de la jauger, de voir si oui ou non elle avait du potentiel. Et elle découvrit en elle la graine d’une jeune perverse possédant des tabous et des fantasmes dont elle ne s’en doutait même pas. Une belle esclave sexuelle à corrompre, en somme … Pour certains clients, c’était le rêve ! Mais ce rêve, elle avait décidé de l’offrir à un quelqu’un qui lui était cher ; dame Evangeline. Ce fut donc ainsi que Susan atterrit là, devant sa nouvelle maitresse qui lui posa quelques questions, sans savoir quoi répondre en retour. Parler avec son bâillon sur la bouche allait être dur, mais Susan parvint à prononcer quelques mots. « Non … Non … » Répliqua-t-elle, hochant négativement de la tête. Sur ses joues et autour de ses yeux on voyait des traces, celles que les larmes laissaient derrière elles. Visiblement Susan n’était pas vraiment heureuse d’être ici mais dans peu de temps, cela allait changer … De gré ou de force.


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Evangeline et Echo le Avril 27, 2017, 11:40:28
Evangeline se tenais devant la cage étudiant les réactions de la jeune fille enfermé à l’intérieur. Elle était complétement perdu et ignorais pourquoi elle était ici. D’un signe, elle demanda à la soubrette d’ouvrir la cage et entra à l’intérieur, venant prendre la jeune fille dans ses bras et la souleva comme si elle ne pesait pas plus qu’une plume. Evangeline la porta en sortant de la cage et s’assied dans un fauteuil confortable et l’installa allonger entre les accoudoirs et sur ses jambes.

-Echo va me chercher la boite s’il te plait.

Echo qui physiquement pourrais être la fille d’Evangeline sortie dans de la pièce pour aller chercher ce qui avait était demandé. Evangeline porta alors on attention sur la jeune fille et commença à lui retiré toute tes entraves.

-Bien Susan, il va falloir que je t’explique tout. Je m’appelle Evangeline, je suis la Maitresse des Poupées. Je dirige la vallée d’Ancarla. Une amie à décider de t’offrir à moi comme esclave. Ainsi donc tu m’appartiens corps et âme. Ici tu es dans mon manoir.

Une fois tout retiré, elle la laissa couché ainsi sur ses genoux, observant ses réactions. Une nouvelle esclave obtenue si subitement, il fallait maintenant trouvé quoi en faire. Dans ce manoir, il y a de nombreux esclave et pas mal d’avenir différent pour eux. Certain avait une belle vie, d’autre travaillait, d’autre était réduit à l’état animal et vivait parmi de véritable animaux, et d’autre était traité de façon bien pire des objets sexuel en perpétuel torture et sans le moindre respect pour leur vie. Evangeline attendait encore de choisir ce qui attendrais celle-là.

-Alors ma petite Susan, comment vas-tu te comporté avec ta Maitresse ? Sache que sa influera en bien ou en mal ton avenir. Si tu es prête à m’obéir correctement, je vais te poser une série de questions qui déterminera ce que je ferais de toi. Et tu prêtes à te soumettre et à répondre ?


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Vanessa White le Avril 28, 2017, 09:33:15
Que pouvait dire ou faire Susan, à l’heure actuelle ? Elle était prisonnière d’une femme qui lui était inconnue. On l’avait emmené ici, sans lui demander son avis, sans jamais qu’elle ne puisse résister. Susan n’avait clairement pas la force pour lutter ou tenter de se rebeller ; elle était fille extrêmement docile et douce, voire fragile. Ce n’était pas du tout le genre de personne à se battre pour un oui ou pour non, mais plutôt à se recroqueviller sur elle-même, et pleurer en l’espoir que cela attirerait peut-être la clémence de ses bourreaux. C’était pour cette raison qu’elle ne put strictement rien faire quand la cage s’ouvrit. D’une part ses membres étaient toujours entravés, de même que sa bouche, et d’autre part car elle ne désirait lutter. Susan n’en avait pas la force … Tout simplement. Peut-être était-ce une trace de son passage chez son ancienne maitresse ? La trace de son pré-traitement d’esclave …

Quoiqu’il en fut, sa cage s’ouvrir et en voyant la grande femme s’avancer, elle prit peur. Son teint pâle, ses cheveux cendrés et son regard avaient tout pour apeurer une fille comme elle, mais … Au lieu de se faire agresser, Susan se fit prendre, comme si elle ne pesait rien dans les bras de la femme. Cette femme qui la prit à bout de bras contre toute attente, avec un soin qui troubla grandement Susan qui s’était attendue au pire ! La jeune femme était tétanisée par la peur et l’incompréhension face à un tel geste et le fut encore plus quand l’étrange demoiselle s’assit sur un fauteuil, posant sur ses délicats genoux Susan. Cette dernière regarda alors sa maitresse, puis l’autre demoiselle se faisant appeler Echo. Etait-ce sa fille ? Non seulement lui ressemblait-elle – quelque part – mais aussi semblait-elle avoir l’âge propice.

Cette Echo partit chercher une boîte qui pour le moment ne disait rien à Susan. Elle fut troublée à nouveau en voyant la dame la libérer de ses entraves, tout en lui expliquant de manière concise la raison de sa présence ici. Susan était donc un cadeau, offert à cette femme. La situation était donc plus compliquée et importante qu’elle ne l’avait pensé … On la prenait pour une esclave, une vraie. Susan déglutit mais pour une raison qui lui échappait, était incapable de se rebeller ou de profiter de sa liberté de mouvement pour s’échapper. Non, au lieu de ça, la jeune femme se mit subitement à rougir, restant sagement assise sur les genoux de sa maitresse, l’air tout hébétée et trouble. La dame venait de lui demander comment elle allait désormais se comporter ; acceptait-elle de devenir son esclave et de lui obéir, ou bien comptait-elle se rebiffer ? Susan déglutit à nouveau, peinant à parler convenablement à cause de la peur au ventre.

« Je … Je veux … Rentrer chez moi … Ne me faite pas de mal, pitié … »
Supplia alors Susan, les yeux larmoyants, peinant à contenir ses émotions. Ses mains se crispèrent lentement contre ses propres jambes, alors qu’elle retint de justesse des larmes. « Si … Si je vous obéis, je vais devenir quoi ? … » Finit-elle par demander, toute émotive et inquiète à la fois, sur son avenir proche … Et peut-être même lointain.


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Evangeline et Echo le Mai 04, 2017, 12:11:40
Assise dans son fauteuil, Evangeline gardait son cadeau sur ses genoux. Elle ne la tenait pas la laissant libre de ses mouvements. La jeune fille était apeuré, mais ne semblait pas avoir le courage de fuir ou l’intelligence de pas lui résisté. Bien sûr elle voulait rentrer chez elle, mais sa condition d’esclave ne lui permettait pas. Elle lui demanda ensuite ce qu’il lui arriverait si elle ne montrait obéissante. Tout ça lui donnait une idée. Vue qu’elle semblait être une esclave tout juste capturé, elle avait envie de joué avec elle.

-Vois-tu ma cher Susan, tu es maintenant une esclave. Un cadeau que l’on m’a fait en me demandant de faire de toi une de mes œuvres d’art.

Elle passa délicatement une main sur sa joue, se montrant plus douce que sévère. Elle aimait beaucoup joué et façonné des jeunes filles.

-Comme je te trouve adorable et que tu sembles être une esclave toute jeune, j’ai envie de te faire une proposition. Si tu montres obéissante je te laisserais des libertés et des choix dans ton évolution. Par contre si tu te rebelle, tu finiras comme simple objet sexuel. Ici il y a tous les niveaux d’esclavage, du plus agréable au plus cruel.


Echo Fit son retour dans la pièce avec une boite qui ressemblait plus à une sorte de mallette. Elle se plaça face Evangeline et Susan gardant la boite en main attendant la suite. Evangeline lu fit signe d’attendre. Puis elle se reconcentra sur Susan.

-Voilà ce que je te propose. Tu vas avoir le choix entre plusieurs évolution, dressage ou appel ça comme tu voudras. Je m’occuperais de te former ainsi pendants un moi. 0 la fin de se temps, si tu as su parfaitement m’obéir et qui tu t’es montré sérieuse et efficace alors je te promets un nouveau choix. Celui de te libéré et de te reconduire chez toi ou alors d’achever ta transformation pour devenir définitive mon esclave. Et tu prêtes à tenter cette expérience ?  Si tu refuses, je me contenterais de te dresser et faire de toi une servante de se manoir et abusé de toi selon mes envie.



Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Vanessa White le Mai 04, 2017, 08:08:43
Une œuvre d’art ? Qu’est-ce que cela pouvait bien dire … Qu’est-ce qui allait lui arriver exactement ? Susan avait déjà des tonnes de questions et de peurs, et cela n’allait pas aller en s’arrangeant avec cette déclaration. Cette femme réitéra son propos au sujet de son asservissement ; selon elle Susan était son esclave et ce définitivement … A à un détail près. La jeune fille fut assez solide pour l’écouter jusqu’au bout, où un espoir lui fut apporté. Parmi tout son discours elle retint que sa prétendue maitresse lui offrait une chance de pouvoir rentrer chez elle. Quitter ces lieux étranges et effrayants, ce monde qu’elle ne connaissait guère et n’avait guère envie de connaitre non plus. Susan n’avait entendu que cela, même si au fond, elle avait aussi retenu une autre information cruciale.

Elle déglutit en finissant par comprendre que cette dame allait lui faire subir des choses pendant un mois complet. Le mot qu’elle employa fut évolution et Susan se doutait qu’une femme de son rang employait des mots de ce genre au hasard. Néanmoins elle stipula que si jamais Susan se pliait et réussissait ses épreuves, alors elle aurait le choix sur ses évolutions. Cela était de plus en plus flou pour la jeune fille qui ne comprenait pas à quoi cela allait se résumer. Muette, complètement perdue et ne sachant plus quoi dire ni penser, Susan regarda la dame, d’un regard troublé et apeuré, mais présentant une lueur d’espoir, et d’intérêt pour cette solution. Ses petites joues rougirent bien malgré elle quand sa – désormais – maitresse la caressa du bout de sa main, qui était incroyablement douce et … Apaisante quelque part, même si Susan se refusait à le sentir ainsi.

Avec tous ces nouveaux éléments, ce n’était pas comme si Susan avait le choix. Entre temps l’autre fille revint avec un coffre qui était fermé. Susan ne savait guère ce qu’il y avait dedans mais elle se doutait que s’y trouvait un quelconque objet en rapport avec sa nouvelle condition d’esclave. Elle hoqueta, tentant de se ressaisir et d’arrêter de larmoyer, puis regarda de nouveau la femme. « D’accord … Je le ferai … J-Je n’ai pas le choix. Je tenterai l’expérience … » Dit-elle, consciente qu’elle courrait un grave danger. Qui savait ce que cette femme voulait dire en affirmant faire d’elle une œuvre d’art ? Est-ce qu’elle allait seulement la changer mentalement, brisant sa volonté pour en faire une esclave docile et obéissante ? Ou bien allait-elle aussi la changer physiquement. Ce dernier changement était, en réalité, celui qui effrayait le plus Susan mais qui, inconsciemment, sans qu’elle ne s’en doute à l’heure où elle était assise ici, celui qui l’excitait le plus.

Susan n’allait pas seulement endurer un mois à obéir et survivre, mais elle allait aussi passer un mois à connaitre sa propre vérité. Et c’était peut-être cela qui, au fond, allait décider de son destin, plus que ce qu’allait lui faire cette femme. Susan déglutit à nouveau et tenta alors de se résigner, d’accepter de force cette situation pour en souffrir le moins, et pour pouvoir réussir l’expérience. Elle finit par poser de nouveau ses yeux sur sa maîtresse, avant qu’une question n’effleure ses lèvres. « Ces changements, ces évolutions … Je … C’est quoi, exactement ? Et … Comment dois-je vous appeler … M … Maîtresse … » Finit-elle par demander, rougissant subitement, en se convainquant que c’était la honte, alors qu’en réalité, c’était bien autre chose. Cette même chose qui faisait que Susan ne se rendait même pas compte qu’elle se sentait très à l’aise, confortable, là, assise sur les belles cuisses de sa maîtresse, de manière si naturelle …


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Evangeline et Echo le Mai 17, 2017, 01:16:38
Evangeline restait patiente, laissant le temps à la jeune fille de réalisé sa situation. Bine sur si elle refusait, elle l’enverrait en sous-sol et la laisserais se faire dresser pour devenir un vulgaire objet sexuel. Mais elle se doutait que se ne serais pas son choix, après tout à moins de souhaité une telle vie, c’était un choix stupide. Puis Evangeline sentait qu’elle aller cherche à s’accrocher à se faux espoir qu’elle lui donnait. Elle ne lui mentait pas, mais elle était déjà certaine qu’après un moi, ce serra elle qui voudra rester. Comme prédit, Susan accepta te tenté sa chance.

-Bien, très bon choix. Je vais bien prendre soin de toi tu vas voir.

Elle se pencha lui déposant une bise sur le front et lui fit un doux sourire. Bien sur la jeune fille voulait savoir ce qui l’attendait et quel serraient ses transformations.


-Tu à le choix entre deux. La première surement la plus dur, mais là plus amusante. Te dressé à l’état animal, tu vivras comme un animal, tu perdras petit à petit tes habitude humaine, et tu vivras comme un animal de compagnie. Tu seras bien sur dressé au sexe, avec des gens comme avec des animaux réel. C’est dressage difficile à supporter surtout avec les animaux, mais une fois achever, tu viras heureuse.

C’est un choix qui lui plait beaucoup, car elle a déjà plusieurs esclaves qui vivent en permanence comme ça, mais la dernière venue remonte à longtemps. Mais elle doutait la encore faire se choix, c’était trop difficile, c’était plutôt quelque chose qu’on impose plutôt qu’on choisit.

-La seconde je vais t’éduquè pour faire de toi, une poupée, une jolie poupée, bien élevée et pleine de mystère. Une œuvre unique, tu porteras de beau vêtement, couchera avec des hommes et des femmes et servira à me représenter. Alors que choisie tu ?


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Vanessa White le Mai 20, 2017, 03:58:51
Les explications ne tardèrent pas à fuser. Susan était inquiète et ne savait réellement pas si oui ou non elle allait réellement revoir son chez-soi mais, la lueur d’espoir que lui avait fait naitre la Maitresse des Poupées était suffisante, pour le moment. Si elle réussissait cette expérience, elle allait pouvoir rentrer chez elle ! C’était tout ce qui importait. Susan était donc un peu plus motivée et moins désespérée que précédemment, même si le baiser de sa Maitresse sur son front la prit par surprise. C’était une bise douce et presque affective, si la situation n’était pas très étrange. Susan avait rougi malgré elle, face à la douceur et l’attention de ce geste, mais elle tâchait de rester méfiante et sur ses gardes. Il ne fallait pas qu’elle succombe à cette femme car cette dernière cherchait uniquement à faire d’elle sa petite chose ! Il fallait que Susan reste forte pour que le jour où elle puisse partir, elle choisisse sa maison et non ce manoir.

La Maitresse des Poupées détailla donc ce qu’elle entendait par transformation. Elle expliqua d’abord la première ; il s’agissait d’un dressage animal, qui fera perdre à Susan toutes ses habitudes humaines. Et puis quoi encore ? C’était le piège parfait ! Si Susan se mettait à agir et penser comme une bête, ô combien jamais elle ne retournera chez elle. C’était donc la pire option à choisir pour elle si elle désirait rentrer à la maison. La deuxième option était plus étrange et abstraite, mais comparée à la première, la mieux. Sa Maitresse lui expliqua que si elle suivait ce choix, elle ferait d’elle une jolie poupée bien élevée et pleine de mystère, qui portera de beaux vêtements et sera donc une œuvre d’art. Bien que la jeune femme ne fasse pas confiance à la maitresse des lieux, elle était forcée de choisir. Soit l’état animal, soit être une poupée. Dans son esprit elle était, très loin, d’imaginer la réelle portée de ce mot.

Et le fait qu’elle doive coucher avec des hommes et des femmes ne l’enchantait nullement. Elle n’était pas une prostituée ! Et coucher à tout va était plutôt contraire à une bonne éducation dans sa tête, donc même cette option avait sa part de mauvais. Mais elle pensait que la femme allait faire d’elle une fille se comportant comme une petite poupée. Si la chose en soit était étrange, elle n’était pas incapacitante comme l’état animal, qui empêcherait Susan le retour à la civilisation. Elle ne répondit pas de suite, posant le pour et le contre même si, son choix était déjà arrêté. « Je n’ai pas le choix, … Maitresse. Si je deviens comme une bête, je ne pourrai pas revenir chez moi. Si je deviens comme une poupée, j’aurai toujours cette possibilité … Donc mon choix s’arrête là. Faite … Faite de moi une poupée … » Déclara-t-elle timidement, serrant ses poings contre ses cuisses.


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Evangeline et Echo le Juin 07, 2017, 11:40:45
Evangeline tenais toujours la jeune fille sur ses genoux, lui laissant le temps de la réflexion. A vrais dire elle était même prête à lui laisser plus de temps que ça, mais finalement elle se prononça choisissant l’état de poupée jugeant mieux adapté à un retour chez elle par la suite.  C’était un choix logique même si la réalité n’était peut-être pas si pratique qu’elle semblait l’imaginé. Evangeline fit un signe à Echo qui s’approcha d’elle ouvrant enfin le fameux coffret. A l’intérieur se trouvait une collection de ras du cou en cuire de différente couleur avec des médaille en différente matière. Toutes les couleurs étaient un code de couleur pour identifier les esclaves. Evangeline attrapa un collier blanc avec une médaille en cristal et lui montra sous les yeux.

-Bien ma petite, voici maintenant ton collier d’esclave. Il servira aux habitants du manoir à savoir ce que tu es. La couleur blanche montre que tu es une esclave qui m’est réservé et à quelque rare privilégier, ça évitera que n’importe qui joue avec toi. La médaille de cristal montre tu peux coucher avec des hommes comme des femmes. Tu verras vite que dans le manoir le sexe est plutôt libre.

Après les explications, Evangeline lui passa le collier autour du cou. La voilà maintenant classifier comme esclave du manoir.

-Aller descend, il est temps de t’habiller. Tu es jolie nue, mais ce n’est pas ce qu’on attend d’une poupée.

Evangeline se leva à son tour et lui fit signe de la suivre et la guida dans les couloirs dans une pièce un peu plus loin. Le peu qu’elle put voir des couloirs, lui laissant le temps de juger de la grande taille du manoir et de sa richesse. Elle put voir des femmes en tenue de soubrette au travaille, certaine avec des colliers comme le sien, mais avec des couleurs différente.  La pièce où elle se trouvait maintenant avait de quoi faire rêver, il était rempli d’étagère, d’armoire, de penderie et le tout avec toute sorte de vêtement.

-Maintenant, choisie toi une tenue, je veux que tu soit une jolie poupée, fait bien ton choix.


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Vanessa White le Juin 08, 2017, 08:11:41
Le raisonnement de Susan était logique, du moins sur le papier. La jeune femme espérait réellement pouvoir retourner chez elle un jour, et sentant sa nouvelle Maitresse joueuse et, paradoxalement, énigmatique, elle savait qu’elle devrait marcher dans son jeu un minimum. Ne serait-ce que pour lui éviter punitions et humiliations de trop. Déjà que les propos au sujet du sexe et de la liberté ici au manoir l’inquiétait grandement – car Susan avait sa dignité et n’était vraiment quelqu’un de vicieuse. Seulement voilà, elle était totalement à la merci de cette femme. Susan n’était ni forte physiquement, ni rusée comme une renarde. Elle était une personne normale, dans la moyenne, ayant comme plus grand atout sa joie et son joli minois. Même si le premier n’était pas très perceptible en ce moment.

Susan était donc toujours assise confortablement sur les genoux de sa Maitresse et, malgré elle, malgré sa dignité, elle se sentait à l’aise ici, comme si c’était une position de réconfort, de chaleur, même si cette femme se voulant être sa propriétaire était très loin d’être rassurante, aux yeux de Susan. La femme finit même par lui présenter ce qu’il y avait dans le coffret ; un collier serré blanc, où était attaché un pendentif en cristal … Une très belle pièce, qui émerveilla un moment Susan avant qu’elle ne se ressaisisse, afin de ne pas perdre la face. Mais malgré la nature et l’usage de ce bijou, la jeune fille le trouvait tout simplement sublime. Elle se serait menti à elle-même si elle ne trouvait pas cette pièce ravissante à souhait. Au moins, avec ceci au cou, elle allait faire partie de la cour privée de sa Maitresse, c’était déjà cela …

Même si Susan ne se faisait pas encore à l’idée de coucher avec qui que ce soit. Finalement, elle obéit à la dame des lieux et descendit de ses confortables genoux, nue, devant à présent aller s’habiller. Silencieuse et rouge comme une tomate, Susan peinait à cacher ses réelles émotions et à se montrer digne en ce moment difficile et délicat. Sa Maitresse la guida au travers son grand et vaste manoir ; sur le chemin, Susan observa alors quelques habitants des lieux, des servants et servantes, tous bien habillés et soignés. Du moins, c’étaient ceux qu’elle avait réussi à voir. Susan se souvenait des dires de la dame au sujet des autres, qui étaient moins … Respectables physiquement. Mais passé tout ceci, les deux femmes arrivèrent dans une grande pièce, officiant en tant que penderie. Il y avait de tout, de la robe riche et délicate que Susan n’aurait jamais pu espérer ne serait-ce que rêver en porter une, aux vêtements modernes … Ce qui étonna d’ailleurs la femme de voir ce style ici.

Apparemment elle devait dès maintenant commencer à être une jolie petite poupée. Sa Maitresse le disait au pied de la lettre car elle devait s’habiller en conséquence. « Ok … Ok … » Répondit alors doucement Susan, déglutissant. Elle devait obéir, pour le moment. Et puis, elle n’allait pas rester nue … Sans compter que ces robes la rendaient quelque peu désireuse ! C’était qu’il y avait de très belles pièces qui plaisaient beaucoup à Susan, qui se surprit à l’envie de les porter toutes. Mais elle freinait ses envies et ses émotions, de peur de succomber ou de tomber dans un piège qui lui coutera la vie, ou pire. Elle fit donc mine de regarder, de prendre son temps, de toucher les tissus et les textures, avant de faire son choix. Il se porta sur une élégante et sobre robe longue (https://i.pximg.net/img-original/img/2017/06/01/16/58/55/63169988_p6.jpg), avec un ravissante décolleté. Quitte à se pavaner en petite poupée, autant bien le faire et se sentir un minimum bien dans ses vêtements.

Elle la saisit avec soin et la colla doucement contre son corps, se regardant comme elle pouvait afin d’avoir un premier jugement. Puis elle se retourna vers sa Maitresse, les joues un peu rouges, demandant alors son avis. « Celle-là est-elle … Est-elle correcte, M-Maitresse ? … » Dit-elle non sans mal, peinant encore à réaliser qu’elle devait, pour sauver sa peau, considérer cette femme comme sa propriétaire. La robe était accompagnée d’une paire de collants noirs, ainsi que de petites chaussures à talonnettes.


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Evangeline et Echo le Juin 25, 2017, 12:14:39
Evangeline laissa à Susan le temps qu’elle voulait pour regarder les vêtements de la pièce, elle ne cherchait pas à la pressé. Au contraire, elle préférait l’observé faire son choix. Finalement elle attrapa une robe bleue qu’elle lui présenta lui demandant son avis.

-C’est un bon choix pour commencer. Elle t’ira très bien. Echo, vas me la préparé.

La servante s’approcha prenant les vêtements choisie par Susan sachant déjà ce qu’Evangeline attendait d’elle.

-Susan tu vas la suivre, elle va te préparer pour moi et vous me rejoindrez après.

La Maitresse des Poupées les laissa donc toute les deux partant faire ce qu’elle avait prévue, laissant à Echo s’occupé de la jeune fille. La seconde d’Evangeline fit donc signe à Susan de la suivre. Encore une fois, elle du marché nue dans les couloirs, alors que c’était Echo qui tenais ses vêtements en main. En chemin, elles croisèrent un homme qui était occupé à faire l’amour à une soubrette dans un salon à la porte ouverte. Echo n’y prêta pas la moindre regard. Echo ne parlait pas, et semblait même n’avoir aucune émotion. Le trajet se termina finalement dans une belle pièce carreler, une salle d’eau équipé d’un bain. Au fond de la pièces se trouvait deux jumelles nue attaché au mur par une chaine qui les tenais par un collier. Les deux jeunes sœurs étaient rattachées tout simplement à la pièce. Echo passa une main dans le dos de Susan la poussant doucement vers les sœurs.

-La Maitresse, la veux propre, une simple toilette pour cette fois.

Immédiatement, les jumelles attrapèrent gants et savon approchant du Susan. Avec douceur et sourire, elles s’attaquèrent à la laver avec soin. C’étaient des habituées qui savait comment si prendre pour la laver à la perfection sans même lui faire mal ou tiré des cheveux à démêlé. Même la frotté plus proche d’un massage que d’un décrassage. Une fois propre, elle fut séchée, puis Echo approchât pour l’habiller. A aucun moment Susan put faire les choses par elle-même, c’était comme une petite princesse ou plutôt une poupée. Enfin prête Echo lui a jouta une dernière touche de parfum de rose, les roses étant les fleurs préféré de la Maitresse des Poupées.

-Suis moi maintenant, il est temps de retrouvé Maitresse.

Le petit salon :

Un nouveau tour dans les couloirs, mais cette fois habillé, le trajet fut plus long car, elles changèrent même d’étage. Le Manoir était immense et en voyant les étages nombreux par les escaliers, Susan en ut un bref aperçut. Elles finirent cette fois par arriver dans une nouvelle pièce. Un salon très confortable, un divan, des fauteuils qui donnais envies de laisser tomber dedans, des coussins, tout était confort et luxe, on aurait dit une belle pièce d’une maison de poupée. Evangeline se tenais derrière le divan debout les attendant. Elle fit un sourire à Susan.

-Tu es adorable ainsi ma chéri. Maintenant viens d’allonger, sur le dos.

Evangeline attendit qu’elle s’installe et une fois fais elle viens posé doucement une mains sur ses yeux l’endormant aussitôt.



Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Vanessa White le Juin 25, 2017, 03:18:32
Dans quoi s’était bien embarquée Susan … Elle n’avait pas vraiment eu de choix, certes, mais plus ça allait plus elle paniquait. Mais inexplicablement, elle ne pouvait pas s’arrêter. C’était comme si quelque chose dans cette situation l’excitait ou l’attirait. Elle ne comprenait pas ce que c’était et cela se matérialisait par une espèce de boule au ventre, de montée d’adrénaline à chaque fois que sa Maitresse lui parlait ou lui donnait un ordre. La vérité, qu’elle ne savait pas encore, venait de son pré-formatage effectué par son ancienne propriétaire, celle qui l’avait offerte à dame Evangeline. Susan avait été conditionné de manière inconsciente à obéir au doigt et à l’œil à sa nouvelle maitresse. Elle avait été formatée à être docile et douce, à être une véritable petite soumise envers Evangeline quoi que celle-ci lui fasse. Pire que cela ; elle en tirait un bonheur sans fin à lui obéir et à la satisfaire. Mais, tout ceci était inconscient, comme une simple suggestion dans son esprit. Elle ne savait pas qu’elle était conditionnée … Pas pour le moment, du moins.

Ainsi, quand choisit sa robe, dame Evangeline s’approcha et confia le bout de tissu à sa seconde. Seconde qui, bien qu’inexpressive, obéit à sa Maitresse quand celle-ci lui demanda d’accompagner Susan pour la préparer. La nouvelle esclave hocha timidement de la tête et suivit donc la poupée animée, ce qui était déjà en soit assez déroutant. Elle put de nouveau traverser le manoir mais cette fois-ci, elle vit des choses qui la choquèrent davantage ; comme cet homme qui était en train de prendre une soubrette dans un coin. Susan ne voulait pas finir comme ça … Elle ne voulait pas servir de jouet sexuel pour n’importe qui, elle ne voulait pas perdre sa dignité. C’était là qu’elle comprenait la chance qu’elle avait de porter un tel collier, qui faisait qu’elle était réservée à certaines personnes uniquement. Au moins n’aurait-elle pas à subir la faim sexuelle de ces personnes … Mais seulement de quelques gens.

La marche se termina dans une très belle salle d’eau, où à nouveau, Susan fut interpellée. Deux jumelles étaient là, attachées au mur, et nues. « Qu’est-ce que … » Prononça Susan du bout de ses lèvres avant de sentir une main la pousser doucement vers l’avant. Ces deux femmes allaient visiblement lui faire sa toilette. De nouveau, elle n’allait rien faire si ce n’était se laisser faire comme … Comme une poupée ? Etait-ce donc fait exprès ? Susan préféra se plier au risque de perdre la maigre chance de s’en sortir. Dès qu’elle pensait à faire quelque chose, à se rebeller, elle se remémorait la promesse de sa Maitresse. Ainsi donc, elle se laissa laver par les deux femmes qui, étonnamment, furent très douces voire mêmes sensuelles à l’égard de son corps. Le savon parcourant sa peau, leurs mains, cela s’assimilait plus à un massage qu’autre chose. Malgré la situation des plus désespérées, cela détendit un peu Susan … Ce qui n’était pas à son avantage. Si elle se détendait trop, elle risquait de tomber dans un piège à pieds joints.

Susan fut pomponnée, coiffée puis habillée, ressemblant dorénavant à une ravissante et très mignonne femme habillée comme une poupée. Elle se surprit elle-même à rougir, à se plaire ainsi, mais réprima aussitôt ce bien-être. Il ne fallait pas montrer ça ! Elle se fit accompagner à nouveau par la servante de sa Maitresse, qui l’accompagna dans un petit salon. Evangeline l’attendait, debout derrière un divan, souriant à Susan. Son sourire émoustilla et fit plaisir, étonnamment. Susan réprimait chaque signe de soumission mais, cela devenait de plus en plus dur. Quand sa Maitresse la complimenta, elle rougit de nouveau, puis hocha de la tête, obéissant à son ordre. Susan vint prudemment s’avancer vers la dame, avant de s’asseoir puis de s’allonger. « Je … Je vous ai fait confiance, ma … Maitresse … » Dit-elle, comme un cri d’alarme, comme une demande pour Evangeline ; celle de ne lui faire pas de mal. En réponse, elle sentit la douce main, réconfortante, de la femme se posant sur ses yeux. Susan fut soudainement prise d’une criante envie de dormir, devinant au dernier moment que la femme devait utiliser une forme de magie contre elle pour la faire dormir.

Et, finalement, Susan succomba et s’endormit, clôturant ses yeux, partant vers un monde fait de rêveries, et de songes … S’en remettant complètement à Evangeline. Endormie elle ne pouvait plus rien faire si l’idée de lui faire du mal traversait l’esprit de la femme. Elle aurait la surprise au réveil, sans doute.


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Evangeline et Echo le Juillet 10, 2017, 11:55:19
Evangeline se tenais devant cette jeune fille endormit. Elle avait envie de profité d’elle, avant de la transformé, gouté à sa féminité, mais elle préféra se retenir. De toute façon elle avait la capacité de la faire redevenir ainsi quand elle le voudra, même si elle n’avait pas besoin de le savoir. Après cette réflexion, elle vient s’accroupir à côté d’elle caressant la douce peau de son bras et viens enfin commencé à utiliser sa magie. La magie d’Evangeline pouvait modeler la chair, transformé toute la chair en ce qu’elle voulait tout en ayant un effet de domination sur tout ce qu’elle modifiait. Ainsi son emprise sur la jeune fille allait augmenter naturellement cette dernière ne pourrais s’opposer à elle. La Maitresse des Poupées se limita à  faire en sorte qu’elle ne soit pas un danger pour elle, Susan garda sa personnalité, la seule chose qui changea fut que si elle voulait attaquer Evangeline, elle devenait incapable.

Physiquement par contre la transformation était bien plus grande, gardant pour l’instant ça nature humaine ce qui l’affecta fut un changement de sexe. Pour ne pas trop la perturbé, elle lui laissa un corps quand même androgyne, histoire de gardé une trace de féminité et de toute façon le but restait de faire d’elle une fille dans un corps de garçon.  La transformation dura une bonne heure.

Après tout ce temps Evangeline se releva et remis en place les vêtements de Susan, c’était maintenant un adorable garçon habillé en fille. Le genre de poupée qui manquait à sa collection. Elle hésita un peu sur la façon de le réveiller, puis opta pour réveil naturel. D’un claquement de doigt elle dissipa la magie qui le maintenait endormit, d’ici peu il devrait se réveiller et trouvé à côté de lui Evangeline assise à le regardé avec un doux sourire.


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Vanessa White le Juillet 10, 2017, 08:52:59
Endormie, Susan était complètement à la merci de la Maitresse des Poupées. Elle ne savait pas ce qu’elle allait lui faire, ni ce qu’elle allait devenir ... Elle ne savait même pas si, en fin de compte, elle parviendrait à s’échapper d’ici. Peut-être, qu’au fond, fallait-il se résigner et commencer à apprécier le peu qui lui restait ? Après tout, cette femme s’était montrée jusqu’à présent attentionnée, voire aimante, même si quelque chose d’étrange se dégageait d’elle. Mais Susan luttait pour ne pas succomber à cette tentation à ce vice. Elle devait tenir bon, elle devait rentrer chez elle et oublier tout ce qui s’était passé ici. Si jamais elle baissait les bras, si jamais elle acceptait d’être l’esclave de la Maitresse des Poupées ... Alors tout était fini. Mais endormie elle ne pourrait pas faire grand-chose.

Néanmoins, au milieu de son sommeil, elle percevait encore des sensations. Et pendant de longues minutes une délicieuse sensation de bien-être s’empara d’elle. Une sensation très douce et qui se rependait petit à petit sur son corps. Elle ne savait pas ce que c’était mais ... C’était si apaisant et doux à la fois. Pendant tout ce temps, elle fit des rêves, où elle se voyait une petite poupée, toute heureuse et souriante, choyée par une femme. Dans son rêve ça avait tout d’une vision idyllique et terriblement apaisante mais, si elle l’avait vu en étant consciente, elle aurait flippé. Mais le résultat était là ... Cette vision était d’un étrange bien-être pour elle.

Mais finalement, le temps s’égraina et elle commença à se réveiller. La notion de temps s’était échappée, elle ne savait même pas combien de temps avait-elle dormit. Sans doute sa Maitresse l’avait maintenu dans cet état pour finir son affaire ; restait à savoir ce qu’elle lui avait fait ! L’avait-elle envouté ? Apparemment non car Susan ne se sentit pas différente de ce point de vue. Sa tête tournait un peu, mais elle finit par reprendre totalement conscience. Son regard croisa celui de sa Maitresse, et inexplicablement, le sourire de cette dernière réchauffa son cœur, mais elle réprima ce bonheur aussitôt venu. Pourquoi fichtre se sentait-elle si bien quand Maitresse était près d’elle ... Ca n’avait pas de sens ! Susan était une fille libre et indépendante !

Une fille. C’était du moins ce qu’elle pensait, jusqu’à ce qu’elle sente quelque chose de ... Différent. « Maitresse ? » Dit-elle alors, remarquant un petit changement dans sa voix. Elle était presque la même mais, possédait un fond très léger qui sonnait comme masculin. Elle ferma sa bouche alors que son regard trahit sa stupeur. Puis elle se regarda, s’apercevant alors qu’elle n’avait plus de poitrine ; elle était devenue aussi plate qu’un garçon ! Elle eut un subit hoquet de surprise, jusqu’à ce qu’elle se redresse, finissant assise. Et là, elle constata qu’elle n’avait plus la même apparence ... Elle était devenue un garçon ! Ou plus précisément, un garçon à l’apparence fortement féminine (http://68.media.tumblr.com/bc811c2ad4cd22a2bea082ce2ea9dc3d/tumblr_msio0ay7BK1r7h611o2_1280.jpg), donc un androgyne ... Mais tout en possédant un très beau membre. « Qu’est-ce que ... Pourquoi ? » Demanda-t-il alors, de sa par sa nouvelle voix toute fluette et mignonne.

Susan se leva d’un coup et rougit furieusement, alors qu’il sentit son nouveau sexe se mettre subitement en activité. Heureusement il était caché sous sa robe, mais celle-ci finit par se faire déformer d’une petite et toute mignonne bosse. Susan rougit comme une tomate et tenta de cacher ses émotions en tirant sur sa robe. Mais, inexplicablement, il était furieusement excité ! Son cœur battait la chamade, et il était tout gêner devant sa magnifique Maitresse ... Qui semblait ravie ! Susan ressentait pour la première fois ce que ça faisait d’avoir une trique et, ça le mettait dans tous ses états ! Car dorénavant, il allait vivre avec ... Et dorénavant, ce n’était plus elle, mais il. Susan tenta tant bien que mal de cacher sa belle ardeur mais plus il se débattait, plus la bosse à la surface de sa robe était voyante. Au final, il était tout rouge et gémissait, baissant le regard et la tête devant sa Maitresse, sans dire un mot. Il était sur qu’elle lui avait jeté un mauvais sort, car ce n’était pas normal qu’il ... (Pourquoi j’apprécie ? Non non non !!! Je suis une fille pas un ... Un ... Haa pourquoi porter une petite culotte m’excite autant d’un coup ?!) Pensa-t-il alors que le tissu très fin et sensuel de son sous-vêtement venait frotter son nouveau sexe. Il n'attendait plus que le verdict de Maitresse. D’ailleurs, il fallait à présent que cette dernière lui trouve un nouveau nom, maintenant qu’il était un adorable petit androgyne ... Susan ne se faisait pas de soucis.


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Evangeline et Echo le Août 02, 2017, 12:08:55
Evangeline regardé sa poupée se réveillé lui offrant un doux sourire apaisant. Elle lui laissa le temps du réveil et de réalisé ce qui lui était arrivé. La Maitresse des Poupée ne prononça pas un mot dans un premier temps. Elle s’amusa de sa réaction si mignonne, perturbé par la découverte de son changement de sexe, et l’excitation qui s’en suivait.  C’était une chose qui arrivé souvent, la découverte de l’inconnue, les idées de ce que peur offrir l’autre sexe, tant de chose devais se bousculé dans sa tête.

-Tu as besoin de te calmé approche.

Restant parfaitement calme, Evangeline lui fit signe de venir vers elle. Une fois suffisamment proche elle attrapa le bas de la robe de Susan et lui releva regardant son membre bien dressé déformant sa jolie culotte.

-Tien moi ça relevé s’il te plait.

Elle lui passa le tissue de sa robe pour qu’il la tienne relevé, puis elle fit sortir son sexe de la culotte le tenant en main.

-Quel joli membre tu as.

Avec sa main, elle commença à le masturbé un peu, puis se penchant en avant pour venir le prendre en bouche. Evangeline faisait rarement des pipes, étant plus habitué à faire ça avec des femmes ou de se faire prendre, mais elle s’appliqua venant relever ses cheveux d’un geste gracieux de la main.  Elle comptait bien le faire jouir pour le calmé et pourvoir lui faire reprendre ses esprit, sinon et bien elle devras aller plus loin.


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Vanessa White le Août 02, 2017, 03:20:53
Qu’est-ce qui pouvait bien être en train de se passer. Susan n’était plus une fille, elle était un garçon ! Enfin, un androgyne. La Maitresse des Poupées avait veillé à lui faire conserver une apparence très féminine afin de ne pas trop la perturber et ce fut un excellent choix. Si rien qu’en changeant de sexe Susan était aussi perturbé, alors il ne fallait même pas imaginer s’il serait devenu un homme en bonne et due forme. Susan était bien trop attachée à la féminité pour cela. Néanmoins, le résultat était là ; plus de poitrine, plus de chatte, plus de hanches, et moins de fesses. Susan était tout plat, avec encore quelques petites courbes délicieuses, mais avec un gros membre qui lui déformait le bas-ventre. Tout rouge, tout gêné, il entendit alors sa Maitresse lui demander d’approcher.

Il s’avança, le regard baissé. Cette femme était très impressionnante, mais paradoxalement, réconfortante. Susan refusait encore de l’admettre ou de l’accepter, mais chaque son qu’émettait sa gorge, et chaque fois qu’elle posait ses mains sur son corps, il ressentait tout simplement un bien-être qu’il n’avait jamais connu. Rien la proximité avec sa Maitresse pouvait le calmer un peu. Mais, la dame posa ses mains sur le bas de sa robe et la souleva, révélant alors ses fines jambes et sa culotte, bien bossue et déformée par une trique très féroce. Mais ce n’était pas tout ; Evangeline demanda ensuite à Susan de tenir lui-même sa robe – ce qu’il fit – pour qu’elle puisse avoir les mains libres. Elle posa une main sur sa culotte et fit sortir son sexe tout assoiffé, lui arrachant un soupir et des joues encore plus rouges ! « Haaa ... » Couina-t-il, regardant fiévreusement sa Maitresse.

Puis quand elle se mit à doucement astiquer son sexe il se pinça les lèvres, ressentant alors pour la première fois, ce que ça faisait d’avoir un membre. Il se crispa et couina de plaisir, bien qu’il tenta vainement de refreiner ce plaisir. Accepter ces sensations, c’était quelque part accepter sa condition ... Mais il ne parvint plus à refreiner suffisamment, se laissant ainsi envahir. Susan couina de plaisir alors que sa Maitresse se pencha et se mit à gober son membre. « Hmmm ! M-Maitresse ... Haaaan ... » Gémit-il doucement, un petit sourire ravit commençant à naitre sur ses lèvres. Ses beaux cheveux soigneusement mit sur le côté, Evangeline était de toute beauté alors qu’elle suçait doucement Susan. Celui-ci fondait comme neige au soleil, ondulant doucement du bas-ventre pour accompagner les mouvements de la dame. Son corps ne pouvait plus refreiner ces sensations, et il se mit alors à les accepter, à les subir, et cela allait définitivement le métamorphoser.

Susan couina en continue, la bouche entrouverte et les yeux se clôturant. Sa voix sensuelle agrémentant les bruitages qu’émettait cette petite fellation. Le plaisir le gagna, prit possession de lui, alors qu’il sentit la langue de sa Maitresse filer jusqu’au bout de son sexe, et même sur ses douces bourses. Mais, n’étant que peu habitué et étant encore sous le choc de tout ceci, il jouit assez rapidement. Susan connut son premier orgasme en tant que garçon à ce moment, où il se crispa complètement et se mit à déverser une petite salve de foutre, dans la bouche et la gorge de sa Maitresse. « Hmmmmm !!! » Couina-t-il fortement, se dressant sur la pointe de ses pieds alors que son sexe cracha. Une belle cartouche qui l’acheva et lui fournit d’incroyables sensations qui le laissèrent tout rêveur, tout doux et calmé. Quand la tempête passa, il reprit doucement sa respiration, et regarda Evangeline se relever.

« M-merci Maitresse ... Merci ... » Dit-il tout doucement, ressentant alors un bien fou. Susan était redevenu calme et docile, mais cela n’enleva pas sa timidité. Il baissa de nouveau son regard devant Evangeline, agissant aussi doucement et poliment qu’une petite poupée. « Je n’ai jamais ressenti ça ... Avant. Jamais on m’a ... On s’est intéressé à moi comme ça ... Pourquoi Maitresse ? Pourquoi vous faites tout ça pour moi ? » Demanda-t-il, ne comprenant pas où était le piège. Dans son esprit, quelqu’un qui pratiquait l’esclavagisme était toujours quelqu’un d’abjecte, tortionnaire et méchant. Mais cette femme était douce, certes mystérieuse et peu loquace mais se dégageait d’elle une sensation de confiance, de bien. Susan ressentait envers elle que de bonnes choses, et avait envie, au fond, de s’en remettre entièrement à elle, et d’être réellement sa petite poupée. Mais, fallait-il vraiment le faire ? Fallait-il réellement s’abandonner ? C’était bien pour ça qu’il désirait en savoir plus. Pour voir si au fond, la vie aux côtés d’Evangeline serait réellement un calvaire ou au contraire, une expérience très intéressante.

Ne pouvant résister, Susan saisit avec grande délicatesse les mains de sa Maitresse et les serra avec les siennes, avant de plonger son regard dans le sien. « Êtes-vous ma Maitresse ou ma tortionnaire ? » Demanda-t-il finalement, le regard et la voix plein d’émotion.


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Evangeline et Echo le Septembre 03, 2017, 12:31:11
Evangeline poursuivie sa petite gâterie à Susan dans le but de la ou plutôt « le » maintenant, calmé. Sa transformation l’avait plongé dans la confusion et en plus dans une phase d’excitation sexuelle.  Pour ça elle avait donc décidé de lui offrir une fêlassions, ce qui était rare de sa part. Comme c’était sa première fois avec un sexe masculin, il ne fallut pas longtemps à jouer de sa langue pour le faire jouir dans sa bouche.
Evangeline avala le sperme ainsi sortie en bonne quantité, preuve que ça fonctionnait bien. Elle se retira et sortie un petite mouchoir blanc se nettoyant les lèvres avec, puis le passa sur le sexe du jeune homme pour le nettoyer également.
Après c’être remis de ses émotions, Susan commença par la remercié pour se qu’elle avait fait. Evangeline lui répondit par un sourire.


-Ce n’est rien, après tout c’est un peu moi qui t’es mis dans cet état.


Après tout Susan aurait pu s’énervé de ce changement, prendre peur, après un tel changement par surprise les comportements pouvait être imprévisible. Mais le jeune homme en était étrangement clame. Malgré tout il restait un peu perdu et lui posa quelque question. Venant prend ses main dans les siennes. Restant calme et souriante, Evangeline allait lui expliqué, mais avant ça, elle l’attira vers elle pour la faire s’assoir sur ses genoux. Puis glissa une main sous sa robe pour lui remettre correctement sa culotte en place et s’occupa de bien remettre ses vêtements.

-Si je m’intéresse à toi, ma petite poupée, c’est par ce que tu m’appartiens. Je veux faire de toi une magnifique poupée. Une de mes plus belles œuvres. Un garçon qui serra une fille, ça ne sera pas dur tu n’as rien à changer dans ta façon d’être, reste féminine tout en étant un garçon. Tu continueras à portée de jolie robe.

Une fois satisfaite de sa tenue remise en place, elle passa ses bras autour de lui pour le tenir contre elle.

-Maitresse ou tortionnaire, c’est à toi d’en décider, je te possède, mais tu gardes ta faculté à penser. Mais sache une chose, on l’a m’appelle la Maitresse des poupées, ce n’est pas sans raison. J’adore les poupées, j’en prends grand soin. J’aime les rendre jolies, mais j’aime aussi en profité. Je t’ai offert un privilège à l’instant, j’espère que tu as apprécié, car tu risques à devoir en découvrir d’avantage. Car le sexe va te concerner aussi à présent.

Evangeline attrapa sur le meuble jusque à côté une brosse cheveux et commença à le coiffé.

-Maintenant que tu es un garçon, tu vas surement avoir des choses à découvrir sur ton nouveau corps. Mais avant que je ne te laisse l’exploré comme bon te semble, il va te valoir un nouveau prénom. Je vais t’appeler…Daraen.

La Maitresse continué à coiffée sa petite poupée avec une grand sourire.

-Bien que veux-tu faire maintenant, aller dans ta nouvelle chambre et resté seule le temps de faire le point ? Découvrir un plus le sexe qu’il t’attend ou voir ce que tu aurais pu devenir si tu avais fait l’autre choix ?


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Vanessa White le Septembre 03, 2017, 02:55:37
Confus. Voilà ce qu’était à ce moment précis Susan, où elle demanda à sa maitresse de plus amples explications. Il n’était pas en colère ; Il n’était pas paniqué ; Il était juste confus. La peur aurait été là s’il n’avait pas été formaté avant de venir ici. Mais ce que lui avait fait la mystérieuse correspondante d’Evangeline fut de s’assurer que Susan n’aura jamais de réaction disproportionnée, ni trop hostile. Ce n’était pas le but du jeu, après tout. Il fallait que Susan soit docile et accepte sa situation en fin de compte. Bien qu’il n’en était pas encore à la phase d’acceptation, il avait déjà fait un bon bout de chemin en ce sens. Il était confus, il se questionnait sur sa maitresse et sur lui-même. Qu’était-il devenu ? Devait-il s’en remettre à elle ? Devait-il abandonner et faire confiance à Evangeline pour lui offrir ... Une vie meilleure qu’avant ?

C’était à toute ces questions qu’il avait besoin de réponses. Et dans sa bonté et sa grâce, dame Evangeline entreprit de répondre à quelques-unes. Elle déclara que son intérêt pour Susan résidait dans le fait qu’elle aimait les poupées, et qu’elle aimait en prendre soin. Susan était dorénavant sa nouvelle propriété, il fut donc naturel pour elle d’en prendre soin. Elle aimait les rendre jolies, les faire porter de beaux vêtements de poupées, et avec Susan elle avait essayé quelque chose de nouveau, en la transformant en garçon. Evangeline insista sur le fait qu’il devait rester féminin et se conduire comme avant, à la seule différence qu’il est physiquement un jeune éphèbe.

Susan déglutit mais bu les paroles de sa maitresse, comprenant alors le sens de tout ceci. Notamment sur le fait que le sexe allait devenir central dans sa relation avec elle. Au même moment il se laissa faire, comme une petite poupée. Evangeline rajusta sa petite culotte et sa robe, avant de saisir un peigne et de coiffer ses beaux cheveux. Susan se sentait bien. Il se sentait serein, comme jamais il ne l’a été auparavant. C’était comme si cette vie était faite pour lui, comme si sa place était aux côtés de dame Evangeline. Bien entendu, une part de lui continuait de douter et lutter pour revenir à la normale mais, plus ça allait, plus cette part disparaissait. Au final, il parvint même à dissocier cette part de l’autre ... Susan désirait sortir de là, revenir chez elle. Mais Daraen, le nouveau prénom que lui choisit Evangeline, se plaisait. Ce corps, cette vie, il désirait rester ainsi !

Ainsi quand la proposition de rester seul un moment dans sa chambre survint, il la saisit. Poliment, aussi sagement et doucement qu’une petite poupée, Daraen montra son envie de rester un peu seul. Mais il exprima aussi son désir d’explorer la seconde option, à savoir, explorer tout le sexe et la luxure qui l’attendait. On le conduisit à sa chambre et quand il entra ... Il se sentit étrangement à la maison. La porte se ferma derrière lui, le laissant seul avec lui-même, dans une chambre qui respirait le familier, la maison, la chaleur. Il resta muet un moment, explorant un peu les lieux. Il termina assit sur son lit, le regard perdu dans le vide. Qui était-il ? Qu’était-il devenu ? Daraen se regarda ; son torse tout plat, son sexe bien garni dans sa culotte, ou encore sa voix. Il n’était plus Susan ... Il était Daraen, cette poupée qu’Evangeline avait créé à partir de Susan.

Le jeune éphèbe se leva subitement et se plaça devant son grand miroir. Il s’approcha, effleurant son reflet du bout de ses doigts. « C’est ... Moi ? » Se dit-il à lui-même. Son visage, ses cheveux, rien n’était pareil qu’avant. Il avait toujours les mêmes traits que Susan, mais dans une version un peu plus masculine. « Je pourrai me plaire comme ça, après tout. Maitresse m’aime et ... Non ... Non, c’est pas bon. Regardez-moi, je ne suis même plus une fille ! Qu’est-ce qu’on va dire de moi si j’arrive à sortir d’ici ? » Dit-il, en pleine crise d’identité. Aussi étrange que cela puisse paraitre sur le moment, Daraen décida de retirer sa belle robe et de rester qu’en sous-vêtements. Il termina rapidement en petite culotte et porte-jarretelles devant son miroir, observant son nouveau corps. Indéniablement, il était différent. Rien que par cette belle et délicieuse bosse qui gonflait sa culotte à vue d’œil. Le garçon passa ses mains sur ses courbes un peu aplaties, puis il caressa la surface de sa bosse, déclenchant de petits frissons.

« Hmm ... J’ai peut-être pas le corps d’une fille mais, je vais pas me mettre à agir comme un garçon pour autant. Maitresse veut qu’après tout je reste comme avant dans ma tête, ça sera facile ! Et ... Et ce sexe ... Haa, tellement de choses à découvrir ... » Dit-il, se laissant aller. Sa main caressa doucement sa bosse sans jamais pour autant la faufiler dans la culotte. Daraen rougit en se regardant dans le miroir, alors qu’il observa son torse, son entrejambe, et son visage tout rouge et mignon. Arrivé à ce stade, que lui restait-il à faire ? Il avait vu le bien fou que ça faisait de se laisser aller. Il avait vu que dame Evangeline comptait prendre soin de lui, même si ça pouvait changer un jour. Et surtout ... Il avait vu à quel point son nouveau corps lui plaisait. « Je vais oublier Susan jusqu’à ce que ma période d’essai soit finie. Je ... Je suis ... Daraen, désormais. Daraen ! *Gloussements* » Dit-il en souriant doucement. Ceci ne voulait dire qu'une chose ; que jusqu'à ce qu'il en vienne à choisir entre rester ou partir, il allait embrasser sa nouvelle vie et reconnaître sa maîtresse. Daraen allait vivre, et Susan allait s'éteindre, pour un moment.

Et sur ce, Daraen décida de piocher dans sa garde-robe une toute nouvelle robe, pour marquer le coup. Il se changea intégralement, enfila de nouveaux collants et sous-vêtements, avant d’enfiler une nouvelle robe (https://tbib.org//images/5559/2b3ae59163f4370d285f461ee4899b32136589bf.png). Puis, il descendit et partit rejoindre sa maitresse à nouveau. Sa mine était plus radieuse, et son sourire était sincère. Daraen fit une respectueuse révérence à Evangeline, avant de s’adresser à elle d’une voix tendre. « Rester seul m’a aidé à comprendre où j’en suis ... Et je suis heureux, à présent. Heureux d’être Daraen, heureux d’être vôtre jusqu’à ce que je doive choisir mon destin. En attendant, je suis prêt à découvrir votre univers, mon nouveau corps ... Ma nouvelle vie ici, avec vous. » Dit-il poliment, d’une voix très douce. Doucement, et aussi docilement qu'une belle poupée, Daraen s'approcha et vint se serrer contre Evangeline. Il passa ses bras autour d'elle, et pour la première fois, lui fit un câlin.


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Evangeline et Echo le Octobre 04, 2017, 12:32:22

Evangeline avait demandé alors à Echo de conduire Daraen à ça nouvelle chambre et partie de son côté. Le jeune homme avais le privilège de tombé sur une chambre seul. Beaucoup était des chambre partager avec d’autre esclave, mais toute était complète donc il se retrouvé seul dans la sienne.

Pendant ce temps Evangeline était partie dans son bureau pour s’occupé de quelque affaire de son territoire. Des papiers à signé, des dossiers à remplir, des accords à passer, il y avait toujours quelque chose à faire.  Heureusement depuis que les principaux aménagements pour moderniser la vallée avaient bien avancé, il y en avait moins. Après un petit moment, elle sorti du bureau comptant confier des documents à un messager. C’est sur le chemin du retour qu’elle retomba que Daraen. Le nouveau jeune homme semblait avoir pas mal réfléchi à sa condition et plus surprenant encore l’accepté plutôt facilement venant même la prendre dans ses bras dans un câlin.  Avec un doux Sourire, Evangeline lui passa une main dans le dos pour lui caressée affectueusement. Il avait même pris le temps de changer de vêtement respectant sa volonté de resté féminin.


-Ça me fait plaisir, tout cela bien plus simple pour nous deux ainsi. Je préfère la docilité, comme ça je peut-être douce avec toi, une poupée qui se rebelle c’est bien moins jolie. En plus ça deviendrais dur pour toi, alors que là les choses seront plus facile et agréable.  Tu as fait le bon choix, tu es quelqu’un de très intéressant Daraen, je vais aimer passer du temps avec toi.


Evangeline lui laissa profité du câlin encore quelque seconde avant, de finalement le décollé d’elle et lui pris délicatement la main.

-Allons-nous promenée un peu. Profite s’en pour poser toutes les questions que tu veux. Sur tous les sujets que tu veux.  Je vais te répondre histoire que en sache un peu plus sur se qui t’attend.
En attendant Evangeline l’avait conduit derrière le manoir. Après une grande terrasse en hauteur, des escaliers descendait dans un magnifique jardin de rose. Les fleurs préféré d’Evangeline, et c’était là où ils allaient.



Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Vanessa White le Octobre 04, 2017, 10:00:44
Ce qui se passait dans la tête de Daraen était très complexe et simple à la fois. Complexe car une perpétuelle bataille entre sa raison et ses passions avait lieu ; d’un côté il lui apparaissait évident qu’il ne fallait pas céder à toute cette luxure, à tout ce bien-être superficiel et à cette sensation d’être chez soi. Qu’il fallait lutter, qu’il fallait qu’il redevienne Susan et s’en aille d’ici le plus vite que possible ! Mais, à cause du traitement de sa première propriétaire, qui restait gravé dans son inconscient, sa volonté était érodée. Et surtout, sa transformation avait créé un véritable choc psychologique. Susan se battait contre elle-même. Sa raison se battait contre le désir de rester ainsi, de s’abandonner, de se livrer à Dame Evangeline et de rester à vie son jouet. Ce désir, il était matérialisé par Daraen.

Quand il s’était réveillé dans le corps d’un jeune et mignon petit éphèbe, le choc fut si terrible psychologiquement que cela créa une faille, et permit ainsi le début, la naissance d’une seconde personnalité ; Daraen. Et celui-ci aimait sa vie, aimait Evangeline et aimait ce qu’il était. Donc, la situation était complexe pour toutes ces raisons et simple car, il suffisait de se dire que Susan et Daraen étaient deux entités, deux personnalités différentes possédant même deux corps différents ! Tout ça, créé à partir du terrible choc à son réveil plus tôt dans la journée. Ainsi, ce n’était pas surprenant de voir la nouvelle poupée d’Evangeline être aussi docile et douce, aussi résignée et câline. En transformant Susan en garçon androgyne, la Maitresse des Poupées avait fait naitre Daraen et lui, il désirait vivre ...

Ce combat psychologique incessant entre Susan et Daraen l’impactait aussi à l’extérieur malgré tout. S’il venait de se montrer très câlin, sa main semblait quelque peu hésitante et tremblante quand Evangeline la lui prit. Mais il se ressaisit et la serra fortement, profitant du contact et de la proximité avec sa douce Maitresse. Les deux déambulèrent dans une série de couloir et une grande terrasse, avant que la maitresse des lieux finisse par emmener Daraen dans un magnifique jardin de rose. La délicieuse fragrance de ces fleurs délicates émoustilla les narines du garçon, qui se sentit comme tout léger, tout jovial. L’odeur de la rose le rendait encore plus docile et doux, et fit naître un beau mais discret sourire à ses lèvres. Evangeline lui expliqua qu’elle désirait recueillir ses questions afin de lui répondre, pour qu’il sache d’avantage qu’elle sera sa vie à ses côtés.

Rougissant doucement, il élança sa voix de velours, toujours aussi féminine et douce, mais avec un fond masculin. « Bien, Maîtresse ... Je ... Si j’ai le droit de vous poser des questions, alors je commence par celle-ci ; ça signifie quoi être votre poupée ? » Dit-il, continuant de marcher main dans la main aux côtés d’Evangeline. Il marqua un silence, puis ajouta d’autres questions. « Allez-vous me transformer en vraie poupée ? Quels sont vos pouvoirs ... Suis-je votre première poupée masculine ? Et ... Et ... Vais-je devoir ... Coucher avec d’autres personnes que vous, Maîtresse ? » Demanda-t-il poliment, avant de finalement se taire, laissant ainsi la parole à Dame Evangeline. Au fil du temps, alors que les minutes s’égrainaient, Daraen sentit une gêne en lui. Avant tout ça, Susan détestait les roses. Leur odeur l’insupportait, elle les trouvait fade. Mais là, leur odeur lui apparaissait comme le plus beau et exquis parfum au monde. Etait-ce car elles étaient des roses spéciales ? Ou bien, était-ce plus grave et profond que ça ?

La vérité, et il s’en aperçut, était qu’il n’était pas simplement devenu un androgyne. Daraen était ... Littéralement quelqu’un d’autre. Daraen n’était pas Susan, tant physiquement, que psychologiquement. Et plus le temps passait, plus il le ressentait. Le jeune éphèbe était troublé de voir à quel point il était si différent de ce qu’il était auparavant. Le trouble était si fort qu’il venait à douter ; et s’il avait autant le droit de vivre que Susan ? Et s’il avait le droit ... D’exister à la place de Susan ?


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Evangeline et Echo le Octobre 29, 2017, 02:29:10
Le Jardin :

Le jardin du manoir était en contre bas d’une grande terrasse où Evangeline aimait prendre le thé. Il fallait descendre par l’un des escaliers pour rejoindre ce jardin de rose. On y trouvait de nombreuses espèces qui fleurissaient toute l’année, sans tenir compte des saisons. On pouvait voir une rivière traversé la propriété avec au centre un bassin et au font plusieurs autre bâtiment contre le mur de protection qui entourait le manoir. L’un était militaire et les autres étaient des enclos pour des animaux.

Descendant les marches pour arriver aux milieux des roses parfumé, Evangeline écouta attentivement les questions de Darean.  Comme promit elle allait lui répondre les unes après les autres. Pour commencer que voulait dire être ça poupée. Une question qui la fit sourire.

-Et bien pour t’expliquer être ma poupée signifie deux choses essentielles. La première et de m’appartenir, de me devenir dévoué et agir pour moi. La seconde c’est ce qu’il t’arrivera si tu décides de resté à la fin de ton teste. Je transformerais ton corps de chair en un corps de poupée éternel. Tu resteras vivant, tu ne perdras aucun de tes sens, mais tu ne seras plus un être humain. Mais cela n’arrivera que si tu décides de resté auprès de moi.

Elle s’arrêta subitement dans sa marche et viens se mettre à son niveau passant un doigt sous son menton et lui leva la tête pour plonger son regard dans le sien.

-Je ne te forcerais pas sur ton choix, tu auras le choix entre la liberté retrouvé je te rendrais même ton corps comme il était ou achever ta transformation. Mais tu me semble avoir un petit plus très intéressant mon petit Darean. Peut-être qu’à ce moment-là j’aurais un troisième choix à t’offrir, mais tu le décriras à ce moment-là.

Tout déprendra de son évolution durant cette période, mais pour l’instant Evangeline était très intéressée par Darean. Elle lui reprit la main et reprit la marche aux milieux des roses.

-Pour revenir à ta question, non tu n’es pas le premier homme dans ma collection. Mais tu es le plus mignon d’entre eux. A vrais dire les autres sont des guerriers et font partie de mon armé. Toi tu es mon jouet et ma petite servante.

Un nouveau arrêt pour cette fois venir lui déposé un baiser sur le front. Un jouet était fait pour l’amusement et l’apaisement, c’était bien ce qu’elle comptait faire de cette poupée.

-Tu vas coucher effectivement avec d’autre personne que moi. Déjà pour apprendre et aussi pour voir ce que tu aimes. Suivant les résulta on verra si me serra exclusivement réservé ou non.


Pour cela il allait passer plusieurs teste pour évaluer ce qu’il deviendrait. Et justement ils venaient d’arrivé aux lieux où allait se déroulé le premier de ses testes. Arrivée à un croisement entre plusieurs chemins du jardin, ils croisèrent trois femmes en tenue de servante occupé à prendre soin des fleurs. En voyant arrivé Evangeline ses dernières se retournèrent pour lui faire une courbette de salutation avant de reprendre leur travail.

Evangeline s’arrêta à nouveau et se pencha vers Darean pour lui murmurer à l’oreille son premier vrai ordre.


-Je veux que tu choisis une des femmes présente ici et que tu te serres de ton nouveau corps pour la pénétré et jouir en elle. Celle de ton choix. Aller choisi et agi, tu as tout ton temps et fait comme bon te semble.


Il y avait une jeune fille de seize ans une des plus jeunes servant du manoir, une femme au contraire plus âgée dans la quarantaine et une jeune femme d’une vingtaine d’année qui avait un coté garçon manqué. Puis il ne fallait pas oublier Evangeline elle-même, mais ça c’était à lui de l’interprété comme il voulait. Il fallait déjà qu’il le comprenne et qu’il en ai l’envie. Peu importe son choix, il n’y aurais aucune résistance chez la partenaire choisie.


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Vanessa White le Octobre 30, 2017, 02:21:46
Alors qu’il se promenait main dans la main avec sa maitresse dans les beaux jardins de sa demeure, Daraen put écouter les réponses à ses questions. Des questions qui lui brûlaient les lèvres et qu’il avait finalement put sortir. Le calme et la douceur d’Evangeline était des plus apaisant et rassurait le jeune garçon ; au moins, il ne risquait pas de se faire punir pour poser des questions. C’était d’ailleurs une qualité intrinsèque à sa propre transformation. En devenant ainsi, l’esclave d’Evangeline, ce fut comme s’il était coupé de toute forme de rébellion ou désaccord profond avec sa maitresse. Car justement, elle était sa maitresse, et ce mot avait un certain sens. Ainsi donc il écouta attentivement la réplique de la maitresse des lieux, qui lui expliqua ce que ça voulait dire être une de ses poupées. Elle expliqua que ça voulait dire lui être totalement dévoué, agir en son nom et lui obéir totalement. Ça, Daraen pouvait aisément et agréablement le comprendre.

Servir Evangeline ... C’était déroutant, au début. Mais, pourquoi tant lutter, pourquoi la repousser autant quand, au final, jamais personne n’avait été aussi doux et attentionné envers lui ? La seconde partie répondit à sa question sur son devenir. Se transformer en véritable poupée n’en tiendrait que de sa décision. Cette grande décision qu’il allait devoir faire quand le test sera terminé. Daraen déglutit en comprenant que ce moment allait être extrêmement difficile ... Mais, sentit un apaisement quand sa maitresse s’arrêta et posa un doigt sous son menton, relevant son visage. Elle plongea alors son regard profond dans le sien, alors que le jeune garçon fut captivé, subjugué par la beauté de sa reine, surtout d’aussi près. A ce moment, elle lui déclara qu’elle ne forcera nullement son choix ... Ce qui confirmait bel et bien que ce moment futur allait être très critique. Un point de non-retour dans la vie de Daraen, qui commençait à comprendre réellement l’enjeux.

Néanmoins sa curiosité fut piquée à vif quand Evangeline mentionna une troisième et mystérieuse option. Il savait que le seul moyen pour lui de découvrir ce que c’était, était encore d’attendre le jour venu. En attendant, et docilement, il hocha de la tête puis reprit la marche, rougissant délicatement au baiser sur son front. Il fut encore plus flatté du fait qu’il était le seul garçon à faire partie de ses jouets, à être le plus mignon et le plus divertissant. Une certaine joie s’empara de lui et lui avait presque donné envie de glousser, simplement par pur joie. Mais, il n’était pas encore tout à fait au stade où il assumait complètement ce qu’il était devenu, malgré ses dires. La psychologie était quelque chose d’incroyablement complexe, et il n’y faisait pas exception. Néanmoins, un point critique plus actuel et proche vint sur le tapis alors qu’Evangeline répondit à sa question sur le sexe.

Elle lui expliqua qu’il allait devoir coucher avec d’autres personnes qu’elle et, pour le mettre à l’épreuve, le duo arriva bientôt à un croisement où trois servantes, jardinières visiblement, étaient là. Malgré leurs différents âges, elles étaient belles et aussi délicates que les fleurs dont elles s’occupaient nuit et jour. Daraen eut un petit sourire en voyant ces dames, puis rougit et déglutit en entendant l’ordre de sa maitresse. Il acquiesça, l’air un peu perdu, tout muet et timide. Le jeune éphèbe s’avança un peu, semblant ne pas savoir quoi faire. C’était, en réalité, qu’il savait qu’il s’agissait d’un test, d’une épreuve. Evangeline désirait tester quelque chose en lui, et pas simplement sa capacité à faire l’amour. Mais l’émotion du moment fit qu’il s’approcha de la première femme, celle d’une vingtaine d’années (https://www.artstation.com/artwork/z9qr2), puis lui sourit doucement. « Maitresse s’entoure des plus belles femmes de ce monde, je crois ... » Dit-il d’une voix radieuse mais un peu stressée.

Il regarda les trois femmes tour à tour puis s’approcha ensuite de la plus âgée. Malgré les chiffres, elle était à ses yeux la plus charmante et belle femme du trio. Comme quoi, Daraen était bien différent de Susan ... Il rougit et vint saisir une de ses mains entre les siennes, sentant sa chaleur. « Vous êtes ... Magnifique, madame ... » Dit-il, visiblement très charmé. Il lui sourit plus tendrement, puis porta sa main à ses lèvres. Il s’approcha d’avantage, alors que son visage approcha de très près son cou, vu qu’il était un peu plus petit qu’elle. Daraen se laissait séduire par cette femme au charme débordant, jusqu’à ce qu’il ne glisse dans son dos, se laissant aller petit à petit. Mais, en allant dans son dos, son regard croisa celui de sa maitresse, qui était donc passée face à lui.

Et à ce moment-là ... Quelque chose d’étrange se produisit. Sa maitresse, vu de cet angle, faisait parti des trois femmes ... La très jeune, la jeune et elle. Elle ne parlait pas, elle ne se contentait de le regarder comme les autres. Ce fut à cet instant où le sens de sa phrase prit un peu plus en sens à ses oreilles ; une des femmes présente ici ... Comprenant cela, il gloussa puis s’élança subitement vers sa maitresse, finissant par se jeter littéralement dans ses bras. Il jouait avec le feu car, il savait qu’il y avait un risque de mauvaise interprétation. Mais si sa maitresse était réellement comme il le pensait, si elle était réellement cette gardienne, cette femme tel qu’il commençait à le concevoir, alors il ne courrait aucun risque. Daraen, heureux et visiblement excité, enlaça par ses bras Evangeline puis déposa un tendre baiser dans son cou.

« C’est vous que je veux, Maitresse ! » Dit-il en gloussant, l’embrassant à nouveau, avant de se hisser sur la pointe de ses délicats pieds, et venir chaudement piquer ses lèvres avec les siennes. Daraen sentait son membre devenir très rigide et massif, à un tel point qu’il finit par déformer sa robe. Mais, cela tombait bien car, il allait devoir la relever pour passer à la suite ... Daraen posa ses mains sur le pan de sa robe puis le souleva, révélant son membre assoiffé à Evangeline.


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Evangeline et Echo le Novembre 23, 2017, 02:10:16

Evangeline resta à sa place regardant Daraen et sa réaction. Tout cela était bien sur un teste, mais pour évaluer plusieurs choses. La première son approche du sexe sachant qu’il allait devoir le provoquer lui-même. Voir ça réaction à coucher avec une femme alors que lui-même en était une il n’y pas si longtemps et aussi ces gouts en la matière. Même s’il y avait une pointe de timidité dans sa réaction, il ne tarda pas à approcher le trio et même s’adresser à l’une d’elle et à la complimenté. Puis il passa à la plus âgé semblant plus instant avec elle, plus intéressé.  Il n’était pas loin de franchir un pas avec la femme quand il croisa le regard d’Evangeline.

Evangline ne bougea pas se contentant de l’observé. Il avait compris semble-t-il qu’elle faisait partie des possibilités. Son visage s’emblait alors s’illuminé alors qu’il vient je jeté sur elle. Sans le repoussé, elle le laissa s’agripper à elle et venir déposer un baiser sur ses lèvres. Il lui avoua alors qu’il voulait le faire avec elle.

-Très bien si c’est ton choix vas s’y je te laisse faire comme bon te semble.

A lui de se débrouiller pour exécuter la demande, là encore il fallait voir comment il allait s’y prendre et par où allait passé. Daraen se tenais maintenant face à elle révélant son sexe qui était clairement prés à l’action. Maintenant il fallait encore voir s’il était prés à s’en servir correctement.

-Montre moi donc comment tu penses pouvoir t’en servir, je suis curieuse de voir ça.


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Vanessa White le Décembre 15, 2017, 12:54:55
Il était vrai que c’était très étrange pour Daraen de faire l’amour à une femme. Avant tout cela, il était Susan, une jeune fille qui n’était attirée que par les hommes, bien qu’elle ne fût si indifférente que ça au charme féminin dans certains cas. Mais, elle n’avait fait l’amour qu’avec des messieurs. Jamais elle n’avait posé ses mains sur le corps nu d’une femme. Alors, à présent qu’elle était un garçon, aussi féminin et androgyne était-il, Daraen sentait que c’était l’inverse ; il était attiré par les femmes, et non par les hommes. Toutes ces servantes, avec dame Evangeline en supplément, l’attirait. Elles étaient belles, séduisantes et charmantes. Il ressentait quelque chose qu’il n’avait jamais ressenti auparavant, renforçant ainsi le fossé entre lui et Susan. Il s’apprêtait à faire quelque chose que jamais Susan n’aurait pu faire auparavant ; faire l’amour à une femme, et qui plus était, à celle qui était responsable de tout ceci.

Le jeune garçon avait relevé sa robe pour révéler son sexe gorgé de sang à Evangeline. Cette dernière lui sourit mais, lui déclara que c’était à lui de trouver comment s’en servir. Il hocha de la tête puis, regarda le magnifique corps de sa maitresse. (Elle est si belle ...) Pensa-t-il, maintenant qu’il était très proche et pouvait mieux observer. Il s’apprêtait à découvrir ce que faisait d’avoir une trique, et de pénétrer une femme avec ! De quoi largement creuser l’écart entre lui et son ancienne personnalité. Ainsi donc, il prit quelques secondes pour réfléchir puis finit par avoir une idée. Pas besoin pour lui qu’on l’excite et le stimule davantage ; il était déjà en train de bander très férocement. Son membre, malgré son apparence frêle et féminine, était énorme et bien juteux. C’était l’une des particularités de son nouveau corps, et sans doute Evangeline y était pour quelque chose ... Elle avait désiré doté sa nouvelle poupée d’un gros jouet.

Ainsi donc, Daraen usa de ses mains pour faire se cambrer Evangeline. Celle-ci pouvait prendre appui sur une rembarde à côté d’elle, pendant qu’elle aurait le dos penché, et la croupe bien à portée de sa poupée. Daraen attrapa ensuite le pan de sa robe, puis la releva subitement, admirant ainsi la vue. Sa maitresse avait indéniablement un très beau derrière, sensuellement enveloppé dans une petite culotte qui, à ses yeux, ne demandait qu’à être retiré. Le jeune androgyne sourit puis, laissant parler ses instincts, posa doucement ses mains sur le tissu puis le tira lentement, le long des longues et gourmandes jambes de sa maitresse. Daraen fut très tenté de les embrasser ou de les lécher, mais, il savait que c’était un test et qu’il fallait le réussir. Donc pas de détour pour le moment ! L’obéissant garçon finit par retirer ce délicat bout de tissu puis, étrangement, le garda pour lui. Susan n’était vraiment pas dans ce genre de choses, et pourtant, Daraen ressenti l’envie et le désir de garder la petite culotte de sa bien-aimée maitresse !

Néanmoins, cela ne l’empêcha guère de remonter ensuite, finissant par frotter sa douloureuse matraque contre la croupe d’Evangeline. C’était bien la première fois, au sens propre, qu’il faisait ça. De formidables et nouvelles sensations s’emparèrent de lui, le remplissant d’une espèce de hargne, de sentiment de puissance inexplicable, alors que sa queue gonfla davantage. « Haaa ... » Couina-t-il, alors qu’il mima des mouvements de va et viens. Mais, contrairement à ce que pourrait penser Evangeline, Daraen ne comptait pas la prendre par derrière. Il orienta son membre plus en bas, profitant de la cambrure d’Evangeline pour accéder à sa féminité. De là, il frotta vigoureusement son membre contre cette porte chaude et accueillante, rougissant très furieusement et se pinçant la lèvre. « Hmmm ... M-Maitresse je ... Je ... » Peina-t-il à dire. Il aurait voulu dire qu’il adorait toutes ces nouvelles sensations, et qu’il désirait finalement remercier mille fois Evangeline de l’avoir changé ... Mais au lieu de ça, il passa à l’acte. D’un petit coup de rein, il fit coulisser tendrement son gros et vigoureux membre dans l’antre sacrée d’Evangeline, la pénétrant en douceur. « Haaaaann !!! » Couina-t-il alors, rougissant et salivant, découvrant des sensations extrêmement jouissives.

Son membre était complètement serré de partout, mais étrangement, ça lui procurait un plaisir fou ! Il se recula puis recommença, commençant ainsi à pénétrer sérieusement sa maitresse, allant et venant en elle. Il posa ses mains sur ses hanches, prenant appui dessus pendant qu’il la besognait. « Hmm ... Haa-Haaaaaan c’est si BON !!! » S’exclama-t-il, souriant de manière extasiée, accélérant petit à petit le rythme et la force de ses coups de butoir.


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Evangeline et Echo le Janvier 15, 2018, 01:02:30

Evangeline souriait regardant Daraen face à elle sa robe relevée et son membre durcie et la regardant avec un profond désir. Il n’avait pas froid aux yeux et sa timidité c’était très vite envolé. Il la fit se retourner et prendre appuis sur la rembarde derrière elle. Evangeline s’installa donc et le laissa relevé sa robe révélant son joli fessier encore couvert d’une culotte en dentelle rouge. Elle avait aussi de belle jambe couverte de bas et tenue par un porte jarretelle. Il ne resta pas longtemps sans rien faire et viens vite lui baisser sa culotte venant lui retirer complétement. Evangeline ne disait rien et le laisser faire. Il était lancé et il était hors de question de l’interrompre dans son élan.

Darean une fois qu’il put profiter de la vue sur les fesses et l’intimité de sa maitresse, il ne tarda pas à venir y frotter son tout nouveau sexe. Evangeline regardait sa délicieuse expression, l’excitation sur son visage et la découverte de ses nouvelles sensations le plongeait totalement dans la luxure. Il serrait si facile pour elle, de profité de se moment pour le plongé dans la folie. Mais ce n’était pas le destin qu’elle lui réservait pour l’instant.

Après quelque mouvement, il finit par la pénétré. Son sexe était plus gros que la moyenne, mais il n’y ut aucun mal à rentrer. Petit à petit découvrit la sensation, bougeant d’abord lentement et de plus en plus vite. Il en voulait plus.  Pour une première utilisation, combien de temps il allait tenir avant de jouir et se vidé ? Quelle serra se réaction en se clamant ensuite ? S’il se calmait…Pendant se temps les trois autre femme regardait, en s’occupant de leur travail quand même déconcentré par la scène.


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Vanessa White le Janvier 25, 2018, 07:33:48
Ainsi motivé à la fois par ces nouvelles sensations et par le corps absolument parfait de sa maitresse, Daraen continua de s’enfoncer en elle. Son membre en devenait douloureux et brûlant à force, mais il garda le cap et rentrait donc de plus en plus vite et fortement. Ses chairs et celle d’Evangeline claquaient ensembles. Ses douces mais lourdes bourses frappaient son corps, créant de bruits claquant l’air, alors que le va et viens de sa trique provoqua un bruit spongieux, mais des plus excitants qu’il soit. Que dire de plus si ce n’était que Daraen était complètement possédé par le désir et la soif de sexe que provoquait son nouveau corps ? Ou plutôt, son nouveau sexe. Avoir une verge était très nouveau pour lui, et plus ça allait, plus il adorait en avoir une. Cela ne voulait pas dire qu’il adorait ne plus être une femme ou être féminin ... Cela voulait dire que sa maitresse avait parfaitement su comment faire pour le remodeler ; le meilleur des deux mondes !

« Hmmm – Haaaannnn ! » Couina-t-il donc de plus en plus. Cependant son inexpérience finit par le rattraper et il ne tenu guère longtemps. Les sensations étaient trop puissantes et aliénantes pour qu’il parvienne à garder son sang-froid. Daraen couina audiblement puis crispant ses petites mains sur les hanches de son amante, il sentit sa lance de chair vibrer, tressauter alors que quelque chose se mit à la traverser. Il écarquilla ses yeux. Au premier abord, il cru ... Que sa vessie l’avait lâché, mais bien heureusement, ce n’était pas ça. Non ; Daraen était en train de sentir sa semence remonter d’un seul coup le long de sexe, et sortir comme un jet haute pression, droit dans la féminité d’Evangeline ! Il poussa un long et cristallin cri, alors que ses bourses se vidèrent pour la première fois, le faisant donc éprouver son tout premier – et véritable – orgasme masculin.

Daraen jouit par petites salves avant de finalement reprendre son souffle. Le jeune éphèbe respira fortement, avant de lentement retirer sa queue de ce fourreau qui fut si accueillant et chaud. « Hmm ... Maitresse je ... C’était si agréable ... Jamais j’ai ressenti ça ... M-Merci ... » Dit-il tout timidement, ses joues rougissantes furieusement alors qu’il resta derrière sa maitresse, son sexe frottant légèrement la courbure de son fessier. Il remerciait Evangeline mais, il était encore sous le choc en réalité. Daraen venait de réellement, sincèrement, aimer ce qu’il venait de se passer. Il venait de se servir d’une verge, de pénétrer une femme avec et même jouir en elle ! Tout cela en ressentant un bien extrêmement fou, un bien qu’il n’avait jamais, ô combien jamais, ressenti jusqu’à présent. Daraen eut une véritable frayeur en pensant un instant qu’il était définitivement bien plus agréable et plaisant d’être un androgyne, un jeune et féminin garçon qu’une véritable fille. Avoir les avantages des deux sexes en même temps ! Puis, il se reprit et secoua sa tête, se persuadant qu’il était confus au moment de penser cela.

Cependant il n’eut pas le temps de sentir ses ardeurs se calmer, car il gardait une vue imprenable sur la merveilleuse croupe de sa maitresse. Son regard s’écarquilla alors qu’il se pinça les lèvres. Ses mains lui désobéirent en allant tendrement se poser chacune sur une fesse, commençant à masser et caresser avec délicatesse cette zone. « Maitresse vous êtes ... Vous êtes si attirante ... J-J’ai du mal à me contrôler ... » Dit-il, tout confus et honteux mais incapable de s’arrêter. Si sa trique était déjà éprouvée pour le moment, il ne résista guère à l’envie de se mettre à genoux et venir déposer un très délicat baiser sur la croupe d’Evangeline, étant tout simplement incapable de refreiner assez ses ardeurs pour se retenir. Daraen ne savait pas si c’était à cause de ses nouvelles hormones, de son sexe ou juste de cette magie qui flottait dans l’air, mais il était traversé par toutes sortes d’images érotiques de lui et sa tendre maitresse. Des images où il se voyait embrasser et vénérer son fessier pendant de longues minutes voire heures, avant de lécher et honorer ses jambes et ses pieds, etc.

Inutile de dire qu’Evangeline était très, très attirante pour lui. Mais jusqu’où avait-il le droit de manifester son attirance pour cette femme ? Pour cette créature si parfaite et si belle à ses yeux ...


Titre: Re : Une amie qui vous veut du bien [PV]
Posté par: Evangeline et Echo le Février 20, 2018, 12:03:59

Evangeline sentait Daraen en elle, jouant de vas et viens avec son nouveau sexe. Elle adorait son visage expressif dévoilant son plaisir. Il n’y avait rien de dissimulé, rien de retenue son plaisir était réel et sincère. Malheureusement pour lui, il ne tenue finalement pas très longtemps et fini par jouir en elle. Elle sentie sa semence se répandre dans son sexe, après tout c’était ce qu’il devait faire. Il venait de réussir son teste. Son visage était si beau quand il venait de jouir.


-C’est bien, tu as ut premier orgasme d’homme dans une femme.

Elle lui offrit un sourire alors que rapidement, le jeune homme commença à lui caresser les fesses et à venir jusqu’à lui embrasser. Malgré que son sexe c’était calmé, son excitation était encore là. Pourquoi ne pas en profité ?

-Tu as réussi ton teste, je vais donc te récompenser.

D’un geste de la main, elle lui caressa affectueusement les cheveux.

-Mais avant cela tu vas me donner un peu plus de plaisir. Il n’y a pas de raison qu’il n’y est que toi qui est droit à l’orgasme tu ne penses pas ?


Evangeline lui laissa encore un peu embrasser son fessier avant de se retourner.

-Met toi à genoux.

Une fois qu’il fut en position, elle passa une de ses jambes par-dessus son épaule venant prendre appuis dessus, alors que son dos prenait appuis sur la barrière derrière elle. De cette position, il avait une belle vue sur son sexe retenant sa robe d’une main. Avec l’autre, elle écarta ses lèvres intimes.

-Quand tu étais encore une fille, tu as dû déjà te toucher non ? Tu sais comment ça fonctionne n’es pas ? Utilise donc ta langue pour me faire du bien. Ensuite je te donnerais ta récompense.