Le Grand Jeu

Plan de Terra => Les landes dévastées => Discussion démarrée par: Camille Temple le Juillet 28, 2015, 07:50:10



Titre: Un pouvoir convoité (Shad <3)
Posté par: Camille Temple le Juillet 28, 2015, 07:50:10
La grossesse de Camille était de plus en plus avancée. Elle n’était pas encore au terme, mais son ventre s’était considérablement arrondi. La magie pouvait dissimuler cet état de fait, et la faire paraître moins vulnérable face aux étrangers, mais le fait est qu’elle ne reconnaissait plus son corps. Elle était sujette à des sautes d’humeur, parfois, et passait du rire aux larmes sans autres raison que les hormones. Ses seins avaient, comme son ventre, pris du volume. Elle avait l’impression de ressembler à un ballon géant, et son dos la tiraillait parfois. Pour dormir, c’était également la galère. Impossible de se rouler en boule, comme elle en avait l’habitude. Dormir sur le ventre était hors de question, et sur le dos elle n’était pas à l’aise. La seule solution qu’elle avait trouvé, que Meghan lui avait soufflé en fait, c’était de dormir adossée sur ses oreillers. Elle n’était pas très à l’aise, mais c’était mieux que rien. La fatigue la faisait s’endormir assez rapidement. Mais elle se réveillait souvent après trois ou quatre heures de sommeil, le corps perclus de douleur.

Elle n’aimait pas ne pas pouvoir se faire confiance, émotionnellement. Après le sixième mois, elle avait dû arrêter ses activités professionnelles. Son ventre la gênait, et elle ne pouvait pas être aussi minutieuse qu’avant lors de ses créations de bijoux enchantés. Quant à ses escapades sur Terra, elle se fatiguait trop vite, et passait souvent d’une intense motivation à une intense dépression. Sans compter ces êtres qui la cherchaient. Desmond, son époux, n’était plus. Mais les entités par lesquelles il avait été possédé, avec qui il avait conclu un pacte diabolique, étaient toujours à sa recherche. Ils étaient appelés Les Grands Anciens. Camille avait eu affaire à eux, des mois plus tôt, alors qu’elle était à explorer les ruines d’un château.

Il s’était déroulé beaucoup de chose, ces jours-là. Elle avait appris des choses qu’elle ignorait sur ses ancêtres, même si elle avait failli y laisser la vie. Elle ne regrettait en rien cette aventure. Elle avait d’ailleurs pu, à cette occasion, rencontrer un homme formidable qui l’avait guérie de ses appréhensions, après sa mésaventure avec Desmond. Un homme courageux, et un amant vigoureux. Camille esquissa un sourire lascif en repensant aux circonstances dans lesquelles ils avaient fait plus intimement connaissance. Juste avant, elle avait pu rencontrer la déesse Sha, déesse des sorcières à laquelle sa grand-mère croyait fermement.

Mais beaucoup avaient péris, ce jour-là. L’expression de la sorcière s’assombri en repensant à cette milice, ce Haut-Inquisiteur qui étaient venu « purifier » le château de son ancêtre. Ce dernier n’avait certainement pas mérité d’être possédé par Dormin, le Grand Ancien qui pourchassait l’enfant de Camille, et qui avait également possédé son aïeule. Mais aujourd’hui, elle n’avait pas à s’en soucier. Ce jour même était dédié à la mémoire de ses parents, morts avant qu’elle ne puisse se souvenir d’eux. Ce jour était dédié à ses ancêtres, toutes celles qui hantaient ses rêves. Mais surtout, ce jour était consacré à sa grand-mère, qui l’avait élevée avec autant d’amour qu’une mère, et autant de fougue qu’un père. C’était le Jour des Morts, le jour où l’on rendait hommage aux êtres qui nous étaient chers, disparus brutalement ou paisiblement.

Esquissant un sourire à l’intention de Meghan, son assistante et apprentie, Camille étendit ses jambes devant elle. Elle était assise dans un tas de coussins, à l’intérieur d’une chaise de porteurs. En face d’elle, la jeune Meghan (http://orig00.deviantart.net/e630/f/2012/175/7/3/73b47714b783080062607e3f981a92a7-d54pim9.jpg), à peine âgée de plus de vingt ans, était assise en tailleur. Depuis que la grossesse de sa patronne commençait à se voir, elle l’escortait partout. Moins puissante que Camille, la jeune sorcière n’en était pas moins douée, et dotée d’un solide sens de l’honneur. Elle protégerait son maître d’apprentissage, quel qu’en soit le coût. Ce que la Temple n’était pas certaine d’apprécier. Elle ne voulait pas avoir la mort de Meghan sur la conscience. Elle ne voulait pas que la petite blonde, pleine d’entrain, se retrouve un jour étendue sur le sol, blême dans la mort, exsangue, avec un regard vitreux. Mais elle ne pouvait pas y faire grand-chose. Aussi têtue qu’elle, Meghan avait longuement argumenté avant que sa patronne, lasse et enceinte, n’abandonne le sujet.

Le convoi finit par s’arrêter. Les deux sorcières étaient arrivées à destination. C’était un coin isolé, perdu dans la désolation des Landes Dévastées. Alors que Meghan remerciait le cocher, Camille descendait prudemment. Un valet s’occupa de leurs affaires, et le cocher promit d’être de retour le lendemain, à la même heure, pour revenir les chercher. Sur ces mots, il reprit la route, disparaissant finalement au loin dans un nuage de poussière.

Avec un soupir, Camille commença à prendre quelques malles pour installer l’autel, mais Meghan intervint, arrêtant son geste d’une petite tape sur la main.

« Il faudrait vraiment que je te rappelle qui est la patronne ici, Meghan. »

Cette dernière sourit innocemment, et s’empara du tas de coussin pour les adosser contre le tronc d’un arbre calciné. Elle poussa la brune à s’y installer, et affirma s’occuper de tout. Tout ça, sous prétexte que Camille était enceinte. Et bien soit. Elle devait avouer que sa jeune apprentie n’avait pas totalement tort. La grossesse la fatiguait, et dès qu’elle se fut installée, elle sentit le sommeil s’emparer de son esprit, abrutir ses pensées et alanguir son corps.

« Pense à… Bien ériger les protections magiques, glissa-t-elle d’une voix ensommeillée, entrecoupée de bâillements, avant de laisser l’inconscience l’emporter. »

* * * * *

Des heures plus tard, lui semblait-il, Camille s’éveilla. La nuit était presque tombée. Elle avait dû dormir presque toute la journée. Elle se redressa contre le tronc, ou ce qu'il en restait, et évalua les environs, à la recherche de Meghan.

« Meghan ? »

Pas de réponse. Elle appela encore une dizaine de fois, avant de s’agripper à l’arbre mort pour se redresser. Du moins, était-ce son intention. Mais une décharge d’énergie la frappa soudain, lui coupant le souffle. Puis une seconde, rapprochée, paralysant ses mouvements et son esprit alors qu’elle s’arquait sous la douleur. Quelqu’un profita de ce répit pour entraver l’un de ses poignets dans un cercle froid, dur et lourd. Elle n’eut pas le temps de se demander ce que c’était qu’elle le ressentit. Ses pouvoirs bridés se débattaient en elle pour s’exprimer, mais ce qui les bloquait, c’était cet anneau d’obsidienne qui cerclait sa peau pâle. Elle voulut se dégager, mais quelqu’un attrapa son autre main et la relia à la première, derrière son dos.

Elle ne voyait rien, que des silhouettes sombres qui s’agitaient autour d’elle. Où diable est donc Meghan, quand j’ai besoin d’elle ? S’interrogeait la sorcière en serrant les dents. Plus elle se débattait, et plus les menottes meurtrissaient sa peau tendre. Elle regretta bien vite sa pensée en voyant une silhouette se débattre. Une chevelure dorée scintilla à la lueur d’une torche, et Camille su sans le moindre doute qu’elle appartenait à son assistante.

« Meghan ! Appela-t-elle. »

Un gémissement étouffé lui parvint, alors qu’une voix résonnait dans sa tête et que les silhouettes assombries par l’obscurité l’encerclaient.

« Je serais toi, j’éviterais de trop m’agiter. Le bébé pourrait être endommagé… »

Elle se raidit immédiatement. Endommagé, vraiment ? Mais ce n’est pas un objet, avait-elle envie de crier. C’est un bébé, un être vivant ! Elle se contint cependant, et s’efforça de se tenir aussi droite que possible. Meghan gémit à nouveau, et Camille leva les yeux vers elle. Les torches éclairaient à présent la scène dans son intégralité. Des golems, constitués de chair morte et assemblée comme un patchwork, retenaient la blondinette bâillonnée. Elle avait également les poignets entravés par des menottes d’obsidienne, mais pas seulement. Les chevilles aussi.

« Tu as le choix, ma chère Camille. Ton enfant, ou ton assistante ? »

La voix résonna à nouveau dans sa tête, cinglante et mesquine, alors que Camille secouait la tête. Ce n’était pas un choix. Elle ne pouvait pas choisir entre la chair de sa chair, et la gamine qu’elle avait élevée comme son enfant depuis qu’elle l’avait recueillie, perdue, sanglotante et à moitié morte. Elle ne pouvait pas, c’était impossible.

Mais les golems de chair n’étaient pas de cet avis. Et un gémissement plus perçant, provenant de son apprentie, déchira le silence pesant.

« Arrêtez ! Qui êtes-vous ? »

Un rire glaçant déchira les ténèbres alors qu’une silhouette plus massive s’avançait entre les golems. Un vrai colosse, au teint aussi noir que la pierre d’obsidienne qui entravait la captive. Le crâne chauve, rasé, il avait un visage aux traits durs, marqués de cicatrices. Ses yeux dorés, littéralement, brillaient à la lueur des flammes, alors qu’il esquissait un sourire de ses lèvres minces. Ce faisant, son nez -tordu par de multiples coups- bougea légèrement, exhalant une sorte de fumée blanche. Et Camille put sentir le soufre de son haleine quand il se pencha vers elle.

« Je suis autrement plus coriace que Dormin, laissa-t-il simplement échapper, avec une tonalité grave et rocailleuse. »


Titre: Re : Un pouvoir convoité (Shad <3)
Posté par: Shad Hoshisora le Juillet 29, 2015, 07:49:40
L’os craqua sous la puissante mâchoire du canidé, se brisant en deux parts égales. Une patte noire et ferme vint se poser contre l’une des extrémité, le tenant en place tandis qu’une gueule garnie de crocs attrapait des lambeaux de chairs qu’elle arrachait sans trop de difficulté de l’os, rognant jusqu’ à la dernière trace de viande, ne laissant qu’un ossement au blanc immaculé dont la moelle était précieusement attaqué par la suite. Le jeune faon qui gisait sur le sol ne  verra jamais un second printemps et ne connaîtra jamais les joies de la saison des amours, période où il aurait pu espérer voir ses gênes assurés par une quelconque descendance. C’était là les aléas de la vie sauvage et ce pauvre mammifère n’avait tout juste pas eu de chance de tomber sur la Louve qui, sur le coup de l’envie, l’avait pris en chasse jusqu’à le mettre à terre et lui porter le coup fatal.  L’animal se releva, bien plus grande qu’un loup de taille normal et fit le tour de la carcasse, plongeant son museau dans le ventre ouvert où elle y arracha des morceaux de chairs, maculant son museau de sang encore frais. Une langue passa sur ce dernier y récoltant les gouttes couleur cramoisie.  Shad pouvait manger aussi bien de la viande cuite ou crue sans risquer de tomber malade, une aubaine en soit. Pourtant quand elle arracha un autre morceau de muscle, la Louve souffla une fine flammèche, cuisant la viande avant de l’engloutir en quelques coups de crocs.  Ainsi elle variait, de temps à autre elle brûlait des morceaux par simple envie et également car elle le pouvait.  Un autre os se brisa sous la force de sa mâchoire pendant que le vent n’apportait à ses oreilles que l’écho du silence.

L’endroit où l’Okami s’était installée n’était autre qu’un coin reculé dans les Landes Dévastées, un endroit où très peu de voyageur passait. Considérant cette logique, elle devrait être en paix un petit moment. Après, elle avait à présent un petit pied à terre dans le royaume d’Inferis et pouvait s’y rendre quand bon lui semblait, sans oublier le fameux communicateur qui lui permet de rentrer en contact avec l’Amiral Ishtar et donc de bénéficier, si besoin, des aides de la flotte du royaume susnommé. Mais pour l’heure, elle mangeait, elle la contacterait peut –être ce soir ou bien demain, elle verrait.  Il fallait aussi encore qu’elle règle cette histoire de Talisman qui malgré toute l’aide qui lui avait déjà apporté lui avait également rapporté son petit lot de problème.  Son séjour en  Enfer elle n’était pas prête de l’oublier ceci dit !  Au moins une chance dont la Louve pouvait se  tanguer était bien que sa vie était loin d’être dénudée d’intérêt, ce  qui n’était pas pour lui déplaire loin de là ! Sa langue repassa sur sa truffe, nettoyant une nouvelle fois le sang avant que ce dernier ne soit de nouveau souillé quelques secondes plus tard. Le faon  au bout de deux bonnes heures était devenu une véritable carcasse d’ossement parfaitement nettoyé, aucune trace de viande ne restait sur ces derniers. Pour un repas, la Louve avait festoyé. Repue, elle garda sa forme actuelle, posant son museau sur ses pattes avant croisé devant-elle avant de piquer un petit somme, oreilles aux aguets. A peine avait-elle commencé à dormir que le vent lui apporta l’écho de voix lointaines.  Trois au début puis deux, féminines. La lycane écouta un bref instant la conversation avant de retourner dans les bras de Morphée, pour l’heure ces personnes étaient loin  d’être seulement à une dizaine de mètres d’elle et si des voyageurs passaient pas là, que pourrait-elle dire ?

La nuit fut bien calme les premières heures, la présence des deux femmes ne dérangeant nullement la Lycane. Du moins jusqu’à ce qu’un cri perçant brise le silence nocturne, explosant en même temps les tympans sensible de la Terranide. Cette dernière émit un grognement et jurant une flopée d’insultes avant de se relever, curieuse d’avoir entendu un tel cri. Un cri qui ne pouvait signifiait qu’une chose : Quelque chose se tramait là-bas, restait encore à définir ce dont il s’agissait. Prudemment et à pas de loup, l’Okami pris la direction de la source du cri, laissant les odeurs et les sons lui apportaient différents éléments de réponse.  De la chair morte, des menaces…Il n’était pas évident de savoir ce qui se tramait réellement mais elle était sûre d’un fait : Ca puait la mort ce qui voulait dire qu’il devait y avoir des serviteurs décérébrés avec l’homme qui profanait ses menaces. Et pourquoi, pourquoi elle s’y dirigeait après tout ? Ce n’était pas son problème !  Sauf qu’elle ne pouvait l’ignorer, elle ne pouvait ignorer les cris, les menaces profanées. Bon sang, qu’était-elle en train de faire ?  Ses pas la menèrent jusqu’à la scène où, cachée dans la pénombre, elle put faire une rapide analyse de la situation. Deux femmes étaient enchaînés et à en voir la couleur des fers, il ne pouvait s’agir que d’Obsdienne. Joie. Un homme qui semblait faire un chantage, non il ne semblait pas, il en faisait un, offrant un choix cornélien à une femme qui était à toute évidence enceinte. Et dont l’enfant qu’elle attendait semblait intéressait cet odieux personnage et…des créatures faites d’amas de chairs, de peaux d’humains recouverts ensembles, des monstruosités mortes-vivantes. Non vraiment, elle se demandait presque si ce qu’elle allait faire n’était pas complétement stupide, ou plutôt si, ça l’était.

Profitant d’un effet de surprise, la Louve longea la scène, la pénombre la camouflant parfaitement, ses muscles roulant sous sa peau tandis qu’elle se dirigeait vers l’un des golems de chairs.  Puis, sans attendre une seconde de plus, elle s’élança, des veloutes de flammes s’échappant de ses pattes, courant le long de son échine pour finir sur la pointe de sa queue, sa gueule également semblait être une bouche des enfers, rougeoyant d’un feu qui fut lancé sur le premier golem dans l’optique de le réduire en cendre. La Louve se retourna rapidement, sautant sur le côté pour éviter une  attaque venant d’un autre golem. L’effet de surprise ne marcherait plus, mais au moins, elle avait pu en mettre un au banc.  Son regard croisa un instant celui qui se tenait près de la femme enceinte avant que son attention ne soit prise par  le combat.  Polymorphe, l’Okami changeait de formes entre sa forme animale et une forme plus lycantrhope, usant aussi bien d’armes blanches, de crocs, et de griffes ainsi que de sa magie pour se défaire de ses adversaires. Pourtant, plus elle en tuait, plus il en arrivait. Son regard azuré se posa rapidement sur l’apprentie. Si elle devait en libérer une de ses entraves,  mieux valait que ce soit celle qui n’est aucun malus physique. Car une grossesse prenait beaucoup de force à la mère. Et si cette femme avait des liens en obsidiennes cela ne pouvait que signifier qu’elle maîtriser une certaine forme de magie. Sans plus attendre, la Louve s’élança, des veloutes de flammes repoussant ses assaillants, et à hauteur de l’apprentie,  pris sa véritable forme et sortie rapidement une dague en adémentium forgée et bénie par une elfe du soleil et une walkyrie. Une dague qui avec sa jumelle pouvait se vanter de couper quoi que se soit. Les créatures approchèrent à grand pas et, saisissant le poignet un à un, coupa le carcan d’obsdienne, de même qu’avec les chevilles, juste avant de se prendre un violent coup de griffes dans les côtes, l’envoyant valdinguer plus loin. 

Du sang gicla de sa bouche au moment où son corps se percuta contre le tronc d’un arbre. En libérant la femme, la Louve avait également signé son arrêt de mort, se privant pendant une à deux bonnes minutes de ses capacités magiques et ce temps, même minime était primordial lors d’une confrontation. Son corps chutant au sol, elle posa une main contre la terre meuble, poussant pour se relever, avant de cracher du sang à terre.  Un golem l’attrapa, la soulevant sans douceur, et la Lycane se débattant, planta sa lame cachée en pleins dans son crâne. Cependant, cela ne semblait pas l’affecter et bien vite, elle sentit des griffes lui traversaient la peau et les organes, lui faisant rater un battement de cœur. Bon sang, pourquoi elle s’était lancée dans un combat perdu d’avance ? Son corps fut relâché brutalement sur un sol qui l’accueillit sans douceur. Si au moins sa tentative de délivrance avait servi à quelque chose, oh elle espérait tant qu’elle n’ait pas fait cela pour rien ! Que cette femme allait faire preuve d’une magie sans pareille et repousser leurs agresseurs ! Du fin fond de la nuit, un cri de rapace déchira le ciel, levant ses yeux vers ce dernier, la Louve ne put qu’entrevoir la forme d’un imposant corbeau de l’effroi qui abattit ses puissantes serres sur deux golems à la fois, étirant ses ailes en guise de défi.  Rukhmar, car tel était son nom, se positionna de sorte à avoir la Terranide sous l’une de ses serres, protecteur. Combien de temps restait-il avant qu’elle ne récupère ses capacités ? Une minute ? Trente secondes ? Peu importait, son état ne lui permettait plus de se battre, tout reposait sur l’apprentie et sur son corbeau de l’effroi qui pouvait, si besoin, faire un petit carnage. Et pour prouver cet état de fait, il envoya une nuée de plumes qui  devinrent aussi tranchante que des lames, transperçant les golems de chairs pour les repousser.



Titre: Re : Un pouvoir convoité (Shad <3)
Posté par: Camille Temple le Novembre 18, 2015, 06:04:36
Elles étaient perdues. C’était certain. Camille ne pouvait rien faire. Enceinte et entravée. Quant à Meghan, entravée et entourée comme elle l’était de ces golems, ce serait compliqué pour elle d’agir. Déjà, la sorcière se morigénait d’avoir entraîné son apprentie avec elle. Déjà, elle se sentait coupable de leur échec. Les larmes lui vinrent aux yeux rapidement, les hormones de sa grossesse la rendant sensible à la moindre émotion. Mais alors que le désespoir serrait le cœur de Camille et de Meghan, quelque chose intervint. Un loup, plus grand qu’un animal normal, qui paraissait sortir de l’Enfer. Ses pattes semblaient enflammer chaque pas, chaque coup que le lycan donnait. Les yeux encore brillants, la future mère observait avec incrédulité ce qui se passait. Le loup semblait être venu pour aider les deux femmes, fendant les rangs des golems avec force et fracas.

A cet instant, Camille nota plusieurs changements de formes de l’animal, et elle en déduisit que c’était l’un de ces fameux loup-garou dont elle avait tant entendu parler. Elle n’en avait encore jamais croisé, et elle mit un moment à réaliser ce qu’il se passait. Meghan, bâillonnée, s’agitait entre ses geôliers. La louve, car Camille avait pu voir que ce n’était pas un mâle, s’approchait de l’assistante. En quelques minutes, elle trancha les menottes d’obsidienne qui l’entravaient. L’aventurière réprima un soupir de soulagement, vite remplacé par un cri d’effroi quand la silhouette humaine vola soudain, frappée par l’une des créatures. Mais Meghan ne perdit pas de temps. Entourée de toute part par des golems, elle se rappela les leçons de son aînée. Les yeux mi-clos, elle conjura une lumière vive, et pure, qui frappa les plus proches de ses ennemis au niveau de la marque qui scellait leur condition. Cette marque fondit, et le golem se délitait. Respirant un peu mieux, elle ôta son bâillon d’un geste brusque. Elle allait venir en aide à la femme qui les avait aidé quand elle remarqua qu’un corbeau fondait vers elle et l’enveloppait de sa présence protectrice. Libérée d’un souci, l’apprentie tourna son regard vers Camille.

« Les golems ! Eut le temps de crier celle-ci avant que celui qui semblait être le chef n’enserre sa gorge dans un étau magique pour l’empêcher de parler. »

Mais ces deux mots avaient suffis. Les golems étaient nombreux, et sans eux, l’homme ne serait plus qu’un ennemi dangereux mais pas imbattable. Balançant les restes de ses menottes d’obsidienne, la blonde tendit les mains devant elle alors que des sphères lumineuses se dessinaient, entourant ses doigts agiles d’une lueur aussi vive que celle qu’elle avait conjuré peu avant. Plissant les yeux, elle ne pouvait pas regarder devant elle au risque de devenir aveugle. Alors elle frappa à l’aveuglette, essayant de toujours viser le front où se trouvait la marque qui scellait les golems. Sa technique fonctionna un temps, mais elle fut obligée d’en changer quand les créatures l’encerclèrent. Inspirant profondément pour ne pas céder à la panique et ne pas perdre ses moyens, l’assistante leva ses deux mains vers le ciel. La couverture d’encre qui annonçait la nuit sembla se dissiper alors qu’un point lumineux, pareil à une étoile, enflait progressivement. Elle espérait ne pas faire de mal à sa sauveuse et son protecteur, ainsi, mais elle devait utiliser cette manière de faire.

La lumière grossit, et devint pareil à un soleil ardent. Ses rayons lumineux frappaient les golems sur leurs marques. La concentration de Meghan était intense. Même malgré la forte luminosité, Camille voyait son front plissé par l’effort, et la transpiration qui perlait sur ses traits. Meghan était au maximum de ses capacités. Mais le sortilège fonctionnait. Bientôt, il ne resta des golems qu’un tas de chair fumante, et l’obscurité reprit ses droits. Meghan s’effondra à genoux, haletante. Dans un dernier effort, elle conjura une langue de pouvoir, invisible, qui rampa vers Camille et son ravisseur. La magie dénoua les menottes dans un claquement sec, et la sorcière tomba alors sur le flanc.

Enceinte, mais pas dépourvue de moyens, Camille tendit aussitôt l’une de ses mains vers l’homme à la peau d’ébène. Un jet de pouvoir à l’état brut le repoussa brutalement. Aidée de sa magie, la femme enceinte se redressa péniblement pendant ce temps. Jetant un coup d’œil à Meghan et à la femme protégée par le corbeau, Camille faillit se faire cueillir par une riposte du colosse aux yeux dorés. Elle se plaqua précipitamment contre la souche d’arbre mort, avant de se camper fermement sur ses deux pieds. Un pouvoir inconnu se mêla au sien alors qu’elle conjurait ses forces pour repousser l’agresseur. Un pouvoir qui venait d’elle, de son sein. De son enfant, comprit-elle. L’enfant protégeait sa mère comme il le pouvait. Avec un regain d’espoir, la sorcière emprisonna alors l’ennemi dans un carcan de pouvoir brut. Comme un cercueil qui se consolidait au fur et à mesure, devenant plus tangible grâce à l’aide de son enfant. Bientôt, l’homme hurlant des imprécations fut scellé dans ce tombeau de pouvoir brut. Comme pour rajouter des chaînes à la prison déjà formée, Camille invoqua la terre qui enveloppa alors la cellule d’une gangue d’obsidienne avant de happer l’ennemi en son sein. Qu’il retourne en Enfer, songea Camille, avant de se précipiter vers Meghan. Cette dernière, à la limite de l’évanouissement, était cependant juste épuisée. D’une caresse de magie, Camille l’enveloppa d’une couverture avant de se diriger vers leur sauveuse et son redoutable protecteur.

Levant les mains en l’air, en signe de paix, la future mère se rapprocha doucement.

« Vous êtes blessée ? Je peux peut-être vous aider… Vous nous avez sauvées, et vous nous avez permit d’échapper à un funeste destin. Laissez-moi vous montrer ma gratitude. »

Ses prunelles convergèrent vers les billes d’azur de la femme alors qu’elle s’immobilisait à quelques pas du corbeau. Malgré son combat, Camille recelait encore pas mal de pouvoir. Et l’aide de son enfant serait précieuse. Elle passa rapidement une main sur son ventre alors qu’elle le sentait bouger, lui intimant de rester calme un moment. Il la comprenait, elle en était certaine. Ce n’était pas un enfant ordinaire. C’était le sien.


Titre: Re : Un pouvoir convoité (Shad <3)
Posté par: Shad Hoshisora le Novembre 22, 2015, 05:27:35
A terre sous les serres de Rukhmar, la Louve reprenait peu à peu ses forces, sentant ses capacités revenir doucement. Maudite obsidienne ! Posant une main à même le sol,  elle tenta de se relever un peu, retombant bien vite contre la terre et ses callasses. Ses pouvoirs revenaient certes, mais ses côtes qui furent brisées elles, ne se réparaient pas avec la simple force de la volonté. Le coup du golem lui avait laissé une blessure bien handicapante et, elle ne pouvait compter que sur les deux femmes à présent pour finir le travail.  Et quelle puissance !  Ne pouvant réellement se mouvoir, la Lycane eut tout le loisir d’observer les impressionnants pouvoirs magiques de la blonde.  Elle plissa ses yeux quand la boule de lumière fut invoquée, détournant même un peu son regard de cette dernière pour ne pas être totalement aveuglée. Mais la chaleur qui s’en dégageait ne la gêna pas plus que d’ordinaire, au contraire, sa caresse semblait même faire plaisir à la lupine. Le corbeau de l’effroi quant à lui, fit apparaître des plumes enflammées qui permirent de deviner que la chaleur n’était également pas une menace pour lui. Les Golems aussi puissant qu’ils puissent être furent éradiqués avec une telle aisance, ce qui ne manqua pas d’estomaquer la Lycane.  Bha ! Ce n’était pas comme si son intervention eut été inutile !  En les libérant de leur carcan anti-magique, la Louve leur avait permis de se défaire de leur adversaire et de ses golems. Un adversaire qui à présent était six pieds sous terre dans un cercueil magique et anti-magique. Quand elle vit la gangue d’obsidienne qui se mit à recouvrir ce tombeau, la Lycane ne put réprimer un petit frémissement. Une chance qu’elle n’était pas à sa place ou son heure serait scellée.  Levant son regard vers la femme qui s’approchait, elle nota que cette dernière restait sur ses gardes. Tapotant contre l’une des serres de Rukhmar, sa propriétaire lui fait signe de s’envoler. Ce qu’il fit sans demander sans attendre, déployant ses grandes ailes, y donnant une impulsion,  soulevant un peu de poussière et partant dans les cieux.

« De rien.. »

Répondit la Louve face au remerciement qui lui était donné, s’assoyant tant bien que mal, une main contre ses côtes fêlées et brisées.  Bon sang, ça lui faisait un mal de chien !  Mais une petite seconde ? Cette femme ne lui avait-elle pas proposée des soins ? Au vue de la magie de combat dont elle avait fait preuve, la Terranide gageait qu’elle était également capable d’user de magie de soin. Et comment pourrait-elle refuser une telle offre ? Ce n’était pas  dans l’état actuel dans lequel elle se trouvait qu’elle pourrait s’amuser à gambader librement dans ces contrées sauvages.  Son regard croisant celui de son interlocutrice, la Louve pris donc la parole :

« J’accepte vos soins avec grand plaisir. Malheureusement pour moi, je ne connais aucun sort de cette nature et dans l’état actuel…J’en aurais bien besoin.  – Elle marqua une petite pause – Ravie d’avoir pu vous aider, j’espère que votre amie n’est pas en mauvaise posture. »

Glissant son regard contre le ventre de la femme, la Louve nota que ce dernier était légèrement arrondi. Au départ, elle pensa à un petit surpoids mais cette pensée fut bien vite chassée de son esprit au vue du comportement que Camille semblait avoir, notamment sa main caressant tendrement et amoureusement son ventre. Cette femme attendait un enfant, la Louve pouvait y mettre sa main à couper. Remuant un peu sa queue, elle ne put réprimer un sourire, heureuse d’avoir aidé non pas deux êtres mais bien trois. Laissant la sorcière s’approchait pour qu’elle puisse l’observer plus en détail et soigner ses blessures, la Terranide reprit la parole :

« Au fait, je me nomme Shad et vous êtes ? Et si je puis me permettre…Qu’est ce que cet homme vous voulez ? »

Il était vrai que le dit homme était hors d’état de nuire mais rien ne disait que d’autres ne viendraient pas finir ce qu’il avait commencé. Et puis, quel mal y’ avait il à demander un peu d’explication après ce qui venait de se passer ici ?