Le Grand Jeu

Plan de Terra => Territoire de Tekhos => Discussion démarrée par: Old Man Logan le Avril 15, 2016, 09:42:59



Titre: MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: Old Man Logan le Avril 15, 2016, 09:42:59
MAD LOGAN :
HYENA ROAD

(http://img110.xooimage.com/files/7/d/a/mad-logan-4f1827c.jpg) (http://www.zupimages.net/up/16/15/vlml.jpg)

La Jeep (http://img110.xooimage.com/files/d/3/1/serval-wolverine-...83---023-4f16f9f.jpg) bondit par-dessus la dune, s’envolant sous le coucher de soleil, les quatre pneus tournoyant encore dans l’air, balançant des grains de sable tout autour d’eux, puis le véhicule rebondit sur le sable, faisant rebondir l’homme à l’intérieur. La Jeep filait à toute allure, crachotant sur une piste sableuse, constituée de crevasses, de nid-de-poule. Les essuie-glaces tournaient à vive allure pour chasser les morceaux de terre et les innombrables grains de sable qui s’éclataient sur le pare-brise, et les mains ensanglantées et craquelées de l’homme se crispaient sur le volant. Des bris de verre y étaient nichés dans ses doigts et dans ses paumes, comme une série de perles et de bijoux sinistres, le sang glissant de ses multiples plaies, maculant le fauteuil défoncé de la voiture.

Il jeta un bref regard dans le rétroviseur, et vit plusieurs motos s’envoler, à sa poursuite.

*Fils de putes...*

Il écrasa le champignon, le moteur hurla, et il tenta de passer à la quatrième vitesse, tout en sentant la voiture trembler dans tous les sens, comme un putain de tapis volant. Il entendait le sifflement du vent, le hurlement tonitruant du moiteur, et, par-delà ça, les hurlements de ses poursuivants. Des types encagoulés qui se rapprochaient rapidement sur des motos hirsutes hérissées de pics. Le copilote de la moto balança alors un Cocktail Molotov, qui heurta l’arrière de la Jeep, l’enflammant partiellement.

« Bande d’enculés ! »

La moto se rapprochait rapidement, et le pneu avant-droit heurta un rocher. La Jeep ralentit légèrement, laissant au chauffeur ennemi le temps de se rapprocher. Le copilote tenait une grenade dans la main, dégoupillée, prête à la lancer... Là, plus proche, toujours plus proche, seulement à quelques mètres... Ils pouvaient voir le dos de l’homme, avec la chevrotine toujours nichée dans son dos, le sang ruisselant le long de son épaule.

Et, alors que le motard approchait, la main du fuyard jaillit dehors, tenant un fusil à canon scié.

*BANG !!*

La moto s’écroula en roulant sur elle-même, puis Logan planta à nouveau son regard dans le rétroviseur, voyant toute la horde lancée à son cul comme si les chiens de l’Enfer lui coursaient après.

« Venez, trous à merde, ramenez vos gueules ! »

Il avait tapé dans la fourmilière... Et les rats radinaient.


*
*  *

«Où est-elle ?
 -  J’sais pas, mec, putain, j’te jure que j’sais pas !  »

Les griffes s’enfoncèrent. C’était mou, ça s’enfonçait comme dans du beurre.

« HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA... !!
 -  Où. Est. Elle ?
 -  MAIS J’EN SAIS RIEN, MERDE !! PUTAIN, J’EN SAIS RIEN, j’en sais rien, j’en sais rien ! »

Le coup fusa, et renversa l’homme. La chaise se brisa sur le sol, et Logan le saisit par le col, le soulevant comme un plume, et le plaqua violemment contre le mur, avant de le retourner, et de le forcer à voir.

« Voilà ce que j’ai fait à tes potes ! Maintenant... Où est-ce que toi et tes potes tarés l’avaient emmené ? DIS-MOI !
 -  Je sais pas, je les avais pas accompagnés... Pitié, je suis encore un initié, moi, j’ai pas l’autorisation de...
 -  Ta gueule ! »

Le coup de boule fusa, et l’homme alla s’écrouler sur le sol, son corps atterrissant dans une flaque de sang et de tripes pendouillant à l’air. Il se redressa, et tenta de partir, apeuré, se dissimulant dans les recoins de la boucherie.

« Vous croyez peut-être que je sais pas qui vous êtes, toi et tes potes ? Des mecs comme vous, j’en traque depuis des siècles. Peu importe où je vais, on tombe toujours sur des types comme vous. »

Il avançait lentement, ses griffes luisant le long de ses mains. Il n’avait même pas besoin de suivre les traces de sang que sa proie laissait, ni son souffle précipité... Il suffisait de le renifler à la peur. Elle lui collait à la peau comme le plus indécrottable des parfums.

« J’suis sûr qu’en ce moment, tu échafaudes dans ta tête d’abruti des théories et des plans farfelus pour te sortir de ça. Les parasites comme toi, violeurs, tueurs, et autres enculés, vous raisonnez toujours comme ça. Jusqu’à la fin, vous pensez toujours vous en sortir, et, même quand vous êtes dans la merde jusqu’au cou, vous pensez encore trouver un moyen d’échapper à votre juste rétribution. Mais détrompe-toi, merdeux... J’suis pas le bras armé du Seigneur. Si j’étais son bras droit, ce serait pour lui foutre ma main au cul tellement ce vieux con passe son temps à se foutre de ma gueule. Non, je vais te buter... Tout ce que tu as le droit de décider, c’est si ta mort sera lente ou pas. »

Logan était au milieu de la boucherie, et l’homme était juste au-dessus de lui, tenant un long couteau de boucher. Jouant alors son và-tout, il bondit vers Logan, descendant en piqué en hurlant... Et l’homme se retourna alors, et les griffes parlèrent, puis il y eut des hurlements. Sa proie retomba en deux temps. Tout d’abord, il y eut sa main, crispée autour du couteau de boucher... Puis le reste du corps, qui rebondit à côté, un moignon pissant le sang.

L’homme hurlait, hurlait comme un porc qu’on était en train de traire, et le pied de Logan se posa sur son moignon.

« Finalement... T’as choisi la manière lente. »

Il sourit alors.

« Tant mieux. T’as l’air de tenir à tes couilles... »

Puis il se pencha vers lui.

L’homme hurla encore. Fort. Un peu.

Puis il n’eut plus la force d’hurler.


*
*  *

Ils avaient sorti les harpons. Les tirs sifflaient, cherchant à le bloquer, et il donna un coup de volant, évitant l’un d’eux, avant de sentir une pluie de balles sur l’arrière de la Jeep. Heureusement que ce truc était blindé. Lui continuait à foncer, écrasant le champignon pendant que de la fumée sortait du moteur. Ils étaient comme de la chienlit ; à chaque fois qu’il regardait derrière lui, il en voyait d’autres.

« Putain, une vraie armée... »

Logan continuait à rouler, enfoncé dans le Wasteland tekhan. De quoi lui rappeler le pays... Il se rapprochait d’une route poussiéreuse située au loin, quand un tir fit mouche. L’un des ennemis lança sur sa Jeep une lance équipée d’une charge explosive.

*KA-BOOOOOOOMMM !!!*

La Jeep se souleva par l’arrière, et décrivit une série de tonneaux, sur plus d’une quinzaine de mètres, plusieurs portières volant dans tous les sens. Finalement, elle termina sa course dans un amoncellement de sable, et les tueurs se rapprochèrent rapidement.

Il y eut une autre explosion, et ils observèrent la carcasse en feu, du sable tout autour... Avant de voir un corps qui en rampait misérablement, s’extirpant de la carcasse, avec un dos en charpie, tellement défoncé qu’on pouvait voir son ossature, d’étranges os métalliques qui semblaient briller sous le reflet du soleil.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: la Hyène le Avril 16, 2016, 09:20:17
La jeep venait de s'écrouler au milieux du sable et à présent, toute l'armée qui était à sa poursuite vint à ce stopper, créant alors d'innombrable levée de poussière.
« Il est à elle ! Ce chien c'est cru plus malin ! Ahah ! »
« elle vas le défoncer et ce repaître de son sang et de sa bile ! »
« Nan… C'est un homme, de la sale bestiole elle ne prendrait aucun plaisir à jouer avec… Elle vas l'utiliser comme globular ou le vendre comme esclave pour le Circle pit... »
"Qu'importe ce qu'elle en fera, il est à elle... A elle !"
L'un des pillards vint alors à poser son pied sur le dos maculés de sang de l'homme en braquant son arme sur sa tête puis… Ils l'attachèrent avec de lourdes chaînes rouillées, chaînes que les hommes fixèrent à l'arrière de l'une de leurs voitures afin de l'emmener au seins de l'un des seul vestige encore en « état » dans ce gigantesque tas de poussière et de sang… Breakbone sanctuary.

(http://www.zupimages.net/up/16/15/arwj.jpg)


Là… Face à une gigantesque cathédrale en  ruine, toute une assemblé de Raider's scandait un nom au milieux des barbelés, des cadavres suspendue, des chaînes et des crochets.

« Derbie ! Derbie ! Derbie ! Derbie ! »

Dans les ténèbres de la cathédrale, une grande silhouette trônait fièrement sur un siège d'ossement et de rouille, au milieux d'esclave mutilées…
« Momma… Les troupes veulent t'entendre… Il partent en chasse. » Lâchât alors une voix sifflante en provenance d'une jeune femme (http://zupimages.net/viewer.php?id=16/15/vash.jpg) au visage scarifié et lézardé de cicatrices.
Lentement, sans dire un mots, la grande silhouette ce leva de son siège en faisait cliqueter les chaînes et les « bijoux » que ladite femme portait sur elle.

Dehors, un lourd convoie ce mettait en place, composé de plusieurs véhicules à l'allure sinistre et monstrueuse.
« On est les Raider's de Derbie ! »
« Raider's ! »
« Warhound's Raider's ! »
« Raider's !!! »
« enfants de l'atome et du metal raider's ! »
« COUPLAAAAGE !!!!! »
« Aujourd'hui, on vas à l'église des négrier ! Aujourd'hui, on vas chercher des joujoux pour la momma ! »
« MOMMA ! »
«  Et aujourd'hui, on part en traque ! »
« Traque OUHAH ! »

Dans les air, une lourde odeur de souffre, de gazoile et de cadavre était présente… Constamment présente.
Toujours aussi calmement, la grande femme s'avança vers le rebord du vitrail central, brisé et faisant à présent office de balcon, un balcon composé de morceau de ferrailles et de corps dans le plus pur style raiders.

« Derbie ! Derbie ! Derbie !

Plus les secondes filaient, plus les voix ce faisait préssente mais alors que les cris et les scanderies ce faisaient de plus en plus vives, la jeune femme au visage mutilée et au yeux fou vint à prendre la parole.

« FAITE DU VROOM, POUR L'APOCALYPTIC DEEEEEEERRRRBIIIIIIIIIEEE !!!!!! »

La foule vint alors à hurler de plus belle en faisant s'entrechoquer des lames et d'autres chose entre elles, avant de finallement ce taire quand, la grande silhouette vint à prendre la parole.

« Habitants de Breakbones sanctuary… Raiders… Pillards… Négriers. Une fois encore, j'envoie en chasse mes Raiders Warhounds demi-vivants, qui vogueront immortels sur les autoroutes sacrées, du Valhalla ! »

Suite à cette première tirades, le publique ce mit à hurler de plus belle en faisant encore plus de bruits avant de finalement ce taire à nouveau quand la mystérieuse femme leurs fit signe de ce calmer.
« Je suis votre impératrice incontestée, votre rédemptrice et votre seul salut ! C'est par MA mains que vous renaîtrait des cendres boueuses et gorgée de sang, de ce monde ! »

« DERBIE ! DERBIE ! DERBIE !!!! »
« sacrifice ! Ont veux le sacrifice !!!!! »
SACRIFICE ! SACRIFICE ! SACRIFICE ! SACRIFICE !
Pour atome ! Pour atooooome !!!! le sacrifice pour atome !!!
ATOME, ATOME, ATOME, ATOME !!!!

Calmement Derbie fit un léger signe de la tête et, cet alors qu'un homme vint apporter une esclave au yeux bandée et au joue maculées de sang, l'homme tendis ensuite très respectueusement la chaine à sa « reine », avant de platement ce reculer.

« Que le sang abreuve vos âmes, que le Gaspi' suive vos pas et que le jet, désinhibe vos esprit... » entonat elle alors en sortant une large machette qu'elle brandit alors fièrement au dessus de sa tête.
« DECA-PITUM ! DECA-PITUM ! DECA-PITUM ! »
« Sacrifiiiice, on veut un sacrifiiice pour les dieux ancestraux !!! »
« Au nom Du sang, de l'acier et des flammes… Je vous bénie dans la bile et le gaspi', mes enfants ! »

Lentement, la femme posa la lame dentelée de sa machette contre la gorge de sa victimes, avant de la sciée devant un publique en furie, le sang dégoulinait de partout et, quand enfin la tête fut détachée du corps, elle la brandit au dessus d'elle en balançant au passage le reste du corps par dessus la rambarde.

LA GALOCHE ! LA GALOCHE ! LA GALOCHE ! »

Derbie souriat alors légèrement, avant d'embrasser la tête décapitée de la pauvre esclave, aspirant au passage sa langue qu'elle arracha ensuite d'une traite, avant de la cracher à son publique, publique à qui elle envoya la tête pour finir.
Elle était l'incontestable reine ici et dans tout les badlands, du 73ème district tekhan… Jusqu'au confins des marais radioactifs de Point Lookout.

"Amen..."


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: Old Man Logan le Avril 16, 2016, 01:44:41
*Survis (https://www.youtube.com/watch?v=0_1yE76wRts)*

Pour autant qu’il s’en rappelle, l’existence de Logan s’était toujours résumée à ça : survivre. Survivre, alors qu’on traînait sa vieille carcasse sur le sable, et qu’il comatait, indécis, plongeant dans les méandres de sa conscience et de ses souvenirs fragmentés, éclatés comme si une bombe au shrapnel venait de pulvériser le fil de ses pensées.

*Logan... Pourquoi ?
Ne te venge pas contre eux, Logan...
Nous n’aurions jamais pu réussir notre coup sans ta précieuse aide, Wolverine...
Pourquoi, Logan, pourquoi ?*

Les mêmes reproches, les mêmes cauchemars, qui dansaient dans sa tête, comme de vieux fantômes, des squelettes dans des placards dont on ne pouvait pas refermer les portes. Pendant ce temps, le cortège qui l’amenait se rapprochait du sanctuaire, et les voitures s’arrêtèrent près d’un garage. Les hommes en descendirent, le regardant silencieusement. L’un d’eux alal même lui donner un coup de pied.

« Il est mort ! Pourquoi l’avoir ramené ?
 -  Il n’est pas mort, je l’ai vu ramper !
 -  Il a un trou dans le dos qui fait la taille d’un pot d’échappement de camion, il est bon pour la charogne !
 -  Et des os en acier... Regarde ça ! »

Dans sa tête, les images défilaient, se fracassant entre elles.

*Tu les as abandonnées...
Tu n’es pas un sauveur, tu n’es même pas un homme, tu n’es qu’une bête... Stupide, et facile à manipuler.
Je ne te remercierai jamais assez, Logan, nous n’aurions jamais pu réussir notre coup sans ta précieuse aide...*

« L’Impératrice nous a demandé de le ramener ! C’est lui qui a tué nos frères à l’abattoir !
 -  Ce vieux débris ? Ne te moque pas ! »

Le coup siffla, atteignant la tête du Boy, le chat à neuf queues lui laissant de vilaines balafres. C’est à ce moment que Logan se mit à éternuer, suspendant la dispute entre les War Boys. Leur frère supérieur se retourna, surpris, vers ce qu’il pensait n’être qu’un cadavre, pour voir ce dernier remuer lentement.

« Ah, tu vois ? Il est en vie ! Son sang, son sang doit être puissant, il sera un parfait Globuleux !
 -  La ferme ! »

Un Globuleux ? Et puis quoi encore ? Seuls les plus mauvais esclaves servaient de Globuleux, les autres avaient des fonctions plus importantes. Logan, de son côté, grogna encore, sentant le goût du sable dans sa bouche. Ses mains se crispaient autour des chaînes, et, entre ses lèvres sèches, quelques mots s’échappaient de sa bouche.

« A.. Ash... Ashley... »

Il soupira encore, serrant les dents. Les tueurs qui l’observaient virent alors, à leur grande surprise, le dos de l’homme, où sa peau était en train de se reconstruire, tout comme ses organes.

« Par l’Impératrice...
 -  L’Impératrice a sacrifié la Vierge pour que nous le ramenions ! Vois ! Sois témoin de ce prodige ! »

On ne pouvait que le constater... Restait maintenant à savoir quoi faire de lui.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: la Hyène le Avril 16, 2016, 06:27:05
 -  L’Impératrice a sacrifié la Vierge pour que nous le ramenions ! Vois ! Sois témoin de ce prodige ! »

Cet alors que son voisin revint à donner un violent coup de chat à neuf queue sur le visage de son comparse en disant sur un ton plus mesuré : « Et alors, l'Impératrice est capable de la même chose ! Elle a était béni par le feu de l'Atome, elle… Lui, lui c'est de la vermine impie qui… Qui… »
L'homme n'en savait pas vraiment plus non plus et, même-ci « l'impératrice de rouille » était capable elle aussi de ce prodige, le fait que ce type en était capable relevait du mystère en soit et, bien sur, d'aucun d'entre eux ne savait qu'il était un mutant.
« Foutait moi ce rats en cage, sanglait le comme un chiarre, son sang servira, j'imagine qu'avec sa prodigieuse capacité, il devrait être un bon gros sac de sang, imagine un peu, une poche qui ne ce tarit jamais ! Un vrai don, ça oui ! »
« NAN ! On doit l'emmener à l'impératrice, elle doit savoir ! C'est un signe ! »
« C'est un signe de rien du tout ! Et si tu continue, c'est toi qui ira voir l'impératrice, et elle ce fera une joie de te pendre avec tes boyaux ! »
En disant cela l'homme c'était fois rapproché de son comparse avec une lame de poignard, lame qu'il vint à mettre juste au niveau de la gorge de son copains.

« Toubib'… Met cette vieille raclure en cage en attendant… Pour l'instant, la seule chose qui importe, c'est de maintenir cette vieille ordure en cage, globuleur ou pas, signe ou pas, il reste là jusqu'à que l'impératrice ou Dame Malaria en décide autrement, c'est clair ? »

Et cet ainsi que le pauvre homme fut mis en cage, a coté d'autres personne, tous confinés dans des cage individuel et exiguë. L'endroit était sinistre, c'était un vieille hôpital en ruine qui servait aux Organiques à « réparer » les soldats blessée avec les moyens du bord car, ici bas, les objets médicaux telle que les stimpack tekhans était rares, bien qu'il arrivait de temps à autres qu'un convoie vienne à être intercepté, les drogues et autres trucs dans le genre était réservé à Derbie et à son élite.

« Surveillait moi cette raclure… Et s'il ce tient pas tranquille, donnait lui une triple dose d'Ultra-Jet ou du Slow-mo… »

Sur ce, l'organique repartit à ses occupation, laissant logan dans une vaste sale pleine de cage contenant tantôt des camé, des pauvres pleins de bestioles et même, des cadavres.
Mais c'est alors, qu'une voix discrète vint à appeler l'Immortel, cette dernière venait de la cage d'à coté où une belle femme rousse (http://vignette4.wikia.nocookie.net/steamtradingcards/images/d/dc/Mad_Max_Artwork_7.jpg/revision/latest?cb=20151005063259) était recroquevillée en position foetal.

« Psssst… Eyh ! Toi là… T-tu m'entend ? »


L'homme ne sembla pas répondre, cependant, la jeune femme n’abandonna pas pour autant et réitéra sa demande.

« Psssst… Oh ! Toi là, le vieux aux yeux fou… Répond… »


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: Old Man Logan le Avril 16, 2016, 08:13:25
La nuit était tombée dans la vallée, et les vaches meuglaient. Elles appartenaient à Bill Holland, un fermier local, qui utilisait tout son troupeau pour vendre du lait. Les vandales avaient arraché la clôture sans problème, leurs puissants pas faisant trembler le sol, tandis que les clochettes des vaches carillonnaient tandis qu’ils les déplaçaient.

« Alors, tu te sens chaud pour battre mon record ?
 -  Je vais pas juste le battre, je vais l’exploser !
 -  Huhu... Je l’ai envoyé à plus de cinquante mètres, la dernière vache, tu le sais, ça ?
 -  Les records sont faits pour être battus » maugréa tout simplement l’autre.

Ils se déplacèrent encore, et l’un des deux resta près du troupeau, tandis que l’autre se mit en position. C’était leur jeu local, une manière de s’occuper, mais aussi de se défier entre eux. Le lancer de vaches était un sport particulièrement compétitif, un moyen de tester leur puissance. Hogan attendit que Mastoc soit en position, puis il souleva la vache. Cette dernière meugla encore un peu, puis Hogan la balança alors. La vache s’envola dans les airs, avant de redescendre.

« SOIS PRÊT !!
 -  ET C’EST PARTI !!! »

Dans un grand coup de poing, le Hulk-Boy frappa sur l’estomac de la vache. Le choc fut terrible, la vache hurla une dernière fois, et explosa contre le poing de Mastoc, s’envolant dans les airs. Une véritable flèche, libérant, au milieu des étoiles brillant dans le firmament, viscères, tripes, jets de sang, boyaux explosés. La vache pulvérisée s’écrabouilla ensuite plus loin, déclenchant rapidement l’hilarité d’Hogan, tandis qu’elle laissait derrière elle une traînée de viscères.

« Mouais, trente mètres... Pas mal, pour un échauffement !
 -  Fous-toi de ma gueule, Maestro m’a dit que j’étais un costaud ! »

En souriant, Hogan alla chercher une autre vache.

« Pourquoi personne n’intervient, Papa ? lui avait-il demandé. Les gens au village... Certains parlent de toi. »

Le plus écœurant, c’était ce moment où le poing du Hulk-Boy heurtait l’animal, le bruit que l’impact faisait. La chair qui éclatait, la peau qui s’ouvrait, les organes qui explosaient ainsi que les os... Parfois, les yeux éclataient aussi sous la puissance de l’impact, et on retrouvait des morceaux de dents qui s’envolaient, ou qui restaient incrustés dans la peau. La vache hurla une ultime fois, son meuglement catastrophé ressemblant à un hurlement.

Ils buvaient une bière toxique, qu’un être humain n’aurait pas supporté, car faite de radiations Gamma, quand il arriva. Bill. Le Vieux Bill, armé d’une carabine et d’une lampe à huile.

« Arrêtez ! Arrêtez ça !
 -  C’est qui, ce pédé ?
 -  Comment puis-je vous verser les taxes si vous tuez mes vaches ? C’est avec elle que je produis le lait que vous avez besoin ! Arrêtez, ou je serais obligé d’en référer au Maestro ! »

Les deux Hulk-boys rigolèrent entre eux. Bill n’avait jamais eu sa lampe dans la poche. Il lui avait dit de se méfier, pourtant, et que, à force de trop l’ouvrir, Maestro finirait par le massacrer. La dernière révolte contre le Hulk-gang l’avait parfaitement illustré, mais Bill faisait partie de ces gens qui croyaient encore dans ces reliques du passé. La justice, la Constitution, et toutes ces conneries... Il était de ceux qui avaient encore, chez eux, un crucifix, et un exemplaire poussiéreux de ce livre rapiécé qu’on appelait la Bible.

Bill était une grande gueule. Il pensait encore que ce monde était régi par autre chose que la folie et la démence. Il pensait encore pouvoir raisonner un gang fait de Hulk psychopathes shootés aux radiations Gamma. Il pensait encore pouvoir en référer à l’autorité du tyran Maestro. Un homme qu’on avait jadis connu sous son nom de naissance... Bruce Banner.

« J’ai une idée, ‘Toc...
 -  Mmmhmm ?
 -  Tu crois que tu pourrais le lancer jusqu’à où, c’ui-ci ? »

Hogan eut un sourire carnassier. Bill, en comprenant visiblement ce qui s’arrivait, pointa sa carabine vers l’un d’entre eux.

« Ne... Ne t’approche pas !
 -  Ou quoi ? Tu comptes me faire quoi avec ton pétoire ? Il est marrant, lui ! »

Il n’y eut même pas un coup de feu. L’énorme main d’Hogan s’empara du canon de la carabine, et le tordit, avant de jeter l’arme au loin. La lampe à huile chavira, et la main d’Hogan se saisit du col de l’homme, comme pour le soulever.

« N-N-Nooon... Noooonnn, pitié... !!
 -  T’es prêt, frangin ?
 -  Yay !
 -  Et... JE LANCE !!
 -  JE RÉCEPTIONNE !! »

Le corps se mit à redescendre, volant dans les airs. Poings serrés sur le côté, mimant une position grotesque de base-ball, Mastoc attendait.

« Yaaaaaaaayyy... STRIIIIIIIIIIIKKEEEE !! »

Il y eut ce bruit spongieux, horrible, un hurlement...

« On m’a dit que tu étais un héros, Papa. Pourquoi ? Pourquoi tu laisses faire ? »

Il baissa les yeux, en se retournant vers sa ferme.

« On t’a menti, Scott. Je ne suis pas un héros. Il n’y a plus de héros. »




« Psssst… Eyh ! Toi là… T-tu m'entends ?
 -  Hm... ? »

Il poussa un grognement en sentant une voix venir d’outre-tombe, et rouvrit les yeux. La lumière, émanant de vieux spots grisonnants au milieu de la pièce, lui éclata à la figure, et le fit grommeler à nouveau. Il se redressa alors, et son dos heurta les barreaux froids et rouillés d’une cage.

« Que... ? ...C’est quoi ce bordel, putain ? »

Logan grommela ça dans sa barbe tout en secouant la tête, et aperçut alors une silhouette, à côté de lui. Il ne portait plus que son pantalon, troué par endroits, et éternua alors, crachant du sang, mélangé à du sable. La nana lui parla alors, et il la regarda alors... Et sentit son cœur manquer quelques battements.

« J-Jean... ? »

Il cligna à nouveau des yeux.

*Impossible !*

Logan secoua la tête, et vit alors, plus en détail, la rouquine (http://assets1.ignimgs.com/thumbs/userUploaded/2015/8/7/madmax-1438943942766_1280w.jpg).

Pas Jean, non.

Logan soupira alors, et regarda autour de lui.

Une cage, étroite, entourée d’autres cages. Ça puait, ça sentait la crasse, la pourriture. Les cages étaient suspendus au-dessus du sol par d’épaisses chaînes.

« T’es qui ? On est où, bordel ? C’est quoi ce merdier ? »


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: la Hyène le Avril 17, 2016, 09:40:24
« T’es qui ? On est où, bordel ? C’est quoi ce merdier ? »

La jeune soupira brièvement avant de prudemment regarder les environs, afin d'éviter tout risque de mort prématuré… Sait on jamais avec ces cinglés.

« Je m'appelle Hope et… Ont est dans l'un des bâtiments de détentions d'esclaves enfin, dans l'atelier de désossage, à Breakbone sanctuary… la « capital » du Metal Meltdown… » La jeune femme lâchât un autre soupir puis reprit toujours d'une voix basse le reste de sa phrase. « Et… Pour le merdier où tu te trouve… Enfin, où nous nous trouvons… Bas… Si on par du principe qu'il veulent t'utiliser comme globuleur, tu risque de rester ici jusqu'à ce qu'un raiders ais besoin de ton sang… Sinon, de ce que j'ai compris en entendant les garde parler de toi… Tu pourrais avoir une entrevus avec la Bigboss… Mais ça m’étonnerais fort qu'elle s’intéresse plus à toi qu'à un autre. « Brièvement, la femme vint à s'interrompre dans ses propos quand des bruits de pas vinrent à raisonner dans un couloir adjacent  mais, fort heureusement, personne n'entras et, rapidement, elle ce remit à parler Je… écoute, t'es pas comme les autres toi… t'as pas l'air d'être comme ces pauvres types qu’attendent d'être vidés de leur sang faut… faut que tu nous sortes de là… Je sais pas comment mais faut que tu le face… C'est qu'une question temps avant qu'un type me remarque et… Et là je risque d'être emmenée pour servir d'amusement à leurs tarée de chef… Je sais même pas comment j'ai pue passer le « tri » sans directement finir dans la piaule de l'autre malade.

Durant quelque instants, le silence plana sur la scène et, voyant que l'homme ne répondait pas, Hope commença à légèrement devenir plus insistante.

Eyh !… M-me dit pas que t'en a rien à faire put-… Tu laisserais une femme ce faire violer et torturer ? Sérieusement ? Tu… Répond bordel !

Encore une fois, le silence traversa la scène, finissant d'enfoncer Hope dans sa pensé que, ce type en avait rien à foutre d'elle. Mais… était ce vraiment le cas ? Difficile de le savoir.
Mais Hope avait raison, quand bien même elle avait eu droit à un sursit, ce n'était qu'une question de temps avant qu'un raiders un poil plus observateur et lèche-cul qu'un autre vienne et voyant cette jolie poulette qui alors finirait dans la tanière de Derbie, Derbie qui sans aucune pitié s’amuserait looooooooonguement avec elle… Très longuement.

« Je vais te dire… Elle en a brisée des vies… Je suis pas assez ancienne pour savoir tout… Mais ont racontes des choses… Des histoires… Et je te parle pas que de viols ou de meurtres… Elle… C'est vraiment une ordure. Je vois bien que t'as pas l'air du genre à rester là, en attendant ton sort comme un pauvre type… Quoi qu'il advienne, tu finira par te barrer… La seul chose que je te demande, c'est de penser à moi à ce moment là… Si je suis encore en vie. Si tu le fait pas en revanche… Tu vaux pas mieux que la raclure qui domine cet enfer. » Et en clôturant sa phrase, Hope regarda fixement dans la directions du mystérieuse homme, afin de lui dire cet ultime phrase.
« J'ai une fille… Pas ici, mais je sais où elle est… Mais je sais aussi que tôt  ou tard si je fait rien ils finiront par la trouver… Et inutile de préciser que les enfants sont pas mieux lotie que les femmes ici bas… Alors encore une fois… Quoi que tu fasse… Pense à moi bordel... »

Et ce fut l'ultime tirade la femme Puis...
Plusieurs longues minutes vinrent ensuite à défiler… Peut être une heure… C'était difficile ici d'voir la notions du temps, toujours est il, bientôt, des bruits de pas vinrent à ce faire entendre, suivis par une discutions.

Tu vois un homme ce régénérer tout seul et tu ne crois pas bon d'en référer à moi où à L'impératrice ? Que cherche tu !? Tu cherche à te faire suriner ou quoi !?
N-nan je, désolée maîtresse Malaria je-
CHUT ! Un mots de plus et tu finira dans l’estomac de Shelby (http://media.melty.fr/article-2977965-fb-f1452534877/fallout-4-deathclaw.jpg), c'est clair !?
Ou-oui maîtresse malaria…

«Merde… Pas elle (http://www.zupimages.net/up/16/15/vash.jpg)… » Murmura alors Hope en relevant légèrement la tête avant de regarder une fois encore l'homme qui ce trouvait dans la cage d'à coté.

Cet alors qu'un petits cortège entra dans la salle de détention de l'Atelier de désossage, Malaria dirigeant alors le dit cortège. Malaria, c'était la fille de Derbie, issue d'un viole, ce dramatique accident à, par on ne sais quel « chance » réussie à survivre et, faute d'avoir pue crever en temps est en heure, Derbie à trouvée en elle une sorte de parfaite victime à transformer en monstre… Littéralement.
Durant son enfance et son adolescence jusqu'à aujourd'hui, Derbie à Brisée et ruinée l'esprit de Malaria, la rendant aussi tarée que sa procréatrice, cette dernière lui ayant inculquée le respect à coup de machette, de viol et de torture avant de finalement la faire devenir l'une de ses généraux les plus monstrueuses et sadiques. Sans compter le fait que, rien que pour le pour le fun, Derbie à volontairement gardée la mère de Malaria en vis jusqu'à ce que le jeune fille ais 7/8 ans, age où, La hyène crue bon de demander à sa fille de tuer personnellement sa mère… Ce qu'elle fit, avant de la pendre avec ses tripes… Une éducation fort saine donc.

Calmement Malaria s'avança donc vers les deux cage, avant de lever la tête vers l'homme d'age mure puis, elle ce mit à regarder le toubib.

« Organique... »
« Oui dame Malaria ?
« C'est lui ? »
« Ouaip... »
« Mais c'est un vieux Débris... »
« … Ouaip… Mais apparemment c'est de la sale bête sauvage... »

Malaria esquissa alors un petit sourire en regardant Logan dans les yeux puis, brièvement, elle regarda sa voisine rousse  en fronçant légèrement les sourcils.

« Et elle ? Comment ça ce fait qu'elle est là ? elle me paraît en « état » pourtant... »
« Euh… Je sais pas, on me l'a amenée il y a quoi… une semaine environs... moi aussi sa ma parut bizarre qu'un aussi jolie petit lot sois envoyé au désossage… Mais bon... »

La  raiders observa alors la jeune femme avec une certaine insistance avant de demander à l'organique de la faire descendre en faisant un petit geste de la tête, ouvrant alors la cage par le bas en faisant chuter la jeune femme uniquement retenue par une chaîne, chaîne la maintenant à présent la tête en bas.  Une fois cela fait, Malaria s'approcha de Hope, saisissant cette dernière par les joues pour la regarder sous toutes les coutures.

« Hmmmm… Belles dents… Belle gueule… Beau corps… Hmmmpfff… J'aimerais vraiment pouvoir te montrer mes jouets, mais vus ton état, tu fera une concubine d’exceptions pour ma Momma… Après… Rien ne m’empêche de lui demander gentiment de t'avoir, hein... »

Sur ce, Malaria vint à gentiment tapoter la joue de Hope avant de pincer les dite joues en remuant la tête comme si hope était une enfant ou un petit animal.

« Bouboubouboubouh, qui c'est qui vas finir en morceaux, hm ? C'est la rouquine, haha ! Tu sais, si Momma te laisse encore un peu en vie, je suis sur qu'il y a moyen de bien rigoler ensemble, oui oui oui !  Organique ! »
« Yep ? »
« Détache la... »
« Sa roule, baboule... »

Et blam dans un violent cliquetis de chaîne, Hope vint à s'écraser sur le sol, poussant alors un gémissement plaintif,  avant de violemment ce faire relever par deux raiders qui la mirent face à la petite générale (qui ne mesure qu'un petit mètre soixante).

« Momma aime bien les rousses… Tu sais qu'un jour, elle ma racontait qu'une rousse du nom de moira Burtmachinchouette lui a servit d'amusement pendant 3 longues journées… Elle l'avait gavée de Slo-mo et de Jet, pour que le plaisir puis-ce durer plus longtemps… Du coup aujourd'hui c'est presque devenu une habitude… Momma est une femme génial…Vraiment.

Le Jet et le Slo-mo, du drogue aux effets assez particuliers, puisqu'elle donne au cerveaux l'impression que le temps ce ralenti, mais vraiment VRAIMENT longuement, tout devient plus long… Beaucoup plus long et, par conséquent, quand Derbie arrive vers la fin de ses exactions macabre, la victime est déjà complètement exsangue, son cerveau revivant encore les atroce tortures que l'impératrice viens de lui faire subir et ce, jusqu'à ce qu'elle décide de la décapiter ou de lui arracher le cœur.
Hope ne répondit bien évidement pas mais ce contenta simplement de regarder L'homme dans les yeux, un regard qui, une fois encore, lui demandait une chose… De pas la laisser tomber.

« Et lui boss… On en fait quoi ?

Malaria regarda alors Logan dans les yeux avant de dire sur un ton amusé

« On le laisse là...S'il ce régénèrent vraiment, ça deviendra le globuleur de toute l'armée de Momma… Une vrai poche d'abondance, hahahaha ! »

un bien funeste destin donc… Ou pas.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: Old Man Logan le Avril 18, 2016, 01:30:44
Breakbone Sanctuary ? Metal Meltdwon ? Globuleux ? Soit cette femme parlait en noms codés pour qu’il n’y bite rien, soit il avait encore débarqué dans une histoire de fous. Était-il finalement retourné dans le futur ? Ce futur qu’il avait cherché à empêcher par l’intermédiaire de Vandal Savage ? Logan ne disait rien pendant que la femme parlait, lui expliquant qu’ils étaient dans la panade, une situation très compliquée. Un « atelier de désossage ». Même si Logan n’avait pas envie de savoir en quoi le « désossage » consistait, il en avait une petite idée. Il pensait avoir débarqué dans un camp de travail, mais on s’orientait plus vers une espèce de camp d’extermination qui aurait rendu un vibrant hommage aux nazis. Les esclaves les plus faibles étaient mis en charpie pour qu’on vende leurs organes (ou qu’on les mange, ces tarés en étaient bien capables). Les plus jolis servaient de putes (et de sacrifices, mais ça, Logan l’ignorait encore), et les plus costauds, comme lui, de « Globuleux », terme étrange, mais qui signifiait sûrement que, tels des vampires, ces malades se nourrissaient de sang.

La nana, Hope, lui demanda s’il dormait. Tête baissée, Logan reprenait son souffle, et émit un grognement.

« Petite... Je suis plus à mes beaux jours, là, tu vois... Ces mecs m’ont traîné sur le sable pendant des heures avec un dos suffisamment ouvert pour qu’une colonie de mioches y fassent un pique-nique. J’ai besoin de repos, mais, sois sûre d’une chose, gamine... »

Il se tut avant de la regarder, poings serrés.

« J’les buterais tous. Jusqu’au dernier. »

Ça, c’était pas une promesse, c’était un fait. Toute sa vie, Logan avait été exploité, utilisé. On avait utilisé son corps pour en faire un cobaye, lui lavant la mémoire. Autant dire que les esclavagistes n’étaient pas vraiment des gens qu’il affectionnait tout particulièrement. De fait, les barreaux de la cellule ne pouvaient guère espérer le retenir longtemps. C’était des barreaux rouillés, pourris... Et lui, il avait des griffes inoxydables en adamantium. L’adamantium était un métal conçu pendant la Seconde Guerre Mondiale par Myron MacLain, un métal qui ne pouvait aller que sur Wolverine, car il était allergène. Sans son facteur autoguérissant, l’adamantium serait comme un poison le tuant à petit feu.

Logan resta donc silencieux, continuant à reprendre des forces, s’asseyant en tailleur dans sa cage. Il pouvait entendre des pleurs. Il y avait de tout dans cet « atelier » : des vieillards, des jeunots, des lépreux, des malades... On toussait, on grognait, les rats sortaient le long de trous dans le mur, des mouches voletaient ici et là, quelques vieilles lampes grésillaient atrocement...

*Charmant coin de paradis...*

L’homme finit par entendre des bruits, et redressa légèrement la tête. Une gamine avec la gueule finie au cutter débarqua alors, en compagnie d’un des mecs qui l’avait capturé. Est-ce que ces gens avaient enlevé Ashley ? À cette idée, Logan sentit un accès de rage le traverser. Les types qu’il avait interrogé n’avaient pas spécialement pu le renseigner. Ces types détenaient-ils un registre avec le nom de leurs proies ? Wolverine n’était pas dans son monde, il était dans un endroit inconnu, sauvage, et il entendait la gamine à tête de scalpel parler de lui, s’étonnant qu’il soit là.

Il releva légèrement la tête quand ils s’emparèrent de Hope, sentant ses mains le démanger. Logan resta silencieux, observant la mioche, puis la gamine annonça qu’il restait là, tandis que Hope le regardait avec un air désespérant.

*Tu comptes vraiment sur moi pour te sauver, gamine ? Tu dois vraiment être désespérée...*

Il ferma brièvement les yeux, et, comme toujours, comme à chaque fois qu’il tentait de dormir, il revit l’image... Les corps tordus et broyés comme des poupées sur le sol, baignant dans leur sang.

*Maureen...*

Le duo allait se retourner quand Logan tapa contre la cage, les amenant à se retourner.

Il s’était relevé, et regarda la mioche.

« Gamine... J’vais faire court. J’ignore qui t’es, j’ignore qui vous êtes, ce que c’est que tout ce bordel, alors, voilà mon offre. Tu vas aller voir ta Boss, et tu vas lui dire de libérer tous les esclaves. Je vous laisse une demi-heure pour faire ça. »

Logan la regarda encore, fixant son regard sur elle.

« Sinon... J’vous tuerai tous. Sans exception. »

Il ne se faisait pas spécialement d’espoir, mais il était vieux, et son facteur autoguérisseur fonctionnait plus lentement qu’auparavant.

Une demi-heure, c’était ce qu’il lui fallait encore pour que son organisme se remette de tout ce qu’il avait subi jusqu’à présent.

Logan regarda ensuite Hope pendant quelques secondes, puis retourna s’asseoir en tailleur.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: la Hyène le Avril 19, 2016, 11:33:25
En entendant l'homme parler, Malaria se stoppa quelque instant puis, calmement, elle se retourna vers son interlocuteur, regardant alors l'homme droit dans les yeux en écoutant sa tirade semi-héroïque à deux capsules, clôturant cette dernière par un petit « Sinon... J’vous tuerai tous. Sans exception. », une phrase qui, bien évidemment, ne manqua pas de faire pouffer de rire la follace au balafres qui, légèrement vint à légèrement se rapprocher de la cage en fronçant les sourcils tout en approchant une mains de son oreille d'un air moqueur.

« P-pardon tuu… Tu as dit quelque chose ? Je… C'est moi ou J'ai crus comprendre un truc comme « je vais tous vous tuer » ou une connerie dans le genre, hm ?

La jeune femme se mit alors à rigoler aux éclats en tapant un grand coup dans ses mains, son sourire ce transformant en une grimace hideuse à cause des stigmates béantes qui lézardaient de part en part ses joues et sa bouches.

« Ah-AH ! Ah-haaaaaahahah ! Écoutait moi se héros au rabais !Aaaahahahah ! »
« Je sais pas ce que ce tas de viande à pue te raconter vieillard, mais même avec une capacité auto-régénératrice, t’arrivera à rien ici… Tu crois quoi, qu'on est qu'une bandes de Raiders à la petite semaine, hm ? Organique ! Met lui un coup de perche électrique, ça lui apprendra à péter plus haut que son cul à ce déchet ! »

Et sur ce, l'homme attrapa une grande perche assez rustique, perche qu'il vint à enfouir dans la chair de Logan, envoyant alors une puissante décharge électrique dans le corps du pauvre homme.

« Les animaux ça ce tait ! AHAH ! »

A ce demander qui était vraiment les animaux ici… Mais dans un tel monde, difficile de rester droit bien longtemps, tout le monde est obligé à un moment ou à un autre de passer la ligne grise… Car ici, seul prône la survie et ce fait est encore plus réelle depuis que La Hyène contrôle les Badlands. Elle aussi… Elle aussi elle c'est battue pour survivre, mais elle, elle n'a jamais hésité à franchir les lignes de la moralité… Au début par besoins… Puis par profits… Puis par orgueil… Puis... par simple amusement. Là où quelqu'un aurait sue dire stop à un moment, elle, elle c'est enfoncée dans sa dépendance à la violence et à la destruction, une destruction de laquelle elle a réussie à extirper quelque chose… Un empire. Aussi sinistre que cela puisse paraître, c'est pourtant vrai… Peut être aurait elle était moins amer envers la vie aurait elle fait des Badlands un lieux plus vivable… Malheureusement, ça n'a pas était le cas. Au lieux de ça, elle détruit et éradiqué une à une toute les poches de « bonté »… La confrérie de l'acier… La RPC (Républic-Pro Celkhanne)
mais aussi tout ses adversaire, tel que L'Enclave ou les Légions de Ceasar.

Tous… Elle les a tous réduit à Néans, par le biais du mensonge, de la traîtrise et de la corruptions. Elle les a fait s'entre-dévorer et ceux qu'il rester, elle les a exterminée.
étendant chaque fois plus son ombre sinistre sur ces terres qui sont à présent SES terres…
Misérables… Irradiées… Sans espoir et ravagées par le chaos.

Mais son lourd passif ne compte pas que des guerres entre factions… Nan, son passé est aussi jonchée des cadavres d'autres personnes, des bonnes… Des moins bonnes… Hommes, femmes… Enfants. Tout ceux qui l'ont croisé ont fini brisé…. Tous, sans exceptions car elle n'est qu'une chose… Un atome de destruction, uniquement mue par la violence et le chaos… Elle est un instrument de mort et de désolation, une Attila des wastelands et Une messagère du Désastre (comme le disait ci bien feu Mr,Treedog sur sa célèbre émission de radios… Avant de mourir lui aussi de la mains de Derbie.)

Mais revenons en au petit cortège qui, une fois ce pauvre logan électrifié s'en alla vers la cathédrale de L'impératrice qui était toutefois à plus d'une demi-heure de marche du « bas-ventre » où ce trouvait cet atelier de désossage.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: Old Man Logan le Avril 19, 2016, 01:49:35
Ce qu’il avait dit n’était pas une menace, c’était une promesse. Logan n’était pas là depuis bien longtemps, mais il avait déjà compris qu’il était tombé sur une bande de tarés. Cela, en réalité, il avait déjà pu le constater dans cette boucherie, où il était tombé sur quelques raiders qu’il avait dessoudé. Visiblement guère impressionnée, la nana ordonna qu’on l’électrocute, et un raider s’approcha, tenant entre les mains une sorte de bâton balançant des éclairs, et frappa Logan dans les côtes avec, diffusant de nombreux volts qui le firent hurler en l’envoyant se prosterner sur le sol.

« HAAAAAAA... !! »

Logan s’écroula, et, en ricanant, le raider l’électrocuta à nouveau dans le dos, se faisant plaisir. Avoir un type avec un facteur autoguérisseur, ça permettait de se lâcher, et il l’électrocuta donc pendant de longues secondes, jusqu’à ce qu’une odeur de chair calcinée ne s’élève dans les airs, ainsi que de la fumée. La chair de Logan avait partiellement noirci, et il le laissa là, en rigolant encore, avant de lui cracher dessus.

« Sale cave, regardez ce débris...
 -  Je ne suis pas convaincu qu’il soit un si bon Globuleux que ça, il a l’air vieux, fatigué... »

Les deux hommes ricanèrent entre eux, puis filèrent ensuite, suivant la fille de La Hyène, pendant que Logan, lui, respirait lourdement.

« Fils de putes... »

Et, tandis qu’il reprenait son souffle, les images, encore une fois, vinrent.




« Je pourrais les arrêter... Je pourrais le faire, Maureen. »

Sa femme le regarda lentement, dans le salon de leur cabane. Les Hulks avaient encore dévasté les clôtures, et, en retournant voir le bétail, Logan avait vu plusieurs moutons éclatés. La dernière spécialité du gang était de jouer au football, en utilisant les moutons comme ballons. Un spectacle sinistre de tripes répandues partout, Logan était content de ne pas avoir emmené son fils avec lui. Scott était encore trop jeune pour ça, pour ce spectacle, ces corps dispersés sur des dizaines et des dizaines de mètres.

« Tu ne peux pas faire ça, James... »

Maureen était la seule qui l’appelait par son premier prénom. Pour les autres habitants du village, il était ‘‘Logan’’. Logan soupira donc, en buvant son café, et observa sa femme.

« On ne peut pas, répéta Maureen. Pense à nos enfants, James, à tout ce que nous avons construit ici... On y est depuis des années, on ne peut pas. »

Logan se tut, observant le fond de sa tasse de café.

« Maestro a encore augmenté ses taxes, Maureen. Je ne sais pas comment je pourrais le payer d’ici la fin du mois...
 -  James, non ! Je ne veux pas que tu fasses ça, que tu te lances dans une vendetta personnelle ! Pense à Scott ! À Jean ! »

Elle haussa le ton, tapant du poing sur la table, et Logan soupira.

« Oui... Oui, bien sûr... Tu as raison.
 -  James... Tu es James Howlett, mon mari, l’homme que j’aime, l’homme qui m’a redonné espoir en me donnant deux magnifiques enfants. Tu n’es plus Wolverine. »

Logan se tut, avant d’entendre des bruits de pas. Il tourna la tête, et entendit les rires de ses enfants. Silencieusement, l’homme se resservit du café, et alla sur la terrasse, à l’entrée de leur maison.

Jean et Scott étaient là, jouant avec un vieux pneu de camion. Jean se glissait dedans, et Scott entreprenait de le faire tourner.

« Allez, pousse ! Pousse, pousse !
 -  Mais... Je peux pas, c’est... C’est trop lourd... !
 -  Rooh, mais pousse, quoi, et ça roulera tout seul ! »

Scott essaya encore, lorsqu’une grosse main se posa sur le rebord du pneu.

« Laisse-moi t’aider », annonça Logan en souriant.

C’était désormais Maureen qui était sur le palier de la porte. Elle et Logan se regardèrent brièvement, comme pour confirmer ce que Maureen avait dit.

Que restait-il à sauver dans le monde ? La réponse était là, sous son nez, en entendant Jean rire aux éclats en battant des bras quand le pneu se mit à tourner. Et Jean riait, riait, sous un soleil magnifique, ses longs cheveux roux flamboyant au vent...




« Debout, le Globuleux, t’as assez dormi ! »

Le bâton électrique le fit grogner, et Logan se tortilla, avant de sentir une traction le renverser... Puis il tomba la première, sortant de la cage pour s’écraser sur le carrelage froid et tranchant du sol, un collier explosif autour du co, relié à une chaîne que l’un des raiders tira en rigolant. Un coup de pied frappa Logan dans les côtes quand il tenta de se relever.

« Regardez-moi cette merde !
 -  Il a dit qu’il nous tuerait tous ! Haha ! T’as le béguin pour la salope, hein ?
 -  C’est trop tard ! Tu vas apprendre où est ta place, loqueteux ! »

Logan sentit un autre coup dans le dos, vers le bas, et grogna encore, crachant du sang de ses lèvres. Il soupira encore, reprenant son souffle. Plusieurs hommes l’entouraient, et on tira sur la chaîne, le forçant à se relever tant bien que mal... Pour se recevoir un coup de fouet dans le dos, ouvrant sa chair en deux, qui l’envoya heurter un mur.

« Allez, vieux bouffon ! On t’emmène à l’infirmerie, on va te percer ! »

De cette manière, il pourrait être un Globuleux. Logan grogna encore, du sang coulant de ses dents, s’avançant dans des couloirs sombres. Le collier qu’il avait autour du cou était une charge explosive, qui détonerait s’il tentait de se libérer.

Ils avaient pensé à tout, et, à chaque fois qu’il n’avançait pas assez vite, le fouet claquait dans son dos, ou la chaîne s’électrifiait, le faisant hurler...

En marche vers l’infirmerie.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: la Hyène le Avril 19, 2016, 05:57:58
« Pourquoi ? Pourquoi Avoir fait ça !? »

Tu n'avait pas répondue immédiatement à ce qu'elle t'avait demandée… Mais elle revint à la Charge en te bousculant légèrement, les yeux en larmes.

« RÉPOND !!!! RÉPOND MOI PUTAIN !!! POURQUOI!!! »

Là… Ton regard c'était légèrement levée vers elle, un regard froid et sinistre.

« Parce qu’il voulait me faire porter le chapeau pour la mort de Joshua et pour la mutinerie… Tout simplement. »

Comme toujours, le ton que tu avais employée avais était monocorde et froid… Aussi loin que tu t'en souvienne, t'avais toujours était comme ça… Froide et lugubre. Amata (http://img10.hostingpics.net/pics/272952Fallout3_2010_07_08_21_33_25_51.png) te regarda à nouveau dans les yeux, le souffle coupé. La pauvre était complètement bouleversée, perdue et en larme.

« P… Pourquoi… T’ÉTAIT PAS OBLIGÉE !!! C'est… C-C’ÉTAIT MON PÈRE !!!! POURQUOI PUTAIN !!! POURQUOI T'AS FAIT CA !? T’ÉTAIT PAS OBLIGÉE !!! »
« C'est mon choix, pas le tiens. Ce que j'ai fait ne regarde que moi, t'entend. »

Et là, ce fut comme ci un grand voile d’effrois vint à traverser le regard d'Amata, la faisant frémir sur place, avant que le rouge et les larmes ne reviennent à lui monter au visage, ce mélangeant alors à un profond et indicible sentiment de colère et d'incompréhension.

ET BUTCH ?! ET SA MÈRE !? TU TE REND COMPTE DE CE QUE TU A FAIT !? HEIN !? EST CE QUE TU EST CONSCIENTE DE TOUT CE QUE TU AS FAIT !!!??

Toi… Tu commencer surtout à perdre patience… T'était sur le point de craquer, mais comme ci ça suffisait pas, cette pleurnicharde revint à en mettre une couche.

T-tu… Tu… jamais… JAMAIS TU ENTENDS ! Jamais je  t'aurais crue capable de… De… De ça ! Tu… Tu regrette au moins ? Dit moi que tu as des regr- « Non. »

Et là… Ce fut le coup de marteau final… Amata vint alors à ce figer sur place en te regardant dans les yeux avec effrois.

« qu… Qu'as tu dit... »
« J'ai dit que je regrettait rien… Les regrets, c'est pour les couards et les putes… Je m’apprête à sortir de ce cloaque miteux, alors non, je n'ais aucun regret t'entends… Je fait une croix sur mon passé… Et sur tout… Je te reverrais jamais alors maintenant, casse toi... Avant que je décide d'en finir avec toi aussi. »

Au fond de tes yeux on pouvais voir un sinistre voile de cruauté et d'amertume, un voile toujours présent aujourd'hui d'ailleurs. Amata, elle, elle était restée bouche baie face à cette réplique cinglante et froide… Elle n'en croyait tout simplement pas ses oreilles… Ce n'était plus son amie d'enfance qu'elle avait en face d'elle… Nan, c'était quelqu'un d'autre.

« C'est pas toi… C'est pas possible... »

« Si… C'est bien moi et je vais te dire, si c'était à refaire, je le referais sans problème, ton père c'était un gros enculé et les autres aussi, alors encore une fois, non, je ne regrette rien. »

Là s'en était trop pour elle. Rapidement, elle ferma les yeux en ce pinçant les lèvres, ses poings ce serrant alors d'un coup sous l’émotion puis… Encore une fois, elle t'adressa la parole d'un ton sec et crue tout en gardant au fond des yeux une lueur d'amitié… Brisé, mais toujours présente.

« Alors vas y… Je te retiens pas… Part et ne reviens jamais… Dépêche toi avant que je n'appelle la garde pour qu'ils t’abatte... »

Sans rien tu t'était alors retournée vers l’immense porte blindée qui conduisait à un petit corridor rocheux au bout duquel une porte en fer rustique trônait.
Porte que tu rejoignit, avant, une dernière fois, d'entendre la voix d'Amata.

« J'ai crus que tu étais mon amie... »


Ton regard déviât une dernière fois puis…

« Et bas t'avait tord. »


Es tu t'en alla… Dans les wastelands. C'est ce jour là que tu avait définitivement abandonnée ton passé… Ce jour là où, outre ta seule famille… C'était ton dieu lui même à qui tu avait tournée le dos… Car de toute évidence… C'était en enfer que tu allait tomber.

« La hyène… ce sera mon nom… La hyène. »





Elle était là… Sur son trône d'ossement et d'acier. Se yeux jaunes injectés de sang observant le vide… Ses ongles ce plantant dans les accoudoir.
Au fil du temps, L'amertume de Derbie avait monté en grade… La rendant incapable d'aimer qui que ce soit, enfouissant son cœur dans un tourbillons de haine sans bornes. Ne prenant plaisir qu'a tuer et à voir la douleur dans le cœur et les yeux des autres. Sa plus grande satisfactions ? Son empire. Difficile à croire mais pourtant, tout ceci, c'était elle seul qui l'avait fait… Comme une véritable bombe nucléaire, elle avait était lâchée, sans aucun attache, prenant de plus en plus de vitesse, jusqu'à finalement laisser une gigantesque trace sur le sol de terra.

« tu es une force que rien en ce monde ne peut stopper… » Murmura t-elle alors avant d'entendre les lourdes portes de sa demeure résonner dans son antre faite de sang, de rouille et de pierre.
« Mooooommaaaaaaaaaaa !!!!!! »

En entendant cette voix, Derbie levât ses yeux noircis d'une colère sempiternelle vers les escaliers menant à l'étage de sa cathédrale, escalier desquels sortit sa fille, tout sourire aux lèvres.

« Malaria… Que veux tu ma tendre enfant ? » Lâchât elle sur un ton toujours aussi froid et Monocorde.
« éhéh… Je t’ais apportée un jolie cadeaux… Regarde ! »

Sur ce, Malaria fit signe au deux raiders d'apporter l'esclave, ce mettant alors en retrait pour laisser à sa mère le loisir de regarder la marchandise. Derbie, en voyant Hope affichât un petit sourire, en s'accoudant avec son bras droit, bras qui vint à maintenir sa tête.

« Malaria… Tu es décidément pleine de surprise… Où l'a tu trouvée ? »
«  A l'atelier de désossage, dans le bas-ventre ! »

Derbie hochât légèrement la tête en détaillant sa proie de haut en bas… Avant de la regarder dans les yeux tout en lui faisant signe avec son index de ce rapprocher, ce sur quoi Malaria vint à pousser Hope avec un coup de pied dans le dos, la faisant tomber à genoux devant le trône De sa mère.
Hope couina en relevant ses yeux vers le visage de La hyène et à peine croisa t-elle son regard que la femme fut parcourut par un immense sentiment d’effroi, la faisant littéralement trembler comme une feuille. C'était donc elle… La hyène… Celle qui à elle seule avait détruit la confrérie de l'Acier et l'Enclave… Tout ce qu'on disait sur elle était il vrai ? Au vus de tous les cadavres pendouillant au dessus du sol… Au vus de ce trône fait d'ossement et de peau… Hope ne remettait nullement en doute sa cruauté… Cette femme était un monstre…

« Allons bon… Je t’impressionne ? »

« hm... »
« Pardons ? »

Hope ravala sa salive en ne quittant pas de regard les yeux jaunes de Derbie mais, très vite, Malaria vint à tirer sur la chaîne, traînant alors hope en arrière, étranglant légèrement cette dernière.

« Tes débile ou quoi !? Ma Momma ta parlée ! Répond ! »
 Cet alors qu'un puissant grognement vint à ce faire entendre, suivit d'un bruit lourd… Puis de bruits de pas, tous aussi lourds.
« T-t-t-t-t… Du calme ma puce… Du calme... »

Derrière Derbie, une silhouette massive vint à apparaître… Celle de Shelby, une belle et grande écorcheur, une alpha de première qui, ce mit alors à regarder Hope avec insistance, tendis que la mains de l'impératrice vint à caresser le cou de l'animal en ne quittant pas du regard Hope qui fut plus encore terrorisée par la situation.
« Doucement… Elle est pour maman celle là… Je te laisserait un morceau si tu est une gentille fifille. »

Pour sur que là, Hope était en mauvaise position.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: Old Man Logan le Avril 19, 2016, 07:06:31
Ils le traînèrent jusqu’à un endroit moribond, une sorte de grand atelier sombre, dans ce qui semblait être le ventre d’une énorme bête Une pièce sombre, avec des individus qui étaient sous infusion, du liquide rouge s’échappant de leurs corps pour aller dans de grandes poches médicales.

« Qu’est-ce que... ?
 -  Avance, le Globulard ! »

Il voyait des vieux, des femmes, des enfants, qui, pour certains, le regardaient, pour d’autres, étaient tellement rachitiques qu’ils regardaient ailleurs. Logan avança un peu plus lentement, chose rendue facile par l’encombrement de la pièce. Il vit, sur certains tables, des Warboys, qui se faisaient shooter au sang, leurs regards cireux étant évasifs, comme s’ils étaient en plein trip’ morbide. Le long des murs, Logan vit une décoration gothique sinistre : des têtes de mort, des scalps, des crânes, sur d’anciens murs délavés. On le poussa alors dans un angle. L’immense pièce était conçue comme un vaste dortoir avec plusieurs couloirs. Logan voyait de nombreux ennemis, une faible lumière ensoleillée venant, dans un coin, de grands carreaux délavés situés en hauteur

« On va te trouver une place, le Globuleux, là où tu seras bien au chaud ! » ricana l’un des hommes.

Toujours silencieux, Logan se retrouva finalement dans un endroit assez isolé, au fond de l’atelier sanguin, près d’anciennes douches. Six raiders se tenaient face à lui, certains armés de fusils à pompe. On lui ôta alors sa chaîne.

« Préparez un lit ! T’avises pas d’avancer, le Globuleux, un moindre faux pas, et... *PLOP* ! Plus de tête !
 -  Plus de tête, plus de tête !!
 -  Et t’auras l’air malin, sans ta tête, hein ? »

Logan les regarda lentement, puis inspecta le collier qu’il avait autour du cou. Des gosses... Il avait vu, parmi les victimes, des gosses qui devaient à peine avoir dix ou onze ans. Sa respiration était lente, calme, et il les fixa tous, l’un après l’autre, pendant qu’un autre larron reliait plusieurs tubes, et préparait à ponctionner le sang de Logan. L’un des hommes tenait dans la main la télécommande qui, visiblement, devait actionner la bombe.

Captant le regard de son prisonnier, le Warboy se mit à sourire.

« Non, non, celle-là, elle est à moi ! T’avises pas de la prendre, héhé !
 -  J’compte pas la prendre.
 -  Oh, il sait parler, le Globuleux ? Je croyais qu’on t’avait coupé la langue... »

Logan les regarda encore, toujours torse nu.

« Qu’est-ce que vous faites des femmes potables ?
 -  Ta gueule, Globuleux, t’as pas le droit à la parole. »

Ils ne voulaient pas parler ? Logan hocha lentement la tête.

« Vous avez raison, ça me gave de parler, moi aussi. Soyez assurés d’une chose, avant qu’on commence... Vos potes vont vous rejoindre très vite. »

Et, suite à cette mystérieuse assertion, Logan fit un pas en avant.

Un bip se fit alors entendre, et le collier explosa, vaporisant une partie de la tête de Logan, explosant l’un de ses yeux, son nez, la plupart de ses dents, sa chair, répandant tout cela sur le sol, tandis qu’une fumée blanche vint le recouvrir.

« Oh putain, le con ! »

Cependant, à leur surprise, le corps ne se mit pas à tomber, et, alors que la fumée se dissipait, ils purent voir, par-delà la tête partiellement éclatée, non pas des morceaux d’os blancs, mais une sorte d’épaisse structure métallique, qui semblait luire sous les reflets des quelques lampes éclairant l’atelier. Logan avait la tête baissée.

« Que... ?
 -  Mais c’est quoi ce truc ?! »

Puis il releva la tête, et croisa ses bras.


*SNIKT-SNIKT !*

Il y eut les hurlements.

Puis le sang.

Le prélude à une longue symphonie.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: la Hyène le Avril 22, 2016, 09:35:31
Hope était terrorisée par cette grande femme de prêt de deux mètres vingts, mais au-delà de sa taille, c'était surtout son passif et toutes les histoires qu'on racontais sur elle qui la terrorisait. La Hyène était un monstre, une légende dont les tekhannes elles même connaissait l’existence, mais malgré ça, elles ne faisaient rien, car ces terres désolée était d'après elles « hors-juridictions » L'état tekhan avait littéralement abandonné ces landes depuis le « décompte final ». Derbie… Elle, elle avait simplement prit des terres qui n'était à personne et comme une sinistre pieuvre, elle c'était étendue et à présent, elle contrôlait tout… Le pétrole, les armes, la nourriture et surtout… Elle contrôlait l'eau et ce, grasse à plusieurs pompes mais aussi grâce à une puissant purificateur qui ce trouvait à L'ouest des wastelands. Cruelle… Avide… Orgueilleuse et égoïste, il n'y pas assez de qualificatif pour décrire La hyène, mais généralement, le simple nom « d'ordure » suffit.

Mais au-delà de ça, Derbie était aussi un monstre dans le sens où, en elle, il n'y avait plus rien d'humain… Modifiée par les rayons gamma, par la science et par son long passif de « wanderer's » Derbie avait subit un nombre affolant de mutations à tel point qu'a présent son corps pouvait ce régénérer de lui même, sans compter qu'elle avait à la place du cerveau des bobines tesla, mais aussi un crane et une colonne vertébrale indestructible car renforcés par du galium raffiné, la rendant alors théoriquement immortel car, tant qu'un bout de son corps est encore là, elle ce régénéra, telle une hydre monstrueuse.

Elle n'avait donc pas usurpée son nom « d'ange de l'atome » et, pour les raiders, elle est une déesse, une messie de l'apocalypse, une impératrice de rouille et de sang que rien ne brise, elle est la reine en ce monde et personne ne peut la détruire… Personne. Mais pour l'heure, elle était face à Hope, son regard ne quittant pas une seconde la pauvre rousse qui sentait son cœur battre dans sa poitrine à une vitesse affolante.

« Malaria… Laisse nous. »
« Bien Mommma m- » »laisse nous t'ais je dit. »
Le jeune fille ce stoppa alors dans ses propos, avant de platement s'excuser, ce contentant simplement de donner un ultime coup de pied dans le dos de Hope, la faisant s'écraser une nouvelle fois à plat ventre devant les pieds de Derbie.
« J'aime les rousses… Tu le sais peut être, non ? » Demanda alors l'impératrice en parlant toujours de sa voix sinistre, morne et monocorde et ceux, en gardant un faciès froid et vide de toute expressions, à la manière des pire psychopathe que terra puisse porter.

« glup… Je… »
« Pardon ? Tu as dit quelque chose ? »
Et là, hope vint à froncer les sourcils en jetant un regard noir à Derbie, une actions certes très « héroïque » mais totalement stupide et vaine.
« Tu vas crever sale tarée… Il y a toujours un moment ou… Ou… »
« Ou ? »

Et pouf… Le courage de l'esclave vint à s'envoler aussi vite qu'il était venue… Derbie, elle, ce levât alors calmement de son siège avant de poser son pied sur le visage de hope en grognant légèrement.
« Tu… Disait quoi, hein ? Tu sais, mieux vaux pour toi finir ce que tu as commencée car... quand j'aurais commencé à te dépecer le visage… Tu risque de ne plus rien dire.. à par des hurlements de douleurs. »
Hope ce mit alors à gémir en lâchant malgré elle quelques sanglots… C'était la fin pour elle… Elle en était sur. Jamais un sauveur ne viendra… Jamais ce vieille homme au regard fou ne viendra à temps et surtout… Jamais elle ne reverra sa fille.
« Tu as vus les balafre sur la gueule de Malaria ? C'est moi qui lui ais fait… Jolie non ? »
« P-pourquoi… Pourquoi... »« Pourquoi ? »

En entendant cela, Derbie esquissa un léger sourire en pressant un peut plus le visage de Hope contre le sol.

« Parce-que… J'en avait envie… Parce-qu'elle m'appartiens et parce que je la hais… Mais ça elle le sait… Elle sait que je la déteste, elle sait qu'elle me dégoutte… Elle me fout la gerbe mais elle, elle ! Elle m'aime. »

Cet alors que Derbie vint à fermement attraper la chevelure de hope, soulevant cette dernière pour la mettre face à son visage, son souffle caressant alors la douce peau de l'esclave.

« Mais toi… Toi tu me dégoutte plus encore. »

Sur ce, Derbie vint à lécher la joue de Hope, offrant alors au yeux de cette dernière, une vus imprenable sur ses dents pointues et tranchantes… Un autre petit cadeau qu'elle a reçue au fil de ses « aventures ».



« Aaah ! Aah… A bordel de MEEEERDE !!! »

L'homme courait à bride perdue dans les coursive de l'atelier de désossage, visiblement affolé, mais par autant apeuré… Nan, ce qu'il voulait, c'était donner l'alerte, lui, il savait qu'il ne pouvait rien contre ce qu'il venait de voir, cependant… S'il donnait l'alerte… Ce vieux pouilleux aller mourir, car quand bien même il réussirait à tuer encore une cinquantaines d'hommes, « elle »… Il ne pouvait pas la tuer. Derrière lui, des bruits de coups de feu vinrent une fois à ce faire entendre, suivit du bruit des chair qui ce font trancher et des hurlement.

« q'quand bien m-même tu peut nous tuer… Elle… Elle elle vas te briser… éhéhéh ! »

L'Homme attrapa alors une barre de fer au passage, barre qu'il vint à frapper contre des tuyant en beuglant comme un ahuri dans tout les couloir, avant d'enfin sortir de l'atelier de désossage.

« ESCLAVE HORS CONTRÔLE !!! DONNAIT  L'ALERTE !!!! »
« quoi ? »
« Qu'est ce qu'il raconte celui là ? »
« HEY ! TAS DE BILE ! QU'EST QUI L'Y A !? T'AS PEUR D'UN PAUVRE ESCLAVE, AAAAAHHAHA ! »


l'homme faisait fit de ce que lui disait ses « camarades », ce contentant simplement de courir vers le post d'alarme, qui avertirait alors toutes la ville, mais aussi tout les environs, les généraux et… La Momma en personne qui, qui plus est, serait troublée en plein « amusement », ce qui fera grandir en elle sa hargne et sa rage.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: Old Man Logan le Avril 22, 2016, 11:27:25
Plusieurs hommes se ruèrent vers l’atelier médical en hurlant, emmenant avec eux une batte de base-ball avec des clous qui en sortaient, et des armes à feu.

« Le v’là ! »

Une détonation résonna.

« Putain, mais meurs !
 -  Crève, ordure !
 -  HAAAAAAAAAAA... !!
 -  Non, haaaa... Arrête de bouger, sale... HAAAAAAAAAAAA... HHAAAAAAA-MA-M-M-MAIN-PUTAIN-HAAAAAAA... !
 -  PUTAIN !!
 -  N-N-N-Noooon... !!
 -  Oh, toi, veux-tu... »

Depuis la porte d’entrée de l’atelier, une épaisse flaque de sang était en train de lentement s’épaissir sur le carrelage. On vit alors un homme ramper vers la sortie, avant qu’une force ne l’attrape par les jambes, le ramenant en arrière.

« N-N-NOOOOOOOOONNN... HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA... !!|/i] »

Du sang fusa contre le mur, puis des bruits de pas se firent entendre, tandis qu’une curieuse odeur de poudre et de sang mélangés se faisaient entendre en sortant de la pièce. Pieds nus, le corps à moitié recouvert de sang, avec un œil dissimulé derrière un bandeau improvisé, et une peau en train de se reconstruire à hauteur de la moitié du visage, Logan sortit alors, ses griffes déployées. Il y avait du sang dessus, et il s’arrêta en constatant quelques veines, qui s’étaient entortillées autour des griffes, et les rejeta en grognant.

L’alarme se mit alors à résonner, forte, stridente. Logan releva la tête, et vit des lueurs rouges s’allumer, éclairant son corps ensanglanté. Il respirait lourdement, soulevant et abaissant sa poitrine. Par-delà l’alarme, il entendait les hurlements, les cris, les bruits qui tapaient contre les murs.

La bête se réveillait, lentement, sa carcasse se redressant. Il revit cette femme aux cheveux roux, emmenée par cette autre nan au visage scarifié. Impossible de savoir où elle était, ni où il était. Quelle était la superficie de cet endroit ? Ces cinglés avaient clairement indiqué qu’ils ne comptaient pas lui parler. Ashley était-elle là ? Autant de questions que Logan allait devoir se tailler avec ses griffes.

Il rouvrit ensuite les yeux en voyant des Warboys se rapprocher.

*FUIS ! (https://www.youtube.com/watch?v=uSsGZOHR8A4)*

Logan commença à marcher, puis...

*MEURTRIER !* lui hurla Kitty Pryde.

Il s’arrêta, secoué par cette vision, et une barre à mine frappa son visage, l’envoyant s’écraser sur le sol. Ce ne fut néanmoins pas le Warboy qu’il vit, mais le visage accusateur de Scott.

*ASSASSIN ! ASSASSIN !*

Le Warboy leva une matraque électrifiée quand les griffes jaillirent, lui tranchant les chevilles. Logan roula alors sur le côté, évitant la détonation d’un fusil à canon scié, puis bondit sur l’ennemi, et lui trancha un poignet avec ses griffes, puis le transperça à hauteur du thorax, hurlant en le balançant contre le mur. Un autre tueur se rua ensuite sur lui, et il courut, plantant ses lames en lui, le coupant en deux.

Il se mettait à courir, vit une porte s’ouvrir, et bondit sur le tueur, enfonçant ses griffes depuis son crâne, les faisant ressortir par son menton. L’homme appuya sur la gâchette de son fusil d’assaut, aspergeant un couloir, puis, le relâchant, Logan, se remit à courir, filant rapidement, sentant la folie derrière lui.

Il ouvrit une porte l’amenant dans une sorte de pièce sombre avec une forge rutilante, qui brûlait comme une cheminée infernale. Un homme le regarda et le frappa au torse avec une longue tige ayant, à son bout, une marque au fer rouge bouillonnante.

« Huuuuuuuuuuuuuuuuu... !! »

Logan grogna, et décapita l’homme de deux coups de griffes, puis frappa son gros ventre du pied. Dans son dos, un homme lui balança alors un seau d’huile bouillante dans le dos, faisant fumer sa peau. Logan hurla, et son ennemi, profitant de son avantage, bondit vers lui en sortant un couteau. Il le planta dans l’épaule de Logan, le renversant, mais, en retour, les griffes du monstre s’enfoncèrent dans l’estomac de l’homme, ressortant de l’autre côté, amenant ce dernier à lui vomir du sang en pleine figure.

Le mutant repoussa le cadavre sur le côté en se relevant, et eut à peine le temps de se retourner. Un autre Warboy, lancé sur ses talons, venait de bondir avec une hachette, et, du coude, Logan bloqua le coup à hauteur du poignet, et, hurlant devant son ennemi, enfonça ses griffes dans ses globes oculaires, crevant ses yeux, défonçant sa boîte crânienne, et ouvrant son cerveau en deux. Il les retira ensuite, puis courut vers la première porte s’ouvrant à lui, atteignant des escaliers...

Et Jubilee, du sang s’écoulant derrière ses lunettes violettes, un doigt accusateur brandi vers lui.

*MONSTRE !*

Décontenancé, Logan perdit l’équilibre, loupa une marche, et tomba le long de l’escalier, un escalier étroit filant en colimaçon. Un raider, qui remontait par cet escalier, fut heurté par l’homme, et les deux tombèrent en contrebas, où d’autres tueurs s’approchèrent. Logan, tenta de se relever, mais une botte le frappa en plein visage, fendant sa lèvre, faisant sauter une dent, et il tomba sur le sol, avant de sentir des mains s’emparer de ses poignets, tandis qu’un homme s’approchait avec une scie à diamants.

« Ses griffes, putain !
 -  Coupez ses putains de griffes ! »

*MEURTRIER ! TU NOUS AS TUÉS, LOGAN !*

« Allez, mais coupez-les ! »

La scie flamboyait comme un feu d’artifice, et heurta les lames, provoquant des étincelles qui frappèrent le visage de Logan, enflammant son bandeau.

*TUÉS ! MASSACRÉS COMME DU BÉTAIL !! MEURTRIER ! MEURTRIER !!*

« Merde, ça veut pas... !! »

Le moteur de la scie était en train de fumer.

« Mais merde... !!
 -  RRRRRHHHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA... !!
 -  COUPE SON POIGNET !! »

*ZZZIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIINNNGGGGGGGG... !!!*

Le hurlement était plus proche de la bête que de l’homme, et la scie frappa soudain la chair, tranchant les tendons, la peau, faisant jaillir le sang... Sur sa main droite. Sur la gauche, on tentait alors de couper ses griffes, et, soudain, Logan replia ses griffes. Ce faisant, la deuxième scie rippa, frappant le sol, surprenant l’homme, qui glissa... Puis les mains de Logan se redressèrent, et les griffes ressortirent. Sur la droite, elles s’enfoncèrent dans le ventre de l’homme, ouvrant ce dernier pour lui faire vomir ses intestins.

« RRRRRHHHHHHHHHHHHHHHHHHAAAAAAAAAAAAAAAARRRRRGHHHHH... !!!
 -  BORDEL DE MERDE... ! »

Sur la droite, elles s’enfoncèrent dans le casque de l’homme, perçant ses lunettes, faisant couler ensuite une sorte de pus blanchâtre et rouge, correspondant à ses yeux et à son sang. Logan leva alors les jambes, et frappa un homme, puis se redressa alors, et frappa dans le vif. Un phallus s’envola, des jambes furent sectionnées, deux têtes s’envolèrent, un tomahawk alla se planter dans les omoplates de Logan, qui se retourna en hurlant, et fondit sur l’adversaire, faisant preuve d’une vivacité insoupçonnable. Les griffes s’enfoncèrent dans le ventre de son adversaire, et il le releva, le soulevant au-dessus du sol en hurlant, puis le déchira en deux en ramenant ses lames.

Une porte s’ouvrit alors sur d’autres raiders, dont un équipé d’un lance-grenades.

« Rien ne l’arrête !
 -  Si... Ça. Ça arrêterait n’importe quoi. »

Le lance-grenades fusa, et une grenade frappa sur le torse de Logan, provoquant une violente explosion qui souffla ce dernier par une fenêtre, l’envoyant tomber en contrebas, dans un immense atelier...

Où il termina sa course contre une série de caisses de bois, atterrissant au milieu de cadavres découpés baignant dans leur sang.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: la Hyène le Avril 24, 2016, 05:37:54
La violence amène à la violence… Et la guerre… La guerre ne meurt jamais.

«Pourquoi »… C'était sûrement l'un des mots que Derbie avait le plus entendu dans toute son existence. Pourtant… Elle n'y avait jamais réellement répondue. Pour elle, les réponse était à la fois complexe et… Tellement simple.

Mais pour l'heure, la seule question que ce posait Derbie, c'était à quelle sauce elle allait dévorer cette belle rousse… Elle sentait bon, malgré les jours passé en cage… Sa peau était douce, délicate et, lentement, le nez de la hyène vint à effleurer  le cou et le visage de hope, humant son parfum… sa chevelure... ce délectant de chacun des ses gémissement. Derbie n'avait pas toujours était cannibale, mais… A force de traîner dans les décombres de ce monde, elle a due ce résigner à manger la chair des cadavre… Puis, plus elle le faisait, plus le goût de la chair devenait présent dans sa tête. Mais au fond, que manger d'autres ? De l'écorcheur?Du radscorpions ? Du formiens !? OooH… Derbie en avait déjà mangée mais… Avec le recul, rien n’égale le goût de la chair humaine… Tendre… juteuse… à mille lieux de la viande de bramhine qui elle est dure, revêche, élastique… Les gens la traite de monstre, mais au fond, ici bas, tout être est un animal et derbie n'a fait que ce hisser au dessus de la chaîne alimentaire, tout simplement.

Toujours aussi calmement, Derbie vint alors à lécher l'oreille de Hope, avant de la prendre en bouche puis…

« SCRATCH »
« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH »

D'un coup d'un seul, La hyène venait d'arracher à pleine dent l'oreille gauche de hope, hope qu'elle envoya ensuite violemment s'affaler sur le sol, en machonnant le morceau de chair avec un regard toujours aussi vide d'émotion, du sang dégoulinant de sa bouche. Hope, elle, était sur le sol, tremblante, recroquevillée sur elle même avec une main sur l'oreille.

«Guuuuuuuuuh... »
« Tu sais… Dans les landes désolées… On doit faire des choix et… quand on à plus rien à manger, autre que les cadavres de ses adversaires… Et bah… On fait avec mais, l'histoire m'a appris à aimer ça… tu sais, la chair humaine est sûrement la chose la plus savoureuse qu'il existe dans ses terres de morts et de désolations. »

Cet alors qu'au loins, l'alarmes vint à ce faire entendre, interpellant ainsi la hyène qui, peut de temps après vit sa fille arriver à toute allure dans son antre, visiblement affolée.

« Momma ! L-le globular ! il.. IL... »
« Il ? »
« Il fout grave la merde là-bas !!! »
« Et ? »
« Et… Et aucun hommes ne semble pouvoir l'arrêter ! »
« Tu es sur de ça ? »
« Je...Je... »

Malaria reprit alors son calme, avant de regarder sa mère dans les yeux.

« c'est ce qui ce dit… C'est une vrai boucherie là-bas, dans le bas ventre. »

Le regard de Derbie se tourna ensuite vers Hope, toujours sur le sol, entrain de sangloter.

« Il veut l'esclave. »
« Sûrement… Il semblait bien l'aimer cette poulette. »

Derbie sourit alors légèrement, avant de se remettre à regarder Malaria dans les yeux.

« Malaria…  Reste là… Avec l'esclave. »
« Mais… C'est qu'un globuleur, je peut m'en charger ! »
« Malaria… Approche toi... »

A ces mots, la jeune fille vint à légèrement trembler sur place, avant de platement s'approcher de sa mère, mère qui sortit de derrière son dos une large machette, donnant ensuite un violent coup de cette dernière à sa fille, en plein sur sa bouche, envoyant malaria s'écraser sur le sol, au cotés de Hope.

« Combien de fois devrait-je te défigurer pour te comprenne qu'ici, c'est moi qui décide. »
« D-désolé momma… »

Puis, toujours aussi calmement, Derbie s'en alla… Ses pas foulant le sol avec une lenteur et un calme des plus sinistre et au fond, pourquoi s'en ferait elle ? Quand bien même cet homme était spécial… Personne ici bas ne pouvait la tuer… Personne.



L'homme n'était pas tombé dans un atelier… L'homme était tombé dans une cage.

« Ahah ! Tes mort pauvre con ! »
« La fosse ! Il est tombé dans la fosse !!! »

Cet alors que plusieurs grognement vinrent à ce faire entendre… Puis des pas lourds…
derrière lui, dans l'ombre, quatre énormes masse sombres tournaient en ronds telle des requins.
Là où logan venait de tomber, c'était dans l'un des chenil à écorcheurs de breakbones sanctuary mais… Fort heureusement pour lui, les quatre bestiaux qu'il allait pas tarder à rencontrer était encore « jeunes », cependant ils étaient de bonnes tailles, faisant chacun 2 mètres de haut (sachant qu'un adulte peut faire dans les trois mètres, qu'un mâle alpha fait 4 mètres (comme les femelles alpha)
Derbie avait réussie à dominer ses gros monstres pour en faire des chiens de gardes et breakbones sanctuary regorgeait de ses bestioles à présent.


« Krrrggrrmmm... »

Plus les secondes filaient, plus les monstres se rapprochaient… Exhibant leurs corps massif et écailleux puis… L'un deux vint à foncer vers Logan, chargeant violement ce dernier avant de l'envoyer contre les barreaux des cages où la, l'un de ses « collègue" ce chargea de l'attraper à pleine dent en le secouant dans tout les sens, plantant ses crocs dans sa chair pour ensuite l'éclater contre le sol avec violence.

« AHAH ! ILS JOUENT ! REGARDAIT COMME ILS JOUENT AVEC LUI !!! »


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: Old Man Logan le Avril 24, 2016, 10:53:00
*« On approche, Scott...
 -  Vrai, ‘Pa ? »

Logan hocha lentement la tête, tout en éperonnant à nouveau leur cheval. Dans son dos, Scott était impatient. Il n’était jamais allé aussi loin du village, et, bien sûr, il était en compagnie de son père, mais, de toute manière, Scott n’aurait pas envisagé sortir tout seul. Ils avait combien le Wasteland était dangereux. Certes, il y avait peu de troupeaux de dinosaures par ici, mais il fallait toujours se méfier des Taupoïdes, ces monstres redoutables qui vivaient dans les profondeurs du monde, et en sortaient parfois pour vous attaquer. Le pire qui pouvait arriver, c’était de tomber dans l’une des innombrables crevasses et failles qui avaient éclaté depuis le tremblement de terre de San Andréas. Un tremblement de terre qui avait symbolisé définitivement la fin d’une époque, quand tout s’était écroulé. L’ouverture de profondes failles sismiques avait permis à l’Homme-Taupe et à ses légions de jaillir des profondeurs du monde, et de se répandre dans les États-Unis.

Leur cheval gravissait une colline, puis s’arrêta en hauteur, et Scott, par-dessus l’épaule de son père, put alors admirer l’incroyable spectacle qui avait lieu devant eux.

« On y est, Scott... »

Devant eux, le Butcher’s Market (http://img110.xooimage.com/files/6/a/5/butcher-s-market-4f2ef7b.jpg) se dressait. Une ville construite le long d’un de ces anciens vaisseaux qui avaient disparu avec l’Ancien Monde. Un Hélicarrier. La vue de ce sinistre spectacle avait longtemps rappelé à Logan une époque passée, révolue... Maintenant, le Marché du Boucher était le refuge d’un redoutable malfrat, le « Boucher ». Un homme qui versait dans quantité de trafics : la prostitution, l’esclavage, les armes, la contrebande, mais aussi les stupéfiants se reposant sur les radiations Gamma, très fortes dans les régions d’Hulkland. Le Boucher était un ancien baron du Caïd, qui avait reçu la tâche de négocier avec Maestro et le Hulkgang.

Le Hulkgang le tolérait, et une ville s’était développée aux pieds de l’Hélicarrier, filant ensuite dans cet immense vaisseau. Des ferrailleurs s’affairaient à y récupérer tout ce qui se trouvait dedans, et, dans la région, le Boucher était connu pour vendre des composants électroniques qu’on ne trouvait nulle part ailleurs.

Le cheval de Logan se rapprocha, rejoignant le camp qui entourait le Marché, une série d’étals, de miradors, et de gardes, jetant sur eux un regard mauvais.

« On est juste là pour trouver un moteur, Scott, et rien d’autre. Il en faut un pour notre tracteur. »

Les hommes le connaissaient. Logan sauta du cheval en approchant, et maintint fermement Scott à côté de lui, tout en s’approchant d’une sorte d’estrade où un vieil homme l’attendait. Torse nu, avec une multitude de tatouages sur le corps et des lunettes de soleil, il tenait à la main une machette, et plusieurs esclaves à la peau d’ébène étaient reliées à son autre main par des chaînes partant de colliers serrés à leurs cous.

« Logaaaan ! Quel plaisir de te revoir, vieux fermier ! »

Le Boucher se releva, relâchant les femmes, et descendit les marches de son trône poussiéreux, s’approchant du duo. Scott écarquillait les yeux en voyant les esclaves, et, de la main, Logan le ramena derrière son long manteau.

« On dit que tu vends des marteaux, Snoyd. C’est ce que je viens chercher !
 -  Oui, oui, je suis habitué... Vous, les bouseux du coin, vous tenez à vos fermes, hein ? C’est admirable, une telle dévotion !
 -  J’suis pas là pour causer, Snoyd. J’ai de quoi payer.
 -  Oui, oui, j’ai vu ton petit bout... Tu sais que les enfants sont de plus en plus rares, ici ? Et, pourtant, ils sont très pratiques ! Il y a des conduits si petits dans cette carcasse ! Je suis installé ici depuis quinze ans, et on arrive encore à trouver des compartiments secrets ! C’est fou, non, ce que les Anciens étaient capables de faire ?
 -  Mmmmm... »

Logan resta silencieux pendant quelques secondes, avant de rajouter :

« Mon fils est pas à vendre, Snoyd. J’ai amené des kilos de viande dans la besace du cheval, ça vaut largement un moteur neuf. »

Un sourire vicieux étira les lèvres du Boucher.

« On dit des choses sur toi, à Salt Lake City, Logan... Des choses... Amusantes. On dit que c’est là-bas que tu as rencontré ta femme, mais que tu viens de bien loin. On dit même que tu étais là, quand ces engins volaient dans le ciel. Serais-tu donc aussi vieux, Logan ? »

Ce dernier ne dit, à nouveau rien.

« J’suis pas venu pour causer, je te l’ai déjà dit, Snoyd, je...
 -  On dit que tu étais fort jadis ! Rien à voir avec ce loqueteux de paysan qui se tient face à moi ! Que tu avais des griffes en métal qui te sortaient du corps ! Des griffes, ouais, ma gueule ! Des putains de griffe ! T’étais même une putain de machine à tuer ! Et là, t’es là, à ramper pour un moteur à la con ? Qu’est-ce qu’on en a à foutre, de ton moteur, de tes vaches de merde ? Tu crois que ça empêchera Maestro de buter ta femme quand il se fera chier ? »

Le Boucher lui cracha alors à la figure. Logan serra le poing en tournant la tête... Le temps sembla se suspendre à son mouvement, puis il décrispa lentement le poing.

« Je viens pour le marteau, Snoyd, pas pour des contes de vieille femme. Tu le sais comme moi, le Temps des Héros est mort, aussi mort que ce gros rafiot plein de rouilles sur lequel tu as bâti ton empire. »

Le Boucher l’observa silencieusement, puis sembla hocher la tête, avant de se retourner vers ses esclaves.

« Filez-lui son putain de moteur, qu’il dégage sa sale gueule d’ici ! »

Lorsqu’ils ressortirent du Marché, Scott, resté silencieux, finit par poser une question :

« Pourquoi tu n’as pas réagi, Papa ? »

Il n’y eut aucune réponse sur le coup, Logan se contentant de crisper ses doigts sur les rênes de son cheval.

« Hein ? Pourquoi, ‘Pa ?! »

Pourquoi ?!




Ses yeux se rouvrirent rapidement et il se redressa, avant de cracher du sang, tout en entendant des hurlements et des rires moqueurs venant d’en haut. Logan se redressa lentement, revoyant, dans des flaques d’eau, le visage de son fils, puis, en relevant la tête, vit, par-delà le plafond, un trou au entre de ce dernier. La lumière du jour l’aveugla un peu, et il vit des silhouettes sombres depuis le toit, lui hurlant dessus, d’autres se tenant à l’intérieur de cet immense entrepôt, sur des plateformes en hauteur.

Logan titubait un peu, avant d’entendre des bruits de pas. Il entendit alors ces derniers se précipiter, et eut à peine le temps de tourner la tête.

« Mais que... ?! »

Une sorte d’immense créature noirâtre le chargea violemment, l’envoyant valdinguer contre les barreaux de la cage dans laquelle il était tombé. Il eut à peine le temps d’atterrir sur le sol qu’une autre bestiole vint planter ses crocs dans son flanc.

« HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA... !! »

La douleur explosa dans le corps de Wolverine, qui fut ensuite balancé au sol, laissant d’épaisses traînées de sang. L’Écorcheur s’arqua ensuite sur ses pattes, et bondit en avant, cherchant à planter ses griffes dans le ventre de Logan... Qui roula sur le sol,é vitant l’impact. Il se redressa ensuite, et, quand la gueule du monstre fusa vers lui, eut le temps de relever sa main, ses griffes venant heurter la chair du monstre. Il sentit la force impressionnante de la bête, mais l’adamantium trancha ses écailles, faisant couler le sang du monstre dans un hurlement.

Cependant, Logan eut à peine le temps de reprendre son souffle que la longue queue caudale du monstre le frappa, le décollant du sol. Il roula sur plusieurs mètres, se releva rapidement, et bondit sur le côté, évitant la charge d’un autre Écorcheur, et le frappa dans le dos, faisant couler son sang. La bête hurla de douleur, mais, au même moment, une autre bondit sur Logan, et le heurta dans le dos, faisant rebondir ce dernier sur le sol.

« Haaaa... Putain... !! »

Rapides et puissantes, ces saloperies ne lui laissaient aucune minute de repos !

Logan se retrouva acculé contre la cage... Et sentit soudain des bâtons électriques le frapper dans le dos. De l’autre côté, des Warboys le repoussaient dans la cage.

« Allez, le Globulard, bats-toi !
 -  Les jeunes ont besoin de se faire les dents sur toi, le costaud ! »

Du sang fusait des lèvres de Wolverine, qui voyait les Écorcheurs se tenir face à lui. Quatre bêtes puissantes et redoutables.

« Hmmm... Ah ouais ?! »

Logan se retourna alors vers la cage, et frappa les barreaux, venant les sectionner, sous le regard paniqué des Warboys.

« Et bien... Laissons-leur se faire les dents ! »

Le vieux bondit alors en avant, et sortit de la cage, tranchant le torse d’un Warboy, tandis que les Écorcheurs, profitant de cette ouverture bondirent à leur tour. Sortant de la cage, Wolverine courut le long du couloir, filant vers une porte. Depuis des plateformes en hauteur, les autres hommes lui tirèrent dessus, et, alors qu’il ouvrait avec l’épaule la double porte menant dehors, une balle l’atteignit à l’épaule, l’envoyant se renverser sur le sol, pendant que, à l’intérieur de la pièce, les Écorcheurs s’en prenaient à ses adversaires.

Logan, lui, roula dans le sable d’une rue, le temps de se relever ensuite.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: la Hyène le Avril 25, 2016, 11:04:05
(http://zupimages.net/up/16/17/jvpl.jpg) (http://zupimages.net/viewer.php?id=16/17/jvpl.jpg)

My past is dead... My futur is the death.



Les landes désolées… Quand elle c'était ouvertes à toi, la lumières du soleil t'avais aveuglée, plongeant tes yeux dans un flou lumineux l'espace de quelques secondes… avant d'enfin voir ce que ce monde avait à t'offrir… Le néant… L’aridité et le sable.
Tes premières impressions ?… Rien… Tu n'avait jamais connue autre chose que le béton et l'acier d'un bunker sombre et sinistre… Et là, là… tu pouvait enfin voir, voir jusqu'au fin fond de l'horizon… Tout n'était que désolation… Mais au fond, ces terres n'étaient elles pas comme ton cœur ? Désolées et vides ? Pourtant, quand tu vis ce monde, tu ne t’effondras pas, nan… tu te contenta simplement de le regarder comme… Comme il était, sans te demander si, à l’intérieur du bunker la vie était mieux, nan, la seule chose que tu t'était dite à ce moment là c'était…

« Je suis libre... »

La liberté… Une chose qui aurait put paraître futile à n'importe qui mais.. pas à toi. Sauf que… Qu'est ce que la liberté dans un monde comme celui ci ? Où est la limite ? Et toi… Toi qui venait d'abattre froidement le père de ton amie d'enfance, savez tu qu'elle était la limite ? Nan… bien sur que non… Pour toi, ce monde n'était pas monstrueux, pour toi, ce monde n'était pas sinistre… Pour toi, ce monde était une promesse, une promesse d'avenir et, même ci à cette époque tu ne savait pas encore toutes les épreuves que tu aller devoir subir… Une seule et unique chose comptait… La liberté…. La liberté total.

Et… Cet ainsi que commença ton long périple, une cruelle et difficile procession, un interminable voyage dantesque dans l'enfer d'un monde en guerre… Un monde ravagé par les radiations, la violence et la mort, entraînée dans un torrent de balle, de feu, de sable et de sang.
Tu aller en baver … Ooooh putain que oui t'aller en baver, t'aller en chier bordel ! Mais c'était trop tard… T'était lancée… Tu ne ne pouvais plus faire marche-arrière. Ce putain de monde, c'était le tient à présent… Un monde qui, au file de tes voyages, aller te façonner, autant que toi tu aller le façonner… Avec le recul… Ce monde… ce Monde c'était toi… Tu en était l'absolut reflet… Dur… violent et Cruel.

(https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/736x/29/64/93/296493ef35fd7b12e21c865b04717567.jpg)

Longuement, tu marchas mais, le véritable début de tes aventures commença dans une vaste ville-taudis du nom de Megatown, une ville construite avec le reste d'une machines appelé « koukou-d'acier », mais le plus étrange dans cette bourgade merdique et pleine de connard cancéreux… C'était la bombe encore en état au centre de ladite ville.
Les gens te regardèrent d'abords avec des yeux curieux, tantôt surpris, tantôt accusateur… Toi, tu te contentait simplement d'un regard emplie de mépris… toujours ce regard lugubre et froid… Mais alors que tu venais à peine de descendre un long escalier en acier, un homme (http://vignette2.wikia.nocookie.net/fallout/images/2/25/FO3_Lucas_Simms.jpeg/revision/20090729094328) habillé d'un grand trench en cuir brun vint à t'adresser la parole avec autorité et fermeté.

« Eyh ! Qui êtes vous étrangère… On vous a jamais vus ici. »
« Qu'est ce que ça peut vous foutre qui je suis. »

l'homme grommelât en te dévisageant, avant de ce racler la gorge un grand coup, balançant ensuite un beau glaviot sur le sol.

« Vous êtes pas comme les autres vous… D'où vous venez... »

Tu grommelât légèrement avant de dire d'un ton morne et quelque peut agacé.

« Je viens du bunker… à l'ouest. »
« L'Abri ?… Quelqu'un en est enfin sortit ?! »
Tu t'était simplement contentait d'un soupir et d'un haussement de sourcils… Avant de voir, derrière l'homme, le reste de la bombe. Sur le coup tu ne le savait pas encore, mais cette bombe allait être l'une des pires cicatrices que tu aller infliger aux personnes des badlands.

« Je me présente… Simms… Lucas Simms, chérif de Megatown. » Lâcha t-il alors en te tendant la main, ce sur quoi, toi, tu t'était simplement contentée d'un regard méprisant, regard que tu alterna entre la main de l'homme et son visage, avant de passer ton chemin, silencieuse. Lucas grommelât alors dans ton dos avant de te sortir une autre réplique cinglante.

« Je sais pas qui vous êtes, je sais pas se qu'on vous a appris dans le bunker, mais toujours est il… Vas falloir devenir un peu plus sociale. Les vagabonds solitaires finisse rarement bien dans les terres désolées. »

Là… Tu t'étais simplement légèrement retournée, avant de dire, en guise d'ultime réponse, ces quelques mots :

«Vas te faire foutre… J'ai pas besoin de ton aide. »
« Pfff… Pauvre cinglée. »

Tu ne lui avais tout simplement pas répondue… Te contentant simplement de tracer ta route, visitant alors cette ville miteuse, rencontrant plusieurs personnes comme Colin moriarty, Andy Stalh ou encore la charmante petite Moira Burton… Avec qui tu entretiendras (bien plus tard) une relation… Particulière.



Les pas de la hyène ce faisait lent… Lourds… Au loin, on pouvait entendre le bruits des alarmes ce faisait méchamment entendre mais… Elle te servait aussi de repère, indiquant ainsi à Derbie l'emplacement approximatif de ce fils de pute. Elle avait beau rester calme et froide en toute circonstance, la Hyène en était pas moins haineuse et amer… Mais c'était ça le plus flippant avec elle, outre le fait d'être cruelle et sinistre, le fait qu'elle reste calme et impassible la rendait tout simplement effrayante et, pire encore, c'est quand elle se montre suave et réfléchit dans ses paroles, c'est encore pire. Elle est loin, bien loin des ordures qui balance leur fiel abjecte sans réfléchir nan… Elle, c'est l'incarnation d'un mal insidieux, froid et lugubre. Quand elle parle, elle est calme, posée, réfléchie, manipulatrice et même (par moment) courtoise, polie et suave. Les mots, elle sais mieux que personne leur forces, leur pouvoirs… Combien de gens a t-elle manipulée à la seul force de son bagoux, hm ? Un nombre… Incalculable, entraînant là encore plusieurs vies dans le désarroi et la souffrance.

« Eyh ! EYH ! C'est la momma ! »
« quoi !? »
« MOMMA EST DE SORTIT !!! »
« MOMMA ! MOMMA ! MOMMA ! »

Des bâtiment plusieurs hommes et femmes sortirent, tel des rats… Des dizaines… Des centaines même ! Tendis que derbie, elle, continuait de calmement s’avancer vers l'endroit où ce foutu fouteur de merde se trouvait… Enfin, possiblement.
Tout le monde ici respectait Derbie, tous autant qu'ils étaient savait qu'ils ne valait rien face à elle… Trop forte… Trop rapide…  Et puis, elle était tout bonnement increvable.
Tous aveuglé par sa puissance, par ses paroles, par son histoires, tous servile et à ses pieds… Tous était ses possessions, sa chair à canon, des tas-de-merde sans valeurs… Mais qui bêtement suivait leur chef comme des clébard car, seul, il ne valent rien… En groupe, il devienne tout. C'était SA meute… SA horde… SON empire et SES terres.
Derrière elle, son manteau noir formait une traîne, terminée par des cranes… Son souffle lourd formait d'épaisse bouffée de vapeur et son visage ce contractait légèrement sous le point de l'amertume qui, sans cesse l'habitait. Elle était impériale, majestueuse… L'incarnation du mal absolu. Mais cet alors qu'elle entendit un écorcheur hurler… Plus à l'ouest… Ce sur quoi elle marqua une pause… Avant de ce diriger vers ledit hurlement d'un pas légèrement plus rapide.



Il l'avait suivie… Les autres avaient préférés dévorer quelques warboys et autres raiders mais pas lui… Lui, c'était le plus « rusé » des quatre… Les raiders lui avaient trouvait un nom : Buck.
Buck était le chef dans le chenil. Toujours lui qui mangeait le premier...Toujours à tourner en rond prêt des cage, en grognant farouchement. Mais… Là… Au lieux de batifoler, il c'était visiblement trouvé une proie:Logan. Et par conséquent, il l'avait suivie jusque dans la ruelle, le regardant avec insistance en grognant et en bavant, exhibant ses gigantesque crocs puis… Il vint à bondir. L'animale attaqua ensuite logan avec ses large griffes, déchirant le corps de l'homme à plusieurs endroit, lui ouvrant les flancs et le ventre, avant que ses griffe ne ce heurte à son squelette, brisant ses dernière en plusieurs morceaux, ce qui fit hurler l'animal une seconde fois mais… Ce dernier avait toutefois sévèrement touché logan qui n'allait pas tarder à rencontrer quelqu'un d'autre…



L'écorcheur hurla un seconde fois, avant qu'une grande masse sombre vint à apparaître dans le dos de Logan, sortant alors d'une ruelle adjacente, tendis que sur les toi, des dizaines, des centaines d'hommes et femmes armés jusqu'au dents observait la scène.
« T-t-t-t… Du calme mon beau. » Lâchât alors Derbie en fixant l'animal du regard… Avant de grogner et de souffler à son tour comme un animal. L'écorcheur hurlât alors de plus belle en soufflant de concert mais là encore, Derbie ne ce dégonflât pas et cria sauvagement en exhibant ses dents… faisant ainsi légèrement reculer le jeune écorcheur qui, lentement se baissa, montrant sa soumission. Puis… à bonne distance, Derbie regarda le corps de Logan baignant dans son sang, de large plaie lui lézardant alors le corps.

« C'est donc toi… Le… Héros. »

Toujours prudente, la femme ce mit à tourner en rond autour de Logan, gardant une distance raisonnable entre lui et elle car, si il y a bien une chose que les wastelands lui ont appris, c'est de toujours ce méfier d'un adversaire à terre.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: Old Man Logan le Avril 25, 2016, 12:54:14
On lui avait enlevé un morceau de son corps. Il le sentait, là, le long de la flanc. Là où l’une de ces saloperies l’avait mordu. Il continuait à pisser affreusement le sang, avançant lentement, difficilement, titubant sur place. Du sable filait tout autour de lui, et il cracha encore du sang depuis la bouche. Logan eut à peine le temps de respirer qu’il entendit des bruits derrière lui. Le vieux guerrier se retourna alors, et vit l’un de ces horribles monstres le heurter, puis lui lacérer le ventre.

« Haaaaaaaaaaaa… !! »

Le choc souffla Logan, qui s’écroula sur le sol, couché sur le dos, et sentit ensuite les griffes de la bête continuer à lui ouvrir le ventre, déchiquetant ce dernier, jusqu’à heurter ses os en adamantium. Les épaisses griffes du monstre se fracassèrent alors sur eux, tandis que Logan vomissait du sang, gisant dans une épaisse flaque de sang. Dressé au-dessus de lui, le monstre hurla au ciel, tandis que de nombreux bruits de pas se faisaient entendre. La bête se pencha ensuite vers Logan, bien décidée à en finir… Quand une voix sembla la calmer. Tournant la tête, Logan vit alors, tout en étant un peu ébloui du fait des rayons de soleil, une silhouette qui se rapprochait. Une sorte d’être géant, en noir, qui sembla calmer ce monstre. Le vieux mutant serra les lèvres en sentant son ventre lui faire atrocement mal. Disposer d’un facteur autoguérisseur ne faisait nullement disparaître la douleur, et cette dernière était là, le dominant totalement, tandis que la femme tournait autour de lui.

Respirant lentement et difficilement, Logan crachait fréquemment du sang. Elle parla brièvement, tout en tournoyant autour de lui, mais Logan entendait surtout les hurlements des hommes qui accompagnaient la femme. Une véritable armée de tarés, de malades mentaux, et de psychopathes. Il avait fui un enfer pour en retrouver un autre. Était-ce là la métaphore de toute sa putain d’existence ? Voguer de Charybde en Scylla ?

Curieusement, on ne se ruait pas sur lui, ce qui lui laissa le temps de trouver la force de se relever. Il se retourna lentement, ses griffes ayant disparu, rentrées dans son corps, et posa ses mains sur le sol. Du sable ensanglanté ornait son dos, et il se redressa lentement, laissant des morceaux d’organes sur le sol, des veines, des tendons, des nerfs… Et se tint face à la femme, en respirant lourdement, sans bouger, jambes pliées.

*J’ai affronté Banner… Ça, c’est du pipi de chat en comparaison !*

Dans ce genre de situations, il fallait toujours trouver un moyen de se remonter le moral. Cette femme, avec sa longue cape ornée de crânes, semblait être la chef des lieux. Logan la regardait, sans rien dire, en profitant pour reprendre des forces, puis regarda autour de lui, brièvement.

Ils étaient sur les toits, partout, hurlant, scandant son nom. « Momma », « Impératrice », « Derbie »…

« C’est toi la cheftaine, alors ? » finit-il par demander.

Logan avait toujours eu une grande gueule, et il l’avait tu pendant longtemps, sa gueule, pour protéger sa famille.

« ’Me dis pas que t’as rien de mieux en stock que tes gros lézards et ces fanatiques dégénérés. Ils bandent peut-être quand tu leur chies dessus, mais moi, je sais que la merde, ça reste de la merde. »

Il cracha un nouveau glaviot de sang sur le sol, puis ses griffes ressortirent alors, et il les frotta entre elles, tandis que son ventre commençait à cicatriser, se reformant progressivement.

« Y a une fille avec qui j’étais dans la cage… Je viens la chercher, elle, ainsi que les autres. »

Il renchérit alors :

« Et j’en profiterai, au passage, pour t’enfoncer ces griffes dans le cul. »

Hurlant alors, Logan s’élança vers elle rageusement…


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: la Hyène le Avril 25, 2016, 02:55:26
Cet homme était vieux… Faible… Et même avec un facteur d'autoguérison, il semblait terriblement en chier. Derbie, elle, avait un facteur auto-guérisseur beaucoup plus performant et surtout, elle ne ressentait plus la douleur, ou alors c'était très infime. L'homme semblait mal en point… Mais il avait encore du bagous pour un vieille enfoiré, ce qui fit légèrement sourire Derbie qui, sempiternellement tournait autour de lui.

« Y a une fille avec qui j’étais dans la cage… Je viens la chercher, elle, ainsi que les autres. »
«Hm… Intéressant… »

« Et j’en profiterai, au passage, pour t’enfoncer ces griffes dans le cul. »

Et hop… L'homme vint à bondir sur elle, toute griffe dehors mais, Derbie ce baissât légèrement en fléchissant les genoux, avant de donner un coup d'épaule sec dans l'estomac de l'homme, envoyant ce dernier voler dans un tas d'ordures, sûrement bourré de seringues, de morceaux de vers, de pieux en fer rouillé et autres trucs comme ça, Logan avait fait une sacrée chute qui plus est, attestant de la force phénoménale de la Hyène, Hyène qui, toujours aussi calmement ce releva, avant d'enlever son manteau, ne gardant sur elle qu'une armure tekhanne moulante, légère, mais solide, armure couvrant à merveille un corps finement musclé et féminin à la fois.

« Je me suis toujours demandée ce que ça apporte dans un monde comme celui là… D'être un héros. C'est vrai… Qu'est ce que tu y gagne à part des nions dans la face et des coup de savates ? Rien. »

La femme sortit ensuite une large machette de son dos, Machette qu'elle fit brièvement tournoyer  en regardant toujours à bonne distance le vieillard.

« Je sais ce qu'est un facteur d'auto-guérison… J'ai eu droit à ce petit ajout et… Il est vrai que le jour où j'ai eu ça… Les choses se sont nettement améliorée pour moi. Mais entendons nous, le miens et nettement supérieur au tiens… Je sais pas si c'est ton age ou les radiations qui t'affaiblisse, mais toujours est il.. »
Avec calme et sang-froid, la femme tendis son bras gauche devant elle, bras qu'elle sectionna d'un coup puissant et sec, sans broncher le moins du monde… Puis, très naturellement, elle vint à regarder logan dans les yeux et, en moins de six secondes, son avant bras c'était déjà refait.
« Je n’aie nullement la prétention de vouloir t’impressionner, je sais à quel point les trou du cul comme toi son têtu et borné… Cependant, en te voyants, je ne peux m'empêcher de me demander une chose… Pourquoi ? Pourquoi vous vous obstinez toujours à être "bon" ?.. Si tant est que la bonté existe. »

Aaaah… Sérieusement, même elle n'y croyait pas une seule seconde, ce type avait tout d'un Lucas simms ou d'un Ainé Lyons… Un con enfermé dans l'idée que le bien et la vertus était les pierres angulaires de ce monde et qu'il était primordiale de les conserver à tout prix. Sauf que dans un monde comme celui là, seul la survie comptait vraiment.

« Survivre… C'est tout ce qui compte… Quel-qu’en soit le prix. »

Sur cette phrase, Derbie sortie une autre machette de son dos, avant de faire d'agile moulinet avec, en restant toujours prudente car, la seule chose que ce type semblait vraiment avoir en plus, c'est un squelette renforcé… Dans un métal extrêmement solide visiblement. Derbie avait certes le crane, la colonne et le bassin en Galium raffiné, mais n'avait pas les membres ni la cage thoracique qui aller avec. Elle ignorait ce qu'était l'adamantium, elle savait que ce métal existait, au même titre que le vibranium mais voilà, c'est tout. Mais Logan, savait il ce qu'était le Galium ? Et si oui, savait il qu'il partageait les même propriété que l'adamantium ?… Pas sur.

« Viens… Viens, héros... Et montre nous à tous ce qu'est la vertus, la noblesse et la bonté, ici bas… Elle est tellement rare. »


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: Old Man Logan le Avril 25, 2016, 06:24:19
Au cours de sa longue existence, Logan s’était battu… À bien des reprises. L’horreur, il connaissait ça. Il l’avait rencontré lors des deux conflits mondiaux, et toute sa vie n’avait été marquée que par des massacres et des tueries, entrecoupées, ici et là, d’épisodes romantiques qui avaient toujours mal fini. Silver Fox, Itsu Akihiro, Jean Grey, Mariko Yashida, Maureen… Comment pouvait-il prétendre être un héros, alors que toutes les femmes à qui il tenait étaient mortes ? Sans parler de ses enfants… Là, dans la poubelle où La Hyène l’avait balancé, il revit le visage rayonnant de Scott et de Jean, rigolant en faisant du cheval, près d’un des rares arbres ayant survécu aux radiations dans le Hulkland.

*Scott… Jean…*

Logan grogna alors, et se redressa, sortant des débris, plusieurs seringues vides plantées en lui dans son dos. Quand il le réalisa, il les ôta. La femme, elle, avait vu juste. Le facteur autoguérisseur de Logan s’était affaibli avec les années, sans que Wolverine ne sache trop à quoi cela était dû. La vieillesse ? Possible… Mais il avait toujours soupçonné autre chose, en son for intérieur, quelque chose qui expliquait pourquoi, après la Fin des Héros, il avait vieilli si rapidement. Logan avait déjà trahi, en des temps immémoriaux, sa première véritable famille, à l’exception de ses parents biologiques : des Indiens proches de Silver Fox, une Indienne, le premier amour de Logan. Une femme qu’il avait rencontré en d’autres temps, dans les Rocheuses canadiennes, qui avait été violée et assassinée par Dents-de-Sabre. Creed l’avait ensuite manipulé, et Wolverine avait massacré tout un village.

Il lui avait fallu rencontrer Itsu pour trouver la rédemption, pour réussir à se pardonner, et, suite à cela, il avait recommencé… Lui, un  héros ? La blague ! Un héros était censé protéger ceux à qui il tenait, il était censé inspirer quelque chose, être un exemple. Logan n’était rien de ça. Il était un monstre, un tueur. Le meilleur dans sa partie… Tuer et massacrer. Pas un héros, non, une machine à tuer, impitoyable. Sa théorie, c’était qu’il avait perdu la volonté de vivre quand on l’avait manipulé pour tuer les siens. Dès lors, avec la perte de sa volonté, ses pouvoirs s’étaient émoussés.

Mais plus maintenant. Il regarda la femme se trancher le bras, avant de le voir rapidement repousser. Elle continuait à parler, avant de brandir une autre machette, l’incitant à venir.

« Tu t’es trompée sur la marchandise, ma grande. Un héros, moi ? Merde, ‘me fais pas rire avec tes conneries, mes côtes viennent à peine de se reformer. »

Il secoua la tête, crachant encore un peu de sang, puis bondit vers la femme. Il avait vu sa détente, et il n’allait pas commettre la même erreur. Wolverine, fort heureusement, n’était pas un géant, ce qui le rendait très agile. Se rapprochant de la femme, il bondit soudain sur le côté, et abattit ses griffes… Qui heurtèrent les machettes de la femme. Le choc fit crisser le métal, et la femme le repoussa alors, nettement plus costaude que lui, et il vit une machette filer vers sa gorge. Logan fléchit les genoux, vit une ouverture et chercha à transpercer le bassin de la femme, mais se reçut sa cheville dans la figure, l’envoyant sur le sol. Il roula alors sur le sol, se retourna, et leva ses griffes, sectionnant l’une des mains de la femme, à hauteur de ses doigts. Il en arracha trois, la contraignant à lâcher l’une de ses machettes, puis se releva rapidement.

Il attaqua alors à nouveau, et frappa l’autre machette de la femme, la forçant à l’écarter, puis se rua vers elle… Mais son autre main le saisit soudain à la nuque, et le cloua au sol, avec une force spectaculaire.

« Ûrk ! »

Aussi puissant soit-il, Logan savait qu’il avait quelques points faibles, notamment l’étouffement. Ce pouvait paraître surprenant, mais son facteur autoguérisseur ne lui permettait en effet pas de se passer de la respiration. Cependant, comme la femme lui avait montré le chemin, il s’empressa de la suivre, et utilisa ses griffes pour trancher sa main, puis se redressa, et tenta alors de la décapiter… Mais ses griffes heurtèrent quelque chose de dur, ce qui fit qu’il ne se contenta que de partiellement l’égorger.

« Que… ?! »

Qu’est-ce que c’était que ce merdier, encore ?!


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: la Hyène le Avril 25, 2016, 09:14:51
L'homme avait beau être âgé, il était encore en mesure de se défendre et pour le coup, sa courte taille (par rapport à Derbie), cette dernière atteignant 2m10 de hauteur. Cet ainsi que l'homme réussie à trancher net trois doigt à la femme, la faisant ainsi lâcher une de ses machette puis, un autre coup de griffe bien placé l'avait faite lâcher son autre armes.
Il était vif, oui ! Mais Derbie était endurante et plus jeune… Sans le savoir, elle était entrain de se battre contre un type de 300 ans ! Mais non de dieux, c'est putain de griffes était foutrement meurtrières !

« Grrr ! »

Quand elle l'avait plaquée au sol, il avait fallut peut de temps à l'homme pour ce libérer, tranchant dans la foulé sa main, pour ensuite ce redresser dans le noble but de la décapiter… Sauf que les lames semblèrent ce stopper au niveau du cou de la femme, faisant tilter l'homme sur le coup.

« Que… ?! »
«éhéh… »

Derbie hoqueta légèrement en crachant une grosse bouffée de sang, puis, rapidement elle profita de la surprise de Logan pour repousser ses griffes, avant de le plaquer une fois encore dans le sable, mais l'homme ne se laissait pas faire et à l'aide de ses putain de griffe, il assena plusieurs coups monstrueux au visage de Derbie, lacérant sa gueule en faisant voler le sang sur le sable, pour autant, le crâne de Derbie ne partait pas en pièce et, à chaque coup que Logan lui portait, un « slink » accompagnait les giclées de sangs. Mais cet alors que Derbie vint à ouvrir grand sa gueule, dévorant ensuite le visage de Logan à pleine dent,tendis que le poussière et le sable commençait à entourait le scène de carnage, scène qui était en plus plongée dans un véritable brouhaha à cause des innombrable cries et hurlements des hommes de la Hyène, Hyène qui reçue plusieurs coup de pieds dans l'abdomen, avant de finalement réussir à être repoussé par Logan, Logan dont un œil resta accroché au dent pointues et sanguinolente de Derbie.

La femme soufflait et respirait lourdement, sa poitrine se soulevant lourdement tendis que son regard ne quittait pas une seconde l'homme à qui elle venait de dévorer une partit du faciès. Lentement et avec une pointe de gourmandise, elle se pourléchât les babine tel un monstre assoiffé de sang, avalant l'oeil par la même occasion, œil qu'elle mâchonna ensuite en bavant du sang à grosse goûte.
Si Logan ne voulait pas laisser son coté animal prendre le dessus, Derbie, elle, ça faisait longtemps qu'elle l'avait laissé prendre le pas sur son humanité et il suffisait de voir ses yeux luires de démence comme ceux d'une chienne enragée pour le comprendre.
Toutefois… Derbie resta « calme »… Elle n'hurla pas, ne cria pas… Elle se contenta d'avaler un glaviot de sang et de salive en ne quittant pas des yeux Logan. Pourtant… L'odeur du sang éclata dans son nez et dans son palais. Et, happé par l'appelle de la violence, elle se ruât sur l'homme qui esquiva alors ses coups, avant de trancher le bas de la jambe de la femme, puis l'un de ses bras. mais…

« GrrRrRrR ! »

Elle attrapa alors sa machette et trancha net le ventre de Logan, faisant chuter les viscère du bonhomme, avant de lui enfoncer la machette dans le menton et le palais, le faisant ainsi reculer de plusieurs pas.

« Aaah… Ahaha… Sale raclure. » Lâcha t-elle alors en ce relevant une fois sa jambe remise en état.
« Tu la veux toujours ta poule ? Crois tu vraiment que ça en vaille la peine. ? »


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: Old Man Logan le Avril 25, 2016, 10:19:23
*Des combats difficiles, il en avait déjà mené...

Il y eut cette fois, cette fois où Wolverine revint, dans le repaire de Banner (http://img110.xooimage.com/files/e/8/9/banner_lair-4f31ac9.png). Un ancien camping-car qui abritait le refuge du Hulkgang. Les Hulks ne s’étaient jamais embêtés à faire des barricades, des barbelés, des fortifications. Qui, en effet, aurait été fou pour les attaquer ? Qui aurait été suffisamment dément pour les charger ?

Pour autant, en ce jour, le Hulkgang était nerveux, et Maestro, leur maître, savait pourquoi. Il avait personnellement ordonné qu’on massacre les habitants de la ferme. Maureen, le petit Scottie, et Jeannie... Oh, il savait que Logan l’aurait payé, mais la tentation était trop belle de tirer encore sur la corde sensible. Et Maestro, en réalité, se lassait de cette situation. Jadis, quand les gens croyaient encore dans les héros, beaucoup venaient le défier. Il voyait cela avec amusement, car il avait toujours aimé les combats, mais le fait est que personne n’avait véritablement pu le menacer. Et puis, il y avait lui... Wolverine. Bruce savait qu’il viendrait, car c’était dans sa nature.

L’attaque de Wolverine fut à la hauteur des attentes : elle commença par une violente explosion (http://img110.xooimage.com/files/5/5/3/explosion-4f31ada.jpg).

Ce fut ensuite un déferlement de haine et de rage comme on en avait rarement vu depuis ces dernières années. Bruce savait que le Boucher avait été la première victime de Logan. C’était lui qui avait donné aux Hulks les informations sur leur ferme, et sur le fait que Logan était parti à l’autre bout des Terres Désolées, menant une vaine quête.

« Le revoilà...
 -  ’Pa !
 -  Allez, mes fils, allez accueillir notre invité ! »

Un sourire vicieux éclaira les lèvres du vieil homme (http://img110.xooimage.com/files/2/8/6/smiling-4f31b02.jpg), qui s’approcha de la sortie de sa grotte.

« Ces combats m’avaient tellement manqué. »

Dans le camping, la folie régnait, et, au milieu de cette dernière, on entendait des hurlements et des couinements. Les Hulks n’étaient que de la piétaille pour lui, un défouloir. Une pluie mortelle (http://img110.xooimage.com/files/d/d/a/serval-wolverine-...94---017-4f1962d.jpg) s’abattait sur eux. Ils se ruaient sur l’inconnu. Une femme bondit dans son dos, mais Wolverine se retourna, la décapitant sur place en hurlant, et entendit ensuite un Hulk le charger en hurlant. Il esquiva, et lui trancha les jambes, le faisant rebondir sur le sol.

« BAAAAAAAAAAAAAAAANNNEEEEEERRR !! » hurla-t-il alors.

Un Hulk attrapa une vache traînant dans un enclos, et la balança vers Logan.

« Prends ça, connard !
 -  HUUUUAAAAAAARRRGHH !! »

Les griffes de Logan fusèrent, éclatant la vache, répandant du sang sur tout son corps.

« Mais... Non, non, pi... ! »

Logan bondit sur lui en hurlant, et transperça le crâne du Hulk par le haut, s’enfonçant dans sa gorge, puis retira ses mains, sa tête n’étant plus qu’une sorte d’infâme bouillabaisse, puis il bondit sur le sol, et hurla encore, fauchant deux autres Hulks. Ces types ne savaient pas se battre, ils étaient des brutes épaisses qui usaient de leur force pour terroriser les gens qui vivaient ici.

« BANNER !! MONTRE-TOI, SALE LÂCHE !! »

Un Hulk jaillit alors depuis un camping-car, le défonçant, envoyant une portière voler vers Logan, et tenta alors de le frapper. Le poing du Hulk heurta violemment les griffes, repoussant Logan sur plusieurs mètres.

« T’as tué mes potes, salopard ! »

Logan hurla encore, et s’élança vers l’homme, et bondit sur le sol, filant entre ses jambes, et leva les mains, le castrant. Le Hulk poussa un hurlement, mais n’eut pas trop le temps de souffrir, car Logan se releva à temps pour le décapiter, faisant voler sa tête, un geyser de sang verdâtre jaillissant de son corps.

« JE TE TROUVERAI, BANNER, ET JE TE TUERAI !! TU VAS PAYER, ORDURE !! »

Et, dans sa grotte, Bruce se mit à sourire à nouveau.

« Oh, Logan... Tu as raison. Continue. Mets-moi en colère. Il y avait tellement longtemps que j’attendais ce moment. »
*




Logan venait de perdre un nouvel œil, et vit, avec dégoût et répugnance, cette femme l’avaler, provoquant des bruits spongieux. Elle était folle à lier, et disposait visiblement, comme lui, d’un facteur autoguérisseur. De la main, il réussit laborieusement à retirer la machette lui barrant le front. Sa mâchoire peinait à tenir sur place, mais l’adamantium était là. Néanmoins, Logan était pour l’heure incapable de parler, vu que ses lèvres avaient été sectionnées, le faisant ressembler à une sorte d’horrible monstre de foire.

La Hyène se redressa à nouveau, et lui demanda s’il voulait encore sauver la femme. Logan la regarda sans rien dire. Plus il perdait du temps ici, et plus cette nana craignait pour sa vie. Wolverine était venu pour Ashley à la place, mais cette femme avait demandé son aide, et l’avait regardé avec des yeux mélangeant désespoir et pitié, comme pour lui dire qu’elle avait peur, qu’elle craignait pour sa vie, mais aussi qu’elle était dépitée, résolue, et qu’elle savait que personne ne viendrait la sauver. Le Wasteland désintéressait totalement Tekhos. C’était une zone de non-droit, située entre Tekhos et Ashnard, et le fait que cette région appartienne à des seigneurs criminels leur était, en un sens, favorable, car elle permettait de décourager les Ashnardiens d’envahir ces terres. Soit on fuyait, soit on devenait fou, soit on mourait. Dans le Wasteland, il n’y avait pas d’autres options.

Wolverine se contentait de vomir du sang, avec un œil en moins. Il fallait se méfier de cette salope anthropophage, mais aussi de toute l’armée. Il était fort, mais, face à tant de mecs à la fois, il ne pourrait pas tenir. Un facteur autoguérisseur améliorait énormément vos chances, mais ne vous rendait pas immortel pour autant.

Il l’observa donc. Elle n’avait plus ses machettes, mais elle était encore très dangereuse. Autrement dit, il était temps de songer à s’enfuir, et, quand il sentit ses lèvres revenir, ainsi que sa trachée, il put lui répondre :

« Où est-elle, salope ?! »

Logan bondit à nouveau vers elle, bondissant pour s’abattre sur elle. Elle esquiva sur le côté, et l’attrapa par le dos et par le pantalon, puis le balança contre un mur. Logan heurta le mur de l’entrepôt qu’il venait de quitter, et entendit des bruits de pas rapides et précipités. Il bondit sur le côté, et évita un coup de poing ravageur venant de la femme, qui s’enfonça dans le mur, provoquant un choc terrible, et en profita pour frapper dans son dos, dessinant ses griffes dans le corps de la femme.

« OÙ. EST. ELLE ?!! » réitéra-t-il alors, en hurlant.

Wolverine était bien décidé à avoir ses réponses.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: la Hyène le Avril 26, 2016, 06:08:42
Tu t'était accoudée au bar, ton regard circulant sur tout ce qui ce trouvait ici bas… Des déchets… Des trucs détruit, en mauvais était, la poussière.. Les taches… Un taudis quoi.

« Pssst… Eyh ! Vous là... » Annonçât alors une voix discrète en provenance de derrière ton dos.
Au début, tu ne t'étais pas retournée...Mais l'homme, visiblement obstiné revint à l'assaut… Ce sur quoi, là, tu t'était retournée en fronçant les sourcils… Puis, le voyant faire un discret signe de la main en te demandant de le rejoindre, tu te levât de ton siège en observant les alentours avec un regard toujours aussi méprisant… Il y avait peut de gens à cette heure là, juste l'autre goule de merde, la pute de Moriarty, deux alcoolos et… Ce mec là.

Lentement, tu t'approchas de la table où il était assis et, avec toujours le même regard foid, tu vint à dire d'un ton sec : « quoi ? »
L'homme regarda les alentours brièvement, puis, toujours à demi-mots, il t'invita à t'asseoir, prenant dans la foulée la bouteille de whisky qui trônait au centre de la table pour te servir un verre.

« z'êtes pas d'ici.. Hein ? »

Tu buggat quelques instant, toujours aussi méfiante puis… Tu recula ta chaise pour t'asseoir face à lui.

« Nan. »
« ça ce voit… Est c'est très bien. »

L'homme se servit un whisky à son tour, avant de légèrement lever son verre à… Votre rencontre vraisemblablement.

« Qu'est ce tu me veux ? »
« hum !… Je m'appel Mr . Burke (http://vignette2.wikia.nocookie.net/fallout/images/1/1b/Fo3_Burke.png/revision/latest?cb=20141012204454) et… Je vais essayer d'être conçit… Je travail pour un homme, un homme puissant qui a… Comment dire ? Un… Soucis d'ordre… Personnel à régler. »

Ton regard se durcira alors légèrement mais, pour un raison encore trouble aujourd'hui, ce type te « parlait », dans le sens où lui, contrairement aux autres trou du cul de cette ville, semblait être de la même veine que toi… Et, par curiosité d'abord, tu continua de l'écouter, en gardant en toi un part de méfiance cependant.

« Hm… J'écoute... »
« Bien. Voilà... »

Une fois encore, il vint à regarder par dessus ton épaule puis, reprit calmement ses dires.

« Vous n'êtes pas sans savoir qu'il y a au centre de ce taudis une bombe encore en état, hm ? »
« euh… Ouai... »
« bien. J'aimerais que… Vous fassiez… Quelque chose avec cette bombe. »
« Pardon ? »
«  t-t-t-… Du calme. Il n'y a là rien de dangereux pour vous… Normalement. »

Ce type était marteau ou quoi !? Il voulait que… MERDE ! Il voulait que tu fasse « un truc » avec une bombe atomique !? Sur le coup, tu t'était légèrement reculée en en gardant dans les yeux un air mêlant surprise, incompréhension et… Enfin merde, c'était qui ce type putain !? »
« Ok, t'est aussi taré que les autres, salut. » Lâchât tu alors en commençant à  te lever de ton siège, mais cet alors que l'homme vint à rapidement t'attraper l'avant bras.

« Du calme ! Du calme ! Laissez moi le temps de finir au moins... »

Ton visage se contracta alors dans un léger grognement, puis… Par curiosité (sûrement) tu t'était ré-assise à ta place. Et… Cet alors que l'homme vint à sortir un petit dispositif de l’intérieur de sa veste, en restant toujours aussi vigilant.

« sous la bombe, il y a un petit clapet normalement, j'aimerais beaucoup que vous mettiez ce petit dispositif dessus... » lâcha t-il alors en posant une sorte de drôle de petite boite métallique avec une antenne et un biper dessus. Toi, toujours aussi perdue, tu t'était seulement contentée de regarder l'homme en haussant un sourcils.
« Et après ? Ça va faire quoi ? »
« A votre avis ? »

Là… Un léger silence traversa la scène puis… De toi même, tu compris.

« Boom ? »
« Exactement… Mais rassurez vous, c'est radio-commandée à distance, je ne ferait pas sauter cette merde avec vous… »

Ton regard, toujours aussi froid vint alors à se reposer sur le dispositif puis, d'un ton toujours aussi morne tu vint à dire :

« Tout d'abord, pourquoi ne pas le faire toi même ? »
« Parce-que… Les gens me connaisses et… Je doit dire que cette bourgade miteuses ne m'aime pas beaucoup… Nan, je ne pourrais pas faire ça moi même, trop de risque d'être prit en flag' »
« Et pourquoi moi alors ? »

L'homme lâchât alors un petit rire en se resservant un bon verre de whisky, puis, le sourire au lèvre il vint à dire.

« Z'êtes une solitaire… ça se voit. Et puis même, vous venez pas d'ici, vous n'avez donc aucune attache, rien à conserver dans cette ville… Rien… Personne à aimer… Personne. C'est gens c'est quoi ? Des visages ? Des paroles ? Du vent… Du vent et le vent, ça ne vaut rien dans les wastelands...Rien. »

Il parlait bien le fils de pute… Et il avait raison… T'avait rien dans cette ville et, pour on ne sais quel raison, cette idée ne te dégouttait pas… Oui, c'était étrange mais… L'idée de faire ça ne te rebutait pas le moins du monde. Calmement, tu prit l'objet en main et, sans le quitter du regard, tu vint à dire.

« J'y gagne quoi ? »
« De l'argent... Beaucoup d'argent, déjà… Et puis, deux trois autres choses. »
« Qui me dit que tu tiendras parole ? »
«Qui me dit que vous me dénoncerait pas...Hm ? »

et bam… Le temps semblât se suspendre et, alors que ton regard se levait lentement vers celui de cet enfoiré… Un léger sourire vint à « éclairer ton visage ».

« Ok… Admettons que je le fasse… Je te retrouve où ? »
« au sud… Il y a une grande tour qui s'appelle la « tenpenny tower »… Faite le boulot, venez me voir… Et… »

L'homme leva alors son verre une seconde fois, et avala d'une traite son whisky, avant de se lever calmement, remettant son chapeau en place pour ensuite s'avancer vers la porte, mais avant, il posa une mains sur ton épaule et, lentement, il vint à te glisser ces quelques mots à l'oreille.

« Faite ce que vous avez à faire… Mais… Si j'ai un conseille à vous donner… La jeune moira Burton, aux Réserve de Craterside à une prime chez les Négrier de Paradise falls… Ce n'est qu'un détail mais… 3000 crédits… C'est pas une petite sommes… Maintenant, vous en faite ce que vous voulait. »

Les Négriers ? Paradise Falls ? C'était quoi ça encore ?… Sur le coup t'avais froncée une fois encore les sourcils puis, une fois l'homme partit, tu t'allumas une clope, tu descendit ton verre de whisky, puis tu t'en alla à ton tour… Quoi que cela soit, t'aller y réfléchir, mais pas trop non plus… T'avais, comme qui dirait, du pain sur la planche.

Et voilà… Voilà comment une ordure née, dans les wastelands.



« OÙ. EST. ELLE ?!! »

L'homme venait d'entailler le dos de Derbie qui, en contre-partit vint à violemment se retourner en voulant dans la fouler donner un coup à l'homme qui toutefois eu encore la vivacité de se baisser, plongeant ensuite ses six griffes dans l'estomac de la Hyène.

« Vas chier… Si tu croit avoir quoi que ce soit pour me faire parler… Tu l'a dans l'os. »


Et là, Derbie vint d'elle même à s'enfoncer plus encore sur les griffes de logan, pour ensuite le soulever, provocant d'innombrable bruit de chair déchirée. Mais la femme ne bronchait pas, se contentant de regarder l'homme dans les yeux, lui assenant ensuite un violent coup de boule à l'homme, en faisant cela, la femme lui avait aussi brisé le nez en l'envoyant ensuite quelque mètres plus loin, sur le sol, les griffe couverte de chair, de veines et de sang. Calmement, la femme s’approchât ensuite de logan, attrapant au passage une grenade dans une petite sacoche ce trouvant à sa ceinture puis, profitant de la confusion, elle attrapa l'Immortelle par la nuque, enfouissant dans sa gueule la grenade, grenade qu'elle tenait uniquement par la goupille.

« Faut vraiment que t'apprenne à la fermer ta gueule. »

Sur ce, Derbie cracha un gros glaviot de sang à la face de Logan, avant de lui assener un puissant coup de pied dans l'estomac, dégoupillant ainsi la grenade en même temps. Puis… Quelque secondes passèrent et…

« BROOOOOMptcch ! »

Elle se reçus plusieurs morceaux de chair en pleine face en gardant un petit sourire en coin, presque imperceptible… Mais présent tout de même. Là, elle se pourléchât un fois encore les lèvres, avalant au passage plusieurs bouts de viande et du sang.

« Alors… Tu veux toujours savoir où elle est, hm ? »

Mais… Cet alors qu'elle vit, au milieux de la poussière et de la fumé un masse se relever lentement… Faisant alors légèrement  grogner notre Impérator Hyena qui, visiblement, n'en avait pas encore fini avec ce foutu vieillard.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: Old Man Logan le Avril 26, 2016, 08:37:38
Cette femme était aussi résistante que lui, ce qui garantissait un combat particulièrement long. Logan manquait clairement d’informations sur elle, et il se retrouva avec une grenade dans la bouche. Quand elle le balança, en usant de sa force herculéenne, il eut tout juste le temps de cracher la grenade, qui explosa à quelques centimètres de lui, l’envoyant rouler sur le sol en lui arrachant la moitié du visage et du torse. Son corps rebondit sur le sol à plusieurs reprises, et resta inerte pendant quelques secondes, à tel point qu’on pouvait effectivement le croire mort, de la fumée s’élevant de sa carcasse. Cependant, derrière la chair éclatée, les raiders purent clairement voir les reflets noirâtres de l’adamantium, qui luisaient sous les reflets du soleil... Puis les bras de Wolverine se mirent à remuer, et, dans un grognement, l’homme se releva.

On aurait cru voir une espèce de Terminator, ou de cyborg, avec le visage à moitié éclaté. Fort heureusement, ses yeux avaient été épargnés, et son sang glissait le long de l’adamantium. La femme, en voyant que son ennemi n’était toujours pas mort, se mit à grogner. Logan était têtu, borné, mais il n’était pas stupide. Il estimait même être relativement intelligent, surtout dans ce genre de situations. Il se l’était jadis prouvé en attaquant le Hulkgang. Les attaquer frontalement aurait été suicidaire, et c’était pour ça que, avant de tomber sur eux, il avait tué l’un des leurs, l’attachant à l’un de leurs énormes scooters, avec l’une des bombes récupérées chez le Boucher. Une superbe explosion avait fait paniquer les Hulks, et il avait foncé sur eux.

Têtu, Wolverine savait quand un combat tournait en queue-de-poisson. Il lui fallait en savoir plus sur cette femme, sur ces gens, et, surtout, retrouver Hope... Et Ashley. Ashley, surtout, était sa priorité. Mais, pour l’heure, il n’y avait que Hope. Cette femme ne comptait pas répondre, mais elle avait donné à Logan un moyen de passer en force.

Sans rien dire, et ce en partie parce que son visage était éclaté de moitié, il se remit en position de combat, et se rua à nouveau vers la femme, en poussant un terrible hurlement.

« RRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR... !! »

Un cri de guerre, un rugissement haineux, et La Hyène, après quelques passes, le balança à nouveau... Mais, cette fois, Logan avait réussi à lui prendre quelque chose : l’une des grenades de la femme, attachées à sa ceinture. Wolverine heurta le mur de l’entrepôt qu’il venait de quitter, près des spectateurs, notamment d’une voiture qui attendait là, avec des gens qui lui hurlaient dessus.

« HAHA ! MEURS !!
 -  Tu t’prends pour qui, le Globulard ? Rien ne peut l’Impératrice ! »

Logan, qui regardait La Hyène, sourit brusquement.

« T’as raison, mon pote... »

Il dégoupilla alors la grenade, et la lança vers eux. L’objet rebondit sur le pare-brise de la voiture, et atterrit entre les cuisses d’un raider qui était assis dessus. L’homme eut tout juste le temps d’écarquiller les yeux avant que l’explosion ne le fracasse. Le moteur de la voiture explosa à son tour, provoquant, dans la foulée, une seconde explosion, qui dispersa dans des hurlements de douleur les raiders.

Le sable s’envola, mais, par-delà les flammes et la poussière, Logan avait disparu, en profitant pour égorger les quelques raiders passant près de ses griffes, et remonta la rue, jusqu’à trouver une porte menant dans une sorte de petite bicoque. Il l’ouvrit d’un coup d’épaule, puis, avisant un gros meuble à côté, le renversa derrière lui, fracassant ce dernier sur le sol, mais empêchant aussi ses poursuivants de le suivre.

Finalement, il allait faire sans les indications de La Hyène, car il avait une chose bien plus utile. Hope ne puait pas comme tous ces sales raiders vivant dans la crasse et la fange.

Et lui, il avait son flair.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: la Hyène le Avril 27, 2016, 08:24:32
L'explosion venait de retentir et, dans un mélange de poussière et de sable, la grande silhouette de Derbie resta immobile, fixant les flammes venant de la voiture avec insistance, flammes dont la lumière se répercutait.

« Choppait le… Quoi qu'il face, il ne pourra pas se dresser contre une armée toutes entière. »

Cet alors qu'un vrombissement vint à retentir en hauteur… Faisant alors lever la tête à Derbie qui, en voyant toute une escouade de motards et de motards la regarder fit un petit geste de la tête dans le genre « réduisait moi ça en pièce », ce sur quoi une dizaines de moto partir en chasse de l'homme, roulant alors à toute allure sur les toit de la cité, passant par les bâtiment en ruine et les passerelles tout en exécutant d'impressionnantes figures acrobatiques.

« T'es prête ma poule ? » Demandât alors une jeune raiders (http://www.zupimages.net/up/16/17/jt91.jpg) qui ce trouvait sur le « devant de la vague » en tapotant sur la cuisse de sa camarade. Ce sur quoi ladite camarade prit en mains un « bâton de feu », un sorte de puissante lance explosive.
Derrière elles, la dizaines d'autres motos roulait de manière furieuse, toujours en tandem, un conducteur et un lancier.

« C'est PARTIIIIIIIIIT !!!!!! HAAAWOUWOUHWOUUUUUH !!!! » S’exclamât alors la jeune brunette en prenant une puissante accélération l'emmenant sur un tremplin, tremplin qu'elle prit en faisant une roue arrière, terminant le tout en un triple salto arrière de toute beauté, ré-aterrissant ensuite sur le toi d'à coté.

WITNESS !!!!

La cible ce trouvait en bas et plusieurs hommes était déjà à sa poursuite, il était endurant le bougre mais la belle petite Gazoline qui ce trouvait en tête de ploton était une farouche petite guerrière, une amazone des terres désolée et, l'une des rares personnes ici bas à vouloir visiter autre chose que ces terres arides et inhospitalières… Cependant, elle entretenait comme tout le monde ici, une forte allégeance à Derbie.
Rapidement et avec une habileté hors norme, la jeune femme vint à descendre les échafaudages et les passerelle la séparant de Logan, avant de le voir prendre une sorte de passage sous un petit pont, ce qui amena Gazoline (c'est son nom) à faire un autre puissant bon à moto, bon qu'elle accompagna d'un petit salto puis d'un atterrissage en roue arrière, ce retrouvant alors à quelques mètres au dessus de logan, tendis que d'autres motards c'était entre temps rapprochés eux aussi ainsi que plusieurs hommes à pieds.

« Vas y Ministry ! Envoie le ziguouigoui ! »
« ça roule, Baboule !!! »

BRRRROAAAM !

La lançière envoya le bâton de feu à quelque mètres de Logan, créant une puissante explosion. Une fois la chose faite, Gazoline accéléra un grand coup, prit un autre tremplin, bondit en l'air en retournant sa moto cross pour ensuite ré-atterir face à Logan (dans l'hypothèse ou l'homme était encore en vie) et fonça à toute allure vers l'impact de l'explosion.

« Sort les coupe-coupe ! On vas le taillader s'il vie encore !!! »


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: Old Man Logan le Avril 28, 2016, 01:28:23
*« Tu sais pourquoi j’ai fait ça, Logan ? Pourquoi j’ai laissé s’installer un type comme toi sur mes terres ? Allons, Logan, tu ne crois tout de même pas que j’attache une quelconque valeur à l’argent. Diriger mes troupeaux, être un tyran local, former mon petit gang, être un propriétaire foncier, je peux te le dire, maintenant que nous sommes entre nous... C’est d’un chiant ! »

Le sourire hideux de Bruce s’accompagna d’un rire, tandis que, du poing, il frappa Logan, l’envoyant s’envoler contre un camping-car. Malgré son apparence décharné, le vieillard avait en lui la puissance d’un Hulk. Il portait une salopette blanche avec un pantalon en toile gris, mais, alors que Logan venait de rebondir contre le camping car, il réalisa son erreur. Ce n’était pas un Hulk... C’était LE Hulk.

Bruce s’avança lentement vers lui.

« On dit que l’exposition prolongée aux rayons Gamma m’a rendu fou, Logan. Ha ! Je crois en réalité l’avoir toujours été. Mais, si je t’ai laissé t’installer, fonder ta petite famille, éduquer tes vaches et tes poules, c’est parce que je voulais te prouver que nous sommes ce que nous sommes, et que rien n’y changera jamais.
 -  Ferme ta putain de gueule ! »

Dans un rugissement haineux, Logan s’élança à nouveau vers Bruce, qui esquiva sa charge, et le frappa dans le dos, l’envoyant rouler sur le sol, avant de se précipiter à sa suite, d’attraper sa tête entre ses mains, et de l’envoyer se fracasser sur son genou.

« Toi, fonder une famille ? Avoir... Des GOSSES ?! grogna-t-il en le frappant à nouveau. Je les ai tués, Logan, j’ai ordonné que mes hommes les massacrent, et j’ai hésité. Je me disais que juste tuer tes gosses, et emmener Maureen ici, exhiber son cadavre devant ma grotte, serait... Encore plus théâtral. Je savais que ton petit voyage avec Œil-de-Faucon viendrait réveiller la flamme du guerrier. »

Wolverine bondit à nouveau, mais, cette fois, Bruce l’interpréta avec un plat de la main, en pliant les genoux. Le coup ralentit Logan, puis Bruce leva la sienne, et effectua sur lui un shomen uchi (http://1.bp.blogspot.com/_W1k68067q3g/S84VWH9g0wI/AAAAAAAAAXU/YIw3Qo4zIwY/s1600/yokomen_uchi.jpg), accompagnant celui d’un coup de pied dans l’abdomen.

« Jujitsu, Wolvy’ ! Aurais-tu oublié tes fondamentaux en lavant le cul des vaches ?
 -  Tu fermes jamais ta gueule ?!
 -  Je t’aurais cru plus bavard. Maureen a beaucoup hurlé, vois-tu, une vraie pie, surtout quand on a commencé à arracher les membres de ses fils. Ooooh, tu aurais dû l’entendre, Logan, j’y ai été, et je...
 -  TA GUEULE !! »

Wolverine rugit, ensanglanté, et repoussa le bras de Bruce, puis envoya sa tête se heurter contre la sienne, faisan tgémir le vieillard, brisant ses lunettes, avant de se recevoir des coups de griffe qui déchiquetèrent sa salopette.

« Tu crois quoi, fils de pute ?! Ce combat n’est pas qu’un simple affrontement ! C’est le dernier, sale enculé de facho ! »

Logan hurla alors, et planta ses griffes dans le corps de Bruce, les faisant ressortir de l’autre côté (http://img110.xooimage.com/files/4/c/c/sans-titre-4f3713b.jpg), avant de fixer silencieusement Bruce, comme si le Diable en personne était en train de le fixer :


(http://img110.xooimage.com/files/d/0/5/logan_eye-4f37144.jpg)

Le temps sembla se suspendre... Puis Bruce vomit du sang, le crachant tout en s’écartant, titubant sur place. Sa main se posa sur ses plaies, puis il sembla vaciller sur place, avant de vomir à nouveau du sang... Et de se mettre à rire, un rire sinistre, entrecoupé de gouttes de sang filant le long de ses lèvres.

« Oh, Logan, Logan... Haha ! Tu n’aurais pas dû me pousser à bout, mon petit Logan... Est-ce que tu t’en souviens, dis... ? »

Logan se recula, écarquillant les yeux en voyant le corps de Bruce grossir, grandir, devenir verdâtre, ses yeux se mettant à luire d’une lueur verdâtre où habitait la folie la plus profonde.

« Tu es devenu Wolverine en m’affrontant au Québec... Dans la forêt, contre le Wendigo. C’est amusant, non ? Je t’ai créé... Et je vais te détruire, hihi... C’est pour ça que je voulais... Que ce soit toi. Merci, Logan, merci, tu m’as bien fait chier... »

Un hurlement terrifiant s’échappa alors des lèvres de Bruce, tandis qu’un monstre terrifiant se dressait devant Wolverine, telle une immense montagne.

« AFFRONTE MAINTENANT... MAESTRO (http://img110.xooimage.com/files/a/6/5/serval-wolverine-...94---022-4f3714e.jpg) !! »

L’uppercut fusa, comme si une bombe nucléaire venait de frapper Wolverine. L’homme s’envola comme une fusée, et passa à travers six ou sept campings-cars.
*



Fuir, se regrouper, rénover sa stratégie... Logan avait rencontré la Reine de la fourmilière, et ses chiens étaient à ses trousses. Le combat contre La Hyène l’avait épuisé. Lui-même était incapable de dire à quoi il carburait. Du pied, il poussa la porte, qui claqua contre le mur, dévala des marches en fer rouillé, et se mit à courir à toute allure. Breakbone Sanctuary était une ancienne ville réaménagée en un immense taudis, avec des séries de coursives, de murs effondrés transformés en barrages, abritant une population faite de cinglés.

Il courut rapidement, avant d’entendre des hurlements. Sur sa droite, le long d’une rue, un troupeau débarquait, lâchant sur lui une série de chiens furieux.

*Merde... Je hais les chiens !*

Wolverine sentait l’odeur de Hope, comme un fil d’Ariane au milieu de tout ce cauchemar. Il fila vers la gauche, atterrissant dans ce qui ressemblait à une sorte d’ancienne boutique, où trois hommes étaient là, avec une série de tatouages, et de clous dans le corps. Une forte odeur de drogue le fit tousser, lui qui se reposait sur son flair.

« Putain, c’est quoi cette merde ?
 -  C’est... Mais t’es quoi, mec ?!
 -  Chopez-le ! Chopez le Globulard !! entendit-on venant de dehors.
 -  Que... ? »

L’un des hommes se rapprocha de lui, et Logan le frappa du pied, l’envoyant contre le mur, puis fila par la porte arrière, et sauta par-dessus un parapet, atterrissant sur un toit fait de tôle, puis sauta alors en contrebas, en courant au bout du toit. Il se mit ainsi à longer un gratte-ciel en atterrissant dans une sorte de caniveau, les pieds dans la flotte, voyant, ici et là, des tags. L’homme se mit à courir rapidement, se rapprochant d’un petit pont, où il entendit soudain des vrombissements de moteur.

Un Sweeper (http://www.zupimages.net/up/15/23/vfhw.jpg)débarqua depuis une rue, et se mit à lui tirer dessus, faisant hurler l’arme. Logan fila vers le gratte-ciel, filant entre des arcades, le protégeant plus ou moins efficacement des balles, tandis que le canonnier éclatait de rire.

« WOOOOOOOOOOOOOOOOW !! HAHAHAHAHA !! COURS, COOOUUUUURRRSSS !! YAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA... !! »

Les balles fusaient tout autour d’Old Logan, qui en sentit une le frapper à l’épaule, le faisant hurler, l’amenant à se vautrer sur le sol, surprenant néanmoins les ennemis, qui freinèrent. Wolverine en profita pour pivoter sur place, et courut vers eux en hurlant. Il posa un pied ensanglanté et recouvert de bris de verre sur le capot, puis bondit en hauteur. Ses griffes transpercèrent alors le crâne de son adversaire, ressortant de l’autre côté. Le pilote écrasa alor sle champignon, tout en sortant de la boîte à gants un fusil à canon scié, et tira en hauteur, crevant le plafond... Et touchant Logan.

« Haaaa... !! »

Hurlant de douleur, l’homme bondit en arrière, s’écrasant sur la remorque, à l’arrière de ce pick-up. Le copilote visa alors l’arrière, et tira avec un autre fusil à pompe. Les chevrotines heurtèrent les griffes de Logan, ne lui engendrant que des dégâts mineurs, puis l’homme bondit en avant, et transperça la voiture avec ses griffes, égorgeant le pilote, qui écrasa le champignon en se raidissant. Le copilote, lui, ne perdit que sa main, et partit sur la droite, ouvrant la portière en hurlant de douleur, sa main valide crispée sur son moignon, son corps rebondissant sur la rue.

« HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA... !! »

La voiture fila droit devant elle, et défonça un parapet, tombant en contrebas, et s’écrasa dans une sorte d’égout à ciel ouvert, comme ceux qu’on avait à Los Angeles. Logan se mit ainsi à courir, fuyant la démence qui le traquait avec la rage des Enfers.

Il se rapprochait ainsi d’un pont, percevant encore l’odeur de Hope, avant d’entendre des vrombissements de moto. Il eut à peine le temps de se retourner qu’il vit une lance siffler vers lui, atterrissant à quelques mètres, la lance brûlant sur place...

*Hein ?*

*BOOOOOOOOOOOOOOOOOOOMMM !!*

De la poussière s’éleva autour de la zone d’explosion, et la moto fonça vers lui... Wolverine, qui rampait sur le sol, vit cette dernière s’approcher, et réussit in extremis à bondir sur le côté, évitant cette dernière... Mais pas la chaîne qui vint s’enrouler autour de sa cheville.

« Je l’ai chopé, haha ! Vas-y, vas-y, roule, roule, Baboule ! »

La moto se mit alors à démarrer, Logan traîné derrière. Il sentit son dos s’écorcher, le sable filant dans sa bouche, des grains volant dans ses yeux, et, en grognant, se laissa trimballer sur plusieurs mètres, jusqu’à approcher d’un autre pont, où il vit des espèces de containers et de tentes. Serrant les dents, Logan sentait la moto se rapprocher d’un tremplin, et ils s’envolèrent. Le corps de l’homme battit dans les airs, et il en profita pour se retourner, et s’éclata sur le sol, avant de planter ses griffes dans ce dernier. Elles s’enfoncèrent, profitant du fait que la moto avait ralenti en s’envolant. La chaîne se tendit d’un coup, la moto-cross se cambra en avant... Mine de rien, Wolverine était un homme très lourd, avec son ossature en adamantium. La copilote battit des bras, et Logan trancha rapidement la chaîne.

Il se redressa alors rapidement, attrapa le copilote, et le balança sur le côté. La pilote, elle, sortit une machette. Logan l’évita, et frappa la femme du revers de la main. Il vit alors, accroché à sa ceinture, un fusil à canon scié, et le saisit alors, tandis que le copilote se releva alors, en hurlant... Et se reçut une décharge de chevrotine qui lui éclata la gueule, l’envoyant en arrière.

Wolverine visa ensuite la pilote, et appuya sur la gâchette.

*CLIC !*

Le percuteur frappa dans le vide, et il sourit.

« T’as de la veine, ma salope. »

Un coup de pied la frappa en plein visage, et il enfourna la moto, puis démarra rapidement, sentant d’autres motards le poursuivre.

Derrière lui, il laissait une traînée de sang, son dos se reconstituant petit à petit.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: la Hyène le Mai 22, 2016, 12:00:40
La nuit venait de tomber sur Megatown… Et, discrètement, tu vint à te faufiler hors du taudis que te servait d'habitation pour la nuit. Cela faisait à présent une semaine que tu réfléchissait à comment t'y prendre pour faire le boulot que ce Mr,Burke t'avais confié… et surtout, à ce que tu allait faire avec cette Moira. Moira… C'était une nana plutôt sympa comme ça, un peu loufoque mais… Sympa. En arrivant dans son magasin tu avais eu droit à son spitch étrange sur ce qu'une personne devrait faire dans les terres désolées et à son idée d'écrire un guide là dessus… Toi… T'avais pas trop sourcillé…Cependant, il est vrai que cette nana était bien gaulée… Pour une tarée. Et oui… Même toi tu pouvait, par moment, succomber au charmes de quelques demoiselles, même quand cette dernière est irritante au possible ! Toi… Par le plus grand des hasard, tu était née hermaphrodite… Mais pas un hermaphrodisme « normal » mais un « sous-genre » s'appelant hermaphrodisme « cryptorchidien », soit, le fait d'avoir les organes masculins à l'intérieur de l'appareil féminins… Dit comme ça cela aurait put paraître assez glauques, cependant, c'était loin d'avoir « mauvaise tête » car en plus d'être discret, tu pouvais très bien avoir des rapports avec un homme, sans que se dernier ne soupçonne quoi que ce soit.

Toujours est il, tu avais fait ton choix et, sans y réfléchir plus longuement tu t'étais dirigée vers les Réserves de Craterside. Il faisait nuit dehors et, par conséquent, peut de gens traînait dans les rues à cette heure tardive. Rapidement, tu alla prêt de la bombe, tu ouvrit le petit clapet, comme burke te l'avait dit et tu y fixas l'émetteur puis, toujours avec calme et froideur, tu te dirigeas vers les appartements de Moira. Les réserves se trouvaient en hauteur, sur les flancs du cratère  et tu due gravir plusieurs escalier de fortunes fait avec des reste d'avions, avant de finalement arriver devant lesdites réserves. Là, tu crochetas la portes sans trop de mal, avant d'entrer, armes à la main puis, sans bruits, tu t’immisças à l'étages. Ton regard était sinistre, froid, calculateur… Tu t'étais bien évidement renseignée sur les négriers et il c'était avéré qu'ils étaient une bande d'esclavagistes, des type peu recommandables en sommes… Sauf bien évidement si tu venait à jouer dans leurs cours. Lentement, ton ombre sinistre s’approcha du lit de Moira avant d'enlever d'un coup sec sa couette crasseuse, la jeune femme était en nuisette et, alors qu'elle sortait lentement de sa torpeur, tu vint à lui dire :

« Debout… Et suis moi. »
« Que… Mais qu'est ce que v- »

La femme se relevât alors en frottant ses mirettes puis, cet alors qu'elle vit un revolver braqué sur son front.

« Ta gueule… Enfile ça et suis moi. » Lui avais tu encore une fois dit en balançant sur le lit un collier d'esclave explosif, collier que tu avait réussie à te procurer auprès d'un marchand itinérant peu scrupuleux.

« Mais vous êtes… L'habitante d- »
« Ta gueule… Ferme ta gueule, met ce putain de collier, et suis moi, sinon, je fait exploser ta jolie tronche c'est clair ? »
« M-m-mais... »

La pauvre ne comprenait pas ce qui était entrain de lui arriver mais, par peur et surtout pas obligation, elle enfila ledit collier qui, une fois en place, se mit à émettre un bip régulier.

« Ok… Maintenant, tu vas gentiment m'accompagner… On vas faire un peu de voyage toutes les deux.3
« M-mais où allons nous... »

Tu lui avais ensuite passée des menottes, avant de répondre sur un ton monocorde.

« A Paradise Falls... »

Et là… La pauvres fut traversée par une sorte de sinistre sentiment, qui la fit se taire une bonne fois pour toute.

« Mais avant, on vas passer par chez un ami… La Tenpenny Towers, ça te dit ? »

Sur le coup elle ne t'avais pas répondu et, voyant à quel poins le fait de devenir une esclave semblait la faire souffrir (normal au fond.) tu esquissa un léger sourire… Très léger. Puis… Tu allas calmement prendre les quelque munitions et armes que la pauvres disposait, avant de finalement lui dire.
« Au faite… Ne t'avise pas de me quitter d'une semelle… Sinon… Boom. »
Une fois, cela dit, tu t'en alla enfin, sans rien dire à la Moira de ton plan, te contentant simplement de rejoindre la tour tenpenny, dont l’immense silhouette pouvait se voir à bien trois ou quatre kilomètres de là.

« P-pourquoi… ? 
« ta gueule. »

T'aurais pue au moins lui dire que c'était par profit… Mais à quoi bon… A quoi bon donner une raison à tes actes ? Est ce qu'ils avaient vraiment le choix de toute manière ? Quoi tu fasse, quoi que tu LEUR fasse, à tout ces gens… C'était ton choix, pas le leurs. Eux n'étaient rien autre que des pions, des outils tout au plus… voilà tout.

Finalement, après une bonne journée de Marche, tu réussie enfin à aller à la tour Tenpenny et, comme prévue, les gardes ne semblèrent nullement inquiet de ta présence, visiblement, Mr. Burke les avaient prévenue de ton arrivé.

« Sieur Tenpenny vous attend à l'étage. » Lâchât alors le garde en te montrant la vois menant à l'ascenseur, ascenseur que tu prit avec toujours le même regard vide d'expressions. Cet ainsi qu'une fois rendue au balcon, tu pues voire la gueule de Burke et… De Tenpenny, Qui n'était autre qu'un vieux croulant moisie dans un fauteuil… Pitoyable. Burke t'invita alors silencieusement à t'approcher, toujours accompagnée de Moira qui c'était étrangement  tenue tranquille durant tout le voyage.

«Bien… voici donc la jeune femme qui a bien voulue faire dont de sa personne au profit d'une noble cause… Je me présente, Allistair Tenpenny. » Dit-il alors en te tendant la main… Main que tu regardas brièvement, avant de le regarder dans les yeux avec froideur. « Enchantée. »
« Hum !… Et, à défaut d'avoir droit à un peu de politesse… Pourrait-je au moins connaître votre nom ? »
« La Hyène. »
L'homme marquat alors une pause, visiblement surpris par la réponse que tu venais de lui fournir puis, avec un léger sourire, revint à te dire.
« Votre vrai nom… Hm ? »
« C'est mon vrai nom… Je n'en as pas d'autre. »

Le vieillard hochât alors de la tête, voyant visiblement qu'il avait à faire à une dure à cuire.

« Bien… Monsieur Burke… Montrait lui la malette… J'aimerais que ce soit elle qui ais l'honneur de… Finir le travail. »
« Bien monsieur. »

Au loin, on pouvait entrevoir Megatown… Il faisait presque nuit, le  crépuscule dessinant avec la ville alors une forme sombre et disgracieuse au loin. Cet alors que Burke vint à poser sur une petite table une vieille mallette en acier qu'il ouvrit devant toi, cette dernière contenant rien de plus qu'un… Bouton rouge.
Moira ? Elle, bien que silencieuse se demandait ce qui était entrain de ce jouer là… Tout e gardant sur le visage une expression mutine et résignée.

« Allez y mademoiselle… Appuyait. »

Là… Un léger sourire vint à s'afficher sur ton visage et, alors que tu t'avançait vers la mallette… Moira vint a comprendre… Enfin, elle ne comprenait pas tout mais là… Le fait de voir Megatown au loin, cette mallette… Ce bouton rouge…

« regarde Moira. Regarde une dernière fois ton foyer. »
« Qu-qu'est ce que v… QU'EST QUE VOUS ALLER FAIRE !? »

Là, ton regard se tourna brièvement vers la jeune femme et, toujours aussi froidement, tu vint à lui dire.

« Ruiner ton passé… Pour me forger un avenir. »

La pauvre femme ravala alors sa salive, ses yeux devenant alors légèrement larmoyant… Des yeux qui se tournèrent vers Burke… Puis tenpenny… Puis toi.

« N… N-NAN ! A-arrête ! A- »
« T-t-t-t-t… Ferme ta gueule ou sinon je me sentirais obligée de faire sauter deux chose se soir… Ta ville et ta cervelle. »

En disant cela, tu lui avais montrée la télécommande contrôlant son collier, sans pour autant lui adresser de regard… Nan, là, tu lui tournait le dos… Comme on tourne le dos à une chienne.
La pauvre n'en croyait pas ses yeux… Elle était acculée… En larme et, en elle tout un monde allait bientôt être brisé.

« Allez y… Finissons en. »

Tes doigts se posèrent alors sur le bouton, l’effleurant alors légèrement. À ce moment précis, tout ton corps vint à être parcourus par un intense sentiment de toute puissance… Toute ces misérables vies allaient être anéanties… Par ta simple main… Par une simple pressions… C'était grandiose et presque… Divin.
Lentement, tu appuya sur le bouton puis…

(http://ekladata.com/iJRt2JGilwRvqdWjhjxjRg89lAs.gif)


La lumière… L'explosion… Tout ceci vint à se refléter dans tes yeux noirs de haine… Et dans ceux de Moira qui, silencieuse et incapable de faire quoi que ce soit vint à voir toute son existence réduite à néant… Les larmes lui montèrent alors au yeux, coulant le long de ses joues… Ses lèvres tremblotaient… Sa gorge se serrait… Et toi… T'était juste fière putain… Fière d'avoir détruit une centaines d'existences d'une seule pression de ton doigts.

« Han… Regarde Moira… La belle bleu. »

Finalement… L'explosion s’atténua petit à petit… Avant que Burke ne vienne à intervenir.

clap… Clap… Clap, clap, clap

« Fabuleux ! Magnifique ! N'est ce pas monsieur ? »
« absolument. »
« Mademoiselle la Hyène, je vous promet un avenir radieux dans ses terres ! Continuais comme ça et dans quelques années, votre nom résonnera encore dans le firmament des Badlands, à la manière de ce magnifique champignons que vous nous avez offert ! »

Toi, tu te remettait lentement de ce que tu venais de voir… Et de faire. C'était là le premier acte de cruauté gratuite que tu venait de faire… Par pur profit, tu venait de réduire à néant une ville… C'était sinistre, odieux, cruel… Mais ce n'était que le commencement, car plus tard… (et plus particulièrement à Old Venturas) tu feras bien pire…

« Burke… Je te confit Moira… Les garde seront ravie de faire connaissance avec elle… Par contre, dit leur bien de ne pas l’abîmer et je la veux propre quand je partirais d'ici pour paradise falls. »
« Ce sera fait… Les garde apprécierons votre immense générosité et cette dernière ne restera pas impayé… Armes, munitions… Servez vous, c'est open-bar pour vous ! » 

Le monstre était né… Les Badlands avait à présent leur Antéchrist.



L'homme c'était visiblement trouvé une moto, toutefois, derrière lui une véritable meute était entrain de le poursuivre, une meute violente, bruyante et folle à liée. Les moteurs vrombissait, hommes et femmes hurlaient… Comme les flingues d'ailleurs. L'homme semblait être un bon conducteur au vus de comment il manipulait la moto, fonçant ainsi à toute allure vers sa destination qui, étrangement, semblait clair et précise.
Derrière l'homme, la meute de raiders et de Warboy continuait de tirer à feu nourris, les balles fusant sans discontinuer, percutant à bien des reprise la chaire de Logan, n'entamant cependant en rien sa motivation et sa hargne. Cet alors que deux sweepers vinrent à sortir d'une ruelle, dérapant ainsi juste derrière logan.

« Arrache lui la gueule ! »

Cet ainsi que l'un des hommes ce trouvant à l'arrière d'une lourde voiture d’assaut, vint à faire tournoyer une chaîne au bout de laquelle trônait un crochât de boucher.

« Rapproche toi ! Rapproche toi je vais l'avoir!!!! »

Le conducteur donna alors un puissant coup d’accélérateur, faisant ainsi dangereusement se rapprocher le véhicule de sa cible.
Cet alors que l'un des raiders vint à faire tournoyer au dessus de sa tête une lourde chaîne au bout de laquelle une énorme crochet de boucher était fixé, chaîne que l'homme vint à lancer, accrochant ainsi la roue arrière de Logan avec son crochet.

« FREINE !!!!!! »

Le Raider prit alors appuie sur l'énorme V8 qui sortait du capot de la bagnole, bagnole qui freina d'un coup sec, stoppant alors le mutant dans sa course et ce avec violence. Logan, lui était à présent au sol, avachie dans la poussière et le sable et, tendis qu'il semblait peut à peut revenir à lui, plusieurs hommes et femmes se mirent, une fois encore à l'entourer.

« Tu t'en sortira jamais ! AHAH ! »
Hurlat alors un homme masqué tenant entre les main une lourdes tronçonneuse.

« Jamais... »
*BROOOOooooOoOoMmMm VrRRrRrrrM vRRRRrRrmmMm*

Une fois son arme en route, l'homme vint alors à bondir vers logan, sautant au dessus du mutan avec la lame pointé vers le vieillard.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: Old Man Logan le Mai 22, 2016, 09:52:36
Plus il avançait, plus il avait l’impression d’être comme Dante, évoluant dans les cercles de l’Enfer. C’était, en effet, un putain d’enfer, cet endroit. La folie, la démence, la haine et la mort, l’entouraient.  Comme si sa vie ne devait se résumer qu’à ça. Filant le long de la moto, Logan remontait le long de l’égout. Dans son dos, les motards continuaient à le canarder, la plupart de leurs tirs mangeant le sable, ou se perdant autour de lui. La plupart... Car certains firent mouche, l’atteignant dans le dos, meurtrissant sa chair, le faisant grogner, ses mains se crispant sur le guidon de la motocyclette. La moto vrombissait entre ses mains, et il continuait à foncer, filant sous les ponts, longeant cet égout aérien, se rapprochant peu à peu d’un mur, au fond, qui menait vers des parties enterrées. La ville hurlait dans son dos lorsqu’il entendit des chocs sourds.

Tournant la tête, un grognement désapprobateur traversa ses lèvres en voyant deux voitures le traquer. Elles étaient globalement similaires à celle qu’il avait vu tout à l’heure, dans les rues de cette ville remplie de malades. Elles se rapprochaient rapidement. Une balle avait atteint le moteur de sa moto, et une fumée blanche en jaillissait, ralentissant cette dernière. Il les entendait se rapprocher, hurlant dans son dos, se tenant de bout sur le capot.

*Mais c’est quoi, ces types ?!*

Une chaîne saisit alors la roue arrière, et Logan sentit soudain la moto décoller par l’arrière. Il lâcha prise, et hurla, rebondissant violemment sur le sol, laissant derrière lui de multiples traînées de sang, tout en continuant à rouler, le corps recouvert d’hématomes, de boursouflures et de déchirures. Il arrêta sa course au bout d’une bonne dizaine de mètres, et resta là, couché sur le ventre, son dos ouvert en de multiples endroits, tandis que les raiders l’entouraient.

Et, comme toujours, ses démons revinrent le traverser.




*« Tout va bien ce soir, Logan.
 -  Oui... Mais je n’aime pas ça pour autant. »

Et il avait raison. Une émeute massive avait eu lieu il y a plusieurs semaines au Raft (http://i.annihil.us/u/prod/marvel//universe3zx/images/1/10/Raft.jpg). Cette prison de sécurité se trouvait au large de New York, à Ryker’s Island, et travaillait en étroite collaboration avec le SHIELD, afin d’incarcérer un certain nombre de détenus très particuliers. Des super-vilains. C’était l’une des principales prisons mondiales de ce type, et il y avait eu une évasion massive. Les Vengeurs avaient tous été mobilisés, mais, curieusement, aucune émeute n’avait eu lieu à New York. Ils s’ »étaient tous volatilisés, pendant que d’autres évasions massives avaient eu lieu. L’Iron Heights Penitentiary (https://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/a/ab/IronHeights.jpg), l’asile d’Arkham à Gotham, le Cube, Belle Reve Federal Penitentiary...

Logan avait le sentiment que quelque chose de gros se préparait, et il n’aimait pas ça. Il n’aimait pas que rien ne se passe, que personne ne se soit manifesté. Ce soir, Wolverine était donc particulièrement vigilant, mais Cyclope était formel. Les écrans de sécurité ne repéraient rien. Aucune menace, aucune attaque. Grognant lentement, le mutant se déplaça un peu, remontant le long des couloirs de l’école de Xavier. Elle était plongée dans l’obscurité, mais personne ne dormait pas encore. Ils étaient tous en bas, dans le salon.

Wolverine se déplaça donc lorsqu’il sentit une odeur malsaine.

« Que... ?! »

Il ouvrit la porte d’une chambre, et aperçut alors des lueurs dans la forêt alentour... Puis une bombe frappa le mur de la chambre, l’explosant. Logan s’envola dans les airs, et heurta violemment le mur, s’écroulant sur le sol. De la fumée sifflait tout autour de lui. Logan avait atterri à côté de l’escalier, et vit alors, descendant depuis le grenier, deux mercenaires en combinaisons noires.

« Mort aux mutants !
 -  À mort, les sales mutos ! »

Ils lui tirèrent dessus, et Wolverine hurla, puis bondit vers eux, et les frappa, les égorgeant sur place.

D’autres explosions retentirent alors, et il entendit les élèves hurler.

« Non... Pas ça ! »

Il bondit alors par la fenêtre, et atterrit en contrebas, en rugissant.

Ce soir, Wolverine avait été déchaîné comme jamais auparavant.
*



« Crève, sale fils de pute !
 -  Il est déjà mort !
 -  Putain, non ! »

Un coup de pied le frappa dans le ventre, le faisant grogner... Puis il entendit le vrombissement caractéristique d’une tronçonneuse. Les raiders hurlèrent de rage, s’écartant un peu. La tronçonneuse rugit dans son dos, et les raiders l’acclamèrent... Mais, quand elle fondit sur le dos de Logan, il se retourna alors, et hurla rageusement, en levant le poing. La tronçonneuse mordit le sol, et le poing de Logan atteignit le visage de l’homme, ses griffes se plantant dans ses yeux, ressortant de l’autre côté. Le sang fusa de sa tête, et Wolverine se releva alors. Un raider se rua sur lui avec une barre à mine, et Logan lui trancha la main à hauteur du poignet.

Devant lui, un autre le visa alors à bout portant avec un fusil à canon scié, et Logan fléchit les genoux. Les chevrotines frôlèrent ses épaules, et tuèrent un homme dans son dos, puis il courut vers l’homme en hurlant, et le lacéra avec ses griffes. Quelque chose le heurta alors à la tête. Un marteau à une main venait de heurter son crâne, et se planta en lui, heurtant l’adamantium, provoquant un cliquètement métallique.

Une raider portant un corset en cuir avec des pointes et de longues bottes, ainsi qu’un long manteau noir, le fouetta alors dans le dos, l’amenant à genoux. Il vomit du sang, et sa main se saisit alors du fusil à canon scié du type, qui baignait dans ses entrailles. Le marteau dans son crâne rendait sa vision floue, et le soleil l’éblouit... Puis une botte le frappa en plein visage.

« Il est immortel ?! »

Il avait caché le fusil sous lui, et, quand on le retourna, il tira. Une chevrotine arracha la moitié du visage du raider et il se releva, arracha le marteau dans son dos, et le lança, comme une espèce de javelot. Le projectile atteignit la tête d’un raider, qui portait de grosses lunettes de protection et un foulard sur la tête. Le marteau transperça l’une des lentilles, crevant son œil. La dominatrice avec le fouet leva alors ce dernier, et l’abattit à nouveau, frappant la joue de Logan, mais, quand elle tenta de ramener son fouet en arrière, il l’attrapa d’une main.

« Lâche-ça !!
 -  Rrrrrr... !! »

Hurlant de rage, Logan bondit en hauteur, et ses griffes décapitèrent la femme, faisant sauter sa tête, qui roula sur le sol.

D’autres voitures approchaient, ainsi que des raiders depuis les rives.

Voyant ça, Logan respira lentement, puis attrapa la tête de la femme, et la brandit, tout en levant les bras, le soleil l’éblouissant.

« HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARRRRRRGGGHHHHH... !! »

Le hurlement de rage traversa ses lèvres, puis il se retourna, et se mit à courir, filant vers le mur, ou, plutôt, vers une porte de service se trouvant à gauche. Un cadenas était là, et, il l’arracha, pendant que des balles le poursuivaient... Et ce fut un harpon qui lui transperça l’épaule quand il ouvrit la porte, le faisant dévaler des marches. Il heurta douloureusement le sol en contrebas, crachant encore du sang, et se releva laborieusement.

L’eau ruisselait furieusement sur sa droite, mais le harpon était relié à une voiture, et, en voyant que les raiders avaient fait une prise, l’un d’eux tapa sur le capot de la voiture.

« REMBOBINE ! REMBOBINE, putain !! »

L’homme appuya sur un bouton, puis usa des pédales, et le moteur rugit, tandis que le harpon repartait en arrière, de multiples raiders bondissant en contrebas, armés de machettes, hurlant en fondant vers leur proie.

De son côté, le fugitif se sentit tracté en arrière, et planta ses griffes dans le sol. La voiture hoqueta un peu, et il grogna encore, donnant des coups de griffes derrière lui. Les bruits de pas se rapprochaient, et il finit par arracher la corde du harpon, et se retrouva couché sur le dos, juste à temps pour voir un homme débarquer en hurlant, une machette à la main. Il bondit vers Logan, qui profita de l’effet de surprise pour le frapper dans le ventre avec son pied. Le mutant se releva alors, mais un second tueur débarqua, armé d’une hachette, et visa Logan. L’homme bondit en arrière, et la hachette heurta la rambarde en fer rouillé. L’homme, furieux, hurla alors, releva son arme, et la planta dans le torse de Logan, qui hurla, tombant au sol avec lui. Furieux, le raider claquait des dents... Et le mordit au nez.

« HHHUUUUUUAAAAAARRRRGH... !! » hurla Logan.

Il le repoussa avec une main, et récupéra sa hache, puis la lança en arrière, l’envoyant dans la tête du type à la machette. D’autres individus débarquèrent alors, dont un homme armé d’un fusil à pompe, qui lui tira dessus.

*BAAANG !!*

Le tir souffla Logan, qui heurta la rambarde... Et tomba dans l’eau. Le courant l’emporta alors, l’éloignant de ses assaillants.

Et ce fut le noir.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: la Hyène le Mai 27, 2016, 08:56:25
L'homme venait de chuter dans une voie d'eaux usées, son corps visiblement sans vie s’engouffrant alors dans les profondeurs sale et lugubres de breakbones sanctuary. Plusieurs hommes vinrent alors à le suivrent dans les tréfonds de la ville avant de finalement perdre sa trace. Les égouts étaient sombres, sales, puant… Dans l'eau qui y stagnait on pouvait voir un nombre incalculable de déchets… Et des cadavres.

« Bordel… Mais où il est ce foutu connard... »

Une dizaines de raiders était à présent entrain de cherchait le cadavre du mutant, marchant sans problème dans les eaux lugubres et noirâtres des égouts, eau qui leur arrivait à peut prêt au genoux.
Mais outres les raiders, les égouts de breakbone sanctuary regorgeaient d'énormes rataupes (http://www.fallout-wiki.com/images/thumb/4/4d/Fo4_rataupe.png/320px-Fo4_rataupe.png) et de radcafards. Mais fort heureusement, ces créatures n'était pas les plus dangereuses parmi toutes les saloperies mutantes des badlands, on peut par exemples citer les écorcheurs ou les darillons comme belles saloperies ou encore les Tiques, d'énormes moustiques vivant dans les marécages du lockpoint.

«  Aller tas de fiantes… Trouvait moi ce salopardos… » lâchât alors une femme armée d'une gatling avec à la place des certaines de ses dents, des balles de pistolet.
Sur ceux, ladite femme crachat un gros glaviots dans l'eau. Cette femme, c'était Sulfure (http://zupimages.net/up/16/21/hdi2.jpg) , une terrible raiders qui, outre le fait de puer le souffre, salpêtre et la crasse était aussi une véritable malade des armes à feu, armes qu'elles ne considérait non plus comme des objets, mais comme de véritables personnes ! Des prêtres, des frères et des sœurs, tous là pour inspirer autours d'elle la sainte parole des flingues.
La femme s'avançait donc prudemment, restant légèrement au centre du groupe de raiders, prêtes à faire feu en cas de problème.
Sulfure tenait fermement son armes en mains tout en passant de temps à autres sa langue sur ses gencives rendue jaunes à force de sniffer du souffre, dents qui, pour la plupart n'était à présent plus que des balles que la femmes enclenchaient dans des pivot en métal qu'elle c'était elle même enfoncée dans l'os de ses mâchoires.

Mais voilà… Alors que le petit cortège se trouvait à présent dans un grand carrefour arrondie… Le drame arrivât.

« Aaaaaaaarrrgh ! »


Et hop, sans aucune forme d'avertissement, l'homme vint à sortir des eaux croupies des égouts avant de trancher en deux l'un des raiders.

« Allez mes frères ! Que l'atomes transcende vos âmes ! Pour l'Imperator Hyèna ! » Hurlât alors Sulfure en enclenchant le moteur de sa gatling, créant alors un sifflement caractéristique tendis que les autres raiders, eux, se mirent à attaquer le mutant à grand renforts de coup de haches, de machettes et de tuyaux de plombs. Mais bien évidement, ledit mutant était bien plus fort qu'eux, toutefois son vieille age semblait le rendre moins vigoureux, donnant tout de même l'occasion aux hommes (et femmes) de la hyène l'occasion de le frapper violemment… Avant de se faire tuer… Bah oui, c'est logan.
C'est donc après une petit massacre qu'enfin, Sulfure vint à entrer dans le combat, profitant de la faiblesse passagère de logan pour lui tirer dessus avec sa gatling, gatling dont les tirs créèrent un nombre incalculable de flash stroboscopique qui éclairèrent le faciès de la femme, ses dents pourries ainsi que les balle de 9mm qui remplaçait ses autres chicos manquants.

« AAAAAAAAHAAHAHAHAAHAHHAA !!!! CREVE CHAROGNE !!!!! »


De long filet de bave s’échappait de la bouche de Sulfure qui, frénétiquement, vint à se pourlécher les gencives et les dents en tirant toujours sur logan tout en avançant à mesure que les tirs repoussaient le mutant

« CHANTE SOEUR GATLING ! CHANTE MA SOEUR ! CHANTE CHANTE CHAAAAAAANTE !!!!!!! »


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: Old Man Logan le Mai 28, 2016, 01:31:08
*Ils étaient là. Tous là. Les super-vilains qui avaient fui. Qui avaient été libérés. Quoi de plus surprenant ? Il y avait tellement d’organisations criminelles prêtes à les aider... L’HYDRA, l’AIM... Peut-être même avaient-ils décidé de former une nouvelle Ligue de l’Injustice. Dans tous les cas, les X-Men étaient logiquement leur premier choix. Ils avaient déferlé dans le hall central du manoir, et il bondit sur eux. Rien ne le retenait. On s’en prenait à sa famille, à ses proches, à ceux qu’il aimait, qu’il avait juré de protéger.

Un impitoyable tueur (http://img110.xooimage.com/files/9/4/d/serval-wolverine-...87---012-4f7f28e.jpg) se déchaînait dans le salon Du pied, il repoussa Shocker, et égorgea Arcady Octopus l’attaqua alors avec ses tentacules, défonçant le sol, et il attrapa l’homme, le balançant violemment à travers une porte, avant de balancer une table en bois sur deux miliciens habillés de combinaisons noirâtres qui pointaient leurs fusils d’assaut sur lui

« RRRAAAAAAAHHHH... ! »

Le Scorpion tenta de le charger, et Logan évita sa queue, puis enfonça ses lames dans son corps, les faisant ressortir de l’autre côté, soulevant l’homme dans un hurlement de rage, avant de le repousser sur le sol. Du sang... Du sang partout. Sur son corps, les murs, le sol, le plafond. Des bras découpés, des membres qui roulaient sur le sol, des morceaux d’os et des intestins se vomissant par terre, sortant des corps lacérés et éviscérés. Wolverine, le redoutable Fauve, se rua vers Bullseye, et le chargea. Ensemble, ils défoncèrent une porte, les coups de Bullseye rebondissant sur son dos, puis il le balança sur le sol, et se dressa au-dessus de lui, le regard déformé par la haine et par la rage.

« VOUS NOUS AVEZ ATTAQUÉS ! TRAQUÉS ET EXTERMINÉS COMME DES CHIENS !! ASSEZ !! »

Il hurla alors, et, dans un ultime moment de lucidité, vit que les mains de Bullseye étaient tendues vers lui, et que son regard n’exprimait pas la rage, mais la peur... Il y eut un ultime moment de doute, un moment dont il se rappellerait toujours. Une seconde d’éternité, où son regard croisa celui du super-vilain, où il vit, à travers sa combinaison, ses larmes... Puis ses lames rencontrèrent une résistance molle, et le corps de Bullseye remua lentement, avant d’expulser un ultime soupir.

Bullseye respirait lentement, une épaisse flaque de sang se formant sous son corps meurtri, et sa main se tendit mollement vers le visage de Wolverine.

« Lo... Logan... Pou... Pourquoi, Lo... Logan ? Tu devais... Nous... Protéger... »

Wolverine attrapa le visage de l’homme, et sentit alors une odeur différente. Le corps changea, le masque tomba, et des mains applaudirent dans son dos, tandis que, médusé, son cerveau semblait s’être déconnecté. Toute son adrénaline disparut en un instant, remplacé par une glaceur terrifiante. Incompréhension, sentiment de rêver, que tout ça n’était pas réel, qu’il n’était pas vraiment là...

« Quelle arrogance, Wolverine ! Croire que tu pourrais te débarrasser tout seul de plus de cinquante super-vilains... Mais l’illusion était parfaite ! Ah, quel spectacle ! Haha ! »

On l’applaudissait encore. Les miliciens, les vrais, s’avançaient, observant les cadavres, cherchant d’éventuels survivants... Mais il n’y en avait pas. Wolverine avait toujours été le meilleur dans sa partie, et, devant lui, le corps de Jubilee agonisait lentement.

« Formidable, vraiment magnifique ! Tu ne peux pas savoir à quel point nous te remercions pour ton aide, Logan. Sans toi, il aurait été vraiment très difficile de se débarrasser de toute votre armée privée. Tu nous ouvres la voie vers un monde radieux, Logan !
 -  Ils sont tous morts, Monsieur. Sauf lui... »

Un canon froid se posa sur sa tempe, celui d’un fusil à pompe. Les miliciens attendaient les ordres. Ils étaient là. Mysterio... Sebastian Shaw... Et celui qui était derrière tout ça.

« L’Âge des Héros vient de se terminer aujourd’hui ! Il n’y a aucun survivant, soldat... Wolverine est mort. »

Le milicien retira le fusil, tandis que Wolverine ne bougeait pas, tenant toujours le corps de Jubilee. Dans un coin, il voyait la queue arrachée de Kurt, celle qu’il avait pris pour un tentacule d’Octopus.

« Tu vivras, Logan... Encore et encore, car telle est ta malédiction. La Mort s’est toujours refusée à toi, et tu vivras avec le fardeau de ce que tu es réellement. Et, quand tu seras prêt, le Régent t’accueillera en son sein. »
*



« HAAAAAAAAAAAAAA... !! »

Poussant un hurlement de rage, Logan se redressa brusquement, et secoua lentement la tête, en grommelant. Les jeunes enfants à côté de lui poussèrent de petits cris paniqués, et il cligna des yeux, en constatant qu’il était sur une sorte de matelas informe, avec les ressorts s’enfonçant dans son dos.

« Que... K’sé-que-c’bordel ? »

Il secoua encore la tête, et, au lieu des enfants, vit, devant lui, le corps sanguinolent de Cyclope. Logan grogna encore, et ferma les yeux.

*Meurtrier, meurtrier, meurtrier...*

Le vieil homme grogna encore. On lui avait retiré le harpon dans son dos, et il était trempé. Devant lui, les deux enfants se glissèrent dans les bras d’une jeune femme maigre et paniquée, et il soupira, en croyant discerner le visage de Maureen.

« Vous... Vous devez partir, Monsieur, ils... Ils vous recherchent. Ils ne doivent pas venir ici !
 -  Mais c’est quoi ici ?! Vous êtes... Des fugitifs, des trucs comme ça ? »

Il vit des marques rouges sur le cou de la femme, et esquissa un léger grognement.

« Pitié, Monsieur,’ faut partir... On vous a ramassés pour vérifier si vous étiez pas morts... Les rataupes commençaient déjà à vous grignoter. »

Logan grogna alors, et constata soudain qu’il avait des trous dans la bouche. En tournant la tête, il vit un homme pâlir, en ayant précipitamment posé sur une écuelle une pince.

« Hum... Vous vouliez me dépouiller ? »

Les bras de la femme se resserrèrent instinctivement sur ses enfants.

« J’suis pas un raider, okay... J’travaille pas avec cette bande de tarés... C’est même tout l’inverse, et je...
 -  Vous venez de la part du Prophète ? »

Ce mot résonna soudain dans un couloir. On murmura ce mot à plusieurs reprises. « Prophète », « Prophète », « Prophète »...

« Quoi ? Nan, je connais pas de... De Prophète. »

Il entreprit de se relever, provoquant un mouvement de recul.

« Pitié, vous devez partir. S’ils nous trouvent, ils vont nous massacrer... Et mes enfants... J’veux pas... J’veux pas... »

Elle pleura à nouveau. Un homme rajouta alors :

« Je vous ai vus, là-haut... Je l’ai vu, il est immortel ! Pourquoi vous nous dites pas la vérité ? C’est le Prophète qui vous envoie ! C’était écrit, je vous l’ai dit ! L’Homme-Jésus reviendra sauver les pénitents et les croyants ! »

Il y eut quelques approbations. Logan secoua la tête. Il s’était rarement senti en aussi piètre état, et son odorat était férocement agressé par toutes les odeurs pestilentielles qui régnaient ici. Mais ils avaient raison. En étant ici, il les mettait en danger. Cependant... Il ne pouvait pas continuer à errer en vain dans cette ville de tarés. Il était dur à tuer, oui, mais, contrairement à une idée reçue, pas immortel. Or, il avait bien failli mourir à plusieurs reprises dans cet enfer.

« Écoutez, je... Je viens vous libérer, ouais... Le Prophète m’envoie.
 -  Nous libérer de nos chaînes ? s’exclama soudain la femme, et même les yeux des enfants s’illuminèrent.
 -  Ouais... Ouais, c’est ça, exactement, M’dame... Mais... Il y a aussi d’autres prisonniers, non ? Comme cette femme, qui... »

Il se tut soudain, en reniflant des odeurs, et serra les poings.

« Ils arrivent...
 -  Vous devez nous protéger ! »

Logan grogna, pour seule réponse.




Ce refuge était une sorte de vieille station d’épuration usée et rouillée. Elle menait directement sur les égouts, et il se plongea dedans, tel le prédateur qu’il avait toujours été. Ils s’approchaient, en nombre réduit, et il resta là, dans l’eau, retenant son souffle. Son facteur autoguérisseur ne lui permettait pas de respirer sous l’eau, mais, tout ce dont il avait besoin, c’était juste d’un peu de temps. L’un d’eux se rapprochait de plus en plus, et...

*SNIIIKT-SNIIIKKTT !!*

Les griffes de Logan fusèrent, et transpercèrent l’homme, le tuant sur place.

Il hurla vers eux, et l’un d’eux se rapprocha, en levant un ebarre cloutée. Logan la para, et envoya ses griffes transpercer la gorge du type, puis se dirigea vers sa droite. Une hachette se planta dans son torse, et il accusa le coup, en  crachant du sang, et arracha la main de l’homme, puis frappa à nouveau, cisaillant son torse, l’envoyant s’étaler sur le sol. Logan bondit ensuite hors de l’eau, sur une plateforme flottante, et arracha la hachette, la jetant sur le sol. Un autre homme fonça vers lui en hurlant, et Logan l’évita, et frappa à hauteur de ses genoux, les sectionnant, soulevant le corps de l’homme, qui se reçut ensuite un coup de griffes supplémentaire.

Armé d’une machette, un autre raider s’élança rapidement. Logan, agenouillé, bondit vers lui, le ceinturant à hauteur de l’épaule, et planta ses griffes en lui. Il se releva alors, mais hurla quand une autre hachette se planta dans son dos, le mettant à genoux.

« Aaaaaargh !! »

Sa tête partit vers l’avant, une main crasseuse s’empara de ses cheveux, comme pour le maintenir, afin de l’égroger, et il bondit alors en arrière, heurtant son adversaire à hauteur du bassin, puis mit ses mains en arrière, et les enfonça dans un hurlement de rage dans les côtes de l’homme, faisant également hurler ce dernier, un bain de sang jaillissant de ses plaies.

C’est à cet instant qu’il entendit le roulement d’un minigun, et vit, devant lui, une femme hurler comme une folle, avant de tirer. Les balles fusèrent, et Logan, en hurlant, mit ses griffes devant lui (http://image.noelshack.com/fichiers/2016/21/1464371633-old-man-logan-006-009.jpg), protégeant essentiellement son visage, tout en s’approchant de la femme.

Du sang coulait partout autour de lui, mais l’espace était court... Et il put ainsi finir par planter une griffe dans le minigun, le tranchant. Cependant, une ultime balla atteignit l’un de ses yeux, le faisant exploser, et il recula sous l’impact, le sang ruisselant le long de son visage et de son torse.

« Uuurgh... ! »

Tu parles d’un réveil !


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: la Hyène le Juin 06, 2016, 09:42:17
Take your trip to Old Venturas

(http://www.wallpaperup.com/uploads/wallpapers/2014/02/11/251473/e9717fdc82525dd1323e9385f2fc146d.jpg)

Ce passage ne raconte pas qu'un simple chapitre de ton histoire… C'est LE chapitre de ton ascension… Une amoncellement de haine, de destruction et de violence mélangés au sable et au sang. Mais au-delà de tout, ce chapitre raconte une vengeance… Une vengeance qui te mènera jusqu'en enfer… Toi et tout ceux qui auront eu le malheur de t'approcher.

(http://static.tvtropes.org/pmwiki/pub/images/90531e25e75581217eb067961e209995.jpg)

Les gens retiendront ton nom… Toi… La hyène… La sixième messagère, une Dante dans un enfer de balle, de sable et de sang.


Et… Ce chapitre commença par… Ton arrivée en tant que messagère (ou coursière)… Vous étiez sept, sept coursiers sensés apporter un bibelot différent à la capital du vaste Vertigo, un désert plus chaotique et mortel que les landes dévastées de la capitale. Toi, tu était la sixième coursière et ton colis… Ton colis n'était autre qu'un mystérieux jeton de platine. Un si petit objet… Et pourtant…



 Alentours des carrières de grayditch : 00h45 

Hmmpffr… Putain ma t…

Lentement tu emergea de ta torpeur, avec une mal de tête infernal, briévement tu vint à toussoter en crachant un peu de sang et de sable… Puis, cet alors que tu vint à t'apperçevoir que tes pieds et tes poings était liés… Cela te fit bien évidement grogner et, alors que tu chercher à savoir comment tu en était rendue là… Des voix vinrent à t'interpeller.

« Yo' Benny (https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/736x/b8/da/c0/b8dac0293e84d403220ac6a59ee8699d.jpg)… Elle transportait quoi déjà celle-là ? » Demanda alors l'un des hommes qui était visiblement entrain de… Creuser ?
« L'avenir Riko… L'avenir... » Répondu ensuite un type qui était entrain de te tourner le dos, cigarette à la main.
« Merde mec, c'est qu'un putain de jeton… T'est sérieux là ? »
« Ouai… Un putain de Jeton… éhéh... »
« Eyh ! Benny… Je crois que la belle au bois dormant est réveillée... »
« Ah oui ? »

L'homme se tourna alors, te faisant ainsi face avec un regard narquois et supérieur au fond des yeux… Toi, tu cherchas bien évidement à te débattre… Mais impossible de faire qui que ce soit avec ces putain de liens.

« Alors coursière… Je crois que ta course s'arrête ici, hein ? Dit… T'as vus la belle tombe qu'ont t'as creusés, hm ? »
« Fils de pute... »
« Pardon ? »
« J'ai dit… Fils de pute... »
« C'est bon Benny, j'en ais plein le cul… Bute la qu'on en finisse. »
« Attend… T'aime peut être abattre les gens sans les regarder dans les yeux… Mais moi… Je porte mes couilles tu vois. »

L'homme sortit alors un pistolet 9mm chromé avec des gravure victorienne dessus et, sur la crosse en ivoire, une femme entrain de prier était représentée.

« Pffff… Regarde toi… C'est même plus de la poisse… C'est le destin qui s'acharne… Mais, tu veux que je t'avoue un truc, hm ? »

L'homme marqua alors une pause dans ses propos pour tirer une latte sur son reste de cigarette, avant d'envoyer le mégot voler plus loin, se remettant par la suite à te regarder droit dans les yeux en te pointant du bout de son arme.

« Les dés étaient bipés depuis le début... »

Toi, tu le regardait froidement avec la haine d'une armée entière… Cependant, tu trouvas tout de même le moyen de sourire légèrement.

« Moi aussi… Moi aussi je vais te dire un truc bâtard. »
« Ah oui ? Et quoi donc ? »
« Me rate pas. »

Les hommes se mirent alors à rire… Avant de te regarder une dernière fois.

« Vas en enfer… Coursière. »

Et Blam… Un tir puis… Plus rien.



Woaaargh ! Ma gatling, fils de puuute !

Sulfure n'en revenait pas, cet enfoiré venais de dézinguer sa précieuse gatling, ce qui, bien évidement la mis quelque peut en rogne.

« Enfoirée ! ENFOIREE ! VAS BOUFFER TES MORTS PUTAIN !!! »

Et hop, sur ce, la jeune femme prit dans sa poche quatre à cinq cartouche de fusil à pompe, avant de foncer vers logan, profitant de la confusion de se dernier pour essayer de lui foutre lesdites cartouche dans la bouche. Le vieillard tenta bien de donner quelque coup de lame, mais la jeune femme fut suffisamment rapide pour les esquiver, avant de finalement réussir à mettre les cartouche dans le gosier du mutant, finissant le tout par un violent coup de poing dans le cul des cartouches, les faisant alors exploser dans la gueule de ce fils de pute qui recula de plusieurs pas, la gueule arrachée par les chevrotines.

« Je vais te dégommer ta race de bâtards, fils de chien !!! Aaaahahahahahahah ! » S'exclama t-elle alors en sortant de son dos deux fusils à canon sciés style « double canons » (comme max) et envoya quatre salve de balle dans le corps du mutant et ce à bout portant, l'envoyant s'étaler encore plus loin dans la fange des égouts.

AAAAAAAHAHAHAHHAA !!!!!

La femme recula alors légèrement en éjectant les cartouche de ses fusil d'un habile mouvement de poignet qui fit s'ouvrir les deux (ou plutôt quatre) canons, canons dans lesquels elle remit rapidement des cartouches.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: Old Man Logan le Juin 06, 2016, 12:47:30
Blessé, il aurait pu, en d’autres circonstances, profiter de son avantage pour tuer cette femme .Tout aussi galant qu’il soit, Logan avait admis, depuis longtemps, que les femmes pouvaient être de sacrées salopes. La cruauté et les attaques sanglantes de Lady Deathstrike en étaient le plus bel exemple, et, dans ce monde de cinglés, il n’aurait réellement aucune hésitation à tuer la folle furieuse se tenant devant lui. Cependant, les tirs l’avaient affaibli, ce qui offrit à la femme un court laps de temps pour l’accueillir avec des armes à bout portant. Lui, avec son œil en moins, pissait le sang, et la femme, très rapide, réussit à éviter les griffes pour lui foutre des trucs dans la bouche, comme une espèce de grenade (du moins, ce fut ce à quoi Logan pensa).

« Rrrrr… ! »

Grondant de rage, il essaya de repousser les chevrotines, mais ces dernières explosèrent alors, répandant des bouts de dents et de gencives sur le corps de la tueuse, tandis que Logan, la gueule à moitié arrachée, heurta une rambarde. Des chevrotines le frappèrent ensuite, comme si Thor l’avait frappé au ventre avec Mjöllnir, et Logan vola en arrière, laissant une importante traînée de sang derrière lui. Il passa par-dessus la rambarde, et tomba dans l’eau, à un endroit où l’eau était peu profonde, et leva mollement une main, s’agrippant à une rambarde rouillée près d’une petite échelle permettant de quitter la fange pour rejoindre les rives sur le bord.

Logan sentait l’eau se répandre dans ses tripes, et tenta de se redresser, lentement, tournant le dos à la femme, qui ricanait derrière lui. Il essaya ainsi de se relever, mais ses forces se dérobèrent, et il partit à l’arrière, plongeant dans l’eau. À peine soigné, il était de nouveau aux portes de la mort, la respiration lourde et haletante, sentant l’eau le recouvrir…




*La mort, il l’avait déjà connu une fois… Du moins, bien plus d’une fois, mais il n’y avait qu’une seule fois où il avait vraiment voulu en venir. Cette nuit-là. Ce fameux moment, le Jour Noir, le Jour du Chaos, celui où la Révolte des Vilains avait fait vaciller le monde. Il n’y pensait alors plus. De fait, Logan ne pensait plus à rien, errant juste à travers la forêt entourant Westchester, les branches d’arbres lui fouettant le visage. Rien n’avait d’importance, sa tête était comme un vide abyssal, un trou noir spatial. Il errait, à moitié nu, le corps recouvert du sang de ses amis, jusqu’à enjamber la butte.

Elle était là, la voie de chemin de fer. Il s’en approcha, et une brève, fugace pensée, le traversa. Il les revit, ces jeunes, en train d’attendre le train, avec Kitty en plein milieu.

« Kitty, le train arrive !
 -  Je sais, Monsieur Logan, mais je veux leur montrer que je peux le traverser sans risque !
 -  Kitty !! »

Il entendit le son du train, les vibrations du rail. Logan était comme ce samouraï qui, ayant juré de défendre une famille, finissait par la massacrer elle-même. Sa tête tomba la première, heurtant la rambarde froide du rail, tandis que les lumières rouges du train se rapprochaient à grande allure. Les vibrations devenaient de plus en plus fortes, et il ferma les yeux. Même malgré son facteur autoguérisseur, son cœur était percé. Kitty avait traversé tout le train, saluant les gens à l’intérieur, qui avaient fait des bonds au plafond. La petite avait échappé à tout. Magneto… Les Morlocks… Les Maraudeurs, Sinistre, les démons, les Sentinelles, les Broods… Elle avait échappé à toutes les menaces, sauf à une seule.

La sienne.

Il ferma donc les yeux, et des larmes filèrent. Puis le train rugit, et frappa avec toute sa rage mécanique.

Renaître, tel le Phénix. Car l’immortalité n’était pas son don, c’était sa malédiction.
*



La dominant de sa hauteur, la femme tentait de le noyer, et, quand l’eau s’infiltra dans ses poumons, Logan sembla émerger, et commença à se débattre. L’eau l’empêchait d’entendre les ricanements de son adversaire, et il posa ses mains sur les poignets de la femme, ses griffes rangées dans ses poignets.

« Mmmhmmmm… Mmmmhmmmm… !! »

L’eau fusait en lui, et il se débattait furieusement.

*Le privilège de mourir t’est refusé, Logan ! Tu crois pouvoir t’en sortir aussi facilement ? TU NOUS AS TUÉS !*

Logan grogna alors, et, dans son regard, une sauvagerie haineuse se mit à briller.

*Chaos… Tout se termine toujours dans le chaos…*

Il hurla alors dans l’eau, et ses griffes jaillirent alors. Sulfure s’écarta juste à temps, mais les griffes frappèrent quand même, et lui arrachèrent un doigt tandis que Logan bondissait hors de l’eau.

« RRRAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHH… !! »

L’homme heurta la femme, et la vit sortir son fusil à canon scié. Elle eut à peine le temps de tirer sur la gâchette que les griffes sectionnèrent le canon, et le fusil sembla exploser entre les doigts de la femme, puis Logan hurla encore, et fondit sur elle, griffes tendues…


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: la Hyène le Juin 07, 2016, 05:14:23
Cet enflure avait beau être un vieux, il avait au moins le mérite d'être une putain de carne ! Mais il en fallait plus pour dissuader Sulfure… Malheureusement pour elle. Car quand elle le vit le mutant se ruer sur elle toute griffes dehors, elle ne prit pas la fuite, nana, au lieu de ça, elle se mit à son tour a hurler en pointant alors son fusil à canon scié sur l'homme… avant d'appuyer sur la détente au mauvais moment.

« PROOMMTCCH !!! »
« RaAaAaAaAH !!!! » Hurla alors la femme en tombant à la renverse, visualisant dans les air les morceau de sa main qui venait tous juste de partir en miette.
Sulfure vint alors à se tenir le moignons qui remplaçait à présent sa main puis, voyant l'homme bondir pour la pourfendre, elle fit une roulade sur le coté, laissant alors logan planter ses griffe dans le bétons des égouts.

« Fils de pute… FILS DE PUTE !!! »

La femme grogna de plus belle, exhibant une fois encore ses dents pourries et les balles qui remplaçait celle qui lui manquait.
« J'vais te crever… Ont vas tous te crever… Hmmpffrr... »
Sulfure était comme tout les autres, aveuglée par les actes de Derbie, pour eux, la Momma n'était tous simplement plus humaine, c'était une déesse, une ange de la mort envoyée par Atome lui même. Cette femme était pour eux la grande instigatrice, l'inquisitrice de Petrole, l'imperator Hyena et la Mère des retombées. Mais… En réalité, elle était surtout le mal incarné, une enflure de première, une sinistre psychopathe qui était devenue la Seigneuresse ultime, la chef des chefs de guerre des Badlands… Mais au fond, cette place, ce pouvoir… Elle l'a méritée, car ici bas, personne, pas même les Tekhanne les plus débrouillardes aurait fait ce qu'elle a fait.

Mais pour l'heure, c'était Sulfure qui ce battait et autant dire qu'elle était en fâcheuse position. Cependant, même avec une main en moins, la femme restait dangereuse…

« hmmpfrrr… Tu vas voir sale bâtard... » Lâchât elle alors en tournant lentement autour de logan, glissant alors son autre main dans la poche intérieur de son veston pour attraper un dose de PsychoJet, une puissante drogue combinant un Stéroïdes pour chevaux, un grande dose d’adrénaline, du Med-X (un anti-douleur extrêmement puissant) ainsi qu'une forte dose de Jet sous forme Liquide. La femme grogna légèrement en regardant toujours logan dans les yeux puis, d'un coup, elle s'enfonça l'aiguille directement dans le cœur. Là, Sulfure poussa un gémissement de douleur intense tout en appuyant sur la seringue, le les différent compartiment se vidant alors directement dans le palpitant de la demoiselle qui, en sentant la drogue la submerger se mit a pencher sa tête arrière… Avant de lentement se remettre à regarder logan avec les yeux exorbités, sa bouche expulsant alors une forte bouffée de vapeur.

« Je suis en fusion batard… Et sais se que fait un Atome quand il est en fusion ? »

Lentement, la femme décrocha alors de derrière elle un sorte de petit missile qui n'était autre qu'une mini bombe nucléaire, une arme relativement puissante… Mais qui avait, fort heureusement, pas la même déflagration qu'un authentique Fat man ou Little Boy.

« Je sais pas si tu vas crever sale chiure… Mais au moins… Je rejoindrait le Valhalla, glorieuse et chromée ! »

Et là, la femme arracha du bout de ses dent une goupille se trouvant au cul de la mini bombe, enclenchant alors une série de « Bip-bip » puis… Dans un hurlement tout à fait remarquable, elle se ruât vers Logan, s'enfonçant d'elle même sur ses griffe, lui adressant au final un… Baiser (bien pourri qui plus est.) puis...

Ce fut le grand Boom…

PROOOOOOM !!!!!!!

Cet ainsi que Sulfure explosa, faisant alors trembler le sol au dessus, créant même par endroit quelque fissures.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: Old Man Logan le Juin 07, 2016, 10:57:41
La bête en lui s’était reposée, elle s’était endormie, assagie... Mais elle n’avait jamais vraiment disparu. Le chaos... Avec Logan, tout terminait toujours dans le chaos, dans la douleur et dans la souffrance. Une vie heureuse était un luxe qui lui était interdit, en raison de ses péchés, en raison de son passé, des crimes qu’il avait commis. Moins qu’un samouraï, il était un éternel rōnin, brisant tous les serments qu’il se fixait, détruisant tous ceux qu’il voulait protéger. Une arme de guerre. Le meilleur dans sa partie. Wolverine, le Sauvage.

Face à cette femme, il s’arrêta alors, et rétracta ses griffes, avant de la voir.

*Qu’est-ce qui me différencie d’elle ? De ces fous ?*

Il s’arrêta silencieusement, en repensant à tous ceux qui étaient tombés autour de lui. Rose O’hara, la toute-première, qu’il avait tué avec ses propres griffes, quand elle s’était précipitée pour l’empêcher de tuer Cabot,  son demi-frère fou... Jean Grey, Maureen... Mais il n’avait jamais été comme ceux qu’il combattait. Il n’avait jamais été comme Cabot, comme Victor, Daken, le Boucher... Ou comme cette Hyène et sa bande de fanatiques. En la regardant, il rangea alors ses griffes, restant silencieux, tandis que sa mâchoire se reconstruisait.

La femme s’était injectée des espèces de drogues, et fonça alors sur lui en hurlant, surprenant ce dernier... Et la violente explosion retentit ensuite, le soufflant sur place.

« HAAAAAAAAAAAA... !! »

Le corps de l’homme rebondit contre un mur fissuré, et il s’écrasa sur le sol.

« Aaaargh... Haaaaa... »

Clignant des yeux à plusieurs reprises, il ne bougeait pas, inerte. Mort ? Même si on pouvait voir son crâne, et que la moitié de son corps avait explosé, sa malédiction ne disparaîtrait pas si facilement.

Dans le refuge, les esclaves en fuite étaient paniqués. Les explosions et le bruit de la bataille avaient résonné jusqu’à eux, avant une détonation finale, qui avait visiblement mis fin au combat. Les mères serraient nerveusement leurs enfants, tandis que tous s’inquiétaient. Mais, au-delà de l’inquiétude, une question dominait en eux.

« Il n’est pas envoyé par le Prophète, c’est ridicule...
 -  Alors, d’où lui vient une telle force ?
 -  Une telle force ?! le railla-t-il. Tu as entendu les explosions ? Il est sûrement mort ! »

Des bruits de pas se firent alors entendre, se rapprochant de la porte blindée. Un coup tapa contre cette dernière, puis encore une autre... Et la porte s’ouvrit alors sur une sorte d’épave, un corps recouvert de sang, qui tomba à genoux devant eux. Il y eut des hurlements, des cris de surprise... Puis Logan vomit du sang, avant de relever la tête.

« Ai... ‘Ez-moi... »

Le vieux mutant s’écroula ensuite, à nouveau, sur le sol.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: la Hyène le Juin 08, 2016, 04:58:43
Elle avait tout vus… et elle avait entendue l'explosion raisonner depuis les boyaux de sa ville. Mais même en sachant qu'il y avait de forte chance pour qu'il soit encore en vie, elle esquissa un petit sourire en coin puis… Huma légèrement l'air ambiant… Tous ça… Toute cette agitation, ça lui rappelait le bon temps… La violence, la hargne, les trahisons, tout ce qui en sommes la faisait se sentir vivante. Cet homme l'avait défié, il était fort et avait à peut de chose prêt les même capacités qu'elle… Cependant, il était vieux, en déclin, ce qu'elle n'était pas…

Calmement, sa grande silhouette sombre tourna le dos à l'horizon, le bas de son trench flottant alors au vent… Où qu'il soit… Qui qu'il soit et où qu'il aille... Cet homme aller payer.



« Voyons… Ont… Ont ne peut pas le garder ici… C'est notre vie qui est en danger là ! » déclara alors une femme d'age mure
« Et alors... » lâchât alors un homme qui venait tout juste de traîner logan à l’intérieur du taudis où vivaient plusieurs esclaves. « Je n'ais jamais eu pour habitude de laisser mourir un homme… »
« Mais tu sais rien de lui ! »
« Et toi non plus… Mais ce que je sais en revanche, c'est qu'il c'est battu contre des Raiders et par conséquent, cela fait de lui un homme de bien, quoi qu'on en dise. »

L'homme fit alors signe à un autre esclave de l'aider à traîner logan dans un coin plus discret, avant de se relever, cambrant son dos en grognant légèrement, c'est qu'il était lourd le bougre. Cet alors qu'un jeune homme de frêle constitution vint à timidement prendre la parole.

« C-c'est le type de l'atelier de désossage… Il nous à libérés… Il.. Je crois qu'il cherche une nana… Hope elle s'appelle... »

Le quinquagénaire qui venait de traîner Logan soupira brièvement en tournant la tête vers le mutant, visualisant alors le corps de Logan entrain de se régénérer.

« Il est comme Elle… »
« I-il peut la battre ? »

L'homme soupira à nouveau en regardant Logan puis alla s'affaler sur une vieux fauteuil de fortune.

« Je crois pas… Il a pas l'air d'avoir la même capacité qu'Elle pour se régénérer... Mais il peut lui résister… Enfin je suppose. »

Cet alors que le mutant vint à tousser grassement, bruyamment, sa bouche recrachant à nouveau du sang sur le sol.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: Old Man Logan le Juin 08, 2016, 10:57:56
*Où aller quand il n’y a nulle part où aller? Où errer, quand tout ce à quoi vous teniez a disparu ? Où aller, quand les derniers endroits dont vous vous rappelez n’abritent plus que la mort et la souffrance (http://img110.xooimage.com/files/e/6/a/giant_snake-4f9bcc4.jpg) ? Le train n’avait pas tué Logan. Comme prévu. Il s’était réveillé en pleine matinée, sans trop savoir combien de temps avait passé. Difficile à établir. Il s’était relevé, au milieu de la forêt, et, en errant dans cette dernière, avait vu qu’il était trop tard. New York était en flammes, les gens hurlaient et fuyaient de partout, suite à une terrible bataille. Les premiers jours de la Fin des Temps. Lui avait vécu tout ça d’un œil étranger, errant dans le monde. À pied ou en cheval, il était remonté jusqu’au Canada, dans son ancienne patrie, pour constater que le monde entier s’était écroulé. Les Avengers avaient été massacrés à New York, et, au Canada, Alpha Flight (http://i.annihil.us/u/prod/marvel//universe3zx/images/c/c0/Acotilletta2--Alpha_Flight_new.jpg), l’équipe de super-héros, n’avait également rien pu faire.

Où aller quand il n’y a nulle part où aller ? Logan avait continué à errer, en vain, jusqu’à retourner vers le dernier endroit qu’il connaissait. La base secrète de Weapon-X, dans la neige. Néanmoins, quand il était entré dans la base abandonnée, Logan avait compris que, quand on cherche à fuir le monde, ce dernier se rappelle toujours, tôt ou tard, à vous. Il était incapable de dire combien de temps il avait erré, en vain, mais, quand il était entré dans le bunker, il avait été réalisé...

...Qu’il n’avait pas été le seul à avoir cette idée (http://img110.xooimage.com/files/c/5/3/old-man-logan-005-010-4f9bcf7.jpg).




Ses pupilles se mirent lentement à remuer. Ce qu’il perçut en premier, ce fut une goutte d’eau qui tomba à plusieurs reprises sur son front. Un *POUIC ! POUIC !* récurrent, frustrant, agaçant, qui lui tombait à côté du nez. Il sentait les gouttes d’eau rebondir sur lui, et bougea un peu la tête, avant d’émettre un grognement.

« Mmmhmmm... »

La goutte d’eau tomba encore. Dans sa léthargie, il revoyait Maureen, dormant à côté de lui, lui souriant, l’embrassant en entendant les petits se réveiller.

« Je t’aime, Logan... Je t’aime... »

Ses yeux s’ouvrirent alors, et l’homme se redressa, avant d’émettre un grognement. Sa main se posa sur sa tête, et il la secoua. On l’avait posé sur une sorte de couchette infâme, dans ce qui avait jadis été une pièce de stockage, entourée de tuyaux rouillés, avec des fissures dans le plafond qui laissaient s’échapper de l’eau.

« Hnnnggg... »

Il secoua la tête, et tenta de se relever, en s’appuyant sur un tuyau. Il était torse nu, avec un simple pantalon, et pieds nus. Une porte métallique se tenait devant lui, mais, tandis qu’il se relevait, cette dernière s’ouvrit, délivrant passage à une femme, qui sursauta en voyant qu’il s’était relevé. Instinctivement, Logan banda les muscles, s’attendant à ce qu’on l’attaque... Mais la silhouette sembla plutôt être surprise, et fit un pas en arrière.

Alors, le vieux mutant releva la tête, et vit le regard paniqué de la femme, apeuré...

« Vous... Vous êtes réveillée ?
 -  Ouais... Il semblerait. »

On lui avait mis des bandages sur le corps, qu’il remarqua alors. En grognant, l’homme les retira rapidement, puis nota, dans un coin, un haut rapiécé. Il l’attrapa alors, la mettant sur son dos. Le vêtement puait, et ressemblait plus à un uniforme de prisonnier qu’autre chose.

« Où... Vous êtes qui ?
 -  Des prisonniers... Comme vous. Certains ont réussi à s’enfuir, et d’autres... Ont profité de votre action dans l’atelier de désossage pour s’enfuir et rejoindre les autres prisonniers en fuite. »

Logan hocha la tête.

« Et tout ça, cet endroit... C’est quoi ? Où est-ce que je suis ? »


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: la Hyène le Juillet 08, 2016, 06:37:42
« Et tout ça, cet endroit... C’est quoi ? Où est-ce que je suis ? »

La femme soupira brièvement en se mordant la lèvres inférieur puis, calmement, elle répondit au mystérieux bonhomme.

« Vous êtes dans les Badlands… Enfin, dans Le Metal Meltdown plus précisément. Ici, c'est Breakbone Sanctuary, la plus grosse ville des alentours et le repaire de La Hyène… La grande femme au regard mauvais avec les cicatrices sur le crane… Et ici, tout est à elle… Ici et dans le reste des Badlands d'ailleurs... »

Le femme marquât une courte pause dans ses propos puis, en levant son regard vers logan, elle revint à parler.

« J'ai crue comprendre que… Vous cherchiez une jeune femme… Hope, j-Que ? »

Cet alors qu'à l'extérieur des bruits de pas ce firent entendre, des pas rapide qui visiblement semblaient se rapprocher de la position de Logan. Un homme vint ensuite à faire irruptions dans la pièce.

« C'est le foutoir dehors, ils le recherchent tous... »
« Tu me dira, ça fait un bail que La hyène à pas eu un tel amusement à portait de main… »

Il est vrai que cela faisait fort longtemps que Derbie n'avait pas eu un adversaire à sa taille. Il faut dire qu'elle était devenue tellement puissante et résistante que plus rein en ces terres n'était réellement en mesure de lui offrir un divertissement conséquent… Même les écorcheur Alpha ne représentait plus rien pour elle, c'est dire.

« Il faut qu'on ce tire… Loin d'ici… Il y a des voitures à l’abandon dans des hangars, plus au nord, prêt du Bas-ventre. » Lâchât alors un homme en désignant Logan d'un geste de la tête.
« Et après… On ira où, hein ? »
« Auprès du prophète… Là-bas, ont devraient être suffisamment loin de La Hyène. »
« Pff… Elle ne connaît aucune frontière, où que ce type aille elle finira par le retrouver… Et elle nous retrouvera nous aussi par la même occasion. Tu sais aussi bien que moi de quoi cette femme est capable. »
« Il faut tenter le coup quand même… Je refuse de crever ici ! »

La femme restait quand à elle silencieuse, quand finallement elle vint à intervenir à son tour.

« Il faut sauver l'esclave rousse aussi… On peut pas la laisser entre les griffes de La Hyène… »
« Désolé, ont est pas en mesure d'aller la sauver, c'est trop tard pour elle… Elle est peut être même déjà morte à l'heure qu'il est. »

C'était fort probable… Mais pas véridique, fort heureusement… Ou pas.



« Qu'est ce qu'on vas faire d'elle Momma !? Pourquoi tu veut pas la tuer tout de suite ? »
« Parce que cet enfoiré la veut… Il la veut… Et on vas lui offrir une chance de l'avoir justement.»

Derbie était entre temps revenue dans la cathédrale et elle était à présent dos à Hope qui était entrain de solidement ce faire sangler et ballonner.

« On vas l'offrir comme Lot à l'Outcrieur… Au Circle Pit. »
La femme se déplaça ensuite de quelque pas en gardant ses mains dans son dos, observant avec froideur sa ville en pleine agitation.

« S'il la veut vraiment… Il ira là-bas… en Admettant qu'il réussisse à fuir et à survivre aux Meltdown, bien entendus. »

Le Meltdown n'était clairement pas la zone la plus bucolique des Badlands. C'était l'épicentre de la chute des bombes et la zone la plus irradiée. Dans ces terres mortes, peut de chose subsistait réellement et les rare créatures capable de vivre ici bas était généralement les pire saloperie que les Badlands pouvaient porter. Ecorcheurs, Radcafards géants, Cazadore, Tunneliers, Goules carbonisées et bien d'autres encore. Bien évidement, il y avait d'autre zones mortelle dans les Badlands, comme les Marécage De Far Harbor qui était constamment recouvert par un épais brouillard radioactif. Ou encore le Désert d'Old Venturas, ce situant juste en dessous du Meltdown et qui était à peu de chose prêt du même acabit, bien que plus vivable.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: Old Man Logan le Juillet 18, 2016, 10:40:47
« La Hyène est folle, mais elle ne peut pas régner sur tout ce territoire sans alliés. »

L’homme qui venait de dehors, et qui avait pu constater l’effervescence, brandit devant Logan une carte du Metal Meltdown (http://zupimages.net/up/15/23/99tg.jpg), cette région des Badlands qui était la propriété de La Hyène. Breakbone’s Sanctuary était son fief, située au centre de la région. Une ville toute entière qui était sous le contrôle de cette folle, mais, pour alimenter la ville, elle avait surtout besoin de pétrole, qui était fournie par ses alliés dans les montagnes.

« Un pipeline alimentait jadis Breakbone, mais il était attaqué bien trop de fois, et, depuis lors, La Hyène organise des convois lourdement armés. L’un de ses plus solides alliés est un esclavagiste redoutable, qui est en affaire avec les cités tekhanes : l’Outcrieur. »

Du doigt, l’homme désigna une position sur la carte, le long des montagnes. Une zone limitrophe avec d’autres parties des Badlands, et qui disposait même d’une route menant jusqu’à Anachore, dernière cité tekhane avant de plonger dans le cœur des Badlands. Le Circle Pit était le refuge de cet esclavagiste. L’Outcrieur était un homme dangereux, un sadique doublé d’un pervers, qui faisait commerce de tout, et qui alimentait, dans sa ville, des jeux macabres, le Thunderdome, un jeu sinistre consistant en des épreuves sportives mortelles, dont la grande spécialité était, soit les courses de voitures équipées d’armes, soit les combats de gladiateurs.

L’endroit faisait frémir tous les esclaves, et eux ne rêvaient que d’un seul endroit : Haven. Le refuge du Prophète, un oasis dans les Badlands.

« Et vous allez nous conduire jusqu’à lui, c’est ça ?
  -  Oui… Mais pas avant de récupérer Hope… »

Et Ashley, surtout. S’il était dans ce merdier, c’était avant tout pour elle. Et, si l’Outcrieur était l’esclavagiste de la région, alors il allait falloir que Logan le cuisine un peu. Tout en écoutant les explications de l’homme, Logan serrait fréquemment les dents, en s’appuyant sur la table. Ses blessures n’étaient pas encore totalement cicatrisées, et il subissait le contrecoup de tout ce qu’il avait fait pour arriver jusqu’ici. Le mutant avait foutu un sacré souk là-haut, mais le plus important était qu’il était toujours en vie. Certes, il était potentiellement immortel, mais il savait aussi, en réalité, que, malgré sa réputation, rien n’était totalement immortel.

« Les Formiens ont envahi les Badlands jadis… C’est suite à ça qu’il existe de nombreuses zones irradiées. Le Meltdown a été la zone la plus touchée, et c’est pour ça qu’il existe des Abris, dispersés ici et là. »

Les Formiens… Encore un nom qui ne signifiait rien à Logan, mais qui lui faisait étrangement penser aux Broods, une race d’envahisseurs extraterrestres fonctionnant de manière insectoïde, comme des fourmis. Et « Formien », ça ressemblait à « fourmi », après tout. De ce qu’il avait compris, les Formiens étaient des envahisseurs extraterrestres qui avaient déferlé sur Tekhos, et, depuis lors, ou peut-être même avant, l’État était divisé en deux ; d’un côté, les cités normales, et, de l’autre, ce Far West sauvage. Il y avait de quoi remémorer à Logan de lointains souvenirs, ceux de l’Amérique naissante, avec toutes ces villes développées sur la Côte Est, et la frontière à l’ouest, sauvage, mortelle, cruelle et violente.

« Oh, je m’appelle Vanthoorn, au fait. »

Vanthoorn, donc, était un ancien baroudeur du désert, quelqu’un qui s’étendait peu sur son passé, mais qui connaissait bien la région. Il voulait libérer les esclaves, et expliqua à Logan que, à Breakbone, il existait plusieurs failles, peu sécurisées, permettant de sortir, notamment par les égouts. Cependant, sortir n’était pas la seule difficulté. Sans un véhicule blindé, impossible d’espérer survivre longtemps dans le Meltdown. Outre les conditions climatiques particulièrement rugueuses, la faune locale était très agressive. Et ce sans parler des raiders et des tueurs de La Hyène.

« Alors, c’est quoi votre plan ?
 -  Faire sortir les réfugiés par les égouts, et les amener ici, juste à côté » de la ville… Il y a un petit refuge où ils pourront aller, pendant que je comptais attaquer l’un des convois de La Hyène, et voler l’un de ces camions blindés.
 -  Hmmm… Attaquer un convoi tout seul ? s’étonna Logan.
 -  Non, je dispose de volontaires, mais nous comptions surtout profiter de l’effet de surprise. Le convoi va partir du cœur de Breakbone, près de la cathédrale de La Hyène, et passera par ce pont. »

Du doigt, il désigna, sur une autre carte, cette fois de la ville, un pont surplombant un fleuve.

« On ne pourra pas tous les tuer, mais je dispose de fumigènes, et, avec l’effet de surprise, on espère pouvoir détourner un camion, et s’enfuir… »

Logan hocha lentement la tête.

« C’est un plan plutôt bancal, si je puis me permettre…
 -  C’est ce qu’on peut faire de mieux. »

Le convoi contiendrait probablement aussi Hope, si elle n’était pas déjà morte. Elle avait pour elle l’avantage d’être belle, ce qui, selon Vanthoorn, était toujours un argument intéressant pour l’Outcrieur.

Logan n’avait de toute manière aucun autre plan, si ce n’est de foncer dans le tas pour libérer Hope. Autant dire que ce serait suicidaire.

« C’est un plan complètement suicidaire… J’en fais donc partie. »

Les plans suicidaires, Wolverine avait l’habitude.

Il ne restait plus qu’à attendre ce soir pour passer à la seconde mi-temps.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: la Hyène le Août 21, 2016, 03:25:05
« Casino « LE TOPS » : Old Venturas 21h13

Dans le casino, c'était la panique, plusieurs personnes hurlaient en courants vers la sortie tendis que d'autres cherchaient vainement à se cacher, s'abritant des tirs provenant des hommes en costumes servant de garde.
Toi… Tu avancais calmement, ton colt dans une mains et ta machette couverte d'hémoglobine dans l'autre. Au fond de toi, la rage était entrain de sévèrement monter… Enfin… Enfin t'aller te putain de venger de ce sale fils de pute, avec sa liquette à carreaux de pédé et sa gomina au foutre d'écorcheur… Aaaah… Bien malin il c'était crue de te tirer dessus et de t'enterrer vivante… Le seule problème, c'est que se fils de pute t'avais pas tué et ça… ça, c'était clairement pas une bonne chose pour lui… Lui et sa bande de mafia de merde à deux ronds.

« CREVE SALE PUTE ! » S'écria un homme en te tirant dessus avec un 9mm. Toi, tu fis une rapide roulade sur le coté, avant de slalomer au travers des balles, te rapprochant alors de l'homme, avant de lui donner un grand coup de machette au niveau du bras, tranchant sa main droite puis, du bref revers, tu lui trancha la gorge, faisant gicler son sang sur ton visage et sur le mur. Tu avais soif de meurtre, bien que, pour arriver jusqu'ici, tu en avait déjà commis un grand nombre.
Après le tir que ce « benny » t'avais envoyé en pleine poire, pile au niveau de ta tampe gauche et ton enterrement prématurée, on aurait put croire que ton heure était enfin venue… Mais non, par tu ne sais quel putain de miracle (ou malédiction) tu était encore là, bien en vie et plus déterminée que jamais à buter le sac à gerbe qui t'avais laissé sur la gueule une belle cicatrice.
Mais bon, dire que tu t'étais remise seule de cette blessure tiendrait du mensonge, en vérité, peut après ton enterrement, un robots t'avais déterrée puis ramenée chez un toubib qui t'avais ensuite opérée et remise en état.
Toutefois, le vieil homme avait lui même avoué que ta blessure aurait normalement due te tuer.
Mais une fois encore… T'avais survécus et à présent, le fils de pute qui t'avais collé cette balle dans la gueule aller morfler… Durement morfler.  Tu lui avait dit pourtant… « Me rate pas ».

Tu continuas ton avancé, tuant à tour de bras tout les hommes de mains que tu voyait avec une facilité déconcertante, enchaînant entre tirs et coup de machette judicieusement placé. Ton grand trench en cuir était couvert de sang et de bout de chair tendis que tes yeux luisait d'une haine sans borne… Rien ne pouvait t'arrêter… Rien en se monde ne pouvait t'anéantir… Tu était née pour ça… Tu vivait pour ça…  L'histoire retiendra que tu était, est et sera à jamais celle qui a dominée les Badlands pour la destruction et la mort.

"Hola hola hola..."

Plusieurs hommes vinrent alors a sortirent  des couloirs, tendis que toi, tu étais à présent au milieux du casino, casino qui était quant à lui couvert de sang et d'impacts de balles. Cet alors qu'un homme vint à applaudir, avant de s'avancer vers toi.
Cet homme ce trouvait en hauteur, sur une sorte de rotonde et, alors qu'il s'approchait du rebord, il se mit à parler.

« Alors… Voilà la femme la plus dure à liquider d'Old Venturas, hein ? »
Froidement tu l'observas avant de faire glisser ton regard sur les autres bonhommes aux alentours. Puis, calmement, tes grand yeux bleu pastel revinrent à regarder Benny.
« Tu sais ce qui va se passer… hm ? Lui demandas tu alors en farfouillant dans la poche intérieur de ton trench pour en sortir une cigarette que tu alluma ensuite tout en donnant un léger coup de tête sur le coté, remettant ainsi ta mèche en place.
«Nan, vas y, éclaire moi. » Lâcha alors Benny en souriant
« Tout les hommes présent dans ce casino vont crever, sans Exceptions… Et après, je te choperais toi, puis je te faire chanter tellement fort que même les saint anges du putain paradis pourront entendre tes complaintes de pédale. »

L'homme rigola brièvement à nouveau… Avant de lentement voir son sourire s’effacer… Dans ton regard il y avait cette sinistre lueur mêlant amertume et détermination, une lueur qui venait sûrement d'avertir se bon vieux Benny qu'il avait fait un énorme erreur… Une erreur mortelle.

« butaient moi cette raclure ! » s’écriât alors l'homme d'une voix faussement fière, donnant alors le feu-vert à ses hommes pour t'abattre. Ce sur quoi toi tu vint à rouler sur le sol avant de courir vers un couloir juste en-fasse de toi. Les balles sifflait dans tes oreilles, se mêlant au crie de rage, aux insultes et au explosions. Rapidement, alors que tu courait à toute allure, tu vint à sortir de ta poche une seringue de Psycho, une puissante drogue particulièrement stimulante qui décuple les forces et la résistance à la douleur. Tu enfouis ensuite l'énorme seringue directement dans don cœur, poussant un grognement de rage puis, une fois la dose entièrement dans ton organisme, tu prit en mains ton fusil à levier (https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/236x/1f/88/f7/1f88f71f9c2ef023b1a6afb0f7ca4b6a.jpg) qui se trouvait dans ton dos.

« J'vais tout buter putain… tout ! »
Tu enclenchât ton armes, tu tira une grosse bouffée sur ta clope… Puis, au détour d'un couloir, un homme vint à te surprendre, mais ce dernier n’eut pas le temps de faire quoi que ce soit car, d'un coup sec, tu broya sa gorge et tout se qui s'y trouvait avec un coup de crosse judicieusement placé et ce, dans un bruit sinistre et dégueulasse.
« étouffe toi avec ça, fils de pute. »
« Crr-crrroff bbleur… aaaRRff... »

L'homme tituba en crachant du sang tout en essayant vainement de respirer… Malheureusement, à part des gargarismes horribles, rien n'arrivait à entrer ou à sortir de sa gorge… un mince sifflement à la rigueur, mais rien d'autre. Au final, le type tomba au sol et toi, sans sourciller plus que ça, tu lui écrasa le crane d'un coup sec.
Que le massacre commence.



Aussi loin qu'elle s'en souvienne, La hyène n'avait jamais ressentie la moindre empathie. Pour elle, les autres ne sont que des masses sombres, des ombres vides et molle, sans volonté et sans valeur qu'elle peut manipuler à sa guise. Mais Derbie était bien plus qu'une psychopathe… Elle n'était pas folle d'ailleurs, elle était juste profondément mauvaise. Un mal tellement abyssal et tellement noir qu'il en était devenu surnaturel, comme si rien en ce monde ne pouvait l’arrêter et, au fond, cela était vrai. Elle avait traversée tellement d'épreuves, tellement de choses, des choses qu'aucun homme n'aurait put faire comme survivre à son tir en pleine tête, ressortir vivante de la Sierra Madre, traversée seule la Ligne de Partage, S'injecter le VEC et en revenir vivante (sachant que ce virus transforme généralement les êtres humains en super-mutants, des monstres vert et débile ressemblant à des hulk post-apocalyptiques), survivre à sa Lobotomatisation et… Enfin, tout ça font d'elle une être au dessus du lot, une femme qui de toute évidence à au fond d'elle quelque chose de profondément sur-humain et de mystique.

Mais pour l'heure, notre sinistre Seigneuresse de guerre observait le convoie se mettre en place, visualisant alors une femme dont le visage était recouvert par un masque à gaz en forme de tête de cochon. Cette femme, c'était Piggy (http://www.zupimages.net/up/16/33/a13r.jpg)… C'est elle qui devait conduire le camions jusqu'au Circle Pit, une course qu'elle avait fait un nombre incalculable de fois et qui l'avait rendue célèbre. Nombre de fois elle c'était battue sur la route contre des groupement de mercenaires tel que les artilleurs, dernier vrai groupe d'hommes et de femme encore en vie après la monté au pouvoir de la hyène. D'ailleurs, si les artilleurs était encore là, c'est en partit à cause du fait qu'il sont plus ou moins « attaché » à Anacore, malheureusement, aussi loin dans les badlands, la capitale ne peut rien pour eux et, quand bien même les tekhannes pourraient les aider, elle ne le ferait pas forcement, les artilleurs étant à peu de chose prêt comme les raiders, la folie et l'instabilité en moins. L'alliance entre artilleur et tekhanne est donc assez virtuel en somme et de toute manière, il finiront un jour au l'autre par être détruit, comme la compagnie Talon, une autre milice privée qui à malheureusement (ou pas) fini par s'éteindre sous l'expenssion des populations de pillards dans les badlands.


« Signal au Circle pit que le convoie est en route... »

« oui dame malaria ! »

Derbie savais que, de temps à autre ses convoie était attaqués par des Artilleurs, mais généralement ces derniers finissaient mort, traînés par des chaînes derrière ledit convoie. Attaquer des pillards, à une époque, aurait était quelque-chose de simple… Aujourd'hui, cela relevait de l'impossible. Bien que les Pillards ais toujours était un fléau pour les Badlands, l'arrivé de Derbie à leur tête les a rendue plus hardie et organisés, rassemblant tout les groupe de pillards sous un seul « étendard » leur promettant richesse, nourriture, eau, armes à feu et dope à foison. Mais, au-delà des promesse,ce fut la Légende de la hyène qui les poussèrent à la suivre.

« Tu vas avec eux momma ? » Demanda Malaria à sa « mère »
« C'est une éventualité. »

Cela faisait quelque temps que Derbie n'était plus sortie de sa forteresse et il est vrai que le précédent combat qu'elle avait menée contre ce type lui avait rappelée le « bon vieux temps » cette époque funeste et charnière de son existence, ballottée entre meurtres et traversée dantesque des badlands. La hyène savait qu'elle allez entendre parler de ce type à nouveaux car, de toute évidence,il ne pouvait pas êtres mort, malgré son age et son facteur auto-guérisseur plus faible que le sien. Elle voulait le revoir et l'anéantir, sentir le sang battre dans ses veine comme lors de son combat contre Ulysse, l'homme qui avait orchestré plus ou moins totalement sa chute dans Old Venturas en refusant de livrer le colis, préférant le laisser à La Hyène pour des raisons que seul les deux coursier (la hyène et Ulysse étant tout deux coursier à l'époque) connaissait.

Le convoie comptait un Tanker lourd ainsi que plusieurs sweeper et, tendit que plusieurs pillards faisaient grimper a coup de cross une dizaines d'esclaves femmes à l'arrière du tanker, Piggy, elle, monta dans la cabine et enclencha son volant et amorça une séquence personnalisé qui alluma le moteur.
C'est alors qu'un pillard vint à taper à la portière de la cabine.
« C'est bon boss, les filles sont chargées... »
« ça roule. »

Le femme tira alors sur une sorte de goupille qui enclencha un bruit de klaxon tonitruant, avant d'enfin ce mettre en route vers le Circle Pitt.

« J'y vais maintenant Momma ? »
« Nan attend un peu que le convoie avance. »

Piggy elle ignorait bien sur tout de ce qui allait bientôt lui arriver à elle et au reste du convoie.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: Old Man Logan le Août 28, 2016, 12:04:08
*Le camping-car s’envola, comme s’il s’agissait d’un simple pneu. Il tournoya dans les airs, décrivant une élégante série de boucles, avant de se fracasser violemment sur une série de bancs, jadis utilisés comme aire de pique-nique. Les vitres explosèrent, et des tas de bouts de verre pilés se répandirent sur le sol. Un bruit assourdissant, tonitruant, mais qui ne parvenait pas à effacer le bruit des lourds pas foulant le sol.

« Loooogaaaann… Huhuhu, petit, petit, peeeeettiiiiittt… Tu m’as donné… Une sacréééééee  faaaaaimmm, Looogaannn… !! »

De la bave s’écoulait de ses épaisses dents jaunâtres, et il poussa de la main une autre voiture, la renversant sur place, et arracha le capot du moteur. Un véritable colosse, un golem vert et massif. Il avançait, reniflant en cherchant sa proie. Hélas pour lui, Hulk n’avait jamais été un chasseur, tout au plus une brute, une brute qui avait fini par sombrer dans la plus sauvage des barbaries. Il continuait à marcher.

Logan, de son côté, s’était dissimulé dans un camping-car, son corps cicatrisant peu à peu des multiples blessures et coups qu’il avait reçu. Grognant lentement, ses griffes déployées, il voyait le géant vert se déplacer au milieu du vaste camping abandonné, maintenant un sinistre charnier rempli de cadavres, ricanant grassement, crachant sa bave acide sur le sol. Logan s’était rué sur eux sans réfléchir, uniquement guidé par la rage, mais il savait que sa rage ne permettrait pas de le vaincre. Hulk avait été l’un de ses premiers adversaires quand il était sorti du programme Weapon-X, à une époque où il bossait pour le gouvernement canadien. Il traquait alors un wendigo, et avait pensé tomber sur cette créature en croisant le chemin de Hulk. Le corps de ce monstre était si résistant que même ses griffes en adamantium ne pouvaient s’y enfoncer simplement.

Alors qu’il y réfléchissait, il constata qu’Hulk avait disparu. À travers sa fenêtre, Logan observait le décor, dehors, cherchant autour de lui, par-delà les bandes d’une persienne. Alors qu’il y réfléchissait, une ombre apparut soudain devant lui, et il vit l’œil énorme de Hulk, plaqué contre la vitre, avant qu’un choc sourd ne résonne sur le toit, ne déstabilisant le camping-car.

« Coucou, Looogaaannn… Tu viens faire un p’tit tour dans le Bolid’ avec moi, dis-moi ?! »

La main de Hulk souleva alors le camping-car, renversant Logan, qui se remit en avant, tentant de se diriger vers la porte… Mais cette dernière fut arrachée quand il débarqua par des doigts énormes, qui s’enroulèrent ensuite autour de ses jambes, l’envoyant dehors, ses griffes raclant le sol.

« Salut, mon pote ! Ça baigne ?
 -  Va… Va te faire foutre, connard… »

Hulk rigola encore, puis banda son bras. Le géant balança alors Logan, qui s’envola, traversant tout le camping dans les airs, s’écrasant contre le panneau électrique à l’entrée du camping, annonçant, justement, ledit camping. Le choc fit voler en éclats les ampoules, son corps s’enroulant dans une série de guirlandes électriques installées par le Hulk-gang, et il tomba sur le sol, entraînant plusieurs guirlandes avec lui, provoquant des myriades d’étincelles, pour s’écrouler sur le sol.

Tout autour du camping, les Hulk-boyz avaient décoré les lieux, accrochant, sur les guirlandes, des couteaux de boucher où ils avaient suspendu des corps éviscérés et fracassés par leurs bras, comme pour dissuader quiconque d’approcher, ou juste parce qu’ils s’ennuyaient. Logan les vit en se redressant lentement, de la fumée et des morceaux de verre pilé suintant de son dos.

Clignant des yeux, Logan entendit un choc sourd, et vit Hulk bondir dans les airs. Outre être d’une puissance terrifiante, ce foutu démon vert était aussi particulièrement rapide, utilisant ses muscles pour faire des bondis gigantesques. Le sol tremble quand il arriva devant Logan, avant de le saisir par la tête.

« Je m’étais isolé, tu saaaaiss… Quand tout a foutu le caaaaamp… Je me suis réfugié dans la Vallée de la Mort, et je pensais que personne ne viendrait me faire chier. Mais des gens sont venus… Pour eux, c’était leur pèlerinage, tu comprends ?
 -  Hmmm…
 -  Réveiller la Bête, réveiller le monstre… Ils voulaient réveiller le Vengeur en moi, tu saisis, Logan ? Ha ! Les naïfs… Les idiots ! Pourquoi vouloir des héros dans un monde où ils ont disparu ? Regarde-toi, Looooogaan… Tu te prends pour un héros, hein ? Nous sommes des animaux, tous les deux… Mais merde, Loooogaaaann, tu imagines un peu… ? Tout le mal que ça m’a pris… Imagine le nombre de types qui n’ont pas survécu aux radiations, le temps que ça m’a pris pour faire ma famille. Et toi, avec tes griffes de merde, tu débarques, et tu penses pouvoir me renier tout ça ? Je t’accrocherai sur l’un de ces crochets, Loooogaaaannn… Tu y seras bien, là… Comme Prométhée accroché à son rocher, et qui se faisait bouffer tous les jours par des rapaces ? Une fin poétique pour une merde comme toi, non ? Huhuhu… »

Ses doigts massifs enserraient la tête de Logan, l’immobilisant… Jusqu’à ce que ce dernier ne plante ses fameuses griffes dans le poignet de Hulk, enfonçant sa chair. Hulk hurla de douleur pour la première fois, et libéra Logan, manquant de peu de lui broyer la tête. Ce dernier retomba sur le sol, et frappa les jambes du monstre… Avant de se recevoir une claque magistrale qui le souleva du sol, et l’envoya valdinguer sur le capot d’une voiture, explosant le pare-brise, puis le faisant rebondir sur le toit.

« Hoooooooooooo, Looooogaaaannn… Tu m’as fait MAAAAAAAAAAAAAALLL !! HAAAAAAAAAAAAA… LLOOOOGAAAAAANNN !! VIENS VOIR PAAAAAPAAAAA !!! »
*



« Là, ils sont là… La garde a été renforcée… »

Ils n’étaient qu’une poignée contre une division entière de tueurs psychotiques et meurtriers. Logan pouvait les voir, avec des tatouages noirs situés le long de leurs dos nus, arborant des machettes coincées dans leur ceinture, ou des fusils dans le dos. Ils parlaient fort, et faisaient rugir les klaxons, plusieurs véhicules blindés équipés de piques et de pointes se trouvant autour d’un interminable camion-essence blindé. Un énorme camion, en réalité, avec, à l’avant, des pointes en fer filant au bout du capot, et des herses blindées sortant des jantes.

« La Hyène protège toujours leurs convois… Elle a beau diriger cette région, elle a de nombreux ennemis, sans parler des attaques de monstres, ou des mercenaires embauchés par les Tekhanes pour faire du ménage.
 -  Qu’est-ce qu’ils convoient dans leur citerne ?
 -  De la monnaie d’échange. La Hyène a besoin de pétrole pour faire fonctionner toutes ces machines. Mais l’essence, c’est pas gratuit, alors, pour payer, elle envoie des esclaves… Des femmes. Plus elles sont en bon état, et plus ça rapporte. »

En fonction du nombre de femmes et de leur qualité, on leur donnait une certaine quantité d’essence, et c’était comme ça que ce petit troc fonctionnait. S’il n’était pas aussi épuisé, Logan aurait sans aucun doute pu apprécier l’ironie de la chose, lui qui avait quitté un monde devenu fou pour tomber sur un autre monde, tout aussi démentiel que le précédent… Si ce n’est plus. Logan s’écarta de la vue du camion, remontant la petite ruelle pour rejoindre un parking où deux des esclaves s’affairaient près d’un véhicule volé aux hommes de La Hyène. Ils s’étaient tatoués et peints en blancs, de manière à ressembler en tout point aux hommes de La Hyène, et ainsi pouvoir rejoindre le convoi. Pour ça, ils avaient détourné l’un des véhicules qui servirait à protéger le convoi.

Logan grimpa à la place du chauffeur, pendant que l’un des deux s’appuyait sur l’une des portières, et le second sur l’autre côté. Logan démarra alors, sentant le moteur rugir. La voiture était vieille, endommagée. Les vitesses passaient mal, et l’embrayage était usé.

« Putain, c’est un miracle si ces bagnoles sont pas mortes… »

Il démarra, sortit du parking, puis rejoignit le convoi, et écrabouilla le klaxon pour signaler sa présence. La vitre était fumée, et, pour éviter tout risque, il avait mis des lunettes de soleil, dissimulant son visage. Attaquer le convoi dans la ville était suicidaire, le projet était de le faire en-dehors, de libérer les filles coincées dedans, en espérant que Hope soit dans le lot… Ainsi qu’Ashley. Car, après tout, Logan était venu pour ça initialement.

Tout ce qu’ils avaient à faire, maintenant, c’était d’attendre que le convoi parte…


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: la Hyène le Septembre 03, 2016, 11:57:26
Piggy laissa aux hommes le temps de ce mettre en place dans les véhicule, en lançant par la même occasion un fuguasse regard à son Impératrice au travers du rétroviseur.
« C'est bon boss… Tout les gars sont montés. »
« Ok… »
Sur ceux, la femme masquée revint à faire sonner son klaxon puis… Elle démarra lentement, soulevant une lourde masse de poussière. Dehors, les autres pillards observait le co,voie qui partait, traversant la rue principale de Breakbones' en hurlant et en vociférant férocement dans les air.

La conductrice du camion avançait donc à toute allure dans l'étendue de sable morne et sinistre, observant l'Horizon avec prudence, son souffle fort passant au travers de son masque dans un sifflement abrupte. Derrière le convoie, Breakbones semblait disparaître petit à petit, tendis qu'au sommet de ce dernier, une légère lumière vint à apparaître, à la manière d'un miroir qui se refléterait au soleil, signalant ainsi au Circle pit le départ du convoie.
Sur le camions, Plusieurs hommes et femmes montait la garde, observaient eux aussi l'horizon, armes à la main.



« C'est bon Malaria… Vas y. »
« Bien Momma. »

Sur ce, la jaune pillarde s'empressa de rejoindre son garage, dans lequel un énorme véhicule (http://cdn1.autoexpress.co.uk/sites/autoexpressuk/files/2/59/madmax_bigfoot_0_0_0.jpg) était entreposé et prêt à partir. Malaria grimpa alors dedans, accompagnée par trois autres pillards qui prirent place sur le toi de l’immense monster truck au roue disproportionnées.
Cet alors qu'une femme vint à faire grimper dans l'habitacle du véhicule… Hope, qui n'était pas partit avec le reste du convoie, Derbie atant eu la brillante idée de faire suivre un autre chemin à sa « fille » afin de s'assurer que la belle rousse finisse bien au Circle Pit en tant que lot spécial.
D'ailleurs, avant que Malaria ne démarre son véhicule d'assaut, La hyène vint à l'appeler du haut d'une sorte d'estrade donnant sur l'immensce garage.


« Oublie pas Malaria… Ramène cette pute entière à Gaige… Ou je t'assure que ce sera la dernière des erreur que tu fera de toute ta misérable existence. »

La jeune femme hocha alors la tête, en ravalant discrètement sa salive, comprenant là qu'elle n'avait pas droit à l'erreur.
Pour ce qui était de Gaige… Et bien ce dernier était le véritable nom de « L'Outcrieur », un pillard très proche de La Hyène (enfin… Professionnellement parlant), l'homme avait suivit Derbie depuis Nuka World, une autre capitale de Pillards se trouvant à l’intérieur d'un gigantesque parc d'attractions appartenant à Derbie. Quand cette dernière était montée au pouvoir en butant l'ancien grand manitou, Gaige était en quelque sorte devenue son conseillé et en guise de « remerciement » cette dernière lui avait donné les renne du Circle Pit, cependant, l'homme savait qu'il n'avait pas les plein pouvoirs et que, comme tout les autres généraux de Derbie, le moindre faux pas le conduirait à sa mort… Derbie était une impératrice respectée et crainte à la fois, un mélange de peur et de fascination qui lui permettait donc de contrôler les pillards dans ses terres en friches.

Une fois cela fait, Malaria démarra alors son véhicule puis prit une route différente de celle du convoie de base, rejoignant ainsi le Circle pit de manière plus sur.

La Hyène quand à elle alla reprendre place dans son antre, s'affalant sur son trône de chair et d'acier en scrutant froidement l'horizon… Repensant encore à ce foutu batard qui l'avait ouvertement défié.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: Old Man Logan le Septembre 04, 2016, 12:12:06
Par expérience, Logan savait que c’était quand on était au sommet du pouvoir qu’on se sentait le plus seul... A fortiori dans ce trou à rats puants remplis de psychopathes et de malades mentaux. La Hyène dominait par sa cruauté et sa puissance, mais Logan était sûr qu’il n’y avait pas un seul de ses lieutenants qui ne rêvassent pas de la décapiter pour prendre sa place. Et il était plutôt bien placé pour le savoir, car il avait connu un monde de ce type, où la loyauté d’un lieutenant envers son supérieur dépendait de l’épaisseur de son portefeuilles, et du nombre de balles qu’il restait encore dans le barillet. La géopolitique de zones post-apocalyptiques n’était, en soi, pas bien compliquée. C’était la loi du plus fort qui s’appliquait, et La Hyène, par son facteur autoguérisseur, avait assurément un sacré joker dans sa manche.

Dans la casemate de son Sweeper (http://www.zupimages.net/up/15/23/cejs.jpg), il crispait ses doigts sur le volant. Logan avait recouvert ses mains de mitaines, et portait une veste en cuir sur son débardeur blanc. Son corps avait plutôt bien cicatrisé de sa folle cavalcade dans Breakbone, et il savait maintenant quoi faire. Rejoindre le Circle Pit, et libérer les esclaves. Le reste ? Il n’avait pas la prétention de combattre une armée entière. Certes, il disposait de son facteur autoguérisseur, mais ce n’était pas pour autant qu’il était invincible. Voilà pourquoi, outre ses griffes, la voiture comprenait plusieurs armes à feu.

Son copilote retourna à l’intérieur de la voiture, et annonça l’évidence :

« On démarre. »

Logan hocha lentement la tête en grommelant, ayant vu les voitures de devant démarrer. Il le fit également, et roula tranquillement. La zone était ultra sécurisée. Les esclaves en fuite lui avaient expliqué qu’il s’agissait jadis de l’une des plus belles cités tekhanes, mais elle avait été totalement abandonnée quand l’armée avait dû partir. On voyait maintenant une ville délabrée, avec de grands immeubles sinistres, hantés par des cinglés. En quittant la ville, Logan vit des corps crucifiés, des individus qui avaient été pendus à des poteaux, d’autres qui avaient été dépecés, des cadavres squelettiques flottant dans des gibets suspendus à des balcons. L’imagination humaine dans tout sa splendeur...

Le mutant continuait à rouler au pas, en queue de convoi, avant de voir plusieurs motos filer à droite et à gauche. Prudemment, il s’enfonça contre son fauteuil, entendant les tueurs de La Hyène parler de vive voix. Des klaxons rugirent alors, tonitruants, et un brouhaha intense s’éleva dans la foule. Logan vit les habitants se presser à leurs fenêtres, hurlant et scandant le nom de La Hyène en brandissant le poing.

Puis, après un virage, Logan les vit.

« Mazette... »

Sur sa droite, il y avait, au-delà du cour d’eau qui serpentait à travers la ville, un grand garage avec d’énormes camions. Les porte-guerres (http://img110.xooimage.com/files/d/d/7/fury_road_warrig_001-504ef29.jpg), des chars d’assaut ambulants.

« Les Porte-Guerres... C’est ça qu’il nous faut prendre. Ce sont les camions-citernes de la région. Ils sont particulièrement fortifiés, car ils transportent le pétrole.
 -  L’or noir... »

Le nerf de la guerre... Le pétrole. Logan grommela encore. Le porte-guerre comprenait une carcasse de voiture sur le toit, faisant office de vigie, des roues cloutées, et traînait derrière lui une citerne servant à le maintenir en essence. Même si le véhicule était lourd, et avait une faible accélération, les porte-guerres avaient une très bonne accélération, car ils comprenaient deux moteurs V8. À eux seuls, ils pouvaient dégommer plus d’une vingtaine de voitures. Tout en écoutant les explications de son acolyte, Logan lui fit une remarque :

« Tu paniques trop, ton maquillage est en train de couler. Calme-toi un coup, petit.
 -  Hein ? »

Nerveux, l’homme s’observa dans le miroir de la voiture, et vit effectivement, sur son front, la peinture blanche dégouliner un peu. Ses mains tremblèrent alors nerveusement, et Logan posa une main ferme sur son poignet.

« Tout va bien se passer, okay ? Tout ce que t’as à faire, c’est pas flipper comme une gonzesse, et de me laisser m’occuper de ses pédales.
 -  Ouais... Ouais, ouais... C’est juste que... Putain, quoi, j’aurais jamais cru sortir un jour de ces saloperies d’égouts, et... Et... J’ai toujours cru que le Prophète était une légende, v’voyez ? Alors, tomber sur un de ces agents, avoir la preuve que c’est vrai... Merde, vous pouvez pas comprendre ce que j’ressens ! »

Logan resta silencieux, ayant effectivement bien peu de chances de le comprendre.

Entre-temps, le convoi venait enfin de sortir de la ville, rejoignant une lande désertique.

« Okay... Les autres devraient être au défilé, maintenant. »

Pour rejoindre le Circle Pit, il fallait passer par un canyon situé au bout de la vallée. C’était là que, normalement, les autres esclaves s’étaient rendus cette nuit. Il y avait un petit avant-poste ennemi comprenant peu d’hommes, et qui faisaient office de poste de guet. Tout le plan était d’aller jusque-là, et d’attaquer ensuite.

« Alors... Comment est l’Oasis ? »

Excité comme une puce, l’esclave cherchait à tuer le temps, et un léger rictus traversa les lèvres de Logan.

« Ben... C’est vert, y a des arbres, des palmiers, de la flotte... Un paradis pour écolos’, quoi... Un oasis.
 -  Vous savez, je ne sais pas vraiment si cet endroit est aussi idyllique que ce qu’on en dit, et, honnêtement, j’ai des doutes... Mais, je me dis... Qu’est-ce qui pourrait être pire que ce que j’ai vécu ici, hein ? »

À cela, Logan n’avait rien à ajouter.

Il ne voulait pas déprimer le petit.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: la Hyène le Septembre 04, 2016, 03:11:37
Le convoie avançait donc « tranquillement dans les plaine aride du meldown… Une vaste étendue morte, un peu comme Old venturas, mais en encore plus déserte. Old Venturas et le Meltdown était les deux régions là où l'influence de Derbie était la plus présente, deux zone désertique ressemblant à une sorte de Nevada post apocalyptique. La Hyène avait parcourue ses terres de longs en large, comme tout les Badlands, affrontant les danger et les légions qui osèrent se mettre en travers de sa route. La Répubique Pro-Celkhanne et les légions de Ceasar en avait fait les frait d'ailleurs, ainsi que la confrérie de L 'Acier qui, bien qu'ayant était à l'époque la plus grosse armée des Badlands, avait fini par s'éteindre définitivement. Mais les principaux actes que les pillards et les gens retienne de la part de la Hyène son sans nul doute sa traversé de la Ligne de Partage… Seule et sans son facteur autoguérisseur, une traversé qu'aucun homme n'aurait put faire en théorie, la ligne de partage étant à elle seule plus meurtrière et violente que le Meltdown et old venturas réunie, pour preuve… Personne n'en est jamais revenue… Sauf la Hyène. Ballottée entre tempête radioactive, séisme, orage nucléaire et au main d'une faune sanglante, la Ligne de Partage est à se jour la zone la plus sauvage et inhospitalière des Badlands et la Hyène elle, par pur vengeance envers la seule autre personne à l'avoir traversé, l'a franchit et en est revenue… Actionnant au passage les dernière ogives nucléaire enfouie dans les silo de Hopeville et d'Ashton, juste après avoir abattue l'homme qui l'avait amenée ici bas, dans cet enfer.

Le Combat de la ligne de partage avait fait écho dans toute les terres désolées et même au-delà… Mais La ligne de Partage n'est pas le seul endroit mortelle d'où la Hyène est revenue vivante… La Sierra Madre, un casino gigantesque entourée par un nuage rouge sang, le Canyon de Zion et le centre de recherche du Grand Rien… Toutes ses zones, La Hyène y avait laissé sa marque, juste avant la bataille du barrage Hoover où les dernières poches de résistance Pro Celkhane et des légions de Ceasar finirent par mourir, laissant alors à la Hyène le contrôle total de la ville et du désert d'Old Venturas.

Si les pillards craigne et vénèrent Derbie, ce n'est pas que parce qu’elle est une impératrice impitoyable et Cruelle, c'est aussi et surtout grâce à ses actes, des actes monstrueux qui lui permirent d'anéantir à elle seule des armées entières. Personne ne sais qui est l'a Hyène réellement…  elle est comme une ombre sinistre, une ange de la destruction mue par la violence et le contrôle et à chaque endroit où elle a posée les pied, toute les milice et armée qui y étaient… Finirent par s'éteindre, laissant ses terres aux seules hommes et femmes qui était suffisamment fort pour en prendre le contrôle… Les pillards.
Mais le revers de cette sinistre médaille est que la hyène à toujours était seule… Toute sa vie elle à marché seule et elle restera toujours seule et c'est cette solitude qui on rendue ses actes plus légendaires encore.


Mais pour l'heure, le lourd convoie continuait d'avancer dans le sable et la poussière sans s'arrêter, avalant les kilomètres à une vitesse affolante. Mais cet alors qu'au niveau des dunes… Un détail vint à interpeller un pillard qui était sur le porte-guerre de Piggy, ce dernier prit alors de vieille jumelles et, sans en dire plus, il ce atta vers le coque-pite du véhicule tapant alors sur le toi de ce dernier.

« Boss… Il y a d'autres Véhicules au-delà des dunes… C'est pas les notre apparement. »

« Piggy lança alors un regard froid en direction desdites dune et cet alors qu'elle vit une lourde jeep blindée verte bondir, suivie par d'autres véhicule militaires lourdement armés ;

« ARTILLEUR !!!!! » Hurlat alors un homme en pointant les véhicule du doigts.

Piggy lachat alors un profond soupir, avant de ce faire une fois encore interpeller par le pillards.

« On fait quoi boss ? On trace ? »

Un léger silence s'installa alors sur la scène… Avant que la femme vienne à passer un vitesse en attrapant ensuite la chaine de son klaxon.*

« On les Fracasse. »
« Ouai… ça ça me plait ! »

L'homme remonta alors sur le toit du camions, et vint se mit à faire plusieurs signe à différent véhicules pour qu'ils se mette en position d'assaut.

« Artilleur ! Tous en positions aller aller aller ! »


Cet ainsi que plusieurs hurlement de plaisir vinrent à retentir ce mélangeant au bruit de klaxon et d'armes à feu.

Cela risquerait peut être de ralentir le convoie… Mais une petite troupe d'artilleurs, ça n'était pas grand-chose…. À moins qu'il y ai derrière les dunes plus de véhicules que prévus.


Titre: Re : MAD LOGAN : Hyena Road [PV]
Posté par: Old Man Logan le Septembre 04, 2016, 09:35:57
Affronter tout un convoi ne risquait pas de déranger particulièrement Logan. Quand on avait affronté Hulk, et l’armée nazie de Crâne-Rouge dans une Washington transformée par ce dernier, on pouvait se targuer d’avoir vécu beaucoup de choses. La Hyène était puissante, Logan avait eu l’occasion de le vérifier... Mais était-elle plus dangereuse que tous les psychopathes que Logan avait affronté au cours de sa longue vie ? Plus redoutable que Dents-de-Sabre, que Magneto, qui lui avait une fois fait sortir tout son adamantium de son corps, manquant bien tuer pour de bon Logan, et provoquant en lui ses plus graves cicatrices modernes ? Plus violente que le Régent, qui avait voulu utiliser Logan pour devenir immortel en parvenant à développer un facteur autoguérisseur ? Plus sanglante qu’un Hulk devenu totalement fou, et qui avait balancé Logan dans tous les sens, comme on frappe un punching-ball ? L’homme traînait derrière lui de multiples casseroles, et de multiples exploits. Il avait affronté, dans le monde dont il était originaire, l’Ordre du Silence au Japon, une sorte de survivance moderne des samouraïs, qui avait profité de l’effondrement du monde pour contrôler l’intégralité de ce pays insulaire. Honnêtement, quand on faisait une rétrospective du passé, on relativisait en se disant qu’on avait déjà été dans de sacrées galères, et que, à chaque fois, la vie s’était refusée à le quitter.

Le défilé approchait. Un épais massif montagneux se trouvait au fond du désert, avec un trou. Il était possible de le contourner, mais la tâche était ardue, car le sable était nettement plus épais, et, malgré la solidité des voitures, les pneus pouvaient s’encrasser. De plus, il y avait, ici et là, de profondes failles sismiques, des trous béants dans lesquels n’importe quel véhicule se pulvériserait en mille morceaux. Bien sûr, on pouvait contourner ce passage pour rejoindre quelques ponts ancestraux, ou d’autres passages plus éloignés, mais ce n’était pas spécialement recommandé. Les monstres, les tempêtes de sable, la distance... Les Badlands n’étaient pas un endroit conçu pour faire du tourisme.

« On se rapproche... J’espère qu’ils ont assuré.
 -  Détends-toi, mon pote. »

Logan, lui, commençait à ressentir, le long de ses membres, le frisson de l’excitation le traverser. La bataille allait bientôt arriver, et... Et il se découvrait à aimer ça. Pendant des années, le vieux mutant avait limé ses griffes, s’était refusé à se battre, s’était laissé marcher dessus. Rien de tout cela n’avait marché comme il le souhaitait. Chassez le naturel, et il revenait au galop. Tuer, découper, éviscérer, démembrer, mutiler, massacrer... C’était dans ce domaine qu’il était le meilleur dans sa partie, tout simplement.

Les véhicules approchaient rapidement, et repérèrent alors, autour du canyon, plusieurs voitures se rapprochant d’eux.

« C’est les nôtres ?
 -  Ça ne peut être que les nôtres... »

Wolverine acquiesça, avant de voir le véhicule devant lui exploser violemment. Une bombe sembla l’avoir frappé, et il pila en braquant sur la gauche, évitant la carcasse enflammée qui s’envola en hauteur, avant de se fracasser sur le sol, rebondissant dans le sable.

« PUTAIN DE MERDE ! »

Qu’est-ce qui venait de se passer ?!

« C’est nos contacts ! Ils utilisent le mortier de l’avant-poste !
 -  Un mortier ? Bordel de merde, depuis quand y a un putain de mortier dans cette merde ?
 -  C’est un dispositif de sécurité très efficace...
 -  Et si tes petits copains nous font éclater avec, hein ?!
 -  On a mis un drapeau à l’arrière du voiture, pour qu’ils nous repèrent...
 -  T’es au courant que le mortier est pas vraiment une arme à la précision infaillible, ducon ? »

Depuis l’avant-poste, une tour se dressait en hauteur, avec, à son sommet, un canon dressé vers le ciel, que les rebelles utilisaient pour canarder la zone. Pendant ce temps, cinq ou six voitures apparurent depuis les dunes, à droite et à gauche, et Logan vit les artilleurs du porte-guerre ennemi se mettre à tirer, balançant des espèces de harpons explosifs sur une voiture, l’enflammant, mais sans la détruire.

Logan rétrograda, et fila sur la droite, se rapprochant du porte-guerre, et regarda dans son rétroviseur en effectuant sa manœuvre, coupant le chemin d’un des motards. Ce dernier heurta l’arrière de la voiture, hérissée de pointes tranchantes, et poussa un hurlement de douleur en s’envolant. Logan accéléra ensuite de nouveau, restant dans le dos du lourd camion, pendant que deux voitures se heurtèrent devant.

Parmi les véhicules des rebelles, une sorte de fourgon alla se mettre devant le camion, et une porte s’ouvrit à l’arrière, révélant un homme assis sur une chaise, tenant une mitrailleuse lourde.

« MORT À LA HYÈNE !! »

Ilécrasa les deux gâchettes, et le canon de l’arme émit un sifflement avant de se mettre à tourner, et fit feu, canardant le moteur et le cockpit du redoutable porte-guerre.

Les choses sérieuses commençaient.